André Maurois : foi et religions

Dans ce texte profond, et très inspiré de la pensée de son maître Alain, l’écrivain André Maurois aborde la question de la foi, qu’il distingue soigneusement des religions. Alors que la foi est une possibilité et une expérience individuelles, permettant à l’homme de se surpasser et donc d’exercer pleinement sa liberté, la religion est un rite social permettant à l’homme d’apaiser sa peine ou de sublimer sa joie, notamment dans des cérémonies collectives. De là l’idée qu’il est possible à l’homme de vivre avec ou sans religion, tant qu’il conserve la foi en son destin et pourvu qu’il continue à participer à des rites sociaux vivants et beaux.  

EXTRAIT DE LETTRE OUVERTE A UN JEUNE HOMME (1966)

Vous devez penser : « Que peut avoir à dire sur la foi un homme qui ne cherche guère l’Absolu? » Voyons un peu. D’abord vous constaterez que je ne ferai rien pour vous détourner de la foi si vous en avez une. Quand vous connaîtrez mieux ma vie, vous saurez que des femmes croyantes ont vécu près de moi, non seulement sans perdre leur foi, mais en la raffermissant. Quelques-uns de mes meilleurs amis ont été des catholiques fervents, d’autres des protestants, d’autres encore des israélites pratiquants. Jamais un conflit religieux n’a mis en danger ces affections. « Mais alors, direz-vous, comment définissez-vous la foi et que me conseillez-vous en cette matière? »

Ma définition de la foi serait celle d’Alain : « Volonté de croire sans preuves, et même contre les preuves, que l’homme peut faire son destin et que la morale n’est donc pas un vain mot. Le donjon de la foi, son dernier réduit, c’est la liberté même, et il faut y croire, car sans y croire on ne peut l’avoir. » Et comment la foi, ainsi définie s’accommode-t-elle du christianisme? Fort bien je crois, car ayant fait Dieu tout-puissant, le christianisme le décrit ensuite se dépouillant de son souverain pouvoir et rendant à l’homme son libre arbitre.

Pour rapprocher l’homme et Dieu, pour permettre à l’homme de mettre une réalité sous ce mot chargé de prestige, le christianisme a trouvé l’Homme-Dieu. Les Evangiles vous ont conté l’histoire d’un être parfaitement bon, juste et sage, modèle pour tous et Dieu vivant. A mi-chemin entre le fétichisme et la religion de l’Un, cette croyance se révèle adaptée aux besoins d’une partie de l’espèce humaine. Vous cherchez un guide moral : ce sera l’Imitation de Jésus-Christ. Vous souhaitez que soient rassurés les humiliés, et humiliés les puissants. Or l’Enfant-Dieu apparaît sur la terre nu, pauvre et faible.

C’est là ce qu’avaient compris les masses romaines, puis barbares, qui adoptèrent cette religion. Comment l’Eglise devint ensuite trop puissante, et trop riche, et trop intolérante, comment elle accepta de bénir les hommes de violence et de guerre, comment elle persécuta et tyrannisa, l’histoire du passé nous l’enseigne, mais que le mouvement n’était pas irréversible, le présent nous le montre. Nous aurons vu en notre temps de grands papes remonter aux sources de leur foi, servir la paix, prêcher le retour à la pauvreté évangélique et l’amour des frères séparés. « L’essence papale » n’est pas la hauteur autoritaire d’un PDG, »mais au contraire l’humilité de l’homme aux yeux baissés, celui qui n’a pas de pouvoir et qui ne veut pas de pouvoir. »

Vous avez le bonheur de vivre au temps où se répand cette bonne nouvelle. Sachez mesurer son importance. Vais-je alors vous conseiller de dire des chapelets, de faire des pèlerinages?

Pour mon compte je ne l’ai jamais fait ; cela ne veut pas dire que je blâme ceux qui le font. Un pèlerinage peut être une grande et noble expérience pour qui voit là l’occasion d’un sacrifice, d’une méditation. Si des hommes trouvent la paix de l’âme en des messes et cérémonies, soit par sentiment, soit par défiance de notre propre sagesse, je ne vois pas que notre fragile civilisation en puisse rien craindre , pourvu que le vrai des religions, la possibilité pour l’homme de se dépasser, soient entrevus par ceux qui se plaisent à ces pieuses pratiques. Bref et pour conclure sur ce point, je vous dirai : « Si vous êtes croyant (chrétien ou juif, musulman ou bouddhiste), restez-le et voyez dans la religion la création de soi par soi et la recherche de Dieu en soi. Si vous n’êtes pas croyant, ne mentez pas. Ne feignez pas de l’être, il y a d’autres issues. »

Mais votre vie (comme la mienne) en sera plus difficile. L’homme est ainsi fait qu’il ne peut se passer de rites et de cérémonies. Dans les moments d’extrême joie ou d’extrême douleur où les mouvements naturels le jetteraient dans une sorte de folie, le cérémonial lui impose des actions lentes et mesurées qui raniment son courage. Voyez celui (ou celle) qui vient d’assister à la mort d’un être aimé. Quelques-uns, dans cette épreuve, gardent leur sérénité. Ils sont rares. L’évènement est si douloureux ; il semble si incroyable que celle qui hier encore emplissait notre vie , recevait nos confidences, nous donnait toutes nos joies, soit soudain devenu un objet dur et froid, qui va se corrompre et pourrir. L’étrangeté, l’horreur nous jettent alors dans un refus convulsif, dans le désespoir, dans les cris. Alors intervient le cérémonial. L’objet pitoyable et scandaleux repose sur un catafalque élevé ; il est entouré de fleurs, offrandes qui le rapprochent de la vie. Une belle messe de Requiem contient encore des cris, mais disciplinés par la musique. Notre douleur se trouve comme enchâssée dans le sublime. Le silence de la foule ordonnée derrière le cercueil fait taire les sanglots. La douleur n’est pas vaincue ; elle a été surmontée.

La commémoration des morts illustres est une forme de foi. Elle nous oblige à les imiter. Nous voulons « place dans le temple — et nous mourrons comme ils sont morts ». L’humanité se trouve si souvent, par les titres sadiques des journaux, par l’attrait de l’horreur, conduite à contempler ce qu’elle a de pire qu’il devient nécessaire de lui rappeler,  de temps à autres, ce qu’elle a de meilleur. Savoir qu’un Marc-Aurèle, un Goethe, un Victor Hugo, ont vécu grandement, vous aidera vous-même à viser haut. Ils ont commis des fautes ? Ils étaient imparfaits ? Bien-sûr. Mais le beau des commémorations, c’est qu’on y rappelle seulement les légendes, donc le meilleur, legenda, les choses qui doivent être lues. La légende fait le héros ; en même temps elle vous fera. Je vous demande de participer à ces pèlerinages de l’esprit et d’aller, soit au hasard des anniversaires, soit par des retours délibérés aux grandes oeuvres, aux grands évènements, aux églises invisibles, afin d’y puiser des forces et la certitude que l’homme, infime insecte, peut beaucoup plus qu’il ne sait. Croyez et vous serez sauvé. Une croyance ferme fait passer dans les faits l’objet même de la croyance.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *