Huit siècles d’évolution de la monnaie de crédit

La monnaie de crédit moderne a donc suivi un long chemin, du 13ème siècle jusqu’à aujourd’hui. Il y eu d’abord sa rationalisation en Italie avec la partie double, puis son utilisation par les premières banques, son financement par les bourses de valeur, sa sécurisation par les grandes banques publiques centrales et leur fonction de prêteur en dernier ressort, sa généralisation par la diffusion des billets de banque, enfin sa déconnexion définitive de la monnaie métallique et son pilotage par l’établissement de l’intérêt payé avec cette monnaie de crédit au XXème siècle.

A chaque étape de cette évolution, la monnaie de crédit a toujours fonctionné grâce à la comptabilité en partie double. Ce fait essentiel n’a pourtant jamais reçu l’explication qu’il méritait : c’est parce que la comptabilité à partie double est à l’origine de la monnaie moderne, elle lui est consubstantielle.

Depuis le plus ancien livre de comptabilité évoluant vers la partie double dont nous avons gardé la trace, un document anonyme d’une entreprise de Florence daté de 1211, qui contenait pour la première fois des comptes de correspondants tenus dans le sens de ceux-ci[1], c’est-à-dire des comptes de dettes et créances modernes ; jusqu’à nos jours, la monnaie de crédit a suivi une expansion exceptionnelle due à la comptabilité en partie double.

Dès lors il faut se souvenir des origines de cette invention. C’est parce qu’ils voulaient unifier la comptabilité de leur trésorerie avec la comptabilité des crédits de leur entreprise et de son patrimoine, que les comptables italiens des 13 e et 14 e siècles avaient dégagé les règles étranges de la comptabilité en partie double. Avec la révolution de l’inversion du signe de caisse, ils avaient pour objectif de faire des crédits un bien à compter comme un autre, ils voulaient en faire de la monnaie sonnante et trébuchante comme celle qu’ils avaient en caisse : de la monnaie métallique fondue de métaux précieux. Mais les conséquences de leurs actes leur échappèrent largement, et les siècles passant, c’est finalement leur système qui provoqua le remplacement progressif de la monnaie métallique par la monnaie de crédit dont ils avaient codifié les règles dans leurs comptes de tiers a la veneziana.

Peut-être peut-on résumer leur révolution obscure par l’idée suivante : ils avaient voulu faire du crédit une monnaie, mais ils ont transformé la monnaie en crédit.

[1] Jean Fourastié, La comptabilité, Editions Que sais-je ?, 1943

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.