A propos de la conférence CRE du 10 mai

La conférence du 10 mai organisée par l’association d’étudiants de sciences po critique de la raison européenne avait tout pour passionner le public, et elle a d’ailleurs rempli à ras bord l’amphithéâtre dans lequel elle avait lieu.

Malheureusement je trouve que les interventions des invités ont été très décevantes. Pourtant, le cadre du débat avait été bien introduit, bien que brièvement, par Sarah Knafo, la représentante de l’association. Les clivages sur l’Europe sont-ils enfin clairs après cette élection présidentielle? C’est là, en effet, la question essentielle à se poser pour la suite, d’où le grand intérêt d’organiser une telle conférence. Mais les personnes éminentes qui composaient le plateau, Henri Guaino, Hubert Védrine et Jean-Pierre Chevènement n’ont pas été à la hauteur de leur réputation et de leur expérience, surtout ces deux derniers. Ils me sont apparus comme dépassés par les évènements ou ne semblant plus les comprendre sur de nombreux points. Il m’a semblé qu’ils se rassuraient sur les angles morts de leur analyse en s’approuvant mutuellement ou en recueillant l’accord facile d’un public très peu critique.

Les tensions sociales absentes des débats

D’où le sentiment étrange et désagréable que les questions et tensions sociales présentes dans le pays étaient absentes dans la salle. Les difficultés économiques des classes populaires, périurbaines ou banlieusardes,  le taux de chômage durable et élevé qu’elles affrontent, leur constante humiliation symbolique, ne semblent pas être réellement au coeur des débats, sans doute parce qu’ils ne sont pas vécus, même indirectement, par les différents intervenants. Conséquence de cette absence : la montée du Front National semble être une anomalie inexpliquée ou considérée comme facilement réductible. Or le vote FN, tout analyste politique doit bien l’avoir en tête, n’est pas réductible, car il exprime une colère et un sentiment de révolte qu’aucun autre parti ne peut remplacer pour ceux qui y ont recours. Aussi le réalisme commande de ne pas faire comme s’il n’existait pas ; il existe et il faut se positionner à partir de cette réalité, qu’elle nous plaise ou non.

L’aveuglement à propos de la sortie de l’euro

Et se positionner par rapport à cette réalité, est-ce se contenter de mépriser ce vote et ce qu’il représente, ou est-ce aider le peuple français à s’émanciper des oppressions dont il se plaint? Quand Monsieur Jean-Pierre Chevènement plaisante sur le comportement de Marine Le Pen lors du débat du second tour, qu’il associe à celui d’une commerçante de mauvais goût, y-a-t-il vraiment matière à rire et est-ce le meilleur sujet pour montrer son esprit, s’agissant d’une catastrophe aussi notoire que celle qui a consistée à décrédibiliser la sortie de l’euro auprès de la masse de ceux à qui elle profiterait? La question est posée.

Quand Monsieur Hubert Védrine balaye d’un revers de la main cette même question de la sortie de l’euro, sans avancer le début d’un argument scientifique pour répondre à tous les  économistes qui la préconisent partout dans le monde, n’est-ce pas là un aveuglement bien plus grand que celui du programme brouillon des dirigeants du FN? Là encore la question est posée, et l’on ne sait que trop bien y répondre. Si ces deux hommes politiques se permettent ces légèretés sur cette question, c’est qu’ils ne sentent absolument pas l’urgence sociale et économique qui l’impose à l’ordre du jour. Bien mieux, ils s’accommodent très bien de la situation actuelle, et ils préfèrent de loin une petite contestation de salon, comme celle que préconise Monsieur Védrine aux étudiants de sciences po avec sa chimérique opposition « euro-critique constructive », à une véritable remise en cause du système qui tue la France à petit feu.

Monsieur Henri Guaino, de ce point de vue, a semblé élever le débat, comme il nous y avait habitué durant sa campagne présidentielle pugnace, en avançant des arguments rationnels pour s’opposer à la sortie de l’euro, tout en critiquant sa mise en place. Le principal est celui-ci : nul ne peut prévoir les conséquences exactes d’une sortie de l’euro, ce qui est vrai. Mais il faut répondre à cela qu’il en va de même pour toute action, qu’elle soit militaire, économique ou politique. Et c’est justement l’objet de la politique d’agir, c’est-à-dire de prendre des décisions impliquant de l’incertitude. Il est légitime de mesurer les risques avant d’agir, mais cette étude préalable ne peut pas paralyser l’action. La France n’a-t-elle par réalisé dans son passé des actions bien plus incertaines encore, quand son avenir était en cause, comme c’est aujourd’hui le cas avec l’euro? Sa confiance en elle-même est-elle tombée si bas, qu’elle ne puisse plus entreprendre une politique consistant à retrouver un des éléments essentiels de sa souveraineté? Est-ce là toute la considération que nous inspirent les capacités de notre vieux pays et de ses élites? Il faut cesser d’avoir peur et agir maintenant pour l’avenir.

Les trois conférenciers citent beaucoup de Gaulle et semblent attendre de grands hommes d’Etat comme s’ils devaient apparaître par décision divine, mais les personnes en situation de responsabilité feraient bien mieux de le lire de façon approfondie, et quitte à le citer, de méditer cet extrait :

« Dominer les évènements, y imprimer une marque, en assumer les conséquences, c’est bien là ce qu’avant tout on attend du chef. L’élévation d’un homme au-dessus des autres ne se justifie que s’il apporte à la tâche commune l’impulsion et la garantie du caractère. Car enfin, le privilège de la domination, le droit d’ordonner, l’orgueil d’être obéi, les mille égards, hommages et facilités qui entourent la puissance, l’honneur et la gloire dont le chef reçoit la  plus large part, pourquoi lui seraient-ils gratuits? Et comment les payer, sinon par le risque qu’il prend à son compte? L’obéissance ne serait point tolérable, si celui qui l’exige n’en devait rien tirer d’effectif. Et qu’en tirera-t-il, s’il n’ose, ne décide et n’entreprend? (…)

Point de prestige, par conséquent, pour les figurants de la hiérarchie : parasites qui absorbent tout et ne rendent rien, timorés grelottant sous leurs couvertures, Maîtres-Jacques qui changent de casaques sans délai ni scrupule. Ceux-là peuvent sauvegarder, souvent, leur carrière de fonctionnaires, leur avancement de militaire ou leur portefeuille de ministres. Ils obtiennent même, au besoin, la déférence convenue que leur accordent l’usage et les règlements. Mais la foi des esprits, la sympathie des ardeurs se refusent à leur astuce glacée. Elle n’appartiennent qu’aux chefs qui s’incorporent avec l’action, ont leur affaire des difficultés, mettent au feu tout ce qu’ils possèdent. Il se dégage de tels personnages un magnétisme de confiance et même d’illusion. Pour ceux qui les suivent, ils personnifient le but, incarnent l’espérance. Le dévouement des petits, concentré sur leur personne, confond le succès de l’entreprise avec l’heur de les satisfaire. » (1)

L’aveuglement à propos de la personnalité du Président Macron

Mais il y a un autre problème, et c’est l’aveuglement sur la personnalité d’Emmanuel Macron, le nouveau président de la République. Hubert Védrine et Jean-Pierre Chevènement, notamment, semblent être victimes de cette illusion.

Le Président Macron est certes un haut fonctionnaire intelligent, ce que Marine Le Pen a eu la naïveté invraisemblable d’oublier, mais il n’est que cela. Il n’est ni un créateur, ni un chef, il est un imitateur. Capter l’ère du temps, repérer les personnes qui plaisent à l’époque, même si elles n’en ont pas l’air, les observer par tous les moyens, reproduire leur façon d’être, quitte à la vider de sa substance, tel est son sinistre génie ; mais c’est son seul génie. Le Président Macron est un acteur de théâtre depuis toujours, c’est la scène qui lui plaît, c’est sa raison d’être, le ressort de son action, il chérit la forme et l’imitation plus que tout. Quant au fond, qui l’intéresse bien moins, il est important de comprendre qu’il s’en tiendra toujours au plus grand conformisme, c’est-à-dire à l’idéologie dominante, car cela lui permet de se concentrer sur ce qui l’intéresse : sa comédie. Cette idéologie dominante, il la présente bien entendu avec maîtrise si nécessaire, mais il n’est pas capable d’en sortir par lui-même, ni surtout d’en défendre les failles au plan théorique, encore moins de participer à son élaboration. Il en est ainsi car cela ne l’intéresse pas, il voit bien qu’au delà d’un certain point, la connaissance n’apporte rien à sa carrière et à son image, aussi se garde-t-il de perdre son temps à étudier trop à fond les thématiques qu’il porte. Ce qui prime pour le nouveau Président, répétons-le, c’est la forme, et c’est la raison pour laquelle il est vain de lui prêter une pensée ou des intentions politiques autres que celles du consensus libéral.

Primauté de la forme et conformisme au fond, connaissances théoriques moyennes, cette définition du marcronisme devrait suffire à comprendre comment le combattre, en particulier dans un débat. Premièrement, il faut oublier la forme, le laisser s’y empêtrer seul, se contenter d’être soi-même. Deuxièmement, il faut beaucoup travailler le fond, et mettre en lumière les failles béantes de la pensée dominante qu’il utilise, critique face à laquelle il est absolument démuni. Ce travail est d’autant plus nécessaire qu’il peut être mené sur le long terme, la position d’ Emmanuel Macron étant très prévisible, puisqu’elle est simplement l’expression du mainstream, et rien d’autre.

On voit à quel point Marine le Pen s’est trompée dans cette campagne de second tour. Lors du débat, elle a fait l’inverse de ce qu’il fallait faire. Mise en échec sur des points élémentaires et prévisibles de l’argumentation économique d’Emmanuel Macron, elle s’est par ailleurs laissée déstabiliser sur la forme, semblant parfois participer elle-même à la fascination mal placée que les Français entretiennent pour ce Président-comédien.

Mais les seules leçons qu’en aient tirées les intervenants de la conférence CRE, excepté peut-être Henri Guaino, c’est qu’Emmanuel Macron est intelligent et rassurant… La suite de leurs raisonnements, j’en ai peur, n’est qu’une vaine spéculation, en particulier sur la question de la renégociation avec l’Allemagne, car Emmanuel Macron n’a ni l’envie ni le caractère pour renégocier quoi que ce soit de substantiel. Il est à prévoir que de belles célébrations d’apparences viennent enrober, dans ce domaine comme dans les autres, l’inaction générale qui caractérisera son mandat.

Ce que je reproche aux intervenants, c’est de ne pas rendre compte, peut-être de ne pas se rendre compte eux-mêmes, de cette primauté de la forme chez Emmanuel Macron, et de lui prêter, par un mécanisme typique de l’illusion, des pensées qu’il n’a jamais eues sur le fond. Dès lors, ils entretiennent et nourrissent cette illusion aussi sûrement que Marine le Pen dont ils dénoncent avec trop de hauteur les insuffisances. Sur ce point au moins, on peut reconnaître une certaine lucidité à Henri Guaino.

Il est d’ailleurs édifiant d’observer, au delà de cette conférence, à quel point ceux qui se rallient à Macron se couvrent de déshonneur et d’incohérence dans tous les camps, ne reculant devant aucun ridicule pour obtenir une place ou un morceau d’os. Voir les discours pompeux de tous ces anciens poids lourds politiques réduits à l’état d’insignifiance, voir toutes leurs querelles ridiculisées et empaquetées dans un grand fourre-tout uniquement ficelé par les belles images que tourne Emmanuel Macron devant les médias, voir le mépris innocent, presque inconscient, avec lequel le nouveau Président traite tous ses soutiens à l’ego pourtant démesuré ; voilà l’un des meilleurs plaisirs qu’offre  encore le chef de l’Etat à son peuple endormi. C’est l’une des seules bonnes raisons de sa popularité relative.

La destinée inévitable de tous ceux qui manqueront du courage nécessaire pour s’opposer à ce mouvement macronien, c’est de voir leur pensée utilisée comme un vulgaire faire-valoir, tout juste égale en importance à la dernière cravate du Président. Peu importe que vous soyez un homme de droite ou de gauche, un intellectuel, un représentant du medef ou de la CGT, un nationaliste corse ou un danseur de cordes, votre importance idéologique sera la même, c’est-à-dire qu’elle sera nulle. Les différences entre eux auxquelles semblent encore croire les nouveaux soutiens d’En marche n’ont en fait pas plus d’importance que les différences entre les légumes d’un panier destinés à être broyés dans la même soupe. Et disons-le, cela est juste, car c’est le prix de la lâcheté et de la bêtise. Au reste, personne n’échappera à ce choix, car ne pas se soumettre reviendra bientôt à disparaître politiquement, ou à entrer dans l’opposition réelle, malgré tous ses défauts et ses difficultés.

C’est face au vide macronien qu’il faut reconstruire quelque chose, et la tâche, si elle est immense et difficile, est aussi une formidable opportunité d’exercer son intelligence et son courage. Mais cela, encore faut-il le vouloir.

Une atmosphère empesée

Dans ce concert de renoncements et d’aveuglements, faut-il s’étonner si l’atmosphère générale de la conférence ne parvint pas à être autre chose que triste et empesée? Alors qu’on pouvait s’attendre à une ambiance dynamique et combative, à des intervenants cherchant à rebondir et à tirer les leçons des élections, pour se revigorer ensemble et pour commencer la construction de quelque chose de neuf, il semble à la place qu’on reste bloqué en arrière, avec des représentations dépassées et mortifères empêchant de comprendre le monde qui nous entoure et le monde qui vient.

Quel saisissant et malheureux contraste avec les débuts de cette association pleine de possibilités qu’est critique de la raison européenne! Alors qu’en 2015, la conférence avec Jacques Sapir et Jacques Myard faisait jaillir chez les intervenants la vitalité, les émotions, les espoirs, la complicité, le désir d’agir, du terreau de la haute exigence intellectuelle et du courage, ici toutes ces caractéristiques fertiles semblent s’être éteintes. Derrière la toile pesante des conventions et des convenances, derrière la mise en scène impeccable et l’apparence parfaite, le plaisir a disparu. Espérons que les évènements à venir fassent retrouver le goût et le chemin de la liberté à tous.

 

(1) Le fil de l’épée,1932, in Le Fil de l’épée et autres écrits, C. de Gaulle, Plon, p.183-184


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *