Huit siècles d’évolution de la monnaie de crédit

La monnaie de crédit moderne a donc suivi un long chemin, du 13ème siècle jusqu’à aujourd’hui. Il y eu d’abord sa rationalisation en Italie avec la partie double, puis son utilisation par les premières banques, son financement par les bourses de valeur, sa sécurisation par les grandes banques publiques centrales et leur fonction de prêteur en dernier ressort, sa généralisation par la diffusion des billets de banque, enfin sa déconnexion définitive de la monnaie métallique et son pilotage par l’établissement de l’intérêt payé avec cette monnaie de crédit au XXème siècle.

A chaque étape de cette évolution, la monnaie de crédit a toujours fonctionné grâce à la comptabilité en partie double. Ce fait essentiel n’a pourtant jamais reçu l’explication qu’il méritait : c’est parce que la comptabilité à partie double est à l’origine de la monnaie moderne, elle lui est consubstantielle.

Depuis le plus ancien livre de comptabilité évoluant vers la partie double dont nous avons gardé la trace, un document anonyme d’une entreprise de Florence daté de 1211, qui contenait pour la première fois des comptes de correspondants tenus dans le sens de ceux-ci[1], c’est-à-dire des comptes de dettes et créances modernes ; jusqu’à nos jours, la monnaie de crédit a suivi une expansion exceptionnelle due à la comptabilité en partie double.

Dès lors il faut se souvenir des origines de cette invention. C’est parce qu’ils voulaient unifier la comptabilité de leur trésorerie avec la comptabilité des crédits de leur entreprise et de son patrimoine, que les comptables italiens des 13 e et 14 e siècles avaient dégagé les règles étranges de la comptabilité en partie double. Avec la révolution de l’inversion du signe de caisse, ils avaient pour objectif de faire des crédits un bien à compter comme un autre, ils voulaient en faire de la monnaie sonnante et trébuchante comme celle qu’ils avaient en caisse : de la monnaie métallique fondue de métaux précieux. Mais les conséquences de leurs actes leur échappèrent largement, et les siècles passant, c’est finalement leur système qui provoqua le remplacement progressif de la monnaie métallique par la monnaie de crédit dont ils avaient codifié les règles dans leurs comptes de tiers a la veneziana.

Peut-être peut-on résumer leur révolution obscure par l’idée suivante : ils avaient voulu faire du crédit une monnaie, mais ils ont transformé la monnaie en crédit.

[1] Jean Fourastié, La comptabilité, Editions Que sais-je ?, 1943

 

La comptabilité et la finance moderne

 

Une troisième dimension de la monnaie : la finance moderne

Maintenant qu’elle semble arriver à un stade de développement définitif, y-a-t-il encore quelque chose à dire de l’avenir de la monnaie de crédit ? N’est-elle pas vouée à une stabilité éternelle grâce à sa gestion par la banque centrale ? C’est oublier un peu vite la nature de la monnaie de crédit et de l’outil qui l’a engendrée : la partie double.
En effet, si la monnaie de crédit, comme on l’a vu, s’est progressivement, mais complètement, émancipée des marchés financiers avec le temps, ceux-ci n’ont pas disparu pour autant, loin s’en faut. La partie double non plus, qui, comme on l’a vu, s’est étendue à toutes les entreprises, à tous les pays, et surtout à toutes les banques. Cela signifie donc que tous les outils existent pour faire fonctionner une monnaie parallèle à la monnaie officielle, fût-elle la monnaie de crédit moderne. Tous les éléments sont réunis pour qu’une troisième dimension de la monnaie émerge. Est-ce le cas ? La réponse est oui, et cette troisième dimension monétaire n’est rien d’autre que la finance moderne, ou ce que les financiers appellent la liquidité de marché [2].

Les opérations financières semblent souvent extrêmement complexes quand on essaie de les décrire, en partie parce que cela arrange, bien-sûr, un certain nombre d’acteurs, mais en partie parce qu’elles le sont réellement. Même les ouvrages qui se veulent le plus pédagogiques peinent à décrire de façon claire ce que font les acteurs des marchés financiers.

Mais comme pour les opérations bancaires, on oublie trop souvent de recourir à la comptabilité pour décrire les opérations financières. Pourtant, il me semble que c’est la meilleure façon de le faire car le point de vue du comptable, en plus d’être le plus précis, est en fait l’origine et le cœur des opérations de finance. C’est en partant d’une analyse comptable que la monnaie et la finance atteignirent la complexité qui est la leur, et c’est à partir de cette vision technique bien précise que toutes les opérations les plus incroyables sont menées. C’est dans la comptabilité d’une entreprise financière que réside la logique de ses opérations. Aussi la comptabilité est-elle d’un très grand secours pour comprendre la monnaie et la finance.

Mais paradoxalement, elle n’est guère mise en valeur dans l’opinion publique. On la tient généralement pour une discipline mineure et rébarbative, nécessaire mais ennuyeuse, et l’image populaire du comptable : près de ses sous, tracassier et obtus, est à l’avenant. Tout cela n’est d’ailleurs pas complètement faux, mais le problème est que cela freine la compréhension de phénomènes économiques et financiers que permet un usage rationnel de la comptabilité. Les origines et la logique de la partie double, sont en elles-mêmes mal connues ou mal comprises.

Mais si on se rappelle de sa logique, on perçoit mieux que la finance moderne est un vaste système de crédits basés sur la monnaie. Les opérations de crédits ne sont pas payées par un taux d’intérêt direct, ce pour quoi on parle de shadow banking, mais elles n’en ont pas besoin, puisque ce sont les plus-values sur les ventes de marchandises (ou tout autre chose monnayable) qui financent ces crédits. Et la masse de ces crédits, qui ne sont pas à proprement parler de la monnaie, fonctionnent en réalité comme une monnaie : la fameuse « liquidité de marché ». Comme la monnaie de crédit moderne a émergé de l’application de la partie double à la monnaie métallique, la liquidité de marché existe et se développe du fait de l’application de la partie double à la monnaie de crédit elle-même. Si, donc, la monnaie de crédit moderne fut une nouvelle dimension de la monnaie, se développant sur un autre plan que la monnaie métallique mais à partir d’elle, il en va en réalité de même de la liquidité de marché, qui, en se développant de façon cachée à partir de la monnaie de crédit, constitue une troisième dimension de la monnaie, fonctionnant avec les principes de la partie double qui permettent de la codifier et de la gérer rigoureusement. Et de la même façon son existence peut concurrencer la monnaie dont elle est issue.

Mais si une monnaie émerge une nouvelle fois, c’est dans un environnement capitaliste lui aussi totalement nouveau. Car c’est le besoin de crédit et la pénurie de celui-ci qui ont stimulé l’émergence de la monnaie moderne depuis huit siècles, alors que celui-ci est aujourd’hui abondant. En effet, le crédit et la monnaie sont gérés librement par les banques grâce au taux d’intérêt, et rien n’empêche en théorie de combler un besoin de crédit dans l’économie. Le développement d’une nouvelle monnaie financière apparaît donc largement comme une perversion du système de crédit, et peut avoir des conséquences très néfastes, notamment en opérant de gigantesques – et inutiles- transferts de richesses.

Comprendre qu’il existe différentes dimensions de la monnaie implique de comprendre par quels procédés cela est possible, et c’est la comptabilité en partie double qui nous donne la clé, comme j’essaie de le démontrer dans mes recherches.

 

[1] Jean Fourastié, La comptabilité, Editions Que sais-je ?, 1943

[2] Traité de comptabilité bancaire, doctrine et pratique. Jean-Paul Caudal, 2ème édition, 2016.

La victoire définitive de la monnaie de crédit moderne (19e – 20e siècles)

Les billets de banque et la généralisation de la monnaie de crédit (18e -19e siècle)

L’histoire de l’expansion des billets de banque et des chèques est en fait l’histoire de l’extension de l’utilisation de la monnaie de crédit aux masses populaires, et elle commença à la fin du 17e siècle. Les banques italiennes de la Renaissance avaient déjà fait circuler des précurseurs de ces billets de banque[1]. D’ailleurs quand la banque d’Angleterre a émis ses premières banknotes, elle s’est basée sur le fonctionnement des nota di banco des banques italiennes de la Renaissance. Mais ce qui a permis la massification de l’utilisation de ces billets, c’est la sécurisation de la monnaie de crédit qu’avait réussie la Banque d’Amsterdam au début du 17e siècle et que poursuivait la Banque d’Angleterre contre la dépréciation de cette monnaie moderne par les monnaies de mauvaise qualité. Cette lutte pour la stabilisation se poursuivit d’ailleurs tout au long du 18e siècle, et fut émaillée de nombreux accidents dans tous les pays, en particulier au moment des guerres qui les opposaient[2].

Mais après les guerres Napoléoniennes, cette stabilité fut à peu près acquise, et les billets se répandirent largement dans tous les pays riches. Le privilège d’émission fut en général octroyé aux banques centrales, car on prit conscience qu’il fallait maîtriser l’émission de monnaie de crédit pour sécuriser sa valeur. Les banques centrales devinrent alors la clé de voûte de la monnaie moderne, puisqu’elles pouvaient piloter la monnaie de crédit en émettant les billets de banque grâce au taux d’intérêt qu’elles pouvaient moduler à leur guise, dans la limite où celui-ci restait attaché à la monnaie métallique, donc au stock d’or. La Banque de France symbolise bien à cette époque la prise de conscience de l’importance économique des banques centrales.

Les banques centrales deviennent prêteurs en dernier ressort (19e siècle)

Pour parachever la monnaie moderne, il manquait encore un élément essentiel : que les banques centrales assurent officiellement la liquidité générale du système bancaire et monétaire. Il fallait qu’en cas de crise ou de faillites de banques privées, elles prêtent à ces banques pour leur éviter la faillite et sécurisent ainsi complètement le fonctionnement de la monnaie de crédit. Il fallait qu’elles deviennent préteurs en dernier ressort[3].

Eviter les faillites des banques privées tout en continuant à utiliser le système de la monnaie de crédit, c’était là l’objectif de la première grande banque publique, le banco della piazza di Rialto au 16e siècle à Venise. Mais le système complexe et contre-intuitif de la monnaie de crédit, basé sur l’obscure méthode de la comptabilité à partie double, mit bien longtemps à être pleinement maîtrisé et rationnellement utilisé par la masse des hommes, et ce n’est qu’après de nombreuses expériences et de patientes adaptations que le système de la monnaie de crédit moderne parvint à être maîtrisé par la banque centrale au 19e siècle.

A ce moment-là dans la plupart des pays, la banque centrale devint définitivement ce qu’elle avait depuis toujours vocation à être : l’organisatrice du bon fonctionnement de la monnaie de crédit dans l’économie. En jouant le rôle de prêteur en dernier ressort, elle devenait la garantie de la monnaie de crédit.

La fin de la monnaie métallique (19e – 20e siècle)

La monnaie de crédit semble donc atteindre au 19e siècle un haut niveau de perfectionnement. Mais cependant, bien que son utilisation se généralise et permette l’épanouissement de la Révolution industrielle, elle demeure conceptuellement liée à la monnaie métallique depuis ses origines. Aucune des grandes réformes qui ont permis son expansion depuis le 13e siècle n’a jamais rompu ce lien. La partie double a permis de codifier rigoureusement son existence, puis la croissance des bourses de valeur a financé son expansion, les premières banques privées assurant sa gestion, puis les grandes banques publiques garantissant sa valeur, répandant son utilisation, pilotant sa circulation par le rétablissement du taux d’intérêt. La monnaie de crédit est désormais gérée de façon suffisamment solide pour irriguer toute l’économie d’une nation et être utilisée par tous ses membres, des plus riches aux plus humbles, le tout sous le contrôle d’une banque centrale liée à l’Etat.

Mais cependant cette monnaie qui semble circuler en parallèle à la monnaie métallique, elle circule toujours pour le compte de cette monnaie métallique. On a vu que l’intérêt payé aux banques l’était toujours en monnaie métallique, faisant dépendre la variation de la masse de monnaie de crédit du stock de monnaie métallique existant. Il y a là un paradoxe qui ne manqua pas de frapper les économistes et les banquiers des 19e et 20e siècles. Ils se demandèrent si cet arrimage était nécessaire. Ils se demandèrent s’il n’était pas possible de détacher la monnaie moderne de la monnaie métallique, c’est-à-dire des métaux précieux, de cet or qui avait toujours été synonyme de monnaie. Certains pensèrent que c’était impossible et cherchèrent plutôt à fixer rationnellement des parités entre les monnaies de crédits et l’or. Mais devant l’évolution des faits économiques, et en particulier devant la nécessité de financer les deux Guerres Mondiales, ce système se brisa définitivement[4].  La pensée économique, en particulier celle de Keynes, fournit les outils théoriques pour accompagner cette mutation nécessaire. Ainsi peut-on lire à mon avis la crise de l’étalon-or au 19e siècle et surtout dans les années 30. Elle fut la dernière phase de l’émancipation de la monnaie de crédit : son autonomisation complète de la monnaie métallique et la disparition de celle-ci. Sans doute la convertibilité en or du dollar fut maintenue après la Seconde Guerre Mondiale, mais les accords de Jamaïque mirent définitivement fin à ce système en 1976.

C’est sans doute au moment de la rupture avec l’étalon-or que fût mis en place le système du taux d’intérêt bancaire payé non plus en monnaie métallique mais en monnaie de crédit elle-même. Cette monnaie de crédit devenait ainsi parfaitement autonome, auto-référentielle, et le taux d’intérêt des banques et de la banque centrale devint un outil parfaitement souple et modulable sans autre limite que la volonté des autorités monétaires. Le taux d’intérêt des banques et surtout de la banque centrale acquit ainsi l’importance décisive que nous lui attribuons, de nos jours, dans la politique monétaire d’un pays.

Désormais et jusqu’à nos jours, la monnaie de crédit avait complètement supplanté la monnaie métallique.

 

[1] L’évolution de la lettre de change, XIVème – XVIIIème siècles. Raymond de Roover, Paris, Armand Colin, 1953.

[2] A History of the Interest Rate, Sydney Homer, Richard Sylla, John Wiley & Sons, 4th edition, 2005.

[3] « Lender of Last Resort: What Have We Learned Since Bagehot? » Freixas, X.; Giannini, C.; Hoggarth, G.; Soussa, F.  Journal of Financial Services Research, 2000.

[4] The gold standard in theory and history. Eichengreen, Barry J.; Marc Flandreau New York City: Routledge. 1997.

Le rôle des banques centrales dans l’émergence de la monnaie moderne

 La formation des banques publiques centrales : une sécurisation de la monnaie de crédit (16e-17e siècles)

Les premières grandes banques publiques, en commençant par la première d’entre elles : le Banco della Piazza di Rialto à Venise au 16e siècle, s’inscrivirent dans la continuité de l’évolution des siècles précédents. Elles avaient principalement pour but d’éviter les faillites en engageant la responsabilité et la crédibilité des Etats auxquels elles appartenaient[1]. Mais elles n’étaient pas du tout différentes dans leurs fonctions des banques privées qui les avaient précédées. Elles géraient exactement le même type d’opérations que celles-ci, recevaient des dépôts et permettaient le fonctionnement des crédits entre les déposants. Cherchaient-elles à s’enrichir par leur activité en réalisant des plus-values ? Peut-être pas à Venise, où le Piazzo di Rialto joua davantage le rôle de plateforme que d’acteur du crédit. Mais au contraire la banque d’Amsterdam, étroitement liée à la compagnie des Indes orientales et à la bourse d’Amsterdam, était clairement une récupération par le nouvel Etat des Provinces-Unies, issu de la longue révolte contre l’Espagne, des mécanismes de la monnaie moderne. A Amsterdam au début du 17e siècle, tout se passe en effet comme si les mécanismes de la monnaie de crédit moderne, nés et perfectionnés en Italie, étaient récupérés par les Hollandais au service du développement de leur nouveau pays. Sans surprise, la monnaie de crédit est étroitement associée au commerce (avec la compagnie des Indes) et à la bourse, car c’est ce triptyque commerce-finance-partie double qui permet l’expansion de la monnaie moderne. La nouvelle bourgeoisie marchande au pouvoir dans ce pays ne se contente donc pas de bâtir les institutions politiques qui lui octroient le pouvoir, elle utilise et perfectionne le système de financement moderne que permet le maniement de la partie double pour asseoir son pouvoir économique, à l’imitation de Venise.

Car quand elles furent créées, les banques centrales utilisèrent la comptabilité en partie double, puisque c’était cette technique qui permettait le fonctionnement de la monnaie moderne. Elles n’inventèrent donc rien à cet égard, tout ayant été fixé depuis longtemps par les comptables italiens des 13e et 14e siècles.

Cependant, la banque d’Amsterdam parvint, au 17siècle, à maintenir la valeur de sa monnaie de crédit et à la prémunir contre les attaques des monnaies étrangères par des interventions d’open market[2]. Cette victoire attira tous les acteurs économiques et financiers de l’Europe vers cette banque, et celle-ci devint la plateforme mondiale des échanges de monnaie moderne. Les autres pays européens, à commencer par les pays protestants mais pas seulement, cherchèrent alors à construire des banques centrales sur son modèle, afin d’utiliser à leur tour une monnaie de crédit moderne et sécurisée. Toutes utilisèrent la seule méthode connue qui permettait d’utiliser cette monnaie moderne : la comptabilité en partie double.

 Les Etats utilisent et étendent la monnaie de crédit (16e-17e-18e siècles)

Un point important de ce développement de la monnaie de crédit moderne est l’utilisation qui en fut faite par les Etats. Ceux-ci, à l’image des grands marchands, avaient un grand intérêt à se servir de la monnaie de crédit moderne car elle accroissait leurs revenus. C’est pourquoi ils cherchèrent à la développer en créant de grandes banques publiques ou centrales. C’est aussi pour cela que les Trésors publics de nombreux pays ouvrirent auprès de ces banques un compte de dépôt afin de pouvoir utiliser la monnaie issue de la partie double, et ainsi accéder au crédit[3] plus facilement. Ce faisant, non seulement ils intervinrent pour développer et sécuriser le système déjà ancien de la monnaie de crédit, mais ils augmentèrent aussi l’utilisation de cette monnaie dans l’économie.

Leur utilisation de la monnaie moderne doit donc être étudiée attentivement, car elle joue en fait un rôle d’entraînement décisif dans la généralisation de la monnaie de crédit. Il me faudra donc étudier l’action et l’attitude qu’ont eu les Trésors publics vis-à-vis de cette innovation, d’abord simples emprunteurs auprès de grands banquiers privées, comme la Monarchie espagnole vis-à-vis des banquiers génois au 16e siècle, puis déposants auprès des banques publiques comme l’Etat vénitien auprès du Banco della Piazza di Rialto, enfin initiateurs et protecteurs de la monnaie de crédit aux 17e et 18e siècles avec le développement des banques centrales et des grandes compagnies nationales.

 Le retour du prêt à intérêt (16e-17e-18e siècles)

A quel moment le prêt à intérêt a-t-il été réintroduit dans le système bancaire ? Cette question est moins évidente qu’il n’y paraît car économistes et historiens, en raison du manque d’attention qu’ils accordent généralement aux mécanismes de la comptabilité en partie double, peinent à décrire précisément le fonctionnement du prêt gagé, et en quoi il se différencie du prêt à intérêt. Ils distinguent mal les différentes dimensions de la monnaie : monnaie métallique d’une part, délais de paiement basés sur cette monnaie métallique devenant progressivement la monnaie de crédit moderne d’autre part. Aussi n’ont-ils pas accordé toute l’importance requise à la question de savoir quand ce prêt à intérêt fait son apparition en partie double. Il s’agit de savoir à quel moment le prêt à intérêt simple est de nouveau utilisé comme moyen de rémunération du crédit pour la banque à la place de la plus value sur la vente d’une marchandise. Dit encore autrement, il s’agit de savoir à quel moment le taux d’escompte a été inventé par les banques centrales.

C’est la Réforme luthérienne, puis surtout calviniste, au 16e siècle, qui permit la réintroduction du prêt à intérêt commercial et entre particuliers dans plusieurs pays. Cependant, ce prêt à intérêt fut réintroduit bien plus tard dans le système bancaire, et il semble par exemple que la banque d’Amsterdam ne l’utilisait pas directement au 17e siècle, raison pour laquelle les marxistes rejetaient son appartenance au capitalisme moderne. Cela n’a rien d’étonnant car on a vu que le système comptabilité en partie double – monnaie de crédit – marchés financiers fonctionnait comme un efficace moyen de contourner ce prêt à intérêt, et s’était en fait révélé bien plus efficace pour octroyer des crédits qu’un simple système de monnaie métallique où le prêt à intérêt aurait été autorisé. Cependant, la réforme protestante acquise après de longues luttes dans le nord de l’Europe, il n’y avait plus de raison religieuse d’interdire le prêt à intérêt bancaire dans ces pays. Si l’on suit l’avis de Sidney Homer et Richard Sylla[4], c’est la Banque d’Angleterre, qui l’introduisit définitivement en s’inspirant des  inland bill of exchange à la fin du 17e siècle, pratiqués par les goldsmiths.

En France il semble que c’est au début du 18e siècle, et malgré l’interdiction de l’Eglise que le prêt à intérêt commença progressivement à être autorisé, avant que la Révolution et surtout l’Empire ne l’encadrent définitivement[5]. Au moment de la création de la Banque de France puis de l’octroi du privilège d’émission par Napoléon, celle-ci utilise le prêt à intérêt dans sa comptabilité[6].

Nous avons vu que la monnaie moderne, la comptabilité en partie double et les marchés financiers semblent s’être formés comme un système connecté permettant à l’origine de se détacher des métaux précieux et de contourner le prêt à intérêt. Au cours des siècles, ce système s’est lentement mais sûrement perfectionné, chaque pays, chaque génération, apportant à son tour une amélioration adoptée ensuite par les autres. A la fin du 18e siècle, la monnaie moderne est déjà bien en place, de nombreuses banques centrales sont créées, la monnaie de crédit circule de façon sécurisée et accompagne les développements de la Révolution industrielle. L’interdit religieux qui fut à l’origine de cet outil forgé par les siècles a lui aussi pris fin, et l’on a réintroduit le prêt à intérêt sans modifier la nature du système lui-même. De ce fait, on a conservé la grande efficacité pratique de la monnaie de crédit tout en introduisant le prêt à intérêt comme un outil de pilotage de cette monnaie, même si l’intérêt est encore payé en monnaie métallique.

Quand Henry Thornton, banquier et économiste anglais, publie en 1802 son traité de politique monétaire[7], le système financier qu’il décrit est suffisamment moderne et proche du nôtre pour que sa pensée soit considérée encore aujourd’hui comme le fondement théorique de l’action des banques centrales. Cet auteur est d’ailleurs considéré comme un précurseur et comme ayant eu une grande influence sur Knut Wicksell, dont l’œuvre influencera elle-même très profondément celles de Keynes et Hayek.

Mais cependant, si le taux d’intérêt est bien apparu dans les comptes des banques centrales, sous la forme du taux d’escompte, il s’agit toujours d’un prêt à intérêt payable en monnaie métallique, et non pas en monnaie de crédit comme dans le système moderne. C’est pourquoi son utilité est limitée et pas nécessairement supérieure au système de prêt gagé. C’est la raison pour laquelle le prêt gagé se maintient tout au long du dix-neuvième siècle, comme en atteste le débat britannique à la chambre des communes entre bullionistes et anti-bullionistes[8]. Il faudra certainement attendre le XXème siècle, et la fin de toute référence à la monnaie métallique, c’est-à-dire la fin de l’étalon-or, pour que l’intérêt moderne, payé lui-même en monnaie de crédit, soit mis en place dans le système bancaire.

 

[1] Il Banco della Piazza di Rialto, première banque publique vénitienne, Ugo Tucci, Cahiers de la Méditerranée, Année 1981  Volume 5  Numéro 1  pp. 155-169.

[2] William Roberds & Stephen Quinn, 2007. The Bank of Amsterdam and the Leap to Central Bank Money,  American Economic Review, American Economic Association, vol. 97(2), pages 262-265, May.

[3] A History of the Interest Rate, Sydney Homer, Richard Sylla, John Wiley & Sons, 4th edition, 2005.

[4] A History of the Interest Rate, Sydney Homer, Richard Sylla, John Wiley & Sons, 4th edition, 2005.

[5]Le prêt à intérêt (I) : Petite histoire française du prêt à intérêt, blog de Paul Jorion, http://www.pauljorion.com/blog/2014/11/28/le-pret-a-interet-i-petite-histoire-francaise-du-pret-a-interet-par-zebu/

[6] La Banque supérieure – La Banque de France de 1800 à 1914, Yves Leclerc, Bibliothèque de l’économiste, Paris, 2009.

[7] An Inquiry into the Nature and Effects of the Paper Credit of Great Britain, Henry Thornton, 1802.

[8] Esposito Marie-Claude, « Le contrôle de l’émission de monnaie en Grande-Bretagne au XIXe siècle : avancées et limites du Bank Charter Act de 1844 », Histoire, économie & société, 2009/2 (28e année), p. 59-74. DOI : 10.3917/hes.092.0059. URL : http://www.cairn.info/revue-histoire-economie-et-societe-2009-2-page-59.htm

Comment la bourse et la partie double permirent l’expansion de la monnaie moderne

Jean Fourastié a expliqué l’histoire et la logique de la comptabilité en partie double dans une démonstration d’une clarté et d’une cohérence remarquables, et pour ainsi dire uniques dans la pensée comptable internationale[1].

Du 13e au 14e siècle dans les grandes villes du nord de l’Italie apparaît ainsi par étape cette technique, qui n’hésite pas à rompre avec la logique intuitive pour unifier la comptabilité de l’entreprise et notamment ses crédits avec sa trésorerie, puis son patrimoine complet. Trois inventions fondamentales marquent le progrès de cet outil : l’invention des comptes de correspondants, tenus sur deux colonnes a lieu à Venise au début du 13e siècle, puis l’inversion du signe de la caisse à la fin du 13e siècle permet l’unification des crédits et de la trésorerie de l’entreprise tandis que l’invention du compte de profits et pertes au milieu du 14e siècle permet le rattachement du patrimoine complet de l’entreprise à la comptabilité générale. Fourastié démontre que c’est la possibilité de gérer du crédit en grande quantité qui stimula l’expansion de cette technique.

L’analyse de Jean Fourastié est parfaitement convaincante. Non seulement elle est historiquement cohérente, mais elle permet au comptable le maniement pratique de la partie double mieux qu’aucune autre formation.  Malheureusement, la pensée comptable de Fourastié n’a jamais reçu l’accueil qu’elle méritait. Cela tient à plusieurs raisons très différentes. Premièrement, Jean Fourastié a présenté cette recherche unique et originale dans un livre qui ne l’indiquait pas (aux éditions Que sais-je ?) et qui se présentait comme une simple synthèse. Pourtant aucun autre auteur n’a présenté les choses comme lui, et même beaucoup l’ont contesté. Peut-être cette discrétion, cette modestie excessive pourrait-on dire, a-t-elle été largement le produit du contexte dans lequel cet ouvrage est paru, étant donnée sa date et son lieu d’édition : 1943 à Paris, mais nous n’en savons pas plus. Si l’influence de Fourastié dans la mise en place du plan comptable général en France a été très forte, de même que son travail d’économiste dans les institutions internationales de l’après-guerre, il faut bien admettre que son analyse comptable, d’abord négligée ou contestée du bout des lèvres par les spécialistes de son temps, est aujourd’hui tombée dans un quasi oubli dans le monde francophone, et a vraisemblablement été très peu traduite dans d’autres langues (excepté en japonais et en portugais) et notamment pas en anglais, langue dans laquelle elle est tout simplement inconnue.

Elle est pourtant d’une importance capitale car elle permet de comprendre l’origine d’un instrument qui est utilisé quasiment de la même façon depuis le Moyen-âge jusqu’à aujourd’hui. La comptabilité à partie double, en effet, a connu un succès total depuis la Renaissance, et elle est actuellement utilisée dans la plupart des entreprises, administrations et associations modernes dans tous les pays du monde. Elle est aussi utilisée, ce point est essentiel, en comptabilité bancaire[2], et cela depuis très longtemps, comme j’essaierai de le montrer. Aussi la pensée de Fourastié donne-t-elle des intuitions absolument fondamentales à celui qui s’intéresse à l’histoire de la comptabilité et de la monnaie.

Monnaie et comptabilité

Parce qu’elle a unifié les crédits de l’entreprise avec la trésorerie de celle-ci dans un même système de classement logique, l’inversion du signe de caisse portait en elle la transformation de la monnaie métallique en monnaie de crédit. C’est dans cette innovation fondamentale que nous pouvons trouver l’origine de la monnaie moderne (si tant est qu’il soit possible d’isoler une seule étape dans ce qui fut un long processus). Bien entendu, les conséquences de cette invention étaient loin d’apparaître à ceux qui la créèrent, puisque leur but était uniquement de mettre en place une comptabilité simplifiée. Mais les siècles passant, la transformation en crédit de la monnaie métallique sembla suivre une voie inéluctable ouverte par cette innovation.

D’autre part l’invention du compte de profits et pertes inaugura le concept de la valeur moderne. En effet, avec cette invention également fondamentale, les comptables purent isoler de façon rationnelle l’évolution du résultat annuel de leur entreprise, et cela quel que soit son domaine d’activité. Il devenait possible de mesurer la croissance de la valeur d’une entreprise, exactement de la même façon que nous l’utilisons aujourd’hui à l’échelle des Nations avec le PIB, agrégat directement issu de la comptabilité privée (qui est toutefois calculé en retirant les charges salariales)[3]. Il s’agissait là d’une valeur purement monétaire, mais, hier comme aujourd’hui, c’était là ce qui intéressait en premier lieu les agents économiques dans leurs actions. Et désormais, cette rationalisation de l’analyse financière allait permettre de se poser la question fondamentale d’une entreprise : comment faire augmenter cette valeur ?

Plus largement, le crédit, la monnaie métallique et la notion de résultat annuel (c’est-à-dire la notion de valeur), se trouvaient désormais connectés dans un même système logique, vérifiable et fiable : la comptabilité en partie double. La naissance d’un instrument aussi abouti et riche de possibilités n’allait pas tarder à produire toutes ses conséquences en se répandant dans le monde.

L’apparition des banques privées modernes (14e – 15e siècles)

Les premières banques modernes apparurent en Italie à la fin du Moyen-Âge de la transformation de grandes entreprises commerciales[4] [5]. Ce fait n’a rien d’étonnant. Comme je l’ai dit, c’est l’utilisation de la partie double qui a certainement provoqué cette transformation. Les grands marchands qui l’utilisaient, en effet, se sont très vite rendus compte qu’ils étaient en mesure de gérer avec une grande rigueur de nombreux délais de paiement, et même de les gérer pour le compte des clients entre eux. Or ces délais de paiement, du fait du manque de monnaie en circulation et de l’interdiction des prêts à intérêt par l’Eglise, les clients en demandaient toujours plus. Un délai de paiement, en effet, permet un accroissement momentané de richesse pour celui à qui il est octroyé, jusqu’à ce qu’il soit échu. En observant attentivement cette opération au point de vue comptable, on se rendra compte qu’elle ne diffère pas de l’octroi d’un crédit moderne, donc de la monnaie moderne, à la différence que cette monnaie moderne existe ici en très petite quantité dans un monde de monnaie métallique, et qu’il n’y a pas de paiement d’un intérêt[6]. Mais néanmoins cette monnaie moderne existe, comme un moyen d’enrichissement complémentaire ou marginal, mais comme un moyen d’enrichissement tout de même. Et pour cette raison, elle va être de plus en plus demandée, dans un monde privé de monnaie et de prêts. Voilà la raison fondamentale qui poussa les grands marchands italiens à se transformer en banques. C’est parce qu’ils virent affluer vers eux des demandes de crédits. Ils déplacèrent alors leur activité, cessèrent de se consacrer au simple commerce pour se spécialiser dans la gestion de ces crédits d’un nouveau genre qu’ils octroyaient à leurs clients. Sans en être conscients, ils avaient découvert la monnaie moderne et se consacrèrent à sa gestion et à son développement.

C’est la comptabilité à partie double qui a permis la naissance des banques et de la monnaie modernes. On peut le montrer d’une part par une analyse comptable, en montrant comment, en partie double, un délai de paiement tel qu’il était pratiqué à cette époque est identique à un crédit moderne, c’est-à-dire à la monnaie moderne. Je tâcherai ensuite de le confirmer d’un point de vue historique, notamment en vérifiant que les premières banques utilisaient la comptabilité en partie double[7], et en montrant que grâce à la maîtrise de cette technique les Italiens devinrent les banquiers de toute l’Europe au 15e siècle jusqu’à ce que leur technique soit utilisée par les autres pays, et qu’alors la banque moderne s’étende hors d’Italie[8].

La question des marchés financiers et des bourses de valeur

La seule chose qui différencie le crédit de cette époque avec la monnaie moderne, c’est donc l’intérêt. Aujourd’hui, en effet, la monnaie de crédit circule en échange du paiement d’un intérêt, même faible. Mais à l’époque de la naissance des banques, pour que de tels crédits soient octroyés, il fallait que la banque se rémunère pour le service qu’elle rendait d’une autre manière. En réalité, une analyse comptable élémentaire permet de montrer que cette rémunération se faisait sur la plus-value effectuée sur une vente de marchandise. Cela explique donc pourquoi les crédits de l’époque étaient gagés sur des marchandises. C’est parce que les banques sont nées d’entreprises commerciales, et que les crédits sont apparues initialement comme des délais de paiement sur la vente de marchandises au sein des entreprises commerciales qui utilisaient la comptabilité en partie double.

Mais puisque les crédits dépendaient des plus-values sur les ventes de marchandises, il devint nécessaire d’échanger le plus possible de marchandises, afin de multiplier les chances de réaliser cette plus-value et donc d’octroyer un crédit. De la quantité des marchandises échangées dépendait la masse des crédits octroyés. Il y eut donc probablement une pression à l’augmentation des lieux d’échanges de marchandise, et en particulier des lieux d’échanges localisés en en point unique, où de nombreux achats et ventes pouvaient avoir lieu en même temps et de préférence à proximité, voire à l’intérieur d’une banque. Et ces nombreux achats et ventes, il est fondamental de bien le comprendre, n’avaient lieu que pour payer des crédits. Or, cela ne peut manquer de frapper l’observateur, c’est précisément à cette époque que se développèrent les bourses de valeur[9]. La naissance et l’expansion des marchés financiers, et plus largement la marchandisation croissante du monde médiéval, a en fait été la contrepartie, le mécanisme compensatoire qui a permis l’expansion de la monnaie de crédit moderne. Dit autrement, la bourse a joué le rôle du taux d’intérêt à cette époque, puisque celui-ci était interdit par l’Eglise.

Si cette hypothèse, comme je le crois, est vérifiée, elle donnerait également une explication très logique à l’origine des contrats à terme, ou futures, dont on connaît le rôle déterminant dans l’expansion des marchés financiers[10]. En effet, puisque pour octroyer un crédit, il fallait se payer d’une plus-value sur la vente d’une marchandise, et puisque ces crédits étaient en fait des délais de paiement, l’octroi d’un crédit était lié à la vente d’une marchandise payée plus tard à un prix fixé immédiatement (ce qui est la même chose qu’un délai de paiement). Donc, celui qui octroyait le crédit (par exemple la banque italienne) le faisait en échange d’une plus-value certaine touchée plus tard, au moment du paiement, tandis que celui qui souscrivait le crédit le faisait en escomptant une plus-value future sur la vente du bien acquis à crédit. Là-encore, la logique comptable nous fait voir que ces opérations pourraient bien être à l’origine des contrats à terme. On voit immédiatement que la bourse de valeur jouait le rôle de rémunération des crédits, et donc que son développement est lié à celui de la monnaie de crédit moderne. Bien entendu il importe de vérifier historiquement ces raisonnements logiques.

Cela nous conduit également à penser que l’expansion des marchés financiers (ou bourses de valeur) était en quelque sorte nécessaire à l’expansion de la monnaie moderne tant que l’intérêt était prohibé. Or pour que ces marchés financiers croissent, il fallait nécessairement que de plus en plus de biens transitent par eux, ce qui exerçait une pression sur la marchandisation du monde médiéval, et poussait aussi certainement à des formes nouvelles d’exploitation économique, mais aussi à des progrès technologiques et à des hausses de productivité proto-industrielles (comme dans l’Arsenal de Venise) pour améliorer la compétitivité et réaliser des plus-values sur les ventes. A son tour, cette expansion économique nourrissait le besoin de crédit qui était à l’origine du développement de ce système de financement. De manière générale Venise, à cette époque, pourrait bien représenter l’archétype de ce premier capitalisme moderne[11], qui voit la naissance et l’expansion de la comptabilité en partie double, de la monnaie de crédit moderne, et des marchés financiers. Ces trois institutions semblent être consubstantielles, et nourrirent la croissance de la productivité elle-même à cette époque, c’est ce que j’essaierai de vérifier par les faits historiques.

[1] Jean Fourastié, La comptabilité, Editions Que sais-je ?, 1943

[2] Introduction à la comptabilité bancaire, Michèle Formagne, RB Editions, 2015.

[3] La comptabilité nationale, Jean-Paul Piriou et Jacques Bournay, La découverte, 2012.

[4] Les Lombards et le commerce de l’argent au Moyen Âge, Pierre Racine, novembre 2002, Site en ligne Clio.

[5] Marchands et banquiers du Moyen Âge, Jacques Le Goff, coll. Que sais-je ?, PUF, 2006.

[6] Traité de comptabilité bancairedoctrine et pratique. Jean-Paul Caudal, 2ème édition, 2016.

[7] The Rise and Decline of the Medici Bank, 1397-1494, Raymond de Roover, Beard Books,U.S., 540 p. 1999.

[8] Une illustration de cette évolution peut être vue dans l’article de Myriam Greilsammer, La roue de la fortune: Le destin d’une famille d’usuriers lombards dans les Pays-Bas à l’aube des Temps modernes, Oxford University Press, 2012.

[9] Si la Bourse m’était contée, André KostolanyJulliard, 1960.

[10] Manias, Panics and Crashes: A History of Financial Crises, Charles Kindleberger et Robert Aliber, J.Riley, 2011.

[11] Le modèle italien, Fernand Braudel, Paris, Arthaud, 1989.

Pour une nouvelle histoire de la monnaie

Dans cette première partie, je voudrais montrer que la monnaie moderne, c’est-à-dire la monnaie de crédit, par opposition à l’ancienne monnaie métallique, a ses origines dans l’invention de la comptabilité à partie double aux 13e et 14e siècles en Italie.

L’opposition entre monnaie de crédit et monnaie métallique est connue des économistes. Ce qui fait la spécificité de cette monnaie de crédit moderne, c’est qu’elle est créée à l’occasion de l’octroi d’un crédit à un particulier ou à une entreprise par les banques privées[1]. Le flux des crédits nouveaux moins le flux des crédits remboursés pour l’ensemble d’une zone monétaire nous donne la masse monétaire en circulation (si l’on exclue les opérations de change). La masse monétaire est donc une masse de crédits en circulation ayant pour contrepartie des dettes[2]. Cette définition éclaire le terme de « monnaie de crédit ». La monnaie métallique, au contraire, se caractérisait par une valeur en soi de la monnaie en circulation, en général définie par sa valeur en or. La masse monétaire, anciennement, n’avait donc pas pour contrepartie des dettes.

Mais historiens et économistes ne perçoivent pas clairement quand et comment cette monnaie moderne est apparue, ni quand et comment elle s’est progressivement substituée à la monnaie métallique. En général, ils confondent la monnaie de crédit avec la monnaie scripturale et considèrent que c’est une pure convention qui a permis le passage progressif de la monnaie métallique à la monnaie scripturale. Ce faisant, ils n’expliquent pas comment est apparue la monnaie de crédit elle-même et pourquoi ce système a été créée. Ils n’expliquent pas non plus en quoi a consisté ce passage en termes conceptuels. Ils ne voient pas que ce qui a été en jeu a été une transformation des règles fondamentales de la monnaie, un changement de dimension, et pas seulement un changement de support de celle-ci. C’est la raison pour laquelle aucune histoire de la monnaie ne retrace l’évolution de celle-ci depuis le moyen-âge jusqu’à aujourd’hui de façon convaincante. Une telle entreprise se heurte systématiquement à des incohérences indépassables tant qu’on n’a pas compris que la partie double a provoqué un changement de dimension de la monnaie : le passage à la monnaie de crédit moderne.

On pourrait multiplier les exemples, pour montrer que trois cas s’observent parmi les historiens : Premièrement, le cas où l’historien rend compte de l’évolution de la monnaie de crédit moderne. Dans ce cas il part au mieux du 17ème siècle et explique l’évolution du système actuel en donnant à la monnaie sa définition moderne de système de crédit. D’excellents travaux, précis et documentés, se trouvent naturellement dans cette catégorie, dont une grande part de la pensée économique moderne. Deuxièmement le cas des historiens médiévistes qui analysent la monnaie dans le cadre de la monnaie métallique, et considèrent le système de crédit émergeant à cette époque comme un système non monétaire basé sur cette monnaie. En général, ces historiens s’arrêtent autour du 17ème ou 18ème siècle car ensuite l’évolution du système monétaire leur paraît trop éloigné et trop différent de leur objet de recherche, mais ils sont extrêmement précis et documentés pour la période qu’ils couvrent. Enfin, troisièmement, les historiens englobant l’ensemble de la période échouent systématiquement à donner une définition satisfaisante de la monnaie, ce qu’ils dissimulent ou dans le flou des explications, ou dans les non-dits. Cela n’a rien d’étonnant. Alors que les deux premiers types de travaux se meuvent dans une définition unique de la monnaie, adaptée à la période qu’ils étudient, les troisièmes sont dilatés entre les deux dimensions de la monnaie qui dominèrent successivement, ce dont ils ne sont pas conscients. Aussi échouent-ils nécessairement à unifier l’histoire de la monnaie.

Car la monnaie de crédit moderne, si elle fonctionne comme un système de crédit, le doit au fait qu’à l’origine elle n’était que du crédit, basé sur de la monnaie métallique. La comptabilité en partie double, en rationnalisant et en unifiant ce crédit et la monnaie métallique dans des règles communes et grâce à des vérifications sûres, a permis d’utiliser ce crédit de façon massive. Puis ce crédit s’est développé à travers les siècles jusqu’à s’autonomiser complètement de la monnaie métallique sur laquelle il était originellement basé, à mesure que les acteurs économiques prenaient confiance en lui, à mesure qu’ils éprouvaient que c’étaient ses règles de fonctionnement qui importaient davantage que la monnaie métallique en laquelle ils plaçaient depuis toujours leur confiance. C’est ainsi que le crédit basé sur la monnaie métallique est devenu lui-même une monnaie à part entière, la monnaie moderne que nous connaissons. Et les règles qui lui permirent de gagner cette confiance que nous attribuons aujourd’hui à la monnaie, c’est la comptabilité en partie double qui les lui a données. C’est la comptabilité en partie double qui a permis de changer de dimension monétaire, de passer d’une monnaie métallique simple à une monnaie scripturale de crédit. Mais si j’insiste sur le fait que nous avons changé de dimension monétaire avec la partie double, c’est qu’il est essentiel de souligner un fait qui échappe en permanence à l’analyse des historiens et des économistes : le fait qu’il existe une troisième dimension de la monnaie. Cette troisième dimension est le crédit basé sur la monnaie moderne, et qui est donc un système de crédit (sans taux d’intérêt) basé sur une monnaie fonctionnant elle-même comme un système de crédit (et toujours grâce à la partie double). D’innombrables confusions dans l’histoire et dans la pensée monétaires sont dues à la confusion de ces trois dimensions de la monnaie. C’est bien parce qu’ils échouent à les distinguer qu’aucun historien n’a jamais pu produire une histoire unifiée et logique de la monnaie, depuis le Moyen-âge jusqu’à nos jours. Et c’est la même confusion qui est à la racine de nombreux flous dans certains travaux théoriques en économie.

Ainsi, les meilleurs historiens de la monnaie et du crédit médiévaux, comme Raymond de Roover[3], ne distinguent pas que les outils de crédits fins et complexes qu’ils analysent brillamment vont en fait devenir la monnaie moderne elle-même. Symétriquement, les économistes ou les historiens de la monnaie moderne ne parviennent pas à voir que cette monnaie moderne est née du crédit basé sur la monnaie métallique. Tous échouent à discerner que le crédit sans intérêt moderne (principalement les délais de paiement et une grande part des opérations de la finance) est une troisième dimension monétaire, un crédit basé sur la monnaie de crédit, qui était donc elle-même le crédit de la monnaie métallique. Enfin ils ne voient pas que c’est la comptabilité en partie double qui permet le passage entre ces différentes dimensions monétaires et qui les unifie dans un système complexe et contre-intuitif. Or cette complexité et cette efficacité placent la partie double au cœur des différentes dimensions de la monnaie : c’est elle qui les a créées, ce sont ses règles qui les unifient, c’est par elle que nous pouvons les penser.

En général, la monnaie de crédit moderne, mal isolée conceptuellement de la monnaie scripturale, est considérée comme étant l’invention des banques centrales. La première reconnue comme telle est la Banque d’Amsterdam créée en 1609. Ainsi par exemple Stephen Quinn et William Roberds, dans un article paru en 2009 dans l’American Economic Review, considèrent-ils que la Banque d’Amsterdam fût la première à utiliser une unité de compte qui ne pouvait être protégée des dépréciations que par des opérations d’open market[4]. Selon ces auteurs, cette innovation-clé a permis la mise en place progressive de la monnaie moderne, celle-ci fonctionnant autour de cette unité de compte nouvelle qu’on peut appeler « monnaie banque centrale », et qui serait à la base, aujourd’hui encore, des relations entre les banques centrales et les banques privées. La nécessité, pour la Banque d’Amsterdam, de protéger sa monnaie officielle contre la dépréciation et l’invasion des monnaies étrangères l’aurait ainsi conduit à inventer l’unité de compte moderne[5]. Sa réussite aurait ensuite conduit les autres pays du monde à adopter ce système de banque centrale, et en premier lieu les pays protestants.

Si je ne conteste pas l’innovation et la réussite importante que fut, pour la banque d’Amsterdam, la mise en place d’opérations d’open market pour protéger sa monnaie de la dévalorisation, je pense que Stephen Quinn et William Roberds commettent une erreur en confondant ces interventions avec l’invention de l’unité de compte qui servirait de base à la monnaie moderne. Selon moi, cette unité de compte n’a pas été inventée par la banque d’Amsterdam mais découlait simplement de la logique de la comptabilité à partie double telle qu’elle avait été fixée au 14e siècle. Quand la banque d’Amsterdam a ouvert en 1609, elle a naturellement utilisé ce système comptable pour gérer ses dépôts comme le faisaient déjà à cette époque de nombreuses banques. Or, ce sont les écritures de ce système, qui n’est rien d’autre qu’un système de crédit basé sur la monnaie métallique,  qui permettent l’existence de la monnaie de crédit moderne, et cela se pratiquait déjà depuis longtemps.

En effet, du moment où commencent à naître des transactions de crédits entre des correspondants selon les règles de la partie double, sans déplacement de monnaie métallique, apparaît également la possibilité d’octroyer ces crédits de façon massive, notamment d’une entreprise vers l’un de ses correspondants. Et cette possibilité existe, il est important de le préciser, en dépit, et peut-être même en raison, de l’interdiction du prêt à intérêt. Pour cela il suffit d’accorder un délai de paiement sur la vente d’un bien comme on peut le montrer par une analyse comptable simple[6]. Dans ce cas la durée du délai de paiement correspondra à de la création de monnaie moderne, bien qu’en quantité réduite.

En fait la possibilité d’octroyer du crédit permit le succès et l’expansion de la comptabilité à partie double. Ce point, bien que contesté, ou mal compris, dans une grande part de la littérature comptable, a été à mes yeux parfaitement démontré par Jean Fourastié, comptable et économiste. C’est de son travail sur l’origine de la comptabilité que je pars, travail dont la profondeur et la puissance explicative sont uniques dans la théorie comptable et sans rapport avec le peu d’intérêt que les théories modernes lui accordent.

Mais au-delà de l’histoire de la comptabilité, j’émets l’hypothèse que l’invention de la partie double fut à l’origine des premières banques modernes en Italie, qui émergèrent de la transformation de grandes entreprises commerciales. C’est comme cela que la création de la comptabilité à partie double marqua l’étape décisive dans l’invention de la monnaie de crédit moderne. En fait, elle lui est même consubstantielle. En effet, c’est parce que le besoin de crédit, en cette époque lointaine, était très pressant que la possibilité d’en émettre, même si cette émission était nécessairement gagée sur la vente d’un bien, conduisit à l’expansion de cette technique et de ses règles pourtant contre-intuitives. De plus, le fait que les entreprises marchandes qui utilisaient la partie double pouvaient désormais octroyer et gérer de nombreux crédits, les poussèrent à modifier la nature de leurs activités. D’entreprises commerciales gérant des délais de paiement ou des transferts de dettes vis-à-vis de leurs correspondants, elles devinrent des banques octroyant des crédits gagés sur la vente de marchandises. En fait, il n’y a pas de différence entre ces deux définitions, si ce n’est que ces entreprises ont dû voir affluer vers elles de nombreux clients qui ne voulaient plus vraiment commercer avec elle mais plutôt obtenir des crédits. Ici se situe certainement la raison de la transformation des grandes entreprises marchandes italiennes de la fin du Moyen-Âge en banques. C’est l’invention de la comptabilité en partie double qui avait décidé de cette évolution.

Plus tard, quand les premières banques d’Etat ont été créées, elles l’ont été dans le but de mieux maîtriser cette capacité de crédit ouverte par la partie double qui impliquait de nombreux risques, et toutes utilisèrent la partie double. Selon moi, les premières banques centrales n’ont pas inventé l’unité de compte moderne, elles l’ont seulement sécurisée et étendue. Cette unité de compte était déjà définie pleinement dans les règles de la comptabilité à partie double. Elle avait déjà donné lieu au développement de nombreuses banques privées et même, ce point est important, de banques publiques, comme le Banco della Piazza di Rialto à Venise qui gérait aussi la trésorerie de l’Etat vénitien[7]. La banque d’Amsterdam a donc utilisé le même système que toutes les banques de l’époque au moment de sa création, mais en tâchant de le sécuriser de plusieurs manières. Premièrement en l’adossant à la crédibilité de la ville d’Amsterdam, deuxièmement en soutenant la valeur de sa monnaie, y compris en recourant à des opérations d’open market, et c’est là sa véritable réussite[8]. En effet, une fois acquise la stabilité de la Wissenbank et de sa monnaie de compte, les déposants de toute l’Europe eurent intérêt à l’utiliser comme une plateforme bancaire internationale, et cette efficacité poussa les autres pays à créer des banques centrales sur son modèle.

Cette analyse des origines de la monnaie moderne découle d’une analyse comptable rigoureuse. C’est ce qui la rend attrayante quand on la projette sur l’histoire de la monnaie. Je crois pouvoir dire qu’elle tient bon quand on la confronte aux grands faits historiques. Néanmoins, elle doit être davantage encore soumise à l’analyse historique pour se voir confirmée, infirmée ou nuancée. D’ores et déjà cependant, il me semble qu’elle permet de mieux relier certains évènements entre eux, et ce faisant elle permettra je l’espère, d’écrire la véritable histoire de la monnaie moderne et ainsi de mieux conceptualiser celle-ci.

C’est pourquoi je voudrais retracer cette nouvelle histoire de la monnaie moderne afin de démontrer qu’elle est née de la comptabilité à partie double. Les étapes de cette histoire de la monnaie constitueraient alors le plan de la première partie de ma thèse.

[1] Introduction à la comptabilité bancaire, Michèle Formagne, RB éditions, 2015.

[2] La monnaie et ses mécanismes, Dominique Plihon, éditions la Découverte, 2013.

[3] Notamment dans le passionnant : L’Evolution de la lettre de change, XIVè – XVIIIème siècle, Raymond de Roover, Editions Jean Touzot, 1953.

[4] William Roberds & Stephen Quinn, 2007. The Bank of Amsterdam and the Leap to Central Bank Money,  American Economic Review, American Economic Association, vol. 97(2), pages 262-265, May.

[5] William Roberds & Stephen Quinn, 2005. The Big Problem of Large Bills: The Bank of Amsterdam and the Origins of Central Banking2005 Meeting Papers 318, Society for Economic Dynamics.

[6] Je l’ai fait en détail sur mon ancien blog de recherche : https://ecostatshistoire.wordpress.com/2016/12/04/monnaie-et-comptabilite/

[7] Il Banco della Piazza di Rialto, première banque publique vénitienne, Ugo Tucci, Cahiers de la Méditerranée, Année 1981  Volume 5  Numéro 1  pp. 155-169.

[8] Quinn, Stephen & Roberds, William, 2014. How Amsterdam got fiat moneyJournal of Monetary Economics, Elsevier, vol. 66(C), pages 1-12.

Angelo (Jean Giono)

Angelo est l’un des quatre romans de Jean Giono mettant en scène ce personnage-clé. Alors que les œuvres de Giono d’avant-guerre sont très portées sur la nature et son lien essentiel et poétique avec l’homme, qui ne peut pas vivre séparé d’elle, pas plus qu’il ne peut vivre uniquement d’elle, ses romans d’après-guerre parlent davantage, et de façon plus épurée, de la société humaine elle-même : dure, hypocrite et dangereuse ; et des moyens pour l’homme d’y vivre heureux grâce au courage, à la dignité, et à l’honneur.

EXTRAIT D’ANGELO (1958) :

 » Et maintenant, une question qui m’a brûlé les lèvres quand vous êtes entré et que j’ai retrouvé votre visage : je ne vois pas le bonheur dans vos yeux !

— Mes vacances me pèsent, dit Angelo. Dans cent ans, je me demande comment les gens qui me ressemblent feront pour ne pas s’ennuyer, quand les unités nationales seront reconnues et les Etats constitutionnels construits. Le meilleur moment de ma vie, je l’ai passé à tuer le baron, vous avouerez que c’est court… Quand vous m’avez fait appeler, je songeais sérieusement à reprendre du service parmi mes compatriotes qui ont encore des passions.  — Gardez-vous en bien, dit le vicaire, il vous faudrait retourner dans le Piémont qui n’est, en fin de compte, pas si large que ça, entre les montagnes et la mer. Cela a pu vous suffire jusqu’à présent, mais il y a des tables de jeu plus vastes et c’est de celles-là que vous aurez la nostalgie quand la bouillotte sera finie sur votre petit guéridon. Vous accommoderez-vous du ministère que votre monarchie reconnaissante vous fera passer sous le nez, ou d’une chaise curule dans le phalanstère que vos généreux amis installeront au pis aller sur l’échafaud de la Maison de Savoie ? Rien n’est plus mort qu’un révolutionnaire qui a réussi. J’ai décelé en vous la présence de passions qu’une simple unité nationale ne peut satisfaire. Admettons que, jusqu’à présent, la politique vous ait servi d’exutoire : elle ne le pourra pas continuellement. Vous êtes un solitaire et les solitaires sont toujours deux, mais jamais plus. » Il eut la suprême habileté de prononcer le nom de la duchesse Ezzia sans transition, comme s’il lui venait naturellement aux lèvres. « Les grandes passions, ajouta-t-il, composent les patries mieux que les territoires cousus de fil blanc. » « Voilà mon cœur, se dit Angelo. Que tu étais fou de croire que tu pourrais te tenir en tutelle avec un petit sabre et une chanteuse d’opéra. Et même avec le cadavre d’un mouchard. » « Il vous fallait bien commencer par quelque chose, continua le vicaire, qui semblait lire dans ses pensées. Et rien n’est inutile. C’est une grande loi. Faites-moi donc une confession filiale. Voilà à quoi sert notre contrat. — Rien n’est plus simple, dit Angelo, je ne peux pas, moi, me contenter de compromis. Tout est là. Je n’ai pas, comme vous, de raisons supérieures pour lâcher la proie pour l’ombre. Dois-je me fabriquer une raison supérieure ? Et entrer comme contremaître dans les chantiers de ces terrassiers passionnés ? — Ne parlons pas de boutique, dit le vicaire, l’essentiel est ailleurs. Ce n’est pas pour rien que l’autre jour je vous ai présenté en pied devant la glace de mon armoire. L’esprit fait plus de mal que le tabac et le café. »

« Beaucoup de choses, cependant, restent à dire, continua le vicaire, qui semblait lire à livre ouvert. Notamment ce qui se passe dans votre cœur. Je ne manque pas de renseignements pour savoir que vous n’êtes pas épris, et vous-même me l’avez confirmé tout à l’heure. Mais cela vient-il de la dame ou de vous ? « Il parle comme elle, se dit Angelo. Qu’ont-ils tous à me demander : Aimes-tu l’amour mon garçon ? Bien-sûr que je l’aime.  » Mais il était troublé par les questions qu’il s’était lui-même posé à ce sujet. « Dois-je lui parler du mouchoir ? C’est pour le coup qu’il rirait de moi. Cet homme est le diable. Mais j’ai tué le baron. Et combien de fois n’ai-je pas couru toute la nuit à franc étrier, pour aller passer deux heures dans une grotte de la montagne avec des hommes qui cachaient leurs visages, et me disaient cent mots dont un seul aurait fait pendre tout un régiment ?  » Il était tellement éperdu à l’idée qu’il avait failli parler du mouchoir à cet homme froid et perspicace, qu’il était obligé de se donner du courage. Enfin, il comprit que le silence dans lequel il était tombé ne pouvait plus s’expliquer par son soin de bien répondre. « Je vais être franc, dit-il. Rien ne compte si je ne suis pas passionné. Et je suis très difficile. Autour des femmes que vous avez ici, il a beau y avoir des fontaines dignes de Rome, des platanes grecs et un ciel qui joue la tragédie de Don Quichotte à chaque coin de rue, je n’aimerai jamais. Je suis peut-être incapable de sortir de moi-même, mais si on ne vient pas me chercher où je suis, on ne me rencontre pas. Quand j’attends, je fume.  »

« Cache-toi au fond de moi-même, odeur si belle, se disait-il, ce démon ne te connaîtra jamais. » « Mais, dit le vicaire, si vous rencontriez l’oiseau rare ? Je vous vois fort bien jetant ce qui vous reste à fumer de votre cigare. Seriez-vous toujours aussi intransigeant sur la question du compromis ? — Certes, dit Angelo, ce serait le moment où jamais, à tel point que je garderais probablement la proie et l’ombre. — Je crois qu’un de ces jours je vous demanderai un petit service », dit le vicaire général.

Ils parlèrent ensuite de choses assez badines et se mirent à rire aux éclats tous les deux. « Restez à souper, dit le vicaire, j’ai donné à Rosette la précieuse habitude de toujours préparer ses impromptus. Je m’étonnerais qu’elle n’eût pas ce soir quelque poularde glacée. » Finalement, Angelo rentra chez lui tard, et de très bonne humeur.

 

André Maurois : la vie est un bal masqué

Un texte intéressant d’André Maurois, écrivain qui refusa , craignant pour sa mère, de devenir le porte-parole de la France libre en 1940, comme de Gaulle le lui proposait, mais qui conserva toujours l’estime de celui-ci, qui le considérait comme l’un de ses maîtres et louait à sa mort « sa haute distinction humaine, si délicate et si généreuse. » 

EXTRAIT DE LETTRE OUVERTE A UN JEUNE HOMME :

Cherchez et vous vous trouverez.  Eh oui ! Non seulement sur le plan littéraire, mais sur le plan humain, vous devrez vous trouver et ce n’est pas si facile. J’ai bien connu autrefois le grand Pirandello dont toutes les pièces avaient pour sujet les variations de la personnalité. « Dès l’école me disait-il, j’ai été obsédé par cette idée que l’unité de la personne n’est pas une peinture vraie de l’homme. Nous jouons un personnage pour certains êtres, un autre pour d’autres. C’est si vrai que nous souffrons parfois de nous trouver en même temps avec deux amis ; il nous faut renvoyer l’un des deux pour nous sentir à notre aise. Beaucoup de fugues conjugales s’expliquent par l’impossibilité de continuer à jouer un rôle qui, au début, avait été accepté de bonne foi. Un homme s’est drapé dans une fausse vertu. Il a pris une attitude qu’il ne peut soutenir. Il doit s’évader, c’est-à-dire recommencer la vie avec une autre femme, pour laquelle il jouera un autre rôle qui, à ce moment, lui conviendra mieux… Qu’il y ait, au-delà de tous ces personnages, un moi unique à rejoindre, illusion !… Vie c’est changement. Quand le mouvement cesse, l’être vieillit et meurt. »

Pirandello avait raison. Un seul homme a en lui cent hommes possibles. Est-il bon ? Est-il méchant ? Les deux. Vous pouvez être, et vous le savez, tendre et cruel, raisonnable et violent, capable de sagesse et de folie. Cela dépend des circonstances, des lectures, des conseillers, des partenaires. Pensez par exemple à Chateaubriand. Il y avait en sa composition un homme religieux, croyant,  très attaché au christianisme par ses souvenirs d’enfance et d’adolescence, mais aussi un homme prêt à succomber à toutes les tentations que condamne le christianisme, un orgueilleux, un libertin. Lequel de ces personnages était Chateaubriand ? Aucun, si vous le séparez des autres. Chateaubriand était une somme. Pensez encore à Napoléon ? Quel chef d’Etat eu jamais plus d’ambition ? Quel conquérant se montra plus insatiable ? Et pourtant, dès qu’il réfléchit sur lui-même et sur son destin, quelle modération ! A Sainte-Hélène il retrouve, son masque d’empereur soulevé, une âme de sous-lieutenant, d’étudiant dont le rêve eut été de vivre à Paris avec trente sols par jour et d’applaudir Talma dans Corneille.

Qui était le vrai Napoléon ? Mais tous. Et chacun d’eux avait été sincère, même à ses propres yeux. Nous jouons des rôles pour nous comme pour les autres. En passant sous les projecteurs des sentiments et des âges, nous en prenons les couleurs comme ces danseuses dont la robe est blanche, mais qui paraissent tour à tour jaunes, roses ou bleues. Votre moi jeune rit aujourd’hui des passions des vieillards qui seront les vôtres quand vous traverserez le faisceau du projecteur de la vieillesse. La fonction aussi transforme les êtres. Tel adolescent rebelle qui, prenant part au monôme du bac, brisa d’un coup de poing la mâchoire d’un Commissaire, finira Garde des Sceaux ou Premier président de la Cour d’appel. Tel jeune poète qui s’est cruellement moqué de l’Académie sera un jour enivré d’y entrer au roulement des tambours, et de lui faire son remerciement. Et non seulement vous avez en vous les dix, les cent hommes que feront apparaître, l’heure venue, les amours, les âges, les fonctions, mais d’autres encore qui resteront à jamais inconnus. Il y a des êtres qui, très tôt dans la vie, ont adopté une pose et ne la quitteront plus. Parfois cette pose est belle. C’est celle de l’homme sage, austère, fidèle qui se consacre entièrement au bonheur des autres et a renoncé aux plaisirs. Seulement l’acteur qui joue ce grand rôle entend parfois une voix intérieure lui dire : « Es-tu vraiment condamné pour vivre la vie entière à cet emploi ? Tu jouerais les Don Juan et les immoralistes aussi bien que les autres, si tu voulais… Et ce serait tellement plus amusant. Qui sait ? Peut-être même plus vrai. » Alors on pense confusément qu’on a raté sa vie, qu’on s’est privé des plus grandes joies. Et pourquoi ? Parce que l’on osait plus arracher de son visage le masque sous lequel tous avaient appris à vous connaître et qui d’ailleurs représentait l’un des aspects vrais de votre personne. Un seul aspect réalisé à côté de tant de possibles condamnés.

J’avais naguère connu, en Angleterre, une femme ravissante, d’une timidité presque morbide. Epouse d’un mari très intelligent, elle semblait tout à fait éteinte par lui. Des hommes, attirés par sa beauté, lui avaient fait une cour ardente ; son mutisme et son apparente indifférence les avaient découragés. Un soir une hôtesse londonienne donna un bal masqué. Le hasard m’assit un instant à côté d’une jeune femme très bien faite, qui ne dansait pas. J’engageai par politesse une conversation ; elle répondit avec tant d’esprit, tant de hardiesse que je restai près d’elle, conquis. Quand elle fut bien sûre de m’avoir enchanté par la grâce de son corps et celle de ses propos, elle rit et souleva son masque. Stupéfait, je reconnus ma belle muette. Le masque lui avait permis d’être une autre. Une autre qui était elle-même. Sans doute est-ce pour des raisons de ce genre que les bals masqués de l’Opéra eurent jadis tant de succès. Il est si agréable de s’oublier pour se retrouver différent.

La vie est un bal masqué. Faut-il toujours y porter le même masque ? Cela dépend du masque — et de vous. S’il ne vous va pas, s’il vous blesse, si vous avez le sentiment qu’il vous contraint à jouer un rôle pour lequel vous n’êtes pas fait, alors essayez-en d’autres. Ce rayon est bien approvisionné. A côté du masque grave du futur homme d’Etat, voici celui de l’artiste qui se porte avec une chemise ouverte à carreaux rouges et blancs ; voici celui du futur médecin, au regard aigu, derrière ses lunettes. Il est temps encore de changer. Mais attention ! Le masque fera pour vous le bal. Car les autres masques vous prendront pour ce que vous paraîtrez. Vous qui entrez au bal de la vie, choisissez bien votre masque.

André Maurois : foi et religions

Dans ce texte profond, et très inspiré de la pensée de son maître Alain, l’écrivain André Maurois aborde la question de la foi, qu’il distingue soigneusement des religions. Alors que la foi est une possibilité et une expérience individuelles, permettant à l’homme de se surpasser et donc d’exercer pleinement sa liberté, la religion est un rite social permettant à l’homme d’apaiser sa peine ou de sublimer sa joie, notamment dans des cérémonies collectives. De là l’idée qu’il est possible à l’homme de vivre avec ou sans religion, tant qu’il conserve la foi en son destin et pourvu qu’il continue à participer à des rites sociaux vivants et beaux.  

EXTRAIT DE LETTRE OUVERTE A UN JEUNE HOMME (1966)

Vous devez penser : « Que peut avoir à dire sur la foi un homme qui ne cherche guère l’Absolu? » Voyons un peu. D’abord vous constaterez que je ne ferai rien pour vous détourner de la foi si vous en avez une. Quand vous connaîtrez mieux ma vie, vous saurez que des femmes croyantes ont vécu près de moi, non seulement sans perdre leur foi, mais en la raffermissant. Quelques-uns de mes meilleurs amis ont été des catholiques fervents, d’autres des protestants, d’autres encore des israélites pratiquants. Jamais un conflit religieux n’a mis en danger ces affections. « Mais alors, direz-vous, comment définissez-vous la foi et que me conseillez-vous en cette matière? »

Ma définition de la foi serait celle d’Alain : « Volonté de croire sans preuves, et même contre les preuves, que l’homme peut faire son destin et que la morale n’est donc pas un vain mot. Le donjon de la foi, son dernier réduit, c’est la liberté même, et il faut y croire, car sans y croire on ne peut l’avoir. » Et comment la foi, ainsi définie s’accommode-t-elle du christianisme? Fort bien je crois, car ayant fait Dieu tout-puissant, le christianisme le décrit ensuite se dépouillant de son souverain pouvoir et rendant à l’homme son libre arbitre.

Pour rapprocher l’homme et Dieu, pour permettre à l’homme de mettre une réalité sous ce mot chargé de prestige, le christianisme a trouvé l’Homme-Dieu. Les Evangiles vous ont conté l’histoire d’un être parfaitement bon, juste et sage, modèle pour tous et Dieu vivant. A mi-chemin entre le fétichisme et la religion de l’Un, cette croyance se révèle adaptée aux besoins d’une partie de l’espèce humaine. Vous cherchez un guide moral : ce sera l’Imitation de Jésus-Christ. Vous souhaitez que soient rassurés les humiliés, et humiliés les puissants. Or l’Enfant-Dieu apparaît sur la terre nu, pauvre et faible.

C’est là ce qu’avaient compris les masses romaines, puis barbares, qui adoptèrent cette religion. Comment l’Eglise devint ensuite trop puissante, et trop riche, et trop intolérante, comment elle accepta de bénir les hommes de violence et de guerre, comment elle persécuta et tyrannisa, l’histoire du passé nous l’enseigne, mais que le mouvement n’était pas irréversible, le présent nous le montre. Nous aurons vu en notre temps de grands papes remonter aux sources de leur foi, servir la paix, prêcher le retour à la pauvreté évangélique et l’amour des frères séparés. « L’essence papale » n’est pas la hauteur autoritaire d’un PDG, »mais au contraire l’humilité de l’homme aux yeux baissés, celui qui n’a pas de pouvoir et qui ne veut pas de pouvoir. »

Vous avez le bonheur de vivre au temps où se répand cette bonne nouvelle. Sachez mesurer son importance. Vais-je alors vous conseiller de dire des chapelets, de faire des pèlerinages?

Pour mon compte je ne l’ai jamais fait ; cela ne veut pas dire que je blâme ceux qui le font. Un pèlerinage peut être une grande et noble expérience pour qui voit là l’occasion d’un sacrifice, d’une méditation. Si des hommes trouvent la paix de l’âme en des messes et cérémonies, soit par sentiment, soit par défiance de notre propre sagesse, je ne vois pas que notre fragile civilisation en puisse rien craindre , pourvu que le vrai des religions, la possibilité pour l’homme de se dépasser, soient entrevus par ceux qui se plaisent à ces pieuses pratiques. Bref et pour conclure sur ce point, je vous dirai : « Si vous êtes croyant (chrétien ou juif, musulman ou bouddhiste), restez-le et voyez dans la religion la création de soi par soi et la recherche de Dieu en soi. Si vous n’êtes pas croyant, ne mentez pas. Ne feignez pas de l’être, il y a d’autres issues. »

Mais votre vie (comme la mienne) en sera plus difficile. L’homme est ainsi fait qu’il ne peut se passer de rites et de cérémonies. Dans les moments d’extrême joie ou d’extrême douleur où les mouvements naturels le jetteraient dans une sorte de folie, le cérémonial lui impose des actions lentes et mesurées qui raniment son courage. Voyez celui (ou celle) qui vient d’assister à la mort d’un être aimé. Quelques-uns, dans cette épreuve, gardent leur sérénité. Ils sont rares. L’évènement est si douloureux ; il semble si incroyable que celle qui hier encore emplissait notre vie , recevait nos confidences, nous donnait toutes nos joies, soit soudain devenu un objet dur et froid, qui va se corrompre et pourrir. L’étrangeté, l’horreur nous jettent alors dans un refus convulsif, dans le désespoir, dans les cris. Alors intervient le cérémonial. L’objet pitoyable et scandaleux repose sur un catafalque élevé ; il est entouré de fleurs, offrandes qui le rapprochent de la vie. Une belle messe de Requiem contient encore des cris, mais disciplinés par la musique. Notre douleur se trouve comme enchâssée dans le sublime. Le silence de la foule ordonnée derrière le cercueil fait taire les sanglots. La douleur n’est pas vaincue ; elle a été surmontée.

La commémoration des morts illustres est une forme de foi. Elle nous oblige à les imiter. Nous voulons « place dans le temple — et nous mourrons comme ils sont morts ». L’humanité se trouve si souvent, par les titres sadiques des journaux, par l’attrait de l’horreur, conduite à contempler ce qu’elle a de pire qu’il devient nécessaire de lui rappeler,  de temps à autres, ce qu’elle a de meilleur. Savoir qu’un Marc-Aurèle, un Goethe, un Victor Hugo, ont vécu grandement, vous aidera vous-même à viser haut. Ils ont commis des fautes ? Ils étaient imparfaits ? Bien-sûr. Mais le beau des commémorations, c’est qu’on y rappelle seulement les légendes, donc le meilleur, legenda, les choses qui doivent être lues. La légende fait le héros ; en même temps elle vous fera. Je vous demande de participer à ces pèlerinages de l’esprit et d’aller, soit au hasard des anniversaires, soit par des retours délibérés aux grandes oeuvres, aux grands évènements, aux églises invisibles, afin d’y puiser des forces et la certitude que l’homme, infime insecte, peut beaucoup plus qu’il ne sait. Croyez et vous serez sauvé. Une croyance ferme fait passer dans les faits l’objet même de la croyance.

A propos de la conférence CRE du 10 mai

La conférence du 10 mai organisée par l’association d’étudiants de sciences po critique de la raison européenne avait tout pour passionner le public, et elle a d’ailleurs rempli à ras bord l’amphithéâtre dans lequel elle avait lieu.

Malheureusement je trouve que les interventions des invités ont été très décevantes. Pourtant, le cadre du débat avait été bien introduit, bien que brièvement, par Sarah Knafo, la représentante de l’association. Les clivages sur l’Europe sont-ils enfin clairs après cette élection présidentielle? C’est là, en effet, la question essentielle à se poser pour la suite, d’où le grand intérêt d’organiser une telle conférence. Mais les personnes éminentes qui composaient le plateau, Henri Guaino, Hubert Védrine et Jean-Pierre Chevènement n’ont pas été à la hauteur de leur réputation et de leur expérience, surtout ces deux derniers. Ils me sont apparus comme dépassés par les évènements ou ne semblant plus les comprendre sur de nombreux points. Il m’a semblé qu’ils se rassuraient sur les angles morts de leur analyse en s’approuvant mutuellement ou en recueillant l’accord facile d’un public très peu critique.

Les tensions sociales absentes des débats

D’où le sentiment étrange et désagréable que les questions et tensions sociales présentes dans le pays étaient absentes dans la salle. Les difficultés économiques des classes populaires, périurbaines ou banlieusardes,  le taux de chômage durable et élevé qu’elles affrontent, leur constante humiliation symbolique, ne semblent pas être réellement au coeur des débats, sans doute parce qu’ils ne sont pas vécus, même indirectement, par les différents intervenants. Conséquence de cette absence : la montée du Front National semble être une anomalie inexpliquée ou considérée comme facilement réductible. Or le vote FN, tout analyste politique doit bien l’avoir en tête, n’est pas réductible, car il exprime une colère et un sentiment de révolte qu’aucun autre parti ne peut remplacer pour ceux qui y ont recours. Aussi le réalisme commande de ne pas faire comme s’il n’existait pas ; il existe et il faut se positionner à partir de cette réalité, qu’elle nous plaise ou non.

L’aveuglement à propos de la sortie de l’euro

Et se positionner par rapport à cette réalité, est-ce se contenter de mépriser ce vote et ce qu’il représente, ou est-ce aider le peuple français à s’émanciper des oppressions dont il se plaint? Quand Monsieur Jean-Pierre Chevènement plaisante sur le comportement de Marine Le Pen lors du débat du second tour, qu’il associe à celui d’une commerçante de mauvais goût, y-a-t-il vraiment matière à rire et est-ce le meilleur sujet pour montrer son esprit, s’agissant d’une catastrophe aussi notoire que celle qui a consistée à décrédibiliser la sortie de l’euro auprès de la masse de ceux à qui elle profiterait? La question est posée.

Quand Monsieur Hubert Védrine balaye d’un revers de la main cette même question de la sortie de l’euro, sans avancer le début d’un argument scientifique pour répondre à tous les  économistes qui la préconisent partout dans le monde, n’est-ce pas là un aveuglement bien plus grand que celui du programme brouillon des dirigeants du FN? Là encore la question est posée, et l’on ne sait que trop bien y répondre. Si ces deux hommes politiques se permettent ces légèretés sur cette question, c’est qu’ils ne sentent absolument pas l’urgence sociale et économique qui l’impose à l’ordre du jour. Bien mieux, ils s’accommodent très bien de la situation actuelle, et ils préfèrent de loin une petite contestation de salon, comme celle que préconise Monsieur Védrine aux étudiants de sciences po avec sa chimérique opposition « euro-critique constructive », à une véritable remise en cause du système qui tue la France à petit feu.

Monsieur Henri Guaino, de ce point de vue, a semblé élever le débat, comme il nous y avait habitué durant sa campagne présidentielle pugnace, en avançant des arguments rationnels pour s’opposer à la sortie de l’euro, tout en critiquant sa mise en place. Le principal est celui-ci : nul ne peut prévoir les conséquences exactes d’une sortie de l’euro, ce qui est vrai. Mais il faut répondre à cela qu’il en va de même pour toute action, qu’elle soit militaire, économique ou politique. Et c’est justement l’objet de la politique d’agir, c’est-à-dire de prendre des décisions impliquant de l’incertitude. Il est légitime de mesurer les risques avant d’agir, mais cette étude préalable ne peut pas paralyser l’action. La France n’a-t-elle par réalisé dans son passé des actions bien plus incertaines encore, quand son avenir était en cause, comme c’est aujourd’hui le cas avec l’euro? Sa confiance en elle-même est-elle tombée si bas, qu’elle ne puisse plus entreprendre une politique consistant à retrouver un des éléments essentiels de sa souveraineté? Est-ce là toute la considération que nous inspirent les capacités de notre vieux pays et de ses élites? Il faut cesser d’avoir peur et agir maintenant pour l’avenir.

Les trois conférenciers citent beaucoup de Gaulle et semblent attendre de grands hommes d’Etat comme s’ils devaient apparaître par décision divine, mais les personnes en situation de responsabilité feraient bien mieux de le lire de façon approfondie, et quitte à le citer, de méditer cet extrait :

« Dominer les évènements, y imprimer une marque, en assumer les conséquences, c’est bien là ce qu’avant tout on attend du chef. L’élévation d’un homme au-dessus des autres ne se justifie que s’il apporte à la tâche commune l’impulsion et la garantie du caractère. Car enfin, le privilège de la domination, le droit d’ordonner, l’orgueil d’être obéi, les mille égards, hommages et facilités qui entourent la puissance, l’honneur et la gloire dont le chef reçoit la  plus large part, pourquoi lui seraient-ils gratuits? Et comment les payer, sinon par le risque qu’il prend à son compte? L’obéissance ne serait point tolérable, si celui qui l’exige n’en devait rien tirer d’effectif. Et qu’en tirera-t-il, s’il n’ose, ne décide et n’entreprend? (…)

Point de prestige, par conséquent, pour les figurants de la hiérarchie : parasites qui absorbent tout et ne rendent rien, timorés grelottant sous leurs couvertures, Maîtres-Jacques qui changent de casaques sans délai ni scrupule. Ceux-là peuvent sauvegarder, souvent, leur carrière de fonctionnaires, leur avancement de militaire ou leur portefeuille de ministres. Ils obtiennent même, au besoin, la déférence convenue que leur accordent l’usage et les règlements. Mais la foi des esprits, la sympathie des ardeurs se refusent à leur astuce glacée. Elle n’appartiennent qu’aux chefs qui s’incorporent avec l’action, ont leur affaire des difficultés, mettent au feu tout ce qu’ils possèdent. Il se dégage de tels personnages un magnétisme de confiance et même d’illusion. Pour ceux qui les suivent, ils personnifient le but, incarnent l’espérance. Le dévouement des petits, concentré sur leur personne, confond le succès de l’entreprise avec l’heur de les satisfaire. » (1)

L’aveuglement à propos de la personnalité du Président Macron

Mais il y a un autre problème, et c’est l’aveuglement sur la personnalité d’Emmanuel Macron, le nouveau président de la République. Hubert Védrine et Jean-Pierre Chevènement, notamment, semblent être victimes de cette illusion.

Le Président Macron est certes un haut fonctionnaire intelligent, ce que Marine Le Pen a eu la naïveté invraisemblable d’oublier, mais il n’est que cela. Il n’est ni un créateur, ni un chef, il est un imitateur. Capter l’ère du temps, repérer les personnes qui plaisent à l’époque, même si elles n’en ont pas l’air, les observer par tous les moyens, reproduire leur façon d’être, quitte à la vider de sa substance, tel est son sinistre génie ; mais c’est son seul génie. Le Président Macron est un acteur de théâtre depuis toujours, c’est la scène qui lui plaît, c’est sa raison d’être, le ressort de son action, il chérit la forme et l’imitation plus que tout. Quant au fond, qui l’intéresse bien moins, il est important de comprendre qu’il s’en tiendra toujours au plus grand conformisme, c’est-à-dire à l’idéologie dominante, car cela lui permet de se concentrer sur ce qui l’intéresse : sa comédie. Cette idéologie dominante, il la présente bien entendu avec maîtrise si nécessaire, mais il n’est pas capable d’en sortir par lui-même, ni surtout d’en défendre les failles au plan théorique, encore moins de participer à son élaboration. Il en est ainsi car cela ne l’intéresse pas, il voit bien qu’au delà d’un certain point, la connaissance n’apporte rien à sa carrière et à son image, aussi se garde-t-il de perdre son temps à étudier trop à fond les thématiques qu’il porte. Ce qui prime pour le nouveau Président, répétons-le, c’est la forme, et c’est la raison pour laquelle il est vain de lui prêter une pensée ou des intentions politiques autres que celles du consensus libéral.

Primauté de la forme et conformisme au fond, connaissances théoriques moyennes, cette définition du marcronisme devrait suffire à comprendre comment le combattre, en particulier dans un débat. Premièrement, il faut oublier la forme, le laisser s’y empêtrer seul, se contenter d’être soi-même. Deuxièmement, il faut beaucoup travailler le fond, et mettre en lumière les failles béantes de la pensée dominante qu’il utilise, critique face à laquelle il est absolument démuni. Ce travail est d’autant plus nécessaire qu’il peut être mené sur le long terme, la position d’ Emmanuel Macron étant très prévisible, puisqu’elle est simplement l’expression du mainstream, et rien d’autre.

On voit à quel point Marine le Pen s’est trompée dans cette campagne de second tour. Lors du débat, elle a fait l’inverse de ce qu’il fallait faire. Mise en échec sur des points élémentaires et prévisibles de l’argumentation économique d’Emmanuel Macron, elle s’est par ailleurs laissée déstabiliser sur la forme, semblant parfois participer elle-même à la fascination mal placée que les Français entretiennent pour ce Président-comédien.

Mais les seules leçons qu’en aient tirées les intervenants de la conférence CRE, excepté peut-être Henri Guaino, c’est qu’Emmanuel Macron est intelligent et rassurant… La suite de leurs raisonnements, j’en ai peur, n’est qu’une vaine spéculation, en particulier sur la question de la renégociation avec l’Allemagne, car Emmanuel Macron n’a ni l’envie ni le caractère pour renégocier quoi que ce soit de substantiel. Il est à prévoir que de belles célébrations d’apparences viennent enrober, dans ce domaine comme dans les autres, l’inaction générale qui caractérisera son mandat.

Ce que je reproche aux intervenants, c’est de ne pas rendre compte, peut-être de ne pas se rendre compte eux-mêmes, de cette primauté de la forme chez Emmanuel Macron, et de lui prêter, par un mécanisme typique de l’illusion, des pensées qu’il n’a jamais eues sur le fond. Dès lors, ils entretiennent et nourrissent cette illusion aussi sûrement que Marine le Pen dont ils dénoncent avec trop de hauteur les insuffisances. Sur ce point au moins, on peut reconnaître une certaine lucidité à Henri Guaino.

Il est d’ailleurs édifiant d’observer, au delà de cette conférence, à quel point ceux qui se rallient à Macron se couvrent de déshonneur et d’incohérence dans tous les camps, ne reculant devant aucun ridicule pour obtenir une place ou un morceau d’os. Voir les discours pompeux de tous ces anciens poids lourds politiques réduits à l’état d’insignifiance, voir toutes leurs querelles ridiculisées et empaquetées dans un grand fourre-tout uniquement ficelé par les belles images que tourne Emmanuel Macron devant les médias, voir le mépris innocent, presque inconscient, avec lequel le nouveau Président traite tous ses soutiens à l’ego pourtant démesuré ; voilà l’un des meilleurs plaisirs qu’offre  encore le chef de l’Etat à son peuple endormi. C’est l’une des seules bonnes raisons de sa popularité relative.

La destinée inévitable de tous ceux qui manqueront du courage nécessaire pour s’opposer à ce mouvement macronien, c’est de voir leur pensée utilisée comme un vulgaire faire-valoir, tout juste égale en importance à la dernière cravate du Président. Peu importe que vous soyez un homme de droite ou de gauche, un intellectuel, un représentant du medef ou de la CGT, un nationaliste corse ou un danseur de cordes, votre importance idéologique sera la même, c’est-à-dire qu’elle sera nulle. Les différences entre eux auxquelles semblent encore croire les nouveaux soutiens d’En marche n’ont en fait pas plus d’importance que les différences entre les légumes d’un panier destinés à être broyés dans la même soupe. Et disons-le, cela est juste, car c’est le prix de la lâcheté et de la bêtise. Au reste, personne n’échappera à ce choix, car ne pas se soumettre reviendra bientôt à disparaître politiquement, ou à entrer dans l’opposition réelle, malgré tous ses défauts et ses difficultés.

C’est face au vide macronien qu’il faut reconstruire quelque chose, et la tâche, si elle est immense et difficile, est aussi une formidable opportunité d’exercer son intelligence et son courage. Mais cela, encore faut-il le vouloir.

Une atmosphère empesée

Dans ce concert de renoncements et d’aveuglements, faut-il s’étonner si l’atmosphère générale de la conférence ne parvint pas à être autre chose que triste et empesée? Alors qu’on pouvait s’attendre à une ambiance dynamique et combative, à des intervenants cherchant à rebondir et à tirer les leçons des élections, pour se revigorer ensemble et pour commencer la construction de quelque chose de neuf, il semble à la place qu’on reste bloqué en arrière, avec des représentations dépassées et mortifères empêchant de comprendre le monde qui nous entoure et le monde qui vient.

Quel saisissant et malheureux contraste avec les débuts de cette association pleine de possibilités qu’est critique de la raison européenne! Alors qu’en 2015, la conférence avec Jacques Sapir et Jacques Myard faisait jaillir chez les intervenants la vitalité, les émotions, les espoirs, la complicité, le désir d’agir, du terreau de la haute exigence intellectuelle et du courage, ici toutes ces caractéristiques fertiles semblent s’être éteintes. Derrière la toile pesante des conventions et des convenances, derrière la mise en scène impeccable et l’apparence parfaite, le plaisir a disparu. Espérons que les évènements à venir fassent retrouver le goût et le chemin de la liberté à tous.

 

(1) Le fil de l’épée,1932, in Le Fil de l’épée et autres écrits, C. de Gaulle, Plon, p.183-184

Comment le libéralisme a amené Hitler au pouvoir

Le Reichstag dans les années 30

Berlin, 15 décembre 1932. Alors que l’hiver est déjà bien avancé, la jeune démocratie allemande née à Weimar 13 ans plus tôt, vacille. Certes la République, soudainement apparue après la défaite, a surmonté bien des difficultés. N’a t-elle pas su renverser l’Empereur Guillaume II, héritier d’une famille qui régnait depuis plus de deux siècles sur la Prusse? N’a-t-elle pas su écarter la Révolution communiste, en écrasant dans le sang ceux qui prétendaient lui substituer l’avant-garde prolétarienne qui, ayant pris le pouvoir à Moscou, appelait à présent à la Révolution mondiale? N’avait-elle pas réussi à stabiliser le mark, qui en 1923, avait atteint, à comparer de celui de 1913, une inflation de 15 437 000 000 000%? Enfin le ralliement de la droite à cette Révolution sociale démocrate, symbolisée par le loyalisme du militaire le plus réputé du pays, le chef d’Etat-Major de la Grande Guerre, le vainqueur des Russes à Tannenberg, le Maréchal Von Hindenburg, élu Président en 1925, n’était-il pas le signe d’un prestige nouveau, à l’intérieur, comme à l’étranger, pour un régime qui en manquait tant jusqu’alors?

Mais en 32, la situation se dégrade considérablement. L’Allemagne est plongée en pleine crise économique. Son PIB chute une nouvelle fois de 7%, ses exportations de 31%, son taux de chômage passe de 13% à 17%. Sur 18 millions de salariés, 6 millions sont au chômage complet, 8 millions en chômage partiel. Les caisses d’allocations chômage, taillées à la serpe par les politiques de la sainte rigueur, n’indemnisent que 1,8 millions de personnes. Les autres, livrés à eux-mêmes, luttent pour manger à leur faim, l’agriculture, organisée par les grandes propriétés desJunkers, étant entrée en crise, comme l’artisanat le commerce, les services et l’industrie. D’autre part les capitaux étrangers ont fui l’Allemagne, entraînant en partie la faillite d’un système bancaire réorganisé et partiellement nationalisé.

Cette situation a favorisé l’émergence des partis extrémistes. Le NSDAP d’Adolf Hitler, bien qu’en pleine crise interne en cette fin d’année et en forte perte de vitesse, reste le premier parti du pays et possède 196 sièges au Reichstag, c’est-à-dire le tiers du Parlement allemand. Le parti social-démocrate (SPD) en détient 121, le parti communiste (KPD),en pleine progression,100 et les chrétiens démocrate (Zentrum) 70. Ces résultats ont rendu toute majorité à l’Assemblée impossible, et après d’incessantes dissolutions, les chanceliers, nommés finalement par le Président Hindenburg, gouvernent désormais sans soutien parlementaire, sur la base de l’article 48 de la Constitution.

Le Maréchal Hindenburg pendant la Première Guerre Mondiale

Hindenburg et Ludendorff pendant la Première guerre Mondiale

La représentation ne pouvant s’exercer au Reichstag, c’est désormais dans la rue que la lutte politique se développe; et celle-ci n’utilise plus les discours des députés, mais bien les armes des miliciens. Chaque dissolution est l’occasion d’un renforcement de la violence, d’un développement de la propagande, rendant l’organisation d’élections de plus en plus risquée. Le 17 juillet à Hambourg, un affrontement entre Nazis et communistes fait 18 morts (le dimanche rouge d’Altona). Le 1er aôut, des combats de rue font 20 morts. Le 10, un ouvrier communiste est piétiné à mort, chez lui, par des militants SA. Jugés, condamnés à mort, âprement défendus par Hitler, ils seront finalement graciés honteusement le 2 septembre.

Le « Général social »

C’est que la politique de violence des milices hitlériennes s’impose peu à peu à la société, jusqu’à la justice. Pourquoi, dans ces conditions, les milices ne se substituent-elles pas à l’armée comme Mussolini l’a fait en Italie 8 ans avant? Pourquoi Hitler s’obstine-t-il à se faire nommer Chancelier dans le cadre de la légalité républicaine? Parce que pour l’instant, l’armée allemande, la Reichswehr, s’oppose à Hitler et défend le régime. A sa tête, homme de l’ombre et faiseur de cabinets, le Général Von Schleicher. D’abord Ministre de la Défense dans le cabinet Von Papen, en fait Eminence Grise de Hindenburg, il combat obstinément le nazisme. Il est le dernier rempart face à Hitler, puisqu’étant maître de l’armée, il est maître des destinées de l’Allemagne, et du monde.

Mais avec l’échec du cabinet Von Papen, avec l’approfondissement de la crise, la conversion insidieuse d’hommes d’influence à la dictature hitlérienne, l’accession d’Hitler à la chancellerie devient chaque jour moins improbable. Des forces invisibles jouent dans l’ombre en sa faveur et la République de Weimar est sur le point de tomber définitivement.

Face à ces dangers, Hindenburg, au seuil de la mort, soumis à diverses influences, abat la dernière carte de la démocratie: Il nomme Von Schleicher à la fois Ministre de la Défense et Chancelier. Sans plus de majorité que ses prédécesseurs, celui-ci compte gouverner avec les syndicats et l’aile gauche du parti nazi qu’il réussirait ainsi à diviser et sans doute à détruire. Pour ce faire il comprend qu’il est primordial de sortir de la crise économique et de s’extraire des dogmes économiques qui mènent l’Allemagne au chaos. La rigueur ne fonctionne pas, il faut une politique d’expansion économique menée par l’Etat et soutenue par la Reichsbank.

Le "Général Social" parle aux Allemands

Le Général Von Schleicher parle à la radio allemande

Cette politique, il décide de l’expliquer. Ce 15 décembre, seul face à « l’énorme mouvement », face aux « forces secrètes de l’Histoire et de la nécessité » (pour reprendre Hannah Arendt) qui s’apprêtent à jeter les Hommes dans les bras du Totalitarisme nazi, Kurt Von Schleicher, le « Général social »comme il se définit lui-même, parle à la radio au peuple allemand:

« J’ai ressenti une grave répugnance à accepter la charge de Chancelier. En particulier parce que voir un Ministre de la Défense devenir Chancelier a comme un parfum de dictature militaire et parce qu’il y a un danger que le cumul de ces deux postes traîne beaucoup trop l’armée dans la politique. Mais la considération que faire cela éclairera fortement la gravité de la situation dans laquelle nous sommes et tendra à rendre plus calme certains fauteurs de troubles, rendant ainsi inutile le déploiement de l’armée, m’a convaincu de mettre de côté mes réticences.

Par conséquent je veux demander à tous mes citoyens de voir en moi non pas seulement le soldat, mais aussi l’administrateur des intérêts de toutes les couches de la population pour, je l’espère, une brève période d’urgence. Je ne suis pas venu pour apporter l’épée, mais pour apporter la paix.

Je pense que je peux dire cela, puisque mes opinions sur la dictature militaire ne datent pas d’hier et sont bien connues. Comme je l’ai déjà dit, on ne s’assoit pas confortablement sur les bords aiguisés des baïonnettes. Sur le long terme, on ne peut pas légiférer sans avoir un large soutien du peuple derrière soi. Un tel soutien, mon gouvernement doit le nourrir par ses actes.(…)

[Mon] programme consiste uniquement en un point: créer du travail! Toutes les mesures que le Reich va introduire dans les prochains mois serviront plus ou moins ce but unique. En voyageant à travers l’Allemagne les semaines passées,j’ai nourri la conviction que les allemands de toutes les couches sociales sont dominés par une pensée: Donnez-nous du travail et ainsi l’espoir d’une reprise économique! Vraiment rien d’autre ne nous intéresse, et moins que tout les changements constitutionnels et autres finesses qui ne remplissent pas nos estomacs.

Dans notre peuple vit une volonté de créer, de produire, qui ne peut être étouffée par aucun échec. Dans toutes les couches de la société, il y a le même courage et la même détermination que nous avons vu pendant la guerre, pour combattre la profonde souffrance économique de notre temps. Ceci mérite la plus grande admiration et par conséquent soutenir cette détermination et ce combat doit être la loi suprême de la direction de l’Etat, indépendamment de toutes les conditions économiques ou autres. Un moral de désespoir et de catastrophe doit être empêché. Et cela ne peut être atteint que si des considérations psychologiques, autant qu’économiques, sont appliquées à notre politique de création d’emplois.(…)

Nul ne peut réconforter des gens qui sont proches de désespérer par des élaborations qui, selon les lois de la « rationalité » économique affirment que chaque dépression sera finalement suivie d’une reprise. Les gens veulent voir une aide tangible et immédiate. Donc nous devons construire les barrages à temps, de sorte que les flots ne nous inondent pas avant que la reprise d’un cycle économique nous fasse sentir ses effets. C’est ce que nous devons faire même si ces barrage ne correspondent pas à 100% aux strictes lois de la « rationalité » économique. (…)

Sans doute une telle politique de création d’emplois encourt de plus grands risques qu’une expansion normale ne le ferait. Le programme doit être basé sur les moyens existants de production inemployés, à des fins de maintenance et d’amélioration. Ce qui est décisif, c’est que nous avons trouvé la solution pour financer le programme duquel est catégoriquement exclue toute inflation. Ceci est assuré à travers la collaboration du Président de la Reichsbank Luther, qui peut être appelé le protecteur suprême de la monnaie. (…)

Pour résumer nous pouvons caractériser la situation financière comme cela: « Nous réussirons avec le budget du Reich, sans introduire de nouvelles taxes, et sans réduire les salaires des fonctionnaires ». Il s’agit d’un progrès certain en comparaison des deux dernières années de crise.(…) »

Hindenburg a 86 ans en 33

Hindenburg a 86 ans en 33

Comme aujourd’hui, on sent le poids de la chape de plomb idéologique qui pèse sur Schleicher, contraint de se justifier péniblement de donner du travail à son peuple plutôt que de suivre les recommandations des ancêtres d’Alain Minc. Son programme économique en fait s’appuie essentiellement sur les travaux d’un économiste allemand de l’époque, membre de la Société Friedrich List, Wilhem Lautenbach.

Dans un memorandum datant de 1931, il écrit: « La pente naturelle pour résoudre une urgence économique et financière n’est pas de réduire l’activité économique mais de l’accroître. » Face à un choc économique, explique-t-il, les politiques de rigueur budgétaires accroissent certes la compétitivité, mais par leur impact négatif sur la demande intérieure, elle causent des pertes aux entreprises qui sont supérieures aux gains de compétitivité. Elles sont donc à terme inefficaces, puisqu’elles accroissent le déficit budgétaire qu’elles prétendaient combattre, par la baisse des recettes de l’Etat. Elles « mènent inévitablement à une complète catastrophe économique et politique. »

Il se prononce donc en faveur d’investissements publics ayant un impact positif global et qui auraient été fait sans la survenance de la crise. Pour les financer, sachant que les capitaux étrangers ont fui et que l’épargne intérieure est faible, il n’y a d’autre choix que de courir à la Reichsbank par un système de financement de projet au cas par cas visant à empêcher l’inflation. Des agences de l’Etat donnent leur accord à des projets proposés par des firmes privées s’ils répondent à des « projets nécessaires » et la Reichsbank fournit alors à l’entreprise, les crédits nécessaires définis par l’agence.

On peut noter qu’il s’agit bien de création monétaire de la banque centrale, mais en s’assurant de la productivité future de l’investissement, l’inflation est effectivement efficacement tenue en bride, bien que potentiellement la lourdeur de la procédure pourrait freiner l’étendue de l’investissement. L’analyse de Lautenbach est donc proche de celle de Keynes sur l’explication de la crise mais elle en diffère sur les solutions, en particulier sur l’utilisation de la monnaie (Keynes étant favorable à l’expansion monétaire).

Mais à quoi faisait allusion Lautenbach à propos des politiques de déflation, contre qui Von Schleicher semblait-il chercher à s’imposer dans son discours radio? Comment en était-on arrivé à un tel état de délabrement de l’économie allemande et par ricochet de sa scène politique? La politique économique des deux prédécesseurs de Schleicher à la Chancellerie, Von Brüning et Von Papen nous en apporte la réponse.

Le  « Chancelier de famine »

L’Allemagne des années 20 voit l’expansion du Sozialstaat,salaires suivant peu ou prou la productivité, politiques d’emplois publiques, assez forte pression fiscale. En revanche sa croissance est assez faible et depuis la stabilisation du Mark en 1924, sa monnaie, gagée sur l’or, est forte. De même ses exportations ont faibli et sa part dans le commerce mondiale n’est plus que de 6,8% en 1925, contre 7,2% pour la France par exemple (en 1913, la France était au même niveau mais l’Allemagne à 13,1%.). Alors que la France, dont le franc se déprécie à la même époque, connaît les années folles de la croissance et du renforcement de la compétitivité de ses industries, l’Allemagne ne parvient pas à se relancer, en grande partie à cause de la surévaluation de sa monnaie.

La principale conséquence de ce diagnostic, c’est la faiblesse de l’Investissement productif, qui va provoquer dès la fin de 1928 la récession de l’économie allemande. La part de l’investissement dans le produit national net allemand passe ainsi de 15,2% sur la période 1910-1913 à 11,1% pour 1925-1929.

la crise de 29 en Allemagne

Ce sont les obstacles aux exportations allemandes à l’étranger (notamment les dévaluations), et la faiblesse de l’investissement productif qui ont entraîné la baisse de production (selon Holtferich). La structure concentrée des entreprises allemande (konzerns) aurait également favorisé le développement du chômage.

En 29, le PIB se contracte de 1,5%, le chômage monte à 5,9%. Dès mars 1930, Hindenburg, devant le blocage du Parlement, d’accord sur aucune majorité, nomme Von Brüning à la Chancellerie sur les conseils de Von Schleicher. C’est déjà la fin du parlementarisme allemand. Le chancelier gouvernant par décrêt. Il deviendra bientôt le « Chancelier de famine » dénoncé par les communistes.

En effet, face à la baisse des recettes de l’Etat due à la diminution des recettes (impôts) et à l’augmentation des prestations sociales (hausse du chômage), face à la dégradation de la balance commerciale allemande, Brüning décide d’un programme de déflation pour diminuer les dépenses de l’Etat et relancer la compétitivité des entreprises. Cependant la récession s’accentue en 1930, le Pib chutant de 7,8%, les exportations de 5,2%, le chômage passant à 9,1%. Aux élections législatives de septembre, Les nazis obtiennent 18% des suffrages contre à peine 2,6 % en 1928.

Mais en 1931, la situation s’aggrave dramatiquement, Le Danat, grande banque allemande, fait faillite, emportée par la crise américaine et la faillite du Credit Anstalt de Vienne. Les banques allemandes sont trop exposées à l’étranger, leurs fonds propres sont trop faibles, enfin elles utilisent l’épargne de long terme pour financer des crédits de court terme. Le système bancaire allemand est au bord de l’effondrement. L’Etat doit intervenir et recapitaliser les banques, transformant ses prêts en participations au capital. Mais le crédit s’en trouve considérablement amoindri, renforçant la dépression sur l’activité industrielle, pourtant en pleine chute. Pour 31, le PIB chute encore de 7,8%, les exportations de 9,1%, le chômage enfle encore à 13,9%.

Franz "Guizmo" Von Papen

Franz  Von Papen

De plus, les capitaux étrangers fuient à présent en masse l’Allemagne réduisant encore les possibilités de relance de la production et menaçant la parité-or du mark. Face à cette situation Brüning se refuse à dévaluer. Il entame certes une timide politique de contrôle des changes (ce qui revient à une dévaluation), mais il remonte le taux d’escompte de la banque central, ce qui en annule les effets. Le mark reste fort alors que la Grande Bretagne, grand concurrent industriel de l’Allemagne, contre toutes les attentes et les croyances, a dévalué sa monnaie en septembre 31. Les industries allemandes sont proprement étranglées.

Pour réaliser l’ajustement nécessaire, c’est-à-dire pour équilibrer et le déficit budgétaire et le déficit commercial, infinançables sans dévaluation, Brüning compte sur la réduction du salaire des fonctionnaires, deux fois baissés de 10%, sur l’augmentation de 5% de l’impôt sur le revenu, sur la réduction des aides au chômage, au logement, aux cantines scolaires, provoquant encore plus de misère, et encore moins d’activité économique.

Il en appelle à « poursuivre les efforts » ne pas s’arrêter à « 5 mètres du but », mais personne ne semble en voir la fin. Après des manœuvres de Schleicher, c’est Von Papen qui le remplace en juin 32 et qui avec ses « plans de septembre » porte avec Brüning la responsabilité de la désastreuse année 1932: -7,6% de « croissance », -31% d’exportations, chômage porté à 18%, les 5 mètres semblaient bien longs…

C’est la République elle-même qui est tenue responsable de cette situation par une grande partie du patronat. Sous la férule d’Halmaj Schacht, l’ancien gouverneur de la Reichsbank, elle aura bientôt de moins en moins de scrupules à défendre ses întérêts dans un cadre dictatorial, ignorant sans doute que la manœuvre lui serait à elle-même fatale.

distribution de soupe par l'armée pendant la crise

distribution de soupe par l’armée pendant la crise

Pourquoi cette politique a-t-elle été menée?

La surévaluation du Mark

Tout au long de la crise, le maintien de la parité-or du mark aura étranglé l’économie allemande. Alors que ses concurrents et clients dévaluaient leur monnaie (Suède, Danemark, Norvège, Royaume-Uni, Hongrie, Canada, Irlande, Tchécoslovaquie, Bulgarie… dès 1931), Brüning s’entêtait dans une politique de maintien du mark, réduisant les exportations allemandes dans des énormes proportions. Paradoxe, quand Halmaj Schacht, devenu ministre des Finances d’Hitler, appliquera une politique drastique de contrôle des changes en 1934, équivalant à une dévaluation de 20% du mark, et alors même que l’Allemagne se coupera quasiment des importations, le niveau des exportations remontera légèrement à comparer de celui de la période 29-32 alors qu’elle baissera en France et aux Etats-Unis. Par la volonté de maintenir un mark fort, Brüning se condamnait à mener une politique de déflation qui avait elle-même un effet très dépressif sur la croissance allemande.

La question des Réparations

Les Réparations, ces sommes devant être remboursées à la France en vertu du traité de Versailles, n’étaient pas en elles-mêmes étouffantes. Suite à la crise du début des années 20, le plan Young avait étalé son remboursement jusqu’à 1988, et la somme ne représentait annuellement « que » 3% du PIB allemand. Le remboursement, au delà des considérations politiques, était donc soutenable. En fait le rôle négatif joué par les Réparations était d’empêcher par la dette qu’il impliquait, une dévaluation du Mark. En quelque sorte il politisait la question de la monnaie allemande qui devait connaître un ajustement. Dans ces conditions cette dette ne pouvait être remboursée normalement, elle ne fut finalement pas payée par l’Allemagne.

L’idéologie économique

Toute la théorie économique de l’époque, inspirée des économistes néoclassiques, tendait à justifier l’action de Brüning. Seul le marxisme, mais dans un cadre qui n’était pas celui de la démocratie, pouvait représenter une alternative et c’est pourquoi l’ensemble des pays européens confrontés à la crise appliquèrent plus ou moins les principes selon lesquels le chômage ne pouvait être que l’expression d’un déséquilibre momentané, que la monnaie était un voile sans rôle économique et devait rester stable, et que seul l’ajustement naturel des forces du marché conduirait au retour de l’expansion. Keynes, Lautenbach, comprirent à cette occasion les faiblesses de cette théorie, mais il ne leurs appartenaient malheureusement pas de diffuser leurs vues avant que de graves crises ne persuadent les politiques de leur lucidité. Comme aujourd’hui, la question de l’origine d’une pensée dominante fausse se pose. On ne peut pas éluder la responsabilité des possédants dont les économistes auront toujours intérêt à justifier les intérêts. Ainsi peut-être se construisent ces illusions collectives que l’Histoire semble recréer périodiquement.

militants communistes du KPD

militants communistes du KPD

L’impasse sociale-démocrate

Le SPD, par son soutien des politiques de Brüning, par son refus de combattre âprement la misère social, fût-ce sans l’union avec le KPD, en fait par son soutien à la déflation, se condamnait à n’être rien d’autre dans la crise qui se levait qu’un acteur de théâtre. Certes, les appels à lutter contre l’avènement du IIIè Reich montrent une certaine lucidité face à Hitler, la défense de la République qu’ils avaient créée était sincère et courageuse, mais leur absence de solution économique ne pouvait que mener au désastre. Défendre un modèle politique, même une République sociale, n’a de sens qu’étayé par un programme économique sérieux et alternatif. De plus, second parti du pays, fondateurs de la République, ils leurs incombaient en quelque sorte de défendre la grande politique de relance que Schleicher ne put appliquer, faute de soutien et de structure politique pour la porter. Leur responsabilité est donc lourde.

La menace communiste
Le KPD, quant à lui, s’oppose à la politique économique de Brüning et lutte sur le terrain social. Mais, noyauté par Staline, privé des figures tutélaire de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg, assassinés par la sociale-démocratie en 1919, ils se trompent clairement d’ennemis en assimilant le SPD, Brüning et Hitler. Celui-ci leur fera payer cher cette erreur en les exterminant après sa prise de pouvoir.
On peut se demander si leur victoire aurait été un bien pour l’Allemagne et pour le monde, tant la dictature de Staline n’a pas été bénéfique à l’URSS, d’un point de vue économique entre autre.

Kurt Von Schleicher sera assassiné en 34

Kurt Von Schleicher sera assassiné en 34 par les milices d’Hitler

Epilogue

Alors que Von Papen est révoqué par Hindenburg, le 2 décembre 1932 c’est donc le Général Von Schleicher lui-même qui devient Chancelier et qui s’apprête à rompre avec les plans de rigueur. Voulant redistribuer les terres des grands propriétaires aux chômeurs et relancer l’industrie allemande par le financement de la Reichsbank, soucieux vraisemblablement de maintenir la République et d’en restaurer l’esprit par la reprise économique, attentif au rétablissement de l’égalité des droits de l’Allemagne à l’étranger mais partisan d’un rapprochement avec la France et la Russie, le « Chancelier d’un hiver » n’aura pas le loisir d’appliquer sa politique, puisqu’elle déclenche l’unanimité contre lui.

Celui que le patronat appelle déjà le « Général rouge » est rejeté par tous les partis (mais ceci est une habitude depuis 1930) mais surtout par les possédants. Halmaj Sacht, l’ancien gouverneur de la Reichsbank, désirant l’expansion monétaire et la dictature, saura activer le bon piston pour faire bouger Hindenburg: l’ex-chancelier Franz Von Papen. Influent et ami avec le fils du Président, celui-ci, vexé de sa révocation cherche à se débarrasser de Von Schleicher.

Il accepte de rencontrer Hitler et Schacht. Ils prévoient ensemble de donner la Chancellerie à Hitler et la vice-Chancellerie à Von Papen. Plusieurs des grands financiers et industriels que Schacht a réuni autour d’Hitler veulent un pouvoir fort qui réprime la menace communiste.

Schleicher se laisse endormir par Von Papen et malgré les informations de ses services, ne croit pas la menace réelle. Le 28 janvier il doit pourtant remettre sa démission et le 30 janvier, Adolf Hitler est appelé à la Chancellerie par Hindenburg.

La République, les partis, Von Papen, Schacht, les industriels, tous seront balayés plus ou moins vite par le monstre qu’ils ont fabriqué.

Avant d’être envoyé en camp de concentration, Schacht aura pourtant le loisir d’appliquer sa politique de relance par l’Etat et de dévaluation du mark. L’économie allemande, certes au prix d’un enrôlement massif dans l’armée connaîtra la croissance et la fin du chômage sans inflation. Certes, et en particulier à partir de sa disgrâce fin 1936, l’économie allemande se refermera à l’excès sur elle-même, provoquant une explosion du prix de ses importations et du coûts de ses erzatz (produits de substitutions locaux). La croissance démesurée de la consommation publique, la stagnation du niveau de vie, la faiblesse des biens de consommation, ne seront pas sans rappeler les économies de type soviétiques. De plus, cette relance est uniquement tournée vers l’objectif de la guerre totale, et celle-ci, évidemment, mènera l’économie et la société allemande au désastre complet. Mais malgré cela, la preuve qu’une autre politique aurait été possible semble bien avoir été administrée, ainsi que l’importance décisive de la valeur de la monnaie, comme l’affirmait Keynes.

Le Général Von Schleicher, pour sa part, sera assassiné chez lui avec sa femme, lors de la nuit des Longs Couteaux orchestrée par Hitler dans la nuit du 29 au 30 juin 1934. Le Maréchal Hindenburg, mourra quelques temps après, laissant place nette au  « Führer ».

La responsabilité du libéralisme dans l’avènement du nazisme est donc lourde. Elle n’est pas totale cependant. La dégradation considérable de la situation économique n’explique pas à elle-seule la montée fulgurante du nazisme aux élections. Les sociétés européennes des années 30 étaient en effet pleines de violences, désireuses de vengeances et promptes à suivre les hommes qui prônaient le respect par la force. C’est la Première Guerre Mondiale qui avait crée ce terreau de haine, ainsi que le résume Marc Ferro en parlant des très nombreux anciens combattants électeurs:

Paul Klee

Paul Klee

« Habile à les flatter, à les honorer de la pompe des cérémonies qui les soudait à l’ordre gouvernemental, l’Etat n’assurait pas aux anciens combattants les droits qu’ils avaient sur la Nation. Faute d’avoir organisé leur retour, ceux-ci se trouvaient souvent réduits au chômage, à la mendicité. Promesses et discours rendaient plus odieux cet inintérêt réel des dirigeants et de l’arrière pour tous ces malheureux. Les anciennes blessures, à peine cicatrisées, se rouvrirent: le souvenir amer des permissions, la conscience de l’injustice, le ressentiment contre les embusqués, l’arrière, les députés, tous complices.(…)

Tous vouaient aux gémonies les Rouges et ceux qui allaient répétant, telle l’avant-garde Dada, que les anciens combattants avaient joué le rôle de dupes, simples marionnettes agités par le Capital et les marchands de canons. Cette mise en cause les humiliait et, par réaction, elle les amenait à resserrer encore leurs rangs, à légitimer leurs sacrifices, à adopter des postures nationalistes. Elle les conduisait quelquefois à ressusciter l’idée naguère exprimée par quelques chefs militaires qui voulaient enrégimenter toute la Nation, lui enseigner manu militari le sens du devoir. (…) Les lendemains ne chanteront pas. »

 

C’est la combinaison de l’application idéologique d’une pensée économique fausse, de l’égoïsme borné des possédants allemands, et d’une société violente qui ont entraîné l’avènement du totalitarisme.

On aurait tort aujourd’hui de s’imaginer que la crise économique, qui certes rappelle celle de 29-33 à plus d’un titre, conduira mécaniquement aux mêmes effets. Le monde a changé, les mentalités aussi, et des mouvements profonds, invisibles souvent, sont à l’œuvre. Seule la vue perçante de quelques uns, artistes, penseurs ou hommes d’action, parvient parfois à capter l’essentiel, ce qui est devant nous et que personne ne voit. Le jusqu’au-boutisme libéral débouchera sur autre chose que le nazisme, en bien ou en mal, mais personne ne peut dire sur quoi.

 

Bibliographie :

 

Henry Bogdan, Histoire de l’Allemagne, de la Germanie à nos jours, Paris, éditions Perrin, collection tempus 2003.

Michel Hau, Histoire économique de l’Allemagne, XIXè -XXè siècle, Editions Economica, 1994.

Angus Maddison, The world economy : Historical Statistics, OECD, 2003.

Paul Bairoch, Victoires et déboires, Histoire économique et sociale du monde du XVIè siècle à nos jours. Tome III. Folio Histoire, 1997.

-Michael Liebig, Recovery Program could have blocked Hitler’s legal coup?

http://members.tripod.com/~american_almanac/liebig.htm

-Encyclopédie BS, nazisme au fil des jours (1914-1948)

http://www.encyclopedie.bseditions.fr/article.php?pArticleId=113&pChapitreId=34361&pArticleLib=1933+%5BNazisme%A0%3A+au+fil+des+jours+%282i%E8me+guerre+mondiale%29%5D

-Marc Ferro, La Grande Guerre (1914-1918), Folio Histoire, 1990.

Le Pen- Macron, le deuxième tour nécessaire

Le résultat du premier tour de l’élection présidentielle est largement indécis, et le suspens reste entier pour savoir qui des quatre candidats en embuscade va se retrouver au second tour. Il est tout à fait possible que je me trompe et dans ce cas je prie le lecteur de m’en excuser mais pour ma part, il me semble depuis longtemps que les deux finalistes seront Marine Le Pen et Emmanuel Macron, car ces deux candidats sont ceux qui représentent le mieux, bon an mal an, le clivage principal de la politique française contemporaine, c’est-à-dire celui entre l’affirmation de la souveraineté de la France dans toutes ses dimensions et sa dilution dans des structures plus vastes.

Cette opposition, finalement, ressemble à celle que nous avons connue lors du dernier débat passionné de la politique française : le référendum sur la constitution européenne de 2005, et cela indique bien que quelque chose d’essentiel est en jeu. Certes, cette opposition est imparfaite, certes, elle recouvre des divergences fortes qui traversent certaines familles politiques, comme le parti Les Républicains ou le Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon, mais elle est néanmoins l’opposition principale de la société française actuelle, et pour cette raison, elle est aussi l’opposition du futur, autour de laquelle devront se positionner tous les acteurs et toutes les stratégies politiques.

Car s’il y a bien une observation qu’on peut tirer de l’histoire en général, et de l’histoire de France en particulier, après comme avant la Révolution française, c’est qu’en politique il n’y a pas la place pour un nombre infini de débats. Pour que la masse des citoyens s’enthousiasme pour une controverse, c’est-à-dire pour que le peuple fasse vivre la démocratie, il faut que le débat public s’articule autour d’une idée principale reconnue par tous. Cette controverse était depuis la fin des années 60 jusqu’à présent le débat entre un parti de droite et un parti de gauche, elle fut par le passé, de façon plus tragique, celle entre la Résistance et Vichy, avant la Grande Guerre, elle s’articula autour de l’affaire Dreyfus, au cours du 19ème siècle elle se déplaça entre républicains, bonapartistes et monarchistes, recouvrant à chaque fois des réalités nouvelles, en fonction de la situation militaire, économique et sociale de la France dans l’Europe et dans le monde. Tout au long du 18ème siècle, elle se cristallisa lentement mais sûrement autour de l’opposition à une monarchie devenue parasitaire à force de vivre sur les acquis des siècles de grandeur. A la fin du 16ème siècle et au début du 17ème, elle prit le visage de la lutte entre les Bons Catholiques favorables à l’hégémonie espagnole et à l’aplatissement de la France pour des motifs religieux et les Bons Français, favorables à l’indépendance de la France, fut-elle au prix d’un accommodement vigilant avec les Protestants, et soutiens fidèles de Richelieu et Louis XIII, comme du bon roi Henri IV.

Si, contrairement à ce que l’on entend souvent, la Cinquième République est si solide, c’est qu’elle organise un débat principal autour duquel doivent se positionner tous les acteurs politiques, avant qu’il soit tranché par le Peuple lors du second tour de l’élection présidentielle, moment démocratique essentiel de la Nation. Cette logique correspond bien à ce qu’est la France, et c’est pourquoi de Gaulle nous légua ces institutions. Certes elles ont été déséquilibrées et trahies dans leur esprit à de nombreuses reprises, mais malgré tout elles tiennent bon actuellement et permettent aux Français de choisir de façon responsable. Car si la Cinquième République organise un débat principal entre les Français, c’est pour les obliger à choisir à l’issu de ce débat, c’est-à-dire à donner une majorité à un candidat, là où un système purement parlementaire laisserait à des partis inconciliables le devoir de former un gouvernement sans accord réel du peuple. C’est la situation de l’Espagne contemporaine, ou d’autres grandes démocraties parlementaires, qui, face à une crise, deviennent des pays ingouvernables, ce qui accuse la faiblesse de leurs institutions. Au contraire, à rebours des analyses superficielles qu’on entend dans les médias, la France est en train de transformer son débat politique à l’intérieur de ses institutions.

La France va donc probablement se trouver, avec l’élection présidentielle actuelle, avec l’opposition politique de son avenir : Le Pen face à Macron. Certes, il n’était pas acquis au départ que nous en arrivions là. D’autres partis, ou d’autres personnalités auraient pu prétendre représenter un des deux côtés principaux de l’opposition moderne, et en particulier les représentants les plus honnêtes de l’ancien clivage gauche-droite, vrais socialistes ou vrais gaullistes, mais l’histoire retiendra qu’il n’en a pas été ainsi. Cela tient à plusieurs raisons, mais on peut les résumer en disant que les grands partis se sont considérablement relâchés, et ont en quelque sorte profité de l’endormissement du peuple  pour déserter l’intelligence, si l’on entend par intelligence à la fois le courage, la culture et la rationalité. Cet affaiblissement considérable n’a d’ailleurs pas uniquement touché la politique, il a également atteint des pans entiers de l’Université, les deux allant de pair et créant une situation dans laquelle il devient impossible, pour une personne intelligente, et en particulier pour les jeunes, de soutenir ces grands partis sans éprouver un inexprimable malaise.

Rien ne résume mieux le problème que le débat sur l’euro. Toute personne un tant soit peu honnête et travailleuse comprend que l’euro est un handicap pour l’économie française. Il est connu dans la science économique qu’une monnaie trop forte affaiblit le tissu productif d’une économie et accroît son chômage ; il est connu qu’une dépréciation maîtrisée de la monnaie améliore la production et les exportations d’une économie donnée et améliore la situation de l’emploi. De nombreux travaux, statistiques ou qualitatifs, démontrent largement l’existence de cette vérité. Il est donc évident que l’euro est un poids pour l’économie française, comme il était évident que suite au brexit, la dépréciation de la livre allait améliorer la croissance britannique, malgré le flot des arguments déraisonnables dont on nous abreuvait. Pourtant, ces faits sont systématiquement niés par les grands partis, les grands médias ou les économistes les plus médiatiques. Adhérer sans critique à l’une de ces institutions, pour un citoyen, est donc une négation profonde de son intelligence, et c’est la raison pour laquelle les plus lucides et les plus courageux s’en détournent.

Je sors de mon sujet de recherche, mais le bon sens le plus élémentaire peut aussi s’appliquer à la question migratoire. La France est un pays laïc de culture catholique, grecque et gallo-romaine. A partir de cette identité, forgée par les siècles au bruit des armes, elle combattit durement en Europe et dans le monde pour affirmer son indépendance vis-à-vis de toute institution religieuse autre que les siennes : affirmation du Gallicanisme contre l’autorité du Pape aux XIVème et XVème siècles,  lutte contre l’hégémonie catholique de l’Espagne aux XVIème et XVIIème siècles, lutte contre le pouvoir militaire des Protestants, à l’extérieur comme à l’intérieur, tout au long du XVIIème siècle,  lutte contre le pouvoir de l’Eglise catholique elle-même à partir de la Révolution française, etc…  Privilégier la souveraineté de la Nation aux mouvements idéologiques et religieux internationaux du moment, c’est pour elle une nécessité vitale depuis toujours. C’est ce qui fait sa singularité historique et disons-le, sa supériorité sur les passagères querelles idéologiques et religieuses du monde. Elle paya le prix du sang pour cette liberté aujourd’hui acquise et les Français n’accepteraient pas qu’elle soit remise en cause. Or, il est factuel que l’immigration peut modifier cette situation de deux manières : par le nombre et par la pratique religieuse des musulmans. Il est factuel que la démographie des pays musulmans explose depuis plusieurs années (et ce ne sont pas les seuls) et il est également factuel que la pratique religieuse s’accroît parmi les musulmans. Cela est d’ailleurs un élément de vitalité et de grandeur de la religion musulmane qu’on peut tout à fait reconnaître, car le dynamisme de la démographie des pays musulmans est en soi un signe de confiance et de foi dans l’avenir qui donne parfois l’impression de déserter nos sociétés occidentales. Il est donc précieux pour la France d’avoir en son sein une minorité de confession musulmane. Mais cela n’est pas la question. La question est que cette situation démographique nouvelle, qui s’impose depuis les années 60, impose à la France d’adopter une politique migratoire nouvelle qui n’était pas nécéssaire jusqu’à présent, afin de limiter l’arrivée des migrants ne voulant pas vivre sous le régime de la laïcité. Cela est évident et naturel. Peut-être que le nombre de migrants n’est pas réellement important, mais dans tous les cas il importe de dire qu’il est nécessaire de contrôler leur arrivée en France en fonction de nos possibilités et de notre volonté d’accueil. Nier ce fait ou pire, accuser ceux qui en font état de racisme, c’est là encore une insulte à l’intelligence.

On voit bien dès lors, le problème politique qui se pose. Parce que les partis établis, qui devront désormais se regrouper derrière Emmanuel Macron, ont déserté l’intelligence, ils ne pourront se faire élire que sur la peur que suscite largement Marine Le Pen. Cette peur, certes, peut se comprendre, en particulier pour les français de confession musulmane pouvant avoir le sentiment d’être pris pour cible par ce parti du fait du passé sulfureux du FN. Personne ne peut nier d’ailleurs ce passé et il est naturel qu’il effraie même si le parti, à l’image des deux grands partis classiques, a beaucoup évolué, ce qu’il serait stupide de contester. Mais c’est parce qu’il est le seul à dire certaines évidences que ce parti a désormais acquis la position qui est la sienne. Il fallait réagir avant si l’on voulait empêcher son ascension en étant plus raisonnables, moins hypocrites et moins feignants. Cela n’a pas été fait, encore une fois, par les deux grands partis de gouvernement malgré les nombreuses alertes. Il faut donc maintenant analyser précisément le programme du FN lui-même pour en mesurer l’éventuel danger. Et est-il réellement dangereux pour nos compatriotes musulmans? Vouloir limiter le nombre de musulmans en France, est-ce s’attaquer aux musulmans présents en France? En réalité c’est plutôt l’inverse qui est vrai, car ce qui effraie les Français avec l’immigration, c’est l’idée qu’ils puissent se laisser déborder par elle. Mais si ils ont le sentiment que l’Etat sera ferme sur cette question, il y a tout lieu de penser qu’ils craindraient beaucoup moins la montée de la pratique religieuse au sein des Français musulmans. C’est donc au contraire l’absence de maîtrise de l’immigration qui crée des tensions évitables, et cela est le fait des partis actuels.

Il est frappant que cet affaiblissement de la réflexion se traduit aussi par des travaux universitaires, et notamment historiques, toujours plus indigents. Des chercheurs croient bon et provocateur d’écrire une histoire mondiale de la France qui n’est qu’une négation permanente de ce qu’est la France. Le ressort de beaucoup de nouvelles études historiques est ainsi la destruction de toute l’histoire de France et de sa vénérable historiographie, comme de son côté l’économie mainstream n’est que l’application scientiste de principes profondément réducteurs. Dans l’une et l’autre de ces disciplines, le même mouvement de limitation intellectuelle semble être à l’oeuvre et rebute inévitablement les esprits les plus brillants. Cependant, ce mouvement n’est pas irréversible et nous possédons des exemples éminents de résistance intellectuelle en économie comme en histoire, à l’extérieur comme à l’intérieur de l’Université, parmi nos penseurs contemporains, qui sont autant d’encouragements à maintenir une haute idée de la pensée.

Il y a tout lieu de penser que le clivage Macron – Le Pen, mais surtout, au delà des personnes et des partis, le clivage qu’il traduit à propos de la souveraineté de la France, appelé à être le clivage du futur, sera de plus en plus le clivage entre la peur et la pensée. Qu’on se réjouisse ou que l’on déplore cette évolution, c’est bien ce qui semble se dessiner, car les gens intelligents et courageux, et surtout les jeunes, fuiront toujours plus le camp non souverainiste, qui les étouffe et les nie dans ce qu’ils sont, et rejoindront toujours plus le camp souverainiste, quelle que soit la forme de cet engagement.

 

 

De Gaulle, 1963: « le peuple est patriote, les bourgeois ne le sont plus »

Un petit extrait de C’était de Gaulle, l’excellent livre d’Alain Peyrefitte qui nous fait revivre en direct la pensée du Général de Gaulle. Suite au refus de l’entrée du Royaume-Uni dans l’Europe en 1963, celui-ci se livre devant son ministre à une attaque contre l’esprit d’abandon des élites françaises, mal qui menace cycliquement de détruire la France. Les coupables sont désignés sans ambages: les journalistes et la bourgeoisie, face auxquels le peuple demeure le seul garant du patriotisme. Leçons à méditer aujourd’hui.

De Gaulle: « l’attitude de la presse française dans toute cette affaire anglaise est un véritable scandale.

Que Massip dans le Figaro ou Lazurick dans l’Aurore crachent sur moi et chantent la gloire des Américains, cela n’a aucune importance ; c’est dans leur rôle. Il faut bien que leurs lecteurs trouvent leur satisfaction en les lisant. Mais ça va beaucoup plus loin.

« Oh je ne dis pas que la presse soi-disant française reçoive aujourd’hui des enveloppes des ambassades étrangères, comme c’était régulièrement le cas avant la guerre. Ca ne date pas d’hier. Quand Paul Cambon était ambassadeur auprès de la Sublime Porte, le Sultan lui avait demandé: « pourquoi la presse française me coûte-t-elle plus cher que les autres? » Vous savez que le Professeur Baumont procède à la publication des archives de la Wilhelmstrasse ; d’où il ressort que les principaux journaux parisiens étaient abondamment payés par l’ambassade d’Allemagne avant la guerre. La publication de ces documents devrait faire quelques bruits, mais elle n’en fera pas ; les journalistes, d’instinct, se solidarisent avec la presse d’avant guerre, bien qu’elle ait cédé la place à celle de la Résistance en 44. Ils préfèrent passer sous silence les turpitudes du passé.

Je crois surtout que les Anglais et les Américains paient indirectement. Et je t’invite à dîner! Et je t’invite à venir faire un semestre dans une Université! Et je t’invite à un voyage de propagande! Et je t’envoie une caisse de whisky! Et il n’y a pas tellement besoin de faire d’efforts, car le snobisme anglo-saxon de la bourgeoisie française est quelque chose de terrifiant.

Mais il y a plus grave, c’est l’esprit d’abandon. Cette espèce de trahison de l’esprit, dont on ne se rend même pas compte. L’esprit de Locarno, l’esprit qui nous a amené à tout lâcher sans aucune garantie, l’esprit qui nous amenés à laisser réoccuper la Rhénanie, l’esprit qui nous a conduits à rendre sans contrepartie leur charbon et leur acier aux Allemands, pour construire la CECA dans les conditions où on l’a construite. Comme si le but d’une politique française était de faire plaisir aux autres pays et de faire en sorte qu’il n’y ait plus de France! Surtout ne pas faire de peine aux étrangers! Il y a chez nous toute une bande de lascars qui ont la vocation de la servilité. Ils sont faits pour faire des courbettes aux autres. Et ils se croient capables, de ce seul fait, de diriger le pays.

Inutile de dire que tous ces individus ne peuvent plus cacher leur dépit. Tous ces Jean Monnet, tous ces Guy Mollet, tous ces Paul Reynaud, tous ces Pleven, tous ces Spaak, tous ces Luns, tous ces Schroeder, tous ces Cattani, forment une confrérie européenne. Ils pensaient pouvoir se répartir les places et les fromages. Ils sont tout surpris de voir que ça ne marche pas tout seul. Alors comment vous étonner qu’ils ne soient pas contents? Ils sont malades d’être tenus à l’écart! Ils peuvent compter sur moi pour les tenir à l’écart tant que je pourrai le faire.

                Heureusement, le peuple a la tripe nationale. Le peuple est patriote. Les bourgeois ne le sont plus ; c’est une classe abâtardie. Ils ont poussé à la collaboration il y a vingt ans, à la CED il y a dix ans. Nous avons failli disparaître en tant que pays. Il n’y aurait plus de France à l’heure actuelle.

                « Le comportement de notre presse est scandaleux. Ca fait d’ailleurs vingt-trois ans que je le constate. (il compte à partir du  18 Juin, comme pour sa propre légitimité.) La presse française déteste la France. Alors ça fait vingt-trois ans que j’essaye de doubler la presse, qui m’est résolument hostile, par la radio, et maintenant la télévision, pour atteindre les Français. Mes efforts n’arrivent pas à changer les choses, malgré quelques modestes résultats.

                Les Américains ont trop intérêt à maintenir les pays d’Europe occidentale à l’état de protectorat, et les Anglais ont trop intérêt à ce que ça ne se sache pas. Les Américains ont payé leur tribut sur les plages de Normandie. Ils n’ont plus envie d’essuyer la mitraille. On peut les comprendre. Ils préfèrent les bombardiers, les missiles, les postes de commandement. Et ceux qui acceptent de devenir piétaille détestent qu’on dise qu’ils sont piétaille. Vous n’y pouvez rien.

                D’ailleurs croyez-vous que cet acharnement de la presse me porte préjudice? Je me demande quelquefois s’il ne me fait pas du bien. Le peuple sent les choses. Il sait instinctivement de quel côté est le patriotisme, de quel côté la bassesse. Plus les journalistes m’attaquent, plus ils font la propagande de mes idées.

                Soyez serein Peyrefitte. »

De Gaulle (1932) : la crise de l’autorité

 

Dans ce texte d’avant guerre, le colonel de Gaulle précise pourquoi la crise de l’autorité qu’il observe dans la société française des années 30 prépare en fait un renouvellement radical des élites. Contrairement aux apparences, l’autorité ne disparaît pas, car aucune société humaine ne peut s’en passer ; mais elle se déplace, et il est essentiel de comprendre vers quoi. Pour de Gaulle, ce sont désormais le caractère et la valeur personnelle du chef qui sont la source de l’autorité, bien davantage que les titres et les fonctions sociales. On constate donc ici que la pensée de De Gaulle a largement préparé son action de juin 40, et on voit à quel point il était lucide sur la société de son temps, bien que son texte soit resté confidentiel à l’époque et encore aujourd’hui. Pourtant il est étonnamment actuel.

EXTRAIT DU FIL DE L’EPEE 1932

Notre temps est dur pour l’autorité. Les moeurs la battent en brèche, les lois tendent à l’affaiblir. Au foyer comme à l’atelier, dans l’Etat ou dans la rue, c’est l’impatience et la critique qu’elle suscite plutôt que la confiance et la subordination. Heurtée d’en bas chaque fois qu’elle se montre, elle se prend à douter d’elle-même, tâtonne, s’exerce à contretemps, ou bien au minimum avec réticences, précautions, excuses, ou bien à l’excès par bourrades, rudesse et formalisme.

Cette décadence suit le déclin de l’ordre moral, social, politique qui, depuis des siècles, est en usage dans nos vieilles nations. Par conviction et par calcul, on a longtemps attribué au pouvoir une origine, à l’élite des droits qui justifiaient les hiérarchies. L’édifice de ces conventions s’écroule à force de lézardes. Dans leurs croyances vacillantes, leurs traditions exsangues, leur loyalisme épuisé, les contemporains ne trouvent plus le goût de l’antique déférence, ni le respect des règles d’autrefois. « Nos dieux sont décrépits et la misère en tombe ».

Une pareille crise, pour générale qu’elle paraisse, ne saurait durer qu’un temps. Les hommes ne se passent point, au fond, d’être dirigés, non plus que de manger, boire et dormir. Ces animaux politiques ont besoin d’organisation, c’est-à-dire d’ordre et de chefs. Si l’autorité chancelle sur des fondements ébranlés, l’équilibre naturel des choses lui en procurera d’autres , plus tôt ou plus tard, meilleurs ou moins bons, propres dans tous les cas à l’établissement d’une nouvelle discipline. Bien mieux, ces bases, voici qu’on les discerne : c’est la valeur individuelle et l’ascendant de quelques-uns. Tout ce que les masses, naguère, accordaient de crédit à la fonction ou à la naissance, elles le reportent à présent sur ceux-là seulement qui ont su s’imposer. Quel prince légitime fut jamais obéi comme tel dictateur sorti de rien sinon de son audace? Quelle puissance établie marquait une entreprise aussi profondément qu’aujourd’hui la technique personnelle d’un ingénieur? Quels conquérants furent acclamés autant que nos athlètes qui tiennent leur succès de leur seul effort?

Cette transformation de l’autorité ne peut manquer d’affecter la discipline militaire. Dans l’armée comme ailleurs, on dit que « le respect s’en va ». Plutôt, il se déplace. L’homme qui commande, à quelque échelon qu’il soit placé, doit se fier pour être suivi moins à son élévation qu’à sa valeur. Il ne faut plus confondre la puissance et ses attributs.

Ce n’est point évidemment, qu’il n’entre plus dans la discipline rien de ce dont, naguère, elle était pétrie. Les hommes ne changent pas si vite, ni si complètement, et la nature ne fait pas de sauts. L’empire exercé sur les autres dépend encore, pour une large part, de la consécration du grade et des services. Inversement, il y a beau temps que l’ascendant du maître aide à la subordination. Mais, au cours d’une époque déréglée, au sein d’une société bouleversée dans ses cadres et ses traditions, les conventions d’obéissance vont s’affaiblissant et le prestige personnel du chef devient le ressort du commandement.

Fait affectif, suggestion, impression produite, sorte de sympathie inspirée aux autres, le prestige dépend, d’abord, d’un don élémentaire, d’une aptitude naturelle qui échappent à l’analyse. Le fait est que certains hommes répandent, pour ainsi dire de naissance, un fluide d’autorité dont on ne peut discerner au juste en quoi il consiste et dont on s’étonne parfois tout en subissant ses effets. Il en va de cette matière comme de l’amour, qui ne s’explique point sans l’action d’un inexprimable charme. Bien mieux, il n’y a pas toujours correspondance entre la valeur intrinsèque et l’ascendant des individus. On voit des gens remarquables par l’intelligence et la vertu et qui n’ont point le rayonnement dont d’autres sont entourés, quoi que moins bien doués quant à l’esprit et quant au coeur.

Mais s’il entre dans le prestige une part qui ne s’acquiert pas, qui vient du fond de l’être et varie avec chacun, on ne laisse pas d’y discerner aussi certains éléments constants et nécessaires. On peut s’assurer de ceux-là ou, du moins, les développer. Au chef, comme à l’artiste, il faut le don façonné par le métier.

 

 

PIB, comptabilité, productivité

Comme je le disais dans un précédent article, un grand nombre d’erreurs de l’économie standard sont dues à des erreurs dans la conception de la productivité. Ce concept est fondamental car il est au coeur du développement d’une économie. Plus un pays est capable de produire, plus il possède de richesses, c’est donc la productivité qui détermine la richesse d’un pays. Mais qu’est-ce que la productivité et comment est-elle mesurée? En général, toutes les institutions internationales et nationales, et l’écrasante majorité des économistes définissent la productivité comme la quantité de PIB produit en un temps donné de travail. Cette définition apparaît logique au premier abord, mais il faut alors comprendre ce qu’est le PIB.

Le PIB, un concept issu de la comptabilité privée

Fondamentalement, le PIB est le cumul des valeurs ajoutées de tout le pays. Les lecteurs de ce blog savent que la comptabilité en partie double, à laquelle je m’intéresse beaucoup, et ses concepts fondamentaux, sont pratiqués par toutes les entreprises, toutes les banques, la plupart des associations et des administrations du monde, et cela depuis très longtemps.(1) Or, un des concepts essentiels de la partie double, c’est celui de résultat annuel. Le résultat d’une entreprise, c’est la valeur qu’a gagnée ou perdue l’entreprise sur une année au 31 décembre du fait de son activité. Du fait de la logique spécifique de la partie double, ce résultat est une information extrêmement fiable. Il fut une des raisons de l’expansion de la partie double, car il apportait une information synthétique et essentielle à l’entreprise. D’une certaine manière, le résultat a introduit dans le capitalisme le concept de valeur moderne à partir de la fin du Moyen-Âge en Italie.

Mais si les entrepreneurs privées bénéficiaient avec la partie double d’une information de grande qualité depuis longtemps, information qui était par exemple un des éléments d’analyse économique fondamentaux de Marx ou de Proudhon ; avec le XXème siècle, ses guerres et ses crises économiques ; avec l’invention de la macroéconomie et la victoire de la pensée de Keynes, allait s’imposer l’idée qu’il était nécessaire de bâtir une comptabilité à l’échelle des nations, une comptabilité nationale. Pour ceux des économistes de l’époque qui connaissaient le mieux la comptabilité privée, à commencer par le grand Jean Fourastié, il était évident qu’une telle comptabilité nationale devait nécessairement s’appuyer sur la comptabilité à parties doubles, et sa fiabilité inestimable, que Goethe avait justement qualifié en son temps d' »une des plus belles inventions de l’esprit humain ».(2)

Et en effet, cela fut fait. On fit le raisonnement suivant : puisque le résultat annuel est une information extrêmement fiable, reconnu par tous, de la valeur d’une entreprise, et puisque d’autre part, toutes les entreprises, utilisent la comptabilité en parties doubles, pourquoi ne pas cumuler l’ensemble des résultats annuels du pays et ainsi calculer le résultat du pays, avec toute la fiabilité requise? Et pourquoi d’ailleurs, ne pas le calculer pour chaque pays? Après réflexion, ceci fut fait, mais on choisit un indicateur comptable légèrement différent du résultat : la valeur ajoutée. Celle-ci n’est rien d’autre, pour une entreprise ou une administration, que le résultat auquel on enlève les salaires. Mais c’est une information produite dans toute comptabilité privée ou publique. En recueillant cette information auprès de toutes les entreprises et administrations et en l’agrégeant en un chiffre unique, on obtient donc la valeur ajoutée du pays (3): le PIB était né.

On voit donc que le PIB n’a pas été directement une invention de macroéconomistes et de statisticiens, qui auraient pondu ex-nihilo un concept permettant de piloter l’économie d’un pays. Certes, c’est pourtant bien cette représentation que s’en fait la masse des gens. Mais il a bien plutôt été un recueil complet des données de la comptabilité déjà existantes. En réalité le PIB tire sa force et son universalité des concepts et de la fiabilité de la comptabilité en parties doubles. Et c’est pourquoi, malgré les critiques trop souvent creuses qui lui sont adressées, il est si durable et si utilisé par tous, à commencer par ceux qui étudient la productivité.

PIB et productivité

Comme je le disais, la productivité est généralement exprimée en quantité de PIB produite par unité de temps de travail, car le PIB représente une information fiable au plan comptable, ce qui est extrêmement important pour un statisticien sérieux. Mais fiabilité comptable ne signifie pas fiabilité économique, et tout en l’utilisant, il est fondamental de comprendre que le PIB ne donne pas d’information directe sur la production réelle d’une entreprise. Il est une valeur monétaire, de ce point de vue très solide, mais uniquement monétaire. De même que le résultat d’une entreprise ne nous dit rien sur sa production physique et encore moins immatériel, ainsi le PIB ne nous dit rien sur la production réelle d’une nation.

Les économistes les plus intelligents sont bien entendu conscients de cette limite, mais ils considèrent comme impossible de s’en affranchir. Ils sont d’autant moins enclins à le faire qu’ils ont tendance à résoudre ce problème en estimant que la production réelle et le PIB sont de toute façon liées par le système des prix et du profit. Ainsi, une entreprise ayant une forte production en développement produira une forte quantité de PIB, et une entreprise ne produisant rien sera évincée et ne produira pas de PIB. D’ailleurs, pensent-ils, qui ne voit pas que ce système de prix est à la base du développement de la productivité, au moins depuis la Révolution Industrielle ? C’est donc bien la preuve du lien profond qui existe entre PIB et production réelle.

Tout cela est vrai, mais pas complètement. Le point clé de ma thèse est d’établir pourquoi.     Mais je résumerais ici mes arguments en disant que tous les prix ne fonctionnent pas de la même manière. Certains certes, ont un lien puissant avec la production réelle, ce sont les prix du secteur productif, et le PIB des entreprises de ce secteur correspond avec la croissance de la production réelle. Mais d’autres prix, et surtout d’autres salaires, sont versés sans lien avec la production réelle, et représentent bien davantage des activités parasitaires visant à capter une partie de la monnaie en circulation. Ces activités, dont il me faudrait faire une cartographie mais dans laquelle on peut inclure la finance, produisent du PIB, mais ne produisent rien de réel, même indirectement. On pourrait penser que leur existence est marginale ou précaire, mais je ne le pense pas. Je pense bien plutôt que leur existence est structurelle ; elles permettent de nourrir le système productif en évitant la déflation qu’induirait celui-ci si on l’abandonnait à sa propre logique. Et elles se glissent dans un angle mort de l’analyse économique.

Redéfinir la productivité en volume

Voilà pourquoi pour combattre les méfaits du capitalisme moderne, il est nécessaire de revenir à une analyse de la production réelle hors du PIB, en recourant à une définition de la productivité en volume. Bien entendu cette analyse est plus difficile, elle freine les comparaisons, géographiques ou historiques, et limite l’agrégation des statistiques, par exemple à l’échelle nationale. Mais elle n’est pas impossible et elle est à mon avis nécessaire. De plus elle est plus intéressante et plus précise et de nombreux travaux ont prouvé sa supériorité dans l’histoire économique ( notamment ceux de L.A. Vincent sur la France. Il recourt aux indices chaînés (4)). C’est d’ailleurs bien là la définition qui avait été choisie à l’origine par les institutions internationales chargées de réfléchir à cette question après guerre, sous l’impulsion de Jean Fourastié, comptable et économiste, qui était très conscient de ce problème de la productivité définie en valeur. Dans son livre sur la productivité datant de 1968, il nous prévenait des impasses auxquelles conduiraient l’adoption d’une définition de la productivité basée sur le PIB :

 » Il faut retenir que la productivité, au sens moderne du terme, s’entend toujours d’une production physique et jamais d’une évaluation en valeur de la production. Cela entraîne que l’on ne peut jamais comparer la productivité dans une profession, la fonderie d’acier par exemple, avec la productivité dans un autre profession qui fabrique un produit différent, des chaussures par exemple. En effet, la productivité des deux professions (par exemple fonderie et fabrique de chaussures) s’exprimera par deux chiffres tels que les suivants : 6 kg de fonte par heure de travail ; 0,2 paires de chaussures par heure de travail. Or ces deux chiffres sont évidemment impossibles à comparer. 

Cette remarque est d’autant plus importante que certains auteurs très estimables, par exemple M. Collin Clark, et plus récemment M. Dayre dans la brochure Productivité, mesure du progrès, ont employé le mot productivité pour désigner des expressions dont le numérateur est non pas un volume physique de production, mais une évaluation en monnaie de la valeur de cette production.

Le groupe de travail des statisticiens et à sa suite le Comité Nationale de Productivité, puis le Comité des Questions scientifiques et techniques de l’OECE ont rejeté cette extension du mot productivité, d’une part parceque la notion de productivité est déjà suffisamment riche, d’autre part parceque la notion de productivité en valeur conduit à des confusions souvent graves qui sont apparues notamment dans The Conditions of Economic Progress.

Ce qui précède ne signifie nullement que les mesures qui prennent en considération la valeur monétaire de la production soient inutiles. Cela signifie seulement qu’il est dangereux de donner à ces mesures le nom de productivité. »(5)

On voit à quel point la suite des évènements a été contraire à la pensée de Jean Fourastié, toutes les institutions internationales et nationales, ainsi que les économistes, basculant dans la définition de la productivité en valeur monétaire qu’il combattait. Que l’ignorance de la signification comptable du PIB ait joué un rôle dans ce retournement est probable, car les critiques de Fourastié étaient d’autant plus lucides qu’il était un des plus grands, si ce n’est le plus grand, spécialiste de la comptabilité en partie double. Mais ce qui importe, c’est de comprendre que nos économies modernes pourraient bien être en train de payer cette erreur conceptuelle en ne comprenant pas la maladie dont elles sont atteintes et qui est moins la déflation que la croissance de certains secteurs parasitaires, comme la finance.

1 Article sur mon ancien blog : https://ecostatshistoire.wordpress.com/2016/11/26/aux-origines-de-la-comptabilite/

2 Double Entry, How the Merchants of Venice Created Modern Finance, Jane Gleeson-White, Allen and Unwin, 2013

3 La comptabilité nationale, Jean-Paul Piriou, Jacques Bournay, Editions La découverte, 2012

4 Population active, production et productivité dans 21 branches de l’économie française (1896-1962), L. A. Vincent, INSEE, 1964

5 La Productivité, Jean Fourastié, PUF, 1968