Le rôle des banques centrales dans l’émergence de la monnaie moderne

 La formation des banques publiques centrales : une sécurisation de la monnaie de crédit (16e-17e siècles)

Les premières grandes banques publiques, en commençant par la première d’entre elles : le Banco della Piazza di Rialto à Venise au 16e siècle, s’inscrivirent dans la continuité de l’évolution des siècles précédents. Elles avaient principalement pour but d’éviter les faillites en engageant la responsabilité et la crédibilité des Etats auxquels elles appartenaient[1]. Mais elles n’étaient pas du tout différentes dans leurs fonctions des banques privées qui les avaient précédées. Elles géraient exactement le même type d’opérations que celles-ci, recevaient des dépôts et permettaient le fonctionnement des crédits entre les déposants. Cherchaient-elles à s’enrichir par leur activité en réalisant des plus-values ? Peut-être pas à Venise, où le Piazzo di Rialto joua davantage le rôle de plateforme que d’acteur du crédit. Mais au contraire la banque d’Amsterdam, étroitement liée à la compagnie des Indes orientales et à la bourse d’Amsterdam, était clairement une récupération par le nouvel Etat des Provinces-Unies, issu de la longue révolte contre l’Espagne, des mécanismes de la monnaie moderne. A Amsterdam au début du 17e siècle, tout se passe en effet comme si les mécanismes de la monnaie de crédit moderne, nés et perfectionnés en Italie, étaient récupérés par les Hollandais au service du développement de leur nouveau pays. Sans surprise, la monnaie de crédit est étroitement associée au commerce (avec la compagnie des Indes) et à la bourse, car c’est ce triptyque commerce-finance-partie double qui permet l’expansion de la monnaie moderne. La nouvelle bourgeoisie marchande au pouvoir dans ce pays ne se contente donc pas de bâtir les institutions politiques qui lui octroient le pouvoir, elle utilise et perfectionne le système de financement moderne que permet le maniement de la partie double pour asseoir son pouvoir économique, à l’imitation de Venise.

Car quand elles furent créées, les banques centrales utilisèrent la comptabilité en partie double, puisque c’était cette technique qui permettait le fonctionnement de la monnaie moderne. Elles n’inventèrent donc rien à cet égard, tout ayant été fixé depuis longtemps par les comptables italiens des 13e et 14e siècles.

Cependant, la banque d’Amsterdam parvint, au 17siècle, à maintenir la valeur de sa monnaie de crédit et à la prémunir contre les attaques des monnaies étrangères par des interventions d’open market[2]. Cette victoire attira tous les acteurs économiques et financiers de l’Europe vers cette banque, et celle-ci devint la plateforme mondiale des échanges de monnaie moderne. Les autres pays européens, à commencer par les pays protestants mais pas seulement, cherchèrent alors à construire des banques centrales sur son modèle, afin d’utiliser à leur tour une monnaie de crédit moderne et sécurisée. Toutes utilisèrent la seule méthode connue qui permettait d’utiliser cette monnaie moderne : la comptabilité en partie double.

 Les Etats utilisent et étendent la monnaie de crédit (16e-17e-18e siècles)

Un point important de ce développement de la monnaie de crédit moderne est l’utilisation qui en fut faite par les Etats. Ceux-ci, à l’image des grands marchands, avaient un grand intérêt à se servir de la monnaie de crédit moderne car elle accroissait leurs revenus. C’est pourquoi ils cherchèrent à la développer en créant de grandes banques publiques ou centrales. C’est aussi pour cela que les Trésors publics de nombreux pays ouvrirent auprès de ces banques un compte de dépôt afin de pouvoir utiliser la monnaie issue de la partie double, et ainsi accéder au crédit[3] plus facilement. Ce faisant, non seulement ils intervinrent pour développer et sécuriser le système déjà ancien de la monnaie de crédit, mais ils augmentèrent aussi l’utilisation de cette monnaie dans l’économie.

Leur utilisation de la monnaie moderne doit donc être étudiée attentivement, car elle joue en fait un rôle d’entraînement décisif dans la généralisation de la monnaie de crédit. Il me faudra donc étudier l’action et l’attitude qu’ont eu les Trésors publics vis-à-vis de cette innovation, d’abord simples emprunteurs auprès de grands banquiers privées, comme la Monarchie espagnole vis-à-vis des banquiers génois au 16e siècle, puis déposants auprès des banques publiques comme l’Etat vénitien auprès du Banco della Piazza di Rialto, enfin initiateurs et protecteurs de la monnaie de crédit aux 17e et 18e siècles avec le développement des banques centrales et des grandes compagnies nationales.

 Le retour du prêt à intérêt (16e-17e-18e siècles)

A quel moment le prêt à intérêt a-t-il été réintroduit dans le système bancaire ? Cette question est moins évidente qu’il n’y paraît car économistes et historiens, en raison du manque d’attention qu’ils accordent généralement aux mécanismes de la comptabilité en partie double, peinent à décrire précisément le fonctionnement du prêt gagé, et en quoi il se différencie du prêt à intérêt. Ils distinguent mal les différentes dimensions de la monnaie : monnaie métallique d’une part, délais de paiement basés sur cette monnaie métallique devenant progressivement la monnaie de crédit moderne d’autre part. Aussi n’ont-ils pas accordé toute l’importance requise à la question de savoir quand ce prêt à intérêt fait son apparition en partie double. Il s’agit de savoir à quel moment le prêt à intérêt simple est de nouveau utilisé comme moyen de rémunération du crédit pour la banque à la place de la plus value sur la vente d’une marchandise. Dit encore autrement, il s’agit de savoir à quel moment le taux d’escompte a été inventé par les banques centrales.

