Jean Fourastié à Sciences Po : la comptabilité, fondement de la science économique

Dans cette introduction à son cours de comptabilité adressé aux étudiants de Sciences Po en 1946, Jean Fourastié, le découvreur des origines de la comptabilité moderne, explique avec brio pourquoi la science économique est entrée en coma pendant un siècle, en s’écartant des faits et en se perdant dans des discours métaphysiques fumeux. C’est seulement en se reconnectant aux faits qu’elle peut progresser dans la compréhension du monde qui l’entoure, et pour cela elle doit nécessairement faire appel à son meilleur instrument d’observation : la comptabilité. En formant intelligement pendant plus de trente ans les jeunes élites françaises à cette technique, en élaborant et en imposant le Plan Comptable Général, qui s’applique toujours jusqu’à nos jours, à l’ensemble des acteurs économiques de la France, Jean Fourastié permit la mise en place efficace de la planification en France. C’est à lui que nous devons essentiellement l’originalité et l’efficacité de cette institution dans notre pays, et c’est tout à la fois dans sa pensée économique et dans sa pensée comptable, l’une et l’autre tellement supérieures à la moyenne des comptables et des économistes, que nous trouvons les fondements de ce que fut le Plan en France, qui encadra l’exceptionnelle croissance que connu notre pays après-guerre. Comme il en était conscient, une telle organisation était due principalement à la montée de l’Etat dans l’organisation de l’économie, et cela principalement du fait des deux guerres mondiales. C’est cette affirmation de l’Etat qui a conduit à des clarifications théoriques et pratiques, et c’est aujourd’hui son recul progressif, sous l’effet de la financiarisation et surtout de la lâcheté et de l’esprit d’abandon généraux, qui nous conduit tout droit à la situation antérieure. D’où l’actualité brûlante de ce texte.

 

Je considère la comptabilité comme indispensable à la compréhension du monde contemporain. Je veux insister là-dessus parce qu’il s’agit d’une chose importante moins connue que ce que je viens de vous dire jusqu’à présent. On discute beaucoup à l’heure actuelle de la valeur de la science économique contemporaine. Je vous l’exprimerai en termes crus pour vous marquer que je ne prétends pas du tout vous imposer une aussi brutale opinion. Je considère que la science économique est pratiquement inexistante. Je considère que depuis 150 ans que les gens s’efforcent de créer une science économique, ils n’y sont pas parvenus, alors que, chose extraordinaire, le départ était excellent. Je considère que vers 1830 il y avait une science économique et que brusquement cette science s’est évanouie, et qu’il n’est plus resté que poussière, description pure ou théorie sans contact avec les faits, donc plus de science. Une telle pensée peut surprendre. Comment une science existante a-t-elle pu s’évanouir ? Cela me paraît tout à fait naturel qu’une science qui existe cesse d’exister parce que la science ne sert qu’à décrire la nature ambiante. La science est un mécanisme de pensée, un mécanisme d’enseignement, c’est-à-dire de communication de la pensée qui a pour objet de connaître davantage le monde matériel qui nous entoure. Quand ce monde change, il faut changer de science. En 1830, on avait une science économique qui décrivait l’économie de ce moment-là. Les théories économiques comme celles de Ricardo sur la rente dominaient le monde économique de l’époque, elles expliquaient les faits fondamentaux qui dominaient la vie économique réelle. Et puis un beau matin, elles ont cessé de représenter les faits. L’affolement s’est emparé des gens. Cet affolement a duré 100 ans. On n’a pas voulu renoncer aux théories de Ricardo, on tenait plus aux théories qu’aux réalités. On n’a pas voulu renoncer à la science 1830; on voyait à tout moment des phénomènes perturbateurs, mais les économistes ou bien niaient ces faits nouveaux, ou bien les ignoraient, ou bien les négligeaient. Puis ils se sont peu à peu bornés soit à décrire, soit à tergiverser, soit à argumenter. Aujourd’hui personne n’y comprend plus rien, on ne sait plus où on est, le Ministre de l’économie nationale, quoi qu’étant lui-même un économiste de profession, ne peut tirer de cette science économique aucune utilité substantielle. La science économique ne sert pas au Ministre de l’économie nationale. C’est pourquoi je dis qu’il n’y a pas de science économique. La science doit servir à quelque chose. Si elle ne sert à rien, c’est un jeu d’échec, de bridge. Je vois des édifices de pensée charpentée, logiques, solides mais qui ne sont pas utilisables dans le monde contemporain. Je dis cela n’est pas de la science. La science pour moi doit être utile, parce qu’elle doit correspondre aux faits. Il ne suffit pas de construire la théorie d’un monde qui n’est pas nôtre, c’est du jeu. Il s’agit de construire la théorie du monde qui est le nôtre.

La science économique s’est dissociée des faits et de la réalité en grande partie parce que nos économistes n’ont pas de connaissance convenable des technologies et ne s’appuient qu’exceptionnellement sur des résultats comptables. En effet nous parlons de comptabilité depuis 40 minutes, et nous ne l’avons pas encore définie. Mais nous savons bien qu’il s’agit de mesurer des mouvements de valeur. Or la science économique n’a pas d’autres objets que d’étudier les lois de ces mouvements de valeur. Il doit donc y avoir entre science économique et enregistrements comptables une interpénétration extrêmement nette, précise, la même qu’entre l’art de l’arpenteur et la géométrie élémentaire, de même qu’entre les mesures astronomiques et la géométrie. Il y a pour les économistes une nécessité qui me paraît a priori évidente, élémentaire, une nécessité de connaître de manière concrète les mouvements de valeur dont ils prétendent découvrir les lois. Ces mouvements de valeur comment voulez-vous les mesurer, où voulez-vous trouver l’expression de leur mesure, sinon par la comptabilité et dans les documents comptables. Il me paraît aussi évident que l’économiste doive avoir pour arme élémentaire la comptabilité qu’il l’est de voir le physicien faire des mesures qui portent sur les longueurs d’onde de la lumière, la vitesse de la chute des corps, etc…

Voyez comme des savants tels que Pascal ou Galilée ont fondé la physique contemporaine. Ils l’ont fondé en mesurant les faits de la vie concrète. Ils ont mesuré, avec les moyens de leur époque, avec des règles grossières, avec des décimètres, à 1% ou 5% près. Mais ils ne partaient pas d’idées a priori desquelles ils auraient déduits savamment toute une série de conséquences. Parfois, toute une partie de sa philosophie le montre, Descartes est tombé dans ce défaut de se dissocier de l’expérience; mais toute cette partie de son oeuvre est tombée et n’existe plus.

Ce qui fait la valeur de toute science humaine, c’est de correspondre constamment avec l’expérience. La construction cérébrale est accessoire à côté de l’expérimentation. Il faut d’abord connaître les faits, les suivre, par conséquent les mesurer. Vous pourrez aussi dans d’autres sciences les photographier, les décrire. En matière économique, nous ne pouvons pas photographier les mouvements de valeur, expérimenter sur eux. Il nous reste une seule chose : c’est leur enregistrement. Une seule méthode d’observation économique : la comptabilité. Tout ce que je vous dis sera éclairé quand je vous parlerai des relations entre la comptabilité et la statistique, parce que vous pensez que la statistique est aussi une arme de l’économiste. La comptabilité est une statistique beaucoup plus sûre, plus solide que la statistique au sens classique du terme.

Par conséquent il semble certain logiquement que la science économique a besoin d’une science annexe qui s’appelle la comptabilité. Il paraît absurde logiquement que l’on pense à former des économistes sans leur avoir demandé de passer quelques quinzaines d’heures dans leur vie à étudier une fois pour toute cette petite chose simple qui s’appelle la comptabilité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.