Muray : Oui-Oui au pays du oui

L’analyse de Muray pendant la campagne de 2005 pour le référendum sur la Constitution européenne. Quelques mois avant sa mort, l’écrivain ne manque pas sa cible et relèvera après le vote que cet évènement est un des rares dont on puisse vraiment se réjouir. Dans ce texte, on voit combien la révolte historique des électeurs français émergea dans un contexte difficile de terreur intellectuelle, qui n’a fait que s’empirer depuis. Cette terreur s’appuie essentiellement sur l’infantilisation profonde de la pensée politique de notre époque. C’est ce que Muray démontre dans un texte qui réunit beaucoup de ses thèmes de pensée.

 

Ce qui épouvante les partisans du oui au référendum sur la Constitution européenne, ce n’est pas que le non puisse gagner, c’est que ce non soit seulement possible. Envisageable même en riant, même en rêve ou en cauchemar. Que l’on puisse, même de façon très vague, en concevoir l’éventualité.  Et cela s’explique : sur un continent qui s’élabore en chassant tout ce qui pourrait ressembler à du négatif, seul le oui a droit de cité. Cet adverbe d’acquiescement est la seule réponse admise à une question d’ailleurs posée sous forme affirmative. Il ne se connaît plus d’antagoniste.

C’est ce qui fait aussi que lorsque des sondages donnent le non gagnant, on plaint le oui : « un vent mauvais souffle sur le oui », écrit-on par exemple. Jamais l’idée ne viendrait à personne de dire qu’un vent mauvais souffle sur le non quand les sondages donnent le oui victorieux. Quels qu’ils soient, les partisans du non sont des malfaisants dont les états d’âmes n’ont pas à être pris en compte, à l’inverse de ceux du oui dont on évoque déjà « la tristesse » si le non par malheur l’emportait. Ont-ils d’ailleurs seulement une âme ?

Ce non est également défini comme un « vote sanction ». Est-ce qu’on parle, quand il s’agit du oui, de « tentation du vote onction » ? Bien sûr que non. De même ces derniers mois, a-t-on pu entendre des commentateurs évoquer tout naturellement le « référendum pour la ratification de la constitution » : l’idée que, dans cette consultation électorale, pourrait se glisser du contre autant que du pour n’effleure presque personne. Et il est plus que probable qu’un médiatique évoquant par égarement le prochain « référendum contre la ratification de la Constitution » serait viré sur-le-champ. Il ne ferait pourtant que se tromper sur l’autre versant puisqu’un référendum, en principe, c’est oui ou non et pas oui ou oui ; ni d’ailleurs non ou non.

En principe, car tout a changé puisque le oui à l’Europe est un oui au oui, c’est-à-dire un oui sans objet même si on passe son temps à raconter le contraire, un oui pur et qui entend le rester, un oui angélique, un oui sans sexe, un oui qui tourne perpétuellement dans la cage du oui et ne s’excite de la menace du non que pour se faire peur parce que c’est bon parfois, quand on est sur la planète du oui, c’est-à-dire sur l’Ile aux enfants, d’avoir un peu peur. Le non fait peur. C’est tout ce qui lui reste comme utilité. On se le donne en spectacle par sondages interposés, comme on regarde un film d’épouvante, les soirs où on est fatigué, en sachant bien que ce n’est pas vrai, que ça n’a jamais existé ces histoires de morts-vivants, de vampires, de tueurs à la tronçonneuse, que c’est juste pour jouir avant de dormir.

Le non n’existe pas et d’ailleurs il est impossible. En Europe, il n’est pas seulement absurde ou ridicule, il n’est simplement plus prévu. Au pire, dispose-t-on de moyens excellents pour faire revoter les gens, c’est-à-dire leur faire remanger quelque chose qu’ils n’ont même pas vomi (en revanche, on ne songe apparement jamais à faire revoter les pays qui ont dit oui jusqu’à ce qu’ils disent non, pourquoi ?). L’alternative au oui, en Europe, c’est oui. L’europhile dominant, c’est Oui-Oui au Pays des merveilles du oui. Par là aussi se vérifie que nous entrons dans un autre monde où les choses, pour exister, n’ont même plus besoin de leur contraire.  La lumière n’a plus besoin de l’ombre. Le féminin du masculin. L’innocence auto-promotionnée ne veut plus rien savoir des coupables. Le Bien ne veut plus que le Mal chemine à ses côtés comme par le passé. Oui-Oui n’a plus besoin de Non-Non, il s’en passe très bien.

Des Oui-Oui magnifiques, dorés sur tranche, on vient d’en voir toute une meute rassemblée par Jack Lang dans un superbe comité de soutien comique du oui au oui. « Femmes et hommes de culture, se science, de recherche et de sport attachés depuis toujours à la construction européenne » comme ils se présentent eux-même avec cette modestie qui les caractérise. Tous ces écrivains audiovisuels, ces acteurs mûris en studio et ces penseurs de synthèse, toutes ces vedettes cuites au micro-ondes, toutes ces élites pour Soleil vert ne nous dissuadent pas seulement d’être tentés par le non ; ils nous avertissent d’arrêter de faire joujou avec l’idée grotesque qu’on pourrait dire oui ou dire non. Chez Oui-Oui, on ne peut voter que oui ou oui. Pour Oui-Oui, le non est au mieux une « énigme », ainsi que vient de l’exprimer Sylviane Agacinski, épouse Jospin, au pire « un poison », comme l’a fait savoir Jack Lang. De toute façon c’est un scandale. Le non n’est même pas une opinion, c’est une cochonnerie révoltante, c’est quelque chose d’innommable.

Dans ces conditions, pourquoi perdre son temps à imprimer des bulletins non ? Le jour du référendum, l’électeur ne devrait avoir à se décider qu’entre deux piles de oui : ainsi ne saurait-il faire d’autre choix que le seul. Ainsi saura-t-il également ce qu’à l’avenir, en Europe, signifiera le mot choix. Cette idée est excellente, il reste à peine deux mois pour la mettre en oeuvre.

 

Paru en avril 2005 dans le journal La Montagne (principal journal clermontois qui fit lui même une campagne unilatérale et sans finesse pour le oui mais qui accueillit les dernières tribunes de Muray dans ses chroniques du temps présent, ce qui est tout à son honneur.)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.