Muray : faire rire, un noble et difficile objectif

Le rire est très exactement ce que l’époque ne peut plus du tout tolérer, encore moins produire, et qu’elle est même en passe de prohiber. « Rire de façon inapproprié », comme on a commencé à dire il y a une dizaine d’années sur les campus américains, est maintenant presque un délit, en tout cas le sera demain. L’ironie, la dérision, la caricature, la moquerie, l’outrance, la farce, la guignolade, toute la gamme du rire, sont à mes yeux des procédés de description que l’âge de l’industrie de l’éloge ne peut évidemment pas supporter. J’essaie, pour mon compte, de m’en servir comme on se sert des couleurs sur une palette. Parvenir à faire rire une page est plus difficile encore que de faire jouir pleinement une femme, mais c’est à peu près du même ordre, de l’ordre des travaux d’Hercule. Lorsque j’y arrive, je sais que je touche à une vérité sur le monde concret. En cela d’ailleurs, je me sépare de beaucoup de ceux avec qui on me range généralement. C’est pourquoi je trouve un peu fort de café que l’on me classe parmi les pleureurs « réactionnaires », les mélancoliques à états d’âme, les déploreurs du passé et tous les déplumés à remords. J’aimerais, en tout cas, que ceux qui m’attaquent et me qualifient de cette manière me montrent une ligne, je ne dis même pas une page, une ligne, une seule ligne, dans toutes leurs oeuvres sinistres, où ils sont parvenus à faire rire quelqu’un…

Le rire est déréalisant : il est donc extrêmement efficace pour décrire un monde humain qui accepte en tant que concret des concepts (voir la burlesque opération d’intoxication néo-balnéaire appelée Paris-Plage, l’été dernier, qui était aussi un test pour mesurer le degré d’hébétude des populations), et lui renvoyer dans la figure ce faux concret déréalisé par sa caricature même. Mais ce rire n’aurait aucune efficacité s’il n’était pas engendré par une pensée précise concernant ce monde humain. Avant de rire, et peut-être de faire rire le lecteur, il me faut concevoir ce monde, et le voir, et l’entendre, tandis qu’il commet ses méfaits et ses crimes en parlant sa langue festive. C’est seulement à partir de cette considération globale que peut naître la démesure du rire, qui est aussi le plus exact compte-rendu de ce qui se passe. Cette époque, pour employer un euphémisme, exagère. L’exagération comique me paraît être la meilleure réponse que l’on puisse apporter à cette exagération.

 

Extrait de Exorcismes spirituels IV, paru initialement dans parutions.com, 2002.

Jean Fourastié à Sciences Po : la comptabilité, fondement de la science économique

Dans cette introduction à son cours de comptabilité adressé aux étudiants de Sciences Po en 1946, Jean Fourastié, le découvreur des origines de la comptabilité moderne, explique avec brio pourquoi la science économique est entrée en coma pendant un siècle, en s’écartant des faits et en se perdant dans des discours métaphysiques fumeux. C’est seulement en se reconnectant aux faits qu’elle peut progresser dans la compréhension du monde qui l’entoure, et pour cela elle doit nécessairement faire appel à son meilleur instrument d’observation : la comptabilité. En formant intelligement pendant plus de trente ans les jeunes élites françaises à cette technique, en élaborant et en imposant le Plan Comptable Général, qui s’applique toujours jusqu’à nos jours, à l’ensemble des acteurs économiques de la France, Jean Fourastié permit la mise en place efficace de la planification en France. C’est à lui que nous devons essentiellement l’originalité et l’efficacité de cette institution dans notre pays, et c’est tout à la fois dans sa pensée économique et dans sa pensée comptable, l’une et l’autre tellement supérieures à la moyenne des comptables et des économistes, que nous trouvons les fondements de ce que fut le Plan en France, qui encadra l’exceptionnelle croissance que connu notre pays après-guerre. Comme il en était conscient, une telle organisation était due principalement à la montée de l’Etat dans l’organisation de l’économie, et cela principalement du fait des deux guerres mondiales. C’est cette affirmation de l’Etat qui a conduit à des clarifications théoriques et pratiques, et c’est aujourd’hui son recul progressif, sous l’effet de la financiarisation et surtout de la lâcheté et de l’esprit d’abandon généraux, qui nous conduit tout droit à la situation antérieure. D’où l’actualité brûlante de ce texte.

 

Je considère la comptabilité comme indispensable à la compréhension du monde contemporain. Je veux insister là-dessus parce qu’il s’agit d’une chose importante moins connue que ce que je viens de vous dire jusqu’à présent. On discute beaucoup à l’heure actuelle de la valeur de la science économique contemporaine. Je vous l’exprimerai en termes crus pour vous marquer que je ne prétends pas du tout vous imposer une aussi brutale opinion. Je considère que la science économique est pratiquement inexistante. Je considère que depuis 150 ans que les gens s’efforcent de créer une science économique, ils n’y sont pas parvenus, alors que, chose extraordinaire, le départ était excellent. Je considère que vers 1830 il y avait une science économique et que brusquement cette science s’est évanouie, et qu’il n’est plus resté que poussière, description pure ou théorie sans contact avec les faits, donc plus de science. Une telle pensée peut surprendre. Comment une science existante a-t-elle pu s’évanouir ? Cela me paraît tout à fait naturel qu’une science qui existe cesse d’exister parce que la science ne sert qu’à décrire la nature ambiante. La science est un mécanisme de pensée, un mécanisme d’enseignement, c’est-à-dire de communication de la pensée qui a pour objet de connaître davantage le monde matériel qui nous entoure. Quand ce monde change, il faut changer de science. En 1830, on avait une science économique qui décrivait l’économie de ce moment-là. Les théories économiques comme celles de Ricardo sur la rente dominaient le monde économique de l’époque, elles expliquaient les faits fondamentaux qui dominaient la vie économique réelle. Et puis un beau matin, elles ont cessé de représenter les faits. L’affolement s’est emparé des gens. Cet affolement a duré 100 ans. On n’a pas voulu renoncer aux théories de Ricardo, on tenait plus aux théories qu’aux réalités. On n’a pas voulu renoncer à la science 1830; on voyait à tout moment des phénomènes perturbateurs, mais les économistes ou bien niaient ces faits nouveaux, ou bien les ignoraient, ou bien les négligeaient. Puis ils se sont peu à peu bornés soit à décrire, soit à tergiverser, soit à argumenter. Aujourd’hui personne n’y comprend plus rien, on ne sait plus où on est, le Ministre de l’économie nationale, quoi qu’étant lui-même un économiste de profession, ne peut tirer de cette science économique aucune utilité substantielle. La science économique ne sert pas au Ministre de l’économie nationale. C’est pourquoi je dis qu’il n’y a pas de science économique. La science doit servir à quelque chose. Si elle ne sert à rien, c’est un jeu d’échec, de bridge. Je vois des édifices de pensée charpentée, logiques, solides mais qui ne sont pas utilisables dans le monde contemporain. Je dis cela n’est pas de la science. La science pour moi doit être utile, parce qu’elle doit correspondre aux faits. Il ne suffit pas de construire la théorie d’un monde qui n’est pas nôtre, c’est du jeu. Il s’agit de construire la théorie du monde qui est le nôtre.

La science économique s’est dissociée des faits et de la réalité en grande partie parce que nos économistes n’ont pas de connaissance convenable des technologies et ne s’appuient qu’exceptionnellement sur des résultats comptables. En effet nous parlons de comptabilité depuis 40 minutes, et nous ne l’avons pas encore définie. Mais nous savons bien qu’il s’agit de mesurer des mouvements de valeur. Or la science économique n’a pas d’autres objets que d’étudier les lois de ces mouvements de valeur. Il doit donc y avoir entre science économique et enregistrements comptables une interpénétration extrêmement nette, précise, la même qu’entre l’art de l’arpenteur et la géométrie élémentaire, de même qu’entre les mesures astronomiques et la géométrie. Il y a pour les économistes une nécessité qui me paraît a priori évidente, élémentaire, une nécessité de connaître de manière concrète les mouvements de valeur dont ils prétendent découvrir les lois. Ces mouvements de valeur comment voulez-vous les mesurer, où voulez-vous trouver l’expression de leur mesure, sinon par la comptabilité et dans les documents comptables. Il me paraît aussi évident que l’économiste doive avoir pour arme élémentaire la comptabilité qu’il l’est de voir le physicien faire des mesures qui portent sur les longueurs d’onde de la lumière, la vitesse de la chute des corps, etc…

Voyez comme des savants tels que Pascal ou Galilée ont fondé la physique contemporaine. Ils l’ont fondé en mesurant les faits de la vie concrète. Ils ont mesuré, avec les moyens de leur époque, avec des règles grossières, avec des décimètres, à 1% ou 5% près. Mais ils ne partaient pas d’idées a priori desquelles ils auraient déduits savamment toute une série de conséquences. Parfois, toute une partie de sa philosophie le montre, Descartes est tombé dans ce défaut de se dissocier de l’expérience; mais toute cette partie de son oeuvre est tombée et n’existe plus.

Ce qui fait la valeur de toute science humaine, c’est de correspondre constamment avec l’expérience. La construction cérébrale est accessoire à côté de l’expérimentation. Il faut d’abord connaître les faits, les suivre, par conséquent les mesurer. Vous pourrez aussi dans d’autres sciences les photographier, les décrire. En matière économique, nous ne pouvons pas photographier les mouvements de valeur, expérimenter sur eux. Il nous reste une seule chose : c’est leur enregistrement. Une seule méthode d’observation économique : la comptabilité. Tout ce que je vous dis sera éclairé quand je vous parlerai des relations entre la comptabilité et la statistique, parce que vous pensez que la statistique est aussi une arme de l’économiste. La comptabilité est une statistique beaucoup plus sûre, plus solide que la statistique au sens classique du terme.

Par conséquent il semble certain logiquement que la science économique a besoin d’une science annexe qui s’appelle la comptabilité. Il paraît absurde logiquement que l’on pense à former des économistes sans leur avoir demandé de passer quelques quinzaines d’heures dans leur vie à étudier une fois pour toute cette petite chose simple qui s’appelle la comptabilité.

Muray : la fin du plaisir

Un élément trop souvent occulté qui fait de la pensée de Muray une pensée si singulière et profonde est le fait qu’il soit un grand penseur de la sexualité. Or il n’échappe à personne que la sexualité est au centre des préoccupations de la société moderne. En effet, la société moderne place le principe de plaisir au dessus de tout, et par conséquent le plaisir le plus intense, c’est-à-dire le plaisir sexuel, est ce qui est désiré plus qu’aucune autre chose par l’individu moderne. Il est l’objet d’une véritable vénération qui soumet sans exception l’ensemble des processus sociaux à sa logique. Mais alors qu’en apparence toutes les conditions semblent réunies pour maximiser, en quelque sorte,  le plaisir de la société prise dans son ensemble, fût-ce aux dépens d’un nombre plus ou moins important de perdants, un énorme paradoxe fait son apparition, une faille béante qui pour cette raison est puissamment refoulée dans le discours et la pensée de l’humanité actuelle : le plaisir disparaît.

Muray, dont les revenus financiers lui venaient d’une carrière discrète mais prolifique d’écrivain pornographique ( il écrivait deux romans par an dans la collection Brigade Mondaine qui se vendaient comme des petits pains avant la généralisation d’internet ), accorde une grande importance à cette question, et c’est peut-être l’une des raisons qui le rendent si perçant, et sans doute plus puissant intellectuellement que d’autres auteurs de talent qui lui succédèrent plus ou moins. Son vaste panthéon littéraire réserve une place de premier choix (parmi les 10 auteurs qu’il cite le plus) à Nietzsche, à Sade, à Freud ou à Balzac. Comme ces auteurs, il sait qu’il est illusoire de vouloir penser la société et la civilisation en refoulant, comme jadis, ou en masquant sous une comédie, comme aujourd’hui, la sexualité. Or ce que constate Muray, tout au long de son oeuvre, c’est que la recherche absolue et exclusive du plaisir conduit paradoxalement à détruire le plaisir, créant alors une société vide où le mensonge et le ressentiment règnent en maîtres. Ressentiment, car l’individu moderne, y compris et surtout l’individu moderne dominant socialement, ou  si l’on préfère l’élite dirigeante, quel que soit le secteur de la vie que l’on considère, ne parvient plus à jouir de sa situation et de sa vie. Mensonge, car il lui est interdit d’en faire état sauf à diminuer son prestige social, et il se voit condamné à refouler son mal-être. C’est vers d’autres sphères de la vie que l’individu moderne va alors chercher à diriger sa libido, en particulier dans la mise en place obsessionnelle de la perfection sociale et dans la traque du Mal partout où il pourrait se nicher, car c’est surtout une vengeance contre sa propre souffrance que cherche un tel être. Mais ce processus de transfert libidinale, erroné car sans but atteignable, est pour cette raison un processus sans fin, qui vire progressivement au cauchemar pour la société tout entière. Muray ne manque pas d’observer que c’est à peu de chose près le même processus qui conduisit par le passé la religion à surveiller de façon névrotique, et à réprimer férocement, le pêché sexuel ou l’hérésie quelle qu’elle soit, en particulier l’hérésie intellectuelle, c’est-à-dire la pensée libre. Mais cette régression moderne a cette particularité de se faire au nom de la liberté et du plaisir alors qu’elle les détruit. Cette contradiction apparente est la signature de Festivus Festivus, le nom anthropologique que donne Muray à l’homme moderne.

Philippe Muray : Le mystère de la désincarnation (Jean Baudrillard), 2004, in Exorcismes spirituels IV : Moderne contre moderne.

Je crois que Jean Baudrillard a découvert quelque chose de très profond quand il a suggéré que « criminel  » et « perfection » étaient synonymes, ou que la perfection c’est le crime, un crime évidemment impuni puisque personne ne peut être contre la perfection. Et pourtant c’est le pire des crimes. C’est la solution finale du négatif, dans lequel loge l’illusion vitale. C’est le crime contre l’humanité commis contre l’humanité même pour se débarrasser d’elle-même en totalité, s’expulser d’un décors invivable puisque parfait. C’est ce que nous voyons tous les jours, à tous les niveaux, dans toutes les circonstances de la vie quotidienne, dans toutes les entreprises de prévention des catastrophes ou d’avortement des attentats avant qu’ils n’arrivent. La prophylaxie, c’est la politique de perfection intégrale. La prophylaxie intégrale, c’est la mort. L’humanité avançait dans le brouillard, et c’est pour cela qu’elle avançait. On a dissipé le brouillard, ou du moins on s’y emploie, comme on s’emploie à tuer le secret, inséparable de la séduction, comme on a tué la vie quotidienne par des méthodes de « traçabilité » systématique, comme on a tué la vie sexuelle en obligeant tout un chacun à savoir s’il jouit, à en avoir une idée claire, calculée, mesurée, et aussi à avoir une idée claire, calculée et mesurée de la jouissance de son partenaire, ce qui est la meilleure manière d’effacer toute jouissance.

On a dissipé le brouillard. On a dissipé le secret. « L’enfer est né d’une indiscrétion » disait Céline. L’indiscrétion totale, c’est l’enfer moderne, avec son ersatz de plaisir sous forme d’exhibition obligatoire. Mais l’exhibitionnisme, qui a partie liée avec la perfection, c’est l’antagoniste absolu de la séduction. C’est pour cela que l’exhibitionnisme plaît tant. C’est qu’il permet, par son hyperréalisme, d’en finir avec les chinoiseries fatigantes de la séduction, avec les incertitudes, avec les règles du hasard et du jeu, avec l’illusion et l’imprévisible qui fausse toujours tous les calculs (il y avait de cela dans la théologie de la grâce en tant qu’inconnue perturbant à l’improviste les aventures humaines). Le succès d’un livre comme La vie sexuelle de Catherine M. pourrait être compris dans cette optique, comme un soulagement : on peut s’adonner au stakhanovisme sexuel, ce qui est « moderne », donc bien et correct, et dans la bonne ligne des libérations encouragées, sans se soucier un seul instant de plaire ; du coup le sexuel devient rationnel, communautaire, égalitaire, « citoyen » pour ainsi dire, et intégral lui aussi, expurgé de tout Mal. Il pourrait y avoir demain (il y aura n’en doutons pas) du sexuel de rue comme il y a du théâtre de rue, ce serait la même chose c’est-à-dire rien.

Le festif généralisé tel que je l’ai décrit, c’est aussi la volonté d’en finir avec les fêtes. On voit partout la Perfection devenue Crime travailler à établir la symétrie parfaite, l’égalité intégrale et démentielle (entre les sexes notamment) ; ou la Santé travaillant à éliminer tous les vices ; ou la justice outrepassant ses limites et imposant des décrets tellement fous, tellement justes, tellement plus justes que justes, qu’ils deviennent de nouveaux crimes et de nouvelles persécutions.

La perfection n’est pas de ce monde disait-on jadis ? Eh bien si, elle doit l’être, nous le voulons, nous allons la faire advenir, nous en avons les moyens techniques et autres ! Nous avons tous les moyens de faire enfin coïncider notre idéal et les apparences par éradication de l’illusion afin d’instaurer une nouvelle ère de positivité totale. Le monde réel. L’ennui, c’est que le monde n’est jamais moins réel que quand on le déclare réel ; ou il l’est trop, il est passé au delà, dans un super-réel inhabitable, un réel dépassé comme on parle de coma dépassé, un ultra-réel sans accidents, sans catastrophes, sans surprises mauvaises ou bonnes, sans personne ; ou avec des gens si métamorphosés qu’ils ne seront même plus capables de se rendre compte de la métamorphose.

Maintenant, est-ce qu’on peut envisager le renversement du processus de la perfection intégrale, c’est-à-dire du meurtre de la vie ? Est-ce qu’on peut revenir à l’imperfection, ou du moins (car elle est toujours là), est-ce qu’on peut imaginer que l’imperfection reprenne sa place, en quelque sorte, et rééquilibre la volonté de perfection qui se déchaîne et qui fait rage partout ? Baudrillard a l’air de penser que oui. Il a l’air persuadé qu’un système comme le nôtre, parvenu à une telle puissance,une telle souveraineté, ne peut que se retourner contre lui-même, à un moment ou à un autre, et se détruire, et que la totalité succombera sous la dualité qui la ronge. Mais au profit de qui, s’il n’y a plus personne, s’il n’y a plus de « sujets » pour penser un tel évènement et en jouir ?…

 

Muray : « l’espace France »

Le dernier grand écrivain digne de ce nom tente ici de penser la France, par opposition au concept marketing qu’on lui substitue aujourd’hui. Il montre que la France, à travers son génie intellectuel, sa politique, sa complexité à se laisser définir, son imperfection irréductible, fut l’incarnation par excellence de ce qu’était la vie, avant que l’humanité d’aujourd’hui y renonce, en même temps qu’elle renonce au stade adulte et donc au plaisir, notamment sexuel. Bien que Muray soit catholique (ce qui transparaît parfois un peu trop dans certaines de ses analyses, comme ici dans sa charge contre le Protestantisme), il montre que la France a toujours été cet espace de liberté entre les absolus religieux ou totalitaires qui voulaient lui imposer leur emprise, et que cette résistance à la force de l’évidence idéologique a toujours été ce qui la distinguait.

Ce texte, certes un peu pessimiste ou excessif, ou peut-être simplement trop en avance, est une tentative remarquable de comprendre sérieusement ce qu’est la France au plan historique et intellectuel, par un écrivain possédant encore une culture suffisamment sérieuse et une pensée suffisamment structurée pour le faire. Définir ce qu’est la France et comprendre son histoire et son destin, en effet, est un long mystère auquel personne n’a jamais pu répondre définitivement, et que seuls les plus grands ont pu approcher. Car il est difficile d’expliquer les raisons profondes qui ont fait de cet isthme planté à la pointe de l’Eurasie, le siège d’une civilisation multiséculaire qui donna naissance à tant d’inventions scientifiques et techniques universelles, tant d’écrivains indispensables à l’âme humaine, à cet art de vivre reconnaissable entre tous, et à l’invention progressive de la Nation dans sa forme historique et politique la plus achevée. Cette institution historique imprégnée de réalité et de contraintes, bâtie au prix de tant de génies, de tant de sacrifices, inspira à raison les nations de toute la planète, celles-ci prenant exemple sur leur plus ancien et plus brillant modèle pour bâtir leurs institutions. Pourtant, beaucoup de personnes aujourd’hui se désintéressent de la question de la nature de la France, convaincues de pouvoir en faire le tour en trois mots, et n’ayant même pas conscience du problème à étudier. A vrai dire, elles s’en désintéressent parcequ’elles pensent que tout cela appartient à un passé révolu, et après tout, peut-être ont-elles raison.

Car la France est en crise, et son existence même, une fois de plus, est mise en péril. Mais sa crise existentielle, plus profonde qu’ailleurs, n’est rien d’autre que la phase avancée de la maladie de la civilisation moderne elle-même, et toute celle-ci sera concernée à son heure. Aussi le débat sur le déclin français est-il un leurre, car les problèmes présents de la France sont les problèmes futurs de tous les peuples. Et s’il reste quelque chose de la France dans son sens historique profond, c’est dans la lutte à mort contre cette crise civilisationnelle, dans les forces souterraines qu’elle est éventuellement capable de mobiliser face à cette crise, que réside encore cette essence, ou peut-être, son ultime manifestation historique. Il est par exemple intéressant de constater que Muray, dont l’œuvre est justement  le produit de cette lutte, est un écrivain sans équivalent à l’étranger (à ma connaissance). Pourtant, il est évident pour tout lecteur honnête et intelligent que son œuvre, anthropologique, philosophique et littéraire, est la peinture la plus exacte et la plus vraie de la maladie de l’homme moderne, et le meilleur outil de prédiction de l’évolution sociale future. Nous sommes donc là au cœur du mystère dont il parle dans ce texte, et que, à son corps défendant peut-être, il perpétue de façon tragique : pourquoi est-ce encore la France qui produit la meilleure compréhension et la meilleure critique du monde moderne dans le concert des peuples  ? Dans la réponse à cette question, et dans elle-seule, vit peut-être le fragile avenir du vieux pays, mais aussi de la civilisation humaine.

« Doit-on être fier d’être Français ? » Excellente question. A cette seule condition , bien entendu, que ce soit sur « fier » et non sur « Français » que l’on mette l’accent. Et que l’on reconnaisse d’abord honnêtement que la France s’est donnée le coup de grâce, en toute liberté, il y a déjà huit ans de cela, en 1992, lorsqu’elle a dit oui au traité de Maastricht. Depuis cette date, la France n’existe plus, et tous les bavardages possibles sur la France éternelle, la France combattante, la France souffreteuse, la France debout, la France assise, la France couchée, la France coupable, la France relevée, la France de dos, la France de biais, la France de profil, la France fille aînée des droits de l’homme et de l’apéro, la France des châteaux de la Loire et du foot qui gagne, n’ont aucun intérêt. Ils sont vides de contenu. La France n’est ni « finie », ni « vieillie », ni « malade », ni « raidie », ni « frileuse ». Elle s’est évaporée. Et maintenant elle est fière. La fierté est le prix de consolation et de compensation que s’accordent à eux-mêmes ceux qui ont disparu. C’est pour ça qu’ils se montrent. Et qu’ils font tant de bruit. A quoi servirait donc d’être fier en silence ? La fierté est une passion d’extérieur. Elle ne tolère rien qui ne soit public. Rentrée chez elle, elle ne sait que trop bien qu’elle ne s’intéresse même plus à elle-même.

Si ce pays avait le moindre intérêt, du temps qu’il ne s’était pas encore suicidé aux applaudissements émus de la planète, c’est parce qu’il était depuis des siècles, et sous l’unité monarchique ou jacobine de façade, le lieu exceptionnel d’un conflit multiple, insoluble, terrible et délicieux comme la vie elle-même, comme la division infernale et magnifique des sexes, et qui se répercutait dans tous les domaines de l’existence quotidienne ; un conflit que l’on peut ramener, pour aller très vite, à la lutte perpétuelle des Lumières et du catholicisme. La France de Voltaire  et de Bossuet, la France de Pascal et de Rabelais, de Diderot et de Bloy, de Molière et de Maistre, d’Aragon et de Claudel, de Proust et de Céline, aura été ce théâtre unique d’une désunion incessante, ou d’une cohabitation tenace et intenable, dont la dialectique sans arrêt renouvelée aura aussi imprimée sa marque dans les vies individuelles. C’est cette base dissolvante, différenciante et conflictuelle, aussi indispensable et structurante pour un peuple que des parents sexuellement différenciés pour leurs enfants, qui aura empêchée, quoi qu’on en dise, tous les « absolus » de s’y implanter durablement (c’est aussi là que s’originait la souveraineté, et là qu’existaient les conditions de possibilité de la politique ). La France aura été le tombeau de Dieu comme celui des divinités idéologiques de substitution qui ont voulu y prendre racine.

Du moins jusqu’à ce qu’elle se convertisse aux « Valeurs du Nord », c’est-à-dire à la rationalité protestante et marchande, par définition incompatible avec les attitudes interrogatives ou critiques, avec la duplicité, la contradiction, le flou, la diversité, les faux-semblants et toute la comédie irresponsable des malentendus jamais résolusIl n’y a pas d’autre Europe possible que l’Europe du Nord. Bernanos, bien avant la dernière guerre, avait qualifié l’entreprise hitlérienne de « seconde Réforme allemande ». La troisième, porteuse de messages hygiéniques autant qu’incriticables, triomphe en douceur et rien ne l’arrêtera. Le terrible ordre européen ne pouvait se faire qu’au prix de l’effacement de la « latinité » et par la victoire des impératifs archangéliques d’authenticité, de vertu, de positivité et de transparence que la civilisation luthérienne contient en elle et que répercutent désormais à jet continu les sacro-saintes recommandations de Bruxelles.

Il n’y a plus de France, mais il faut faire croire qu’une nouvelle France « se construit », et qu’il serait absurde de toujours se retourner vers la « France qui fut ». Il n’y a donc plus de France, mais il y a un espace France, comme il existe des espaces bébés sur les aires d’autoroutes, des espaces vendanges à la place des vignes, et des espaces cultures partout à la place de tout. L’espace France des Futuroscopes et des Vulcanoparks, des Chiennes de garde et des brigades d’intervention artistique à la ferme, des champs de maïs transformés en labyrinthes ludiques et des imbéciles à trottinette, des repentirs de masse et des carnavals de la fierté, mérite bien son titre terrifique de « première destination mondiale pour le tourisme ». On comprend que ça vaille tellement la peine de se déplacer pour voir tout ça. L’espace France, c’est « l’exception française » moins la France, et cette exception consiste maintenant à faire pire, à aller plus loin, plus fort, plus vite en matière de modernité que les autres pays. L’espace France est imbattable dans tous les domaines, et d’abord en matière de harcèlement modernitaire.

Dieu est d’ailleurs redevenu français depuis que la France n’existe plus, ainsi que cela a été dit et répété après la Coupe d’Europe de football comme cela avait déjà été dit à satiété lors du Mondial. Mais on a oublié de préciser quel nom ce Dieu avait. Il s’appelle maintenant Principe de précaution, Frénésie punisseuse, et aussi Renforcement de législation, Idéal de contrôle, Assainissement des mœurs. Les Français épousent enfin sans complexe le nouveau siècle, se félicitent les mêmes commentateurs. Ils l’épousent tellement bien, ce nouveau siècle, qu’ils ont même réussi, cette année, à transformer l’ancien 14 juillet militaire et ringard en franche robinsonnade grotesque claironnée dans le langage des rêves et des contes de fées : incroyable pique-nique, incroyable nappe, incroyable marché des produits du terroir. Autant de vocables ridicules qui auraient hier encore fait tordre de rire n’importe quelle école maternelle, mais qui ne sauraient arracher la moindre grimace ironique à une population retombée en enfance depuis qu’elle en a fini avec le principe de contradiction, c’est-à-dire avec la réalité, donc avec le monde adulte ; et qu’elle en est fière. La France est devenue une histoire à dormir debout. Bienvenue à Fiertéworld ! Bienvenue à Prideland !

 

Publié en 2001

Jacques Le Goff : « Marchands et banquiers au Moyen-âge »

Jacques Le Goff, décédé en 2014, était un grand historien médiéviste, professeur à l’EHESS dont il fut aussi président, engagé à gauche. La synthèse brillante qu’il a écrite sur les grands marchands-banquiers du Moyen-âge  (Marchands et banquiers au Moyen-âge) constitue un complément bienvenu avec le livre de Jacques Heers, plutôt engagé à droite, sur les origines du capitalisme que j’ai présenté sur ce blog.

Pas davantage technicien que Heers, et à vrai dire moins intéressé par la technique commerciale privée, et possédant moins d’intuitions lumineuses que ce dernier dans ce domaine, Le Goff est en revanche plus attaché à une lecture sociale, marxiste, disons le mot, de la société urbaine florissante du bas Moyen-âge, qui accoucha de la Renaissance. Il prend soin de démontrer, de façon parfaitement convaincante, que l’analyse de classes sociales aux intérêts antagonistes s’applique à ces sociétés, peut-être aussi bien qu’elle s’applique aux sociétés nées de la Révolution industrielle à partir du 18ème siècle.

Le monde dans lequel évoluent les grands marchands, notamment en Italie, comme de juste, est bien déjà un monde capitaliste. Il en possède la mentalité, la force de transformation sociale et matérielle, l’oppression des plus faibles et l’injustice. Et c’est le tableau en clair-obscur d’une classe sociale montante, appelée à un prodigieux avenir, imprégnée d’un grand esprit d’entreprise et d’initiative et dotée d’un tout puissant égoïsme que Jacques Le Goff dresse : le tableau de la bourgeoisie.

Car c’est bien à la bourgeoisie qu’appartiennent les grands marchands qui émergent entre le XIème et XIIIème siècle et mènent « la révolution commerciale » dont Le Goff parle avec pertinence. A vrai dire, il ne voit pas clairement l’importance décisive que joue l’invention de la partie double et l’émergence de la monnaie moderne dans cette révolution, mais il constate que quelque chose se passe après quoi des fortunes immenses se constituent rapidement puis se figent en dynasties familiales pour les siècles suivants.

La figure du marchand sédentaire, fixé en une ville italienne et possédant de multiples collaborateurs dans des succursales implantées dans toutes l’Europe apparaît, et remplace celle du marchand itinérant bravant les risques pour se rendre aux foires de Champagne. Le marchand-banquier se fixe, s’enrichit et s’embourgeoise, telle est l’observation fondamentale que fait Le Goff. Et c’est cet homme qu’il s’applique à nous décrire dans une sorte de portrait historique peint avec sa culture et son jugement aiguisé et sûr.

Ce marchand-banquier, est-il bon, est-il mauvais ? Un peu des deux bien-sûr, tant au niveau individuel que collectif. Bien qu’il puisse s’allier occasionnellement avec le peuple dont il est généralement issu, sa tendance est globalement de rechercher l’alliance, puis l’intégration ou la fusion avec l’aristocratie, quitte pour cela à réprimer sans pitié les révoltes populaires. Par le mariage, par l’achat de terre, par la bénédiction de l’Eglise, il cherche à assoir sa position sociale sur plusieurs générations. Il tend à se séparer de l’artisan, simple pratiquant d’un métier au sein d’une guilde, par la richesse acquise et par le prestige social.

 

En Flandres, dans le nord de l’Italie, ses entreprises industrielles, dans le textile ou la construction navale le conduisent à prolétariser une population artisanale et ouvrière, conduisant quand le marchand se mue en oppresseur brutal ou pervers, à des révoltes populaires contre lui au XIVème siècle. Car le grand marchand possède toute la vie de ses ouvriers, il les tient dans sa main : argent, travail, logement, et souvent pouvoir politique et religieux.

 

Malgré cette emprise malsaine, le marchand fait bénéficier souvent la population, notamment paysanne, de ses investissements et de ses innovations technologiques, améliorant les techniques de production, réorientant les cultures et luttant contre les crises agricoles et la famine. Mais quand la situation économique se dégrade, les marchands n’hésitent pas à durcir la façon dont ils traitent leurs gens, conduisant à des situations d’exploitation parfois insupportables.

 

Si quelques-uns prônent parfois la cause du peuple, comme Etienne Marcel en France ou les corporations de bouchers, souvent riches mais méprisés, ils préfèrent généralement s’allier à un pouvoir tyrannique ayant pris le pouvoir à l’issue d’une lutte de clan (les fameuses luttes entre guelfes et gibelins en Italie) et garantir ainsi leurs intérêts financiers. D’ailleurs, surtout en Italie, ils deviennent progressivement les gestionnaires des finances publiques des Etats et de l’Eglise, opérant une fusion de fait de la classe dominante autour de l’argent (et grâce à la partie double et à la montée de la monnaie moderne comme je le montre dans mes travaux).

 

Mais une évolution générationnelle se produit alors bien souvent au sein de ces familles de nouveaux riches. Les enfants des entrepreneurs marchands ayant accédé à la fortune, éduqués dans la richesse, glissent progressivement vers la rente. Ils se désintéressent des affaires marchandes et se passionnent pour l’art et la culture, ayant reçu une éducation raffinée, religieuse mais aussi laïque, leur permettant de cultiver leur esprit et de financer la Renaissance. « Après les amasseurs, les jouisseurs. Après les marchands, les marchands-artistes. » Les Médicis, glissant du besogneux Cosme à Laurent le Magnifique, sensible à l’art mais financièrement désastreux, en sont l’exemple typique.

 

Jacques Le Goff nous dépeint ensuite la mentalité de ces grands marchands, véritables moteurs de la Renaissance et du capitalisme. Ils sont avant tout avides d’argent, et lui vouent un véritable culte, car c’est l’argent qui a tout rendu possible pour eux. Mais d’autre part, le commerce et la banque les a rendus rationalistes en un temps pourtant marqué par la doctrine de l’Eglise. Ils pensent tout pouvoir résoudre par la raison et développent une véritable culture laïque, notamment dans l’éducation qu’ils donnent à leurs enfants, qui préfigure la mentalité du monde moderne. D’ailleurs l’Eglise n’est plus une menace pour eux car elle a besoin d’eux pour son propre développement. Aussi les normes qu’elle fixe désormais vont-elle systématiquement dans leur sens.

