Comment la bourse et la partie double permirent l’expansion de la monnaie moderne

Jean Fourastié a expliqué l’histoire et la logique de la comptabilité en partie double dans une démonstration d’une clarté et d’une cohérence remarquables, et pour ainsi dire uniques dans la pensée comptable internationale[1].

Du 13e au 14e siècle dans les grandes villes du nord de l’Italie apparaît ainsi par étape cette technique, qui n’hésite pas à rompre avec la logique intuitive pour unifier la comptabilité de l’entreprise et notamment ses crédits avec sa trésorerie, puis son patrimoine complet. Trois inventions fondamentales marquent le progrès de cet outil : l’invention des comptes de correspondants, tenus sur deux colonnes a lieu à Venise au début du 13e siècle, puis l’inversion du signe de la caisse à la fin du 13e siècle permet l’unification des crédits et de la trésorerie de l’entreprise tandis que l’invention du compte de profits et pertes au milieu du 14e siècle permet le rattachement du patrimoine complet de l’entreprise à la comptabilité générale. Fourastié démontre que c’est la possibilité de gérer du crédit en grande quantité qui stimula l’expansion de cette technique.

L’analyse de Jean Fourastié est parfaitement convaincante. Non seulement elle est historiquement cohérente, mais elle permet au comptable le maniement pratique de la partie double mieux qu’aucune autre formation.  Malheureusement, la pensée comptable de Fourastié n’a jamais reçu l’accueil qu’elle méritait. Cela tient à plusieurs raisons très différentes. Premièrement, Jean Fourastié a présenté cette recherche unique et originale dans un livre qui ne l’indiquait pas (aux éditions Que sais-je ?) et qui se présentait comme une simple synthèse. Pourtant aucun autre auteur n’a présenté les choses comme lui, et même beaucoup l’ont contesté. Peut-être cette discrétion, cette modestie excessive pourrait-on dire, a-t-elle été largement le produit du contexte dans lequel cet ouvrage est paru, étant donnés sa date et son lieu d’édition : 1943 à Paris, mais nous n’en savons pas plus. Si l’influence de Fourastié dans la mise en place du plan comptable général en France a été très forte, de même que son travail d’économiste dans les institutions internationales de l’après-guerre, il faut bien admettre que son analyse comptable, d’abord négligée ou contestée du bout des lèvres par les spécialistes de son temps, est aujourd’hui tombée dans un quasi oubli dans le monde francophone, et a vraisemblablement été très peu traduite dans d’autres langues (excepté en japonais et en portugais) et notamment pas en anglais, langue dans laquelle elle est tout simplement inconnue.

Elle est pourtant d’une importance capitale car elle permet de comprendre l’origine d’un instrument qui est utilisé quasiment de la même façon depuis le Moyen-âge jusqu’à aujourd’hui. La comptabilité à partie double, en effet, a connu un succès total depuis la Renaissance, et elle est actuellement utilisée dans la plupart des entreprises, administrations et associations modernes dans tous les pays du monde. Elle est aussi utilisée, ce point est essentiel, en comptabilité bancaire[2], et cela depuis très longtemps, comme j’essaierai de le montrer. Aussi la pensée de Fourastié donne-t-elle des intuitions absolument fondamentales à celui qui s’intéresse à l’histoire de la comptabilité et de la monnaie.

Monnaie et comptabilité

Parce qu’elle a unifié les crédits de l’entreprise avec la trésorerie de celle-ci dans un même système de classement logique, l’inversion du signe de caisse portait en elle la transformation de la monnaie métallique en monnaie de crédit. C’est dans cette innovation fondamentale que nous pouvons trouver l’origine de la monnaie moderne (si tant est qu’il soit possible d’isoler une seule étape dans ce qui fut un long processus). Bien entendu, les conséquences de cette invention étaient loin d’apparaître à ceux qui la créèrent, puisque leur but était uniquement de mettre en place une comptabilité simplifiée. Mais les siècles passant, la transformation en crédit de la monnaie métallique sembla suivre une voie inéluctable ouverte par cette innovation.

D’autre part l’invention du compte de profits et pertes inaugura le concept de la valeur moderne. En effet, avec cette invention également fondamentale, les comptables purent isoler de façon rationnelle l’évolution du résultat annuel de leur entreprise, et cela quel que soit son domaine d’activité. Il devenait possible de mesurer la croissance de la valeur d’une entreprise, exactement de la même façon que nous l’utilisons aujourd’hui à l’échelle des Nations avec le PIB, agrégat directement issu de la comptabilité privée (qui est toutefois calculé en retirant les charges salariales)[3]. Il s’agissait là d’une valeur purement monétaire, mais, hier comme aujourd’hui, c’était là ce qui intéressait en premier lieu les agents économiques dans leurs actions. Et désormais, cette rationalisation de l’analyse financière allait permettre de se poser la question fondamentale d’une entreprise : comment faire augmenter cette valeur ?

Plus largement, le crédit, la monnaie métallique et la notion de résultat annuel (c’est-à-dire la notion de valeur), se trouvaient désormais connectés dans un même système logique, vérifiable et fiable : la comptabilité en partie double. La naissance d’un instrument aussi abouti et riche de possibilités n’allait pas tarder à produire toutes ses conséquences en se répandant dans le monde.

L’apparition des banques privées modernes (14e – 15e siècles)

Les premières banques modernes apparurent en Italie à la fin du Moyen-Âge de la transformation de grandes entreprises commerciales[4] [5]. Ce fait n’a rien d’étonnant. Comme je l’ai dit, c’est l’utilisation de la partie double qui a certainement provoqué cette transformation. Les grands marchands qui l’utilisaient, en effet, se sont très vite rendus compte qu’ils étaient en mesure de gérer avec une grande rigueur de nombreux délais de paiement, et même de les gérer pour le compte des clients entre eux. Or ces délais de paiement, du fait du manque de monnaie en circulation et de l’interdiction des prêts à intérêt par l’Eglise, les clients en demandaient toujours plus. Un délai de paiement, en effet, permet un accroissement momentané de richesse pour celui à qui il est octroyé, jusqu’à ce qu’il soit échu. En observant attentivement cette opération au point de vue comptable, on se rendra compte qu’elle ne diffère pas de l’octroi d’un crédit moderne, donc de la monnaie moderne, à la différence que cette monnaie moderne existe ici en très petite quantité dans un monde de monnaie métallique, et qu’il n’y a pas de paiement d’un intérêt[6]. Mais néanmoins cette monnaie moderne existe, comme un moyen d’enrichissement complémentaire ou marginal, mais comme un moyen d’enrichissement tout de même. Et pour cette raison, elle va être de plus en plus demandée, dans un monde privé de monnaie et de prêts. Voilà la raison fondamentale qui poussa les grands marchands italiens à se transformer en banques. C’est parce qu’ils virent affluer vers eux des demandes de crédits. Ils déplacèrent alors leur activité, cessèrent de se consacrer au simple commerce pour se spécialiser dans la gestion de ces crédits d’un nouveau genre qu’ils octroyaient à leurs clients. Sans en être conscients, ils avaient découvert la monnaie moderne et se consacrèrent à sa gestion et à son développement.

C’est la comptabilité à partie double qui a permis la naissance des banques et de la monnaie modernes. On peut le montrer d’une part par une analyse comptable, en montrant comment, en partie double, un délai de paiement tel qu’il était pratiqué à cette époque est identique à un crédit moderne, c’est-à-dire à la monnaie moderne. Je tâcherai ensuite de le confirmer d’un point de vue historique, notamment en vérifiant que les premières banques utilisaient la comptabilité en partie double[7], et en montrant que grâce à la maîtrise de cette technique les Italiens devinrent les banquiers de toute l’Europe au 15e siècle jusqu’à ce que leur technique soit utilisée par les autres pays, et qu’alors la banque moderne s’étende hors d’Italie[8].

La question des marchés financiers et des bourses de valeur

La seule chose qui différencie le crédit de cette époque avec la monnaie moderne, c’est donc l’intérêt. Aujourd’hui, en effet, la monnaie de crédit circule en échange du paiement d’un intérêt, même faible. Mais à l’époque de la naissance des banques, pour que de tels crédits soient octroyés, il fallait que la banque se rémunère pour le service qu’elle rendait d’une autre manière. En réalité, une analyse comptable élémentaire permet de montrer que cette rémunération se faisait sur la plus-value effectuée sur une vente de marchandise. Cela explique donc pourquoi les crédits de l’époque étaient gagés sur des marchandises. C’est parce que les banques sont nées d’entreprises commerciales, et que les crédits sont apparues initialement comme des délais de paiement sur la vente de marchandises au sein des entreprises commerciales qui utilisaient la comptabilité en partie double.

Mais puisque les crédits dépendaient des plus-values sur les ventes de marchandises, il devint nécessaire d’échanger le plus possible de marchandises, afin de multiplier les chances de réaliser cette plus-value et donc d’octroyer un crédit. De la quantité des marchandises échangées dépendait la masse des crédits octroyés. Il y eut donc probablement une pression à l’augmentation des lieux d’échanges de marchandise, et en particulier des lieux d’échanges localisés en en point unique, où de nombreux achats et ventes pouvaient avoir lieu en même temps et de préférence à proximité, voire à l’intérieur d’une banque. Et ces nombreux achats et ventes, il est fondamental de bien le comprendre, n’avaient lieu que pour payer des crédits. Or, cela ne peut manquer de frapper l’observateur, c’est précisément à cette époque que se développèrent les bourses de valeur[9]. La naissance et l’expansion des marchés financiers, et plus largement la marchandisation croissante du monde médiéval, a en fait été la contrepartie, le mécanisme compensatoire qui a permis l’expansion de la monnaie de crédit moderne. Dit autrement, la bourse a joué le rôle du taux d’intérêt à cette époque, puisque celui-ci était interdit par l’Eglise.

Si cette hypothèse, comme je le crois, est vérifiée, elle donnerait également une explication très logique à l’origine des contrats à terme, ou futures, dont on connaît le rôle déterminant dans l’expansion des marchés financiers[10]. En effet, puisque pour octroyer un crédit, il fallait se payer d’une plus-value sur la vente d’une marchandise, et puisque ces crédits étaient en fait des délais de paiement, l’octroi d’un crédit était lié à la vente d’une marchandise payée plus tard à un prix fixé immédiatement (ce qui est la même chose qu’un délai de paiement). Donc, celui qui octroyait le crédit (par exemple la banque italienne) le faisait en échange d’une plus-value certaine touchée plus tard, au moment du paiement, tandis que celui qui souscrivait le crédit le faisait en escomptant une plus-value future sur la vente du bien acquis à crédit. Là-encore, la logique comptable nous fait voir que ces opérations pourraient bien être à l’origine des contrats à terme. On voit immédiatement que la bourse de valeur jouait le rôle de rémunération des crédits, et donc que son développement est lié à celui de la monnaie de crédit moderne. Bien entendu il importe de vérifier historiquement ces raisonnements logiques.

Cela nous conduit également à penser que l’expansion des marchés financiers (ou bourses de valeur) était en quelque sorte nécessaire à l’expansion de la monnaie moderne tant que l’intérêt était prohibé. Or pour que ces marchés financiers croissent, il fallait nécessairement que de plus en plus de biens transitent par eux, ce qui exerçait une pression sur la marchandisation du monde médiéval, et poussait aussi certainement à des formes nouvelles d’exploitation économique, mais aussi à des progrès technologiques et à des hausses de productivité proto-industrielles (comme dans l’Arsenal de Venise) pour améliorer la compétitivité et réaliser des plus-values sur les ventes. A son tour, cette expansion économique nourrissait le besoin de crédit qui était à l’origine du développement de ce système de financement. De manière générale Venise, à cette époque, pourrait bien représenter l’archétype de ce premier capitalisme moderne[11], qui voit la naissance et l’expansion de la comptabilité en partie double, de la monnaie de crédit moderne, et des marchés financiers. Ces trois institutions semblent être consubstantielles, et nourrirent la croissance de la productivité elle-même à cette époque, c’est ce que j’essaierai de vérifier par les faits historiques.

[1] Jean Fourastié, La comptabilité, Editions Que sais-je ?, 1943

[2] Introduction à la comptabilité bancaire, Michèle Formagne, RB Editions, 2015.

[3] La comptabilité nationale, Jean-Paul Piriou et Jacques Bournay, La découverte, 2012.

[4] Les Lombards et le commerce de l’argent au Moyen Âge, Pierre Racine, novembre 2002, Site en ligne Clio.

[5] Marchands et banquiers du Moyen Âge, Jacques Le Goff, coll. Que sais-je ?, PUF, 2006.

[6] Traité de comptabilité bancairedoctrine et pratique. Jean-Paul Caudal, 2ème édition, 2016.

[7] The Rise and Decline of the Medici Bank, 1397-1494, Raymond de Roover, Beard Books,U.S., 540 p. 1999.

[8] Une illustration de cette évolution peut être vue dans l’article de Myriam Greilsammer, La roue de la fortune: Le destin d’une famille d’usuriers lombards dans les Pays-Bas à l’aube des Temps modernes, Oxford University Press, 2012.

[9] Si la Bourse m’était contée, André KostolanyJulliard, 1960.

[10] Manias, Panics and Crashes: A History of Financial Crises, Charles Kindleberger et Robert Aliber, J.Riley, 2011.

[11] Le modèle italien, Fernand Braudel, Paris, Arthaud, 1989.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *