La victoire définitive de la monnaie de crédit moderne (19e – 20e siècles)

Les billets de banque et la généralisation de la monnaie de crédit (18e -19e siècle)

L’histoire de l’expansion des billets de banque et des chèques est en fait l’histoire de l’extension de l’utilisation de la monnaie de crédit aux masses populaires, et elle commença à la fin du 17e siècle. Les banques italiennes de la Renaissance avaient déjà fait circuler des précurseurs de ces billets de banque[1]. D’ailleurs quand la banque d’Angleterre a émis ses premières banknotes, elle s’est basée sur le fonctionnement des nota di banco des banques italiennes de la Renaissance. Mais ce qui a permis la massification de l’utilisation de ces billets, c’est la sécurisation de la monnaie de crédit qu’avait réussie la Banque d’Amsterdam au début du 17e siècle et que poursuivait la Banque d’Angleterre contre la dépréciation de cette monnaie moderne par les monnaies de mauvaise qualité. Cette lutte pour la stabilisation se poursuivit d’ailleurs tout au long du 18e siècle, et fut émaillée de nombreux accidents dans tous les pays, en particulier au moment des guerres qui les opposaient[2].

Mais après les guerres Napoléoniennes, cette stabilité fut à peu près acquise, et les billets se répandirent largement dans tous les pays riches. Le privilège d’émission fut en général octroyé aux banques centrales, car on prit conscience qu’il fallait maîtriser l’émission de monnaie de crédit pour sécuriser sa valeur. Les banques centrales devinrent alors la clé de voûte de la monnaie moderne, puisqu’elles pouvaient piloter la monnaie de crédit en émettant les billets de banque grâce au taux d’intérêt qu’elles pouvaient moduler à leur guise, dans la limite où celui-ci restait attaché à la monnaie métallique, donc au stock d’or. La Banque de France symbolise bien à cette époque la prise de conscience de l’importance économique des banques centrales.

Les banques centrales deviennent prêteurs en dernier ressort (19e siècle)

Pour parachever la monnaie moderne, il manquait encore un élément essentiel : que les banques centrales assurent officiellement la liquidité générale du système bancaire et monétaire. Il fallait qu’en cas de crise ou de faillites de banques privées, elles prêtent à ces banques pour leur éviter la faillite et sécurisent ainsi complètement le fonctionnement de la monnaie de crédit. Il fallait qu’elles deviennent préteurs en dernier ressort[3].

Eviter les faillites des banques privées tout en continuant à utiliser le système de la monnaie de crédit, c’était là l’objectif de la première grande banque publique, le banco della piazza di Rialto au 16e siècle à Venise. Mais le système complexe et contre-intuitif de la monnaie de crédit, basé sur l’obscure méthode de la comptabilité à partie double, mit bien longtemps à être pleinement maîtrisé et rationnellement utilisé par la masse des hommes, et ce n’est qu’après de nombreuses expériences et de patientes adaptations que le système de la monnaie de crédit moderne parvint à être maîtrisé par la banque centrale au 19e siècle.

A ce moment-là dans la plupart des pays, la banque centrale devint définitivement ce qu’elle avait depuis toujours vocation à être : l’organisatrice du bon fonctionnement de la monnaie de crédit dans l’économie. En jouant le rôle de prêteur en dernier ressort, elle devenait la garantie de la monnaie de crédit.

La fin de la monnaie métallique (19e – 20e siècle)

La monnaie de crédit semble donc atteindre au 19e siècle un haut niveau de perfectionnement. Mais cependant, bien que son utilisation se généralise et permette l’épanouissement de la Révolution industrielle, elle demeure conceptuellement liée à la monnaie métallique depuis ses origines. Aucune des grandes réformes qui ont permis son expansion depuis le 13e siècle n’a jamais rompu ce lien. La partie double a permis de codifier rigoureusement son existence, puis la croissance des bourses de valeur a financé son expansion, les premières banques privées assurant sa gestion, puis les grandes banques publiques garantissant sa valeur, répandant son utilisation, pilotant sa circulation par le rétablissement du taux d’intérêt. La monnaie de crédit est désormais gérée de façon suffisamment solide pour irriguer toute l’économie d’une nation et être utilisée par tous ses membres, des plus riches aux plus humbles, le tout sous le contrôle d’une banque centrale liée à l’Etat.

Mais cependant cette monnaie qui semble circuler en parallèle à la monnaie métallique, elle circule toujours pour le compte de cette monnaie métallique. On a vu que l’intérêt payé aux banques l’était toujours en monnaie métallique, faisant dépendre la variation de la masse de monnaie de crédit du stock de monnaie métallique existant. Il y a là un paradoxe qui ne manqua pas de frapper les économistes et les banquiers des 19e et 20e siècles. Ils se demandèrent si cet arrimage était nécessaire. Ils se demandèrent s’il n’était pas possible de détacher la monnaie moderne de la monnaie métallique, c’est-à-dire des métaux précieux, de cet or qui avait toujours été synonyme de monnaie. Certains pensèrent que c’était impossible et cherchèrent plutôt à fixer rationnellement des parités entre les monnaies de crédits et l’or. Mais devant l’évolution des faits économiques, et en particulier devant la nécessité de financer les deux Guerres Mondiales, ce système se brisa définitivement[4].  La pensée économique, en particulier celle de Keynes, fournit les outils théoriques pour accompagner cette mutation nécessaire. Ainsi peut-on lire à mon avis la crise de l’étalon-or au 19e siècle et surtout dans les années 30. Elle fut la dernière phase de l’émancipation de la monnaie de crédit : son autonomisation complète de la monnaie métallique et la disparition de celle-ci. Sans doute la convertibilité en or du dollar fut maintenue après la Seconde Guerre Mondiale, mais les accords de Jamaïque mirent définitivement fin à ce système en 1976.

C’est sans doute au moment de la rupture avec l’étalon-or que fût mis en place le système du taux d’intérêt bancaire payé non plus en monnaie métallique mais en monnaie de crédit elle-même. Cette monnaie de crédit devenait ainsi parfaitement autonome, auto-référentielle, et le taux d’intérêt des banques et de la banque centrale devint un outil parfaitement souple et modulable sans autre limite que la volonté des autorités monétaires. Le taux d’intérêt des banques et surtout de la banque centrale acquit ainsi l’importance décisive que nous lui attribuons, de nos jours, dans la politique monétaire d’un pays.

Désormais et jusqu’à nos jours, la monnaie de crédit avait complètement supplanté la monnaie métallique.

 

[1] L’évolution de la lettre de change, XIVème – XVIIIème siècles. Raymond de Roover, Paris, Armand Colin, 1953.

[2] A History of the Interest Rate, Sydney Homer, Richard Sylla, John Wiley & Sons, 4th edition, 2005.

[3] « Lender of Last Resort: What Have We Learned Since Bagehot? » Freixas, X.; Giannini, C.; Hoggarth, G.; Soussa, F.  Journal of Financial Services Research, 2000.

[4] The gold standard in theory and history. Eichengreen, Barry J.; Marc Flandreau New York City: Routledge. 1997.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *