Jacques Le Goff : « Marchands et banquiers au Moyen-âge »

Jacques Le Goff, décédé en 2014, était un grand historien médiéviste, professeur à l’EHESS dont il fut aussi président, engagé à gauche. La synthèse brillante qu’il a écrite sur les grands marchands-banquiers du Moyen-âge  (Marchands et banquiers au Moyen-âge) constitue un complément bienvenu avec le livre de Jacques Heers, plutôt engagé à droite, sur les origines du capitalisme que j’ai présenté sur ce blog.

Pas davantage technicien que Heers, et à vrai dire moins intéressé par la technique commerciale privée, et possédant moins d’intuitions lumineuses que ce dernier dans ce domaine, Le Goff est en revanche plus attaché à une lecture sociale, marxiste, disons le mot, de la société urbaine florissante du bas Moyen-âge, qui accoucha de la Renaissance. Il prend soin de démontrer, de façon parfaitement convaincante, que l’analyse de classes sociales aux intérêts antagonistes s’applique à ces sociétés, peut-être aussi bien qu’elle s’applique aux sociétés nées de la Révolution industrielle à partir du 18ème siècle.

Le monde dans lequel évoluent les grands marchands, notamment en Italie, comme de juste, est bien déjà un monde capitaliste. Il en possède la mentalité, la force de transformation sociale et matérielle, l’oppression des plus faibles et l’injustice. Et c’est le tableau en clair-obscur d’une classe sociale montante, appelée à un prodigieux avenir, imprégnée d’un grand esprit d’entreprise et d’initiative et dotée d’un tout puissant égoïsme que Jacques Le Goff dresse : le tableau de la bourgeoisie.

Car c’est bien à la bourgeoisie qu’appartiennent les grands marchands qui émergent entre le XIème et XIIIème siècle et mènent « la révolution commerciale » dont Le Goff parle avec pertinence. A vrai dire, il ne voit pas clairement l’importance décisive que joue l’invention de la partie double et l’émergence de la monnaie moderne dans cette révolution, mais il constate que quelque chose se passe après quoi des fortunes immenses se constituent rapidement puis se figent en dynasties familiales pour les siècles suivants.

La figure du marchand sédentaire, fixé en une ville italienne et possédant de multiples collaborateurs dans des succursales implantées dans toutes l’Europe apparaît, et remplace celle du marchand itinérant bravant les risques pour se rendre aux foires de Champagne. Le marchand-banquier se fixe, s’enrichit et s’embourgeoise, telle est l’observation fondamentale que fait Le Goff. Et c’est cet homme qu’il s’applique à nous décrire dans une sorte de portrait historique peint avec sa culture et son jugement aiguisé et sûr.

Ce marchand-banquier, est-il bon, est-il mauvais ? Un peu des deux bien-sûr, tant au niveau individuel que collectif. Bien qu’il puisse s’allier occasionnellement avec le peuple dont il est généralement issu, sa tendance est globalement de rechercher l’alliance, puis l’intégration ou la fusion avec l’aristocratie, quitte pour cela à réprimer sans pitié les révoltes populaires. Par le mariage, par l’achat de terre, par la bénédiction de l’Eglise, il cherche à assoir sa position sociale sur plusieurs générations. Il tend à se séparer de l’artisan, simple pratiquant d’un métier au sein d’une guilde, par la richesse acquise et par le prestige social.

 

En Flandres, dans le nord de l’Italie, ses entreprises industrielles, dans le textile ou la construction navale le conduisent à prolétariser une population artisanale et ouvrière, conduisant quand le marchand se mue en oppresseur brutal ou pervers, à des révoltes populaires contre lui au XIVème siècle. Car le grand marchand possède toute la vie de ses ouvriers, il les tient dans sa main : argent, travail, logement, et souvent pouvoir politique et religieux.

 

Malgré cette emprise malsaine, le marchand fait bénéficier souvent la population, notamment paysanne, de ses investissements et de ses innovations technologiques, améliorant les techniques de production, réorientant les cultures et luttant contre les crises agricoles et la famine. Mais quand la situation économique se dégrade, les marchands n’hésitent pas à durcir la façon dont ils traitent leurs gens, conduisant à des situations d’exploitation parfois insupportables.

 

Si quelques-uns prônent parfois la cause du peuple, comme Etienne Marcel en France ou les corporations de bouchers, souvent riches mais méprisés, ils préfèrent généralement s’allier à un pouvoir tyrannique ayant pris le pouvoir à l’issue d’une lutte de clan (les fameuses luttes entre guelfes et gibelins en Italie) et garantir ainsi leurs intérêts financiers. D’ailleurs, surtout en Italie, ils deviennent progressivement les gestionnaires des finances publiques des Etats et de l’Eglise, opérant une fusion de fait de la classe dominante autour de l’argent (et grâce à la partie double et à la montée de la monnaie moderne comme je le montre dans mes travaux).

 

Mais une évolution générationnelle se produit alors bien souvent au sein de ces familles de nouveaux riches. Les enfants des entrepreneurs marchands ayant accédé à la fortune, éduqués dans la richesse, glissent progressivement vers la rente. Ils se désintéressent des affaires marchandes et se passionnent pour l’art et la culture, ayant reçu une éducation raffinée, religieuse mais aussi laïque, leur permettant de cultiver leur esprit et de financer la Renaissance. « Après les amasseurs, les jouisseurs. Après les marchands, les marchands-artistes. » Les Médicis, glissant du besogneux Cosme à Laurent le Magnifique, sensible à l’art mais financièrement désastreux, en sont l’exemple typique.

 

Jacques Le Goff nous dépeint ensuite la mentalité de ces grands marchands, véritables moteurs de la Renaissance et du capitalisme. Ils sont avant tout avides d’argent, et lui vouent un véritable culte, car c’est l’argent qui a tout rendu possible pour eux. Mais d’autre part, le commerce et la banque les a rendus rationalistes en un temps pourtant marqué par la doctrine de l’Eglise. Ils pensent tout pouvoir résoudre par la raison et développent une véritable culture laïque, notamment dans l’éducation qu’ils donnent à leurs enfants, qui préfigure la mentalité du monde moderne. D’ailleurs l’Eglise n’est plus une menace pour eux car elle a besoin d’eux pour son propre développement. Aussi les normes qu’elle fixe désormais vont-elle systématiquement dans leur sens.

 

D’ailleurs Le Goff note que les contraintes initiales de l’Eglise, notamment celles qui portent sur l’interdiction du taux d’intérêt et qui se fondent sur plusieurs phrases du Deutéronome, de l’Exode, du Lévithique ainsi que du Nouveau Testament, ont en fait « conduit les marchands à perfectionner leurs méthodes. » Je ne peux qu’approuver cette remarque, puisque c’est précisément cette interdiction du taux d’intérêt, qui selon moi, a poussé les marchands à développer les techniques de gestion des délais de paiement, aboutissant à l’invention de la comptabilité en partie double.

 

Enfin Le Goff conclut en montrant que le marchand est au cœur du mouvement de la Renaissance et de l’humanisme, auquel il appartient parfois directement comme Laurent le Magnifique. Le pragmatisme, le réalisme, l’intérêt pour la géographie, l’écriture, le calcul, mais aussi pour l’histoire et à la peinture ou pour l’architecture, vont conduire à ce que Yves Renouard qualifie de rationalisation et de laïcisation qui préfigure notre époque. La maîtrise du temps, à travers la fixation du calendrier ou l’invention des horloges circulaires séparées en 12 heures régulières est leur fait. Certes, la culture qu’ils donnent à leurs enfants demeure fermée aux classes populaires. Certes l’intérêt qu’ils portent aux œuvres des artistes de la Renaissance demeure teintée d’un grand mépris, puisqu’ils les considèrent comme des ouvriers sans dignité devant les servir en échange d’un maintien au-dessus de la misère, et qu’ils accordent plus d’importance aux arts mineurs, orfèvreries, bijoux, avec lesquelles leurs femmes se parent. Certes leurs palais sont d’abord des forteresses visant à empêcher les révoltes ou se protéger de la prochaine guerre de clans. Mais malgré tout ce sont eux qui financent et entraînent la Renaissance, et bien que décadents en affaires, offrent à leur civilisation un bouquet final d’art dans les villes qu’ils décorent.

 

Mais c’est bien là la meilleure marque de patriotisme qu’ils offrent à leurs villes. Car si les pionniers étaient encore prêts à mourir pour celles qui les avaient vu grandir, les marchands banquiers internationalisés et enrichis ont perdu le goût de la guerre et du sacrifice. Pour leur protection, ils préfèrent employer des mercenaires. Comme le dit si justement Jacques Le Goff, ils sont devenus les « sujets d’un royaume de l’argent qui ne connait les frontières que quand elles servent leurs intérêts ».

 

C’est finalement sans surprise qu’on découvre que cette classe à la fois si dynamique et avide d’argent a pu trouver suffisamment de force en elle pour jeter les fondations de la monnaie moderne, quitte à rompre avec le sens commun, en inventant la comptabilité en partie double.

 

Le Goff conclut son tableau, plein de vérité, de vie et d’équilibre, en évoquant la figure du marchand peinte sur les œuvres d’Ambroggio Lorenzetti et sur la fresque de la chapelle Brancacci à Florence : « c’est là qu’il faut le saluer une dernière fois, entre sa gloire et sa vanité. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.