Jacques Heers : la naissance du capitalisme au Moyen-âge

Jacques Heers, historien médiéviste de renom, fut professeur à l’EHESS et élève de Fernand Braudel, qui fonda cette école. Après s’être intéressé à de nombreuses facettes de l’histoire médiévale, il revient dans ce livre édité en 2012 sur l’aspect économique de cette époque et montre de façon convaincante que le capitalisme y est né. C’est pourquoi son ouvrage a éveillé mon attention, étant moi-même convaincu que c’est au Moyen-âge, en Italie, que la monnaie moderne a été inventée, grâce à la technique de la partie double.

 

Jacques Heers, à l’inverse d’un Raymond de Roover[1] ou d’un Jean Fourastié, n’est pas un technicien, pas plus qu’un comptable. Aussi ne cherche-t-il pas a priori à apporter une analyse technique aux documents qu’il analyse. Mais par son approche, il parvient à cerner la réalité sociale des marchands et des changeurs, et il voit parfaitement que leur place dans la ville est de premier choix. De cette observation, il déduit qu’il n’est pas possible, comme le font certains historiens, d’en faire des vendeurs à la petite semaine rejetés à la marge, tout juste tolérés pour leur utilité, mais méprisés pour leur métier. Les marchands et changeurs, au moins à partir du 13ème siècle, occupent clairement le rôle des banquiers d’aujourd’hui, c’est-à-dire l’élite de la bourgeoisie montante, et parfois, déjà parvenue au pouvoir politique comme les Médicis à Florence. Les changeurs et les marchands sont des banquiers, octroyant des prêts à intérêt malgré l’interdit de l’Eglise, et ils se dissimulent à peine sous ce nom. Je ne peux que souscrire à cette analyse puisque, comme je tâche de le démontrer dans ma thèse, la monnaie moderne est née dans la comptabilité des marchands et des changeurs, sous la forme de délais de paiement.

 

Jacques Heers démontre ensuite que c’est aussi à la fin du Moyen-âge que les systèmes monétaires deviennent tous bimétallistes. Toutes les pièces de monnaie sont d’or ou d’argent, et définissent la valeur de la monnaie de compte elle-même, Livre tournoi puis franc en France, livre esterlin en Angleterre, ducat à Venise, etc.… D’ailleurs, il nous confirme, comme par exemple dans les travaux de David Graeber sur lesquels je reviendrai, que la monnaie que j’appelle métallique pour lui donner un nom, était d’emblée définie comme une monnaie immatérielle, une monnaie scripturale, bien que sa valeur fût donc systématiquement définie par les métaux précieux. Ce qui fait la spécificité de la monnaie moderne n’est donc pas le fait qu’elle soit immatérielle, sa spécificité est qu’elle fonctionne comme un système de crédit géré par les banques, et c’est bien ce mystère historique sur lequel je me penche dans mes travaux.

 

Il distingue les prêteurs sur gage et les usuriers des grands marchands. Ceux-là, dont il affirme qu’ils continuent à pratiquer le prêt à intérêt explicite et le prêt sur gage, ce qui entache leur statut social, sont les cahorsins et les lombards chassés d’Italie par les guerres civiles des grandes Cités, les juifs et, contrairement à une idée reçue, majoritairement des bourgeois chrétiens. Dans quelle mesure ces prêts à intérêt classiques perdurèrent au Moyen-âge ? Tout le temps selon l’auteur, mais c’est là une question que je laisse de côté dans mes propres recherches puisque, dans tous les cas, cette forme de prêt n’était plus que résiduelle et n’influencerait pas l’édification de la monnaie moderne. D’ailleurs y-a-t-il une différence si nette entre ces prêteurs sur gage et les grands marchands-banquiers ? Beaucoup d’entre eux, et notamment les lombards qui connaissaient vraisemblablement la technique de la partie double que leurs compatriotes avaient inventée, ne devinrent-ils pas eux-mêmes de grands changeurs-banquiers, à l’image des Médicis ? Heers montre d’ailleurs que ces lombards étaient bien souvent les plus riches des prêteurs, et qu’ils eurent tendance à évincer les autres catégories de ce secteur aux 14e et 15e siècles. Les juifs, d’ailleurs, n’étaient pas uniquement tournés vers les opérations de prêt d’argent, et on les retrouve en France au 15ème siècle dans le commerce, où peut-être certains commencèrent à adopter les méthodes des Italiens, mais aussi dans la production textile : fripiers, chaussetiers ou couturiers, essentiellement dans les centres urbains.

 

Jacques Heers montre, comme de Roover avant lui, à quel point la spéculation est présente au Moyen-âge, comme de nos jours. Cette spéculation s’opère sur les nombreux marchés de change, entre les cours des monnaies souvent soumises à des dévaluations par les Etats, mais elle s’opère également sur les marchandises, lors des foires et bientôt dans les bourses. Comme je l’ai dit, ces spéculations, qui aboutissent à des gains constants, et non pas aléatoires, des marchands et changeurs, sont le moyen qu’ils ont trouvé de financer leurs crédits, leurs délais de paiement, en l’absence de taux d’intérêt. La partie double leur a permis, en automatisant rigoureusement les relations entre profit et délais de paiement, de développer considérablement ces opérations qui aboutissent à faire émerger la monnaie moderne.

 

Heers retrace très précisément les documents comptables médiévaux, en prenant l’exemple de plusieurs changeurs, ce qui s’avère être une méthode extrêmement efficace. Il montre de façon décisive comment le délai de paiement était un outil fondamental et quotidien utilisé entre tous les agents économiques à cette époque, du fait de la rareté de la monnaie. Ainsi, cette pénurie a-t-elle dû nécessairement pousser à l’amélioration des techniques de gestion de ces délais de paiement, et je pense que c’est ce qui conduisit à l’édification de la partie double.

 

Surtout, il apporte la preuve que ce qui était en jeu dans les foires de marchands, où les opérations de compensation avaient lieu dans la comptabilité, ne se limitait pas au change, comme beaucoup de travaux le pensent en se focalisant sur la lettre de change. Le document massif qui circule entre marchands est non seulement la lettre de change mais aussi et surtout l’ordre de paiement dont la signification économique n’échappe absolument pas à Heers, et il faut lui en faire un grand honneur en tant que non économiste : « le mot chèque n’est pas employé à l’époque mais cette économie médiévale a, et de façon très libre, pratiqué l’usage des monnaies de papier. Ces ordres de paiement, écrits sur de simples billets de formats variés qui ne portaient pas d’en-tête et que chacun pliait à sa convenance, étaient émis chaque jour par centaines. Le bénéficiaire pouvait exiger un paiement en monnaie métallique ou, plus souvent et plus commodément, demander une simple inscription sur le livre de compte du tiré. La lettre de change était le même ordre de paiement tiré sur une place étrangère. » Je tiens là la preuve historique (d’autant qu’il nous livre le détail d’un de ces ordres de paiement en note de fin de chapitre) de ce que je supposais nécessaire par mon analyse théorique : la lettre de change n’était pas le cœur de l’activité des marchands-banquiers mais seulement un des ordres de paiement par lesquels ils faisaient circuler la monnaie moderne. Entendons-nous bien. Ces ordres de paiement, comme Heers le souligne très justement ne sont rien d’autres que l’ancêtre des chèques, ou si l’on préfère des billets de banque. A part le fait qu’ils sont écrits plutôt qu’imprimés, rien ne les différencie. Ils matérialisent des délais de paiement inscrits dans la comptabilité des marchands, ils sont eux-mêmes une monnaie : la monnaie moderne. Mais ils ne concernent pas uniquement des opérations de change, ils concernent aussi et surtout des ventes de marchandises. Et dans la variation du prix de ces marchandises, variation impossible à empêcher, se glisse le prêt à intérêt, sous la forme de la spéculation associée au délai de paiement. C’est cette opération que la partie double permet de gérer plus efficacement que n’importe quelle autre technique, et c’est pour cela que ceux qui l’utilisent obtiennent un avantage comparatif qui les fait se transformer en banquiers, en marchands-banquiers.

 

C’est d’ailleurs bien ce qui s’est produit pour Datini, le célèbre banquier de Prato du 14ème siècle qui nous a légué toute sa comptabilité en parfait état, comme Heers le décrit. Originellement marchand de laine, Datini, qui fut un des inventeurs de la partie double, est un riche banquier aux succursales tentaculaires en Europe et en Méditerranée à la fin de sa vie.

 

C’est certainement le même genre de raisons qui conduisirent les Médicis, de petits usuriers urbains, à devenir la grande famille dynastique que nous connaissons. Et en France l’insolente et immense richesse de Jacques Cœur, fils d’un marchand de Bourges devenu principal pourvoyeur du Trésor royal, a certainement partie liée avec cette réalité.

 

A ce propos, Heers nous plonge dans la question de la dette publique au Moyen-âge et décrit comment les titres de dette, en circulant avec les autres délais de paiement des marchands, constitue un élément de cette monnaie de compte en circulation. Un élément important et entraînant, serait-on tenté d’ajouter, dans l’émergence de la monnaie moderne, même si elle n’en est ni l’origine, ni le seul moteur, comme le croient de façon à mon avis un peu simpliste les chartalistes, et David Graeber dans son ouvrage sur la dette. Il montre comment, des templiers jusqu’à Jacques Cœur, les argentiers du Roi sont systématiquement tués au moindre retournement économique et politique, les Auvergnats seuls parvenant à limiter les dégâts par leur proverbiale discrétion et leurs alliances locales : « en gardant assez de solide bon sens pour maintenir un genre de vie sans trop d’éclat et des ambitions limitées à l’acquisition d’un solide patrimoine foncier ». Touchante description des descendants médiévaux des illustres Arvernes, qui déjà battaient monnaie pour toute la Gaule.

 

Finalement, et c’est la qualité principale du livre, Heers affirme que les virements entre comptes et les ordres de paiement qui les matérialisent étaient clairement une nouvelle monnaie, utilisée comme telle, même de façon populaire, dans des villes comme Gênes avec la Casa di San Giorgio. Remarquable lucidité, selon moi, puisque même des spécialistes financiers comme de Roover s’aventurent plus timidement sur ce terrain. Cependant, et c’est la limite de tous les travaux sur la monnaie, qu’ils se concentrent sur l’Ancien régime ou sur le système moderne, ils ne distinguent pas les différentes dimensions de la monnaie (concept que j’introduis dans mon travail), et parviennent à être clairs uniquement s’ils restent dans une des deux dimensions, sans voir que la partie double a précisément permis de changer de dimension monétaire. C’est peut-être la raison pour laquelle Heers semble plus à l’aise que de Roover, gêné par ce problème de cohérence globale dont un historien médiéviste pur comme Heers n’a pas plus à se préoccuper qu’un économiste moderne. La nouvelle monnaie dont parle Heers, en effet, qui naît à partir des délais de paiement des marchands gérés dans leur comptabilité, est la monnaie moderne. Mais en se déployant, en s’étendant et en circulant en tant que tel, ce système de délais de paiement va progressivement se détacher de la monnaie métallique dont il est issu et devenir lui-même une monnaie à part entière, fonctionnant comme un système de crédit mais lié à la production et au profit, ce qui garantit sa pérennité. Et à son tour, et ceci prête beaucoup à confusion dans l’analyse, cette nouvelle monnaie (qui est notre monnaie) va permettre l’existence de délais de paiement en son sein, délais de paiement qui peuvent potentiellement devenir une nouvelle monnaie : il s’agit de la finance moderne.

 

Mais je déborde sur ma thèse, dont la lecture de Heers ne fait que stimuler les intuitions fondamentales, en particulier en me prouvant l’existence massive d’une monnaie-papier fonctionnant comme la matérialisation des délais de paiement, octroyés à l’occasion du change mais aussi et surtout des ventes directes de marchandises.

[1] Voir mon article précédent que j’ai consacré à l’un de ses ouvrages : https://monnaieprix.hypotheses.org/310


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.