Italie : un blocage institutionnel pré-révolutionnaire ?

Décidément, les événements politiques en Italie sont riches de leçons, et nous voyons chaque jour à quel point il est fou de ne pas y prêter attention pour comprendre le fonctionnement du capitalisme moderne, et en particulier de la zone euro. Comme je le disais hier, en effet, la formation du gouvernement achoppe sur la nomination du Ministre des Finances, personnage stratégique du gouvernement puisqu’il sera en première ligne si la BCE décide de briser le gouvernement en asséchant l’Italie en monnaie, comme elle l’a fait en Grèce en 2015. Voilà pourquoi la ligne de front entre les partisans de l’austérité et ceux qui s’y opposent se situe très exactement sur cette question de la nomination du Ministre des Finances italien à l’heure actuelle. Par aveuglement ou par confort, les gauches européennes, à commencer par la gauche française, refusent toujours obstinément de voir cette vérité en face, et laissent passer de ce fait de très précieuses leçons pour le jour où elles accéderont au pouvoir. En effet, si tel était le cas un jour, il faut comprendre qu’elles affronteraient exactement les mêmes problèmes que l’alliance m5s-ligue aujourd’hui, et cela devrait alerter ses forces intellectuelles plutôt que de se complaire dans la condamnation du fascisme. Au demeurant, le nouveau gouvernement italien, à l’opposé du fascisme historique réel, se fait actuellement le défenseur de la démocratie face aux partisans de l’euro qui, en Italie comme partout ailleurs, n’ont qu’une idée en tête : vider cette démocratie de toute substance. La menace contre la démocratie ne provient pas de l’alliance populiste qui s’est mise en place, mais bien au contraire des forces qui cherchent à la mettre en échec au nom de l’euro. Telle est à la situation désormais : l’euro provoque une crise institutionnelle ouverte et inédite de la Deuxième République italienne.

En effet, tout ce qui soutient l’Union européenne : le Parlement européen, les gouvernements allemands et français, les médias allemands et français, etc… ainsi que les médias américains et les marchés financiers, s’inquiète de la nomination de Paolo Savona, l’économiste anti-euro, au Ministère des Finances et souhaite imposer à l’Italie un autre nom, plus conforme à ses intérêts, une sorte de directeur technique du gouvernement s’assurant que la politique de celui-ci est inoffensive au plan économique. Leur homme, leur homme de paille pourrait-on dire si on voulait polémiquer un peu, est Sergio Mattarella, le Président de la République italienne, nommé en 2013 par le Parlement, et indéboulonnable jusqu’en 2021. C’est lui qui tente de mettre son veto à la nomination de Savona au gouvernement, contre la volonté de Guiseppe Conte, le nouveau Président du conseil, qui dirige l’alliance de la ligue et du m5s, et derrière lequel on retrouve les deux leaders : Luigi di Maio et Matteo Salvini. Mais ce veto pose clairement un problème constitutionnel, car il est le résultat d’une interprétation large de la Constitution italienne qui dispose que le Président de la République nomme les membres du gouvernement sur proposition du Président du Conseil. Il s’oppose à la volonté d’un Président du Conseil légitimement élu par la coalition et donc majoritaire au Parlement, c’est-à-dire majoritaire parmi les électeurs italiens. Il s’y oppose au nom d’une interprétation étroitement juridique du texte constitutionnel, dont l’esprit est pourtant indéniablement marqué par l’esprit démocratique et la volonté de faire respecter la volonté du peuple, résultat du contexte dans lequel il a été rédigé qui fut, précisément, celui de la fin du fascisme réel. Car la Constitution ne dit rien sur la suite à donner à un éventuel veto du Président de la République, pour la bonne raison que la situation lui semble absurde et contraire à l’esprit de cette constitution. Le Président doit garantir les traités internationaux, mais que doit-il se passer si le peuple met au pouvoir un gouvernement voulant sortir de ces traités ? Qu’est-ce qui doit l’emporter, la volonté démocratique ou la volonté seule du Président ? D’autre part que doit-il se passer si un tel désaccord entraîne l’impossibilité de former un gouvernement ? Le Président dans ce cas-là, n’est-il pas seul responsable de l’impossibilité de former un gouvernement majoritaire démocratiquement ? Telles sont les questions que pose la situation politique actuelle en Italie. Car au nom de la défense de l’euro et de l’influence des institutions étrangères, Mattarella est prêt à mettre en sourdine l’expression démocratique du pays. Cela, bien évidemment, pose un grave problème institutionnel qui remet en cause le régime politique italien lui-même. Nous passons d’une crise politique à une crise institutionnelle ouverte, et cette crise, il faut insister encore là-dessus, est le résultat de cette folle construction qu’est l’euro. Car c’est l’euro qui pousse à remettre en cause la légitimité démocratique d’un peuple au nom d’un juridisme étroit qui fait fi de la politique, de la légitimité, de la souveraineté et de l’histoire. Voilà ce que nous observons actuellement en Italie, et là encore, nous devrions observer de près cette crise, si nous ne voulons pas être surpris un jour, de nous réveiller en constatant que la démocratie a disparu, comme le découvrent actuellement les Italiens.

Rien d’étonnant, dans ces conditions, à ce que la ligue et le M5S commencent à hausser la voix contre le Président Mattarella, qui s’oppose à la volonté des Italiens, qui est précisément censée être garantie par la Constitution, et à en appeller à la mobilisation des Italiens. Salvini se dit « vraiment en colère » sur facebook et son commentaire est liké par Di Maio, qui affirme par ailleurs devant des journalistes qui lui demandent de commenter que lui aussi est en colère. Le député m5s di Battista, de son côté, considère le veto de Mattarella comme « inacceptable » . Même le parti Fratelli d’Italia, pourtant opposé au nouveau gouvernement, considère également comme inacceptables « les interférences de Mattarella ». La “colline” comme on désigne la résidence du Président de la République en Italie, au Palais Quirinale, sur la plus haute colline de Rome, pourra-t-elle éternellement tenir sa position ? Salvini se réunit aujourd’hui à Milan avec son équipe stratégique réduite pour décider de la marche à suivre, mais il menace à nouveau de mettre fin au gouvernement si Savona n’est pas nommé, quitte à refaire des élections puisque son parti ne cesse de monter dans les sondages. Il pourrait ressortir renforcé d’un tel processus, mais le problème démocratique se reposera alors de la même façon à l’automne. Combien de temps cependant, l’interprétation étroite et orientée d’une Constitution démocratique pourra-t-elle servir à priver un peuple de sa volonté démocratique majoritaire, de sa souveraineté, sans mener à des blocages de nature révolutionnaire ? Voilà la nouvelle question que pose la crise italienne, et de nouveau nous voyons à quel point son évolution devrait intéresser la gauche européenne, puisque bien loin du fascisme fantasmé qu’elle projette pour ne pas faire l’effort de comprendre, c’est bien plutôt à une situation réellement révolutionnaire que pourrait désormais mener la confiscation de la volonté populaire des Italiens au nom de la construction de l’euro.

Paolo Savona : Le bras de fer

Comme on pouvait s’y attendre, c’est donc autour de la nomination du Ministre des Finances que la formation du nouveau gouvernement italien semble bloquée. En effet, d’accord sur le programme de gouvernement et sur une liste de noms entrant au gouvernement, les deux partis ont chargé Giuseppe Conte, le nouveau Président du conseil de nommer Paolo Savona à ce poste stratégique. Or, Paolo Savona est un économiste euro-critique, c’est le moins que l’on puisse dire. Agé de 81 ans, ayant déjà été membre d’un gouvernement dans les années 90 comme Ministre de l’industrie, et ayant dirigé la cofindustria, le Medef italien, Paolo Savona est un homme d’expérience, très lié aux milieux d’affaire internationaux, et au commerce, disposant d’une expérience politique. La ritournelle qu’on entend monter dans la presse européenne sur l’inexpérience et l’impréparation du gouvernement, avec un tel homme, serait difficile à défendre, et c’est sans doute pour cela que les deux partis ont pensé à lui. Mais pas seulement. En effet, Paolo Savona est un économiste qui a compris, comme beaucoup d’économistes, l’inanité profonde de l’euro pour son pays. Dans une vidéo, il n’a pas hésité à dire que l’euro est la continuité du plan allemand nazi de 1936 de Funk, visant à développer l’industrie en Allemagne et à faire des autres pays des producteurs uniquement agricoles, Italie comprise. On voit donc à qu’il n’est pas homme à se laisser emberlificoter par la symbolique euro, qui emprisonne tant de militants, en particulier à gauche, dans l’impuissance politique. Certes, ces mêmes militants de gauche ne manqueront pas de souligner que Savona est un pur représentant de la bourgeoisie et pour le coup, ils auront raison. Mais un représentant de la bourgeoisie qui n’hésite pas à citer Marx et qui est prêt à combattre le principal verrou néolibéral de notre temps : l’euro. Aussi son soutien est-il bon à prendre. En vérité, des hommes comme Savona représentent un mouvement plus avancé en Italie qu’en France, et ce mouvement est la compréhension que l’euro dessert les intérêts de cette bourgeoisie nationale en détruisant la base de sa puissance à moyen terme. Certes, pour en arriver à cette analyse, il faut avoir un peu d’intelligence, pas trop d’idéologie et pas de volonté d’écraser le mouvement social à court terme, contrairement à de nombreux membres de cette bourgeoisie. Mais pour ceux qui répondent à ces conditions, la prise de conscience est possible et en fait évidente : l’euro tue l’économie italienne comme il tue l’économie française, et personne n’a intérêt à cela.

Dans ce contexte, Paolo Savona, par son intelligence et sa lucidité sur l’euro, représente une grande force pour le gouvernement, parce qu’il le crédibiliserait, en même temps qu’il assurerait sa défense rationnelle en cas de crise, évitant ainsi la panique qui s’était emparée du gouvernemnt grec pendant l’agression de la BCE en 2015. Rappelons que pour tordre le bras au gouvernement grec, et en outrepassant de façon flagrante son mandat et sa pseudo indépendance, la BCE n’avait pas hésité à couper le robinet monétaire à la Grèce en 2015, provoquant immédiatement une panique bancaire qui avait conduit à la capitulation politique de Syriza. Face à une telle attaque, un gouvernement de combat doit nécessairement disposer d’un Ministre compétent et solide pour répondre en faisant circuler une monnaie, quelle qu’elle soit, et ainsi maintenir l’activité économique et sa liberté d’action politique. C’est pourquoi il est fondamental que le Ministre des Finances ait réfléchi à la question de l’euro et au moyen d’en sortir, comme Paolo Savona l’a vraisemblablement fait. C’est pourquoi également, l’Union européenne, par la voix de Sergio Mattarella, le Président italien, s’oppose vigoureusement à la nomination d’un tel Ministre des Finances. Voilà la raison profonde du temps que met à se constituer le gouvernement italien. En utilisant tous les moyens les moins légitimes qu’offre la légalité constitutionnelle formelle, Sergio Mattarella fait tout pour s’opposer à la seule chose qui l’intéresse : la nomination d’un économiste anti-euro au Ministère des Finances. Il est à noter que l’UE est parfaitement consciente, au contraire de nombreux militants de gauche sincères, ici en France, que la seule question qui importe est celle de l’euro, parceque c’est d’elle que procèderont toutes les autres. Sans sortir de l’euro, il est impossible d’apppliquer n’importe quel programme social, et les gens qui continuent en France, à tourner pudiquement la tête devant ce fait devraient observer attentivement l’attitude de l’Union Européenne sur ces questions. Pour elle, comme pour ses serviteurs, les choses sont claires, tout est du vent à part le problème de l’euro, parce que toute politique, aussi originale et progressiste semble-t-elle,  peut être défaite par un simple assèchement des liquidités par la BCE, comme en Grèce en 2015, afin de briser un gouvernement politiquement. Ce point stratégique est indispensable à comprendre.

En Italie, cependant, il est bien possible que la situation politique soit trop avancée pour que le Président de la République, isolé face à une majorité parlementaire baroque mais semblant se souder de plus en plus face à l’adversité, soit en mesure de s’opposer à la nomination de Paolo Savona. Le bras de fer du Ministère des Finances, qui retarde la nomination définitive du nouveau gouvernement italien, pourrait bien être remporté par l’alliance populiste. Si c’est le cas, bien d’autres difficultés de bien plus grandes ampleurs attendront cette nouvelle équipe, mais au moins disposeront ils d’une formation armée techniquement et idéologiquement pour affronter l’union européenne et l’eurogroupe, bien plus que ne l’était la Grèce en 2015.

La bataille d’Italie

Après avoir enflammé la Grèce en 2015, avec l’élection de Syriza, c’est donc en Italie que se poursuit la longue crise de l’euro, comme on pouvait s’y attendre. En effet, cela faisait bien longtemps que l’opposition était devenue une force combattant l’euro en Italie, que ce soit le Mouvement cinq étoiles avec les prises de position de son chef historique, Beppe Grillo, qui souhaite un référendum sur l’euro, ou avec la montée fulgurante de la Ligue de Matteo Salvini, qui adopte désormais un discours non sécessionniste, social et fermement opposé à l’euro, ou même avec Silvio Berlusconi et àson parti Forzza Italia, qui a pris des positions très critiques sur la monnaie unique.

Longtemps les différentes forces de cette opposition se sont fermement repoussées, affirmant être absolument incompatibles, mais la crise économique et la révolte sourde du peuple italien a fini par emporter ces barrières apparentes et à unir dans une même alliance des partis qui ont en commun de vouloir changer de politique, et agir réellement contre la crise. Ces tendances de fond ont donc conduit à l’union de la ligue et du Mouvement 5 étoiles, à la conclusion d’un contrat de gouvernement et à la nomination hier de Guiseppe Conte à la tête du gouvernement. Certes, les courants politiques sont différents, ainsi que l’histoire et la sociologie des partis, pour ne pas parler de leur géographie électorale, puisque le M5S domine au sud et la ligue au Nord, dans un pays où cette distinction Nord-Sud est très sensible. Mais comme nous l’avions déjà observé en Grèce avec l’union de Syriza et des Grecs indépendants, parti qui était volontiers présenté à l’époque comme d’extrême droite, la révolte populaire a eu raison de ces obstacles, et la nécessité pratique de l’action, enfin, l’a emporté.

Or la leçon qu’il faut retenir de ces deux élections, avant même d’aborder la suite des évènements en Italie, est que la possibilité de la révolte, la prise en main du peuple par lui-même pour changer une politique économique, n’est possible qu’à l’échelle des nations. Puissent ces expériences le prouver aux nombreux partis de gauche qui refusent toujours de l’admettre, et puissent-elles également prouver aux partis de droite qui croient défendre ces nations, qu’il n’est plus possible de le faire, aujourd’hui, sans agir contre les graves dégâts que provoque l’évolution actuelle du capitalisme et de la mondialisation. Vouloir défendre le peuple et combattre le capitalisme sans comprendre que le monde et l’Europe sont organisées en Nations, et que ces nations ne disparaitront pas parce que des idéologues l’ont décrété, c’est une chose indispensable à comprendre pour quiconque est sincèrement préoccupé par la situation sociale de tous les citoyens. Mais d’autre part, feindre de défendre la Nation, à l’image d’Emmanuel Macron, tout en niant les graves désordres du capitalisme actuel, et même en voulant les accroître pour servir les intérêts des classes possédantes, c’est une autre erreur dramatique qui ne peut conduire qu’à défaire la Nation.

 

Car au-delà de leurs trajectoires historiques et politiques, il faut comprendre ce qui unit la ligue et le M5S. Ce qui les unit est la volonté de reprendre en main leur souveraineté, avant même de discuter de la suite, et ils sont prêts à faire des concessions à leur allié tant qu’ils obtiennent cela, ce qui devrait faire réfléchir. En effet, c’est précisément cette souveraineté à laquelle les autres partis, comme le PD de Matteo Renzi, ont renoncé, et dont les prive l’euro, et les Italiens ont fini par s’en rendre compte, en dépit des flots de mensonge dont ils sont abreuvés sur le sujet par leurs médias, comme chez nous. Que des scientifiques, partout à travers le monde, aient montré l’inanité de cette monnaie unique, à quel point elle pénalise le commerce extérieur et la croissance de l’Italie, tout en la privant des moyens d’agir, voilà un fait qui a été soigneusement minoré, pour ne pas dire ignoré par la classe politique italienne, comme il l’est, plus encore, malheureusement, en France. Pourquoi ce fait scientifique a-t-il été ignoré ? C’est une question difficile, mais essentiellement pour servir les intérêts de la bourgeoisie, puisque l’euro a servi d’outil de discipline sociale, permettant de faire avancer un agenda néolibéral, et de promouvoir le « changement de mentalité » cher aux leaders politiques des années 90. Cependant ce refoulement conduit aujourd’hui à une prise de conscience soudaine, comme si l’Italie prenait d’un coup conscience de la maladie dont elle était atteinte, et qu’elle décidait de s’en débarrasser en choisissant enfin le bon remède. Et face à elle, elle trouve les éternelles indignations de commande, les intérêts coalisés, et les peurs puériles de ceux qui ne voudraient jamais rien faire, et s’enliser toujours plus dans les tendances morbides du capitalisme moderne : chômage de masse, appauvrissement matériel, explosion des inégalités, appauvrissement civilisationnel.

L’Italie, comme souvent dans sa si longue histoire, semble résumer à elle seule l’évolution mondiale de façon archétypale. Car en Italie, les victimes de la mondialisation et du capitalisme se sont unies face à la bourgeoise, aux partis et aux médias qui servent cette bourgeoisie, et l’ont fait dans le seul cadre historique où quelque chose peut se passer : le cadre national. Les divisions factices qui empêchaient cette union et cette clairvoyance, savamment entretenues par les relais médiatiques de cette bourgeoisie, sont en train de sauter un par un, et laissent apparaître l’essentiel : les Italiens veulent décider de leur avenir, donc affronter ce qui les empêche de le faire : l’euro. Au-delà des critiques que l’on peut faire concernant les prises de position de la ligue et du M5S, peut-on leur donner tort ? Bien-sûr que non. Car dans la situation actuelle, toute politique sociale, tout combat sérieux contre l’évolution du capitalisme financiarisé et mondialisé, doit passer par la lutte contre l’euro, afin de faire renaître la démocratie et le pouvoir de l’Etat. C’est à partir de là seulement que des politiques nouvelles pourront être menées, et il est clair qu’il y peut y avoir un débat sur ces mesures. Mais pour l’essentiel, les solutions sont claires, et concernent la nécessité de l’investissement public productif (qui peut être consacré à l’écologie) grâce au financement de la banque centrale, afin de réduire le chômage, de soutenir les salaires et d’orienter la production de façon stratégique, tout en réduisant la dette. C’est bien dans cette direction que s’engage le contrat de gouvernement de l’alliance, et c’est pourquoi des forces de gauche, comme le parti de Stefano Fassina (Sinistra Italia), le soutiennent. Le simple fait de récupérer sa monnaie nationale stimule la production grâce au taux de change, qui est surévalué avec l’euro pour des pays comme l’Italie, comme le démontrent abondamment les études économétriques. Comme l’indiquent des économistes comme Ambrose Evans-Pritchard ou Yanis Varoufakis, la sortie de l’euro entraînerait nécessairement un contrôle des capitaux.[1] Elle conduirait également à lutter contre la prééminence de la finance moderne sur la politique, ne serait-ce qu’en déconnectant la dette publique de ces marchés.

D’ailleurs, les équipes d’économistes proches du gouvernement, parmi lesquels il faut espérer que soit choisi le Ministre des Finances, sont tout à fait conscientes du problème de l’euro et de la façon d’en sortir et ont tiré les leçons de la crise grecque. Parmi eux, Claudio Borghi, Alberto Bagnai (qui me fait l’honneur d’être mon codirecteur de thèse), ou Paolo Savona, sauront conseiller et agir dans un sens rationnel le gouvernement si celui-ci maintient sa détermination à défendre son peuple et sa souveraineté. Voilà pourquoi la bataille d’Italie s’annonce fondamentale sur la route de la lutte contre le système-euro et les méfaits de la mondialisation moderne.

[1] https://www.soverain.fr/les-instruments-de-torture-de-juncker-sont-inutiles-contre-linsurrection-bien-preparee-de-litalie-trad/?cn-reloaded=1