 

D’ailleurs Le Goff note que les contraintes initiales de l’Eglise, notamment celles qui portent sur l’interdiction du taux d’intérêt et qui se fondent sur plusieurs phrases du Deutéronome, de l’Exode, du Lévithique ainsi que du Nouveau Testament, ont en fait « conduit les marchands à perfectionner leurs méthodes. » Je ne peux qu’approuver cette remarque, puisque c’est précisément cette interdiction du taux d’intérêt, qui selon moi, a poussé les marchands à développer les techniques de gestion des délais de paiement, aboutissant à l’invention de la comptabilité en partie double.

 

Enfin Le Goff conclut en montrant que le marchand est au cœur du mouvement de la Renaissance et de l’humanisme, auquel il appartient parfois directement comme Laurent le Magnifique. Le pragmatisme, le réalisme, l’intérêt pour la géographie, l’écriture, le calcul, mais aussi pour l’histoire et à la peinture ou pour l’architecture, vont conduire à ce que Yves Renouard qualifie de rationalisation et de laïcisation qui préfigure notre époque. La maîtrise du temps, à travers la fixation du calendrier ou l’invention des horloges circulaires séparées en 12 heures régulières est leur fait. Certes, la culture qu’ils donnent à leurs enfants demeure fermée aux classes populaires. Certes l’intérêt qu’ils portent aux œuvres des artistes de la Renaissance demeure teintée d’un grand mépris, puisqu’ils les considèrent comme des ouvriers sans dignité devant les servir en échange d’un maintien au-dessus de la misère, et qu’ils accordent plus d’importance aux arts mineurs, orfèvreries, bijoux, avec lesquelles leurs femmes se parent. Certes leurs palais sont d’abord des forteresses visant à empêcher les révoltes ou se protéger de la prochaine guerre de clans. Mais malgré tout ce sont eux qui financent et entraînent la Renaissance, et bien que décadents en affaires, offrent à leur civilisation un bouquet final d’art dans les villes qu’ils décorent.

 

Mais c’est bien là la meilleure marque de patriotisme qu’ils offrent à leurs villes. Car si les pionniers étaient encore prêts à mourir pour celles qui les avaient vu grandir, les marchands banquiers internationalisés et enrichis ont perdu le goût de la guerre et du sacrifice. Pour leur protection, ils préfèrent employer des mercenaires. Comme le dit si justement Jacques Le Goff, ils sont devenus les « sujets d’un royaume de l’argent qui ne connait les frontières que quand elles servent leurs intérêts ».

 

C’est finalement sans surprise qu’on découvre que cette classe à la fois si dynamique et avide d’argent a pu trouver suffisamment de force en elle pour jeter les fondations de la monnaie moderne, quitte à rompre avec le sens commun, en inventant la comptabilité en partie double.

 

Le Goff conclut son tableau, plein de vérité, de vie et d’équilibre, en évoquant la figure du marchand peinte sur les œuvres d’Ambroggio Lorenzetti et sur la fresque de la chapelle Brancacci à Florence : « c’est là qu’il faut le saluer une dernière fois, entre sa gloire et sa vanité. »

Jacques Heers : la naissance du capitalisme au Moyen-âge

Jacques Heers, historien médiéviste de renom, fut professeur à l’EHESS et élève de Fernand Braudel, qui fonda cette école. Après s’être intéressé à de nombreuses facettes de l’histoire médiévale, il revient dans ce livre édité en 2012 sur l’aspect économique de cette époque et montre de façon convaincante que le capitalisme y est né. C’est pourquoi son ouvrage a éveillé mon attention, étant moi-même convaincu que c’est au Moyen-âge, en Italie, que la monnaie moderne a été inventée, grâce à la technique de la partie double.

 

Jacques Heers, à l’inverse d’un Raymond de Roover[1] ou d’un Jean Fourastié, n’est pas un technicien, pas plus qu’un comptable. Aussi ne cherche-t-il pas a priori à apporter une analyse technique aux documents qu’il analyse. Mais par son approche, il parvient à cerner la réalité sociale des marchands et des changeurs, et il voit parfaitement que leur place dans la ville est de premier choix. De cette observation, il déduit qu’il n’est pas possible, comme le font certains historiens, d’en faire des vendeurs à la petite semaine rejetés à la marge, tout juste tolérés pour leur utilité, mais méprisés pour leur métier. Les marchands et changeurs, au moins à partir du 13ème siècle, occupent clairement le rôle des banquiers d’aujourd’hui, c’est-à-dire l’élite de la bourgeoisie montante, et parfois, déjà parvenue au pouvoir politique comme les Médicis à Florence. Les changeurs et les marchands sont des banquiers, octroyant des prêts à intérêt malgré l’interdit de l’Eglise, et ils se dissimulent à peine sous ce nom. Je ne peux que souscrire à cette analyse puisque, comme je tâche de le démontrer dans ma thèse, la monnaie moderne est née dans la comptabilité des marchands et des changeurs, sous la forme de délais de paiement.

 

Jacques Heers démontre ensuite que c’est aussi à la fin du Moyen-âge que les systèmes monétaires deviennent tous bimétallistes. Toutes les pièces de monnaie sont d’or ou d’argent, et définissent la valeur de la monnaie de compte elle-même, Livre tournoi puis franc en France, livre esterlin en Angleterre, ducat à Venise, etc.… D’ailleurs, il nous confirme, comme par exemple dans les travaux de David Graeber sur lesquels je reviendrai, que la monnaie que j’appelle métallique pour lui donner un nom, était d’emblée définie comme une monnaie immatérielle, une monnaie scripturale, bien que sa valeur fût donc systématiquement définie par les métaux précieux. Ce qui fait la spécificité de la monnaie moderne n’est donc pas le fait qu’elle soit immatérielle, sa spécificité est qu’elle fonctionne comme un système de crédit géré par les banques, et c’est bien ce mystère historique sur lequel je me penche dans mes travaux.

 

Il distingue les prêteurs sur gage et les usuriers des grands marchands. Ceux-là, dont il affirme qu’ils continuent à pratiquer le prêt à intérêt explicite et le prêt sur gage, ce qui entache leur statut social, sont les cahorsins et les lombards chassés d’Italie par les guerres civiles des grandes Cités, les juifs et, contrairement à une idée reçue, majoritairement des bourgeois chrétiens. Dans quelle mesure ces prêts à intérêt classiques perdurèrent au Moyen-âge ? Tout le temps selon l’auteur, mais c’est là une question que je laisse de côté dans mes propres recherches puisque, dans tous les cas, cette forme de prêt n’était plus que résiduelle et n’influencerait pas l’édification de la monnaie moderne. D’ailleurs y-a-t-il une différence si nette entre ces prêteurs sur gage et les grands marchands-banquiers ? Beaucoup d’entre eux, et notamment les lombards qui connaissaient vraisemblablement la technique de la partie double que leurs compatriotes avaient inventée, ne devinrent-ils pas eux-mêmes de grands changeurs-banquiers, à l’image des Médicis ? Heers montre d’ailleurs que ces lombards étaient bien souvent les plus riches des prêteurs, et qu’ils eurent tendance à évincer les autres catégories de ce secteur aux 14e et 15e siècles. Les juifs, d’ailleurs, n’étaient pas uniquement tournés vers les opérations de prêt d’argent, et on les retrouve en France au 15ème siècle dans le commerce, où peut-être certains commencèrent à adopter les méthodes des Italiens, mais aussi dans la production textile : fripiers, chaussetiers ou couturiers, essentiellement dans les centres urbains.

 

Jacques Heers montre, comme de Roover avant lui, à quel point la spéculation est présente au Moyen-âge, comme de nos jours. Cette spéculation s’opère sur les nombreux marchés de change, entre les cours des monnaies souvent soumises à des dévaluations par les Etats, mais elle s’opère également sur les marchandises, lors des foires et bientôt dans les bourses. Comme je l’ai dit, ces spéculations, qui aboutissent à des gains constants, et non pas aléatoires, des marchands et changeurs, sont le moyen qu’ils ont trouvé de financer leurs crédits, leurs délais de paiement, en l’absence de taux d’intérêt. La partie double leur a permis, en automatisant rigoureusement les relations entre profit et délais de paiement, de développer considérablement ces opérations qui aboutissent à faire émerger la monnaie moderne.

 

Heers retrace très précisément les documents comptables médiévaux, en prenant l’exemple de plusieurs changeurs, ce qui s’avère être une méthode extrêmement efficace. Il montre de façon décisive comment le délai de paiement était un outil fondamental et quotidien utilisé entre tous les agents économiques à cette époque, du fait de la rareté de la monnaie. Ainsi, cette pénurie a-t-elle dû nécessairement pousser à l’amélioration des techniques de gestion de ces délais de paiement, et je pense que c’est ce qui conduisit à l’édification de la partie double.

 

Surtout, il apporte la preuve que ce qui était en jeu dans les foires de marchands, où les opérations de compensation avaient lieu dans la comptabilité, ne se limitait pas au change, comme beaucoup de travaux le pensent en se focalisant sur la lettre de change. Le document massif qui circule entre marchands est non seulement la lettre de change mais aussi et surtout l’ordre de paiement dont la signification économique n’échappe absolument pas à Heers, et il faut lui en faire un grand honneur en tant que non économiste : « le mot chèque n’est pas employé à l’époque mais cette économie médiévale a, et de façon très libre, pratiqué l’usage des monnaies de papier. Ces ordres de paiement, écrits sur de simples billets de formats variés qui ne portaient pas d’en-tête et que chacun pliait à sa convenance, étaient émis chaque jour par centaines. Le bénéficiaire pouvait exiger un paiement en monnaie métallique ou, plus souvent et plus commodément, demander une simple inscription sur le livre de compte du tiré. La lettre de change était le même ordre de paiement tiré sur une place étrangère. » Je tiens là la preuve historique (d’autant qu’il nous livre le détail d’un de ces ordres de paiement en note de fin de chapitre) de ce que je supposais nécessaire par mon analyse théorique : la lettre de change n’était pas le cœur de l’activité des marchands-banquiers mais seulement un des ordres de paiement par lesquels ils faisaient circuler la monnaie moderne. Entendons-nous bien. Ces ordres de paiement, comme Heers le souligne très justement ne sont rien d’autres que l’ancêtre des chèques, ou si l’on préfère des billets de banque. A part le fait qu’ils sont écrits plutôt qu’imprimés, rien ne les différencie. Ils matérialisent des délais de paiement inscrits dans la comptabilité des marchands, ils sont eux-mêmes une monnaie : la monnaie moderne. Mais ils ne concernent pas uniquement des opérations de change, ils concernent aussi et surtout des ventes de marchandises. Et dans la variation du prix de ces marchandises, variation impossible à empêcher, se glisse le prêt à intérêt, sous la forme de la spéculation associée au délai de paiement. C’est cette opération que la partie double permet de gérer plus efficacement que n’importe quelle autre technique, et c’est pour cela que ceux qui l’utilisent obtiennent un avantage comparatif qui les fait se transformer en banquiers, en marchands-banquiers.

 

C’est d’ailleurs bien ce qui s’est produit pour Datini, le célèbre banquier de Prato du 14ème siècle qui nous a légué toute sa comptabilité en parfait état, comme Heers le décrit. Originellement marchand de laine, Datini, qui fut un des inventeurs de la partie double, est un riche banquier aux succursales tentaculaires en Europe et en Méditerranée à la fin de sa vie.

 

C’est certainement le même genre de raisons qui conduisirent les Médicis, de petits usuriers urbains, à devenir la grande famille dynastique que nous connaissons. Et en France l’insolente et immense richesse de Jacques Cœur, fils d’un marchand de Bourges devenu principal pourvoyeur du Trésor royal, a certainement partie liée avec cette réalité.

 

A ce propos, Heers nous plonge dans la question de la dette publique au Moyen-âge et décrit comment les titres de dette, en circulant avec les autres délais de paiement des marchands, constitue un élément de cette monnaie de compte en circulation. Un élément important et entraînant, serait-on tenté d’ajouter, dans l’émergence de la monnaie moderne, même si elle n’en est ni l’origine, ni le seul moteur, comme le croient de façon à mon avis un peu simpliste les chartalistes, et David Graeber dans son ouvrage sur la dette. Il montre comment, des templiers jusqu’à Jacques Cœur, les argentiers du Roi sont systématiquement tués au moindre retournement économique et politique, les Auvergnats seuls parvenant à limiter les dégâts par leur proverbiale discrétion et leurs alliances locales : « en gardant assez de solide bon sens pour maintenir un genre de vie sans trop d’éclat et des ambitions limitées à l’acquisition d’un solide patrimoine foncier ». Touchante description des descendants médiévaux des illustres Arvernes, qui déjà battaient monnaie pour toute la Gaule.

 

Finalement, et c’est la qualité principale du livre, Heers affirme que les virements entre comptes et les ordres de paiement qui les matérialisent étaient clairement une nouvelle monnaie, utilisée comme telle, même de façon populaire, dans des villes comme Gênes avec la Casa di San Giorgio. Remarquable lucidité, selon moi, puisque même des spécialistes financiers comme de Roover s’aventurent plus timidement sur ce terrain. Cependant, et c’est la limite de tous les travaux sur la monnaie, qu’ils se concentrent sur l’Ancien régime ou sur le système moderne, ils ne distinguent pas les différentes dimensions de la monnaie (concept que j’introduis dans mon travail), et parviennent à être clairs uniquement s’ils restent dans une des deux dimensions, sans voir que la partie double a précisément permis de changer de dimension monétaire. C’est peut-être la raison pour laquelle Heers semble plus à l’aise que de Roover, gêné par ce problème de cohérence globale dont un historien médiéviste pur comme Heers n’a pas plus à se préoccuper qu’un économiste moderne. La nouvelle monnaie dont parle Heers, en effet, qui naît à partir des délais de paiement des marchands gérés dans leur comptabilité, est la monnaie moderne. Mais en se déployant, en s’étendant et en circulant en tant que tel, ce système de délais de paiement va progressivement se détacher de la monnaie métallique dont il est issu et devenir lui-même une monnaie à part entière, fonctionnant comme un système de crédit mais lié à la production et au profit, ce qui garantit sa pérennité. Et à son tour, et ceci prête beaucoup à confusion dans l’analyse, cette nouvelle monnaie (qui est notre monnaie) va permettre l’existence de délais de paiement en son sein, délais de paiement qui peuvent potentiellement devenir une nouvelle monnaie : il s’agit de la finance moderne.

 

Mais je déborde sur ma thèse, dont la lecture de Heers ne fait que stimuler les intuitions fondamentales, en particulier en me prouvant l’existence massive d’une monnaie-papier fonctionnant comme la matérialisation des délais de paiement, octroyés à l’occasion du change mais aussi et surtout des ventes directes de marchandises.

[1] Voir mon article précédent que j’ai consacré à l’un de ses ouvrages : https://monnaieprix.hypotheses.org/310

Non à la censure de russeurope !

Hier, le blog de Jacques Sapir sur la plateforme de recherche hypothèses, que j’utilise également pour mon propre blog, a donc été fermé arbitrairement, portant un rude coup à la liberté de la recherche et à la crédibilité de cette plateforme. On demeure hébété d’ailleurs, en relisant le message laissé en guise d’explication par Marin Dacos.

Le responsable  de la plateforme nous explique donc que c’est en raison de la publication de textes « s’inscrivant dans une démarche politique partisane » que le blog est censuré. Une rapide recherche nous renvoie pourtant vers une vidéo du CNRS où il affirmait que son rêve, pour sa plateforme, était soi-disant « que dans les campagnes électorales et les débats de société sur le nucléaire, sur les énergies, sur l’environnement, sur la violence, des gens se saisissent des connaissances qu’on a rendues disponibles pour améliorer notre compréhension du monde et améliorer du coup notre construction du monde qui se prépare tous les jours. »[1]

Il est inutile certainement, de charger outre-mesure cet exécutant, puisque le mal est plus profond. Il concerne la vision même de la recherche et de la politique de certains chercheurs dont le sens de la vie, en quelque sorte, se réduit à nuire à leurs collègues à propos de leurs moindres faits et gestes dans le but de prononcer une excommunication. Cette tournure d’esprit a conduit à la censure du blog russeurope, j’y avais moi-même goûté à mon niveau avec un article insensé[2] d’un certain François Briatte, et cela m’évoque également les démêlés récents de Laurent Bouvet avec un censeur particulièrement remonté[3] en la personne de Olivier Fillieule. Certes, on excommunie seulement d’une communauté, mais c’est bien comme cela que certains considèrent les petites places fortes universitaires qu’ils tiennent. Se consacrer à leur recherche personnelle, à la poursuite de la vérité, raison pour laquelle la société leur libère du temps et de l’argent, c’est là une tâche qu’ils sont bien placés pour savoir stérile en ce qui les concerne. Aussi leur semble-t-il insupportable que quelqu’un comme Jacques Sapir s’y adonne librement. Cela leur semble être une activité dangereuse puisque existant en dehors de leurs règles tracassières et vaines, en un mot : un pêché.

Mais qu’est-ce que la recherche, si ce n’est une volonté de développer une pensée approfondie, dans le but de la partager avec le public ? La recherche est une volonté de comprendre le monde et, si elle n’est pas obligatoirement politique, il est naturel que la politique débouche sur elle et inversement. Mettre en jeu dans la sphère politique le résultat de son travail universitaire, prendre position sur les débats d’actualité qui interrogent le corps social, c’est bien là ce qu’on attend de l’intellectuel engagé. Cela est d’autant plus vrai quand il s’agit d’un travail original, libre, et non obnubilé par des logiques court-termistes de carrière, surtout si ce travail peut impacter la vie de la collectivité et décider de son avenir. Aussi la politique dans son sens le plus noble est-elle nécessairement liée à la recherche scientifique authentique, tout particulièrement en économie, et vouloir casser ce lien par des raisons qui ne disent même pas leur nom est un acte scandaleux et profondément obscurantiste.

En vérité, ceux qui jouent ce jeu de la censure, tueraient aussi bien la recherche que la démocratie. Car la recherche sans liberté, uniquement tournée vers des objectifs de réseaux et de courtisanerie, est une recherche morte, ne produisant plus de vérité, à l’image des débats des théologiens du Moyen-âge, qui eux aussi étaient gonflés de l’importance de leurs controverses pourtant évanouies pour toujours. De même, la politique qui serait réservée aux commentaires en vase clos de tels individus serait une politique morte, mais c’est là malheureusement où les acteurs de cette sinistre comédie voudraient nous conduire, si l’on y prenait garde.

Il faut donc s’opposer à la fermeture du blog russeurope au nom d’une certaine conception de la liberté, de la recherche et de la démocratie, et j’espère que beaucoup d’autres chercheurs de la plateforme hypothèses prendront position dans ce sens.

 

 

[1] http://dai.ly/x4flpcd

[2] https://politbistro.hypotheses.org/4325

[3] https://laurentbouvet.net/2017/09/25/de-lexercice-du-metier-en-science-politique-et-de-lengagement-intellectuel-dans-le-debat-public-reponse-a-olivier-fillieule%E2%80%A8/?fb_action_ids=10214146587880947&fb_action_types=news.publishes&fb_source=other_multiline&action_object_map=%5B1555553587838526%5D&action_type_map=%5B%22news.publishes%22%5D&action_ref_map=%5B%5D

Banque, change et monnaie : l’occasion manquée de Raymond de Roover

Raymond de Roover (1904-1972) est un historien belge francophone considéré comme une référence au sujet de l’origine du système bancaire. Ayant commencé sa vie active comme comptable puis banquier, il se passionna dans ses temps libres pour les archives de la comptabilité médiévale de Bruges, proche de la ville d’Anvers où il exerçait, puis en vint à éplucher les foisonnantes archives comptables italiennes du Moyen-âge, notamment à Florence où il vécut par la suite. Dans son article hommage[1], son collègue Henri Lapeyre note d’ailleurs que c’est dans les archives de Bruges qu’il rencontra sa femme, une professeure de philosophie américaine, avec qui il partira aux Etats-Unis, où il deviendra professeur dans plusieurs petites universités puis à Harvard. Egalement professeur à la sixième section de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes à Paris (l’ancêtre de l’EHESS) c’est à New York qu’il passe la fin de ses jours et qu’il meurt en 1972.

Son livre L’évolution de la lettre de change, XIVe – XVIIIe siècle, édité en 1953, intervient à un moment de sa vie où son œuvre, sa technique et ses connaissances historiques bien spécifiques sont déjà largement reconnues par la communauté scientifique. Aussi, Fernand Braudel lui-même lui a-t-il commandé un mémoire de synthèse sur la question de la lettre de change, afin d’offrir aux historiens un document technique complet et précis sur la question[2], qui deviendra ce livre. Raymond de Roover, dont la langue maternelle est le français, mais qui parle également l’allemand, le flamand, l’italien, l’anglais et le latin, a en effet acquis une connaissance unique des outils financiers de l’Ancien Régime. Il a accès, par sa maîtrise des langues, à un corpus documentaire extrêmement large, incluant des textes théoriques et des controverses théologiques de l’Ancien Régime, corpus qui lui confère une connaissance inégalée. Il deviendra d’ailleurs connu à Harvard pour sa maîtrise de la pensée des docteurs scolastiques du Moyen-âge, dont il montrera les liens nombreux et directs qu’ils entretiennent avec les économistes classiques, notamment sur la question de l’analyse des prix de marché. Mais en plus de cela, Raymond de Roover, comme Jean Fourastié (et comme votre serviteur), présente l’avantage d’être un praticien, venu de la comptabilité, et a donc une plus-value technique importante pour étudier les livres comptables médiévaux, qui fonctionnent selon la même logique qu’aujourd’hui.

Aussi L’évolution de la lettre de change est-il rapidement devenu la référence, et l’est encore aujourd’hui, sur cet instrument financier qui est vu, un peu abusivement à mon avis, comme le précurseur principal des instruments financiers modernes. C’est la raison pour laquelle il me fallait étudier de près ce livre pour le confronter à ma propre thèse sur l’origine comptable de la monnaie, thèse que l’ouvrage ne fait que renforcer.

Préfacé par Fernand Braudel qui annonce le style un peu abrupt de l’auteur et nous prévient que « l’heure des techniciens a heureusement et dangereusement sonné », l’ouvrage de De Roover utilise un style clair et sans faux-semblants. Louant un auteur italien, Alessandro Lattes, de Roover en appelle, dans le domaine de l’histoire de la comptabilité bancaire à « la concision, la clarté, la plausibilité dans l’interprétation des sources, l’absence de toute argumentation spécieuse ». Comme Lattes, il faut privilégier « les explications simples et logiques, si souvent les meilleures », et l’on ne peut que souscrire à ce programme. D’ailleurs, si de Roover, comme on va le voir, n’évite pas certains écueils, il faut rendre hommage, tout au long de son exposé, à la précision de ses termes et de ses explications, qui fournissent au lecteur des lumières inestimables sur le sujet étudié.

Au départ, était donc la doctrine de l’Eglise sur l’interdiction du prêt à intérêt, et l’auteur n’a de cesse de nous prévenir que cette doctrine, contrairement à ce qu’avancent un peu légèrement beaucoup d’historiens, a joué un rôle primordial dans le fonctionnement du système de crédit européen.

Dans ce contexte la lettre de change, quant à elle, fut à partir du XII ème siècle un contrat passé devant notaire impliquant quatre interlocuteurs, et définissant rigoureusement un transfert de dette payée entre les deux premiers à un endroit et remboursable par les deux autres à un autre endroit. La différence de cours du change entre les deux opérations impliquait donc un gain de change ou une perte de change, et ce gain (car c’était la plupart du temps un gain) était toléré par l’Eglise car il ne rentrait pas dans la catégorie de l’usure manifeste, étant dû à la différence inévitable de temps et d’espace des deux opérations. Dans cette fenêtre de tir, tout un monde de marchands-banquiers et de changeurs-banquiers va s’engouffrer pour dissimuler des prêts à intérêt, l’intérêt étant dissimulé dans le gain du change. D’où la circulation croissante et bientôt massive de ces lettres de change au Moyen-âge qui interpella à juste titre de nombreux historiens. Car à mesure que se répand son utilisation, le contrat de change devient de plus en plus liquide sans toutefois devenir échangeable contre un taux d’intérêt, avant le XVIIe siècle en Angleterre.

1 Des origines au XIVe siècle

Raymond de Roover montre ensuite comment la lettre de change est systématiquement utilisée, et pour lui, financée par les marchands-banquiers et les banquiers-changeurs italiens qui s’en servent sur les grandes foires européennes au 14ème siècle, qui ont émergées à Milan, Barcelone, Strasbourg, Liège, Plaisance ou Constantinople. Il n’y a pas à cette époque de banquier pur sur les places européennes, car c’est grâce au change que les banquiers se rémunèrent.

Cependant, et c’est un problème central de la pensée de De Roover, l’auteur ne semble pas voir que le cœur des opérations des marchands-banquiers n’est pas la spéculation sur les changes mais la gestion des crédits, sous la forme de délais de paiement, que rend possible l’utilisation de la partie double. Il n’aperçoit pas que ces délais de paiement sont la raison d’être des opérations des marchands-banquiers, et non pas une activité annexe au change. En fait la spéculation et la rémunération que s’offrent les marchands-banquiers avec le change leur sert à financer leurs opérations de crédit, et si les uns et les autres augmentent en quantité, c’est parce qu’ils sont non seulement un système de crédits, mais aussi et surtout une nouvelle monnaie : la monnaie moderne. De cela de Roover n’a que quelquefois l’intuition, mais jamais il ne pousse son raisonnement aussi loin que ses connaissances historiques et comptables le lui permettraient.

2 La lettre de change et le développement du marché monétaire aux XIVe XVe siècles

Ici, l’auteur montre que les contrats de change étaient aussi des opérations de crédit et que les docteurs surveillaient de près s’ils dissimulaient ou non un intérêt, et si les cours des changes n’étaient pas manipulés par les changeurs. Le cours des changes jouait donc un grand rôle dans les places où s’effectuaient les échanges et les compensations de ces lettres, et partout ces places étaient gérées par les Italiens. Certains analystes, comme Luca Pacioli, un des grands diffuseurs de la comptabilité en partie double au XVème siècle, en vinrent même à lier l’évolution du cours des changes à l’abondance ou à la rareté monétaire, c’est-à-dire, en termes modernes, à la masse monétaire. On voit que les débats de l’époque n’avaient rien de l’âge de ténèbres qu’on se plaît à imaginer dans les cours d’histoire de la pensée économique.

D’ailleurs, les gains quasiment constants que faisaient les cambistes sur ce marché des changes tendent à démontrer que la production était en croissance régulière, tout comme la masse monétaire. J’aurai l’occasion de montrer dans ma thèse comment cette régulation était l’un des rouages par lesquels la monnaie moderne, à l’époque en gestation dans la comptabilité de ces marchands-banquiers, était en fait liée à la masse monétaire métallique. A cet égard, de Roover fournit des éléments très éclairants sur ce qu’il faut bien appeler la politique monétaire du royaume d’Angleterre grâce à l’analyse d’un rapport au Parlement qu’il attribue à Gresham.

3 Les transformations du marché monétaire au XVIe siècle

Ici, l’auteur rappelle que la lettre de change ne circulait que dans la Chrétienté latine, non en Moscovie, et non en terre d’Islam. Il souligne aussi qu’il ne faut pas exagérer les innovations financières du XVIème siècle, étant donné le fait que le Moyen-âge connaissait déjà les questions de spéculations sur les devises, d’arbitrages, de parité des changes. Ce rappel est bienvenu aujourd’hui où beaucoup de travaux, faussement originaux, semblent vouloir s’évertuer à déprécier l’apport spécifiquement européen au capitalisme moderne. Comprendre sans a priori le niveau de développement de système économiques étrangers à l’Europe occidentale, en effet, ne doit pas nous faire oublier que c’est bien ici, spécifiquement dans le Nord de l’Italie, puis en Allemagne, en France, en Hollande en Angleterre et enfin aux Etats-Unis, que s’est construit le capitalisme moderne à partir de la Renaissance. Il serait stupide de le contester, mais c’est pourtant bien la voie dans laquelle de nombreux travaux à la mode semblent s’engager de façon si superficielle et idéologique, succédant ainsi aux travaux dominants en économie qui, pour leur part, continuent de voir dans la Réforme Protestante l’avènement de la raison économique, et l’origine de tout le système bancaire, avec l’action des banques d’Amsterdam et d’Angleterre. Rien n’est plus faux, rien n’est plus répété dans tous les manuels.

De Roover se focalise ensuite sur les foires d’Anvers (devenue dominante avec le règne de Charles Quint) puis de Besançon, qui voient se développer dans des proportions gigantesques l’emprise des écritures de virement de comptes à comptes par les marchands-banquiers, majoritairement italiens mais plus seulement, marchands-banquiers qui se payent grâce au change après avoir procédé à toutes leurs opérations de clearing.

Comme pour les siècles précédents, l’auteur ne parvient pas à voir que c’est là, au cœur de ces écritures de virement, que circule la monnaie moderne et que le change est seulement l’instrument qui permet de réaliser les paiements réels, en monnaie métallique. Cela me semble pour ma part incontestable, car c’est la conclusion à laquelle j’arrive par un raisonnement comptable, et je constate avec satisfaction que la description des faits historiques très précis à laquelle procède de Roover ne contredit en rien cette analyse, et même la confirme sans ambigüité. Pourquoi dès lors, l’auteur n’est-il pas arrivé de lui-même à cette conclusion ? A l’évidence la réponse est qu’il n’a pas la connaissance de l’origine technique de la comptabilité en partie double, telle que Jean Fourastié l’a pourtant présentée dès 1943, comme on peut s’en rendre compte en lisant l’article qu’il a consacré à l’histoire de celle-ci en 1937[3]. N’a-t-il jamais eu connaissance de la théorie de Jean Fourastié, comme lui devenu professeur à la sixième section de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes ? Cela paraît douteux, mais il est possible qu’il ne l’ait pas admise. A sa lecture, il faut bien reconnaître que sa propre approche de la comptabilité est davantage juridique que logique, ce qui est d’ailleurs source de nombreuses découvertes, mais qui lui empêche, contrairement à Jean Fourastié, mais à l’image de tant d’autres comptables, de saisir la logique profonde de la partie double, qui est un instrument de gestion automatisé des délais de paiement. De cette incompréhension découle l’inattention, le demi-intérêt, qu’il accorde aux virements entre comptes, et qui, je le répète, sont la raison d’être des opérations qu’il décrit.

C’est également la raison d’être de l’expansion des foires qu’il dépeint, car les banquiers-marchands ont besoin de se retrouver en un lieu où toutes leurs opérations de compensation, qui sont en fait la circulation de la monnaie moderne, puissent se réaliser.

4 La genèse de l’endossement

Convaincu de la primauté de la lettre de change dans les opérations financières d’Ancien Régime, de Roover cherche ensuite à établir à quel moment celle-ci devint endossable, c’est-à-dire à quel moment elle devint suffisamment souple pour pouvoir circuler directement d’un porteur à un autre, à l’image d’un billet de banque. Il semble que cela soit effectif vers le milieu du XVIIème siècle mais si l’on admet que la lettre de change n’était qu’un instrument, et non le cœur des opérations de crédit sous l’Ancien régime, la question perd quelque peu de son intérêt. Il n’en va pas de même pour la question de l’apparition de l’escompte, c’est-à-dire de l’introduction du taux d’intérêt.

5 La pratique de l’escompte

Ici, l’auteur souligne avec justesse que la question de l’apparition du taux d’escompte a insuffisamment retenu l’attention des historiens et des économistes, qui ont trop superficiellement chômé cette question.

Pourtant, mes propres recherches aboutissent à la conclusion que c’est la seule véritable innovation qu’a due apporter la Réforme Protestante au système de la monnaie moderne. En effet, tout laisse à penser que le système de monnaie moderne était déjà bien en place depuis le XIVème siècle et l’invention de la comptabilité en partie double par les Italiens.

De Roover date l’apparition de l’escompte au XVIIème siècle avec la Banque d’Angleterre qui, de plus, invente et diffuse le système des billets de banque. A son imitation, c’est au cours du XVIIIème siècle que l’escompte sera établi progressivement en Europe, en 1776 en France avec la création de la Caisse d’Escompte par Turgot. La Révolution et l’Empire balayeront beaucoup des anciennes banques européennes, et dans le sillage de la Banque de France, diffuseront partout l’établissement du taux d’intérêt dans la comptabilité des banques centrales.

A cet endroit de son raisonnement, de Roover semble toucher du doigt le fait que les banquiers-marchands utilisent la monnaie moderne. Il affirme que les changeurs-banquiers, en particulier, faisaient bien circuler une monnaie fiduciaire supérieure à leur encaisse métallique, créant de l’inflation, comme il en avait émis l’idée dans son livre sur la banque à Bruges[4] : « De divers côtés, on nous a critiqué pour l’avoir affirmé. (…)Nous maintenons intégralement ce que nous avons dit, en faisant remarquer qu’il ne faut pas essayer de prouver au moyen des documents ce qui n’est pas prouvable de cette manière, mais qui est une matière d’analyse et de raisonnement. »[5]

En effet, dans toute la fin de son dernier chapitre, de Roover approfondit cette question, et soutient la logique de sa réflexion avec détermination, ce qui l’amène à prouver sans conteste que l’émergence des premières banques publiques, Taula de Barcelone, Rialto de Venise, Wissembank d’Amsterdam etc., s’est faite afin de gérer pour le compte des Etats cette nouvelle monnaie fiduciaire. Il montre en particulier comment la République de Venise, dans sa guerre contre les Turcs au XVIème siècle, recourut à des techniques d’emprunt qui nous semblent très modernes : emprunts forcés auprès des fournisseurs de matériels et d’armes en créditant leurs comptes à la banque, puis, devant la dépréciation de la monnaie fiduciaire ainsi créée, rupture de la convertibilité en espèce de cette monnaie. J’observe, mais de Roover ne franchit pas ce pas, que c’est le même mécanisme que nous connaîtrons au XXème siècle au moment du financement des Guerres mondiales, ce qui n’a rien d’étonnant si l’on comprend qu’il s’agissait de la même monnaie, régie par les mêmes mécanismes de la comptabilité en partie double.

L’auteur affirme que toutes les banques publiques apparaissant aux XVIème et XVIIème siècle (à Palerme, Gênes, Venise, Milan, Rome, Amsterdam, Middlebourg, Hambourg, Nüremberg, etc.) étaient des banques de virements en écritures remplissant « les mêmes fonctions que les changeurs médiévaux dont elles suivaient les traditions ». Selon moi, c’est donc une illusion de croire que les banques d’Amsterdam et d’Angleterre représentèrent une révolution financière comme le veut un mythe tenace et trop souvent répandu parmi les économistes. A mon avis, l’évolution qui mena à la monnaie moderne fut bien plus progressive, et dans cette évolution la banque d’Angleterre n’apporta que deux réformes parmi beaucoup d’autres au cours des siècles. Mais si nous devons marquer d’une pierre blanche un moment précis de cette évolution, c’est clairement l’invention de la partie double au XIVème siècle dans le Nord de l’Italie, qui doit être choisie comme le tournant décisif de l’invention de la monnaie moderne.

De manière convaincante, de Roover détaille ce qui fut l’apport majeur de la banque d’Angleterre au XVIIème siècle : la création de l’escompte, c’est-à-dire le taux d’intérêt explicite, et non plus dissimulé dans un profit de change. Avec la mise en circulation des billets, c’est bien la chose fondamentale qu’apporta la banque d’Angleterre au système financier moderne. Cependant pendant longtemps, le système de financement par l’escompte anglais cohabita avec le vieux système continental de financement par le change. Et je pense même que ce double système perdura longtemps au XIXème siècle, à la fois sur le Continent et en Angleterre, ainsi que, surtout, aux Etats-Unis où l’escompte semble avoir tardé à pénétrer les pratiques de la FED. Mais on voit bien que si ce taux d’intérêt fluidifiait et rationalisait le système de monnaie fiduciaire permis par la partie double, il ne le révolutionnait pas. Certes, la réforme anglaise fut bientôt adoptée sur le continent et en France notamment, avec la création de la Caisse d’Escompte par Turgot en 1776, après la première tentative avortée de Law au début du XVIIIème. La Révolution et l’Empire surtout, débouchant sur la création de la Banque de France, initièrent ensuite le modèle par excellence du système bancaire européen, avec un taux d’escompte de la banque centrale limité mais bien présent.

6 Critique

Mais de Roover n’ose pas s’aventurer au-delà de la Révolution française, parce qu’il ne voit pas que le système financier qu’il a décrit, loin d’être celui d’un Ancien Régime qui aurait été remplacé entièrement par un autre, est tout simplement la base de notre monnaie moderne. De Roover n’a pas conscience de cela parce qu’il échoue à distinguer les deux dimensions de la monnaie, autrement dit parce qu’il hésite entre le concept de crédit et celui de monnaie. Ainsi, le système de monnaie fiduciaire des banquiers-marchands lui paraît être alternativement un système de crédit, ou une monnaie fiduciaire. Mais il faut choisir entre les deux ! S’il est un système de crédit, c’est qu’il est basé sur une monnaie (la monnaie métallique), mais dans ce cas il faut renoncer au terme de monnaie pour décrire ce système de crédit, en ce sens que ce système n’est pas reconnu et utilisé par les acteurs comme tel. Bien sûr dans ce cas, le système de monnaie fiduciaire moderne ne peut qu’être apparu soudainement à l’époque moderne, par exemple pendant la Révolution française ou peu après, mais de Roover est trop familier de ces questions pour être dupe de cette explication. Malgré tout, c’est la conclusion timide à laquelle arrivent ses travaux, et il se contente de mettre fin à sa description si précise en notant qu’après la Révolution, « une transformation profonde » du système bancaire a dû avoir lieu, bien que paradoxalement, et il est obligé de l’avouer, cette transformation aux proportions gigantesques n’ait jamais donné lieu à la moindre étude historique, dans un domaine qui n’en manque pas : « Ainsi, la transformation de la lettre de change en instrument négociable et escomptable aboutit à un changement plus profond de la structure même du système bancaire européen. C’est un aspect de l’histoire des banques qui, pour autant que nous le sachions, n’a pas suffisamment retenu l’attention des historiens et des économistes. »

Si cette explication n’est pas satisfaisante, c’est tout simplement parce qu’elle est fausse et qu’il faut lui en préférer une autre : le système de crédit des marchands-banquiers est la monnaie moderne. En se développant à partir de la monnaie métallique dont il est issu, il donna naissance à la monnaie moderne, fonctionnant comme un système de crédit mais n’étant plus un simple système de crédit. Aussi le système bancaire décrit par de Roover dans son livre n’est-il rien d’autre que l’émergence de la monnaie moderne, dont la partie double a permis la croissance.

Pour arriver à cette conclusion, il fallait distinguer clairement le crédit de la monnaie, en comprenant que la monnaie moderne est issue d’une forme particulière du crédit : le délai de paiement. C’est ce type de crédit, dont la partie double permet le développement, qui a permis l’apparition d’une nouvelle monnaie fiduciaire émergeant à partir d’une ancienne monnaie métallique mais dans une dimension différente, comme je le montre dans ma thèse. Mais parce qu’il ne parvient pas à les distinguer, de Roover n’arrive pas à maintenir jusqu’au bout son raisonnement. Ses connaissances juridiques, théologiques, historiques, comptables, économiques l’ont pourtant conduit à découvrir, malgré l’opposition de ses collègues académiques, le fait que c’est bien une nouvelle monnaie que géraient les marchands-banquiers dans leur comptabilité.

Mais il ne suffit pas d’affirmer cette vérité, comme mes propres recherches me conduisent à le penser, il faut aussi en tirer toutes les conséquences logiques et s’y tenir fermement, puisque c’est une vérité. On découvre alors que la monnaie que nous utilisons est née du crédit pratiqué à partir d’une autre monnaie, mais une forme particulière du crédit : le délai de paiement, systématiquement confondu dans la pensée économique avec l’autre forme du crédit : le prêt d’argent. Ce sont ces délais de paiement qui sont devenus la monnaie moderne que nous utilisons, et c’est la partie double qui a provoqué leur croissance car elle permettait, et permet toujours, leur gestion efficace. Comprendre cela conduit donc à découvrir qu’une nouvelle monnaie en a bien remplacé une autre, mais une nouvelle monnaie fonctionnant dans une autre dimension, sur un autre plan, ce qui peut être montré clairement à partir de la comptabilité.

Mais je présente là les idées directrices de ma thèse, et le livre de De Roover, pour sa part, ne va pas jusque-là. Sans doute en raison d’un mode de réflexion plus juridique que logique, il ne fait que pressentir les origines de la monnaie moderne et, en se focalisant sur l’instrument de financement et d’utilisation juridique de cette monnaie nouvelle que constitue la lettre de change, il manque finalement l’essentiel, le site de cette monnaie, c’est-à-dire la comptabilité elle-même des marchands-banquiers. De là l’impression décevante que laisse la conclusion, puisqu’il déclare que le résultat fondamental de sa recherche est seulement que la lettre de change n’était pas escomptable avant le XVIIème siècle en Angleterre… Il venait pourtant de toucher du doigt l’origine même de la monnaie moderne.

Il reste que par l’ampleur de son savoir, sa rigueur et la multiplicité de ses sources, de Roover reste un incontournable et passionnant penseur de l’histoire de la banque, de la comptabilité, de la monnaie et du capitalisme, dont je compte bien continuer à lire l’œuvre en entier.

[1] L’œuvre de Raymond de Roover, Henri Lapeyre, Revue d’histoire économique et sociale, Vol. 53, 1975.

[2] L’œuvre de Raymond de Roover, Henri Lapeyre, Revue d’histoire économique et sociale, Vol. 53, 1975.

[3] Aux origines d’une technique intellectuelle : la formation et l’expansion de la comptabilité à partie double. Raymond de Roover, Annales d’histoire économique et sociale, 1937.

[4] Money, Banking and Credit in Mediaeval Bruges. Italian Merchant-Bankers, Lombards and Money-Changers. A Study in the Origins of Banking, Cambridge (Mass.), 1948.

[5] L’évolution de la lettre de change, XIVème-XVIIIème siècle, Raymond de Roover, 1953, Editions Jean Touzot, p. 135

Huit siècles d’évolution de la monnaie de crédit

La monnaie de crédit moderne a donc suivi un long chemin, du 13ème siècle jusqu’à aujourd’hui. Il y eu d’abord sa rationalisation en Italie avec la partie double, puis son utilisation par les premières banques, son financement par les bourses de valeur, sa sécurisation par les grandes banques publiques centrales et leur fonction de prêteur en dernier ressort, sa généralisation par la diffusion des billets de banque, enfin sa déconnexion définitive de la monnaie métallique et son pilotage par l’établissement de l’intérêt payé avec cette monnaie de crédit au XXème siècle.

A chaque étape de cette évolution, la monnaie de crédit a toujours fonctionné grâce à la comptabilité en partie double. Ce fait essentiel n’a pourtant jamais reçu l’explication qu’il méritait : c’est parce que la comptabilité à partie double est à l’origine de la monnaie moderne, elle lui est consubstantielle.

Depuis le plus ancien livre de comptabilité évoluant vers la partie double dont nous avons gardé la trace, un document anonyme d’une entreprise de Florence daté de 1211, qui contenait pour la première fois des comptes de correspondants tenus dans le sens de ceux-ci[1], c’est-à-dire des comptes de dettes et créances modernes ; jusqu’à nos jours, la monnaie de crédit a suivi une expansion exceptionnelle due à la comptabilité en partie double.

Dès lors il faut se souvenir des origines de cette invention. C’est parce qu’ils voulaient unifier la comptabilité de leur trésorerie avec la comptabilité des crédits de leur entreprise et de son patrimoine, que les comptables italiens des 13 e et 14 e siècles avaient dégagé les règles étranges de la comptabilité en partie double. Avec la révolution de l’inversion du signe de caisse, ils avaient pour objectif de faire des crédits un bien à compter comme un autre, ils voulaient en faire de la monnaie sonnante et trébuchante comme celle qu’ils avaient en caisse : de la monnaie métallique fondue de métaux précieux. Mais les conséquences de leurs actes leur échappèrent largement, et les siècles passant, c’est finalement leur système qui provoqua le remplacement progressif de la monnaie métallique par la monnaie de crédit dont ils avaient codifié les règles dans leurs comptes de tiers a la veneziana.

Peut-être peut-on résumer leur révolution obscure par l’idée suivante : ils avaient voulu faire du crédit une monnaie, mais ils ont transformé la monnaie en crédit.

[1] Jean Fourastié, La comptabilité, Editions Que sais-je ?, 1943

 

La comptabilité et la finance moderne

 

Une troisième dimension de la monnaie : la finance moderne

Maintenant qu’elle semble arriver à un stade de développement définitif, y-a-t-il encore quelque chose à dire de l’avenir de la monnaie de crédit ? N’est-elle pas vouée à une stabilité éternelle grâce à sa gestion par la banque centrale ? C’est oublier un peu vite la nature de la monnaie de crédit et de l’outil qui l’a engendrée : la partie double.
En effet, si la monnaie de crédit, comme on l’a vu, s’est progressivement, mais complètement, émancipée des marchés financiers avec le temps, ceux-ci n’ont pas disparu pour autant, loin s’en faut. La partie double non plus, qui, comme on l’a vu, s’est étendue à toutes les entreprises, à tous les pays, et surtout à toutes les banques. Cela signifie donc que tous les outils existent pour faire fonctionner une monnaie parallèle à la monnaie officielle, fût-elle la monnaie de crédit moderne. Tous les éléments sont réunis pour qu’une troisième dimension de la monnaie émerge. Est-ce le cas ? La réponse est oui, et cette troisième dimension monétaire n’est rien d’autre que la finance moderne, ou ce que les financiers appellent la liquidité de marché [2].

Les opérations financières semblent souvent extrêmement complexes quand on essaie de les décrire, en partie parce que cela arrange, bien-sûr, un certain nombre d’acteurs, mais en partie parce qu’elles le sont réellement. Même les ouvrages qui se veulent le plus pédagogiques peinent à décrire de façon claire ce que font les acteurs des marchés financiers.

Mais comme pour les opérations bancaires, on oublie trop souvent de recourir à la comptabilité pour décrire les opérations financières. Pourtant, il me semble que c’est la meilleure façon de le faire car le point de vue du comptable, en plus d’être le plus précis, est en fait l’origine et le cœur des opérations de finance. C’est en partant d’une analyse comptable que la monnaie et la finance atteignirent la complexité qui est la leur, et c’est à partir de cette vision technique bien précise que toutes les opérations les plus incroyables sont menées. C’est dans la comptabilité d’une entreprise financière que réside la logique de ses opérations. Aussi la comptabilité est-elle d’un très grand secours pour comprendre la monnaie et la finance.

Mais paradoxalement, elle n’est guère mise en valeur dans l’opinion publique. On la tient généralement pour une discipline mineure et rébarbative, nécessaire mais ennuyeuse, et l’image populaire du comptable : près de ses sous, tracassier et obtus, est à l’avenant. Tout cela n’est d’ailleurs pas complètement faux, mais le problème est que cela freine la compréhension de phénomènes économiques et financiers que permet un usage rationnel de la comptabilité. Les origines et la logique de la partie double, sont en elles-mêmes mal connues ou mal comprises.

Mais si on se rappelle de sa logique, on perçoit mieux que la finance moderne est un vaste système de crédits basés sur la monnaie. Les opérations de crédits ne sont pas payées par un taux d’intérêt direct, ce pour quoi on parle de shadow banking, mais elles n’en ont pas besoin, puisque ce sont les plus-values sur les ventes de marchandises (ou tout autre chose monnayable) qui financent ces crédits. Et la masse de ces crédits, qui ne sont pas à proprement parler de la monnaie, fonctionnent en réalité comme une monnaie : la fameuse « liquidité de marché ». Comme la monnaie de crédit moderne a émergé de l’application de la partie double à la monnaie métallique, la liquidité de marché existe et se développe du fait de l’application de la partie double à la monnaie de crédit elle-même. Si, donc, la monnaie de crédit moderne fut une nouvelle dimension de la monnaie, se développant sur un autre plan que la monnaie métallique mais à partir d’elle, il en va en réalité de même de la liquidité de marché, qui, en se développant de façon cachée à partir de la monnaie de crédit, constitue une troisième dimension de la monnaie, fonctionnant avec les principes de la partie double qui permettent de la codifier et de la gérer rigoureusement. Et de la même façon son existence peut concurrencer la monnaie dont elle est issue.

Mais si une monnaie émerge une nouvelle fois, c’est dans un environnement capitaliste lui aussi totalement nouveau. Car c’est le besoin de crédit et la pénurie de celui-ci qui ont stimulé l’émergence de la monnaie moderne depuis huit siècles, alors que celui-ci est aujourd’hui abondant. En effet, le crédit et la monnaie sont gérés librement par les banques grâce au taux d’intérêt, et rien n’empêche en théorie de combler un besoin de crédit dans l’économie. Le développement d’une nouvelle monnaie financière apparaît donc largement comme une perversion du système de crédit, et peut avoir des conséquences très néfastes, notamment en opérant de gigantesques – et inutiles- transferts de richesses.

Comprendre qu’il existe différentes dimensions de la monnaie implique de comprendre par quels procédés cela est possible, et c’est la comptabilité en partie double qui nous donne la clé, comme j’essaie de le démontrer dans mes recherches.

 

[1] Jean Fourastié, La comptabilité, Editions Que sais-je ?, 1943

[2] Traité de comptabilité bancaire, doctrine et pratique. Jean-Paul Caudal, 2ème édition, 2016.

La victoire définitive de la monnaie de crédit moderne (19e – 20e siècles)

Les billets de banque et la généralisation de la monnaie de crédit (18e -19e siècle)

L’histoire de l’expansion des billets de banque et des chèques est en fait l’histoire de l’extension de l’utilisation de la monnaie de crédit aux masses populaires, et elle commença à la fin du 17e siècle. Les banques italiennes de la Renaissance avaient déjà fait circuler des précurseurs de ces billets de banque[1]. D’ailleurs quand la banque d’Angleterre a émis ses premières banknotes, elle s’est basée sur le fonctionnement des nota di banco des banques italiennes de la Renaissance. Mais ce qui a permis la massification de l’utilisation de ces billets, c’est la sécurisation de la monnaie de crédit qu’avait réussie la Banque d’Amsterdam au début du 17e siècle et que poursuivait la Banque d’Angleterre contre la dépréciation de cette monnaie moderne par les monnaies de mauvaise qualité. Cette lutte pour la stabilisation se poursuivit d’ailleurs tout au long du 18e siècle, et fut émaillée de nombreux accidents dans tous les pays, en particulier au moment des guerres qui les opposaient[2].

Mais après les guerres Napoléoniennes, cette stabilité fut à peu près acquise, et les billets se répandirent largement dans tous les pays riches. Le privilège d’émission fut en général octroyé aux banques centrales, car on prit conscience qu’il fallait maîtriser l’émission de monnaie de crédit pour sécuriser sa valeur. Les banques centrales devinrent alors la clé de voûte de la monnaie moderne, puisqu’elles pouvaient piloter la monnaie de crédit en émettant les billets de banque grâce au taux d’intérêt qu’elles pouvaient moduler à leur guise, dans la limite où celui-ci restait attaché à la monnaie métallique, donc au stock d’or. La Banque de France symbolise bien à cette époque la prise de conscience de l’importance économique des banques centrales.

Les banques centrales deviennent prêteurs en dernier ressort (19e siècle)

Pour parachever la monnaie moderne, il manquait encore un élément essentiel : que les banques centrales assurent officiellement la liquidité générale du système bancaire et monétaire. Il fallait qu’en cas de crise ou de faillites de banques privées, elles prêtent à ces banques pour leur éviter la faillite et sécurisent ainsi complètement le fonctionnement de la monnaie de crédit. Il fallait qu’elles deviennent préteurs en dernier ressort[3].

Eviter les faillites des banques privées tout en continuant à utiliser le système de la monnaie de crédit, c’était là l’objectif de la première grande banque publique, le banco della piazza di Rialto au 16e siècle à Venise. Mais le système complexe et contre-intuitif de la monnaie de crédit, basé sur l’obscure méthode de la comptabilité à partie double, mit bien longtemps à être pleinement maîtrisé et rationnellement utilisé par la masse des hommes, et ce n’est qu’après de nombreuses expériences et de patientes adaptations que le système de la monnaie de crédit moderne parvint à être maîtrisé par la banque centrale au 19e siècle.

A ce moment-là dans la plupart des pays, la banque centrale devint définitivement ce qu’elle avait depuis toujours vocation à être : l’organisatrice du bon fonctionnement de la monnaie de crédit dans l’économie. En jouant le rôle de prêteur en dernier ressort, elle devenait la garantie de la monnaie de crédit.

La fin de la monnaie métallique (19e – 20e siècle)

La monnaie de crédit semble donc atteindre au 19e siècle un haut niveau de perfectionnement. Mais cependant, bien que son utilisation se généralise et permette l’épanouissement de la Révolution industrielle, elle demeure conceptuellement liée à la monnaie métallique depuis ses origines. Aucune des grandes réformes qui ont permis son expansion depuis le 13e siècle n’a jamais rompu ce lien. La partie double a permis de codifier rigoureusement son existence, puis la croissance des bourses de valeur a financé son expansion, les premières banques privées assurant sa gestion, puis les grandes banques publiques garantissant sa valeur, répandant son utilisation, pilotant sa circulation par le rétablissement du taux d’intérêt. La monnaie de crédit est désormais gérée de façon suffisamment solide pour irriguer toute l’économie d’une nation et être utilisée par tous ses membres, des plus riches aux plus humbles, le tout sous le contrôle d’une banque centrale liée à l’Etat.

Mais cependant cette monnaie qui semble circuler en parallèle à la monnaie métallique, elle circule toujours pour le compte de cette monnaie métallique. On a vu que l’intérêt payé aux banques l’était toujours en monnaie métallique, faisant dépendre la variation de la masse de monnaie de crédit du stock de monnaie métallique existant. Il y a là un paradoxe qui ne manqua pas de frapper les économistes et les banquiers des 19e et 20e siècles. Ils se demandèrent si cet arrimage était nécessaire. Ils se demandèrent s’il n’était pas possible de détacher la monnaie moderne de la monnaie métallique, c’est-à-dire des métaux précieux, de cet or qui avait toujours été synonyme de monnaie. Certains pensèrent que c’était impossible et cherchèrent plutôt à fixer rationnellement des parités entre les monnaies de crédits et l’or. Mais devant l’évolution des faits économiques, et en particulier devant la nécessité de financer les deux Guerres Mondiales, ce système se brisa définitivement[4].  La pensée économique, en particulier celle de Keynes, fournit les outils théoriques pour accompagner cette mutation nécessaire. Ainsi peut-on lire à mon avis la crise de l’étalon-or au 19e siècle et surtout dans les années 30. Elle fut la dernière phase de l’émancipation de la monnaie de crédit : son autonomisation complète de la monnaie métallique et la disparition de celle-ci. Sans doute la convertibilité en or du dollar fut maintenue après la Seconde Guerre Mondiale, mais les accords de Jamaïque mirent définitivement fin à ce système en 1976.

C’est sans doute au moment de la rupture avec l’étalon-or que fût mis en place le système du taux d’intérêt bancaire payé non plus en monnaie métallique mais en monnaie de crédit elle-même. Cette monnaie de crédit devenait ainsi parfaitement autonome, auto-référentielle, et le taux d’intérêt des banques et de la banque centrale devint un outil parfaitement souple et modulable sans autre limite que la volonté des autorités monétaires. Le taux d’intérêt des banques et surtout de la banque centrale acquit ainsi l’importance décisive que nous lui attribuons, de nos jours, dans la politique monétaire d’un pays.

Désormais et jusqu’à nos jours, la monnaie de crédit avait complètement supplanté la monnaie métallique.

 

[1] L’évolution de la lettre de change, XIVème – XVIIIème siècles. Raymond de Roover, Paris, Armand Colin, 1953.

[2] A History of the Interest Rate, Sydney Homer, Richard Sylla, John Wiley & Sons, 4th edition, 2005.

[3] « Lender of Last Resort: What Have We Learned Since Bagehot? » Freixas, X.; Giannini, C.; Hoggarth, G.; Soussa, F.  Journal of Financial Services Research, 2000.

[4] The gold standard in theory and history. Eichengreen, Barry J.; Marc Flandreau New York City: Routledge. 1997.

Le rôle des banques centrales dans l’émergence de la monnaie moderne

 La formation des banques publiques centrales : une sécurisation de la monnaie de crédit (16e-17e siècles)

Les premières grandes banques publiques, en commençant par la première d’entre elles : le Banco della Piazza di Rialto à Venise au 16e siècle, s’inscrivirent dans la continuité de l’évolution des siècles précédents. Elles avaient principalement pour but d’éviter les faillites en engageant la responsabilité et la crédibilité des Etats auxquels elles appartenaient[1]. Mais elles n’étaient pas du tout différentes dans leurs fonctions des banques privées qui les avaient précédées. Elles géraient exactement le même type d’opérations que celles-ci, recevaient des dépôts et permettaient le fonctionnement des crédits entre les déposants. Cherchaient-elles à s’enrichir par leur activité en réalisant des plus-values ? Peut-être pas à Venise, où le Piazzo di Rialto joua davantage le rôle de plateforme que d’acteur du crédit. Mais au contraire la banque d’Amsterdam, étroitement liée à la compagnie des Indes orientales et à la bourse d’Amsterdam, était clairement une récupération par le nouvel Etat des Provinces-Unies, issu de la longue révolte contre l’Espagne, des mécanismes de la monnaie moderne. A Amsterdam au début du 17e siècle, tout se passe en effet comme si les mécanismes de la monnaie de crédit moderne, nés et perfectionnés en Italie, étaient récupérés par les Hollandais au service du développement de leur nouveau pays. Sans surprise, la monnaie de crédit est étroitement associée au commerce (avec la compagnie des Indes) et à la bourse, car c’est ce triptyque commerce-finance-partie double qui permet l’expansion de la monnaie moderne. La nouvelle bourgeoisie marchande au pouvoir dans ce pays ne se contente donc pas de bâtir les institutions politiques qui lui octroient le pouvoir, elle utilise et perfectionne le système de financement moderne que permet le maniement de la partie double pour asseoir son pouvoir économique, à l’imitation de Venise.

Car quand elles furent créées, les banques centrales utilisèrent la comptabilité en partie double, puisque c’était cette technique qui permettait le fonctionnement de la monnaie moderne. Elles n’inventèrent donc rien à cet égard, tout ayant été fixé depuis longtemps par les comptables italiens des 13e et 14e siècles.

Cependant, la banque d’Amsterdam parvint, au 17siècle, à maintenir la valeur de sa monnaie de crédit et à la prémunir contre les attaques des monnaies étrangères par des interventions d’open market[2]. Cette victoire attira tous les acteurs économiques et financiers de l’Europe vers cette banque, et celle-ci devint la plateforme mondiale des échanges de monnaie moderne. Les autres pays européens, à commencer par les pays protestants mais pas seulement, cherchèrent alors à construire des banques centrales sur son modèle, afin d’utiliser à leur tour une monnaie de crédit moderne et sécurisée. Toutes utilisèrent la seule méthode connue qui permettait d’utiliser cette monnaie moderne : la comptabilité en partie double.

 Les Etats utilisent et étendent la monnaie de crédit (16e-17e-18e siècles)

Un point important de ce développement de la monnaie de crédit moderne est l’utilisation qui en fut faite par les Etats. Ceux-ci, à l’image des grands marchands, avaient un grand intérêt à se servir de la monnaie de crédit moderne car elle accroissait leurs revenus. C’est pourquoi ils cherchèrent à la développer en créant de grandes banques publiques ou centrales. C’est aussi pour cela que les Trésors publics de nombreux pays ouvrirent auprès de ces banques un compte de dépôt afin de pouvoir utiliser la monnaie issue de la partie double, et ainsi accéder au crédit[3] plus facilement. Ce faisant, non seulement ils intervinrent pour développer et sécuriser le système déjà ancien de la monnaie de crédit, mais ils augmentèrent aussi l’utilisation de cette monnaie dans l’économie.

Leur utilisation de la monnaie moderne doit donc être étudiée attentivement, car elle joue en fait un rôle d’entraînement décisif dans la généralisation de la monnaie de crédit. Il me faudra donc étudier l’action et l’attitude qu’ont eu les Trésors publics vis-à-vis de cette innovation, d’abord simples emprunteurs auprès de grands banquiers privées, comme la Monarchie espagnole vis-à-vis des banquiers génois au 16e siècle, puis déposants auprès des banques publiques comme l’Etat vénitien auprès du Banco della Piazza di Rialto, enfin initiateurs et protecteurs de la monnaie de crédit aux 17e et 18e siècles avec le développement des banques centrales et des grandes compagnies nationales.

 Le retour du prêt à intérêt (16e-17e-18e siècles)

A quel moment le prêt à intérêt a-t-il été réintroduit dans le système bancaire ? Cette question est moins évidente qu’il n’y paraît car économistes et historiens, en raison du manque d’attention qu’ils accordent généralement aux mécanismes de la comptabilité en partie double, peinent à décrire précisément le fonctionnement du prêt gagé, et en quoi il se différencie du prêt à intérêt. Ils distinguent mal les différentes dimensions de la monnaie : monnaie métallique d’une part, délais de paiement basés sur cette monnaie métallique devenant progressivement la monnaie de crédit moderne d’autre part. Aussi n’ont-ils pas accordé toute l’importance requise à la question de savoir quand ce prêt à intérêt fait son apparition en partie double. Il s’agit de savoir à quel moment le prêt à intérêt simple est de nouveau utilisé comme moyen de rémunération du crédit pour la banque à la place de la plus value sur la vente d’une marchandise. Dit encore autrement, il s’agit de savoir à quel moment le taux d’escompte a été inventé par les banques centrales.

C’est la Réforme luthérienne, puis surtout calviniste, au 16e siècle, qui permit la réintroduction du prêt à intérêt commercial et entre particuliers dans plusieurs pays. Cependant, ce prêt à intérêt fut réintroduit bien plus tard dans le système bancaire, et il semble par exemple que la banque d’Amsterdam ne l’utilisait pas directement au 17e siècle, raison pour laquelle les marxistes rejetaient son appartenance au capitalisme moderne. Cela n’a rien d’étonnant car on a vu que le système comptabilité en partie double – monnaie de crédit – marchés financiers fonctionnait comme un efficace moyen de contourner ce prêt à intérêt, et s’était en fait révélé bien plus efficace pour octroyer des crédits qu’un simple système de monnaie métallique où le prêt à intérêt aurait été autorisé. Cependant, la réforme protestante acquise après de longues luttes dans le nord de l’Europe, il n’y avait plus de raison religieuse d’interdire le prêt à intérêt bancaire dans ces pays. Si l’on suit l’avis de Sidney Homer et Richard Sylla[4], c’est la Banque d’Angleterre, qui l’introduisit définitivement en s’inspirant des  inland bill of exchange à la fin du 17e siècle, pratiqués par les goldsmiths.

En France il semble que c’est au début du 18e siècle, et malgré l’interdiction de l’Eglise que le prêt à intérêt commença progressivement à être autorisé, avant que la Révolution et surtout l’Empire ne l’encadrent définitivement[5]. Au moment de la création de la Banque de France puis de l’octroi du privilège d’émission par Napoléon, celle-ci utilise le prêt à intérêt dans sa comptabilité[6].

Nous avons vu que la monnaie moderne, la comptabilité en partie double et les marchés financiers semblent s’être formés comme un système connecté permettant à l’origine de se détacher des métaux précieux et de contourner le prêt à intérêt. Au cours des siècles, ce système s’est lentement mais sûrement perfectionné, chaque pays, chaque génération, apportant à son tour une amélioration adoptée ensuite par les autres. A la fin du 18e siècle, la monnaie moderne est déjà bien en place, de nombreuses banques centrales sont créées, la monnaie de crédit circule de façon sécurisée et accompagne les développements de la Révolution industrielle. L’interdit religieux qui fut à l’origine de cet outil forgé par les siècles a lui aussi pris fin, et l’on a réintroduit le prêt à intérêt sans modifier la nature du système lui-même. De ce fait, on a conservé la grande efficacité pratique de la monnaie de crédit tout en introduisant le prêt à intérêt comme un outil de pilotage de cette monnaie, même si l’intérêt est encore payé en monnaie métallique.

Quand Henry Thornton, banquier et économiste anglais, publie en 1802 son traité de politique monétaire[7], le système financier qu’il décrit est suffisamment moderne et proche du nôtre pour que sa pensée soit considérée encore aujourd’hui comme le fondement théorique de l’action des banques centrales. Cet auteur est d’ailleurs considéré comme un précurseur et comme ayant eu une grande influence sur Knut Wicksell, dont l’œuvre influencera elle-même très profondément celles de Keynes et Hayek.

Mais cependant, si le taux d’intérêt est bien apparu dans les comptes des banques centrales, sous la forme du taux d’escompte, il s’agit toujours d’un prêt à intérêt payable en monnaie métallique, et non pas en monnaie de crédit comme dans le système moderne. C’est pourquoi son utilité est limitée et pas nécessairement supérieure au système de prêt gagé. C’est la raison pour laquelle le prêt gagé se maintient tout au long du dix-neuvième siècle, comme en atteste le débat britannique à la chambre des communes entre bullionistes et anti-bullionistes[8]. Il faudra certainement attendre le XXème siècle, et la fin de toute référence à la monnaie métallique, c’est-à-dire la fin de l’étalon-or, pour que l’intérêt moderne, payé lui-même en monnaie de crédit, soit mis en place dans le système bancaire.

 

[1] Il Banco della Piazza di Rialto, première banque publique vénitienne, Ugo Tucci, Cahiers de la Méditerranée, Année 1981  Volume 5  Numéro 1  pp. 155-169.

[2] William Roberds & Stephen Quinn, 2007. The Bank of Amsterdam and the Leap to Central Bank Money,  American Economic Review, American Economic Association, vol. 97(2), pages 262-265, May.

[3] A History of the Interest Rate, Sydney Homer, Richard Sylla, John Wiley & Sons, 4th edition, 2005.

[4] A History of the Interest Rate, Sydney Homer, Richard Sylla, John Wiley & Sons, 4th edition, 2005.

[5]Le prêt à intérêt (I) : Petite histoire française du prêt à intérêt, blog de Paul Jorion, http://www.pauljorion.com/blog/2014/11/28/le-pret-a-interet-i-petite-histoire-francaise-du-pret-a-interet-par-zebu/

[6] La Banque supérieure – La Banque de France de 1800 à 1914, Yves Leclerc, Bibliothèque de l’économiste, Paris, 2009.

[7] An Inquiry into the Nature and Effects of the Paper Credit of Great Britain, Henry Thornton, 1802.

[8] Esposito Marie-Claude, « Le contrôle de l’émission de monnaie en Grande-Bretagne au XIXe siècle : avancées et limites du Bank Charter Act de 1844 », Histoire, économie & société, 2009/2 (28e année), p. 59-74. DOI : 10.3917/hes.092.0059. URL : http://www.cairn.info/revue-histoire-economie-et-societe-2009-2-page-59.htm

Comment la bourse et la partie double permirent l’expansion de la monnaie moderne

Jean Fourastié a expliqué l’histoire et la logique de la comptabilité en partie double dans une démonstration d’une clarté et d’une cohérence remarquables, et pour ainsi dire uniques dans la pensée comptable internationale[1].

Du 13e au 14e siècle dans les grandes villes du nord de l’Italie apparaît ainsi par étape cette technique, qui n’hésite pas à rompre avec la logique intuitive pour unifier la comptabilité de l’entreprise et notamment ses crédits avec sa trésorerie, puis son patrimoine complet. Trois inventions fondamentales marquent le progrès de cet outil : l’invention des comptes de correspondants, tenus sur deux colonnes a lieu à Venise au début du 13e siècle, puis l’inversion du signe de la caisse à la fin du 13e siècle permet l’unification des crédits et de la trésorerie de l’entreprise tandis que l’invention du compte de profits et pertes au milieu du 14e siècle permet le rattachement du patrimoine complet de l’entreprise à la comptabilité générale. Fourastié démontre que c’est la possibilité de gérer du crédit en grande quantité qui stimula l’expansion de cette technique.

L’analyse de Jean Fourastié est parfaitement convaincante. Non seulement elle est historiquement cohérente, mais elle permet au comptable le maniement pratique de la partie double mieux qu’aucune autre formation.  Malheureusement, la pensée comptable de Fourastié n’a jamais reçu l’accueil qu’elle méritait. Cela tient à plusieurs raisons très différentes. Premièrement, Jean Fourastié a présenté cette recherche unique et originale dans un livre qui ne l’indiquait pas (aux éditions Que sais-je ?) et qui se présentait comme une simple synthèse. Pourtant aucun autre auteur n’a présenté les choses comme lui, et même beaucoup l’ont contesté. Peut-être cette discrétion, cette modestie excessive pourrait-on dire, a-t-elle été largement le produit du contexte dans lequel cet ouvrage est paru, étant donnés sa date et son lieu d’édition : 1943 à Paris, mais nous n’en savons pas plus. Si l’influence de Fourastié dans la mise en place du plan comptable général en France a été très forte, de même que son travail d’économiste dans les institutions internationales de l’après-guerre, il faut bien admettre que son analyse comptable, d’abord négligée ou contestée du bout des lèvres par les spécialistes de son temps, est aujourd’hui tombée dans un quasi oubli dans le monde francophone, et a vraisemblablement été très peu traduite dans d’autres langues (excepté en japonais et en portugais) et notamment pas en anglais, langue dans laquelle elle est tout simplement inconnue.

Elle est pourtant d’une importance capitale car elle permet de comprendre l’origine d’un instrument qui est utilisé quasiment de la même façon depuis le Moyen-âge jusqu’à aujourd’hui. La comptabilité à partie double, en effet, a connu un succès total depuis la Renaissance, et elle est actuellement utilisée dans la plupart des entreprises, administrations et associations modernes dans tous les pays du monde. Elle est aussi utilisée, ce point est essentiel, en comptabilité bancaire[2], et cela depuis très longtemps, comme j’essaierai de le montrer. Aussi la pensée de Fourastié donne-t-elle des intuitions absolument fondamentales à celui qui s’intéresse à l’histoire de la comptabilité et de la monnaie.

Monnaie et comptabilité

Parce qu’elle a unifié les crédits de l’entreprise avec la trésorerie de celle-ci dans un même système de classement logique, l’inversion du signe de caisse portait en elle la transformation de la monnaie métallique en monnaie de crédit. C’est dans cette innovation fondamentale que nous pouvons trouver l’origine de la monnaie moderne (si tant est qu’il soit possible d’isoler une seule étape dans ce qui fut un long processus). Bien entendu, les conséquences de cette invention étaient loin d’apparaître à ceux qui la créèrent, puisque leur but était uniquement de mettre en place une comptabilité simplifiée. Mais les siècles passant, la transformation en crédit de la monnaie métallique sembla suivre une voie inéluctable ouverte par cette innovation.

D’autre part l’invention du compte de profits et pertes inaugura le concept de la valeur moderne. En effet, avec cette invention également fondamentale, les comptables purent isoler de façon rationnelle l’évolution du résultat annuel de leur entreprise, et cela quel que soit son domaine d’activité. Il devenait possible de mesurer la croissance de la valeur d’une entreprise, exactement de la même façon que nous l’utilisons aujourd’hui à l’échelle des Nations avec le PIB, agrégat directement issu de la comptabilité privée (qui est toutefois calculé en retirant les charges salariales)[3]. Il s’agissait là d’une valeur purement monétaire, mais, hier comme aujourd’hui, c’était là ce qui intéressait en premier lieu les agents économiques dans leurs actions. Et désormais, cette rationalisation de l’analyse financière allait permettre de se poser la question fondamentale d’une entreprise : comment faire augmenter cette valeur ?

Plus largement, le crédit, la monnaie métallique et la notion de résultat annuel (c’est-à-dire la notion de valeur), se trouvaient désormais connectés dans un même système logique, vérifiable et fiable : la comptabilité en partie double. La naissance d’un instrument aussi abouti et riche de possibilités n’allait pas tarder à produire toutes ses conséquences en se répandant dans le monde.

L’apparition des banques privées modernes (14e – 15e siècles)

Les premières banques modernes apparurent en Italie à la fin du Moyen-Âge de la transformation de grandes entreprises commerciales[4] [5]. Ce fait n’a rien d’étonnant. Comme je l’ai dit, c’est l’utilisation de la partie double qui a certainement provoqué cette transformation. Les grands marchands qui l’utilisaient, en effet, se sont très vite rendus compte qu’ils étaient en mesure de gérer avec une grande rigueur de nombreux délais de paiement, et même de les gérer pour le compte des clients entre eux. Or ces délais de paiement, du fait du manque de monnaie en circulation et de l’interdiction des prêts à intérêt par l’Eglise, les clients en demandaient toujours plus. Un délai de paiement, en effet, permet un accroissement momentané de richesse pour celui à qui il est octroyé, jusqu’à ce qu’il soit échu. En observant attentivement cette opération au point de vue comptable, on se rendra compte qu’elle ne diffère pas de l’octroi d’un crédit moderne, donc de la monnaie moderne, à la différence que cette monnaie moderne existe ici en très petite quantité dans un monde de monnaie métallique, et qu’il n’y a pas de paiement d’un intérêt[6]. Mais néanmoins cette monnaie moderne existe, comme un moyen d’enrichissement complémentaire ou marginal, mais comme un moyen d’enrichissement tout de même. Et pour cette raison, elle va être de plus en plus demandée, dans un monde privé de monnaie et de prêts. Voilà la raison fondamentale qui poussa les grands marchands italiens à se transformer en banques. C’est parce qu’ils virent affluer vers eux des demandes de crédits. Ils déplacèrent alors leur activité, cessèrent de se consacrer au simple commerce pour se spécialiser dans la gestion de ces crédits d’un nouveau genre qu’ils octroyaient à leurs clients. Sans en être conscients, ils avaient découvert la monnaie moderne et se consacrèrent à sa gestion et à son développement.

C’est la comptabilité à partie double qui a permis la naissance des banques et de la monnaie modernes. On peut le montrer d’une part par une analyse comptable, en montrant comment, en partie double, un délai de paiement tel qu’il était pratiqué à cette époque est identique à un crédit moderne, c’est-à-dire à la monnaie moderne. Je tâcherai ensuite de le confirmer d’un point de vue historique, notamment en vérifiant que les premières banques utilisaient la comptabilité en partie double[7], et en montrant que grâce à la maîtrise de cette technique les Italiens devinrent les banquiers de toute l’Europe au 15e siècle jusqu’à ce que leur technique soit utilisée par les autres pays, et qu’alors la banque moderne s’étende hors d’Italie[8].

La question des marchés financiers et des bourses de valeur

La seule chose qui différencie le crédit de cette époque avec la monnaie moderne, c’est donc l’intérêt. Aujourd’hui, en effet, la monnaie de crédit circule en échange du paiement d’un intérêt, même faible. Mais à l’époque de la naissance des banques, pour que de tels crédits soient octroyés, il fallait que la banque se rémunère pour le service qu’elle rendait d’une autre manière. En réalité, une analyse comptable élémentaire permet de montrer que cette rémunération se faisait sur la plus-value effectuée sur une vente de marchandise. Cela explique donc pourquoi les crédits de l’époque étaient gagés sur des marchandises. C’est parce que les banques sont nées d’entreprises commerciales, et que les crédits sont apparues initialement comme des délais de paiement sur la vente de marchandises au sein des entreprises commerciales qui utilisaient la comptabilité en partie double.

Mais puisque les crédits dépendaient des plus-values sur les ventes de marchandises, il devint nécessaire d’échanger le plus possible de marchandises, afin de multiplier les chances de réaliser cette plus-value et donc d’octroyer un crédit. De la quantité des marchandises échangées dépendait la masse des crédits octroyés. Il y eut donc probablement une pression à l’augmentation des lieux d’échanges de marchandise, et en particulier des lieux d’échanges localisés en en point unique, où de nombreux achats et ventes pouvaient avoir lieu en même temps et de préférence à proximité, voire à l’intérieur d’une banque. Et ces nombreux achats et ventes, il est fondamental de bien le comprendre, n’avaient lieu que pour payer des crédits. Or, cela ne peut manquer de frapper l’observateur, c’est précisément à cette époque que se développèrent les bourses de valeur[9]. La naissance et l’expansion des marchés financiers, et plus largement la marchandisation croissante du monde médiéval, a en fait été la contrepartie, le mécanisme compensatoire qui a permis l’expansion de la monnaie de crédit moderne. Dit autrement, la bourse a joué le rôle du taux d’intérêt à cette époque, puisque celui-ci était interdit par l’Eglise.

Si cette hypothèse, comme je le crois, est vérifiée, elle donnerait également une explication très logique à l’origine des contrats à terme, ou futures, dont on connaît le rôle déterminant dans l’expansion des marchés financiers[10]. En effet, puisque pour octroyer un crédit, il fallait se payer d’une plus-value sur la vente d’une marchandise, et puisque ces crédits étaient en fait des délais de paiement, l’octroi d’un crédit était lié à la vente d’une marchandise payée plus tard à un prix fixé immédiatement (ce qui est la même chose qu’un délai de paiement). Donc, celui qui octroyait le crédit (par exemple la banque italienne) le faisait en échange d’une plus-value certaine touchée plus tard, au moment du paiement, tandis que celui qui souscrivait le crédit le faisait en escomptant une plus-value future sur la vente du bien acquis à crédit. Là-encore, la logique comptable nous fait voir que ces opérations pourraient bien être à l’origine des contrats à terme. On voit immédiatement que la bourse de valeur jouait le rôle de rémunération des crédits, et donc que son développement est lié à celui de la monnaie de crédit moderne. Bien entendu il importe de vérifier historiquement ces raisonnements logiques.

Cela nous conduit également à penser que l’expansion des marchés financiers (ou bourses de valeur) était en quelque sorte nécessaire à l’expansion de la monnaie moderne tant que l’intérêt était prohibé. Or pour que ces marchés financiers croissent, il fallait nécessairement que de plus en plus de biens transitent par eux, ce qui exerçait une pression sur la marchandisation du monde médiéval, et poussait aussi certainement à des formes nouvelles d’exploitation économique, mais aussi à des progrès technologiques et à des hausses de productivité proto-industrielles (comme dans l’Arsenal de Venise) pour améliorer la compétitivité et réaliser des plus-values sur les ventes. A son tour, cette expansion économique nourrissait le besoin de crédit qui était à l’origine du développement de ce système de financement. De manière générale Venise, à cette époque, pourrait bien représenter l’archétype de ce premier capitalisme moderne[11], qui voit la naissance et l’expansion de la comptabilité en partie double, de la monnaie de crédit moderne, et des marchés financiers. Ces trois institutions semblent être consubstantielles, et nourrirent la croissance de la productivité elle-même à cette époque, c’est ce que j’essaierai de vérifier par les faits historiques.

[1] Jean Fourastié, La comptabilité, Editions Que sais-je ?, 1943

[2] Introduction à la comptabilité bancaire, Michèle Formagne, RB Editions, 2015.

[3] La comptabilité nationale, Jean-Paul Piriou et Jacques Bournay, La découverte, 2012.

[4] Les Lombards et le commerce de l’argent au Moyen Âge, Pierre Racine, novembre 2002, Site en ligne Clio.

[5] Marchands et banquiers du Moyen Âge, Jacques Le Goff, coll. Que sais-je ?, PUF, 2006.

[6] Traité de comptabilité bancairedoctrine et pratique. Jean-Paul Caudal, 2ème édition, 2016.

[7] The Rise and Decline of the Medici Bank, 1397-1494, Raymond de Roover, Beard Books,U.S., 540 p. 1999.

[8] Une illustration de cette évolution peut être vue dans l’article de Myriam Greilsammer, La roue de la fortune: Le destin d’une famille d’usuriers lombards dans les Pays-Bas à l’aube des Temps modernes, Oxford University Press, 2012.

[9] Si la Bourse m’était contée, André KostolanyJulliard, 1960.

[10] Manias, Panics and Crashes: A History of Financial Crises, Charles Kindleberger et Robert Aliber, J.Riley, 2011.

[11] Le modèle italien, Fernand Braudel, Paris, Arthaud, 1989.

Pour une nouvelle histoire de la monnaie

Dans cette première partie, je voudrais montrer que la monnaie moderne, c’est-à-dire la monnaie de crédit, par opposition à l’ancienne monnaie métallique, a ses origines dans l’invention de la comptabilité à partie double aux 13e et 14e siècles en Italie.

L’opposition entre monnaie de crédit et monnaie métallique est connue des économistes. Ce qui fait la spécificité de cette monnaie de crédit moderne, c’est qu’elle est créée à l’occasion de l’octroi d’un crédit à un particulier ou à une entreprise par les banques privées[1]. Le flux des crédits nouveaux moins le flux des crédits remboursés pour l’ensemble d’une zone monétaire nous donne la masse monétaire en circulation (si l’on exclue les opérations de change). La masse monétaire est donc une masse de crédits en circulation ayant pour contrepartie des dettes[2]. Cette définition éclaire le terme de « monnaie de crédit ». La monnaie métallique, au contraire, se caractérisait par une valeur en soi de la monnaie en circulation, en général définie par sa valeur en or. La masse monétaire, anciennement, n’avait donc pas pour contrepartie des dettes.

Mais historiens et économistes ne perçoivent pas clairement quand et comment cette monnaie moderne est apparue, ni quand et comment elle s’est progressivement substituée à la monnaie métallique. En général, ils confondent la monnaie de crédit avec la monnaie scripturale et considèrent que c’est une pure convention qui a permis le passage progressif de la monnaie métallique à la monnaie scripturale. Ce faisant, ils n’expliquent pas comment est apparue la monnaie de crédit elle-même et pourquoi ce système a été créée. Ils n’expliquent pas non plus en quoi a consisté ce passage en termes conceptuels. Ils ne voient pas que ce qui a été en jeu a été une transformation des règles fondamentales de la monnaie, un changement de dimension, et pas seulement un changement de support de celle-ci. C’est la raison pour laquelle aucune histoire de la monnaie ne retrace l’évolution de celle-ci depuis le moyen-âge jusqu’à aujourd’hui de façon convaincante. Une telle entreprise se heurte systématiquement à des incohérences indépassables tant qu’on n’a pas compris que la partie double a provoqué un changement de dimension de la monnaie : le passage à la monnaie de crédit moderne.

On pourrait multiplier les exemples, pour montrer que trois cas s’observent parmi les historiens : Premièrement, le cas où l’historien rend compte de l’évolution de la monnaie de crédit moderne. Dans ce cas il part au mieux du 17ème siècle et explique l’évolution du système actuel en donnant à la monnaie sa définition moderne de système de crédit. D’excellents travaux, précis et documentés, se trouvent naturellement dans cette catégorie, dont une grande part de la pensée économique moderne. Deuxièmement le cas des historiens médiévistes qui analysent la monnaie dans le cadre de la monnaie métallique, et considèrent le système de crédit émergeant à cette époque comme un système non monétaire basé sur cette monnaie. En général, ces historiens s’arrêtent autour du 17ème ou 18ème siècle car ensuite l’évolution du système monétaire leur paraît trop éloigné et trop différent de leur objet de recherche, mais ils sont extrêmement précis et documentés pour la période qu’ils couvrent. Enfin, troisièmement, les historiens englobant l’ensemble de la période échouent systématiquement à donner une définition satisfaisante de la monnaie, ce qu’ils dissimulent ou dans le flou des explications, ou dans les non-dits. Cela n’a rien d’étonnant. Alors que les deux premiers types de travaux se meuvent dans une définition unique de la monnaie, adaptée à la période qu’ils étudient, les troisièmes sont dilatés entre les deux dimensions de la monnaie qui dominèrent successivement, ce dont ils ne sont pas conscients. Aussi échouent-ils nécessairement à unifier l’histoire de la monnaie.