C’est la Réforme luthérienne, puis surtout calviniste, au 16e siècle, qui permit la réintroduction du prêt à intérêt commercial et entre particuliers dans plusieurs pays. Cependant, ce prêt à intérêt fut réintroduit bien plus tard dans le système bancaire, et il semble par exemple que la banque d’Amsterdam ne l’utilisait pas directement au 17e siècle, raison pour laquelle les marxistes rejetaient son appartenance au capitalisme moderne. Cela n’a rien d’étonnant car on a vu que le système comptabilité en partie double – monnaie de crédit – marchés financiers fonctionnait comme un efficace moyen de contourner ce prêt à intérêt, et s’était en fait révélé bien plus efficace pour octroyer des crédits qu’un simple système de monnaie métallique où le prêt à intérêt aurait été autorisé. Cependant, la réforme protestante acquise après de longues luttes dans le nord de l’Europe, il n’y avait plus de raison religieuse d’interdire le prêt à intérêt bancaire dans ces pays. Si l’on suit l’avis de Sidney Homer et Richard Sylla[4], c’est la Banque d’Angleterre, qui l’introduisit définitivement en s’inspirant des  inland bill of exchange à la fin du 17e siècle, pratiqués par les goldsmiths.

En France il semble que c’est au début du 18e siècle, et malgré l’interdiction de l’Eglise que le prêt à intérêt commença progressivement à être autorisé, avant que la Révolution et surtout l’Empire ne l’encadrent définitivement[5]. Au moment de la création de la Banque de France puis de l’octroi du privilège d’émission par Napoléon, celle-ci utilise le prêt à intérêt dans sa comptabilité[6].

Nous avons vu que la monnaie moderne, la comptabilité en partie double et les marchés financiers semblent s’être formés comme un système connecté permettant à l’origine de se détacher des métaux précieux et de contourner le prêt à intérêt. Au cours des siècles, ce système s’est lentement mais sûrement perfectionné, chaque pays, chaque génération, apportant à son tour une amélioration adoptée ensuite par les autres. A la fin du 18e siècle, la monnaie moderne est déjà bien en place, de nombreuses banques centrales sont créées, la monnaie de crédit circule de façon sécurisée et accompagne les développements de la Révolution industrielle. L’interdit religieux qui fut à l’origine de cet outil forgé par les siècles a lui aussi pris fin, et l’on a réintroduit le prêt à intérêt sans modifier la nature du système lui-même. De ce fait, on a conservé la grande efficacité pratique de la monnaie de crédit tout en introduisant le prêt à intérêt comme un outil de pilotage de cette monnaie, même si l’intérêt est encore payé en monnaie métallique.

Quand Henry Thornton, banquier et économiste anglais, publie en 1802 son traité de politique monétaire[7], le système financier qu’il décrit est suffisamment moderne et proche du nôtre pour que sa pensée soit considérée encore aujourd’hui comme le fondement théorique de l’action des banques centrales. Cet auteur est d’ailleurs considéré comme un précurseur et comme ayant eu une grande influence sur Knut Wicksell, dont l’œuvre influencera elle-même très profondément celles de Keynes et Hayek.

Mais cependant, si le taux d’intérêt est bien apparu dans les comptes des banques centrales, sous la forme du taux d’escompte, il s’agit toujours d’un prêt à intérêt payable en monnaie métallique, et non pas en monnaie de crédit comme dans le système moderne. C’est pourquoi son utilité est limitée et pas nécessairement supérieure au système de prêt gagé. C’est la raison pour laquelle le prêt gagé se maintient tout au long du dix-neuvième siècle, comme en atteste le débat britannique à la chambre des communes entre bullionistes et anti-bullionistes[8]. Il faudra certainement attendre le XXème siècle, et la fin de toute référence à la monnaie métallique, c’est-à-dire la fin de l’étalon-or, pour que l’intérêt moderne, payé lui-même en monnaie de crédit, soit mis en place dans le système bancaire.

 

[1] Il Banco della Piazza di Rialto, première banque publique vénitienne, Ugo Tucci, Cahiers de la Méditerranée, Année 1981  Volume 5  Numéro 1  pp. 155-169.

[2] William Roberds & Stephen Quinn, 2007. The Bank of Amsterdam and the Leap to Central Bank Money,  American Economic Review, American Economic Association, vol. 97(2), pages 262-265, May.

[3] A History of the Interest Rate, Sydney Homer, Richard Sylla, John Wiley & Sons, 4th edition, 2005.

[4] A History of the Interest Rate, Sydney Homer, Richard Sylla, John Wiley & Sons, 4th edition, 2005.

[5]Le prêt à intérêt (I) : Petite histoire française du prêt à intérêt, blog de Paul Jorion, http://www.pauljorion.com/blog/2014/11/28/le-pret-a-interet-i-petite-histoire-francaise-du-pret-a-interet-par-zebu/

[6] La Banque supérieure – La Banque de France de 1800 à 1914, Yves Leclerc, Bibliothèque de l’économiste, Paris, 2009.

[7] An Inquiry into the Nature and Effects of the Paper Credit of Great Britain, Henry Thornton, 1802.

[8] Esposito Marie-Claude, « Le contrôle de l’émission de monnaie en Grande-Bretagne au XIXe siècle : avancées et limites du Bank Charter Act de 1844 », Histoire, économie & société, 2009/2 (28e année), p. 59-74. DOI : 10.3917/hes.092.0059. URL : http://www.cairn.info/revue-histoire-economie-et-societe-2009-2-page-59.htm


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *