Pour une nouvelle histoire de la monnaie

Dans cette première partie, je voudrais montrer que la monnaie moderne, c’est-à-dire la monnaie de crédit, par opposition à l’ancienne monnaie métallique, a ses origines dans l’invention de la comptabilité à partie double aux 13e et 14e siècles en Italie.

L’opposition entre monnaie de crédit et monnaie métallique est connue des économistes. Ce qui fait la spécificité de cette monnaie de crédit moderne, c’est qu’elle est créée à l’occasion de l’octroi d’un crédit à un particulier ou à une entreprise par les banques privées[1]. Le flux des crédits nouveaux moins le flux des crédits remboursés pour l’ensemble d’une zone monétaire nous donne la masse monétaire en circulation (si l’on exclue les opérations de change). La masse monétaire est donc une masse de crédits en circulation ayant pour contrepartie des dettes[2]. Cette définition éclaire le terme de « monnaie de crédit ». La monnaie métallique, au contraire, se caractérisait par une valeur en soi de la monnaie en circulation, en général définie par sa valeur en or. La masse monétaire, anciennement, n’avait donc pas pour contrepartie des dettes.

Mais historiens et économistes ne perçoivent pas clairement quand et comment cette monnaie moderne est apparue, ni quand et comment elle s’est progressivement substituée à la monnaie métallique. En général, ils confondent la monnaie de crédit avec la monnaie scripturale et considèrent que c’est une pure convention qui a permis le passage progressif de la monnaie métallique à la monnaie scripturale. Ce faisant, ils n’expliquent pas comment est apparue la monnaie de crédit elle-même et pourquoi ce système a été créée. Ils n’expliquent pas non plus en quoi a consisté ce passage en termes conceptuels. Ils ne voient pas que ce qui a été en jeu a été une transformation des règles fondamentales de la monnaie, un changement de dimension, et pas seulement un changement de support de celle-ci. C’est la raison pour laquelle aucune histoire de la monnaie ne retrace l’évolution de celle-ci depuis le moyen-âge jusqu’à aujourd’hui de façon convaincante. Une telle entreprise se heurte systématiquement à des incohérences indépassables tant qu’on n’a pas compris que la partie double a provoqué un changement de dimension de la monnaie : le passage à la monnaie de crédit moderne.

On pourrait multiplier les exemples, pour montrer que trois cas s’observent parmi les historiens : Premièrement, le cas où l’historien rend compte de l’évolution de la monnaie de crédit moderne. Dans ce cas il part au mieux du 17ème siècle et explique l’évolution du système actuel en donnant à la monnaie sa définition moderne de système de crédit. D’excellents travaux, précis et documentés, se trouvent naturellement dans cette catégorie, dont une grande part de la pensée économique moderne. Deuxièmement le cas des historiens médiévistes qui analysent la monnaie dans le cadre de la monnaie métallique, et considèrent le système de crédit émergeant à cette époque comme un système non monétaire basé sur cette monnaie. En général, ces historiens s’arrêtent autour du 17ème ou 18ème siècle car ensuite l’évolution du système monétaire leur paraît trop éloigné et trop différent de leur objet de recherche, mais ils sont extrêmement précis et documentés pour la période qu’ils couvrent. Enfin, troisièmement, les historiens englobant l’ensemble de la période échouent systématiquement à donner une définition satisfaisante de la monnaie, ce qu’ils dissimulent ou dans le flou des explications, ou dans les non-dits. Cela n’a rien d’étonnant. Alors que les deux premiers types de travaux se meuvent dans une définition unique de la monnaie, adaptée à la période qu’ils étudient, les troisièmes sont dilatés entre les deux dimensions de la monnaie qui dominèrent successivement, ce dont ils ne sont pas conscients. Aussi échouent-ils nécessairement à unifier l’histoire de la monnaie.

Car la monnaie de crédit moderne, si elle fonctionne comme un système de crédit, le doit au fait qu’à l’origine elle n’était que du crédit, basé sur de la monnaie métallique. La comptabilité en partie double, en rationnalisant et en unifiant ce crédit et la monnaie métallique dans des règles communes et grâce à des vérifications sûres, a permis d’utiliser ce crédit de façon massive. Puis ce crédit s’est développé à travers les siècles jusqu’à s’autonomiser complètement de la monnaie métallique sur laquelle il était originellement basé, à mesure que les acteurs économiques prenaient confiance en lui, à mesure qu’ils éprouvaient que c’étaient ses règles de fonctionnement qui importaient davantage que la monnaie métallique en laquelle ils plaçaient depuis toujours leur confiance. C’est ainsi que le crédit basé sur la monnaie métallique est devenu lui-même une monnaie à part entière, la monnaie moderne que nous connaissons. Et les règles qui lui permirent de gagner cette confiance que nous attribuons aujourd’hui à la monnaie, c’est la comptabilité en partie double qui les lui a données. C’est la comptabilité en partie double qui a permis de changer de dimension monétaire, de passer d’une monnaie métallique simple à une monnaie scripturale de crédit. Mais si j’insiste sur le fait que nous avons changé de dimension monétaire avec la partie double, c’est qu’il est essentiel de souligner un fait qui échappe en permanence à l’analyse des historiens et des économistes : le fait qu’il existe une troisième dimension de la monnaie. Cette troisième dimension est le crédit basé sur la monnaie moderne, et qui est donc un système de crédit (sans taux d’intérêt) basé sur une monnaie fonctionnant elle-même comme un système de crédit (et toujours grâce à la partie double). D’innombrables confusions dans l’histoire et dans la pensée monétaires sont dues à la confusion de ces trois dimensions de la monnaie. C’est bien parce qu’ils échouent à les distinguer qu’aucun historien n’a jamais pu produire une histoire unifiée et logique de la monnaie, depuis le Moyen-âge jusqu’à nos jours. Et c’est la même confusion qui est à la racine de nombreux flous dans certains travaux théoriques en économie.

Ainsi, les meilleurs historiens de la monnaie et du crédit médiévaux, comme Raymond de Roover[3], ne distinguent pas que les outils de crédits fins et complexes qu’ils analysent brillamment vont en fait devenir la monnaie moderne elle-même. Symétriquement, les économistes ou les historiens de la monnaie moderne ne parviennent pas à voir que cette monnaie moderne est née du crédit basé sur la monnaie métallique. Tous échouent à discerner que le crédit sans intérêt moderne (principalement les délais de paiement et une grande part des opérations de la finance) est une troisième dimension monétaire, un crédit basé sur la monnaie de crédit, qui était donc elle-même le crédit de la monnaie métallique. Enfin ils ne voient pas que c’est la comptabilité en partie double qui permet le passage entre ces différentes dimensions monétaires et qui les unifie dans un système complexe et contre-intuitif. Or cette complexité et cette efficacité placent la partie double au cœur des différentes dimensions de la monnaie : c’est elle qui les a créées, ce sont ses règles qui les unifient, c’est par elle que nous pouvons les penser.

En général, la monnaie de crédit moderne, mal isolée conceptuellement de la monnaie scripturale, est considérée comme étant l’invention des banques centrales. La première reconnue comme telle est la Banque d’Amsterdam créée en 1609. Ainsi par exemple Stephen Quinn et William Roberds, dans un article paru en 2009 dans l’American Economic Review, considèrent-ils que la Banque d’Amsterdam fût la première à utiliser une unité de compte qui ne pouvait être protégée des dépréciations que par des opérations d’open market[4]. Selon ces auteurs, cette innovation-clé a permis la mise en place progressive de la monnaie moderne, celle-ci fonctionnant autour de cette unité de compte nouvelle qu’on peut appeler « monnaie banque centrale », et qui serait à la base, aujourd’hui encore, des relations entre les banques centrales et les banques privées. La nécessité, pour la Banque d’Amsterdam, de protéger sa monnaie officielle contre la dépréciation et l’invasion des monnaies étrangères l’aurait ainsi conduit à inventer l’unité de compte moderne[5]. Sa réussite aurait ensuite conduit les autres pays du monde à adopter ce système de banque centrale, et en premier lieu les pays protestants.

Si je ne conteste pas l’innovation et la réussite importante que fut, pour la banque d’Amsterdam, la mise en place d’opérations d’open market pour protéger sa monnaie de la dévalorisation, je pense que Stephen Quinn et William Roberds commettent une erreur en confondant ces interventions avec l’invention de l’unité de compte qui servirait de base à la monnaie moderne. Selon moi, cette unité de compte n’a pas été inventée par la banque d’Amsterdam mais découlait simplement de la logique de la comptabilité à partie double telle qu’elle avait été fixée au 14e siècle. Quand la banque d’Amsterdam a ouvert en 1609, elle a naturellement utilisé ce système comptable pour gérer ses dépôts comme le faisaient déjà à cette époque de nombreuses banques. Or, ce sont les écritures de ce système, qui n’est rien d’autre qu’un système de crédit basé sur la monnaie métallique,  qui permettent l’existence de la monnaie de crédit moderne, et cela se pratiquait déjà depuis longtemps.

En effet, du moment où commencent à naître des transactions de crédits entre des correspondants selon les règles de la partie double, sans déplacement de monnaie métallique, apparaît également la possibilité d’octroyer ces crédits de façon massive, notamment d’une entreprise vers l’un de ses correspondants. Et cette possibilité existe, il est important de le préciser, en dépit, et peut-être même en raison, de l’interdiction du prêt à intérêt. Pour cela il suffit d’accorder un délai de paiement sur la vente d’un bien comme on peut le montrer par une analyse comptable simple[6]. Dans ce cas la durée du délai de paiement correspondra à de la création de monnaie moderne, bien qu’en quantité réduite.

En fait la possibilité d’octroyer du crédit permit le succès et l’expansion de la comptabilité à partie double. Ce point, bien que contesté, ou mal compris, dans une grande part de la littérature comptable, a été à mes yeux parfaitement démontré par Jean Fourastié, comptable et économiste. C’est de son travail sur l’origine de la comptabilité que je pars, travail dont la profondeur et la puissance explicative sont uniques dans la théorie comptable et sans rapport avec le peu d’intérêt que les théories modernes lui accordent.

Mais au-delà de l’histoire de la comptabilité, j’émets l’hypothèse que l’invention de la partie double fut à l’origine des premières banques modernes en Italie, qui émergèrent de la transformation de grandes entreprises commerciales. C’est comme cela que la création de la comptabilité à partie double marqua l’étape décisive dans l’invention de la monnaie de crédit moderne. En fait, elle lui est même consubstantielle. En effet, c’est parce que le besoin de crédit, en cette époque lointaine, était très pressant que la possibilité d’en émettre, même si cette émission était nécessairement gagée sur la vente d’un bien, conduisit à l’expansion de cette technique et de ses règles pourtant contre-intuitives. De plus, le fait que les entreprises marchandes qui utilisaient la partie double pouvaient désormais octroyer et gérer de nombreux crédits, les poussèrent à modifier la nature de leurs activités. D’entreprises commerciales gérant des délais de paiement ou des transferts de dettes vis-à-vis de leurs correspondants, elles devinrent des banques octroyant des crédits gagés sur la vente de marchandises. En fait, il n’y a pas de différence entre ces deux définitions, si ce n’est que ces entreprises ont dû voir affluer vers elles de nombreux clients qui ne voulaient plus vraiment commercer avec elle mais plutôt obtenir des crédits. Ici se situe certainement la raison de la transformation des grandes entreprises marchandes italiennes de la fin du Moyen-Âge en banques. C’est l’invention de la comptabilité en partie double qui avait décidé de cette évolution.

Plus tard, quand les premières banques d’Etat ont été créées, elles l’ont été dans le but de mieux maîtriser cette capacité de crédit ouverte par la partie double qui impliquait de nombreux risques, et toutes utilisèrent la partie double. Selon moi, les premières banques centrales n’ont pas inventé l’unité de compte moderne, elles l’ont seulement sécurisée et étendue. Cette unité de compte était déjà définie pleinement dans les règles de la comptabilité à partie double. Elle avait déjà donné lieu au développement de nombreuses banques privées et même, ce point est important, de banques publiques, comme le Banco della Piazza di Rialto à Venise qui gérait aussi la trésorerie de l’Etat vénitien[7]. La banque d’Amsterdam a donc utilisé le même système que toutes les banques de l’époque au moment de sa création, mais en tâchant de le sécuriser de plusieurs manières. Premièrement en l’adossant à la crédibilité de la ville d’Amsterdam, deuxièmement en soutenant la valeur de sa monnaie, y compris en recourant à des opérations d’open market, et c’est là sa véritable réussite[8]. En effet, une fois acquise la stabilité de la Wissenbank et de sa monnaie de compte, les déposants de toute l’Europe eurent intérêt à l’utiliser comme une plateforme bancaire internationale, et cette efficacité poussa les autres pays à créer des banques centrales sur son modèle.

Cette analyse des origines de la monnaie moderne découle d’une analyse comptable rigoureuse. C’est ce qui la rend attrayante quand on la projette sur l’histoire de la monnaie. Je crois pouvoir dire qu’elle tient bon quand on la confronte aux grands faits historiques. Néanmoins, elle doit être davantage encore soumise à l’analyse historique pour se voir confirmée, infirmée ou nuancée. D’ores et déjà cependant, il me semble qu’elle permet de mieux relier certains évènements entre eux, et ce faisant elle permettra je l’espère, d’écrire la véritable histoire de la monnaie moderne et ainsi de mieux conceptualiser celle-ci.

C’est pourquoi je voudrais retracer cette nouvelle histoire de la monnaie moderne afin de démontrer qu’elle est née de la comptabilité à partie double. Les étapes de cette histoire de la monnaie constitueraient alors le plan de la première partie de ma thèse.

[1] Introduction à la comptabilité bancaire, Michèle Formagne, RB éditions, 2015.

[2] La monnaie et ses mécanismes, Dominique Plihon, éditions la Découverte, 2013.

[3] Notamment dans le passionnant : L’Evolution de la lettre de change, XIVè – XVIIIème siècle, Raymond de Roover, Editions Jean Touzot, 1953.

[4] William Roberds & Stephen Quinn, 2007. The Bank of Amsterdam and the Leap to Central Bank Money,  American Economic Review, American Economic Association, vol. 97(2), pages 262-265, May.

[5] William Roberds & Stephen Quinn, 2005. The Big Problem of Large Bills: The Bank of Amsterdam and the Origins of Central Banking2005 Meeting Papers 318, Society for Economic Dynamics.

[6] Je l’ai fait en détail sur mon ancien blog de recherche : https://ecostatshistoire.wordpress.com/2016/12/04/monnaie-et-comptabilite/

[7] Il Banco della Piazza di Rialto, première banque publique vénitienne, Ugo Tucci, Cahiers de la Méditerranée, Année 1981  Volume 5  Numéro 1  pp. 155-169.

[8] Quinn, Stephen & Roberds, William, 2014. How Amsterdam got fiat moneyJournal of Monetary Economics, Elsevier, vol. 66(C), pages 1-12.


Une réflexion au sujet de « Pour une nouvelle histoire de la monnaie »

  1. Pourriez-vous expliquer en quoi votre thèse est en rupture ou explicite le travail d’Aglietta dans son « La monnaie entre dette et souveraineté » p 46 et sq dans la mesure où, pour lui, la comptabilité en partie double est la représentation des positions des acteurs quant à une reconnaissance de la valeur sociale de
    leurs initiatives privées par la monnaie ? (ce d’autant plus que la lettre de change est déjà un effort d’abstraction qui permet de s’abstraire d’un lien trop « naturel » avec la monnaie métallique)
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *