Pour une alliance entre les Black lives matter et les Gilets jaunes

L’émotion provoquée par l’assassinat de Georg Floyd aux Etats-Unis ne saurait être prise à la légère, et surtout dans ses répercussions en France. En effet, elle a suscité également une émotion considérable dans notre pays, en rouvrant notamment des blessures autour de la mort d’Adama Traoré, décédé durant son arrestation par la police dans des conditions très inquiétantes. Si de nombreux citoyens français n’ont sans doute pas été émus autant qu’ils l’auraient dû par cette affaire au moment où elle s’est produite, c’est sans doute qu’ils se sont laissés enfermés dans ce qu’en ont raconté les médias, à une époque où ceux-ci avaient encore un certain crédit, parce que la population n’avait pas encore éprouvé leurs mensonges durant la répression contre les Gilets jaunes. Il est donc clair aujourd’hui que beaucoup de Français de province reconsidèrent sous un jour nouveau l’affaire Adama Traoré, et l’émotion qu’elle suscite semble beaucoup plus compréhensible et justifiée qu’elle ne pouvait l’être il y a quelques années.

Certes les manifestations des black lives matter et des personnes qui se sont mobilisées à cette occasion ont parfois connu des débordements, comme toute manifestation. Certes, les destructions de statues peuvent être inappropriées, surtout quand elles s’attaquent à des personnages qui ont réalisé de grandes choses, en dépit de leur aveuglement sur l’esclavage, mais tout cela ne saurait servir à déconsidérer l’ensemble d’un mouvement et de ce qu’il représente. Car l’histoire des Noirs en France est une question de première importance pour l’histoire de notre pays, et il est tout à fait logique de la regarder en face, non seulement pour un motif de justice, mais également pour ce qu’elle révèle de l’histoire de notre pays et des mensonges d’un certain nombre de nos dirigeants actuels.

Dans l’Ancien Régime, l’esclavage a été pratiqué par le système colonial français à l’égal des autres systèmes coloniaux européens, en prenant une importance d’autant plus massive et inhumaine que l’expansion du capitalisme le stimulait depuis le 14e siècle. Certes les grands commis de l’Etat français, comme Richelieu ou Colbert, favorisaient plus qu’aucun autre royaume le métissage entre Français et peuples colonisés pour peupler la Nouvelle France en Amérique, certes les atrocités que subissaient les paysans français et européens durant la Guerre de Trente Ans, à la même époque, valaient parfois celles que subissaient les esclaves noirs, mais enfin le système triangulaire de sinistre réputation fut adopté et organisé par ces ministres sans vergogne, et il est normal de mettre en lumière leur responsabilité criminelle sur ce point.

Le XVIIIe siècle, marqué par la rivalité croissante de l’Angleterre et de la France sur la planète entière, vit la perpétuation et l’intensification de l’esclavage dans les empires coloniaux, sous la pression des riches marchands qui profitaient de ce système, et de la Monarchie qui l’encourageait sans réflexion, tout en appauvrissant de plus en plus les paysans français eux-mêmes. Pourtant, au plan intellectuel, nombreux furent les penseurs français ou de langue française des Lumières, à l’image de Diderot, Rousseau, l’Abbé Raynal ou Montesquieu, à dénoncer le crime esclavagiste.

Puis vint la Révolution française qui mit à bas la Monarchie et l’aristocratie, avec l’arrogance et la bêtise qui les caractérisaient à la fin du XVIIIe siècle, et donna aux paysans français qui l’avaient permise la pleine jouissance de la liberté antique du citoyen au sein d’une république libre. C’est en 1794 que la Convention, sous le gouvernement de Robespierre, qui suscite encore aujourd’hui la haine de tant de possédants, donna naissance à cet évènement unique, inédit jusqu’alors et à jamais inscrit dans l’histoire de l’humanité : l’abolition de l’esclavage. C’est la révolte des esclaves en Haïti qui provoqua initialement cet évènement, parce que cette révolte fit prendre brutalement conscience aux révolutionnaires métropolitains de la contradiction entre les valeurs pour lesquelles ils combattaient et la situation des hommes de couleurs réduits à l’esclavage dans les colonies. Michel Vovelle, le grand historien de la Révolution française, cite dans son livre la séance de la Convention où l’abolition fut défendue entre autre par les députés d’Eure-et-Loir et de la Sarthe, autrement dit de cette France profonde et à l’époque paysanne qu’incarnent aujourd’hui les Gilets jaunes [1]:

Convention nationale, séance du 4 février 1794 :

(…) L’orateur conjure la Convention de confirmer cette promesse et de faire jouir pleinement les colonies des bienfaits de la liberté et de l’égalité (…)

LEVASSEUR (de la Sarthe) : Je demande que la Convention, ne cédant pas à un mouvement d’enthousiasme, mais aux principes de la justice, fidèle à la déclaration des Droits de l’Homme, décrète dès ce moment que l’esclavage est aboli sur tout le territoire de la république. Saint-Domingue fait partie de ce territoire, et cependant nous avons des esclaves à Saint-Domingue. Je demande donc que tous les hommes soient libres, sans distinction de couleur.

LACROIX (d’Eure-et-Loir) : En travaillant à la Constitution du peuple français, nous n’avons pas porté nos regards sur les malheureux hommes de couleur. La postérité aura un grand reproche à nous faire de ce côté ; mais nous devons réparer ce tort. Inutilement avons-nous décrété que nul droit féodal ne serait perçu dans la république française. Vous venez d’entendre un de nos collègues dire qu’il y a encore des esclaves dans nos colonies. Il est temps de nous élever à la hauteur des principes de la liberté et de l’égalité. On aurait beau dire que nous ne reconnaissons pas d’esclaves en France, n’est-il pas vrai que les hommes de couleur sont esclaves dans nos colonies ? Proclamons la liberté des hommes de couleur. En faisant cet acte de justice, vous donnez un grand exemple aux hommes de couleur esclaves dans les colonies anglaises et espagnoles. Les hommes de couleur ont, comme nous, voulu briser leurs fers ; nous avons brisé les nôtres, nous n’avons voulu nous soumettre au joug d’aucun maître ; accordons-leur le même bienfait.

LEVASSEUR : S’il était possible de mettre sous les yeux de la Convention le tableau déchirant des maux de l’esclavage, je la ferai frémir de l’aristocratie exercée dans nos colonies par quelques blancs.

LACROIX : Président, ne souffre pas que la Convention se déshonore par une plus longue discussion.

L’assemblée entière se lève par acclamation.

Le Président prononce l’abolition de l’esclavage, au milieu des applaudissements et des cris mille fois répétés de vive la république, vive la Convention, vive la Montagne !

Cet acte historique décidé par les peuples français et haïtiens révoltés ne se compare à aucun autre dans l’histoire. Ni les Mésopotamiens, ni les Egyptiens, ni les démocrates Grecs, ni les populares Romains, ni les grands monothéismes, Judaïsme, Catholicisme, Islam, qui en atténuèrent pourtant la violence, ni les républiques italiennes de la Renaissance, ni la Révolte des Gueux des Hollandais, ni la Glorieuse Révolution anglaise, ni les Etats-Unis durant leur guerre d’Indépandance, ni aucune autre civilisation dans l’histoire ne proclamèrent jamais l’abolition de l’esclavage avant la Convention de 1794, sous le gouvernement de Robespierre, durant la Révolution française. Et cette décision prophétique de la république française, qui nous honore encore aujourd’hui, fut prise avant tout grâce à la volonté, au courage et à l’insurrection du peuple haïtien, dont la république porte toujours aujourd’hui, comme la nôtre, la devise liberté, égalité, fraternité à son frontispice, et qui inscrit sur son drapeau national le bonnet phrygien des esclaves affranchis, symbole de la Révolution française entre tous, que nous avons-nous-mêmes abandonné. Seule la République d’Haïti, en vérité, peut s’enorgueillir d’avoir précédé la France dans l’abolition de l’esclavage, puisque ce que nous avons décrété, elle s’en est emparé par elle-même par les armes.

La décision ignominieuse de rétablir l’esclavage fut le fait de l’Empire et de Napoléon, sans doute influencé par sa femme Joséphine de Beauharnais (dont la statue a été décapitée depuis 1991 dans la ville de Fort-de-France et n’a jamais été réparée, mais faut-il vraiment s’en indigner? A l’évidence non). La bassesse de cette décision se mesure à la lumière de ce que représenta l’abolition dans l’histoire, et cela met en évidence le fait que Napoléon, sur cette question comme sur la monnaie, était malheureusement manipulé par la bourgeoisie. Ce serait d’ailleurs intéressant de montrer que le génie militaire et politique incomparable qu’était Napoléon n’avait pas de maitrise des questions économiques et monétaires, raison pour laquelle sans doute, il haïssait les Etats qui représentaient la tête de pont du capitalisme de son temps : Venise ou l’Angleterre, parce qu’ils symbolisaient ce qu’il ne parvenait pas à comprendre, c’est-à-dire ce qui différait profondément de l’Antiquité classique. Napoléon était intellectuellement et culturellement un Romain, certes avec une connaissance et un attachement aux grandes religions, mais ne parvenait pas à concevoir que l’époque qui s’ouvrait était celle du développement technique, un monde dans lequel l’esclavage ne serait plus accepté, ne serait plus maintenu par la force et où la maitrise et la compréhension de la monnaie devenait stratégique pour l’Etat.

La Restauration maintint le pire des systèmes politiques passés, tout en dirigeant la puissance militaire française à l’extérieur de l’Europe, notamment en Afrique, en étendant l’Empire colonial. C’est encore la République, après la Révolution de 1848, qui interdit définitivement l’esclavage. Le Second Empire surtout puis la IIIe République poursuivirent l’expansion coloniale en Afrique et y appliquèrent une politique contrastée, où se mêlait la brutale exploitation capitaliste menée par les intérêts industriels (politique toujours à l’œuvre aujourd’hui de la part des plus puissantes firmes du monde), et une politique d’investissements de long terme dans les infrastructures et l’éducation, surtout poursuivie durant la IIIe République, et demeurant toujours limitée dans son échelle. La politique coloniale de la France fut alors une contradiction permanente entre deux forces : les intérêts industriels qui désiraient la colonisation pour exploiter les hommes et les ressources des territoires et qui, bien que ne pouvant pas recourir à l’esclavage, n’hésitaient pas à employer les méthodes les plus sordides et les plus déshumanisantes envers les populations locales, et le développement de l’Etat lui-même, auquel correspondait les investissements de long terme : instruction, infrastructures, santé publique, et dont la logique était largement fondée, dans l’esprit de ses concepteurs, sur l’image de l’Empire Romain dont les écrivains latins nourrissaient leur éducation et leur culture. La France en quelque sorte, reproduisait en Afrique la politique de Rome en Gaule, tel était l’esprit de la colonisation “étatique”.

Ces deux intérêts se heurtèrent cependant de plus en plus violemment car ils étaient, pour une grande part, contradictoires, et le développement du capitalisme, de ses intérêts et de son avidité, se heurta de plus en plus à l’Etat, dans les colonies comme partout ailleurs. Tel est le sens des luttes qui opposèrent des hommes comme Brazza, défenseur à l’Assemblée Nationale des populations africaines face aux crimes des industriels (à qui le Congo a donné le nom de sa capitale) aux grands financiers de la fin du XIXe siècle. Il faut souligner que ce sont largement les intérêts industriels qui s’imposèrent jusqu’à nos jours, mais ce sont désormais des Etats nationaux auxquels ils s’affrontent avec plus ou moins de succès.

Le XXe siècle fut un autre siècle où les Noirs jouèrent un rôle central dans l’histoire de France, présents là encore aux moments décisifs, mais subissant souvent l’injustice et les manquements de l’Etat. Beaucoup d’Africains versèrent leur sang dans les tranchées au côté des paysans métropolitains lors de la Première Guerre mondiale, puis lors de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux territoires du Pacifique et d’Afrique Equatoriale furent parmi les premiers à rallier de Gaulle et la France Libre. Dans ses mémoires, celui-ci souligne à quel point le ralliement du Tchad, premier territoire à l’époque français à se lancer dans la guerre contre les nazis, fut un moment essentiel de la guerre. Après son échec devant Dakar en 1940, alors que de Gaulle affronte une brutale crise de confiance et doute de lui-même et de son combat, au bord du suicide, on sait que c’est l’acclamation populaire des Camerounais, à son arrivée dans le port de Douala, qui le remet en selle et le convainc de la justesse de son analyse et de l’avenir de sa lutte. D’un autre côté, l’autre Père de la France contemporaine, le républicain inexpugnable Jean Moulin, en cette même année 1940, préféra se trancher la gorge dans sa prison, après avoir été torturé une première fois, plutôt que d’accuser des tirailleurs sénégalais de l’armée française d’exactions qu’ils n’avaient pas commises. On rappellera les mots simples par lesquels il a décrit cette tentative de suicide dans l’émouvant compte-rendu qu’il en a laissé, où il sous-estime d’ailleurs ses capacités de résistance à la torture :

 Pendant sept heures j’ai été mis à la torture physiquement et moralement. Je sais qu’aujourd’hui je suis allé jusqu’à la limite de la résistance. Je sais aussi que demain, si cela recommence, je finirai par signer.

Le dilemme s’impose de plus en plus, signer ou disparaître…

Fuir ? C’est impossible. J’entends le pas régulier des sentinelles, non seulement dans le couloir, mais aussi devant notre unique fenêtre.

Et pourtant je ne peux pas signer. Je ne peux pas être complice de cette monstrueuse machination qui n’a pu être conçue que par des sadiques en délire. Je ne peux pas sanctionner cet outrage à l’armée française et me déshonorer moi-même.

Tout plutôt que cela, tout, même la mort.

La mort ?… Dès le début de la guerre, comme des milliers de Français, je l’ai acceptée. Depuis, je l’ai vue de près bien des fois… Elle ne me fait pas peur.

Maintenant j’ai rempli ma mission ou plutôt, je l’aurai remplie jusqu’au bout quand j’aurai empêché nos ennemis de nous déshonorer.

Mon devoir est tout tracé. Les Boches verront qu’un Français aussi est capable de se saborder…

Je sais que le seul être humain qui pourrait encore me demander des comptes, ma mère, qui m’a donné la vie, me pardonnera lorsqu’elle saura que j’ai fait cela pour que des soldats français ne puissent pas être traités de criminels et pour qu’elle n’ait pas, elle, à rougir de son fils.

J’ai déjà compris le parti que je pourrai tirer de ces débris de verre qui jonchent le sol. Je pense qu’ils peuvent trancher une gorge à défaut d’un couteau.

Quand la résolution est prise, il est simple d’exécuter les gestes nécessaires à l’accomplissement de ce que l’on croit être son devoir.

Le Sénégalais dort profondément, sans se douter du drame qui se joue à moins d’un mètre de lui, et un peu pour lui.

Cinq heures sonnent à une horloge. J’ai perdu beaucoup de sang. Il a coulé, lent et chaud sur ma poitrine, pour aller se figer en gros caillots sur le matelas… Mais la vie n’a pas fui…[2]

Tous ces rappels historiques ne montrent que trop bien à quel point les Noirs font partie de l’histoire de France d’une façon intime et fondamentale. A chaque fois, c’est le meilleur de la France qui a pris leur défense quand ils étaient agressés, de la France républicaine et sociale la plupart du temps, et c’est justement cette France-là qu’il faut défendre contre ceux qui l’attaquent aujourd’hui et dont l’avenir s’écrira toujours demain avec les Noirs qui la composent.

C’est la raison pour laquelle les Gilets jaunes et les Black lives matter (ou quel que soit le nom qu’on donne aux manifestations énormes qui ont eu lieu notamment autour du mouvement « justice pour Adama »), doivent s’allier pour conquérir le pouvoir. Leurs préoccupations sont du même ordre, même si la question du racisme s’ajoute aux Noirs et doit être prise en compte. Leurs difficultés économiques sont les mêmes, et les deux mouvements luttent pour être pris en compte par une élite dirigeante de plus en plus coupée de leur réalité, qui ne les connaît pas et ne se rend même plus compte qu’elle gouverne contre eux.

Au-delà des caricatures et des manipulations dont sont victimes ces deux mouvements pour les décrédibiliser, ils représentent un mouvement de fond de la société française qui, si elle s’organise politiquement, représentera demain l’alternative au pouvoir actuel, parce qu’il existe un désir populaire puissant dans cette direction qui sera bientôt inarrêtable.

La France, d’ailleurs, n’a-t-elle pas intérêt à ce rapprochement avec le monde Noir ? Déjà la majorité du bloc francophone, qui représente 250 millions de personne et demain peut-être 500 millions, est noire. De nombreux pays d’Afrique dont l’histoire fut associée à la France Libre dans les heures les plus sombres ont désormais construit leurs propres Etats, ont affirmé leur propre souveraineté, développent de plus en plus leurs universités, leur recherche scientifique, et désirent s’affirmer comme des pays libres. Déjà très dynamiques démographiquement, très jeunes, ce qui jouera en leur faveur à l’avenir, il est probable qu’ils parviendront à leur tour, comme en Asie, à atteindre de forts niveaux de développements économiques et scientifiques, qui en feront une puissance régionale de premier ordre.

La crise du coronavirus a déjà démontré leur maturité et leur combativité, leur intelligence stratégique tout simplement, en employant la chloroquine à grande échelle et en rejetant la tutelle que prétendait exercer des organisations internationales comme l’OMS sur leur politique sanitaire. Leurs résultats furent bien meilleurs que ceux de la France ou d’autres pays occidentaux. A vrai dire, dans cette crise, ces pays se sont bien mieux comportés que la France elle-même, et sans doute ce schéma se reproduira-t-il demain dans différents domaines. Il est donc dans l’intérêt de notre pays, non pas de diriger, comme par le passé, mais bien de suivre l’évolution de ces pays dans différents domaines afin de constituer une alliance stratégique à bien des égards plus prometteuse que celle de l’Union Européenne et son malthusianisme, et sa frilosité stratégique.

Il faut donc tout faire pour favoriser l’union et la convergence des Gilets jaunes et des Black lives matter, ce qui permettra tout à la fois de lutter contre le racisme et contre les violentes inégalités sociales et la marginalisation que provoque le capitalisme d’aujourd’hui. Il est d’ailleurs intéressant de noter que si les Gilets jaunes disposent de la masse numérique, les Black lives matter disposent eux de la puissance symbolique et idéologique, car le gouvernement et la police semblent paralysés à l’idée de les réprimer trop violemment, et ne savent pas quoi dire pour leur défense dans les médias. Idéologiquement, en raison notamment de l’évolution de la pensée universitaire américaine, le pouvoir est en déroute face aux Black lives matter. Si une convergence apparaît entre la mobilisation des Gilets jaunes et celle de ce mouvement, une crise politique pourrait bien s’ouvrir, car alors le pouvoir serait mis en minorité numériquement et défait idéologiquement, dominé par le nombre et désarmé par les idées, et il lui serait impossible de maintenir sa politique de destruction sociale. Bien entendu, tout cela ne règlera pas la question de l’alliance politique future, et pour cela du programme commun minimum nécessaire à cette alliance, mais cela permettra déjà de neutraliser les intérêts financiers qui dirigent et affaiblissent aujourd’hui la France, et c’est déjà beaucoup.


[1] Michel Vovelle, La Révolution française, 1789-1799, 3e édition, Armand Colin, 2015, p. 118-119.

[2] Jean Moulin, Premier combat, préface du Général de Gaulle, Les éditions de minuit, 1947, p.107-108.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.