Pour une alliance entre les Black lives matter et les Gilets jaunes

L’émotion provoquée par l’assassinat de Georg Floyd aux Etats-Unis ne saurait être prise à la légère, et surtout dans ses répercussions en France. En effet, elle a suscité également une émotion considérable dans notre pays, en rouvrant notamment des blessures autour de la mort d’Adama Traoré, décédé durant son arrestation par la police dans des conditions très inquiétantes. Si de nombreux citoyens français n’ont sans doute pas été émus autant qu’ils l’auraient dû par cette affaire au moment où elle s’est produite, c’est sans doute qu’ils se sont laissés enfermés dans ce qu’en ont raconté les médias, à une époque où ceux-ci avaient encore un certain crédit, parce que la population n’avait pas encore éprouvé leurs mensonges durant la répression contre les Gilets jaunes. Il est donc clair aujourd’hui que beaucoup de Français de province reconsidèrent sous un jour nouveau l’affaire Adama Traoré, et l’émotion qu’elle suscite semble beaucoup plus compréhensible et justifiée qu’elle ne pouvait l’être il y a quelques années.

Certes les manifestations des black lives matter et des personnes qui se sont mobilisées à cette occasion ont parfois connu des débordements, comme toute manifestation. Certes, les destructions de statues peuvent être inappropriées, surtout quand elles s’attaquent à des personnages qui ont réalisé de grandes choses, en dépit de leur aveuglement sur l’esclavage, mais tout cela ne saurait servir à déconsidérer l’ensemble d’un mouvement et de ce qu’il représente. Car l’histoire des Noirs en France est une question de première importance pour l’histoire de notre pays, et il est tout à fait logique de la regarder en face, non seulement pour un motif de justice, mais également pour ce qu’elle révèle de l’histoire de notre pays et des mensonges d’un certain nombre de nos dirigeants actuels.

Dans l’Ancien Régime, l’esclavage a été pratiqué par le système colonial français à l’égal des autres systèmes coloniaux européens, en prenant une importance d’autant plus massive et inhumaine que l’expansion du capitalisme le stimulait depuis le 14e siècle. Certes les grands commis de l’Etat français, comme Richelieu ou Colbert, favorisaient plus qu’aucun autre royaume le métissage entre Français et peuples colonisés pour peupler la Nouvelle France en Amérique, certes les atrocités que subissaient les paysans français et européens durant la Guerre de Trente Ans, à la même époque, valaient parfois celles que subissaient les esclaves noirs, mais enfin le système triangulaire de sinistre réputation fut adopté et organisé par ces ministres sans vergogne, et il est normal de mettre en lumière leur responsabilité criminelle sur ce point.

Le XVIIIe siècle, marqué par la rivalité croissante de l’Angleterre et de la France sur la planète entière, vit la perpétuation et l’intensification de l’esclavage dans les empires coloniaux, sous la pression des riches marchands qui profitaient de ce système, et de la Monarchie qui l’encourageait sans réflexion, tout en appauvrissant de plus en plus les paysans français eux-mêmes. Pourtant, au plan intellectuel, nombreux furent les penseurs français ou de langue française des Lumières, à l’image de Diderot, Rousseau, l’Abbé Raynal ou Montesquieu, à dénoncer le crime esclavagiste.

Puis vint la Révolution française qui mit à bas la Monarchie et l’aristocratie, avec l’arrogance et la bêtise qui les caractérisaient à la fin du XVIIIe siècle, et donna aux paysans français qui l’avaient permise la pleine jouissance de la liberté antique du citoyen au sein d’une république libre. C’est en 1794 que la Convention, sous le gouvernement de Robespierre, qui suscite encore aujourd’hui la haine de tant de possédants, donna naissance à cet évènement unique, inédit jusqu’alors et à jamais inscrit dans l’histoire de l’humanité : l’abolition de l’esclavage. C’est la révolte des esclaves en Haïti qui provoqua initialement cet évènement, parce que cette révolte fit prendre brutalement conscience aux révolutionnaires métropolitains de la contradiction entre les valeurs pour lesquelles ils combattaient et la situation des hommes de couleurs réduits à l’esclavage dans les colonies. Michel Vovelle, le grand historien de la Révolution française, cite dans son livre la séance de la Convention où l’abolition fut défendue entre autre par les députés d’Eure-et-Loir et de la Sarthe, autrement dit de cette France profonde et à l’époque paysanne qu’incarnent aujourd’hui les Gilets jaunes [1]:

Convention nationale, séance du 4 février 1794 :

(…) L’orateur conjure la Convention de confirmer cette promesse et de faire jouir pleinement les colonies des bienfaits de la liberté et de l’égalité (…)

LEVASSEUR (de la Sarthe) : Je demande que la Convention, ne cédant pas à un mouvement d’enthousiasme, mais aux principes de la justice, fidèle à la déclaration des Droits de l’Homme, décrète dès ce moment que l’esclavage est aboli sur tout le territoire de la république. Saint-Domingue fait partie de ce territoire, et cependant nous avons des esclaves à Saint-Domingue. Je demande donc que tous les hommes soient libres, sans distinction de couleur.

LACROIX (d’Eure-et-Loir) : En travaillant à la Constitution du peuple français, nous n’avons pas porté nos regards sur les malheureux hommes de couleur. La postérité aura un grand reproche à nous faire de ce côté ; mais nous devons réparer ce tort. Inutilement avons-nous décrété que nul droit féodal ne serait perçu dans la république française. Vous venez d’entendre un de nos collègues dire qu’il y a encore des esclaves dans nos colonies. Il est temps de nous élever à la hauteur des principes de la liberté et de l’égalité. On aurait beau dire que nous ne reconnaissons pas d’esclaves en France, n’est-il pas vrai que les hommes de couleur sont esclaves dans nos colonies ? Proclamons la liberté des hommes de couleur. En faisant cet acte de justice, vous donnez un grand exemple aux hommes de couleur esclaves dans les colonies anglaises et espagnoles. Les hommes de couleur ont, comme nous, voulu briser leurs fers ; nous avons brisé les nôtres, nous n’avons voulu nous soumettre au joug d’aucun maître ; accordons-leur le même bienfait.

LEVASSEUR : S’il était possible de mettre sous les yeux de la Convention le tableau déchirant des maux de l’esclavage, je la ferai frémir de l’aristocratie exercée dans nos colonies par quelques blancs.

LACROIX : Président, ne souffre pas que la Convention se déshonore par une plus longue discussion.

L’assemblée entière se lève par acclamation.

Le Président prononce l’abolition de l’esclavage, au milieu des applaudissements et des cris mille fois répétés de vive la république, vive la Convention, vive la Montagne !

Cet acte historique décidé par les peuples français et haïtiens révoltés ne se compare à aucun autre dans l’histoire. Ni les Mésopotamiens, ni les Egyptiens, ni les démocrates Grecs, ni les populares Romains, ni les grands monothéismes, Judaïsme, Catholicisme, Islam, qui en atténuèrent pourtant la violence, ni les républiques italiennes de la Renaissance, ni la Révolte des Gueux des Hollandais, ni la Glorieuse Révolution anglaise, ni les Etats-Unis durant leur guerre d’Indépandance, ni aucune autre civilisation dans l’histoire ne proclamèrent jamais l’abolition de l’esclavage avant la Convention de 1794, sous le gouvernement de Robespierre, durant la Révolution française. Et cette décision prophétique de la république française, qui nous honore encore aujourd’hui, fut prise avant tout grâce à la volonté, au courage et à l’insurrection du peuple haïtien, dont la république porte toujours aujourd’hui, comme la nôtre, la devise liberté, égalité, fraternité à son frontispice, et qui inscrit sur son drapeau national le bonnet phrygien des esclaves affranchis, symbole de la Révolution française entre tous, que nous avons-nous-mêmes abandonné. Seule la République d’Haïti, en vérité, peut s’enorgueillir d’avoir précédé la France dans l’abolition de l’esclavage, puisque ce que nous avons décrété, elle s’en est emparé par elle-même par les armes.

La décision ignominieuse de rétablir l’esclavage fut le fait de l’Empire et de Napoléon, sans doute influencé par sa femme Joséphine de Beauharnais (dont la statue a été décapitée depuis 1991 dans la ville de Fort-de-France et n’a jamais été réparée, mais faut-il vraiment s’en indigner? A l’évidence non). La bassesse de cette décision se mesure à la lumière de ce que représenta l’abolition dans l’histoire, et cela met en évidence le fait que Napoléon, sur cette question comme sur la monnaie, était malheureusement manipulé par la bourgeoisie. Ce serait d’ailleurs intéressant de montrer que le génie militaire et politique incomparable qu’était Napoléon n’avait pas de maitrise des questions économiques et monétaires, raison pour laquelle sans doute, il haïssait les Etats qui représentaient la tête de pont du capitalisme de son temps : Venise ou l’Angleterre, parce qu’ils symbolisaient ce qu’il ne parvenait pas à comprendre, c’est-à-dire ce qui différait profondément de l’Antiquité classique. Napoléon était intellectuellement et culturellement un Romain, certes avec une connaissance et un attachement aux grandes religions, mais ne parvenait pas à concevoir que l’époque qui s’ouvrait était celle du développement technique, un monde dans lequel l’esclavage ne serait plus accepté, ne serait plus maintenu par la force et où la maitrise et la compréhension de la monnaie devenait stratégique pour l’Etat.

La Restauration maintint le pire des systèmes politiques passés, tout en dirigeant la puissance militaire française à l’extérieur de l’Europe, notamment en Afrique, en étendant l’Empire colonial. C’est encore la République, après la Révolution de 1848, qui interdit définitivement l’esclavage. Le Second Empire surtout puis la IIIe République poursuivirent l’expansion coloniale en Afrique et y appliquèrent une politique contrastée, où se mêlait la brutale exploitation capitaliste menée par les intérêts industriels (politique toujours à l’œuvre aujourd’hui de la part des plus puissantes firmes du monde), et une politique d’investissements de long terme dans les infrastructures et l’éducation, surtout poursuivie durant la IIIe République, et demeurant toujours limitée dans son échelle. La politique coloniale de la France fut alors une contradiction permanente entre deux forces : les intérêts industriels qui désiraient la colonisation pour exploiter les hommes et les ressources des territoires et qui, bien que ne pouvant pas recourir à l’esclavage, n’hésitaient pas à employer les méthodes les plus sordides et les plus déshumanisantes envers les populations locales, et le développement de l’Etat lui-même, auquel correspondait les investissements de long terme : instruction, infrastructures, santé publique, et dont la logique était largement fondée, dans l’esprit de ses concepteurs, sur l’image de l’Empire Romain dont les écrivains latins nourrissaient leur éducation et leur culture. La France en quelque sorte, reproduisait en Afrique la politique de Rome en Gaule, tel était l’esprit de la colonisation « étatique ».

Ces deux intérêts se heurtèrent cependant de plus en plus violemment car ils étaient, pour une grande part, contradictoires, et le développement du capitalisme, de ses intérêts et de son avidité, se heurta de plus en plus à l’Etat, dans les colonies comme partout ailleurs. Tel est le sens des luttes qui opposèrent des hommes comme Brazza, défenseur à l’Assemblée Nationale des populations africaines face aux crimes des industriels (à qui le Congo a donné le nom de sa capitale) aux grands financiers de la fin du XIXe siècle. Il faut souligner que ce sont largement les intérêts industriels qui s’imposèrent jusqu’à nos jours, mais ce sont désormais des Etats nationaux auxquels ils s’affrontent avec plus ou moins de succès.

Le XXe siècle fut un autre siècle où les Noirs jouèrent un rôle central dans l’histoire de France, présents là encore aux moments décisifs, mais subissant souvent l’injustice et les manquements de l’Etat. Beaucoup d’Africains versèrent leur sang dans les tranchées au côté des paysans métropolitains lors de la Première Guerre mondiale, puis lors de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux territoires du Pacifique et d’Afrique Equatoriale furent parmi les premiers à rallier de Gaulle et la France Libre. Dans ses mémoires, celui-ci souligne à quel point le ralliement du Tchad, premier territoire à l’époque français à se lancer dans la guerre contre les nazis, fut un moment essentiel de la guerre. Après son échec devant Dakar en 1940, alors que de Gaulle affronte une brutale crise de confiance et doute de lui-même et de son combat, au bord du suicide, on sait que c’est l’acclamation populaire des Camerounais, à son arrivée dans le port de Douala, qui le remet en selle et le convainc de la justesse de son analyse et de l’avenir de sa lutte. D’un autre côté, l’autre Père de la France contemporaine, le républicain inexpugnable Jean Moulin, en cette même année 1940, préféra se trancher la gorge dans sa prison, après avoir été torturé une première fois, plutôt que d’accuser des tirailleurs sénégalais de l’armée française d’exactions qu’ils n’avaient pas commises. On rappellera les mots simples par lesquels il a décrit cette tentative de suicide dans l’émouvant compte-rendu qu’il en a laissé, où il sous-estime d’ailleurs ses capacités de résistance à la torture :

 Pendant sept heures j’ai été mis à la torture physiquement et moralement. Je sais qu’aujourd’hui je suis allé jusqu’à la limite de la résistance. Je sais aussi que demain, si cela recommence, je finirai par signer.

Le dilemme s’impose de plus en plus, signer ou disparaître…

Fuir ? C’est impossible. J’entends le pas régulier des sentinelles, non seulement dans le couloir, mais aussi devant notre unique fenêtre.

Et pourtant je ne peux pas signer. Je ne peux pas être complice de cette monstrueuse machination qui n’a pu être conçue que par des sadiques en délire. Je ne peux pas sanctionner cet outrage à l’armée française et me déshonorer moi-même.

Tout plutôt que cela, tout, même la mort.

La mort ?… Dès le début de la guerre, comme des milliers de Français, je l’ai acceptée. Depuis, je l’ai vue de près bien des fois… Elle ne me fait pas peur.

Maintenant j’ai rempli ma mission ou plutôt, je l’aurai remplie jusqu’au bout quand j’aurai empêché nos ennemis de nous déshonorer.

Mon devoir est tout tracé. Les Boches verront qu’un Français aussi est capable de se saborder…

Je sais que le seul être humain qui pourrait encore me demander des comptes, ma mère, qui m’a donné la vie, me pardonnera lorsqu’elle saura que j’ai fait cela pour que des soldats français ne puissent pas être traités de criminels et pour qu’elle n’ait pas, elle, à rougir de son fils.

J’ai déjà compris le parti que je pourrai tirer de ces débris de verre qui jonchent le sol. Je pense qu’ils peuvent trancher une gorge à défaut d’un couteau.

Quand la résolution est prise, il est simple d’exécuter les gestes nécessaires à l’accomplissement de ce que l’on croit être son devoir.

Le Sénégalais dort profondément, sans se douter du drame qui se joue à moins d’un mètre de lui, et un peu pour lui.

Cinq heures sonnent à une horloge. J’ai perdu beaucoup de sang. Il a coulé, lent et chaud sur ma poitrine, pour aller se figer en gros caillots sur le matelas… Mais la vie n’a pas fui…[2]

Tous ces rappels historiques ne montrent que trop bien à quel point les Noirs font partie de l’histoire de France d’une façon intime et fondamentale. A chaque fois, c’est le meilleur de la France qui a pris leur défense quand ils étaient agressés, de la France républicaine et sociale la plupart du temps, et c’est justement cette France-là qu’il faut défendre contre ceux qui l’attaquent aujourd’hui et dont l’avenir s’écrira toujours demain avec les Noirs qui la composent.

C’est la raison pour laquelle les Gilets jaunes et les Black lives matter (ou quel que soit le nom qu’on donne aux manifestations énormes qui ont eu lieu notamment autour du mouvement « justice pour Adama »), doivent s’allier pour conquérir le pouvoir. Leurs préoccupations sont du même ordre, même si la question du racisme s’ajoute aux Noirs et doit être prise en compte. Leurs difficultés économiques sont les mêmes, et les deux mouvements luttent pour être pris en compte par une élite dirigeante de plus en plus coupée de leur réalité, qui ne les connaît pas et ne se rend même plus compte qu’elle gouverne contre eux.

Au-delà des caricatures et des manipulations dont sont victimes ces deux mouvements pour les décrédibiliser, ils représentent un mouvement de fond de la société française qui, si elle s’organise politiquement, représentera demain l’alternative au pouvoir actuel, parce qu’il existe un désir populaire puissant dans cette direction qui sera bientôt inarrêtable.

La France, d’ailleurs, n’a-t-elle pas intérêt à ce rapprochement avec le monde Noir ? Déjà la majorité du bloc francophone, qui représente 250 millions de personne et demain peut-être 500 millions, est noire. De nombreux pays d’Afrique dont l’histoire fut associée à la France Libre dans les heures les plus sombres ont désormais construit leurs propres Etats, ont affirmé leur propre souveraineté, développent de plus en plus leurs universités, leur recherche scientifique, et désirent s’affirmer comme des pays libres. Déjà très dynamiques démographiquement, très jeunes, ce qui jouera en leur faveur à l’avenir, il est probable qu’ils parviendront à leur tour, comme en Asie, à atteindre de forts niveaux de développements économiques et scientifiques, qui en feront une puissance régionale de premier ordre.

La crise du coronavirus a déjà démontré leur maturité et leur combativité, leur intelligence stratégique tout simplement, en employant la chloroquine à grande échelle et en rejetant la tutelle que prétendait exercer des organisations internationales comme l’OMS sur leur politique sanitaire. Leurs résultats furent bien meilleurs que ceux de la France ou d’autres pays occidentaux. A vrai dire, dans cette crise, ces pays se sont bien mieux comportés que la France elle-même, et sans doute ce schéma se reproduira-t-il demain dans différents domaines. Il est donc dans l’intérêt de notre pays, non pas de diriger, comme par le passé, mais bien de suivre l’évolution de ces pays dans différents domaines afin de constituer une alliance stratégique à bien des égards plus prometteuse que celle de l’Union Européenne et son malthusianisme, et sa frilosité stratégique.

Il faut donc tout faire pour favoriser l’union et la convergence des Gilets jaunes et des Black lives matter, ce qui permettra tout à la fois de lutter contre le racisme et contre les violentes inégalités sociales et la marginalisation que provoque le capitalisme d’aujourd’hui. Il est d’ailleurs intéressant de noter que si les Gilets jaunes disposent de la masse numérique, les Black lives matter disposent eux de la puissance symbolique et idéologique, car le gouvernement et la police semblent paralysés à l’idée de les réprimer trop violemment, et ne savent pas quoi dire pour leur défense dans les médias. Idéologiquement, en raison notamment de l’évolution de la pensée universitaire américaine, le pouvoir est en déroute face aux Black lives matter. Si une convergence apparaît entre la mobilisation des Gilets jaunes et celle de ce mouvement, une crise politique pourrait bien s’ouvrir, car alors le pouvoir serait mis en minorité numériquement et défait idéologiquement, dominé par le nombre et désarmé par les idées, et il lui serait impossible de maintenir sa politique de destruction sociale. Bien entendu, tout cela ne règlera pas la question de l’alliance politique future, et pour cela du programme commun minimum nécessaire à cette alliance, mais cela permettra déjà de neutraliser les intérêts financiers qui dirigent et affaiblissent aujourd’hui la France, et c’est déjà beaucoup.


[1] Michel Vovelle, La Révolution française, 1789-1799, 3e édition, Armand Colin, 2015, p. 118-119.

[2] Jean Moulin, Premier combat, préface du Général de Gaulle, Les éditions de minuit, 1947, p.107-108.

The Reckoning (Jacob Soll, 2014) : une brillante histoire de la comptabilité en partie double et de l’Etat

The Reckoning, Financial Accountability and the Making and Breaking of Nations, Jacob Soll, Penguin Books, 2015.

The Reckoning, le titre de l’ouvrage de Jacob Soll, est un terme polysémique qui se traduit difficilement en français. Il signifie à la fois « compte », « estimation » mais exprime aussi l’idée du moment où les actions de quelqu’un sont jugées et éventuellement punies, et la meilleure traduction qu’on puisse en donner, bien qu’imparfaite, est probablement : « le décompte ». C’est en tout cas une superbe histoire de la comptabilité en partie double et de ses liens avec la construction de l’Etat moderne, et il marque clairement une prise de conscience au cœur de l’Université américaine de l’importance du rôle historique et économique de cette technique.

Jacob Soll, en effet, occupe une position de tout premier plan dans la recherche académique aux Etats-Unis. Diplômé de la University of Iowa, de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris et du Magdalen College de Cambridge au Royaume-Uni, passé par Princeton, l’Institut universitaire européen de Florence et la Rutgers University de Camden, il est depuis 2018 professeur d’histoire et de comptabilité à la University of Southern California à Los Angeles. Lauréat de nombreux prix et distinctions académiques, contributeur régulier du Boston Globe ou de la New Republic, il est aussi occasionnellement l’interlocuteur de Paul Krugman dans les colonnes du New York Times.

Signe de la pertinence de son propos et de la fertilité de son sujet d’étude, The Reckoning a connu une excellente réception dans la presse économique et financière aux Etats-Unis, James K. Galbraith, le Wall Street Journal et le Financial Times entre autres, louant tous ses grandes qualités.

The Reckoning, en effet, est une histoire brillante de la comptabilité en partie double, qui décrit en détail les moments clés du développement de cette technique, de la Florence des Médicis aux marchés financiers modernes, en passant par l’Espagne du XVIe siècle, les Provinces-Unies du XVIIe siècle, l’Angleterre et les Etats-Unis à partir du XVIIIe siècle, mais aussi la France à partir de Colbert, le ministre de Louis XIV, auquel Jacob Soll a consacré un précédent livre[1]. Un des grands intérêts de ce travail, en plus de l’excellente maîtrise de l’histoire comptable et bancaire du monde anglo-saxon, est de mobiliser en profondeur l’histoire européenne, et notamment les sources françaises puisque l’auteur parle le français et a suivi une partie de ses études en France. Cela donne une profondeur historique et une perspective comparative à ses travaux qu’on ne retrouve certes pas partout, et qui lui permettent d’apporter une caractérisation du capitalisme, de la comptabilité et de l’Etat d’une grande pertinence et d’une grande efficacité, en particulier pour ce qui concerne la rivalité franco-anglaise au XVIIIe siècle, qui débouchera sur ce qu’Éric Hobsbawm a appelé à raison la « révolution duelle » : Révolution française, Révolution industrielle.

Par ailleurs, le reproche classique qu’on peut adresser aux histoires de la comptabilité, celui de ne pas se préoccuper des conséquences monétaires de l’évolution de la comptabilité en partie double, est ici évité, au moins en partie, et c’est là également l’un des grands intérêts du livre. En effet, d’un bout à l’autre de l’ouvrage, les faits observés semblent être décrits avec une telle précision et une telle cohérence réflexive, que Jacob Soll en arrive presque naturellement à décrire les systèmes financiers et monétaires modernes qui se mettent en place dans les pays les plus avancés qui emploient et développent la comptabilité en partie double. Ce faisant, l’intérêt du lecteur se maintient et même s’accroît au fur et à mesure que les conséquences de ces faits sont poussées jusqu’au bout, puisqu’ils éclairent de façon convaincante et sous un jour nouveau des moments essentiels de l’histoire, notamment les causes de la Révolution française ou les raisons de l’effondrement de l’Empire espagnol au XVIIe siècle. Sans doute ces faits mériteraient une caractérisation plus explicite, plus développée encore, autrement dit une théorie comptable et monétaire. Mais cette observation ne change rien au fait que cette fresque historique de la comptabilité en partie double, par son ampleur culturelle, par la pertinence de sa période d’étude, par la quantité de faits fondamentaux utilement mis à jour et parfaitement décrits, est une œuvre incontournable, qui fera certainement date dans la pensée historique, comptable et économique.

Introduction

Jacob Soll introduit son livre en soulignant que la comptabilité en partie double, bien connue pour son importance dans l’économie privée, est également un outil essentiel de gouvernement depuis la fin du Moyen-Age. Le début des gouvernements modernes, c’est-à-dire les premières républiques marchandes italiennes de Gênes, Venise, Florence, où fut mise au point la comptabilité en partie double, étaient ainsi des sociétés où cette technique jouait un grand rôle et où la responsabilité financière et budgétaire (accountability en anglais), était une chose fondamentale. Soll souligne qu’au-delà du cas des Provinces-Unies, la comptabilité en partie double, comme outil de gestion des finances et du budget de l’Etat a profondément interrogé les grandes monarchies européennes à partir du XVIe siècle, même si elles ont inégalement réussi à l’utiliser à leur profit, ce qui a pu ensuite conduire à leur affaiblissement, voire à leur déclin ou à leur chute, comme dans le cas de l’Espagne au XVIIe siècle, ou de la monarchie française à la fin du XVIIIe siècle, abattue par la Révolution.

Cependant ces évènements, comme le souligne très justement l’auteur, n’ont pas conduit à résoudre définitivement les problèmes de comptabilité et de finances publiques au XIXe siècle, puisque ceux-ci ont continué à poser des problèmes récurrents à tous les grands pays industriels, que ce soit en France, en Angleterre ou aux Etats-Unis durant cette période. Ainsi note-t-il: « There has never been a perfect model of constantly accountable state. Financial accountability – both corporate and governmental – still remains elusive even in democratic societies. »[2]

Tous ces constats ne peuvent qu’interroger l’historien comme l’économiste, car ils indiquent que quelque chose de fondamental est en jeu, un problème scientifique est à résoudre. Pour faire cela, il est donc nécessaire d’examiner l’histoire de la comptabilité en partie double et de son rôle dans la formation de l’Etat moderne. En effet, comme Soll le note avec raison: « Oddly, few historians have elected to do so »[3]. Il ajoute: « It would seem natural to place double-entry accounting – a true Western invention – at the center of European and American economic history »[4]. Cette analyse introductive démontre d’emblée l’intelligence et l’aspect profondément scientifique de la démarche de Jacob Soll, qui identifie une incohérence centrale dans l’histoire économique du capitalisme, et cherche à en comprendre la raison en en suivant le fil dans l’histoire. Il cherche à savoir si cette incohérence récurrente dans les représentations de l’histoire que nous avons n’est pas le symptôme d’un problème théorique plus profond, autrement dit d’un impensé qui fausse notre lecture de l’histoire et du monde actuel.

Il souligne ensuite l’importance de la comptabilité en partie double dans l’émergence du capitalisme: « Without Double entry accounting, neither modern capitalism, nor the Modern State could exist, for it is the essential tool in calculating profit and loss, the basis of financial management »[5].

Il rappelle la grande valeur qu’accordaient des auteurs comme Smith, Marx, Sombart, Schumpeter ou Weber à la comptabilité en partie double.

Il montre ensuite que cette technique fut utilisée par de nombreux gouvernements, des républiques marchandes italiennes aux Etats-Unis contemporains, non seulement comme un outil de finances publiques, mais aussi comme un outil de formation des jeunes élites. Comme d’autres avant lui, il souligne l’impressionnante persistance de cet outil médiéval jusqu’à nos jours, ce qui doit en soi nous interroger.

Chapter 1: A Short History of Early Accounting, Politics and Accountability

Comme souvent dans les histoires de la comptabilité ou de la monnaie, Jacob Soll commence son ouvrage par un aperçu des origines et des premiers développements de cette technique, à partir de la Mésopotamie. Avec beaucoup de lucidité, il marque cependant une borne historique essentielle en distinguant les systèmes comptables des temps anciens de celui qui naît en Italie au Moyen-Age et qu’on nomme comptabilité en partie double. Il souligne avec justesse que ce dernier système marqua une évolution fondamentale et se distingua des système antiques, aussi élaborés et subtils fussent-ils. Cette distinction est bienvenue, et permet de baser son histoire de la comptabilité sur une périodisation et une conceptualisation correcte, à l’inverse d’auteurs comme David Graeber qui, tout en produisant des analyses profondes et justes de la dette, échoue à rendre compte de cette rupture historique. Ainsi Jacob Soll explique-t-il [6]:

Single-entry accounting existed in ancient Mesopotamia, Israel, Egypt, China, Greece and Rome. The Greeks, Ptolemaic Egyptians, and Arabs reached marvelous heights of civilization and mastered numbers for geometry and astronomy, but they did not manage to create double-entry accounting, so essential for the exact calculation of profit and loss.

C’est en effet l’invention du compte de profits et pertes qui marqua la profonde nouveauté du système de la partie double par rapport aux systèmes comptables anciens, et cette observation est excellente. Bien qu’il ignore les travaux de Jean Fourastié sur l’origine de la comptabilité en partie double (ce qui est vraiment dommage pour un chercheur dont une grande partie de la bibliographie est en français), il perçoit parfaitement cette caractéristique. Ce que Fourastié a montré dans son livre La comptabilité, c’est en effet que l’invention du compte de profits et pertes a résulté de l’unification des comptes de marchandises des marchands italiens avec le reste de la comptabilité de l’entreprise, comptes de marchandises dont la valeur était constamment soumise aux variations des prix. Mais tout en méconnaissant le détail de cette évolution, Jacob Soll a conscience de ses conséquences, et c’est là le plus important.

Il revient ensuite sur les premiers pas de la comptabilité en Mésopotamie en 3500 avant J.C., puis évoque la proximité de la comptabilité avec l’apparition de l’écriture. Il montre ensuite qu’à Athènes, la comptabilité gagna en importance et est de plus en plus liée à la crédibilité politique, et plus encore à Rome où elle devint une question centrale pour de nombreux hommes politiques au premier rang desquels figure Cicéron. Tenir une comptabilité correcte et juste apparaissait aux Romains comme une responsabilité essentielle du Pater familias. Les accusations de mauvaise tenue des comptes étaient régulièrement utilisées comme des arguments politiques, conduisant certains empereurs, comme Auguste, dans la lignée sans doute de César, à tenir personnellement les comptes du Trésor de l’Empire, gardé sous clefs au temple de Saturne, avec les tables de la loi romaine. Son Res Gestae montre ainsi comment il dépensait précisément les 500 millions de sesterces de revenus que produisait chaque année l’Empire, notamment en payant des constructions, des armées et des soldats. Ce document, peu connu, montre qu’Auguste utilisait la comptabilité comme un outil de gouvernement, tout comme plus tard Caligula. Le bureau de comptabilité et de finances publiques créé par Auguste continua à fonctionner, tout en se dégradant, jusqu’à Dioclétien en 311.

Cependant, aussi important et rationnel soit-il, et malgré la conscience de l’importance vitale des questions financières que possédaient les Romains, Jacob Soll montre que ce système ne possédait pas la rationalité et la puissance de la comptabilité en partie double inventée par les marchands médiévaux italiens : « The economic practices of the Roman Empire did not focus on profit and future earnings, the principal function of double entry bookkeeping »[7].

Après la chute de l’Empire en 476, les monastères continuèrent à tenir des comptabilités solides, jusqu’à ce qu’au tournant de l’an Mil, le commerce, tout comme les arts, la pensée et la comptabilité connussent un nouveau développement. Sans doute Jacob Soll passe-t-il alors un peu trop rapidement sur les évolutions importantes que connut à cette époque le monde arabe, et le monde musulman en général, où le commerce, la science et la banque suivirent un fort développement dont se nourrirent sans aucun doute les Républiques marchandes italiennes au moment de leur affirmation.

En tout cas, c’est à raison que Jacob Soll en arrive ensuite au cœur de son sujet, le moment de la mise au point progressive de la comptabilité en partie double en Italie, à compter du 12ème siècle. Il montre très justement que cette invention s’inscrivit dans un contexte général de développement du commerce, des arts et de la science, dans cette période de l’histoire que les historiens nomment la pré-Renaissance. Méconnaissant les travaux de Jean Fourastié, il décrit cependant parfaitement l’environnement stimulant dans lequel cette technique apparaît, puis s’enseigne, assez vite, dans les écoles où sont formés les fils des marchands, en même temps que les mathématiques abacus et que la philosophie et la littérature antiques.

Il rappelle alors que dès le XIVe siècle, l’Etat de la République de Gênes utilisa la comptabilité en partie double pour ses opérations financières et budgétaires, la Casa di San Giorgio jouant alors le rôle d’une banque développant et garantissant une forme nouvelle de crédit pour ses marchands. Il souligne que la comptabilité de l’Etat génois avait tout du système comptable d’un Etat moderne, avec des mécanismes de contrôle interne et d’audit.

Chapter 2: For God and Profit: The Books According to Saint Matthew

Jacob Soll revient ici sur une figure marquante des origines de la comptabilité en partie double : le marchand de Prato, Francesco Datini, qui fut l’un des inventeurs du concept de profit, et en tout cas l’un des premiers utilisateurs de la comptabilité en partie double, au XIVe siècle en Italie. Il décrit la trajectoire de ce marchand qui s’enrichit de plus en plus grâce à sa technique comptable, lui permettant de gérer une forme nouvelle de crédit dans des proportions telles qu’il se transforma progressivement en marchand-banquier possédant des succursales dans toute l’Europe. Soll montre que Datini basait son système de crédit sur le calcul du profit, non seulement pour lui-même mais pour tous ses clients qui pouvaient ainsi accéder à une forme de monnaie de crédit à proportion du profit qu’ils généraient sur la vente de marchandises dans les foires, même si Jacob Soll ne l’exprime pas aussi explicitement. Il montre aussi que Datini finança la cour du Pape grâce à son système, et s’étonnait lui-même de constater que ses concurrents, beaucoup moins prospères que lui, n’utilisaient pas la comptabilité en partie double.

Il insiste sur le fait que Datini, dont on connaît le détail des comptes et de la vie via sa correspondance et ses archives comptables, conservées intacts jusqu’à nos jours, était extrêmement pieux et catholique. Il notait ainsi au début de chaque compte la formule « au nom de Dieu et du Profit » qui résume parfaitement sa mentalité et celle des pionniers de la comptabilité en partie double.

En effet, et sur ce point Soll n’est pas aussi explicite qu’on pourrait l’espérer, la comptabilité en partie double fut largement le résultat des interdits de l’Eglise sur le prêt à intérêt, parce que cet interdit poussa les marchands à développer le crédit à partir des ventes à termes de marchandises, ne pouvant le faire à partir du prêt direct de monnaie. Ce faisant, ils précisèrent leur définition de la valeur, en basant leur technique sur la distinction fondamentale de la monnaie et des créances. C’est en faisant circuler ces dernières (matérialisées par les lettres de change), en les utilisant comme une monnaie parallèle, connectée au calcul du profit, qu’ils sont en fait parvenus à créer une monnaie de crédit nouvelle et efficace. Mais cette monnaie respectait scrupuleusement les interdits de l’Eglise sur le prêt à intérêt, et c’est pourquoi des hommes comme Datini ne voyaient nulle contradiction entre son utilisation et leur foi catholique, bien que dans les faits, ce système leur permettait de réintroduire un intérêt dans le prix auxquels ils vendaient l’émission de cette monnaie parallèle. Cela conduisit à de nombreux débats au sein de l’Eglise catholique sur la nature de l’intérêt et la nature de l’évolution des prix, débats dont la pensée scolastique porte la marque.

Jacob Soll, à l’inverse de nombreux historiens, constate donc ce fait a priori contre-intuitif de la naissance du capitalisme pendant l’une des périodes et à un des endroits les plus religieux du monde catholique. La thèse de Weber sur l’origine protestante du capitalisme est donc contestée à raison par l’auteur qui décrit bien cette réalité, ainsi que les contradictions morals évidentes qu’elle entraînait, notamment par rapport à l’utilisation froide de l’esclavage qu’elle provoquait souvent: « Datini shows that, in spite of his taste for slave girls, partridges, and fine clothes, the original capitalist work ethic of Western Europe grew from this disciplined, fearful, saint loving, Catholic, italian world of trade, with its connections to Byzantium and the Ottoman Empire. The Italian invented complex multi-partner firms, banking and double entry bookkeeping, which required an iron work ethic »[8].

Cet état d’esprit a donc paradoxalement été la conséquence de la doctrine rigoureuse de l’Eglise sur l’intérêt, confirmée et étendue par le Concile de Latran en 1179. Il est étonnant mais logique de constater que les scolastiques, comme Saint-Thomas d’Aquin lui-même, développèrent alors des conceptions sur l’analyse des prix qui débouchèrent sur des concepts comme celui de « juste prix », autrement dit le prix du marché, pour justifier les opérations bancaires des marchands. Raymond de Roover a d’ailleurs bien montré les liens qui existent entre les scolastiques et les économistes classiques[9] [10].

Jacob Soll montre ensuite comment les évolutions entraînées par cette réalité paradoxale d’un capitalisme en quelque sorte stimulée par la rigueur même des principes de l’Eglise contre l’usure a ensuite due être conciliée avec la morale catholique. Dans ce cadre, c’est la figure de Saint Matthieu, l’un des évangélistes du Nouveau Testament qui fut comptable avant sa révélation religieuse, qui joua un grand rôle, notamment à travers sa parabole des talents d’argent, qui tendait à montrer que le profit était légitime s’il était basé sur le travail.

Alors que c’est finalement la cohérence pointilleuse de l’Eglise au Moyen-Age qui conduisit à la mise au point de la partie double et au développement du capitalisme, état d’esprit dont Soll montre bien qu’il est exprimé par exemple dans l’œuvre de Dante, l’enrichissement provoqué par ce capitalisme naissant va au contraire conduire l’Eglise des siècles suivants à abuser sans vergogne des concepts « de dettes envers Dieu » ou de « remise des pêchers » initialement introduits pour justifier moralement cet enrichissement. Sans doute l’approfondissement de plus en plus hypocrite de ce paradoxe entre une doctrine de la pauvreté et une réalité économique de l’accumulation financière favoriserait-elle plus tard les contestations qui conduisirent à l’apparition de la Réforme, mais Jacob Soll ne pousse pas le raisonnement jusqu’à ce point.

Il montre en revanche que Datini, qui mourut en 1410, était torturé par la culpabilité à la fin de sa vie, et fit don de sa fortune aux pauvres et de ses archives comptables à la ville de Prato, certainement conscient de leur importance historique.

Chapter 3 : Medici Magnificience : A Cautionary Tale

Dans cet excellent chapitre, Jacob Soll, qui a étudié et connaît parfaitement l’histoire de Florence, et qui publia d’ailleurs dans le passé un livre sur Machiavel[11], décrit de façon brillante l’histoire de la banque des Médicis.

Comme il l’affirme avec clarté, l’histoire des Médicis joue un rôle essentiel dans la compréhension des origines de la banque, de la monnaie et de la comptabilité : « To understand the dual nature of accounting – a force for achievement and a possible trap – it is necessary to understand the Medici, their relationship to Florence, and their determining influence on the history of finance in Western culture »[12].

Il commence par décrire la figure centrale de cette dynastie bancaire : Cosme de Médicis (1389-1464), dit « il vecchio », marchand-banquier et comptable de haut niveau, maniant lui-même la partie double. C’est lui qui fit de la banque des Médicis une superpuissance financière à l’échelle de l’Europe, devenant l’homme le plus riche de son temps, c’est lui qui finança et impulsa la Renaissance à Florence durant sa vie. Formé dans cette ville qui était déjà le centre du monde littéraire, artistique, marchand et bancaire, Cosme reçut une formation humaniste, étudiant déjà les auteurs antiques et les mathématiques abacus. Car à Florence, même les simples artisans savaient déjà, au XIVe siècle, lire, écrire, compter et utiliser la comptabilité en partie double. Dans les académies réservées aux élites de la ville, des professeurs de grecs venus de Byzance faisaient lire à leurs élèves dans le texte original des livres inconnus d’Aristote, de Pythagore, de Platon.

Cette formation et cette lecture des auteurs antiques, combinées à la mentalité de marchand médiéval besogneux que Cosme avait hérité de son père, produisit une mentalité nouvelle chez les hommes comme lui. Non seulement une mentalité de marchand rigoureux disposant d’une technique comptable nouvelle et infiniment efficace, mais aussi un sens du pouvoir et des grandes affaires que la fréquentation des grands auteurs antiques assurait. Ainsi Soll dépeint-il la culture de Cosme : « It was a heady mix of money and ancient philosophy that, not surprisingly, gave elite Florentines a sense of empowerment »[13]. L’auteur insiste sur la différence culturelle fondamentale existant entre Cosme et Datini, homme possédant certes une certaine culture générale mais étant surtout voué au culte franciscain et à celui de la Vierge Marie. Un monde sépare les deux hommes, Cosme était pleinement conscient de sa puissance financière et n’en éprouvait pas de culpabilité. Bien au contraire, cette puissance nourrissait ses ambitions et soutenait la vision du monde que lui apportaient sa culture antique.

Soll décrit son caractère prudent et discret, fuyant toute ostentation, évitant les apparitions en public et toujours proche du peuple dont il défend les intérêts : « The Medici family was politically tied to the poorer factions of Florence but Cosimo – famously unostentatious, preffering a mule to a horse – was still a cultural elitist and one of the greatest patrons of culture and history »[14].  Machiavel le décrirait comme prudent et astucieux dans son ascension vers le pouvoir, mais également comme ayant amené la peur dans l’Etat. En effet, Cosme construisit peu à peu un réseau de pouvoir et d’information dans toute l’Europe, son bureau devenant le centre de la politique européenne. Il utilisa sa banque pour faire des prêts à Venise et s’allier avec elle, devenant ainsi le leader d’une coalition du nord de l’Italie basée sur sa puissance financière. Il fut également le principal financeur de l’Eglise et du Pape.

Jacob Soll détaille le système financier mis au point par Cosme, et il comprend parfaitement qu’il s’agit du même système de crédit que celui de Datini, mais à une échelle plus large [15]:

When a cardinal, a statesman, or another merchant wanted to borrow money, say, five hundred florins, he could approach a banker like Cosimo, who would write a bill of foreign currency exchange. The purchaser of the note promised to pay the sum back to the Medici. The Medici would then draw up a bill of exchange for the same sum and send it to London or Bruges and exchange it at a profit. Dealing in such exchanges, the Medici earned annual profits between 13 and 26 percent. The purchaser paid back the original sum, and the Medici kept the other profits – all legally in the eyes of the church. Along with exchange, the Medici lent money to states and its own city government, often collecting taxes in Florence and Tuscany as repayment. They also maintained deposit accounts for wealthy figures (popes and cardinals among them), invested in farms and cloth production, and traded in everything from almonds to unicorn tusk.

On peut donc ajouter que ce que la banque des Médicis mettait progressivement en place via sa banque, c’était une monnaie de crédit nouvelle au bénéfice de l’Etat florentin, mais qui était créée non à partir des prêts bancaires, comme dans nos systèmes modernes, mais à partir des ventes à terme de marchandises et d’opérations de change. Cela avait pour conséquence que cette monnaie de crédit ne pouvait se développer qu’à mesure que le profit lui-même se développait, et c’est ce qui garantissait son efficacité. On retrouvera ce système très longtemps dans l’histoire, en fait jusqu’au XIXe siècle, au moins de façon résiduelle, et c’est à Florence, ainsi sans doute qu’à Gênes, qu’il fonctionna pour la première fois grâce à la banque des Médicis.

Jacob Soll souligne ensuite que Cosme de Médicis développa largement les arts dans sa ville, que ce soit à travers la peinture et l’architecture. Les artistes et les humanistes, tout comme les citoyens de base, l’aimaient pour toutes ces raisons, ce qui renforçait sa légitimité à Florence et son prestige à l’extérieur. Cette puissance, Soll insiste sur ce point, résidait avant tout dans sa maîtrise de la comptabilité en partie double: « Double entry became a necessity of banking because no other practice could have guaranteed that so many complex transactions could be calculated for profit and recorded in real time »[16].

Mais Soll montre ensuite parfaitement que cette évolution de l’obscure et puissante comptabilité médiévale vers les raffinements de la civilisation de la Renaissance, évolution que Cosme synthétisait à la perfection, connut ensuite une crise. En effet, les hommes qui lui succédèrent, habitués à l’opulence, nourris de la culture la plus brillante qui soit, commencèrent à mépriser la comptabilité et le commerce, les considérant comme des activités laborieuses, ennuyeuses, voire méprisables et immorales. D’une certaine manière, si Cosme avait introduit et invité dans ses écoles les plus grands spécialistes de la pensée grecque antique, réintroduisant l’apprentissage du grec en occident, cela se retournait contre la base de sa puissance. L’équilibre acquis entre antiquité et foi médiévale, incarnée dans la pensée d’auteurs comme Ficino, ou de peintres comme Botticelli et Donatello, qui voyaient la science, l’art, le bonheur sur terre prônés par les antiques comme les moyens concrets de se rapprocher du Dieu biblique, cet équilibre fut rompu. Il semble qu’en même temps que les marchands gagnaient en puissance et en arrogance, et prétendaient désormais imposer leur logique économique à toute chose, les intellectuels pétris de culture antique commencèrent à les rejeter et à se distinguer d’eux, refusant d’avilir leur savoir à de simples objectifs commerciaux. Ainsi, des hommes comme Pic de la Mirandole illustrent ce mouvement au XVe siècle.

Jacob Soll souligne combien cette fracture nouvelle traversa en plein cœur la famille des Médicis. Les enfants de Cosme, en effet, en particulier Laurent qui lui succéda et resta dans l’histoire comme Laurent le Magnifique (1449-1492), avaient une faible formation comptable et, à l’inverse, un goût esthétique et sensuel extrêmement développé. Celui que Machiavel, qui fut son ennemi, désignait comme « une prostituée manquée », était en tout cas le grand protecteur des arts, l’ami de Léonard de Vinci, Michel-Ange ou Ghirlandaio, mais aussi un piètre comptable qui, contrairement à son père, abandonnait les commandes essentielles de la banque à ses collaborateurs et vidait les trésors accumulés en des dépenses somptueuses. Francesco Sassetti (1421-1490), devint le directeur de la banque, mais se dispersa lui-même dans la vie dissolue et artistique de la cour de Laurent, laissant les différentes succursales européennes de la banque se compromettre dans des opérations trop risquées et abandonnant la discipline de fer de Cosme.

Jacob Soll rappelle qu’à cette époque (la fin du 15e siècle), la banque des Médicis finançait les cours de toute l’Europe grâce à son système, ce qui la rendait puissante mais fragile, et soumise aux défauts de paiement d’Etats étranger. C’est ainsi qu’Edouard IV d’Angleterre, en 1469, ne paya pas la dette qu’il avait contracté à l’occasion de la guerre des Deux Roses. En 1479, c’est Charles le Bon, le puissant Duc de Bourgogne, qui fit à son tour défaut, sa dette représentant des sommes astronomiques, trois fois le capital total de la succursale des Médicis à Bruges. Enfin, c’est finalement la succursale de Lyon qui emporta la banque des Médicis, lorsque des crédits douteux ne furent pas remboursés, et alors que des taux d’intérêts de 105% auraient dû alerter Saccetti, alors occupé à ériger ses somptueux palais. Quand il revint d’un voyage à Lyon en 1488, Sassetti avait perdu sa fortune et sa place à Florence, et il en fut définitivement exclu par Machiavel. Certes Laurent le Magnifique revint ensuite au pouvoir, puisque ce pouvoir des Médicis n’était paradoxalement plus lié à la banque mais au peuple, et les Médicis devinrent alors une dynastie parmi d’autres en Europe, donnant par exemple deux reines à la France. Mais pour Soll, l’incurie et l’oubli de la rigueur comptable de Cosme conduisit à la destruction de cette banque mythique.

On peut cependant dire que les problèmes de gestion n’étaient pas l’unique raison de la faillite. En effet, ce qui s’est passé avec la banque des Médicis au XVe siècle, et qui se reproduira ailleurs en Italie, est peut-être davantage l’échec d’un des premiers systèmes de monnaie de crédit moderne, qui ne parvint pas à devenir un système de monnaie de crédit à l’échelle de l’Europe. En effet, si les cours européennes voulaient l’utiliser pour disposer de plus grands moyens financiers et puisqu’elles n’en maitrisaient pas la technique, il faut souligner que la ville de Florence, malgré sa puissance à cette époque, n’était probablement pas suffisamment solide pour garantir son fonctionnement à l’échelle où elle prétendait le faire. C’est la raison pour laquelle les défauts de paiement entraînèrent sa chute. En vérité, seule l’instauration d’un tel système à l’échelle de chaque pays, basé sur chaque Etat, était en mesure d’en assurer le bon fonctionnement, et c’est ce qui fut fait progressivement et difficilement, à l’issue de très nombreuses crises dont la suite de l’ouvrage rend très bien compte. Mais pour la première fois, à Florence, au moins à l’échelle d’une ville, un système de monnaie de crédit, émis à partir des ventes à terme des marchandises, utilisé par l’Etat et garanti par lui, se mit à circuler. Il faut mettre au crédit de Jacob Soll d’avoir souligné que c’est grâce à la maîtrise de la comptabilité en partie double que les Médicis et leur banque purent arriver à ce résultat historique, qui assura pour longtemps la prospérité et le prestige de Florence dans le monde.

Chapter 4: The Mathematician, The Courtier and the Emperor of the World

Dans cet autre passionnant chapitre, Jacob Soll commence par revenir sur la figure de Luca Pacioli, le grand diffuseur de la partie double, via son fameux traité publié en 1494. Après avoir décrit son parcours et sa vaste culture, il montre que Pacioli était convaincu que ce sont les marchands qui maintiennent les Républiques. Mais Soll s’intéresse surtout à la réception du traité de Pacioli au XVIe siècle, et il affirme que celui-ci mit du temps à être véritablement étudié à fond. On peut s’étonner de ce constat comme du relatif désintérêt que Jacob Soll semble montrer à l’étude des institutions de Venise, qui furent clairement les plus en avance au XVIe siècle avec celles de Gênes, et qui conduisirent la Sérénissime à connaître une trajectoire économique inconnue jusqu’alors, associant entreprises commerciales, banque publique, comptabilité en partie double et développement considérable de la productivité. C’est dans une large mesure à Venise que les Provinces-Unies trouveraient au siècle suivant les institutions qui leur permirent de se développer, comme Jacob Soll le détaillera dans le chapitre suivant. Il est dommage qu’il oublie l’histoire bancaire et économique de cette ville, où c’est là à l’évidence que les traités de Pacioli furent les plus lus et utilisés au XVIe siècle.

Jacob Soll en vient néanmoins ensuite à un sujet essentiel de son livre, celui de l’histoire comptable et bancaire de l’Empire mondiale de Charles Quint, sur lequel le soleil ne se couchait jamais. Pour gérer cet empire, il montre que l’empereur avait bien peu de culture comptable et qu’au lieu de s’enticher du traité à la mode de l’époque, qui décrivait avec vanité la façon d’être un bon courtier, c’est-à-dire un homme élégant en société, Charles Quint eut été mieux inspiré de lire le livre de Luca Pacioli sur la comptabilité en partie double. L’empire espagnol, en effet, connaissait de grandes faiblesses d’organisations administratives et financières dès le début du XVIe siècle. Les finances publiques de l’empire étaient certes gérées par la Casa de Contraccion où était présents certains marchands qui connaissaient la comptabilité en partie double, mais le système bancaire de l’empire était largement géré, pour sa part, par la République de Gênes et les banquiers d’Augsbourg, en Allemagne.

Jacob Soll ne fait pas une analyse monétaire de cette situation, mais il faut souligner que nous retrouvons ici exactement le schéma du chapitre précédent, avec une petite cité-Etat très efficace d’un point de vue du système bancaire et monétaire qui se retrouve en position d’assurer le financement de l’économie d’une immense zone géographique : l’empire espagnol. Gênes, en effet, comme Florence un siècle avant et comme Venise, faisait fonctionner et garantissait une monnaie de crédit émise à partir de la vente des marchandises, et ce système était garanti et utilisé par l’Etat, c’est-à-dire que la petite République disposait d’un système monétaire presque aussi moderne que ceux que nous connaissons aujourd’hui. Mais ce système monétaire allait se retrouver comme aspiré dans l’empire espagnol, qui avait besoin pour sa cohésion et sa défense de cette forme de monnaie de crédit nouvelle, tout en étant techniquement incapable de le mettre en place par lui-même. Cette contradiction, il n’est pas exagéré de le dire, et l’échec sur lequel il allait déboucher avec la banqueroute et la fin du système monétaire de crédit à la fin du XVIe siècle, allait conduire à l’étranglement de l’économie de l’empire par manque de monnaie de crédit et ensuite à sa défaite militaire. Cette évolution est d’ailleurs attestée par l’évolution des prix en Espagne, qui après une période d’expansion au XVIe siècle, se contractèrent au XVIIe siècle[17]. L’empire avait ainsi été vaincu à la fois par l’efficacité monétaire de ses ennemis internes, en particulier les Provinces-Unies, et par l’organisation militaire de ses ennemis extérieurs, en particulier la France.

Sans poser explicitement le diagnostic monétaire qui s’imposerait, Jacob Soll décrit cependant avec brio les problèmes budgétaires et comptables dans lesquels le gouvernement espagnol se débattit en permanence pendant un siècle et demi.

Ainsi, Charles Quint tenta de centraliser la collecte des impôts dans l’empire, et de les réunir dans un même compte. Avec la Pragmatique Sanction de 1552, il obligea tous les comptes des marchands à être tenus en partie double, ce qui démontrait bien la conscience de ce besoin. Un facteur général devait être responsable de la mise en place de ce système de partie double pour l’empire entier, mais Charles Quint ne put jamais mettre en place cette réforme, et il abdiqua en 1556, en laissant une énorme dette publique due aux étrangers à son successeur.

Mais Philippe II non plus ne mit pas en place le système de la partie double dans l’Empire. Vivant dans un monde virtuel au palais de l’Escorial, le « roi administratif », comme on l’appelait, passait des journées entières à essayer de traiter la quantité phénoménale de dépêches qu’il recevait des quatre coins de l’empire, sans parvenir à dégager une politique cohérente de cette activité. L’auteur rappelle que chaque année, 100 000 documents passaient sur son bureau, et que les réponses que le roi adressait à ses correspondants pouvaient parfois arriver 7 ans après la requête initiale. Le roi, hanté par les questions monétaires, passait beaucoup de temps à essayer d’étudier la pensée des scolastiques, notamment celle de Saint-Thomas d’Aquin et son concept de juste prix, mais ne comprenait ni la comptabilité ni les finances publiques. Soll montre qu’il éprouvait de la frustration et parfois du dédain envers ces disciplines, ce qui ne facilitait pas la mise en place d’un système rationnel.

Cependant, comme l’énorme dette publique s’accroissait sans cesse, faisant poindre le risque de banqueroute, il tenta de nommer des responsables pour remédier à ces problèmes financiers, comme Ovando, le membre de l’Inquisition (qui ne s’occupait pas seulement de répression religieuse). Ovando considérait que les trois principales institutions espagnoles échouaient à rendre compte des informations économiques et budgétaires essentielles à l’Etat, et il chercha à introduire des réformes. Il prévoyait notamment l’instauration d’un conseil unique des finances sur le modèle de la vice-royauté de Naples, en prenant soin d’en exclure les prêtres et les juristes, et tout en demandant l’implication directe du roi. Bien qu’il ne connût par la partie double, il tacha d’élaborer un compte central pour l’empire, et chercha à mettre en place une administration unifiée pour la comptabilité. Tout ceci était fait, dans l’esprit d’Ovando, afin de réduire la dette de l’Etat et de mener une politique plus équilibrée de dépenses et de recettes, politique contre laquelle s’opposèrent farouchement les militaires et les ministres, qu’Ovando tenait pour sa part pour des ignorants en matière financière.

Ici, de nouveau, une analyse monétaire s’impose, même si Jacob Soll ne s’y aventure pas complètement. Certes, la volonté d’Ovando d’améliorer la transparence et la rationalité des finances publiques était tout à fait logique, mais autre chose était en jeu, c’était la politique monétaire. Ce qu’indiquait le fort endettement de l’empire espagnol auprès de Gênes, c’était le besoin criant d’un système monétaire de crédit pour développer l’économie de l’Empire. Partout où une monnaie de crédit efficace était gérée à partir de la partie double, c’est-à-dire dans les cités Etats italiennes et plus tard en Hollande et en Angleterre, l’Etat l’utilisait pour financer ses dépenses militaires, et une banque publique garantissait la valeur de cette monnaie en cas de crise de la dette. Ce faisant, la dette publique était devenue une contrepartie essentielle de ces systèmes monétaires de crédit, et c’est ce qu’ont bien perçu les économistes chartalistes, bien qu’ils aient occulté l’importance de la part privée et commerciale de cette monnaie de crédit. Mais dans ce système, en cas d’envol de la dette publique, les Etats recouraient à une méthode qui fut réutilisée régulièrement jusqu’au XXe siècle par les Etats en guerre : la convertibilité de la monnaie de crédit était suspendue. Dans ce cas, cette monnaie devenait donc une monnaie purement immatérielle fonctionnant d’une part à partir des ventes à terme de marchandises des marchands et d’autre part en contrepartie des dépenses de l’Etat, dont la dette était ainsi gérée directement en interne. C’est ce système dont l’empire espagnol, comme de nombreux autres Etats par la suite, avait besoin pour son développement et c’est cela qu’il fut incapable de mettre en œuvre avec ses propres forces. Aussi la dette publique qu’il contractait à l’étranger, à Gênes et à Augsbourg, auprès de banquiers qui maitrisaient ce système mais pour de petits Etats, représentait un danger permanent. En effet, même si elle l’avait voulue, la République de Gênes était incapable de garantir une monnaie de crédit à l’échelle de l’empire espagnol. Aussi, quand la dette publique espagnole était menacée par la banqueroute, la monnaie de crédit génoise elle-même était menacée par la crise financière, c’est-à-dire l’ajustement brutal, autrement dit la disparition massive. C’est cela qui se produisit dès la fin du XVIe siècle, et cela conduisit à une forme de déflation durable à l’échelle de l’Espagne qui porta un coup mortel à son économie et à son armée. En effet, l’opposition des militaires espagnols à la politique d’Ovando doit aussi se comprendre dans ce sens qu’ils étaient sans doute conscients que sa politique d’équilibre budgétaire ne pouvait que conduire à la rétraction de l’expansion militaire de l’armée impériale, ce qui devait leur apparaître comme une préconisation financière intolérable. Il ne serait pas difficile de montrer que la nécessité des dépenses militaires, à toute époque, a joué un rôle essentiel dans la mise en place d’une monnaie de crédit moderne et rationnelle, et le cas de l’Espagne l’illustre aussi bien que de nombreux autres.

