Muray : on a marché sur le oui

Le deuxième volet de l’analyse de cette grotesque campagne de 2005, où les Français, pour la dernière fois à ce jour, envoyèrent balader souverainement tous les mensonges  que leurs servait une élite morbide. Il était justice que quelques jours avant ses soixante ans et quelques mois avant sa mort, le plus intelligent d’entre eux, mais certes pas le plus honoré, rende compte comme il se doit de cette révolte historique.

Ce qui crevait les yeux depuis le début, dans cette affaire de oui ou de non au référendum,  c’était que le non était plus amusant que le oui ; ne serait-ce que parce que le oui se présentait, du temps de sa splendeur, comme un chef d’oeuvre de complétude, un ensemble pour lequel il ne manquait rien pour être oui à lui tout seul, et surtout pas l’ombre d’un non, et que rien ne serait plus rigolo que de flanquer un coup de relativisation  à ce prétendu absolu.

Le non fait rire. Il fait rire d’abord de l’épais sérieux des partisans du oui qui ne rient jamais même lorsqu’ils triomphent, et qui rient encore moins dans la déconfiture. Ce qu’il y avait encore de plus détestable dans le oui, c’était le oui. Le oui comme tout : être et néant, présent et avenir, existence et essence. Le oui comme chantage au désastre si le non, par malheur, l’emportait. Le oui comme oui. Le oui comme synonyme de l’Europe. Le oui comme autre nom d’un continent flou qui se confond avec le oui au point que c’est ainsi qu’il faudrait l’appeler : Ouiland. Même quand le non l’emporte.

Qui, dans de telles conditions, aurait pu résister à l’envie de marcher sur Ouiland comme on marche sur une plate-bande ? Lorsque Raffarin exhortait les Français à ne pas être “frigides”, il fallait être naïf pour ne pas savoir que cette frigidité, du moment qu’on la pousserait à bout, se révèlerait le comble de l’érotisme. Et quand d’autres suppliaient ces mêmes Français de ne pas devenir des “moutons noirs” de l’Europe, c’était de la candeur de croire qu’ils n’allaient pas désappointer encore davantage les arrogants bergers qui leur faisaient de telles leçons. Sans compter les gardiens de brebis des autres pays européens dont les appels à obéir constituaient autant de tortueuses incitations à faire tout le contraire. D’autant qu’ils n’arrêtaient pas aussi de répéter que cette Constitution était un “projet français”, ce qui était réduire la France et les Français aux technocrates allumés qui, après avoir construits cette maquette étouffante, tentèrent de la vendre au peuple français comme de la poésie pure.

De quelque manière qu’on le prenne, le non était plus drôle que le oui. Certes pas le non défendu par les représentants officiels du non, mais le non offert comme une tentation aux électeurs d’en bas aussi bien que d’en haut et même du fond du couloir. Le non comme occasion de rire un bon coup en voyant s’écrouler le château de carte des notabilités du Juste Milieu, se dégonfler des représentants qui ne représentent plus personne, se fracturer des médiatiques à têtes de logiciel, se lézarder les idoles du cercle vertueux. Le non comme plaisanterie radicale par rapport à un oui tellement sûr de gagner qu’il avait même condescendu une dernière fois au jeu du oui-ou-non comme on joue avec le feu.

En fin de compte, le non avait été proposé aux Français un peu à la manière dont le Dieu de la Bible laisse à la portée du premier homme, dans le Jardin d’Eden, la possibilité de pécher : en escomptant bien qu’il n’usera pas de cette possibilité. On connaît la suite; et comment Adam et Eve, dans le dos de Dieu, abusèrent de cette liberté qui leur avait été octroyée. Des milliers et des milliers de pages de théologie découlent de cet épisode originel fracassant qui vit l’usage de la liberté se transformer en péché, et l’exercice de celui-ci devenir tout bonnement l’histoire humaine. C’est ce qu’on appelle le problème du Mal et on n’a toujours pas fini de l’interroger.

Mais les infortunés pèlerins du oui européen sont de bien trop petits démiurges pour qu’on les assimile si peu que ce soit au Créateur (qui dispose d’ailleurs toujours de la grâce pour effacer ce péché). N’empêche que c’est bien un Paradis, si dérisoire soit-il, qu’ils ont voulu fourguer aux électeurs, c’est-à-dire un monde sans dualité structurante, sans conflit, un monde sans non. A quoi les électeurs ont préféré, par leur non, recréer de l’extériorité, de la relativisation, du “désordre” par rapport à un ordre idéal et imposé. Ce désordre ne vaut guère mieux que l’ordre sans alternative qui s’offrait aux suffrages, et il n’est certes pas le recommencement de l’Histoire (ni la renaissance de la France), mais il procède de quelque chose qui a partie liée avec la farce, ce dont ne relevait certes pas le oui macéré dans la pompe et dans l’angélisme, (et tourné maintenant à l’aigre, à la haine et au mépris pour ceux qui ont osé voter non). Décidément, quel que soit l’angle sous lequel on le regarde, le non est plus drôle que le oui. Ce n’est pas grand chose. C’est déjà mieux que rien. C’est en tout cas bien mieux que oui.

 

Paru en juin 2005 dans La Montagne.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.