Car la monnaie de crédit moderne, si elle fonctionne comme un système de crédit, le doit au fait qu’à l’origine elle n’était que du crédit, basé sur de la monnaie métallique. La comptabilité en partie double, en rationnalisant et en unifiant ce crédit et la monnaie métallique dans des règles communes et grâce à des vérifications sûres, a permis d’utiliser ce crédit de façon massive. Puis ce crédit s’est développé à travers les siècles jusqu’à s’autonomiser complètement de la monnaie métallique sur laquelle il était originellement basé, à mesure que les acteurs économiques prenaient confiance en lui, à mesure qu’ils éprouvaient que c’étaient ses règles de fonctionnement qui importaient davantage que la monnaie métallique en laquelle ils plaçaient depuis toujours leur confiance. C’est ainsi que le crédit basé sur la monnaie métallique est devenu lui-même une monnaie à part entière, la monnaie moderne que nous connaissons. Et les règles qui lui permirent de gagner cette confiance que nous attribuons aujourd’hui à la monnaie, c’est la comptabilité en partie double qui les lui a données. C’est la comptabilité en partie double qui a permis de changer de dimension monétaire, de passer d’une monnaie métallique simple à une monnaie scripturale de crédit. Mais si j’insiste sur le fait que nous avons changé de dimension monétaire avec la partie double, c’est qu’il est essentiel de souligner un fait qui échappe en permanence à l’analyse des historiens et des économistes : le fait qu’il existe une troisième dimension de la monnaie. Cette troisième dimension est le crédit basé sur la monnaie moderne, et qui est donc un système de crédit (sans taux d’intérêt) basé sur une monnaie fonctionnant elle-même comme un système de crédit (et toujours grâce à la partie double). D’innombrables confusions dans l’histoire et dans la pensée monétaires sont dues à la confusion de ces trois dimensions de la monnaie. C’est bien parce qu’ils échouent à les distinguer qu’aucun historien n’a jamais pu produire une histoire unifiée et logique de la monnaie, depuis le Moyen-âge jusqu’à nos jours. Et c’est la même confusion qui est à la racine de nombreux flous dans certains travaux théoriques en économie.

Ainsi, les meilleurs historiens de la monnaie et du crédit médiévaux, comme Raymond de Roover[3], ne distinguent pas que les outils de crédits fins et complexes qu’ils analysent brillamment vont en fait devenir la monnaie moderne elle-même. Symétriquement, les économistes ou les historiens de la monnaie moderne ne parviennent pas à voir que cette monnaie moderne est née du crédit basé sur la monnaie métallique. Tous échouent à discerner que le crédit sans intérêt moderne (principalement les délais de paiement et une grande part des opérations de la finance) est une troisième dimension monétaire, un crédit basé sur la monnaie de crédit, qui était donc elle-même le crédit de la monnaie métallique. Enfin ils ne voient pas que c’est la comptabilité en partie double qui permet le passage entre ces différentes dimensions monétaires et qui les unifie dans un système complexe et contre-intuitif. Or cette complexité et cette efficacité placent la partie double au cœur des différentes dimensions de la monnaie : c’est elle qui les a créées, ce sont ses règles qui les unifient, c’est par elle que nous pouvons les penser.

En général, la monnaie de crédit moderne, mal isolée conceptuellement de la monnaie scripturale, est considérée comme étant l’invention des banques centrales. La première reconnue comme telle est la Banque d’Amsterdam créée en 1609. Ainsi par exemple Stephen Quinn et William Roberds, dans un article paru en 2009 dans l’American Economic Review, considèrent-ils que la Banque d’Amsterdam fût la première à utiliser une unité de compte qui ne pouvait être protégée des dépréciations que par des opérations d’open market[4]. Selon ces auteurs, cette innovation-clé a permis la mise en place progressive de la monnaie moderne, celle-ci fonctionnant autour de cette unité de compte nouvelle qu’on peut appeler « monnaie banque centrale », et qui serait à la base, aujourd’hui encore, des relations entre les banques centrales et les banques privées. La nécessité, pour la Banque d’Amsterdam, de protéger sa monnaie officielle contre la dépréciation et l’invasion des monnaies étrangères l’aurait ainsi conduit à inventer l’unité de compte moderne[5]. Sa réussite aurait ensuite conduit les autres pays du monde à adopter ce système de banque centrale, et en premier lieu les pays protestants.

Si je ne conteste pas l’innovation et la réussite importante que fut, pour la banque d’Amsterdam, la mise en place d’opérations d’open market pour protéger sa monnaie de la dévalorisation, je pense que Stephen Quinn et William Roberds commettent une erreur en confondant ces interventions avec l’invention de l’unité de compte qui servirait de base à la monnaie moderne. Selon moi, cette unité de compte n’a pas été inventée par la banque d’Amsterdam mais découlait simplement de la logique de la comptabilité à partie double telle qu’elle avait été fixée au 14e siècle. Quand la banque d’Amsterdam a ouvert en 1609, elle a naturellement utilisé ce système comptable pour gérer ses dépôts comme le faisaient déjà à cette époque de nombreuses banques. Or, ce sont les écritures de ce système, qui n’est rien d’autre qu’un système de crédit basé sur la monnaie métallique,  qui permettent l’existence de la monnaie de crédit moderne, et cela se pratiquait déjà depuis longtemps.

En effet, du moment où commencent à naître des transactions de crédits entre des correspondants selon les règles de la partie double, sans déplacement de monnaie métallique, apparaît également la possibilité d’octroyer ces crédits de façon massive, notamment d’une entreprise vers l’un de ses correspondants. Et cette possibilité existe, il est important de le préciser, en dépit, et peut-être même en raison, de l’interdiction du prêt à intérêt. Pour cela il suffit d’accorder un délai de paiement sur la vente d’un bien comme on peut le montrer par une analyse comptable simple[6]. Dans ce cas la durée du délai de paiement correspondra à de la création de monnaie moderne, bien qu’en quantité réduite.

En fait la possibilité d’octroyer du crédit permit le succès et l’expansion de la comptabilité à partie double. Ce point, bien que contesté, ou mal compris, dans une grande part de la littérature comptable, a été à mes yeux parfaitement démontré par Jean Fourastié, comptable et économiste. C’est de son travail sur l’origine de la comptabilité que je pars, travail dont la profondeur et la puissance explicative sont uniques dans la théorie comptable et sans rapport avec le peu d’intérêt que les théories modernes lui accordent.

Mais au-delà de l’histoire de la comptabilité, j’émets l’hypothèse que l’invention de la partie double fut à l’origine des premières banques modernes en Italie, qui émergèrent de la transformation de grandes entreprises commerciales. C’est comme cela que la création de la comptabilité à partie double marqua l’étape décisive dans l’invention de la monnaie de crédit moderne. En fait, elle lui est même consubstantielle. En effet, c’est parce que le besoin de crédit, en cette époque lointaine, était très pressant que la possibilité d’en émettre, même si cette émission était nécessairement gagée sur la vente d’un bien, conduisit à l’expansion de cette technique et de ses règles pourtant contre-intuitives. De plus, le fait que les entreprises marchandes qui utilisaient la partie double pouvaient désormais octroyer et gérer de nombreux crédits, les poussèrent à modifier la nature de leurs activités. D’entreprises commerciales gérant des délais de paiement ou des transferts de dettes vis-à-vis de leurs correspondants, elles devinrent des banques octroyant des crédits gagés sur la vente de marchandises. En fait, il n’y a pas de différence entre ces deux définitions, si ce n’est que ces entreprises ont dû voir affluer vers elles de nombreux clients qui ne voulaient plus vraiment commercer avec elle mais plutôt obtenir des crédits. Ici se situe certainement la raison de la transformation des grandes entreprises marchandes italiennes de la fin du Moyen-Âge en banques. C’est l’invention de la comptabilité en partie double qui avait décidé de cette évolution.

Plus tard, quand les premières banques d’Etat ont été créées, elles l’ont été dans le but de mieux maîtriser cette capacité de crédit ouverte par la partie double qui impliquait de nombreux risques, et toutes utilisèrent la partie double. Selon moi, les premières banques centrales n’ont pas inventé l’unité de compte moderne, elles l’ont seulement sécurisée et étendue. Cette unité de compte était déjà définie pleinement dans les règles de la comptabilité à partie double. Elle avait déjà donné lieu au développement de nombreuses banques privées et même, ce point est important, de banques publiques, comme le Banco della Piazza di Rialto à Venise qui gérait aussi la trésorerie de l’Etat vénitien[7]. La banque d’Amsterdam a donc utilisé le même système que toutes les banques de l’époque au moment de sa création, mais en tâchant de le sécuriser de plusieurs manières. Premièrement en l’adossant à la crédibilité de la ville d’Amsterdam, deuxièmement en soutenant la valeur de sa monnaie, y compris en recourant à des opérations d’open market, et c’est là sa véritable réussite[8]. En effet, une fois acquise la stabilité de la Wissenbank et de sa monnaie de compte, les déposants de toute l’Europe eurent intérêt à l’utiliser comme une plateforme bancaire internationale, et cette efficacité poussa les autres pays à créer des banques centrales sur son modèle.

Cette analyse des origines de la monnaie moderne découle d’une analyse comptable rigoureuse. C’est ce qui la rend attrayante quand on la projette sur l’histoire de la monnaie. Je crois pouvoir dire qu’elle tient bon quand on la confronte aux grands faits historiques. Néanmoins, elle doit être davantage encore soumise à l’analyse historique pour se voir confirmée, infirmée ou nuancée. D’ores et déjà cependant, il me semble qu’elle permet de mieux relier certains évènements entre eux, et ce faisant elle permettra je l’espère, d’écrire la véritable histoire de la monnaie moderne et ainsi de mieux conceptualiser celle-ci.

C’est pourquoi je voudrais retracer cette nouvelle histoire de la monnaie moderne afin de démontrer qu’elle est née de la comptabilité à partie double. Les étapes de cette histoire de la monnaie constitueraient alors le plan de la première partie de ma thèse.

[1] Introduction à la comptabilité bancaire, Michèle Formagne, RB éditions, 2015.

[2] La monnaie et ses mécanismes, Dominique Plihon, éditions la Découverte, 2013.

[3] Notamment dans le passionnant : L’Evolution de la lettre de change, XIVè – XVIIIème siècle, Raymond de Roover, Editions Jean Touzot, 1953.

[4] William Roberds & Stephen Quinn, 2007. The Bank of Amsterdam and the Leap to Central Bank Money,  American Economic Review, American Economic Association, vol. 97(2), pages 262-265, May.

[5] William Roberds & Stephen Quinn, 2005. The Big Problem of Large Bills: The Bank of Amsterdam and the Origins of Central Banking2005 Meeting Papers 318, Society for Economic Dynamics.

[6] Je l’ai fait en détail sur mon ancien blog de recherche : https://ecostatshistoire.wordpress.com/2016/12/04/monnaie-et-comptabilite/

[7] Il Banco della Piazza di Rialto, première banque publique vénitienne, Ugo Tucci, Cahiers de la Méditerranée, Année 1981  Volume 5  Numéro 1  pp. 155-169.

[8] Quinn, Stephen & Roberds, William, 2014. How Amsterdam got fiat moneyJournal of Monetary Economics, Elsevier, vol. 66(C), pages 1-12.

Angelo (Jean Giono)

Angelo est l’un des quatre romans de Jean Giono mettant en scène ce personnage-clé. Alors que les œuvres de Giono d’avant-guerre sont très portées sur la nature et son lien essentiel et poétique avec l’homme, qui ne peut pas vivre séparé d’elle, pas plus qu’il ne peut vivre uniquement d’elle, ses romans d’après-guerre parlent davantage, et de façon plus épurée, de la société humaine elle-même : dure, hypocrite et dangereuse ; et des moyens pour l’homme d’y vivre heureux grâce au courage, à la dignité, et à l’honneur.

EXTRAIT D’ANGELO (1958) :

 » Et maintenant, une question qui m’a brûlé les lèvres quand vous êtes entré et que j’ai retrouvé votre visage : je ne vois pas le bonheur dans vos yeux !

— Mes vacances me pèsent, dit Angelo. Dans cent ans, je me demande comment les gens qui me ressemblent feront pour ne pas s’ennuyer, quand les unités nationales seront reconnues et les Etats constitutionnels construits. Le meilleur moment de ma vie, je l’ai passé à tuer le baron, vous avouerez que c’est court… Quand vous m’avez fait appeler, je songeais sérieusement à reprendre du service parmi mes compatriotes qui ont encore des passions.  — Gardez-vous en bien, dit le vicaire, il vous faudrait retourner dans le Piémont qui n’est, en fin de compte, pas si large que ça, entre les montagnes et la mer. Cela a pu vous suffire jusqu’à présent, mais il y a des tables de jeu plus vastes et c’est de celles-là que vous aurez la nostalgie quand la bouillotte sera finie sur votre petit guéridon. Vous accommoderez-vous du ministère que votre monarchie reconnaissante vous fera passer sous le nez, ou d’une chaise curule dans le phalanstère que vos généreux amis installeront au pis aller sur l’échafaud de la Maison de Savoie ? Rien n’est plus mort qu’un révolutionnaire qui a réussi. J’ai décelé en vous la présence de passions qu’une simple unité nationale ne peut satisfaire. Admettons que, jusqu’à présent, la politique vous ait servi d’exutoire : elle ne le pourra pas continuellement. Vous êtes un solitaire et les solitaires sont toujours deux, mais jamais plus. » Il eut la suprême habileté de prononcer le nom de la duchesse Ezzia sans transition, comme s’il lui venait naturellement aux lèvres. « Les grandes passions, ajouta-t-il, composent les patries mieux que les territoires cousus de fil blanc. » « Voilà mon cœur, se dit Angelo. Que tu étais fou de croire que tu pourrais te tenir en tutelle avec un petit sabre et une chanteuse d’opéra. Et même avec le cadavre d’un mouchard. » « Il vous fallait bien commencer par quelque chose, continua le vicaire, qui semblait lire dans ses pensées. Et rien n’est inutile. C’est une grande loi. Faites-moi donc une confession filiale. Voilà à quoi sert notre contrat. — Rien n’est plus simple, dit Angelo, je ne peux pas, moi, me contenter de compromis. Tout est là. Je n’ai pas, comme vous, de raisons supérieures pour lâcher la proie pour l’ombre. Dois-je me fabriquer une raison supérieure ? Et entrer comme contremaître dans les chantiers de ces terrassiers passionnés ? — Ne parlons pas de boutique, dit le vicaire, l’essentiel est ailleurs. Ce n’est pas pour rien que l’autre jour je vous ai présenté en pied devant la glace de mon armoire. L’esprit fait plus de mal que le tabac et le café. »

« Beaucoup de choses, cependant, restent à dire, continua le vicaire, qui semblait lire à livre ouvert. Notamment ce qui se passe dans votre cœur. Je ne manque pas de renseignements pour savoir que vous n’êtes pas épris, et vous-même me l’avez confirmé tout à l’heure. Mais cela vient-il de la dame ou de vous ? « Il parle comme elle, se dit Angelo. Qu’ont-ils tous à me demander : Aimes-tu l’amour mon garçon ? Bien-sûr que je l’aime.  » Mais il était troublé par les questions qu’il s’était lui-même posé à ce sujet. « Dois-je lui parler du mouchoir ? C’est pour le coup qu’il rirait de moi. Cet homme est le diable. Mais j’ai tué le baron. Et combien de fois n’ai-je pas couru toute la nuit à franc étrier, pour aller passer deux heures dans une grotte de la montagne avec des hommes qui cachaient leurs visages, et me disaient cent mots dont un seul aurait fait pendre tout un régiment ?  » Il était tellement éperdu à l’idée qu’il avait failli parler du mouchoir à cet homme froid et perspicace, qu’il était obligé de se donner du courage. Enfin, il comprit que le silence dans lequel il était tombé ne pouvait plus s’expliquer par son soin de bien répondre. « Je vais être franc, dit-il. Rien ne compte si je ne suis pas passionné. Et je suis très difficile. Autour des femmes que vous avez ici, il a beau y avoir des fontaines dignes de Rome, des platanes grecs et un ciel qui joue la tragédie de Don Quichotte à chaque coin de rue, je n’aimerai jamais. Je suis peut-être incapable de sortir de moi-même, mais si on ne vient pas me chercher où je suis, on ne me rencontre pas. Quand j’attends, je fume.  »

« Cache-toi au fond de moi-même, odeur si belle, se disait-il, ce démon ne te connaîtra jamais. » « Mais, dit le vicaire, si vous rencontriez l’oiseau rare ? Je vous vois fort bien jetant ce qui vous reste à fumer de votre cigare. Seriez-vous toujours aussi intransigeant sur la question du compromis ? — Certes, dit Angelo, ce serait le moment où jamais, à tel point que je garderais probablement la proie et l’ombre. — Je crois qu’un de ces jours je vous demanderai un petit service », dit le vicaire général.

Ils parlèrent ensuite de choses assez badines et se mirent à rire aux éclats tous les deux. « Restez à souper, dit le vicaire, j’ai donné à Rosette la précieuse habitude de toujours préparer ses impromptus. Je m’étonnerais qu’elle n’eût pas ce soir quelque poularde glacée. » Finalement, Angelo rentra chez lui tard, et de très bonne humeur.