Comment le libéralisme a amené Hitler au pouvoir

Le Reichstag dans les années 30

Berlin, 15 décembre 1932. Alors que l’hiver est déjà bien avancé, la jeune démocratie allemande née à Weimar 13 ans plus tôt, vacille. Certes la République, soudainement apparue après la défaite, a surmonté bien des difficultés. N’a t-elle pas su renverser l’Empereur Guillaume II, héritier d’une famille qui régnait depuis plus de deux siècles sur la Prusse? N’a-t-elle pas su écarter la Révolution communiste, en écrasant dans le sang ceux qui prétendaient lui substituer l’avant-garde prolétarienne qui, ayant pris le pouvoir à Moscou, appelait à présent à la Révolution mondiale? N’avait-elle pas réussi à stabiliser le mark, qui en 1923, avait atteint, à comparer de celui de 1913, une inflation de 15 437 000 000 000%? Enfin le ralliement de la droite à cette Révolution sociale démocrate, symbolisée par le loyalisme du militaire le plus réputé du pays, le chef d’Etat-Major de la Grande Guerre, le vainqueur des Russes à Tannenberg, le Maréchal Von Hindenburg, élu Président en 1925, n’était-il pas le signe d’un prestige nouveau, à l’intérieur, comme à l’étranger, pour un régime qui en manquait tant jusqu’alors?

Mais en 32, la situation se dégrade considérablement. L’Allemagne est plongée en pleine crise économique. Son PIB chute une nouvelle fois de 7%, ses exportations de 31%, son taux de chômage passe de 13% à 17%. Sur 18 millions de salariés, 6 millions sont au chômage complet, 8 millions en chômage partiel. Les caisses d’allocations chômage, taillées à la serpe par les politiques de la sainte rigueur, n’indemnisent que 1,8 millions de personnes. Les autres, livrés à eux-mêmes, luttent pour manger à leur faim, l’agriculture, organisée par les grandes propriétés desJunkers, étant entrée en crise, comme l’artisanat le commerce, les services et l’industrie. D’autre part les capitaux étrangers ont fui l’Allemagne, entraînant en partie la faillite d’un système bancaire réorganisé et partiellement nationalisé.

Cette situation a favorisé l’émergence des partis extrémistes. Le NSDAP d’Adolf Hitler, bien qu’en pleine crise interne en cette fin d’année et en forte perte de vitesse, reste le premier parti du pays et possède 196 sièges au Reichstag, c’est-à-dire le tiers du Parlement allemand. Le parti social-démocrate (SPD) en détient 121, le parti communiste (KPD),en pleine progression,100 et les chrétiens démocrate (Zentrum) 70. Ces résultats ont rendu toute majorité à l’Assemblée impossible, et après d’incessantes dissolutions, les chanceliers, nommés finalement par le Président Hindenburg, gouvernent désormais sans soutien parlementaire, sur la base de l’article 48 de la Constitution.

Le Maréchal Hindenburg pendant la Première Guerre Mondiale

Hindenburg et Ludendorff pendant la Première guerre Mondiale

La représentation ne pouvant s’exercer au Reichstag, c’est désormais dans la rue que la lutte politique se développe; et celle-ci n’utilise plus les discours des députés, mais bien les armes des miliciens. Chaque dissolution est l’occasion d’un renforcement de la violence, d’un développement de la propagande, rendant l’organisation d’élections de plus en plus risquée. Le 17 juillet à Hambourg, un affrontement entre Nazis et communistes fait 18 morts (le dimanche rouge d’Altona). Le 1er aôut, des combats de rue font 20 morts. Le 10, un ouvrier communiste est piétiné à mort, chez lui, par des militants SA. Jugés, condamnés à mort, âprement défendus par Hitler, ils seront finalement graciés honteusement le 2 septembre.

Le « Général social »

C’est que la politique de violence des milices hitlériennes s’impose peu à peu à la société, jusqu’à la justice. Pourquoi, dans ces conditions, les milices ne se substituent-elles pas à l’armée comme Mussolini l’a fait en Italie 8 ans avant? Pourquoi Hitler s’obstine-t-il à se faire nommer Chancelier dans le cadre de la légalité républicaine? Parce que pour l’instant, l’armée allemande, la Reichswehr, s’oppose à Hitler et défend le régime. A sa tête, homme de l’ombre et faiseur de cabinets, le Général Von Schleicher. D’abord Ministre de la Défense dans le cabinet Von Papen, en fait Eminence Grise de Hindenburg, il combat obstinément le nazisme. Il est le dernier rempart face à Hitler, puisqu’étant maître de l’armée, il est maître des destinées de l’Allemagne, et du monde.

Mais avec l’échec du cabinet Von Papen, avec l’approfondissement de la crise, la conversion insidieuse d’hommes d’influence à la dictature hitlérienne, l’accession d’Hitler à la chancellerie devient chaque jour moins improbable. Des forces invisibles jouent dans l’ombre en sa faveur et la République de Weimar est sur le point de tomber définitivement.

Face à ces dangers, Hindenburg, au seuil de la mort, soumis à diverses influences, abat la dernière carte de la démocratie: Il nomme Von Schleicher à la fois Ministre de la Défense et Chancelier. Sans plus de majorité que ses prédécesseurs, celui-ci compte gouverner avec les syndicats et l’aile gauche du parti nazi qu’il réussirait ainsi à diviser et sans doute à détruire. Pour ce faire il comprend qu’il est primordial de sortir de la crise économique et de s’extraire des dogmes économiques qui mènent l’Allemagne au chaos. La rigueur ne fonctionne pas, il faut une politique d’expansion économique menée par l’Etat et soutenue par la Reichsbank.

Le "Général Social" parle aux Allemands

Le Général Von Schleicher parle à la radio allemande

Cette politique, il décide de l’expliquer. Ce 15 décembre, seul face à « l’énorme mouvement », face aux « forces secrètes de l’Histoire et de la nécessité » (pour reprendre Hannah Arendt) qui s’apprêtent à jeter les Hommes dans les bras du Totalitarisme nazi, Kurt Von Schleicher, le « Général social »comme il se définit lui-même, parle à la radio au peuple allemand:

« J’ai ressenti une grave répugnance à accepter la charge de Chancelier. En particulier parce que voir un Ministre de la Défense devenir Chancelier a comme un parfum de dictature militaire et parce qu’il y a un danger que le cumul de ces deux postes traîne beaucoup trop l’armée dans la politique. Mais la considération que faire cela éclairera fortement la gravité de la situation dans laquelle nous sommes et tendra à rendre plus calme certains fauteurs de troubles, rendant ainsi inutile le déploiement de l’armée, m’a convaincu de mettre de côté mes réticences.

Par conséquent je veux demander à tous mes citoyens de voir en moi non pas seulement le soldat, mais aussi l’administrateur des intérêts de toutes les couches de la population pour, je l’espère, une brève période d’urgence. Je ne suis pas venu pour apporter l’épée, mais pour apporter la paix.

Je pense que je peux dire cela, puisque mes opinions sur la dictature militaire ne datent pas d’hier et sont bien connues. Comme je l’ai déjà dit, on ne s’assoit pas confortablement sur les bords aiguisés des baïonnettes. Sur le long terme, on ne peut pas légiférer sans avoir un large soutien du peuple derrière soi. Un tel soutien, mon gouvernement doit le nourrir par ses actes.(…)

[Mon] programme consiste uniquement en un point: créer du travail! Toutes les mesures que le Reich va introduire dans les prochains mois serviront plus ou moins ce but unique. En voyageant à travers l’Allemagne les semaines passées,j’ai nourri la conviction que les allemands de toutes les couches sociales sont dominés par une pensée: Donnez-nous du travail et ainsi l’espoir d’une reprise économique! Vraiment rien d’autre ne nous intéresse, et moins que tout les changements constitutionnels et autres finesses qui ne remplissent pas nos estomacs.

Dans notre peuple vit une volonté de créer, de produire, qui ne peut être étouffée par aucun échec. Dans toutes les couches de la société, il y a le même courage et la même détermination que nous avons vu pendant la guerre, pour combattre la profonde souffrance économique de notre temps. Ceci mérite la plus grande admiration et par conséquent soutenir cette détermination et ce combat doit être la loi suprême de la direction de l’Etat, indépendamment de toutes les conditions économiques ou autres. Un moral de désespoir et de catastrophe doit être empêché. Et cela ne peut être atteint que si des considérations psychologiques, autant qu’économiques, sont appliquées à notre politique de création d’emplois.(…)

Nul ne peut réconforter des gens qui sont proches de désespérer par des élaborations qui, selon les lois de la « rationalité » économique affirment que chaque dépression sera finalement suivie d’une reprise. Les gens veulent voir une aide tangible et immédiate. Donc nous devons construire les barrages à temps, de sorte que les flots ne nous inondent pas avant que la reprise d’un cycle économique nous fasse sentir ses effets. C’est ce que nous devons faire même si ces barrage ne correspondent pas à 100% aux strictes lois de la « rationalité » économique. (…)

Sans doute une telle politique de création d’emplois encourt de plus grands risques qu’une expansion normale ne le ferait. Le programme doit être basé sur les moyens existants de production inemployés, à des fins de maintenance et d’amélioration. Ce qui est décisif, c’est que nous avons trouvé la solution pour financer le programme duquel est catégoriquement exclue toute inflation. Ceci est assuré à travers la collaboration du Président de la Reichsbank Luther, qui peut être appelé le protecteur suprême de la monnaie. (…)

Pour résumer nous pouvons caractériser la situation financière comme cela: « Nous réussirons avec le budget du Reich, sans introduire de nouvelles taxes, et sans réduire les salaires des fonctionnaires ». Il s’agit d’un progrès certain en comparaison des deux dernières années de crise.(…) »

Hindenburg a 86 ans en 33

Hindenburg a 86 ans en 33

Comme aujourd’hui, on sent le poids de la chape de plomb idéologique qui pèse sur Schleicher, contraint de se justifier péniblement de donner du travail à son peuple plutôt que de suivre les recommandations des ancêtres d’Alain Minc. Son programme économique en fait s’appuie essentiellement sur les travaux d’un économiste allemand de l’époque, membre de la Société Friedrich List, Wilhem Lautenbach.

Dans un memorandum datant de 1931, il écrit: « La pente naturelle pour résoudre une urgence économique et financière n’est pas de réduire l’activité économique mais de l’accroître. » Face à un choc économique, explique-t-il, les politiques de rigueur budgétaires accroissent certes la compétitivité, mais par leur impact négatif sur la demande intérieure, elle causent des pertes aux entreprises qui sont supérieures aux gains de compétitivité. Elles sont donc à terme inefficaces, puisqu’elles accroissent le déficit budgétaire qu’elles prétendaient combattre, par la baisse des recettes de l’Etat. Elles « mènent inévitablement à une complète catastrophe économique et politique. »

Il se prononce donc en faveur d’investissements publics ayant un impact positif global et qui auraient été fait sans la survenance de la crise. Pour les financer, sachant que les capitaux étrangers ont fui et que l’épargne intérieure est faible, il n’y a d’autre choix que de courir à la Reichsbank par un système de financement de projet au cas par cas visant à empêcher l’inflation. Des agences de l’Etat donnent leur accord à des projets proposés par des firmes privées s’ils répondent à des « projets nécessaires » et la Reichsbank fournit alors à l’entreprise, les crédits nécessaires définis par l’agence.

On peut noter qu’il s’agit bien de création monétaire de la banque centrale, mais en s’assurant de la productivité future de l’investissement, l’inflation est effectivement efficacement tenue en bride, bien que potentiellement la lourdeur de la procédure pourrait freiner l’étendue de l’investissement. L’analyse de Lautenbach est donc proche de celle de Keynes sur l’explication de la crise mais elle en diffère sur les solutions, en particulier sur l’utilisation de la monnaie (Keynes étant favorable à l’expansion monétaire).

Mais à quoi faisait allusion Lautenbach à propos des politiques de déflation, contre qui Von Schleicher semblait-il chercher à s’imposer dans son discours radio? Comment en était-on arrivé à un tel état de délabrement de l’économie allemande et par ricochet de sa scène politique? La politique économique des deux prédécesseurs de Schleicher à la Chancellerie, Von Brüning et Von Papen nous en apporte la réponse.

Le  « Chancelier de famine »

L’Allemagne des années 20 voit l’expansion du Sozialstaat,salaires suivant peu ou prou la productivité, politiques d’emplois publiques, assez forte pression fiscale. En revanche sa croissance est assez faible et depuis la stabilisation du Mark en 1924, sa monnaie, gagée sur l’or, est forte. De même ses exportations ont faibli et sa part dans le commerce mondiale n’est plus que de 6,8% en 1925, contre 7,2% pour la France par exemple (en 1913, la France était au même niveau mais l’Allemagne à 13,1%.). Alors que la France, dont le franc se déprécie à la même époque, connaît les années folles de la croissance et du renforcement de la compétitivité de ses industries, l’Allemagne ne parvient pas à se relancer, en grande partie à cause de la surévaluation de sa monnaie.

La principale conséquence de ce diagnostic, c’est la faiblesse de l’Investissement productif, qui va provoquer dès la fin de 1928 la récession de l’économie allemande. La part de l’investissement dans le produit national net allemand passe ainsi de 15,2% sur la période 1910-1913 à 11,1% pour 1925-1929.

la crise de 29 en Allemagne

Ce sont les obstacles aux exportations allemandes à l’étranger (notamment les dévaluations), et la faiblesse de l’investissement productif qui ont entraîné la baisse de production (selon Holtferich). La structure concentrée des entreprises allemande (konzerns) aurait également favorisé le développement du chômage.

En 29, le PIB se contracte de 1,5%, le chômage monte à 5,9%. Dès mars 1930, Hindenburg, devant le blocage du Parlement, d’accord sur aucune majorité, nomme Von Brüning à la Chancellerie sur les conseils de Von Schleicher. C’est déjà la fin du parlementarisme allemand. Le chancelier gouvernant par décrêt. Il deviendra bientôt le « Chancelier de famine » dénoncé par les communistes.

En effet, face à la baisse des recettes de l’Etat due à la diminution des recettes (impôts) et à l’augmentation des prestations sociales (hausse du chômage), face à la dégradation de la balance commerciale allemande, Brüning décide d’un programme de déflation pour diminuer les dépenses de l’Etat et relancer la compétitivité des entreprises. Cependant la récession s’accentue en 1930, le Pib chutant de 7,8%, les exportations de 5,2%, le chômage passant à 9,1%. Aux élections législatives de septembre, Les nazis obtiennent 18% des suffrages contre à peine 2,6 % en 1928.

Mais en 1931, la situation s’aggrave dramatiquement, Le Danat, grande banque allemande, fait faillite, emportée par la crise américaine et la faillite du Credit Anstalt de Vienne. Les banques allemandes sont trop exposées à l’étranger, leurs fonds propres sont trop faibles, enfin elles utilisent l’épargne de long terme pour financer des crédits de court terme. Le système bancaire allemand est au bord de l’effondrement. L’Etat doit intervenir et recapitaliser les banques, transformant ses prêts en participations au capital. Mais le crédit s’en trouve considérablement amoindri, renforçant la dépression sur l’activité industrielle, pourtant en pleine chute. Pour 31, le PIB chute encore de 7,8%, les exportations de 9,1%, le chômage enfle encore à 13,9%.

Franz "Guizmo" Von Papen

Franz  Von Papen

De plus, les capitaux étrangers fuient à présent en masse l’Allemagne réduisant encore les possibilités de relance de la production et menaçant la parité-or du mark. Face à cette situation Brüning se refuse à dévaluer. Il entame certes une timide politique de contrôle des changes (ce qui revient à une dévaluation), mais il remonte le taux d’escompte de la banque central, ce qui en annule les effets. Le mark reste fort alors que la Grande Bretagne, grand concurrent industriel de l’Allemagne, contre toutes les attentes et les croyances, a dévalué sa monnaie en septembre 31. Les industries allemandes sont proprement étranglées.

Pour réaliser l’ajustement nécessaire, c’est-à-dire pour équilibrer et le déficit budgétaire et le déficit commercial, infinançables sans dévaluation, Brüning compte sur la réduction du salaire des fonctionnaires, deux fois baissés de 10%, sur l’augmentation de 5% de l’impôt sur le revenu, sur la réduction des aides au chômage, au logement, aux cantines scolaires, provoquant encore plus de misère, et encore moins d’activité économique.

Il en appelle à « poursuivre les efforts » ne pas s’arrêter à « 5 mètres du but », mais personne ne semble en voir la fin. Après des manœuvres de Schleicher, c’est Von Papen qui le remplace en juin 32 et qui avec ses « plans de septembre » porte avec Brüning la responsabilité de la désastreuse année 1932: -7,6% de « croissance », -31% d’exportations, chômage porté à 18%, les 5 mètres semblaient bien longs…

C’est la République elle-même qui est tenue responsable de cette situation par une grande partie du patronat. Sous la férule d’Halmaj Schacht, l’ancien gouverneur de la Reichsbank, elle aura bientôt de moins en moins de scrupules à défendre ses întérêts dans un cadre dictatorial, ignorant sans doute que la manœuvre lui serait à elle-même fatale.

distribution de soupe par l'armée pendant la crise

distribution de soupe par l’armée pendant la crise

Pourquoi cette politique a-t-elle été menée?

La surévaluation du Mark

Tout au long de la crise, le maintien de la parité-or du mark aura étranglé l’économie allemande. Alors que ses concurrents et clients dévaluaient leur monnaie (Suède, Danemark, Norvège, Royaume-Uni, Hongrie, Canada, Irlande, Tchécoslovaquie, Bulgarie… dès 1931), Brüning s’entêtait dans une politique de maintien du mark, réduisant les exportations allemandes dans des énormes proportions. Paradoxe, quand Halmaj Schacht, devenu ministre des Finances d’Hitler, appliquera une politique drastique de contrôle des changes en 1934, équivalant à une dévaluation de 20% du mark, et alors même que l’Allemagne se coupera quasiment des importations, le niveau des exportations remontera légèrement à comparer de celui de la période 29-32 alors qu’elle baissera en France et aux Etats-Unis. Par la volonté de maintenir un mark fort, Brüning se condamnait à mener une politique de déflation qui avait elle-même un effet très dépressif sur la croissance allemande.

La question des Réparations

Les Réparations, ces sommes devant être remboursées à la France en vertu du traité de Versailles, n’étaient pas en elles-mêmes étouffantes. Suite à la crise du début des années 20, le plan Young avait étalé son remboursement jusqu’à 1988, et la somme ne représentait annuellement « que » 3% du PIB allemand. Le remboursement, au delà des considérations politiques, était donc soutenable. En fait le rôle négatif joué par les Réparations était d’empêcher par la dette qu’il impliquait, une dévaluation du Mark. En quelque sorte il politisait la question de la monnaie allemande qui devait connaître un ajustement. Dans ces conditions cette dette ne pouvait être remboursée normalement, elle ne fut finalement pas payée par l’Allemagne.

L’idéologie économique

Toute la théorie économique de l’époque, inspirée des économistes néoclassiques, tendait à justifier l’action de Brüning. Seul le marxisme, mais dans un cadre qui n’était pas celui de la démocratie, pouvait représenter une alternative et c’est pourquoi l’ensemble des pays européens confrontés à la crise appliquèrent plus ou moins les principes selon lesquels le chômage ne pouvait être que l’expression d’un déséquilibre momentané, que la monnaie était un voile sans rôle économique et devait rester stable, et que seul l’ajustement naturel des forces du marché conduirait au retour de l’expansion. Keynes, Lautenbach, comprirent à cette occasion les faiblesses de cette théorie, mais il ne leurs appartenaient malheureusement pas de diffuser leurs vues avant que de graves crises ne persuadent les politiques de leur lucidité. Comme aujourd’hui, la question de l’origine d’une pensée dominante fausse se pose. On ne peut pas éluder la responsabilité des possédants dont les économistes auront toujours intérêt à justifier les intérêts. Ainsi peut-être se construisent ces illusions collectives que l’Histoire semble recréer périodiquement.

militants communistes du KPD

militants communistes du KPD

L’impasse sociale-démocrate

Le SPD, par son soutien des politiques de Brüning, par son refus de combattre âprement la misère social, fût-ce sans l’union avec le KPD, en fait par son soutien à la déflation, se condamnait à n’être rien d’autre dans la crise qui se levait qu’un acteur de théâtre. Certes, les appels à lutter contre l’avènement du IIIè Reich montrent une certaine lucidité face à Hitler, la défense de la République qu’ils avaient créée était sincère et courageuse, mais leur absence de solution économique ne pouvait que mener au désastre. Défendre un modèle politique, même une République sociale, n’a de sens qu’étayé par un programme économique sérieux et alternatif. De plus, second parti du pays, fondateurs de la République, ils leurs incombaient en quelque sorte de défendre la grande politique de relance que Schleicher ne put appliquer, faute de soutien et de structure politique pour la porter. Leur responsabilité est donc lourde.

La menace communiste
Le KPD, quant à lui, s’oppose à la politique économique de Brüning et lutte sur le terrain social. Mais, noyauté par Staline, privé des figures tutélaire de Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg, assassinés par la sociale-démocratie en 1919, ils se trompent clairement d’ennemis en assimilant le SPD, Brüning et Hitler. Celui-ci leur fera payer cher cette erreur en les exterminant après sa prise de pouvoir.
On peut se demander si leur victoire aurait été un bien pour l’Allemagne et pour le monde, tant la dictature de Staline n’a pas été bénéfique à l’URSS, d’un point de vue économique entre autre.

Kurt Von Schleicher sera assassiné en 34

Kurt Von Schleicher sera assassiné en 34 par les milices d’Hitler

Epilogue

Alors que Von Papen est révoqué par Hindenburg, le 2 décembre 1932 c’est donc le Général Von Schleicher lui-même qui devient Chancelier et qui s’apprête à rompre avec les plans de rigueur. Voulant redistribuer les terres des grands propriétaires aux chômeurs et relancer l’industrie allemande par le financement de la Reichsbank, soucieux vraisemblablement de maintenir la République et d’en restaurer l’esprit par la reprise économique, attentif au rétablissement de l’égalité des droits de l’Allemagne à l’étranger mais partisan d’un rapprochement avec la France et la Russie, le « Chancelier d’un hiver » n’aura pas le loisir d’appliquer sa politique, puisqu’elle déclenche l’unanimité contre lui.

Celui que le patronat appelle déjà le « Général rouge » est rejeté par tous les partis (mais ceci est une habitude depuis 1930) mais surtout par les possédants. Halmaj Sacht, l’ancien gouverneur de la Reichsbank, désirant l’expansion monétaire et la dictature, saura activer le bon piston pour faire bouger Hindenburg: l’ex-chancelier Franz Von Papen. Influent et ami avec le fils du Président, celui-ci, vexé de sa révocation cherche à se débarrasser de Von Schleicher.

Il accepte de rencontrer Hitler et Schacht. Ils prévoient ensemble de donner la Chancellerie à Hitler et la vice-Chancellerie à Von Papen. Plusieurs des grands financiers et industriels que Schacht a réuni autour d’Hitler veulent un pouvoir fort qui réprime la menace communiste.

Schleicher se laisse endormir par Von Papen et malgré les informations de ses services, ne croit pas la menace réelle. Le 28 janvier il doit pourtant remettre sa démission et le 30 janvier, Adolf Hitler est appelé à la Chancellerie par Hindenburg.

La République, les partis, Von Papen, Schacht, les industriels, tous seront balayés plus ou moins vite par le monstre qu’ils ont fabriqué.

Avant d’être envoyé en camp de concentration, Schacht aura pourtant le loisir d’appliquer sa politique de relance par l’Etat et de dévaluation du mark. L’économie allemande, certes au prix d’un enrôlement massif dans l’armée connaîtra la croissance et la fin du chômage sans inflation. Certes, et en particulier à partir de sa disgrâce fin 1936, l’économie allemande se refermera à l’excès sur elle-même, provoquant une explosion du prix de ses importations et du coûts de ses erzatz (produits de substitutions locaux). La croissance démesurée de la consommation publique, la stagnation du niveau de vie, la faiblesse des biens de consommation, ne seront pas sans rappeler les économies de type soviétiques. De plus, cette relance est uniquement tournée vers l’objectif de la guerre totale, et celle-ci, évidemment, mènera l’économie et la société allemande au désastre complet. Mais malgré cela, la preuve qu’une autre politique aurait été possible semble bien avoir été administrée, ainsi que l’importance décisive de la valeur de la monnaie, comme l’affirmait Keynes.

Le Général Von Schleicher, pour sa part, sera assassiné chez lui avec sa femme, lors de la nuit des Longs Couteaux orchestrée par Hitler dans la nuit du 29 au 30 juin 1934. Le Maréchal Hindenburg, mourra quelques temps après, laissant place nette au  « Führer ».

La responsabilité du libéralisme dans l’avènement du nazisme est donc lourde. Elle n’est pas totale cependant. La dégradation considérable de la situation économique n’explique pas à elle-seule la montée fulgurante du nazisme aux élections. Les sociétés européennes des années 30 étaient en effet pleines de violences, désireuses de vengeances et promptes à suivre les hommes qui prônaient le respect par la force. C’est la Première Guerre Mondiale qui avait crée ce terreau de haine, ainsi que le résume Marc Ferro en parlant des très nombreux anciens combattants électeurs:

Paul Klee

Paul Klee

« Habile à les flatter, à les honorer de la pompe des cérémonies qui les soudait à l’ordre gouvernemental, l’Etat n’assurait pas aux anciens combattants les droits qu’ils avaient sur la Nation. Faute d’avoir organisé leur retour, ceux-ci se trouvaient souvent réduits au chômage, à la mendicité. Promesses et discours rendaient plus odieux cet inintérêt réel des dirigeants et de l’arrière pour tous ces malheureux. Les anciennes blessures, à peine cicatrisées, se rouvrirent: le souvenir amer des permissions, la conscience de l’injustice, le ressentiment contre les embusqués, l’arrière, les députés, tous complices.(…)

Tous vouaient aux gémonies les Rouges et ceux qui allaient répétant, telle l’avant-garde Dada, que les anciens combattants avaient joué le rôle de dupes, simples marionnettes agités par le Capital et les marchands de canons. Cette mise en cause les humiliait et, par réaction, elle les amenait à resserrer encore leurs rangs, à légitimer leurs sacrifices, à adopter des postures nationalistes. Elle les conduisait quelquefois à ressusciter l’idée naguère exprimée par quelques chefs militaires qui voulaient enrégimenter toute la Nation, lui enseigner manu militari le sens du devoir. (…) Les lendemains ne chanteront pas. »

 

C’est la combinaison de l’application idéologique d’une pensée économique fausse, de l’égoïsme borné des possédants allemands, et d’une société violente qui ont entraîné l’avènement du totalitarisme.

On aurait tort aujourd’hui de s’imaginer que la crise économique, qui certes rappelle celle de 29-33 à plus d’un titre, conduira mécaniquement aux mêmes effets. Le monde a changé, les mentalités aussi, et des mouvements profonds, invisibles souvent, sont à l’œuvre. Seule la vue perçante de quelques uns, artistes, penseurs ou hommes d’action, parvient parfois à capter l’essentiel, ce qui est devant nous et que personne ne voit. Le jusqu’au-boutisme libéral débouchera sur autre chose que le nazisme, en bien ou en mal, mais personne ne peut dire sur quoi.

 

Bibliographie :

 

Henry Bogdan, Histoire de l’Allemagne, de la Germanie à nos jours, Paris, éditions Perrin, collection tempus 2003.

Michel Hau, Histoire économique de l’Allemagne, XIXè -XXè siècle, Editions Economica, 1994.

Angus Maddison, The world economy : Historical Statistics, OECD, 2003.

Paul Bairoch, Victoires et déboires, Histoire économique et sociale du monde du XVIè siècle à nos jours. Tome III. Folio Histoire, 1997.

-Michael Liebig, Recovery Program could have blocked Hitler’s legal coup?

http://members.tripod.com/~american_almanac/liebig.htm

-Encyclopédie BS, nazisme au fil des jours (1914-1948)

http://www.encyclopedie.bseditions.fr/article.php?pArticleId=113&pChapitreId=34361&pArticleLib=1933+%5BNazisme%A0%3A+au+fil+des+jours+%282i%E8me+guerre+mondiale%29%5D

-Marc Ferro, La Grande Guerre (1914-1918), Folio Histoire, 1990.

Le Pen- Macron, le deuxième tour nécessaire

Le résultat du premier tour de l’élection présidentielle est largement indécis, et le suspens reste entier pour savoir qui des quatre candidats en embuscade va se retrouver au second tour. Il est tout à fait possible que je me trompe et dans ce cas je prie le lecteur de m’en excuser mais pour ma part, il me semble depuis longtemps que les deux finalistes seront Marine Le Pen et Emmanuel Macron, car ces deux candidats sont ceux qui représentent le mieux, bon an mal an, le clivage principal de la politique française contemporaine, c’est-à-dire celui entre l’affirmation de la souveraineté de la France dans toutes ses dimensions et sa dilution dans des structures plus vastes.

Cette opposition, finalement, ressemble à celle que nous avons connue lors du dernier débat passionné de la politique française : le référendum sur la constitution européenne de 2005, et cela indique bien que quelque chose d’essentiel est en jeu. Certes, cette opposition est imparfaite, certes, elle recouvre des divergences fortes qui traversent certaines familles politiques, comme le parti Les Républicains ou le Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon, mais elle est néanmoins l’opposition principale de la société française actuelle, et pour cette raison, elle est aussi l’opposition du futur, autour de laquelle devront se positionner tous les acteurs et toutes les stratégies politiques.

Car s’il y a bien une observation qu’on peut tirer de l’histoire en général, et de l’histoire de France en particulier, après comme avant la Révolution française, c’est qu’en politique il n’y a pas la place pour un nombre infini de débats. Pour que la masse des citoyens s’enthousiasme pour une controverse, c’est-à-dire pour que le peuple fasse vivre la démocratie, il faut que le débat public s’articule autour d’une idée principale reconnue par tous. Cette controverse était depuis la fin des années 60 jusqu’à présent le débat entre un parti de droite et un parti de gauche, elle fut par le passé, de façon plus tragique, celle entre la Résistance et Vichy, avant la Grande Guerre, elle s’articula autour de l’affaire Dreyfus, au cours du 19ème siècle elle se déplaça entre républicains, bonapartistes et monarchistes, recouvrant à chaque fois des réalités nouvelles, en fonction de la situation militaire, économique et sociale de la France dans l’Europe et dans le monde. Tout au long du 18ème siècle, elle se cristallisa lentement mais sûrement autour de l’opposition à une monarchie devenue parasitaire à force de vivre sur les acquis des siècles de grandeur. A la fin du 16ème siècle et au début du 17ème, elle prit le visage de la lutte entre les Bons Catholiques favorables à l’hégémonie espagnole et à l’aplatissement de la France pour des motifs religieux et les Bons Français, favorables à l’indépendance de la France, fut-elle au prix d’un accommodement vigilant avec les Protestants, et soutiens fidèles de Richelieu et Louis XIII, comme du bon roi Henri IV.

Si, contrairement à ce que l’on entend souvent, la Cinquième République est si solide, c’est qu’elle organise un débat principal autour duquel doivent se positionner tous les acteurs politiques, avant qu’il soit tranché par le Peuple lors du second tour de l’élection présidentielle, moment démocratique essentiel de la Nation. Cette logique correspond bien à ce qu’est la France, et c’est pourquoi de Gaulle nous légua ces institutions. Certes elles ont été déséquilibrées et trahies dans leur esprit à de nombreuses reprises, mais malgré tout elles tiennent bon actuellement et permettent aux Français de choisir de façon responsable. Car si la Cinquième République organise un débat principal entre les Français, c’est pour les obliger à choisir à l’issu de ce débat, c’est-à-dire à donner une majorité à un candidat, là où un système purement parlementaire laisserait à des partis inconciliables le devoir de former un gouvernement sans accord réel du peuple. C’est la situation de l’Espagne contemporaine, ou d’autres grandes démocraties parlementaires, qui, face à une crise, deviennent des pays ingouvernables, ce qui accuse la faiblesse de leurs institutions. Au contraire, à rebours des analyses superficielles qu’on entend dans les médias, la France est en train de transformer son débat politique à l’intérieur de ses institutions.

La France va donc probablement se trouver, avec l’élection présidentielle actuelle, avec l’opposition politique de son avenir : Le Pen face à Macron. Certes, il n’était pas acquis au départ que nous en arrivions là. D’autres partis, ou d’autres personnalités auraient pu prétendre représenter un des deux côtés principaux de l’opposition moderne, et en particulier les représentants les plus honnêtes de l’ancien clivage gauche-droite, vrais socialistes ou vrais gaullistes, mais l’histoire retiendra qu’il n’en a pas été ainsi. Cela tient à plusieurs raisons, mais on peut les résumer en disant que les grands partis se sont considérablement relâchés, et ont en quelque sorte profité de l’endormissement du peuple  pour déserter l’intelligence, si l’on entend par intelligence à la fois le courage, la culture et la rationalité. Cet affaiblissement considérable n’a d’ailleurs pas uniquement touché la politique, il a également atteint des pans entiers de l’Université, les deux allant de pair et créant une situation dans laquelle il devient impossible, pour une personne intelligente, et en particulier pour les jeunes, de soutenir ces grands partis sans éprouver un inexprimable malaise.

Rien ne résume mieux le problème que le débat sur l’euro. Toute personne un tant soit peu honnête et travailleuse comprend que l’euro est un handicap pour l’économie française. Il est connu dans la science économique qu’une monnaie trop forte affaiblit le tissu productif d’une économie et accroît son chômage ; il est connu qu’une dépréciation maîtrisée de la monnaie améliore la production et les exportations d’une économie donnée et améliore la situation de l’emploi. De nombreux travaux, statistiques ou qualitatifs, démontrent largement l’existence de cette vérité. Il est donc évident que l’euro est un poids pour l’économie française, comme il était évident que suite au brexit, la dépréciation de la livre allait améliorer la croissance britannique, malgré le flot des arguments déraisonnables dont on nous abreuvait. Pourtant, ces faits sont systématiquement niés par les grands partis, les grands médias ou les économistes les plus médiatiques. Adhérer sans critique à l’une de ces institutions, pour un citoyen, est donc une négation profonde de son intelligence, et c’est la raison pour laquelle les plus lucides et les plus courageux s’en détournent.

Je sors de mon sujet de recherche, mais le bon sens le plus élémentaire peut aussi s’appliquer à la question migratoire. La France est un pays laïc de culture catholique, grecque et gallo-romaine. A partir de cette identité, forgée par les siècles au bruit des armes, elle combattit durement en Europe et dans le monde pour affirmer son indépendance vis-à-vis de toute institution religieuse autre que les siennes : affirmation du Gallicanisme contre l’autorité du Pape aux XIVème et XVème siècles,  lutte contre l’hégémonie catholique de l’Espagne aux XVIème et XVIIème siècles, lutte contre le pouvoir militaire des Protestants, à l’extérieur comme à l’intérieur, tout au long du XVIIème siècle,  lutte contre le pouvoir de l’Eglise catholique elle-même à partir de la Révolution française, etc…  Privilégier la souveraineté de la Nation aux mouvements idéologiques et religieux internationaux du moment, c’est pour elle une nécessité vitale depuis toujours. C’est ce qui fait sa singularité historique et disons-le, sa supériorité sur les passagères querelles idéologiques et religieuses du monde. Elle paya le prix du sang pour cette liberté aujourd’hui acquise et les Français n’accepteraient pas qu’elle soit remise en cause. Or, il est factuel que l’immigration peut modifier cette situation de deux manières : par le nombre et par la pratique religieuse des musulmans. Il est factuel que la démographie des pays musulmans explose depuis plusieurs années (et ce ne sont pas les seuls) et il est également factuel que la pratique religieuse s’accroît parmi les musulmans. Cela est d’ailleurs un élément de vitalité et de grandeur de la religion musulmane qu’on peut tout à fait reconnaître, car le dynamisme de la démographie des pays musulmans est en soi un signe de confiance et de foi dans l’avenir qui donne parfois l’impression de déserter nos sociétés occidentales. Il est donc précieux pour la France d’avoir en son sein une minorité de confession musulmane. Mais cela n’est pas la question. La question est que cette situation démographique nouvelle, qui s’impose depuis les années 60, impose à la France d’adopter une politique migratoire nouvelle qui n’était pas nécéssaire jusqu’à présent, afin de limiter l’arrivée des migrants ne voulant pas vivre sous le régime de la laïcité. Cela est évident et naturel. Peut-être que le nombre de migrants n’est pas réellement important, mais dans tous les cas il importe de dire qu’il est nécessaire de contrôler leur arrivée en France en fonction de nos possibilités et de notre volonté d’accueil. Nier ce fait ou pire, accuser ceux qui en font état de racisme, c’est là encore une insulte à l’intelligence.

On voit bien dès lors, le problème politique qui se pose. Parce que les partis établis, qui devront désormais se regrouper derrière Emmanuel Macron, ont déserté l’intelligence, ils ne pourront se faire élire que sur la peur que suscite largement Marine Le Pen. Cette peur, certes, peut se comprendre, en particulier pour les français de confession musulmane pouvant avoir le sentiment d’être pris pour cible par ce parti du fait du passé sulfureux du FN. Personne ne peut nier d’ailleurs ce passé et il est naturel qu’il effraie même si le parti, à l’image des deux grands partis classiques, a beaucoup évolué, ce qu’il serait stupide de contester. Mais c’est parce qu’il est le seul à dire certaines évidences que ce parti a désormais acquis la position qui est la sienne. Il fallait réagir avant si l’on voulait empêcher son ascension en étant plus raisonnables, moins hypocrites et moins feignants. Cela n’a pas été fait, encore une fois, par les deux grands partis de gouvernement malgré les nombreuses alertes. Il faut donc maintenant analyser précisément le programme du FN lui-même pour en mesurer l’éventuel danger. Et est-il réellement dangereux pour nos compatriotes musulmans? Vouloir limiter le nombre de musulmans en France, est-ce s’attaquer aux musulmans présents en France? En réalité c’est plutôt l’inverse qui est vrai, car ce qui effraie les Français avec l’immigration, c’est l’idée qu’ils puissent se laisser déborder par elle. Mais si ils ont le sentiment que l’Etat sera ferme sur cette question, il y a tout lieu de penser qu’ils craindraient beaucoup moins la montée de la pratique religieuse au sein des Français musulmans. C’est donc au contraire l’absence de maîtrise de l’immigration qui crée des tensions évitables, et cela est le fait des partis actuels.

Il est frappant que cet affaiblissement de la réflexion se traduit aussi par des travaux universitaires, et notamment historiques, toujours plus indigents. Des chercheurs croient bon et provocateur d’écrire une histoire mondiale de la France qui n’est qu’une négation permanente de ce qu’est la France. Le ressort de beaucoup de nouvelles études historiques est ainsi la destruction de toute l’histoire de France et de sa vénérable historiographie, comme de son côté l’économie mainstream n’est que l’application scientiste de principes profondément réducteurs. Dans l’une et l’autre de ces disciplines, le même mouvement de limitation intellectuelle semble être à l’oeuvre et rebute inévitablement les esprits les plus brillants. Cependant, ce mouvement n’est pas irréversible et nous possédons des exemples éminents de résistance intellectuelle en économie comme en histoire, à l’extérieur comme à l’intérieur de l’Université, parmi nos penseurs contemporains, qui sont autant d’encouragements à maintenir une haute idée de la pensée.

Il y a tout lieu de penser que le clivage Macron – Le Pen, mais surtout, au delà des personnes et des partis, le clivage qu’il traduit à propos de la souveraineté de la France, appelé à être le clivage du futur, sera de plus en plus le clivage entre la peur et la pensée. Qu’on se réjouisse ou que l’on déplore cette évolution, c’est bien ce qui semble se dessiner, car les gens intelligents et courageux, et surtout les jeunes, fuiront toujours plus le camp non souverainiste, qui les étouffe et les nie dans ce qu’ils sont, et rejoindront toujours plus le camp souverainiste, quelle que soit la forme de cet engagement.

 

 

De Gaulle, 1963: « le peuple est patriote, les bourgeois ne le sont plus »

Un petit extrait de C’était de Gaulle, l’excellent livre d’Alain Peyrefitte qui nous fait revivre en direct la pensée du Général de Gaulle. Suite au refus de l’entrée du Royaume-Uni dans l’Europe en 1963, celui-ci se livre devant son ministre à une attaque contre l’esprit d’abandon des élites françaises, mal qui menace cycliquement de détruire la France. Les coupables sont désignés sans ambages: les journalistes et la bourgeoisie, face auxquels le peuple demeure le seul garant du patriotisme. Leçons à méditer aujourd’hui.

De Gaulle: « l’attitude de la presse française dans toute cette affaire anglaise est un véritable scandale.

Que Massip dans le Figaro ou Lazurick dans l’Aurore crachent sur moi et chantent la gloire des Américains, cela n’a aucune importance ; c’est dans leur rôle. Il faut bien que leurs lecteurs trouvent leur satisfaction en les lisant. Mais ça va beaucoup plus loin.

« Oh je ne dis pas que la presse soi-disant française reçoive aujourd’hui des enveloppes des ambassades étrangères, comme c’était régulièrement le cas avant la guerre. Ca ne date pas d’hier. Quand Paul Cambon était ambassadeur auprès de la Sublime Porte, le Sultan lui avait demandé: « pourquoi la presse française me coûte-t-elle plus cher que les autres? » Vous savez que le Professeur Baumont procède à la publication des archives de la Wilhelmstrasse ; d’où il ressort que les principaux journaux parisiens étaient abondamment payés par l’ambassade d’Allemagne avant la guerre. La publication de ces documents devrait faire quelques bruits, mais elle n’en fera pas ; les journalistes, d’instinct, se solidarisent avec la presse d’avant guerre, bien qu’elle ait cédé la place à celle de la Résistance en 44. Ils préfèrent passer sous silence les turpitudes du passé.

Je crois surtout que les Anglais et les Américains paient indirectement. Et je t’invite à dîner! Et je t’invite à venir faire un semestre dans une Université! Et je t’invite à un voyage de propagande! Et je t’envoie une caisse de whisky! Et il n’y a pas tellement besoin de faire d’efforts, car le snobisme anglo-saxon de la bourgeoisie française est quelque chose de terrifiant.

Mais il y a plus grave, c’est l’esprit d’abandon. Cette espèce de trahison de l’esprit, dont on ne se rend même pas compte. L’esprit de Locarno, l’esprit qui nous a amené à tout lâcher sans aucune garantie, l’esprit qui nous amenés à laisser réoccuper la Rhénanie, l’esprit qui nous a conduits à rendre sans contrepartie leur charbon et leur acier aux Allemands, pour construire la CECA dans les conditions où on l’a construite. Comme si le but d’une politique française était de faire plaisir aux autres pays et de faire en sorte qu’il n’y ait plus de France! Surtout ne pas faire de peine aux étrangers! Il y a chez nous toute une bande de lascars qui ont la vocation de la servilité. Ils sont faits pour faire des courbettes aux autres. Et ils se croient capables, de ce seul fait, de diriger le pays.

Inutile de dire que tous ces individus ne peuvent plus cacher leur dépit. Tous ces Jean Monnet, tous ces Guy Mollet, tous ces Paul Reynaud, tous ces Pleven, tous ces Spaak, tous ces Luns, tous ces Schroeder, tous ces Cattani, forment une confrérie européenne. Ils pensaient pouvoir se répartir les places et les fromages. Ils sont tout surpris de voir que ça ne marche pas tout seul. Alors comment vous étonner qu’ils ne soient pas contents? Ils sont malades d’être tenus à l’écart! Ils peuvent compter sur moi pour les tenir à l’écart tant que je pourrai le faire.

                Heureusement, le peuple a la tripe nationale. Le peuple est patriote. Les bourgeois ne le sont plus ; c’est une classe abâtardie. Ils ont poussé à la collaboration il y a vingt ans, à la CED il y a dix ans. Nous avons failli disparaître en tant que pays. Il n’y aurait plus de France à l’heure actuelle.

                « Le comportement de notre presse est scandaleux. Ca fait d’ailleurs vingt-trois ans que je le constate. (il compte à partir du  18 Juin, comme pour sa propre légitimité.) La presse française déteste la France. Alors ça fait vingt-trois ans que j’essaye de doubler la presse, qui m’est résolument hostile, par la radio, et maintenant la télévision, pour atteindre les Français. Mes efforts n’arrivent pas à changer les choses, malgré quelques modestes résultats.

                Les Américains ont trop intérêt à maintenir les pays d’Europe occidentale à l’état de protectorat, et les Anglais ont trop intérêt à ce que ça ne se sache pas. Les Américains ont payé leur tribut sur les plages de Normandie. Ils n’ont plus envie d’essuyer la mitraille. On peut les comprendre. Ils préfèrent les bombardiers, les missiles, les postes de commandement. Et ceux qui acceptent de devenir piétaille détestent qu’on dise qu’ils sont piétaille. Vous n’y pouvez rien.

                D’ailleurs croyez-vous que cet acharnement de la presse me porte préjudice? Je me demande quelquefois s’il ne me fait pas du bien. Le peuple sent les choses. Il sait instinctivement de quel côté est le patriotisme, de quel côté la bassesse. Plus les journalistes m’attaquent, plus ils font la propagande de mes idées.

                Soyez serein Peyrefitte. »

De Gaulle (1932) : la crise de l’autorité

 

Dans ce texte d’avant guerre, le colonel de Gaulle précise pourquoi la crise de l’autorité qu’il observe dans la société française des années 30 prépare en fait un renouvellement radical des élites. Contrairement aux apparences, l’autorité ne disparaît pas, car aucune société humaine ne peut s’en passer ; mais elle se déplace, et il est essentiel de comprendre vers quoi. Pour de Gaulle, ce sont désormais le caractère et la valeur personnelle du chef qui sont la source de l’autorité, bien davantage que les titres et les fonctions sociales. On constate donc ici que la pensée de De Gaulle a largement préparé son action de juin 40, et on voit à quel point il était lucide sur la société de son temps, bien que son texte soit resté confidentiel à l’époque et encore aujourd’hui. Pourtant il est étonnamment actuel.

EXTRAIT DU FIL DE L’EPEE 1932

Notre temps est dur pour l’autorité. Les moeurs la battent en brèche, les lois tendent à l’affaiblir. Au foyer comme à l’atelier, dans l’Etat ou dans la rue, c’est l’impatience et la critique qu’elle suscite plutôt que la confiance et la subordination. Heurtée d’en bas chaque fois qu’elle se montre, elle se prend à douter d’elle-même, tâtonne, s’exerce à contretemps, ou bien au minimum avec réticences, précautions, excuses, ou bien à l’excès par bourrades, rudesse et formalisme.

Cette décadence suit le déclin de l’ordre moral, social, politique qui, depuis des siècles, est en usage dans nos vieilles nations. Par conviction et par calcul, on a longtemps attribué au pouvoir une origine, à l’élite des droits qui justifiaient les hiérarchies. L’édifice de ces conventions s’écroule à force de lézardes. Dans leurs croyances vacillantes, leurs traditions exsangues, leur loyalisme épuisé, les contemporains ne trouvent plus le goût de l’antique déférence, ni le respect des règles d’autrefois. « Nos dieux sont décrépits et la misère en tombe ».

Une pareille crise, pour générale qu’elle paraisse, ne saurait durer qu’un temps. Les hommes ne se passent point, au fond, d’être dirigés, non plus que de manger, boire et dormir. Ces animaux politiques ont besoin d’organisation, c’est-à-dire d’ordre et de chefs. Si l’autorité chancelle sur des fondements ébranlés, l’équilibre naturel des choses lui en procurera d’autres , plus tôt ou plus tard, meilleurs ou moins bons, propres dans tous les cas à l’établissement d’une nouvelle discipline. Bien mieux, ces bases, voici qu’on les discerne : c’est la valeur individuelle et l’ascendant de quelques-uns. Tout ce que les masses, naguère, accordaient de crédit à la fonction ou à la naissance, elles le reportent à présent sur ceux-là seulement qui ont su s’imposer. Quel prince légitime fut jamais obéi comme tel dictateur sorti de rien sinon de son audace? Quelle puissance établie marquait une entreprise aussi profondément qu’aujourd’hui la technique personnelle d’un ingénieur? Quels conquérants furent acclamés autant que nos athlètes qui tiennent leur succès de leur seul effort?

Cette transformation de l’autorité ne peut manquer d’affecter la discipline militaire. Dans l’armée comme ailleurs, on dit que « le respect s’en va ». Plutôt, il se déplace. L’homme qui commande, à quelque échelon qu’il soit placé, doit se fier pour être suivi moins à son élévation qu’à sa valeur. Il ne faut plus confondre la puissance et ses attributs.

Ce n’est point évidemment, qu’il n’entre plus dans la discipline rien de ce dont, naguère, elle était pétrie. Les hommes ne changent pas si vite, ni si complètement, et la nature ne fait pas de sauts. L’empire exercé sur les autres dépend encore, pour une large part, de la consécration du grade et des services. Inversement, il y a beau temps que l’ascendant du maître aide à la subordination. Mais, au cours d’une époque déréglée, au sein d’une société bouleversée dans ses cadres et ses traditions, les conventions d’obéissance vont s’affaiblissant et le prestige personnel du chef devient le ressort du commandement.

Fait affectif, suggestion, impression produite, sorte de sympathie inspirée aux autres, le prestige dépend, d’abord, d’un don élémentaire, d’une aptitude naturelle qui échappent à l’analyse. Le fait est que certains hommes répandent, pour ainsi dire de naissance, un fluide d’autorité dont on ne peut discerner au juste en quoi il consiste et dont on s’étonne parfois tout en subissant ses effets. Il en va de cette matière comme de l’amour, qui ne s’explique point sans l’action d’un inexprimable charme. Bien mieux, il n’y a pas toujours correspondance entre la valeur intrinsèque et l’ascendant des individus. On voit des gens remarquables par l’intelligence et la vertu et qui n’ont point le rayonnement dont d’autres sont entourés, quoi que moins bien doués quant à l’esprit et quant au coeur.

Mais s’il entre dans le prestige une part qui ne s’acquiert pas, qui vient du fond de l’être et varie avec chacun, on ne laisse pas d’y discerner aussi certains éléments constants et nécessaires. On peut s’assurer de ceux-là ou, du moins, les développer. Au chef, comme à l’artiste, il faut le don façonné par le métier.

 

 

PIB, comptabilité, productivité

Comme je le disais dans un précédent article, un grand nombre d’erreurs de l’économie standard sont dues à des erreurs dans la conception de la productivité. Ce concept est fondamental car il est au coeur du développement d’une économie. Plus un pays est capable de produire, plus il possède de richesses, c’est donc la productivité qui détermine la richesse d’un pays. Mais qu’est-ce que la productivité et comment est-elle mesurée? En général, toutes les institutions internationales et nationales, et l’écrasante majorité des économistes définissent la productivité comme la quantité de PIB produit en un temps donné de travail. Cette définition apparaît logique au premier abord, mais il faut alors comprendre ce qu’est le PIB.

Le PIB, un concept issu de la comptabilité privée

Fondamentalement, le PIB est le cumul des valeurs ajoutées de tout le pays. Les lecteurs de ce blog savent que la comptabilité en partie double, à laquelle je m’intéresse beaucoup, et ses concepts fondamentaux, sont pratiqués par toutes les entreprises, toutes les banques, la plupart des associations et des administrations du monde, et cela depuis très longtemps.(1) Or, un des concepts essentiels de la partie double, c’est celui de résultat annuel. Le résultat d’une entreprise, c’est la valeur qu’a gagnée ou perdue l’entreprise sur une année au 31 décembre du fait de son activité. Du fait de la logique spécifique de la partie double, ce résultat est une information extrêmement fiable. Il fut une des raisons de l’expansion de la partie double, car il apportait une information synthétique et essentielle à l’entreprise. D’une certaine manière, le résultat a introduit dans le capitalisme le concept de valeur moderne à partir de la fin du Moyen-Âge en Italie.

Mais si les entrepreneurs privées bénéficiaient avec la partie double d’une information de grande qualité depuis longtemps, information qui était par exemple un des éléments d’analyse économique fondamentaux de Marx ou de Proudhon ; avec le XXème siècle, ses guerres et ses crises économiques ; avec l’invention de la macroéconomie et la victoire de la pensée de Keynes, allait s’imposer l’idée qu’il était nécessaire de bâtir une comptabilité à l’échelle des nations, une comptabilité nationale. Pour ceux des économistes de l’époque qui connaissaient le mieux la comptabilité privée, à commencer par le grand Jean Fourastié, il était évident qu’une telle comptabilité nationale devait nécessairement s’appuyer sur la comptabilité à parties doubles, et sa fiabilité inestimable, que Goethe avait justement qualifié en son temps d' »une des plus belles inventions de l’esprit humain ».(2)

Et en effet, cela fut fait. On fit le raisonnement suivant : puisque le résultat annuel est une information extrêmement fiable, reconnu par tous, de la valeur d’une entreprise, et puisque d’autre part, toutes les entreprises, utilisent la comptabilité en parties doubles, pourquoi ne pas cumuler l’ensemble des résultats annuels du pays et ainsi calculer le résultat du pays, avec toute la fiabilité requise? Et pourquoi d’ailleurs, ne pas le calculer pour chaque pays? Après réflexion, ceci fut fait, mais on choisit un indicateur comptable légèrement différent du résultat : la valeur ajoutée. Celle-ci n’est rien d’autre, pour une entreprise ou une administration, que le résultat auquel on enlève les salaires. Mais c’est une information produite dans toute comptabilité privée ou publique. En recueillant cette information auprès de toutes les entreprises et administrations et en l’agrégeant en un chiffre unique, on obtient donc la valeur ajoutée du pays (3): le PIB était né.

On voit donc que le PIB n’a pas été directement une invention de macroéconomistes et de statisticiens, qui auraient pondu ex-nihilo un concept permettant de piloter l’économie d’un pays. Certes, c’est pourtant bien cette représentation que s’en fait la masse des gens. Mais il a bien plutôt été un recueil complet des données de la comptabilité déjà existantes. En réalité le PIB tire sa force et son universalité des concepts et de la fiabilité de la comptabilité en parties doubles. Et c’est pourquoi, malgré les critiques trop souvent creuses qui lui sont adressées, il est si durable et si utilisé par tous, à commencer par ceux qui étudient la productivité.

PIB et productivité

Comme je le disais, la productivité est généralement exprimée en quantité de PIB produite par unité de temps de travail, car le PIB représente une information fiable au plan comptable, ce qui est extrêmement important pour un statisticien sérieux. Mais fiabilité comptable ne signifie pas fiabilité économique, et tout en l’utilisant, il est fondamental de comprendre que le PIB ne donne pas d’information directe sur la production réelle d’une entreprise. Il est une valeur monétaire, de ce point de vue très solide, mais uniquement monétaire. De même que le résultat d’une entreprise ne nous dit rien sur sa production physique et encore moins immatériel, ainsi le PIB ne nous dit rien sur la production réelle d’une nation.

Les économistes les plus intelligents sont bien entendu conscients de cette limite, mais ils considèrent comme impossible de s’en affranchir. Ils sont d’autant moins enclins à le faire qu’ils ont tendance à résoudre ce problème en estimant que la production réelle et le PIB sont de toute façon liées par le système des prix et du profit. Ainsi, une entreprise ayant une forte production en développement produira une forte quantité de PIB, et une entreprise ne produisant rien sera évincée et ne produira pas de PIB. D’ailleurs, pensent-ils, qui ne voit pas que ce système de prix est à la base du développement de la productivité, au moins depuis la Révolution Industrielle ? C’est donc bien la preuve du lien profond qui existe entre PIB et production réelle.

Tout cela est vrai, mais pas complètement. Le point clé de ma thèse est d’établir pourquoi.     Mais je résumerais ici mes arguments en disant que tous les prix ne fonctionnent pas de la même manière. Certains certes, ont un lien puissant avec la production réelle, ce sont les prix du secteur productif, et le PIB des entreprises de ce secteur correspond avec la croissance de la production réelle. Mais d’autres prix, et surtout d’autres salaires, sont versés sans lien avec la production réelle, et représentent bien davantage des activités parasitaires visant à capter une partie de la monnaie en circulation. Ces activités, dont il me faudrait faire une cartographie mais dans laquelle on peut inclure la finance, produisent du PIB, mais ne produisent rien de réel, même indirectement. On pourrait penser que leur existence est marginale ou précaire, mais je ne le pense pas. Je pense bien plutôt que leur existence est structurelle ; elles permettent de nourrir le système productif en évitant la déflation qu’induirait celui-ci si on l’abandonnait à sa propre logique. Et elles se glissent dans un angle mort de l’analyse économique.

Redéfinir la productivité en volume

Voilà pourquoi pour combattre les méfaits du capitalisme moderne, il est nécessaire de revenir à une analyse de la production réelle hors du PIB, en recourant à une définition de la productivité en volume. Bien entendu cette analyse est plus difficile, elle freine les comparaisons, géographiques ou historiques, et limite l’agrégation des statistiques, par exemple à l’échelle nationale. Mais elle n’est pas impossible et elle est à mon avis nécessaire. De plus elle est plus intéressante et plus précise et de nombreux travaux ont prouvé sa supériorité dans l’histoire économique ( notamment ceux de L.A. Vincent sur la France. Il recourt aux indices chaînés (4)). C’est d’ailleurs bien là la définition qui avait été choisie à l’origine par les institutions internationales chargées de réfléchir à cette question après guerre, sous l’impulsion de Jean Fourastié, comptable et économiste, qui était très conscient de ce problème de la productivité définie en valeur. Dans son livre sur la productivité datant de 1968, il nous prévenait des impasses auxquelles conduiraient l’adoption d’une définition de la productivité basée sur le PIB :

 » Il faut retenir que la productivité, au sens moderne du terme, s’entend toujours d’une production physique et jamais d’une évaluation en valeur de la production. Cela entraîne que l’on ne peut jamais comparer la productivité dans une profession, la fonderie d’acier par exemple, avec la productivité dans un autre profession qui fabrique un produit différent, des chaussures par exemple. En effet, la productivité des deux professions (par exemple fonderie et fabrique de chaussures) s’exprimera par deux chiffres tels que les suivants : 6 kg de fonte par heure de travail ; 0,2 paires de chaussures par heure de travail. Or ces deux chiffres sont évidemment impossibles à comparer. 

Cette remarque est d’autant plus importante que certains auteurs très estimables, par exemple M. Collin Clark, et plus récemment M. Dayre dans la brochure Productivité, mesure du progrès, ont employé le mot productivité pour désigner des expressions dont le numérateur est non pas un volume physique de production, mais une évaluation en monnaie de la valeur de cette production.

Le groupe de travail des statisticiens et à sa suite le Comité Nationale de Productivité, puis le Comité des Questions scientifiques et techniques de l’OECE ont rejeté cette extension du mot productivité, d’une part parceque la notion de productivité est déjà suffisamment riche, d’autre part parceque la notion de productivité en valeur conduit à des confusions souvent graves qui sont apparues notamment dans The Conditions of Economic Progress.

Ce qui précède ne signifie nullement que les mesures qui prennent en considération la valeur monétaire de la production soient inutiles. Cela signifie seulement qu’il est dangereux de donner à ces mesures le nom de productivité. »(5)

On voit à quel point la suite des évènements a été contraire à la pensée de Jean Fourastié, toutes les institutions internationales et nationales, ainsi que les économistes, basculant dans la définition de la productivité en valeur monétaire qu’il combattait. Que l’ignorance de la signification comptable du PIB ait joué un rôle dans ce retournement est probable, car les critiques de Fourastié étaient d’autant plus lucides qu’il était un des plus grands, si ce n’est le plus grand, spécialiste de la comptabilité en partie double. Mais ce qui importe, c’est de comprendre que nos économies modernes pourraient bien être en train de payer cette erreur conceptuelle en ne comprenant pas la maladie dont elles sont atteintes et qui est moins la déflation que la croissance de certains secteurs parasitaires, comme la finance.

1 Article sur mon ancien blog : https://ecostatshistoire.wordpress.com/2016/11/26/aux-origines-de-la-comptabilite/

2 Double Entry, How the Merchants of Venice Created Modern Finance, Jane Gleeson-White, Allen and Unwin, 2013

3 La comptabilité nationale, Jean-Paul Piriou, Jacques Bournay, Editions La découverte, 2012

4 Population active, production et productivité dans 21 branches de l’économie française (1896-1962), L. A. Vincent, INSEE, 1964

5 La Productivité, Jean Fourastié, PUF, 1968

De Gaulle : les hommes de caractère font l’histoire (1932)

Dans ce texte d’avant guerre, celui qui n’est encore que le colonel de Gaulle, inconnu du grand public, décrit brillamment pourquoi et comment le caractère permet aux hommes d’exception d’agir sur l’histoire. Il illustrera parfaitement ce texte théorique huit ans plus tard, quand, seul contre tous, il décidera de désobéir à sa hiérarchie pour incarner la France Libre, et deviendra le personnage historique que nous connaissons. Son texte s’applique cependant à beaucoup de grands acteurs, quel que soit leur domaine de prédilection, art, politique, science, etc… On y trouve une analyse très profonde de la société, des hommes et des contraintes de la prise de décision en temps de crise.

On pourrait certainement retrouver ici des traces de la pensée de Balzac, dont de Gaulle fut un lecteur attentif, ainsi que de celle d’André Maurois, le contemporain de De Gaulle, que celui ci appelait « cher maître » dans leur correspondance privée. L’écrivain, déjà célèbre à cette époque, relèvera d’ailleurs la profondeur de ce texte en 1937 dans un de ses ouvrages et aura l’occasion de rencontrer de Gaulle avant guerre par l’intermédiaire de Daniel-Rops. Plus tard, tous deux exilés à Londres, le Général de Gaulle lui proposera le 21 juin 1940 d’être son porte-parole à la BBC, mais après de grandes hésitations, Maurois refusera par peur de mettre en danger sa mère restée à Paris sous la menace des nazis. Mais jusqu’à leurs morts respectives survenues en 1967 et 1970, les deux hommes conserveront un grand respect l’un pour l’autre.

EXTRAIT DU FIL DE L’EPEE (1932)

Face à l’évènement, c’est à soi-même que recourt l’homme de caractère. Son mouvement est d’imposer à l’action sa marque, de la prendre à son compte, d’en faire son affaire. Et loin de s’abriter sous la hiérarchie, de se cacher dans les textes, de se couvrir des comptes-rendus, le voilà qui se dresse, se campe et fait front. Non qu’il veuille ignorer les ordres ou négliger les conseils, mais il a la passion de vouloir, la jalousie de décider. Non qu’il soit inconscient du risque ou dédaigneux des conséquences, mais il les mesure de bonne foi et les accepte sans ruse. Bien mieux, il embrasse l’action avec l’orgueil du maître, car s’il s’en mêle, elles est à lui ; jouissant du succès pourvu qu’il lui soit dû et lors même qu’il n’en tire pas profit, supportant tout le poids du revers non sans quelque amère satisfaction. Bref, lutteur qui trouve au dedans son ardeur et son point d’appui, joueur qui cherche moins le gain que la réussite et paie ses dettes de son propre argent, l’homme de caractère confère à l’action sa noblesse ; sans lui morne tâche d’esclave, grâce à lui jeu divin du héros.

Ce n’est point dire, certes, qu’il la réalise seul. D’autres participent qui ne sont pas sans mérite d’abnégation ou d’obéissance et prodiguent leur peine à faire ce qu’on leur dit. Certains contribuent à tracer le plan : théoriciens ou conseillers. Mais c’est du caractère que procède l’élément suprême, la part créatrice, le point divin, à savoir le fait d’entreprendre. De même que le talent marque l’œuvre d’art d’in cachet particulier d’expression et de compréhension, ainsi le caractère imprime son dynamisme propre aux éléments de l’action. De là, le tour personnel que prend celle-ci du moment qu’il y participe. Moralement, il l’anime, il lui donne la vie, comme le talent fait de la matière dans le domaine de l’art.

Cette propriété de vivifier l’entreprise implique l’énergie d’en assumer les conséquences. La difficulté attire l’homme de caractère, car c’est en l’étreignant qu’il se réalise lui-même. Mais qu’il l’ait ou non vaincue, c’est affaire entre elle et lui. Amant jaloux, il ne partage rien de ce qu’elle lui donne, ni de ce qu’elle lui coûte. Il y cherche, quoi qu’il arrive, l’âpre joie d’être responsable.

La passion d’agir par soi-même s’accompagne, évidemment, de quelque rudesse dans les procédés. L’homme de caractère incorpore à sa personne la rigueur propre à l’effort. Les subordonnés l’éprouvent et parfois, ils en gémissent. D’ailleurs, un tel chef est distant, car l’autorité ne va pas sans prestige, ni le prestige sans éloignement. Au dessous de lui, l’on murmure tout bas de sa hauteur et de ses exigences. Mais dans l’action, plus de censeurs ! Les volontés, les espoirs s’orientent vers lui comme le fer vers l’aimant. Vienne la crise, c’est lui que l’on suit, qui lève le fardeau de ses propres bras, dussent-ils s’y rompre, et le porte sur ses reins, quand même ils en seraient brisés. Réciproquement, la confiance des petits exalte l’homme de caractère. Il se sent obligé par cette humble justice qu’on lui rend. Sa fermeté croît à mesure, mais aussi sa bienveillance, car il est né protecteur. Que l’affaire réussisse, il en distribue largement l’avantage et, dans le cas d’un revers, il n’admet pas que le reproche descende plus bas que lui. On lui rend en estime ce qu’il offre en sécurité.

Vis-à-vis des supérieurs, le train ordinaire des choses le favorise mal. Assuré dans ses jugements et conscient de sa force, il ne concède rien au désir de plaire. Le fait qu’il tire de lui-même et non point d’un ordre sa décision et sa fermeté l’éloigne souvent de l’obéissance passive. Il prétend qu’on lui donne sa tâche et qu’on le laisse maître à son bord, exigence insupportable à beaucoup de chefs qui, faute d’embrasser les ensembles, cultivent les détails et se nourrissent de formalités. Enfin, l’on redoute son audace qui ne ménage les routines ni les quiétudes. « Orgueilleux, indiscipliné » disent de lui les médiocres, traitant le pur-sang dont la bouche est sensible comme la bourrique qui refuse d’avancer, ne discernant point que l’âpreté est le revers ordinaire des puissantes natures, qu’on s’appuie seulement sur ce qui résiste et qu’il faut préférer les cœurs fermes et incommodes aux âmes faciles et sans ressort.

Mais que les évènements deviennent graves, le péril pressant, que le salut commun exige tout à coup l’initiative, le goût du risque, la solidité, aussitôt change la perspective et la justice se fait jour. Une sorte de lame de fond pousse au premier plan l’homme de caractère. On prend son conseil, on loue son talent, on s’en remet à sa valeur. A lui naturellement, la tâche difficile, l’effort principal, la mission décisive. Tout ce qu’il propose est pris en considération, tout ce qu’il demande, accordé. Au reste, il n’abuse pas et se montre bon prince, du moment qu’on l’invoque. A peine goûte-t-il la saveur de sa revanche, car l’action l’absorbe tout entier.

Ce recours unanime au Caractère, quand l’évènement l’impose, manifeste l’instinct des hommes. Tous éprouvent, au fond, la valeur suprême d’une pareille puissance. Tous ont le sentiment qu’elle constitue l’élément capital de l’action. Car enfin, s’il faut, suivant Cicéron, « étudier chaque chose dans les exemplaires les plus achevés qu’on en possède », où voit-on qu’une grande œuvre humaine ait été jamais réalisée sans que se soit fait jour la passion d’agir par lui-même d’un homme de caractère? Alexandre n’eût point conquis l’Asie, ni Galilée démontré le mouvement de la terre, ni Colomb découvert l’Amérique, ni Richelieu restauré l’autorité royale, ni Boileau posé les règles du goût classique, ni Napoléon fondé l’Empire, ni Lesseps percé l’isthme, ni Bismarck réalisé l’unité allemande, ni Clémenceau sauvé la patrie, s’ils avaient cédé aux conseils d’une basse prudence ou aux suggestions d’une lâche modestie. Bien plus, ceux qui accomplirent quelque chose de grand durent souvent passer outre aux apparences d’une fausse discipline. Ainsi Pélissier à Sébastopol, empochant les dépêches comminatoires de l’Empereur, pour les lire seulement quand l’affaire serait terminée. Ainsi Lanrezac, sauvant son armée après Charleroi en rompant le combat malgré les ordres reçus. Ainsi Lyautey, conservant tout le Maroc en 1914 en dépit des instructions supérieures. Après la bataille navale du Jutland et l’occasion manquée par les Anglais de détruire la flotte allemande, Lord Fisher, premier Lord de l’Amirauté, recevant le rapport de l’amiral Jellicoe, s’écriait avec chagrin : « Il a toutes les qualités de Nelson, sauf une : il ne sait pas désobéir !  »

Il va de soi que les succès des grands hommes impliquent des facultés multiples. Le Caractère, si rien ne l’accompagne, ne donne que des téméraires ou des entêtés. Mais, inversement, les plus hautes qualités de l’esprit ne peuvent suffire. L’histoire nous présente cent personnages doués des plus rares talents, mais dont le manque de caractère frappa l’œuvre de stérilité. Servant ou trahissant à merveille, ils ne créèrent rien ; mêlés aux évènements, ils n’y imprimèrent pas leur marque ; considérables, ils ne furent point illustres.

Peu d’hommes ont, mieux que Sieyès, pénétré la théorie des institutions. Plein de projets, prodigue de conseils, siégeant sur les bancs des assemblées dans le temps même où la France nouvelle sortait de l’ancienne au prix d’une crise inouïe, qu’a-t-il accompli pendant les années révolutionnaires sinon « d’avoir vécu »? M. Henry Joly, s’arrêtant à la carrière de Talleyrand et mettant en relief « la fécondité de vues, la sûreté du coup d’œil, l’ampleur des prévisions, la connaissance des hommes », que possédait ce diplomate, observe qu’il n’a rien fait de grand à une époque pourtant bien favorable et cite à ce sujet le jugement de Thiers : « Aimant à plaire, plus qu’à contredire, ayant des penchants plutôt que des opinions, il n’avait pas le crédit d’un esprit ferme et convaincu. » Le général Trochu, renommé parmi ses contemporains pour son intelligence et son savoir, mêlé, jeune encore, aux grandes affaires dont il avait le sens et l’expérience, se trouva porté au faîte du pouvoir à un moment décisif pour la patrie. Il ne lui manquait rien pour jouer un grand rôle national, sinon, précisément, l’audace de l’entreprendre et la fermeté de s’y tenir.

André Maurois : comment lutter contre vos ennemis

André Maurois explique ici pourquoi vivre et agir implique inévitablement de se faire des ennemis. Il s’attache à démontrer pourquoi il est nécessaire de garder une attitude droite tout en luttant contre eux. Pour reprendre sa célèbre traduction du poème de Kipling :  » …et te sentant haï, sans haïr à ton tour / Pourtant lutter et te défendre. »

Vous avez pu constater, dès le début de cette lettre d’apprentissage, que, comme je vous l’avais annoncé, je m’inquiète fort peu des modes intellectuelles. D’autres vous proposeront des règles toutes différentes. Ils vous diront : « Ne t’occupe pas des valeurs traditionnelles ; elles sont périmées. Regarde autour de toi. Que vois-tu ? Une société qui est une foire d’empoigne. On te conseille la fidélité ? Qui observe cette règle ? Les carrières se font par l’opportunisme. Les écrivains les plus applaudis, les films les plus admirés peignent et prêchent le cynisme. La méchanceté paie. Elle alimente les échos des journaux. Le sadisme paie ; il inspire les romans qui se vendent le mieux. L’érotisme paie ; il remplit les salles obscures. Le pédantisme, l’obscurité, le jargon paient ; ils sont tenus pour signe de profondeur. Tu admires Balzac ? Ecoute-le :  » Il y a deux histoires, l’histoire officielle, toute de mensonge où les nobles sentiments expliquent les actions ; et l’histoire secrète, la seule vraie, où la fin justifie les moyens. Les hommes, dans l’ensemble, sont fatalistes ; ils adorent l’événement ; ils se rallient au vainqueur. Réussissez donc : vous serez justifié. Vos actions ne sont rien en elles-mêmes ; elles sont l’idée que d’autres s’en forment. Ayez de beaux dehors, cachez l’envers de votre vie et présentez un endroit très brillant. Tout est dans la forme. » Ainsi parle Vautrin.

Oui, ainsi Balzac fait parler Vautrin et il y a un peu de Vautrin en Balzac comme en tout homme ambitieux. Mais Vautrin est un bandit. Il adresse ce discours à Lucien de Rubempré. Et comment, l’ayant écouté, suivi, finira Rubempré? En se suicidant dans une prison. Les conséquences condamnent la doctrine. Hitler a été un Vautrin à l’échelle des nations, un bandit au pouvoir qui prônait la cruauté sans merci, le mépris des morales, la ruse et la violence. Pour Hitler, agir  » à la vraie manière nationale-socialiste  » , c’était tuer les enfants, jeter les femmes au four crématoire, manquer aux engagements les plus solennels, s’entourer d’assassins. Et comment a fini Hitler? En se suicidant dans la cour de sa chancellerie. Oh ! certes des Justes ont, eux aussi, échoué et quelques-uns ont dû se tuer pour sauver leurs secrets. Respecter les valeurs vraies n’est pas toujours, loin de là, s’assurer une vie tranquille ; mais c’est se donner un cœur en paix avec soi-même.

Je ne demande pas que tous les hommes soient bons. Il faudrait être fou pour l’espérer. Il y a des vautours sur toutes les branches de la jungle humaine. Des aventuriers guettent les transports d’or. Des hommes dits de confiance volent leurs employeurs. Des trafiquants de chair humaine terrorisent les filles. Des sadiques cherchent de jeunes proies qu’ils puissent violer ou tuer. A chaque instant, en dix points de la terre, des soldats, mitraillette au point, errent dans les taillis, dans les marais et tirent d’autres soldats comme on tire des lapins. Voilà l’humanité, voilà de quoi nous devons partir pour établir des civilisations supportables. « Et si cela n’est pas l’ornement du monde, il faut s’aller noyer (Alain) ».

Mais c’est l’ornement du monde. Cette humanité vociférante et rude qui lutte depuis quelques millénaires pour bâtir des sociétés meilleures que celle du vautour et du lapereau ne justifie pas ceux qui jettent le manche après la cognée. Dans la forêt humaine, il y a du bois sain. Vous verrez. Au cours de votre vie vous allez rencontrer d’effroyables canailles ; vous serez trahis par des gens que vous teniez pour des amis ; vous souffrirez par des coquettes qui ne méritaient pas un soupir ; vous serez calomnié de manière si sotte que tant de bêtise vous coupera le souffle et que vous ne saurez quoi répondre. « Les dieux eux-mêmes combattent vainement contre la bêtise. (Schiller) »

« Il faut se dire chaque matin : Aujourd’hui j’aurai affaire à un importun, à un ingrat, à un brutal, à un fourbe. » (Marc-Aurèle) Il faut se le dire parce que c’est vrai. Mais tous ces vices ne viennent à ces gens-là que de l’ignorance où ils sont, et vous trouverez aussi le dévouement le plus inattendu, l’amour le plus délicat, la constance, dans votre malheur, d’êtres que vous croyiez indifférents ou frivoles. Vous observerez autant d’actions sublimes que d’actions déshonorantes. Vous découvrirez que les méchants eux-mêmes sont capable de charité, les usuriers de générosité et les coquettes de tendresse. « Tant que tu seras heureux, tu compteras de nombreux amis. Que viennent des temps nuageux, tu seras seul. » Ainsi chante Ovide ; mais il se trompe ; c’est dans le malheur que viendront à vous de vrais amis.

Si vous obtenez de trop constants succès, si mérités soient-ils, vous aurez des ennemis. C’est la loi de la nature. Pourquoi? Parce qu’il se trouvera des hommes que votre seule existence gênera. Parce qu’il est impossible de plaire à tout le monde. Votre réussite irritera quelques-uns qui convoitaient les mêmes places, le même public. En outre vous parlerez, et l’on parle toujours trop ; vous jugerez avec franchise des êtres qui ne supportent pas la franchise ; vos jugements seront répétés. Un mot ironique ou sévère suffit à vous assurer un ennemi pour la vie. Les hommes ont la peau sensible ; dès qu’il s’agit d’eux, la moindre critique les blesse, surtout si elle touche un point vulnérable. Ils sont ombrageux comme les chevaux qu’il ne faut pas approcher qu’avec précaution, en caressant leur flanc. Beaucoup ressemblent à un blessé dont la plaie paraît cicatrisée, mais qui pousse un cri si un maladroit effleure la zone sensible. Une haine féroce peut être éveillée par un faux rapport. Le monde est plein de gens qui jouissent des peines qu’ils causent et des brouilles qu’ils manigancent. Ils vous feront des ennemis si vous ne les avez faits vous-même. Et puis certains auront à votre égard une aversion instinctive.

« L’aversion, écrivait Spinoza, est un trouble de l’âme qui se tourne contre un objet à cause du tort ou de la souffrance dont nous savons ou supposons qu’il est l’auteur par nature. »  Elle diffère de la haine. L’aversion n’a pas de cause précise. Je peux n’éprouver aucune aversion pour un homme dont les idées s’opposent aux miennes. Nous constatons le désaccord ; nous l’acceptons. Au contraire j’ai connu au cours de ma vie des hommes dont tout aurait dû me rapprocher et pour lesquels j’éprouvais une aversion que je sentais réciproque. Ce sont les tempéraments, les natures, non les idées qui s’affrontent. Vous rencontrerez, tout au long de votre existence, des adversaires dont vous direz avec surprise : « Pourquoi m’en veut-il? Je ne lui ai rien fait. » Mais si! la plus grave des offenses : vous êtes une négation vivante de sa nature.

Envers vos ennemis comment vous conduire? Ne répondez pas à la haine par la haine. C’est un sentiment pénible qui engendre la tristesse et s’il va plus loin, la colère. Parce qu’un homme a cru, à tort, le mal qu’on lui disait de vous, parce qu’il s’est permis de vous juger par ouï-dire, devez-vous imiter sa précipitation et sa crédulité? Si vous cédiez à ce ressentiment, la colère irait croissant de part et d’autre ; elle empoisonnerait votre vie. Deux voies vous sont ouvertes. Si la haine est née d’un mensonge, essayez du moins de dissiper le malentendu. Des amis communs peuvent s’entremettre. On peut s’entendre pour oublier, pour « passer l’éponge ». En ce cas mieux vaudra ne pas tenter une explication directe. Ce serait ranimer le conflit. Serrez-vous la main, ce qui est un antique symbole, et n’en parlez plus. Je connais de solides amitiés qui ont été bâties sur les débris de vieilles rancunes. Pardonner en expliquant le pardon n’est pas pardonner.

Si au contraire vous vous trouvez en face d’un véritable méchant, c’est-à-dire d’un malheureux, incapable de regarder la vérité en face, exaspéré, endurci, alors brisez. Rien de bon ne naîtrait d’une reprise de contact. Même dans le cas où l’adversaire a ses mérites, reconnus par d’autres, s’il s’oppose à vous par nature, ne tentez rien. Mieux vaut une franche rupture qu’un compromis aigre-doux. Que ce ne soit pas ressentiment mais précaution d’hygiène morale. Dites : « Je préfère ne le voir parce que je refuse de me mettre en colère ». Vivons avec ceux qui nous aiment. Ceux qui nous haïssent nous dépriment et nous abaissent. Et d’ailleurs que dire à un ennemi : « On ne peut discuter avec profit que si l’on est d’accord. Et encore… » J’entends : un accord sur l’essentiel, fondé sur une estime mutuelle, voire même sur un peu d’admiration. « Il faut se passer des instants de vanité comme l’on sort sur le pas de la porte pour prendre un moment de soleil. »

Quant aux monstres, acharnés à nuire (il y en a), traitez-les comme des bêtes sauvages. Encore une fois, point de haine : elle vous diminuerait sans les transformer. On ne hait pas un lion. S’il bondit dangereusement, on le tue. On ne hait pas un fou ; on le ceinture et on le soigne. Haïr Hitler ne supprimait pas Hitler. Le remède était de construire assez d’avions et de chars pour cerner le repaire et prendre la bête. Vous comprendrez, quand vous aurez, comme nous, vécu un bon bout d’histoire, qu’il faut être violent avec les violents. La non-violence a sa beauté, mais elle laisse le champ libre aux brutes. Surtout il faut prévenir la violence en contredisant avec force ceux qui la conseillent. En temps de paix, les peuples se laissent séduire par les prophètes de la guerre « courte et joyeuse », de la révolution utopique. En fait les guerres que nous avons vécues ne créaient que des charniers, des ruines et détruisaient le travail des générations. Les révolutions, disait Valéry, « font en deux jours l’ouvrage de deux mois, puis défont en deux ans l’ouvrage de deux siècles. » Il serait souvent possible, par des réformes consenties à temps, de faire l’économie d’une révolution.

Quelques uns répondront : « Faut-il faire l’économie d’une révolution? N’est-elle pas le meilleur moyen de nettoyer une plaie? La Révolution française n’a-t-elle pas mis fin à des privilèges abusifs? La Révolution russe n’a-t-elle pas nivelé les conditions et amélioré le type de vie des masses ? » Bien-sûr, mais ces résultats n’ont été obtenus qu’après de terribles sursauts. La génération qui déclenche une révolution n’est jamais celle qui en recueille les bienfaits. Les mêmes effets auraient pu être obtenus sans tant de massacres et de douleurs si les rois en France, les tzars en Russie avaient été plus sages et mieux informés. L’Angleterre a eu, sans révolution, tout ce que la France a payé d’un sang précieux, inutilement versé. Pour en revenir à la conduite de votre vie, j’aimerais à vous voir généreux, hardi, prêt à accepter toute réforme juste, fût-elle contraire à vos intérêts, mais résolument hostile à toute guerre, nationale ou civile. Cependant, si d’autres vous imposent la lutte, vous y prendrez part avec courage, avec discipline, sans peur comme sans haine.  » Le vice fomente ; la vertu combat.  »

 

André Maurois : grandeur et misère de l’argent

Ici André Maurois conseille son jeune interlocuteur concernant l’épineuse question de l’argent. Il lui préconise de s’enrichir raisonnablement tout en l’alertant fortement sur le danger d’un trop grand enrichissement : devenir un être stérile.

Mépriser l’argent est facile pour l’homme riche ou pour celui qui n’a pas de besoins. Mais y-a-t-il des hommes qui n’ont aucun besoin? La vieille femme la plus frugale doit se loger, se chauffer, se nourrir. Le moine fait vœux de pauvreté, le couvent non, et le moine lui-même ne vit pas de l’air du temps. Vous serez, j’imagine, un homme normal ; il vous faut un salaire un peu supérieur à vos dépenses afin de créer un fonds de réserve pour les mauvais jours.

Gagner de l’argent, tout homme qui possède une technique et ne rechigne pas au travail le peut plus ou moins. Conserver une partie de l’argent que l’on a gagné pose un problème plus difficile. Les placements rapportent peu. Vivre de vos rentes exigerait un capital énorme. Ce capital lui-même risque de fondre. Quel remède? Acheter des actions qui, représentant des valeurs réelles, monteront si la monnaie baisse? Vous aurez quelques mauvaises surprises. Une industrie qui fut longtemps prospère reste à la merci de techniques nouvelles, des caprices de la mode ou d’un chef médiocre. La bourse a ses sautes d’humeur, liées à la politique mondiale. Elles ne sont guère prévisibles. Des valeurs à revenu fixe? Cela est raisonnable, encore faut-il avoir confiance dans la stabilité de la monnaie. Acheter des immeubles, des terrains? Sage politique hier, aujourd’hui moins efficace parce que les plus-values sont imposées. Collectionner des tableaux, des livres, des objets précieux? La méthode a l’avantage de procurer, outre la sécurité, des plaisirs délicats, mais vos collections, au temps de les réaliser, trouveront-elles des acheteurs? En temps de crise, les amateurs se raréfient . En temps de révolution, les collections sont confisquées.

Bref la sécurité absolue, en matière d’argent, n’est qu’un rêve. Cela ne veut pas dire que vous ne devez pas chercher une sécurité relative. Là-dessus la sagesse traditionnelle vous apporte de précieux avis : « Ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier »,  « Ménagez-vous plusieurs lignes de retraite ». Prudence louable, mal commode à pratiquer pour un homme aux ressources limitées. Il faut avoir beaucoup d’œufs pour en remplir plusieurs paniers ; il faut avoir beaucoup de munitions pour couvrir plusieurs lignes de retraites. Peut-être, ayant eu l’idée d’une entreprise, d’une recherche, voudrez-vous y jeter tout ce que vous possédez. Peut-être penserez-vous que mieux vaut réussir en prenant de grands risques, qu’échouer par la méthode des petits paquets. En tout cas essayez de tenir vos dépenses au-dessous de vos recettes. Je dis : essayez, car les dépenses ne sont pas indéfiniment compressibles alors que les recettes ont parfois des fléchissements terribles.

Ne dites qu’à la dernière extrémité : « Au pis aller j’emprunterai ». S’endetter est toujours un danger. Le créancier le plus amical deviendra féroce s’il commence à se méfier. S’il a été un ami, il cessera bientôt de l’être. Vous serez le premier à fuir parce qu’il est un reproche vivant. Même s’il peut supporter une perte, il vous en voudra de l’avoir déçu. La famille la plus généreuse se lasse de financer des projets chimériques. La situation se transformera le jour où vous aurez crée une entreprise prospère. Alors, ayant une expérience, un gage à offrir, vous aurez le droit de recourir au crédit. Il ne faudra le faire qu’après avoir évalué avec pessimisme vos budgets futurs. Toujours l’inattendu arrive et l’inattendu est le plus souvent défavorable. Nous nous dupons si aisément nous-même lorsqu’il s’agit de notre avenir. Conservez un emploi sûr plutôt que de vous lancer dans l’inconnu.

Vous me direz : « ce n’est pas le moyen de faire fortune. » Mais si ! Et d’ailleurs, faut-il faire fortune? C’est une calamité que d’être pauvre et de manquer du nécessaire pour soi et pour les siens ; c’est une autre calamité que d’être né riche. On arrive alors à l’âge d’homme sans avoir pris de vrais contacts avec les hommes, sans avoir partagé leurs travaux, leurs angoisses et leurs joies. On vit dans un désert peuplé de maîtres d’hôtel. Les « gosses de riche » échouent fréquemment et retombent à l’indigence. Ceux qui ont bâti eux-mêmes leur richesse en partant de zéro sont déjà plus humains. Ils se souviennent. Mais jamais assez. Le jour vient où ils se mettent à penser en riches. Or, « cette région des villes où l’on dîne en plastron blanc ne produit point de pensée… L’art de persuader manque justement à ceux qui en ont besoin. Ils vont comme des aveugles ; et c’est par la pensée que le pouvoir périt. Savoir est le fait du pauvre. » Je vous souhaite de faire une fortune moyenne ; je vous souhaite de la faire par le travail.

Il n’y a rien d’immoral à ce qu’un homme, ingénieur, commerçant, artiste, s’enrichisse par son ingéniosité et par sa ténacité. Bien au contraire. La société lui rend ce que lui-même a donné. S’il ne donnait rien, ou trop peu, ses concurrents l’auraient éliminé. Les fortunes géantes, pour la plupart, s’édifient par d’autres moyens, abstraits , mathématiques, inhumains.  Une mise en société, une fusion, un lancement en bourse, une prospection, une spéculation, l’achat d’un brevet, des manipulations produisent des milliards. Le milliardaire peut être pétri de bonnes intentions, mais tout est mirage dans sa pensée. Le succès le rend trop confiant ; il multiplie les entreprises et il arrive que son château de cartes, si beau, s’écroule dès que souffle le vent du destin. Ne soyez jamais trop riche. Il en est du riche comme du conquérant ; savoir s’arrêter à temps serait leur plus grande vertu. Ils la possèdent rarement.

Surtout gardez-vous de la trop grande richesse si vous tenez à rester capable de création artistique. La nature de l’artiste est telle que la pauvreté, le malheur, en exigeant des compensations, lui arrachent des chefs-d’œuvre. Balzac aurait-il été Balzac sans sa misère, ses créanciers, la prison pour dettes, les usuriers? Sa vie difficile le mettait en rapport avec des espèces humaines assez rares que le vrai riche, trop bien protégé dans sa belle maison par des secrétaires et des valets, ne connaitra jamais. Le besoin le contraignait au travail. Eût-il produit quatre romans par an, écrit d’admirables nouvelles en une nuit de labeur et d’extase, si quelque garde du commerce ne l’avait attendu à la porte, prêt à l’arrêter si tel effet n’était pas payé? J’ai vu des musiciens, des peintres stérilisés par la fortune. Seuls échappent à ce destin ceux qui, ayant acquis la richesse, continuent de travailler comme au temps de la pauvreté. Victor Hugo administrait avec maîtrise une immense fortune, mais il voulut vivre en pauvre, et cela jusqu’au corbillard. Sauvés aussi les artistes qui tel Balzac, gaspillent, en de sublimes folies, leurs gains, le jour même où ils les touchent.

Assurez le présent et l’avenir pour vous et pour les vôtres, dans la mesure où l’homme peut assurer quoi que ce soit. Cela fait, vivez simplement. Cela vaudra mieux pour votre foie, pour votre cœur et pour votre esprit. J’ai connu un milliardaire qui, las d’acheter des femmes vénales, prenait le métro et essayait de conquérir des jeunes filles inconnues auxquelles il envoyait ensuite un simple bouquet de violettes. Plaire à si peu de frais lui donnait ses seuls plaisirs. Le problème n’est pas d’avoir les moyens d’acheter du caviar, le problème est d’avoir faim.

Trouver, à l’égard de l’argent, la juste attitude, est très difficile. D’une part il est sot de le mépriser. Si, au cours des millénaires, tous les hommes ont utilisé ces signes qui permettent les échanges et les transferts, c’est qu’ils ne pouvaient s’en passer. Une civilisation communiste paie des salaires, encourage l’épargne, permet de plus en plus que chacun fasse de l’argent l’usage qui satisfait ses goûts. D’autre part, devenir esclave de l’argent est ignoble. Louer et rechercher un homme parce qu’il est riche, et seulement parce qu’il est riche, révèle une âme basse. Bien sûr, il peut être à la fois riche et intelligent, riche et charmant et alors l’amitié ira tout naturellement à l’intelligence et au charme. Mais la richesse, en tant que richesse, ne doit vous inspirer ni amour ni haine. En particulier un artiste, s’il peut accepter (et même demander) d’être payé pour les travaux qu’il fait avec bonheur, ne doit en aucun cas permettre à l’argent de lui imposer une prostitution dégradante.

Un autre problème difficile est celui de l’argent dans ses rapports avec la famille. Je tiens pour condamnable qu’un père qui dispose d’un marge de revenu laisse ses enfants dans le besoin. Les drames de la convoitise, les intrigues autour d’un héritage naissent dans ces foyers clos où de jeunes loups affamés tournent autour d’un vieux loup repu. Si vous le pouvez, aidez vos enfants à prendre le départ. Cela va de soi si leurs projets vous semblent raisonnables. Si l’un deux se sent une vocation puissante, irrésistible, mais à vos yeux bizarre, ne le contrariez pas. Les parents de Balzac, petits bourgeois assoiffés de respectabilité, n’aimaient guère que leur fils voulût écrire. Pourtant ils lui accordèrent une pension et un an de répit. Firent-ils pas mieux que de le blâmer? Souvenez-vous de votre propre jeunesse. Seulement, tout en aidant vos enfants, exigez qu’ils s’aident eux-mêmes. Ils ne se feront un caractère, et des muscles, qu’en se heurtant aux obstacles. La mère oiselle donne la becquée aux petits, mais elle leur apprend à voler de leurs propres ailes.

André Maurois : les quatre règles éternelles d’une vie réussie

Dans ce texte, André Maurois remet les théories pessimistes et jargonnantes modernes à leur place. Il met son intelligence et ses connaissances en œuvre pour dégager une véritable morale de la vie, permettant de construire celle-ci au jeune à qui il s’adresse, et à travers lui, à la jeunesse en général. Ce texte n’a pas pris une ride.

EXTRAIT DE LETTRE OUVERTE A UN JEUNE HOMME (1967)

J’ai quatre-vingts ans ; vous en avez vingt. Tous ceux qui vous connaissent me parlent de vos mérites. Or vous me demandez de vous donner quelques conseils sur la vie, bref une « lettre d’apprentissage », comme celle que, dans Balzac, Madame de Mortsauf écrit pour Félix de Vandenesse ou celle que Goethe composa pour Wilhelm Meister. Je vous avoue que votre requête m’a fait plaisir. Par choix délibéré, j’ai refusé de me plier aux modes intellectuelles ; j’ai renoncé aux faciles prestiges des jargons pseudo-philosophiques. C’était, croyais-je, me priver des suffrages d’adolescents facilement éblouis par le clinquant des mots. Votre appel me touche et me rassure. Je vais essayer de faire avec vous un tour d’horizon.

Et d’abord, je vous prie de balayer et d’écarter de vos pensées le pessimisme néo-romantique, tout artificiel, qui a empoisonné une génération. On vous a dit que le monde est absurde. Qu’est-ce que cela signifie? Une proposition est absurde quand elle est contraire à la raison. Une loi est absurde quand elle offense le sens commun. Mais que tout soit absurde est absurde. Le monde est ce qu’il est. Il ne relève ni de la raison, ni du sens commun. Il constitue une base de départ, une donnée. Que voudrait-on? Que le monde eût été construit pour nous satisfaire? Ce serait le plus surprenant des miracles. Le monde ne veut rien. Il n’est ni favorable, ni hostile. On vous a dit que l’homme est un être né pour la mort et que vous devez en éprouver une constante angoisse. Pourquoi? La mort n’est pas une pensée. La mort de ceux que nous aimons nous bouleverse. Mais la nôtre? La craindre, c’est nous représenter à la fois un monde où nous sommes et un monde où nous constatons notre absence. Ces deux idées ne peuvent coexister.

On vous a dit que nous vivons au dessus d’un abîme et qu’au moment où nous prenons conscience de ce péril, nous ne sommes plus que vertige. Mais les hommes ont toujours vécu au-dessus d’un abîme, et ils ont aimé, travaillé, créé. Rien ne s’oppose à ce que vous les imitiez. On répondra : « Tout a changé. Les hommes du temps jadis s’appuyaient sur une foi. Et ils n’étaient pas, comme nous, sous la menace d’une destruction totale de la planète. » Qui vous empêche d’avoir une foi? Les dieux sont morts? Disons que les images de Dieu ont pris des formes nouvelles. Mais vous savez qu’il y a en vous quelque chose plus grand que vous ; vous savez que cette grandeur existe en chaque homme et que le lâche se juge lui-même ; vous savez que les catastrophes qui menacent l’humanité seraient l’œuvre de l’humanité et qu’un volonté commune, tenace, pourrait les détourner ; vous savez que, si nous longeons un abîme, rien ne nous force à y tomber.

On vous a dit que les vieilles valeurs morales ont rejoint les vieilles lunes. C’est faux. Si vous décapez l’humanité présente des mots qui la masquent, vous retrouverez l’homme éternel. Des écrivains vous annoncent la fin des civilisations classiques. « Il faut bien se rendre à l’évidence, disent-ils ; ce XXème siècle met le point final à une période de cinq mille ans d’humanité — l’Ere des grandes civilisations classiques — et nous allons entrer dans une autre… Ce qui va venir n’aura plus aucune analogie avec ce groupe ; ce n’est pas une nouvelle variante de l’âme qui doit s’accomplir dans un corps historiquement préfiguré ; c’est une âme nouvelle dans un corps nouveau. » Une âme nouvelle dans un corps nouveau? Je n’en crois rien. Il n’est pas vrai que le corps soit nouveau. N’avons-nous pas un cœur, un foie, des artères, des nerfs comme les hommes de Cro-Magnon? Quant à l’âme, les valeurs morales n’ont pas été inventées gratuitement par des moralistes séniles. Elles sont des valeurs parce que sans elles, ni une société, ni un bonheur ne peuvent survivre. Je vous rappellerai donc, en commençant, quelques règles, aussi anciennes que la civilisation, qui restent vraies malgré les techniques nouvelles et les philosophies nihilistes.

La première, c’est qu‘il faut vivre pour autre chose que pour soi. L’homme qui médite sur lui-même trouvera toujours mille raisons d’être malheureux. Jamais il n’a fait tout ce qu’il aurait voulu et dû faire ; jamais il n’a obtenu tout ce que, pense-t-il, il méritait d’obtenir ; rarement il a été aimé comme il aurait rêvé de l’être. S’il remâche son passé, il éprouvera des regrets ou des remords, ce qui est vain. « Nos fautes sont vouées à l’oubli et c’est tout ce qu’elles méritent « . Au lieu de raturer un passé que rien ne peut abolir, essayez de construire un présent dont vous serez ensuite fier. Le désaccord avec soi-même est le pire des maux. Tout être qui vit pour les autres, pour son pays, pour une femme, pour une œuvre, pour les affamés, pour les persécutés, oublie merveilleusement ses angoisses et ses médiocres soucis. « Le véritable monde extérieur est le véritable monde intérieur. »

La seconde règle, c’est qu’il faut agir. Au lieu de nous lamenter sur l’absurdité du monde, essayons de transformer le petit canton où nous fumes jetés. Nous ne pouvons changer tout l’univers, mais qui souhaite changer tout l’univers? Nos objectifs sont plus proches et plus simples : faire notre métier, le bien choisir, le bien connaître, y devenir maître. Chacun a son rayon d’action ; j’écris des livres, le menuisier assemble les planches de ma bibliothèque, l’agent dirige la circulation, l’ingénieur construit, le maire administre la commune. Tous, s’ils sont surchargés de travaux qu’ils savent bien faire, sont heureux au moment où ils agissent. Cela est si vrai que, dans leurs temps de loisirs, ils s’imposent des actions, en apparence inutiles, qui sont les jeux et les sports. Ce joueur de rugby qu’un adversaire plaque dans la boue est heureux. Quand aux actions utiles, nous jouissons de leur efficacité : un maire actif fait une ville propre, un prêtre actif fait une paroisse vivante et ces réussites les contentent.

La troisième règle est qu’il faut croire à la puissance de la volonté. Il n’est pas vrai que l’avenir soit entièrement déterminé. Un grand homme peut modifier le cours de l’histoire. Quiconque a le courage de vouloir peut modifier son propre avenir. Naturellement aucun de nous n’est tout puissant ; la liberté de chaque homme a ses bornes. La liberté vit sur la frontière entre les possibles et la volonté. Il ne dépend pas de moi d’empêcher la guerre, mais je puis exercer par la parole et l’écrit une action qui, multipliée par des millions d’autres, rendra la guerre moins probable. Je puis m’abstenir de dire à mes compatriotes, à tout propos, qu’ils ont été offensés et que l’honneur exige qu’ils se suicident avec notre pays. Il ne dépend pas de moi de gagner des batailles ; il dépend de moi d’être un soldat courageux, à ma place, « en situation ». Et comme « la limite de la volonté dépend de ce qu’on ose », il faut toujours, sans se préoccuper de la limite, se gouverner soi-même le mieux qu’on peut. La paresse, la lâcheté sont des abandons ; le travail, le courage sont faits d’actes volontaires. Et peut-être la volonté est-elle la reine des vertus.

Pourtant, quatrième règle, je vous proposerai une autre valeur aussi précieuse que la volonté, et c’est la fidélité. Fidélité aux promesses, aux contrats, aux autres, à soi-même. Il faut être de ceux qui ne déçoivent jamais. La fidélité n’est pas une vertu facile. Mille tentations se jettent en travers de l’engagement pris. Vous direz : « Quoi? Si j’ai épousé une femme coquette, déloyale et sotte, je dois lui être fidèle? Si j’ai choisi un métier et reconnaît qu’il ne répond pas à mon attente, je dois m’interdire un nouveau départ? Si je me suis affilié à un parti et découvre qu’il est fait d’un tas de gens perdus et avides, je dois refuser de me joindre à un autre parti que, mieux informé, je reconnais pour plus honnête? » Non. Fidélité n’est pas aveuglement. Seulement, il faut se garder d’attribuer à un mauvais choix les infidélités qui seraient plutôt le signe d’un manque de générosité. « L’idée juste, est au contraire, dit Alain, que tous les choix sont mauvais si l’on abandonne, mais qu’ils peuvent tous devenir bons par le bon vouloir. Nul ne choisit son métier par de bonnes raisons puisqu’il faut l’avoir choisi pour le connaître. Nul ne choisit non plus ses amours. » La fidélité crée ce qui la justifie.

J’imagine que ces règles de vie vous semblent à la fois sévères et sommaires. Je le sais bien, mais il n’y en a pas d’autres. Je ne vous demande pas de traverser la vie en stoïcien farouche. Ayez un sens de l’humour. Soyez capables de sourire de vous-même — et de moi. Acceptez vos faiblesses, si vous ne pouvez les dominer, mais tâchez de maintenir, malgré elles, une armature forte. Toute société où les citoyens ne vivent plus que pour leurs ambitions ou leurs débauches ; toute société qui tolère la violence et l’injustice ; toute société où les hommes n’ont aucune confiance les uns dans les autres ; toute société dont les membres cessent de vouloir est une société condamnée. Tant que Rome a été la Rome des héros, elle est restée florissante ; dès qu’elle a cessé de respecter les valeurs qui l’avaient faite, Rome a péri. Les techniques nouvelles changent les modes d’action ; elles ne changent ni la valeur de l’action, ni les raisons d’agir. Ce fut ainsi au commencement, et ce sera ainsi jusqu’à la fin.

André Maurois : le but de la vie

Dans ce texte, le grand écrivain André Maurois, arrivé à la fin de sa vie, conseille un jeune homme de 20 ans et tâche de lui faire partager son expérience à la lumière de sa culture:

EXTRAIT DE LETTRE OUVERTE A UN JEUNE HOMME (1967)

On vit ; on se nourrit ; on aime ; on procrée ;on travaille. Pourquoi? Goethe répondait : « Dans le désir de dresser aussi haut que possible dans les airs la pyramide de mon existence dont la base m’a été donnée toute bâtie. » Ce serait  pour vous une manière assez noble de construire votre vie que d’essayer d’en faire un chef-d’oeuvre. Il est vrai que la base nous est donnée toute bâtie. Considérez mon cas : je suis né en province d’une famille d’industriels, je devais succéder à mon père, et ma mère, très cultivée, m’avait inspirée le goût des lettres. Voilà le point de départ. Sur cette base j’ai construit, comme j’ai pu, ma pyramide. Je ne savais pas du tout, quand j’avais votre âge, ce qu’elle serait. Jamais je ne me suis tracé de plan de vie. Je faisais des projets à court terme : écrire tel livre, enseigner dans telle université, convaincre tel peuple de telle vérité. Le hasard se chargeait de raturer mes plans, parfois de les enterrer, parfois aussi de les améliorer. Des évènements imprévus me fournissaient des sujets. Une oeuvre se faisait, fort différente de celle que j’avais imaginée. Des haines me glaçaient, des amitiés me réchauffaient. La pyramide montait dans le ciel, imparfaite, ses arêtes un peu tordues, ses gradins inégaux. La voici toute proche du sommet. Le monument achevé, tant bien que mal, l’architecte n’aura plus qu’à s’effacer.

Parce que vous êtes jeune, vous commencez à peine, sur la base qui vous fut assignée, à placer les premières assises de ce qui sera votre pyramide. Je voudrais vous faire profiter de mes erreurs. Ma pyramide n’est pas tout ce qu’elle aurait pu être. Pourquoi? En partie parce que j’ai trop perdu d’un temps irremplaçable. Vous m’arrêtez. « Perdu votre temps? Et qui plus que vous a fait de chaque minute soixante seconde de travail utile? » Ne croyez pas cela. Il est vrai que j’ai beaucoup travaillé, mais souvent en vain. Que de conférences, que de voyages, qui dévoraient les jours et qui n’ajoutaient pas une pierre à la pyramide ! Je n’ai péché ni par ambition ni par avidité, mais par coupable gentillesse. Je ne savais pas refuser durement, ce qui est la seule façon de refuser. Je craignais de faire de la peine, de désobliger un ami. Si vous souhaitez bâtir une grande oeuvre, qu’elle soit littéraire, scientifique, politique, industrielle, donnez-vous à elle tout entier et à chaque instant. « L’art est long ; la vie est courte. » Proust aurait-il écrit La recherche du Temps perdu s’il s’était dispersé? Balzac aurait-il crée un monde s’il s’était donné au monde réel? Pasteur, Fleming, Einstein auraient-ils découvert des lois ignorées si leur attention n’avait été, comme le laser, concentrée sur un point? Choisissez-bien le point d’application de votre effort, puis, le choix fait, soyez constant, brûlant, perçant.

Ce choix pourra se porter sur des objets que d’autres tiendraient pour indignes d’eux. Il suffit que vous soyez tout entier derrière votre décision. Les amis de Fabre, de Fleming trouvaient sans doute étrange de donner sa vie à des insectes, à des bactéries ; les amis de Valéry ne comprenaient pas, dans sa jeunesse, qu’il consacrât des années à polir des poèmes obscurs. Poèmes et découvertes sont immortels, et leurs auteurs avec eux. Mais je me laisse trop aller, en vous parlant, de mon goût pour les grands hommes. Votre destin ne vous donnera peut-être pas l’occasion de vous enrôler dans la compagnie des génies. Peu importe. Quel que soit l’objet, les règles sont les mêmes. « Il faut apprendre à faire la moindre chose de la façon la plus grande ». Il existe une grande manière de diriger un commerce ou une industrie ; il y faut, là aussi, attention concentrée, rigueur, mélange bien dosé de prudence et de hardiesse. J’ai vu travailler hier un jeune libraire atteint de poliomyélite. Cet homme était grand, par le choix des livres, par les conseils aux clients, par son amour à la fois pour certains auteurs et pour les lecteurs. Sa pyramide, bien que mineure, s’élevait d’un bel élan vers le ciel des Choses bien faites.

Vous comprenez? L’objectif n’est pas de « réussir » au sens absolu de briller. Cela vous sera donné par surcroît — ou refusé par les circonstances. L’objectif est de faire, aussi bien que vous en serez capable, le métier que vous aurez choisi. Faites la moindre chose mais faites-là parfaitement, dans la grande manière.

Je ne puis vous garantir le succès. Il dépend du hasard autant que du travail et du talent. Seulement, si vous avez su conserver en toutes circonstances la décence, la dignité, le courage, si vous n’avez fait aucune concession sur l’essentiel, vous ne serez jamais vraiment vaincu. Je vous le répète, l’objectif n’est pas de « réussir », de conquérir « les choses de néant » (Plutarque), mais d’avoir le droit, à chaque instant, de projeter un faisceau de lumière sur vos paysages intérieurs et de trouver là des raisons d’être fier de votre oeuvre, ou au moins de n’en pas rougir.

L’objectif, c’est aussi d’être heureux. Montherlant dit : « Toute ma vie je me suis guidé par deux règles : faire toujours ce dont j’avais envie au moment où j’en avais envie ; toujours remettre au lendemain ce qu’il m’ennuyait de faire. » Il a vécu ainsi, et vécu grandement, mais si Montherlant pouvait toujours faire ce dont il avait envie, c’est qu’il avait envie de faire de belles œuvres, et qu’il les a faites. Un artiste a le droit de remettre au lendemain ce qui l’ennuie. Goethe, lui aussi, commençait toujours par ce qui lui semblait le plus facile. La règle est différente dans l’action politique, militaire, économique car « le temps presse et l’Univers n’attend pas ».

 

André Maurois : la liste des lectures indispensables à la culture et à la pensée.

Ecrivain trop méconnu de nos jours(1885 – 1967), André Maurois conseille ici à un jeune adulte les lectures indispensables à l’acquisition d’une véritable culture générale, en donnant une liste d’auteurs synthétique mais essentielle. Il nous livre ce précieux cadeaux du haut de ses connaissances encyclopédiques, de l’expérience de sa vie, de la finesse de sa pensée et de l’équilibre de son jugement. Le lecteur motivé y trouvera une base inestimable pour construire sa pensée et s’approprier la véritable culture. Il va sans dire que trouver une personne ayant simplement appliqué ce programme de lecture à notre époque est aussi difficile que de trouver le mouton à cinq pattes, alors même qu’on voit tant de gens se draper dans « la défense de la culture » dont ils ignorent pourtant tout.

EXTRAIT DE LETTRE OUVERTE A UN JEUNE HOMME (1967)

Je ne sais ce que sera votre carrière. Vous semblez doué pour les lettres comme pour les sciences, pour le droit comme pour la politique. Vous pouvez choisir le service de l’Etat comme l’industrie privée, la recherche comme l’action. Quoi que vous décidiez de faire, une culture de base sera nécessaire. C’est l’un des premiers gradins de la pyramide. Voulez-vous que nous en parlions? Vous avez fait, me dit-on, de brillantes études ; je tiens donc pour évident que vous savez, de l’histoire et de la littérature, ce qu’en sait un bon élève, c’est-à-dire peu de chose. Vous connaissez les poètes par les anthologies, les historiens par les manuels. Avoir une culture, ce n’est pas savoir un peu de tout ; ce n’est pas non plus savoir beaucoup d’un seul sujet ; c’est connaître à fond quelques grands esprits, s’en nourrir, se les ajouter. Je voudrais vous donner des maîtres, en petit nombre, qui vous suivront pendant toute votre vie. Je voudrais que vous ne cessiez de les lire et de les relire. Je voudrais que vous vous sentiez aussi à l’aise dans leur pensée que dans la vôtre, dans leurs œuvres que dans vos souvenirs.

Etre un vrai lecteur de Balzac, c’est, si l’on pense à la première rencontre de Rastignac et de Vautrin, aller droit au livre et à la page. Cela suppose une longue familiarité et nul n’a le temps de se donner ainsi à toute la foule des auteurs. Il faut choisir. Vous le ferez peu à peu, par rencontre et par goût. Mon rôle sera seulement de vous indiquer des nourritures que je crois saines. Certaines vous conviendront ; d’autres non. Vous ferez le triage. Commençons par les Grecs. Je pense que vous aimez Homère, Eschyle, Sophocle, Aristophane. « Y a-t-il rien de plus ennuyeux que l’Illiade? » demandait Gide. Mais l’Illiade n’est pas ennuyeuse du tout et l’Odyssée moins encore. Plutarque a été une fontaine d’exemples pour les hommes de tous les siècles. Nous lui ferons place, à côté d’Homère, dans notre bibliothèque réduite et respectée. Près d’un Platon. Et bien-sûr, que vous soyez croyant ou incroyant, l’Ancien et le Nouveau Testament, l’un et l’autre sublimes. Puis Epictète, Marc-Aurèle, Sénèque. J’ai trouvé là une morale virile. Si vous êtes bon latiniste, quelques poètes : Virgile, Horace, Lucrèce, Juvénal, les élégiaques. En traduction leur magie disparaît. Homère, lui, supporte cette métamorphose, et Tacite, bien traduit, garde en français sa brièveté impériale.

Ici je bondis par-dessus les siècles. Rabelais vous dégourdira l’esprit, moins toutefois que Montaigne. S’il fallait limiter notre choix jusqu’au XVIè siècle à trois volumes, je garderais Homère, Plutarque et Montaigne. Alain se faisait une règle (que j’ai suivie) de relire chaque année un grand poète. Donnons un an à Villon, un à Ronsard, et un à Du Bellay. Voilà pour le XVIème siècle. Le XVIIème n’exige pas grand effort de choix. Tout est beau. Mais puisqu’il s’agit de livres-compagnons, je vous donne les Mémoires du Cardinal de Retz et ceux de Saint-Simon, modèles de style ; le théâtre de Corneille qui vous enseignerait, s’il en était besoin, l’honneur ; celui de Molière qui est la sagesse ; les Oraisons Funèbres de Bossuet, concerts d’orgue ; et les fables de La Fontaine. Plus un an (de poète) à Racine, que vous verrez aussi, toute votre vie, à la scène.

Au XVIIIème siècle, je retiendrai Montesquieu. L’Esprit des Lois sera l’un de vos compagnons. De Voltaire Candide que vous lirez comme un poème. De Diderot de courts écrits : le Songe d’Alembert, la Lettre sur les Aveugles, le Neveu de Rameau ; on ne peut être plus intelligent ni mieux écrire. Donnons une année de poète à Marivaux. Rousseau pose un problème. Résolvons-le en mettant les Confessions au nombre de vos compagnons. Pour l’Emile et la Nouvelle Héloïse je les ai lu deux fois dans ma vie : par devoir, au temps où je préparais ma licence, par curiosité vers la cinquantaine : cela me suffit.

Et voici le grand XIXème siècle. Là j’éprouve l’embarras des richesses. N’oublions pas notre propos. Il s’agit de votre bibliothèque restreinte et permanente. Le choix doit être prudent et limité. Benjamin Constant? Chateaubriand? Cela va de soi. Les mémoires d’Outre-Tombe ne vous quitteront plus. Ils sont, par instant, dignes de Retz et de Saint-Simon, quoique trop chantants. Près d’eux le Mémorial de Saint-Hélène. Il y a beaucoup à apprendre sur les hommes, sur le pouvoir et même sur le style, en Napoléon. Pour Stendhal et Balzac je suis intransigeant. Tout et à tout moment. Je vis avec ces deux romanciers depuis plus de soixante ans ; j’y découvre à chaque lecture des beautés nouvelles. Stendhal vous proposera une manière de vivre, pleine d’honneur, un peu folle mais délicieuse. Balzac vous fera connaître toutes les manières de vivre, les pires et les meilleures. Il démontera pour vous les rouages de la société.

Chateaubriand, Stendhal, Balzac, ces trois pics dominent la chaîne. Sainte-Beuve? Je trouve quelques plaisirs à lire, comme disait Balzac, ses biographies d’inconnus, mais l’homme était peu sûr et mauvais juge de ses contemporains. Flaubert? Sans génie, il a réussi, à force de talent et de travail, à produire Madame Bovary et l’Education Sentimentale, qui sont de beaux livres. Georges Sand? L’Histoire de ma vie et peut-être le début de Consuelo. Avec Hugo nous découvrons un nouveau pic. Les imbéciles vous diront qu’il n’était pas intelligent. Lisez Choses vues, Les Misérables, et vous jugerez. Du poète faites l’un de vos compagnons. De la jeunesse au tombeau, Hugo a été le maître des mots français, un prodigieux inventeur de rythmes, le poète des sentiments simples et durables. Baudelaire, Mallarmé, Valéry, Verlaine, qu’on lui a opposés, l’admiraient et l’imitaient. Admettez-les avec lui dans votre sanctuaire. Et Rimbaud, pour vos jours de révolte. Vous en aurez. « Quiconque n’est pas anarchiste à vingt ans, nous disait Alain, n’a plus à trente ans assez d’énergie pour faire un capitaine de pompiers ».

Le théâtre de Musset reste ce que nous avons en France de plus shakespearien ; Les Lettres de Dupuis et Cotonnet vous divertiront ; beaucoup de ses poèmes ont ému mon adolescence, mais encore une fois il faut choisir et j’ai choisi pour vous Hugo. Alain méprisait Taine et Renan : « ces bedeaux de littérature », disait-il. Je suis moins sévère. Donnez une chance aux Origines de la France contemporaine et aux Drames philosophiques. Autre cible d’Alain : Mérimée, mais ce jugement était, je crois, moins littéraire que politique ; il ne pardonnait pas à Mérimée d’avoir été sénateur du Second Empire. Au vrai la froideur de Mérimée masquait la timidité d’un sentimental ; la belle impératrice, qu’il avait tenue, enfant sur ses genoux, lui faisait oublier les fautes du régime. La sécheresse mériméenne, à base de pudeur, n’est pas si loin de Stendhal. Lisez Carmen, le Vase Etrusque, la Double Méprise ; il vous arrivera, comme à moi, de les reprendre.

Encore un pic à l’horizon. Au-delà des coteaux modérés ( où je passai ma jeunesse ) de France et de Barrès, s’élève très haut le Mont Marcel Proust. Aussi grand que Balzac, il vous retiendra, non comme celui-ci par le tableau d’une société (son univers est petit), mais par des analyses incomparables de la mémoire, des sentiments et de la création artistique. A la Recherche du Temps Perdu est le poème du Temps, qui ne peut être retrouvé que sous la forme de l’art. Marcel Proust ira rejoindre en votre réduit sacré Valéry et Alain, ses contemporains. Vous savez qu’Alain fut mon maître. Je voudrais qu’il devînt le vôtre. Vous pouvez, dans les trois volumes de la Pléïade qui contiennent son œuvre, tout apprendre : une morale, une philosophie, la nature des beaux-arts, celle des religions. Son style rugueux, sans liaisons, vous paraîtra d’abord difficile. Persistez ; vous découvrirez ses beautés. Pour moi, c’est à travers Alain que j’ai compris Platon, Aristote, Kant, Descartes, Hegel, Auguste Comte. J’oserai dire davantage : c’est à travers Alain que j’ai compris la vie et les hommes. Comme il me jeta dans Balzac, je vous jette dans Alain ; je ne puis vous faire plus riche présent.

Restent Bergson et Claudel. Voyez si c’est là votre nourriture. Ce fut souvent la mienne. Restent aussi, et surtout, nos grands étrangers. Vous ne pouvez vous passer de Shakespeare ( source de mythes pour toute l’humanité autant qu’Homère) ni de Lope de Vega, ni de Swift, ni de Dickens, ni d’Edgar Poe, ni du grand Goethe, ni de Dante, ni de Cervantes. Enfin les Russes vous sont indispensables pour un contact magique avec la vie. Rien ne dépasse les meilleurs romans de Tolstoï (Guerre et Paix, Anna Karénine, La mort d’Ivan Illitch). Sa doctrine m’a toujours paru artificielle, le romancier était admirable. A mon avis très supérieur à Dostoïevski (mais ici peut-être suis-je aveuglé par une incompatibilité de nature). A côté de Tolstoï, placez un choix de nouvelles de Tchékov, et son théâtre. Aucun écrivain n’est plus proche de mon cœur. J’aimerais que vous l’admiriez. Ajoutez les Ames mortes de Gogol ; Dimitri Roudine, Père et Enfant, Fumée de Tourgueniev et quelques contes de Pouchkine. Joyce? Kafka? Essayez et voyez si c’est là nourriture qui vous convienne.

Voilà donc (hors les auteurs contemporains que vous choisirez) un programme de lectures, valable à vie. Peut-être me direz-vous : « Il est trop chargé. Comment, avec toutes les lectures techniques que m’imposent mes études, mon métier, trouverais-je le temps de lire tant de livres? ». Je vous suggérerai alors une bibliothèque de campagne, réduite à sept auteurs : Homère, Montaigne, Shakespeare, Balzac, Tolstoï, Proust, Alain. Le jour où vous les connaîtrez parfaitement, j’entends jusqu’au détail, vous serez déjà un homme très cultivé. Mais à cette culture littéraire il faut joindre une culture scientifique, et cela même si votre métier semble ne pas le requérir. Comment dirigeriez-vous une ville, un pays, si vous ignorez les savants et leurs secrets?

Comment comprendriez-vous le monde moderne si vous en effacez, par ignorance, ce qui est son travail et son orgueil : la recherche scientifique? Aldous Huxley soutenait qu’il est inadmissible qu’un homme cultivé croie devoir connaître une œuvre de Shakespeare, mais non la deuxième loi de la thermodynamique. Je ne pense pas du tout que l’importance de la science dans notre société signifie la fin de l’art et de la littérature. La science donne à l’homme un pouvoir grandissant sur le monde extérieur ; la littérature l’aide à mettre de l’ordre dans son monde intérieur. Les deux fonctions sont indispensables. Comment un savant bouleversé par un conflit sentimental garderait-il assez de liberté d’esprit pour se concentrer sur une recherche s’il ne pouvait de temps à autre ouvrir la soupape de l’art? Le monde non vécu, celui des particules, contient le secret de la puissance. Le monde vécu, celui des sentiments, contient pour l’individu le secret de l’équilibre. Je vous demande d’être un scientifique amoureux des lettres et un littéraire curieux des sciences.

Les enjeux économiques de l’élection présidentielle

La campagne présidentielle est maintenant lancée jusqu’à l’élection de mai 2017. Tout le monde constate à quel point celle-ci sera indécise et cela est le signe qu’elle s’inscrit dans une période de grands changements. Mais si chacun comprend bien l’importance des enjeux économiques, ceux-là ne sont pas clairement identifiés par les différents candidats, qui semblent agir de plus en plus comme des poulets au milieu d’une route.

Cela est la conséquence d’un fait dramatique: la faillite de la pensée économique standard moderne. Parce que celle-ci est incapable de rendre compte clairement du fonctionnement économique de notre temps et de ses crises, elle laisse les politiques sans ressources intellectuelles pour agir sur le monde et répondre aux inquiétudes de leurs électeurs. Les politiques, par conséquent, utilisent pour la plupart le seul moyen qui leur reste d’appréhender la vie économique avec un tant soit peu de réalisme : il s’en remettent à la réalité vécue par leurs clientèles respectives pour élaborer leurs programmes, au détriment de l’intérêt général.

La richesse d’une nation: la productivité

Ce qui est au cœur du développement économique et social de pays riches comme la France, notamment depuis la seconde Guerre Mondiale, c’est l’amélioration impressionnante de la productivité. Cette hausse de la productivité n’est pas uniquement, comme on le croit souvent, le fait de l’exploitation des individus et du pillage des ressources naturelles, même si cela existe. Pour l’essentiel, la hausse de la productivité est la conséquence de l’intelligence humaine appliquée aux procédés de production. Parce que l’homme apprend à maîtriser son environnement, il est capable d’utiliser toujours moins de force physique pour produire toujours plus de biens. Ce sont les découvertes et les applications des scientifiques, des ingénieurs, des inventeurs, des hommes d’action, qui provoquent la hausse de la productivité. Par exemple, quand l’homme a compris le fonctionnement de l’électricité, il a pu canaliser cette force préexistante et l’utiliser à son service dans de vastes domaines.

La caractéristique des économies riches modernes est de stimuler la hausse de la productivité tout en coordonnant les efforts de chacun par un mécanisme spécifique : le système des prix. Comme l’a brillamment démontré Hayek, le système-prix tire sa force du fait qu’il n’est maîtrisé par personne, mais qu’il sert de repère à tous. Il est le produit de l’action de chaque agent économique et il permet une coordination inconsciente mais très efficace d’un système économique donné. Les grandes difficultés que rencontrèrent les économies communistes du passé proviennent de l’ignorance et de la négation de cette vérité fondamentale. Le système-prix permet l’épanouissement de la productivité d’une nation.

Ce qui au cœur du progrès humain, qui est la réponse potentielle à tous nos problèmes matériels, qu’ils soient écologiques, sociaux, ou autres, c’est donc la productivité, c’est-à-dire le progrès technique d’une nation. Une politique économique pour la France consiste donc à défendre et à protéger cette productivité nationale, tout en l’orientant si possible dans les domaines souhaités (on pense à la fameuse « économie de la mer » de Jean-Luc Mélenchon). Mais pour cela il faut commencer par connaître le système productif français et son fonctionnement, et cela demande de se libérer des concepts de l’économie standard.

Les erreurs de l’économie standard

L’économie standard connaît la productivité mais en donne une définition superficielle qui conduit à des erreurs d’analyse dramatiques. Ainsi cette productivité est calculée en terme de valeur ajoutée, c’est-à-dire de quantité de PIB produit. Est productive l’entreprise qui produit beaucoup de PIB, est improductive l’entreprise qui produit peu de PIB. Mais le PIB est une valeur monétaire qui n’exprime que la quantité de monnaie produite par un agent donné et qui ne dit rien sur le volume de la production auquel participe ce même agent. C’est une notion issue de la comptabilité privée et basée uniquement sur la monnaie. Dans cette logique, seule la capacité à capter de la monnaie en circulation détermine la productivité. Or, cette capacité à capter de la monnaie n’est pas forcément liée à l’amélioration de la production réelle, et peut même être complètement nuisible à cet égard, comme l’est en grande partie la finance moderne, pourtant très productive au sens de l’économie standard.

Comme j’essaie de le montrer dans ma thèse, ces erreurs tiennent en grande partie à l’incompréhension dans laquelle sont plongés les économistes mainstream concernant le fonctionnement de la monnaie moderne. Mais ce qui importe ici, c’est de retrouver une analyse correcte, permettant de penser le monde que nous observons.

Pour analyser correctement la productivité d’un pays, il faut donc analyser dans quelle mesure une entreprise ou une administration participe à l’amélioration de la production réelle du pays, de la production en volume. Ainsi nous sommes immunisés contre les impasses de l’économie standard, et nous comprenons mieux le fonctionnement de l’économie d’un pays comme la France.

Les différents secteurs économiques d’un pays

En effet, toutes les activités économiques d’un pays n’accroissent pas directement la productivité. En fait les activités productives sont même le fait d’une population active minoritaire qui travaille pour des entreprises engagées dans des productions à forts rendements croissants. Ces entreprises d’élite (qui peuvent être publiques) sont le cœur productif de la nation, c’est elles qui fournissent la quasi totalité de la production en volume du pays. Elles sont généralement situées dans des secteurs très concurrentiels où la technologie joue un très grand rôle, et où l’investissement dans l’appareil productif est fondamental. Ces entreprises sont le cœur productif de l’économie, même si elles n’emploient pas forcément beaucoup du fait de la mécanisation croissante de leurs activités. C’est ce secteur dont dépend in fine la puissance, la richesse et le niveau de développement humain de la France.

Mais à côté de ce secteur, il existe d’autres types d’activités. D’abord, il y a les secteurs à faibles gains de productivité mais à forte concurrence. L’archétype de ces activités est bien représenté par Uber, où les salaires sont faibles mais la pression concurrentielle est forte. De nombreuses activités en ligne rentrent également dans ce secteur qui emploie beaucoup.

Il existe également un secteur dont la productivité, indirecte cette fois-ci, est très importante, mais qui est très peu soumis à la concurrence. C’est le cas des activités d’enseignement et de recherche de qualité par exemple.

Il existe également un secteur où la concurrence est faible et la productivité aussi. Dans ce secteur les salaires sont généralement plus faibles mais les situations plus stables. Il s’agit par exemple des ouvriers et employés de l’Etat et des collectivités ou de certains petits paysans.

Enfin il existe des secteurs, qui peuvent se nicher à l’intérieur des catégories pré-citées, dont l’apport à la productivité est négatif. Certains de ces secteurs sont très concurrentiels (comme la finance moderne) d’autres non (comme l’enseignement de mauvaise qualité, ou des services administratifs (privées ou publics) qui parasitent la production, parmis les célèbres bullshit jobs de David Graeber).

L’organisation d’ensemble d’une économie

Les secteurs faiblement productifs peuvent servir indirectement à la productivité des entreprises fortement productives en leur rendant par exemple des services administratifs (compta, paye, rh, etc…). Mais dans tous les cas ils servent aussi de soutien aux prix dans l’économie d’un pays, comme je le montrerai dans ma thèse. En effet, alors que le système productif fait baisser les prix, les secteurs faiblement productifs les font monter ou les maintiennent. Ils assurent un débouché intérieur à la production, grâce aux salaires qu’ils versent à leurs travailleurs et ils empêchent la déflation. C’est pourquoi ils sont nécessaires au bon fonctionnement du système productif. Ils lui fournissent des services, permettent la répartition des fruits de la productivité, et ils occupent la population par un vrai travail. Ils sont donc la deuxième face de la médaille productivité, bien que leur utilité n’apparaisse pas de prime abord.

La crise du capitalisme contemporain

Le paradoxe du capitalisme contemporain est qu’en continuant à croître, la productivité tend à détruire de nombreux emplois peu productifs et à mettre au chômage ceux qui les occupaient. Mais comme l’économie a besoin de ces emplois en raison de leur rôle de soutien à la demande, et que par conséquent de la monnaie est émise pour cela, de nombreux faux travaux, ou bullshit jobs,  se développent, suffisamment flous dans leurs objectifs pour être immunisés contre les attaques de la productivité réelle. Tout travail réellement utile, en effet, tend à être détruit par la hausse de la productivité. Inversement un travail fumeux, un bullshit job, n’a pas de raison d’être remplacé par un procédé technique plus efficace, puisqu’il se situe hors des sphères de la production objective.

Ce développement des bullshit jobs, qui est une sorte de revenu universel réel,  pose cependant des problèmes graves à l’économie d’un pays, car il joue un rôle négatif sur la productivité, notamment en coupant ses citoyens du travail et de ses bienfaits élémentaires. Il sape donc les fondements du système par lequel il est né, système qui permet le progrès matériel de tous.

Et l’on voit donc se développer concomitamment la précarité grandissante des véritables travailleurs, menacés par le chômage, mis sous pression par la concurrence et frappés par la stagnation des salaires; et la perte de sens d’individus pourtant aisés matériellement mais coupés du travail réel et de ses mécanismes essentiels d’appréhension de la réalité, comme Festivus Festivus, le héros de l’écrivain Philippe Muray, qui en est la caricature archétypale. Telle est la crise du capitalisme contemporain.

Quelles solutions à la crise?

Cette crise est profonde et touche toutes les économies riches. Elle est un chancellement du système-prix lui-même, qui pourrait demain être emportée par sa propre logique. Mais elle n’est pas une crise sans remède, et c’est la tâche des politiques de la comprendre et de la résoudre, voilà l’enjeu réelle de la présidentielle de 2017.

En un mot, il faut se donner les moyens de développer la productivité de la France. Pour cela, il faut défendre le système productif lui-même qui souffre d’un mal très grave : l’euro. L’euro, en effet, met en danger d’abord le système productif et laisse intact en apparence le secteur improductif. C’est pourquoi beaucoup d’individus issus de celui-ci croient intelligent de le défendre, car ils n’en subissent pas les conséquences immédiates. Mais il faut comprendre que le taux de change d’un pays agit d’abord sur son système productif, et c’est pourquoi l’euro affaiblit dramatiquement l’économie française par sa surévaluation.

Deuxièmement, une politique économique doit s’évertuer à organiser intelligemment la part du système improductif gérée par l’Etat. De tout façon, l’évolution de la technique conduit celui-ci à prendre en charge de nombreux emplois. Mais il devrait le faire en suivant quelques lignes directrices: empêcher les bullshit jobs, répartir les salaires qui lui incombent dans un souci d’équité, orienter les emplois qu’il gère vers des travaux réels qui peuvent procurer un bienfait à la société (notamment concernant les questions écologiques) en utilisant les possibilités du progrès technique (des infrastructures écologiques autonomes énergiquement pourraient par exemple être installées dans tout le pays, et notamment autour des petits centres urbains qui souffrent tant actuellement.) Il est clair qu’il s’agit là d’un défi considérable qui ressemble finalement à ceux qu’ont eu à affronter les pays communistes par le passé, mais c’est à notre époque que revient de penser un fonctionnement qui ne détruise pas le système-prix et procure du travail réel aux citoyens, quelle que soit leur condition. Il va sans dire que cela suppose une vision claire de ce qu’est une nation et des liens de solidarité qui l’unissent dans son histoire collective.

Troisièmement il faut repenser la question du financement de l’économie et pour cela mieux comprendre ce qu’est la monnaie moderne. Dès lors apparaîtra clairement l’absurdité du système de gestion de la dette publique par des créanciers privées tel qu’il existe aujourd’hui. Il est absolument faux de dire que les Etats sont dans la main des marchés financiers et de ses créanciers. Cette idée découle là-encore d’une incompréhension de ce qu’est la monnaie moderne. C’est l’inverse qui est vrai. Cela ne veut pas dire qu’on puisse faire n’importe quoi avec la monnaie, mais ce qui la contraint, ce ne sont pas des possesseurs de capital fantasmagoriques, ce qui la contraint est l’inflation et le taux de change, qui dépendent largement de la productivité.

Dès lors, il faut redonner à la Banque de France et peut-être à la Direction Générale des Finances Publiques les moyens règlementaires de financer les dépenses d’investissement public en prêtant à faible taux d’intérêt. Et la mesure de l’utilité et de l’efficacité de ces investissements publics, ce ne sont pas des ratios de valeur aveugles qui doivent les donner (comme aujourd’hui), mais la mesure de leur apport à la productivité réelle, mesurée en volume.

Les candidats à l’élection présidentielle

De ce tableau d’ensemble, on ne voit souvent dans l’élection en cours que les manifestations particulières.

Avec son revenu universel, Benoît Hamon a par exemple exprimé la grande crise du travail réel qui couve dans les économies riches, mais avec une solution bien mauvaise. Le revenu universel, en effet, ne fera qu’accentuer les dégâts de la disparition du vrai travail. Il pousserait ses bénéficiaires dans l’inactivité et la dépression, et finirait par avoir des effets délétères sur la société toute entière et sur son progrès général. Il pousserait à la murayisation de la société. D’ailleurs cette mesure recueille systématiquement le rejet des travailleurs, et ce fait est à étudier avec précaution.

Pour cette raison principale, mais pas seulement, sa candidature est donc sans intérêt.

Jean-Luc Mélenchon propose quand à lui un programme bien plus réaliste, avec une sensibilité sociale nettement marquée à gauche, d’une gauche qui n’a pas oublié ses liens avec les classes populaires réelles et la République, et qui pour cette raison plaît fortement à l’auteur de ces lignes. Mais cependant, de nombreux points de ce programme demeurent dans le flou, il faut bien le dire, du fait des équilibres précaires qui règnent au parti de gauche. En particulier, la vieille réticence pour les questions monétaires de franges entières de la pensée socialiste freine encore les analyses sur l’euro ou sur le système-prix, et ralentit la compréhension du capitalisme contemporain, et cela est bien dommage pour un parti peuplé d’universitaires souvent brillants, avec un candidat de caractère ayant annoncé depuis longtemps la fin du PS.

Malgré sa sympathie et son évident contact avec le monde du travail réel, ce qui n’est pas un mince avantage dans cette élection, la candidature de Philippe Poutou apparaît comme limitée dans son analyse idéologique, qui consiste à reprendre les mêmes cadres de pensée alors même qu’ils ne parviennent pas à expliquer les crises du capitalisme moderne, et ne parlent guère à ceux qui en sont victimes.

A droite François Fillon ne se relèvera certainement jamais du Penelope gate et c’est justice. Il était difficile de mieux illustrer la déconnexion du monde réel qu’avec cette affaire. L’allure de notaire de province qui l’avait fait brusquement rentrer dans le cœur de Français en mal de clarté idéologique n’y fera rien. Il est à noter, de toute façon, la faiblesse intellectuelle de son programme économique, qui tombe dans l’excès inverse de celui de Hamon. En buvant le concept de dépenses publiques en valeur tel que les économistes standard le produisent, Fillon s’avère en effet incapable de différencier l’activité d’une infirmière de celle du chargé de mission fictif d’une collectivité (ou d’un parlementaire…). Dans cette logique, l’employé fictif apparaît plus productif que l’infirmière dans les statistiques, alors que quiconque observe la réalité sait que c’est l’inverse qui est vrai. Vouloir réduire les dépenses publiques de façon idéologique, sans voir ce qu’elles recouvrent, ni les différencier dans leur nature, ni comprendre pourquoi elles augmentent, est donc aussi stupide et improductif que de vouloir attribuer un revenu universel à chacun. En ce sens les programmes de Fillon et de Hamon sont les deux faces d’une même médaille: l’aveuglement de la pensée économique mainstream devant le concept de production réelle.

Yannick Jadot, au delà des aspects irresponsables de son programme politique, semble avoir des idées intéressantes sur les investissements écologiques possibles à mener sur le territoire, et ce point est à mettre à son actif. Mais comme Hamon, Macron ou Fillon, aucune réflexion de fond n’est menée sur la gestion de la monnaie, de la dette publique, et ne parlons pas des prix et de la productivité. Bien mieux, celle-ci semble même être considérée comme un ennemi à abattre, alors qu’elle est la solution aux problèmes écologiques à résoudre. Cette erreur est due au fait que Jadot (et beaucoup d’autres dans son courant de pensée), identifient la productivité à la croissance du PIB exactement comme le font les économistes néolibéraux. Ils acceptent ce concept sans difficulté pour en tirer des conclusions générales mais fausses, au lieu de bâtir une pensée plus cohérente. Il est vrai que cela demande plus de travail et d’efforts d’analyse.

Comme souvent Nicolas Dupont-Aignan semble être le candidat le plus raisonnable de cette présidentielle, et il joint à une analyse sérieuse des problèmes posés par l’euro et de la nécessité d’en sortir, un projet d’investissement public connecté avec une réforme du financement public qui convainc. De plus son équilibre et son sérieux dans le traitement des dossiers rassure, malgré son manque de notoriété et le fait qu’il rassemble difficilement au delà de la droite dont il est issu. En fait, tout se passe comme si les Français le prenaient pour le bon élève de la classe. Chacun loue ses mérites mais sa popularité demeure plafonnée par un inexprimable sentiment.

Dans le même registre il faut saluer la candidature d’Henri Guaino qui n’hésite pas à s’émanciper de son parti pour développer un programme cohérent et courageux qui insiste à juste titre sur l’importance de l’investissement, dont on a vu qu’il était un élément essentiel de la productivité. Guaino a également pour lui d’être soutenu par le meilleur des jeunes élites françaises, mais il lui sera difficile, quand bien même il obtiendrait ses 500 signatures, d’être visible en quelques mois pour la masse des Français.

Bien plus sulfureux mais bien plus populaire, le Front National est clairement l’inconnu de cette présidentielle. S’il suscite de nombreuses réprobations morales, il faut bien admettre que son programme économique s’est beaucoup clarifié ces dernières années, en particulier sur la question de l’euro. Parce qu’il cristallise la colère mais aussi l’intérêt de larges pans des classes populaires, il s’est peu à peu forgé une analyse économique en adéquation avec les problèmes de celles-ci, alors même que son analyse théorique n’était pas très développée à l’origine. Défendant le travail et dénonçant en même temps les nombreuses atteintes au niveau de vie des travailleurs,  il est frappant de constater que ses propositions, y compris économiques, rencontrent une bien meilleure audience auprès de son électorat que celles du revenu universel de Hamon ou de la saignée dans les dépenses publiques de Fillon ou Macron. Bien-sûr, l’analyse des mécanismes économiques est  moins fine que chez Guaino ou Dupont-Aignan, les dérapages sur des sujets divers sont certes bien plus nombreux, et l’histoire du parti est bien plus inquiétante, mais en revanche l’audience est bien plus forte. Les divisions idéologiques sur l’euro montrent bien que le parti est encore soumis pour une large part à l’économie standard. En raison de sa position populiste, beaucoup de Français s’en détourneront au premier tour, mais s’il parvient au second tour, son programme économique bien plus social, efficace et adapté à l’époque que celui de Macron mettra tous les électeurs sincèrement de gauche en porte à faux vis-à-vis des classes populaires. Ils devront alors assumer de voter pour un programme anti-social et agressif contre les plus fragiles avec la seule conviction de résister à la « menace fasciste ». Mais cette menace fasciste, dans quelle mesure est-elle réelle et dans quelle mesure est-elle une comédie? C’est une question à laquelle le mandat de Donald Trump aux Etats-Unis apportera certainement des éclairages.

Enfin, il faut dire un mot sur le candidat Emmanuel Macron. Par son habileté, celui-ci est aujourd’hui devenu le favori de la présidentielle en s’étant bien gardé de révéler trop tôt son programme, celui-ci étant de toute façon décidé par la bourgeoisie qui le soutient. Aussi ne sera-t-on pas surpris d’y trouver un plan de réduction des dépenses publiques qui touchera d’abord les classes populaires et les travailleurs et laissera intacts les secteurs improductifs. Le seul aspect positif de ce programme serait peut-être le développement du secteur productif, mais là encore aucune analyse de la productivité réelle n’est faite, ce qui conduit à des erreurs de raisonnement graves comme la défense bec et ongle de l’euro qui affaiblira l’appareil productif français. Etant donnée l’évolution des opinions internationales, on serait tenté de croire que Macron va perdre l’élection mais cependant une bonne partie des Français semble comme maraboutée par le personnage. Si l’ironie de la situation n’échappe pas au premier concerné, l’important ici est que les citoyens comprennent mal les ressorts de cette popularité, et cela peut conduire Macron à la présidence de la République si les Français ne se réveillent pas à temps. Ce qu’il ferait à la tête de la France est un autre sujet d’interrogation. Mais s’il applique son programme (ce qui n’est pas assuré) ce ne serait pas la première fois dans l’histoire que la France réagit avec un temps de retard sur l’évolution mondiale, et il semble qu’une des caractéristiques de longue durée de notre pays soit de tomber plus bas que les autres avant de remonter plus haut. Comme disait Churchill : « l’Angleterre s’écroule en ordre, la France se relève dans le désordre ».

Monnaie et prix

Le but de ce carnet est de présenter mes recherches en cours à propos de ma thèse. Dans celle-ci je cherche à définir les liens entre la comptabilité, la monnaie et les prix. D’après moi, l’invention de la comptabilité en partie double en Italie pendant la Renaissance est à l’origine de la monnaie de crédit moderne.