Non à la censure de russeurope !

Hier, le blog de Jacques Sapir sur la plateforme de recherche hypothèses, que j’utilise également pour mon propre blog, a donc été fermé arbitrairement, portant un rude coup à la liberté de la recherche et à la crédibilité de cette plateforme. On demeure hébété d’ailleurs, en relisant le message laissé en guise d’explication par Marin Dacos.

Le responsable  de la plateforme nous explique donc que c’est en raison de la publication de textes « s’inscrivant dans une démarche politique partisane » que le blog est censuré. Une rapide recherche nous renvoie pourtant vers une vidéo du CNRS où il affirmait que son rêve, pour sa plateforme, était soi-disant « que dans les campagnes électorales et les débats de société sur le nucléaire, sur les énergies, sur l’environnement, sur la violence, des gens se saisissent des connaissances qu’on a rendues disponibles pour améliorer notre compréhension du monde et améliorer du coup notre construction du monde qui se prépare tous les jours. »[1]

Il est inutile certainement, de charger outre-mesure cet exécutant, puisque le mal est plus profond. Il concerne la vision même de la recherche et de la politique de certains chercheurs dont le sens de la vie, en quelque sorte, se réduit à nuire à leurs collègues à propos de leurs moindres faits et gestes dans le but de prononcer une excommunication. Cette tournure d’esprit a conduit à la censure du blog russeurope, j’y avais moi-même goûté à mon niveau avec un article insensé[2] d’un certain François Briatte, et cela m’évoque également les démêlés récents de Laurent Bouvet avec un censeur particulièrement remonté[3] en la personne de Olivier Fillieule. Certes, on excommunie seulement d’une communauté, mais c’est bien comme cela que certains considèrent les petites places fortes universitaires qu’ils tiennent. Se consacrer à leur recherche personnelle, à la poursuite de la vérité, raison pour laquelle la société leur libère du temps et de l’argent, c’est là une tâche qu’ils sont bien placés pour savoir stérile en ce qui les concerne. Aussi leur semble-t-il insupportable que quelqu’un comme Jacques Sapir s’y adonne librement. Cela leur semble être une activité dangereuse puisque existant en dehors de leurs règles tracassières et vaines, en un mot : un pêché.

Mais qu’est-ce que la recherche, si ce n’est une volonté de développer une pensée approfondie, dans le but de la partager avec le public ? La recherche est une volonté de comprendre le monde et, si elle n’est pas obligatoirement politique, il est naturel que la politique débouche sur elle et inversement. Mettre en jeu dans la sphère politique le résultat de son travail universitaire, prendre position sur les débats d’actualité qui interrogent le corps social, c’est bien là ce qu’on attend de l’intellectuel engagé. Cela est d’autant plus vrai quand il s’agit d’un travail original, libre, et non obnubilé par des logiques court-termistes de carrière, surtout si ce travail peut impacter la vie de la collectivité et décider de son avenir. Aussi la politique dans son sens le plus noble est-elle nécessairement liée à la recherche scientifique authentique, tout particulièrement en économie, et vouloir casser ce lien par des raisons qui ne disent même pas leur nom est un acte scandaleux et profondément obscurantiste.

En vérité, ceux qui jouent ce jeu de la censure, tueraient aussi bien la recherche que la démocratie. Car la recherche sans liberté, uniquement tournée vers des objectifs de réseaux et de courtisanerie, est une recherche morte, ne produisant plus de vérité, à l’image des débats des théologiens du Moyen-âge, qui eux aussi étaient gonflés de l’importance de leurs controverses pourtant évanouies pour toujours. De même, la politique qui serait réservée aux commentaires en vase clos de tels individus serait une politique morte, mais c’est là malheureusement où les acteurs de cette sinistre comédie voudraient nous conduire, si l’on y prenait garde.

Il faut donc s’opposer à la fermeture du blog russeurope au nom d’une certaine conception de la liberté, de la recherche et de la démocratie, et j’espère que beaucoup d’autres chercheurs de la plateforme hypothèses prendront position dans ce sens.

 

 

[1] http://dai.ly/x4flpcd

[2] https://politbistro.hypotheses.org/4325

[3] https://laurentbouvet.net/2017/09/25/de-lexercice-du-metier-en-science-politique-et-de-lengagement-intellectuel-dans-le-debat-public-reponse-a-olivier-fillieule%E2%80%A8/?fb_action_ids=10214146587880947&fb_action_types=news.publishes&fb_source=other_multiline&action_object_map=%5B1555553587838526%5D&action_type_map=%5B%22news.publishes%22%5D&action_ref_map=%5B%5D


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.