La bataille d’Italie

Après avoir enflammé la Grèce en 2015, avec l’élection de Syriza, c’est donc en Italie que se poursuit la longue crise de l’euro, comme on pouvait s’y attendre. En effet, cela faisait bien longtemps que l’opposition était devenue une force combattant l’euro en Italie, que ce soit le Mouvement cinq étoiles avec les prises de position de son chef historique, Beppe Grillo, qui souhaite un référendum sur l’euro, ou avec la montée fulgurante de la Ligue de Matteo Salvini, qui adopte désormais un discours non sécessionniste, social et fermement opposé à l’euro, ou même avec Silvio Berlusconi et àson parti Forzza Italia, qui a pris des positions très critiques sur la monnaie unique.

Longtemps les différentes forces de cette opposition se sont fermement repoussées, affirmant être absolument incompatibles, mais la crise économique et la révolte sourde du peuple italien a fini par emporter ces barrières apparentes et à unir dans une même alliance des partis qui ont en commun de vouloir changer de politique, et agir réellement contre la crise. Ces tendances de fond ont donc conduit à l’union de la ligue et du Mouvement 5 étoiles, à la conclusion d’un contrat de gouvernement et à la nomination hier de Guiseppe Conte à la tête du gouvernement. Certes, les courants politiques sont différents, ainsi que l’histoire et la sociologie des partis, pour ne pas parler de leur géographie électorale, puisque le M5S domine au sud et la ligue au Nord, dans un pays où cette distinction Nord-Sud est très sensible. Mais comme nous l’avions déjà observé en Grèce avec l’union de Syriza et des Grecs indépendants, parti qui était volontiers présenté à l’époque comme d’extrême droite, la révolte populaire a eu raison de ces obstacles, et la nécessité pratique de l’action, enfin, l’a emporté.

Or la leçon qu’il faut retenir de ces deux élections, avant même d’aborder la suite des évènements en Italie, est que la possibilité de la révolte, la prise en main du peuple par lui-même pour changer une politique économique, n’est possible qu’à l’échelle des nations. Puissent ces expériences le prouver aux nombreux partis de gauche qui refusent toujours de l’admettre, et puissent-elles également prouver aux partis de droite qui croient défendre ces nations, qu’il n’est plus possible de le faire, aujourd’hui, sans agir contre les graves dégâts que provoque l’évolution actuelle du capitalisme et de la mondialisation. Vouloir défendre le peuple et combattre le capitalisme sans comprendre que le monde et l’Europe sont organisées en Nations, et que ces nations ne disparaitront pas parce que des idéologues l’ont décrété, c’est une chose indispensable à comprendre pour quiconque est sincèrement préoccupé par la situation sociale de tous les citoyens. Mais d’autre part, feindre de défendre la Nation, à l’image d’Emmanuel Macron, tout en niant les graves désordres du capitalisme actuel, et même en voulant les accroître pour servir les intérêts des classes possédantes, c’est une autre erreur dramatique qui ne peut conduire qu’à défaire la Nation.

 

Car au-delà de leurs trajectoires historiques et politiques, il faut comprendre ce qui unit la ligue et le M5S. Ce qui les unit est la volonté de reprendre en main leur souveraineté, avant même de discuter de la suite, et ils sont prêts à faire des concessions à leur allié tant qu’ils obtiennent cela, ce qui devrait faire réfléchir. En effet, c’est précisément cette souveraineté à laquelle les autres partis, comme le PD de Matteo Renzi, ont renoncé, et dont les prive l’euro, et les Italiens ont fini par s’en rendre compte, en dépit des flots de mensonge dont ils sont abreuvés sur le sujet par leurs médias, comme chez nous. Que des scientifiques, partout à travers le monde, aient montré l’inanité de cette monnaie unique, à quel point elle pénalise le commerce extérieur et la croissance de l’Italie, tout en la privant des moyens d’agir, voilà un fait qui a été soigneusement minoré, pour ne pas dire ignoré par la classe politique italienne, comme il l’est, plus encore, malheureusement, en France. Pourquoi ce fait scientifique a-t-il été ignoré ? C’est une question difficile, mais essentiellement pour servir les intérêts de la bourgeoisie, puisque l’euro a servi d’outil de discipline sociale, permettant de faire avancer un agenda néolibéral, et de promouvoir le « changement de mentalité » cher aux leaders politiques des années 90. Cependant ce refoulement conduit aujourd’hui à une prise de conscience soudaine, comme si l’Italie prenait d’un coup conscience de la maladie dont elle était atteinte, et qu’elle décidait de s’en débarrasser en choisissant enfin le bon remède. Et face à elle, elle trouve les éternelles indignations de commande, les intérêts coalisés, et les peurs puériles de ceux qui ne voudraient jamais rien faire, et s’enliser toujours plus dans les tendances morbides du capitalisme moderne : chômage de masse, appauvrissement matériel, explosion des inégalités, appauvrissement civilisationnel.

L’Italie, comme souvent dans sa si longue histoire, semble résumer à elle seule l’évolution mondiale de façon archétypale. Car en Italie, les victimes de la mondialisation et du capitalisme se sont unies face à la bourgeoise, aux partis et aux médias qui servent cette bourgeoisie, et l’ont fait dans le seul cadre historique où quelque chose peut se passer : le cadre national. Les divisions factices qui empêchaient cette union et cette clairvoyance, savamment entretenues par les relais médiatiques de cette bourgeoisie, sont en train de sauter un par un, et laissent apparaître l’essentiel : les Italiens veulent décider de leur avenir, donc affronter ce qui les empêche de le faire : l’euro. Au-delà des critiques que l’on peut faire concernant les prises de position de la ligue et du M5S, peut-on leur donner tort ? Bien-sûr que non. Car dans la situation actuelle, toute politique sociale, tout combat sérieux contre l’évolution du capitalisme financiarisé et mondialisé, doit passer par la lutte contre l’euro, afin de faire renaître la démocratie et le pouvoir de l’Etat. C’est à partir de là seulement que des politiques nouvelles pourront être menées, et il est clair qu’il y peut y avoir un débat sur ces mesures. Mais pour l’essentiel, les solutions sont claires, et concernent la nécessité de l’investissement public productif (qui peut être consacré à l’écologie) grâce au financement de la banque centrale, afin de réduire le chômage, de soutenir les salaires et d’orienter la production de façon stratégique, tout en réduisant la dette. C’est bien dans cette direction que s’engage le contrat de gouvernement de l’alliance, et c’est pourquoi des forces de gauche, comme le parti de Stefano Fassina (Sinistra Italia), le soutiennent. Le simple fait de récupérer sa monnaie nationale stimule la production grâce au taux de change, qui est surévalué avec l’euro pour des pays comme l’Italie, comme le démontrent abondamment les études économétriques. Comme l’indiquent des économistes comme Ambrose Evans-Pritchard ou Yanis Varoufakis, la sortie de l’euro entraînerait nécessairement un contrôle des capitaux.[1] Elle conduirait également à lutter contre la prééminence de la finance moderne sur la politique, ne serait-ce qu’en déconnectant la dette publique de ces marchés.

D’ailleurs, les équipes d’économistes proches du gouvernement, parmi lesquels il faut espérer que soit choisi le Ministre des Finances, sont tout à fait conscientes du problème de l’euro et de la façon d’en sortir et ont tiré les leçons de la crise grecque. Parmi eux, Claudio Borghi, Alberto Bagnai (qui me fait l’honneur d’être mon codirecteur de thèse), ou Paolo Savona, sauront conseiller et agir dans un sens rationnel le gouvernement si celui-ci maintient sa détermination à défendre son peuple et sa souveraineté. Voilà pourquoi la bataille d’Italie s’annonce fondamentale sur la route de la lutte contre le système-euro et les méfaits de la mondialisation moderne.

[1] https://www.soverain.fr/les-instruments-de-torture-de-juncker-sont-inutiles-contre-linsurrection-bien-preparee-de-litalie-trad/?cn-reloaded=1


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.