Les descriptions de Jacob Soll alimentent d’ailleurs tout à fait cette vision des choses, puisqu’il explique avec beaucoup d’acuité que des mémoriaux internes aux agents espagnols en charge de négocier la dette avec les Génois affirmaient qu’ils n’avaient aucun outil financier pour réaliser cette négociation dans les faits.

En tout cas, Ovando est si contesté qu’il finit par être évincé par le roi, qui cherche ensuite à recruter des comptables professionnels pour réaliser sa réforme des finances publiques, comme Pedro Luis Torregrossa (1522-1607). Celui-ci veut établir un système de comptabilité publique à partir de la comptabilité en partie double, qu’il cherche à mettre en place à l’aide de Bartolomé Salvador de Solorzano le premier espagnol à avoir publié un traité sur la partie double, très influencé par Pacioli, et qui travaillait comme marchand à Séville.

Torregrossa parvient en partie à établir son système de comptabilité publique en 1600, deux ans après la mort du roi, mais sa réforme échoue, notamment par manque de comptables compétents dans l’empire pour la mettre en œuvre sur le terrain. Le bureau central de Torregrossa, qui meurt en 1607, ne fonctionna jamais, et l’Espagne, après la banqueroute, continuera à s’endetter de façon anarchique, sans qu’un système monétaire rationnel, pourrait-on ajouter, n’ait jamais vu le jour. La Guerre de Trente Ans finira d’emporter l’empire dans le tourbillon et mettra à jour l’incurie du système comptable espagnol.

Avec beaucoup d’à-propos, Jacob Soll rappelle alors combien l’Espagne, ses élites comme son peuple, doutait d’elle-même et s’enfonçait dans les difficultés économiques bien avant la Guerre de Trente Ans. Pour nous en convaincre, il montre comment Cervantès, dans son célèbre Don Quichotte, décrivait la misère de la noblesse espagnole, mais aussi des soldats, des étudiants. L’absence de payes en temps et en heure, l’appauvrissement des masses, tout ceci conduisait à cette impression de comédie à la fois grandiose et fragile dont la monarchie espagnole donnait partout le spectacle.

On ne peut sous-estimer le rôle que joua l’archaïsme du système monétaire et l’incapacité à le réformer dans cette évolution. Cela est d’autant plus vrai qu’au cœur-même de l’empire, dans ces Flandres qui en représentaient le poumon économique, les Provinces-Unies s’étaient rebellées et avaient mis en place, dans le contexte de la lutte permanente pour leur survie, un système financier et monétaire moderne et efficace, inspiré des meilleures institutions des Cités-Etats d’Italie, et qui défiait la puissance militaire de l’Espagne. C’est à l’étude de ce système que Jacob Soll consacre la suite de son analyse.

Chapter 5 : The Dutch Audit

Au XVIe siècle, selon l’auteur, la Hollande commença à remplacer l’Italie comme centre du commerce international. Anvers était une des plus riches cités au monde, mais aussi le centre de la comptabilité en partie double, puisque le traité de Luca Pacioli avait été lu et répandu dans cette ville plus que partout ailleurs (même si encore une fois, l’auteur sous-estime sans doute quelque peu Venise, surtout à cette époque).

Le cas des Provinces-Unies illustre ainsi parfaitement combien l’implantation et le développement de la comptabilité en partie double par l’Etat n’est pas allé de soi, et a nécessité une lutte et une volonté de tous les instants. La Révolte des Gueux qui débouche sur la Guerre de Quatre-vingt Ans (1568-1648) a conduit à l’indépendance et à l’instauration de facto de la République aux Pays-Bas en 1581.

D’ailleurs la perte des impôts perçus par l’Espagne en Hollande a joué un grand rôle dans la banqueroute de l’empire, de même que la hausse permanente de cet impôt a poussé les Provinces-Unies à la révolte. Philippe II ne pouvait pas supporter l’idée que les Flandres abandonnent la foi catholique et il conduisit le siège d’Anvers avec son armée, entraînant la fuite massive de 60 000 habitants vers Amsterdam, depuis devenue la principale ville des Pays-Bas et qui devint alors progressivement le centre du monde capitaliste, ainsi que le centre mondial de l’expertise comptable.

De façon tout à fait significative, Jacob Soll rappelle qu’un poète du XVIIe siècle écrivit des vers dans lesquels il affirmait que la comptabilité en partie double était le secret de la richesse de Gênes, Venise et Florence et que c’est en l’adoptant qu’Amsterdam accéda elle-aussi à la puissance [18]:

This was the fam’d and quick invention, which

Made Genoa, Venice and Florence rich:

The Low-Countries (in all senses such)

By this Art now speaks high and mighty Dutch

Jacob Soll détaille alors les institutions d’Amsterdam, qui, à l’inverse de celles de l’Espagne et à l’instar de celles de Venise, étaient d’une modernité étonnante. Ainsi la banque de change d’Amsterdam, la Wisselbank souvent considérée comme l’ancêtre des banques centrales d’aujourd’hui est créée. Elle était fortement liée à la bourse des valeurs puisque les lettres de change étaient émises à partir de la vente à terme des marchandises, et que la bourse d’Amsterdam n’allait pas tarder à devenir la plus importante au monde. En fin de compte la Wisselbank garantissait les lettres de change des différentes banques et de l’Etat contre le risque des crises financières, mais Soll ne détaille pas son rôle. Il note en revanche: « Dutch banks offered loans that could be directly invested in merchandise futures ».[19] Et il ajoute: « There was a general consensus that double-entry accounting was necessary knowledge »[20].

Il montre ensuite qu’armées de ces institutions intelligentes, les Provinces-Unies s’enrichirent de façon considérable et exploitèrent même à leur profit les richesses de l’Empire espagnol mieux que l’Espagne elle-même : « Much of theses riches came from the Spannish Empire, which Holland exploited more profitably than the Spannish themselves »[21].

En vérité, on peut dire que les difficultés que l’Espagne rencontrait pour mettre en place un véritable système de monnaie de crédit sur son territoire conduisaient en quelque sorte les Néerlandais, qui y étaient parvenus, à jouer un rôle monétaire qui dépassait leurs simples frontières, ce qui, comme l’avait montré l’exemple de Florence, pouvait aussi présenter des dangers.

Jacob Soll montre comment les Provinces-Unies devinrent après la Révolte des Gueux un lieu d’émulation intellectuelle et culturelle, et d’innovation monétaire et financière. Ainsi la comptabilité en partie double devint un élément central de l’éducation des jeunes élites néerlandaises, dans ce qui était nommé les « écoles françaises » de façon assez paradoxale, puisque la France était loin d’être aussi avancée à cette époque dans le domaine de la pensée monétaire et comptable. Des figures centrales de l’histoire de la comptabilité, comme Jean Ympyn, Valentyn Meunher ou Claes Pietersz enseignaient alors dans ces écoles, formant les élites économiques les plus compétentes du monde, et dépassant sans doute Venise à ce moment-là en termes théoriques et pratiques.

C’est dans cet environnement plein d’intelligence et d’audace institutionnelle qu’est formé le Prince Maurice, Stathouder des Provinces-Unies à partir de 1584. Jacob Soll décrit la formation de ce grand chef d’Etat, qui connaissait aussi bien les grands auteurs classiques, les mathématiques, les sciences de l’ingénieur qui permettaient de faire la guerre à l’Espagne que la comptabilité en partie double qu’il utilisera personnellement plus tard.

Etudiant à l’Université de Leiden, le Prince Maurice y devint très proche ami avec un jeune étudiant de basse condition sociale : Simon Stevin, qui serait plus tard son Ministre des Finances, l’un des concepteurs de la Banque d’Amsterdam et des brillantes institutions monétaires des Provinces-Unies, et un fin spécialiste de la comptabilité en partie double, à laquelle il consacra plusieurs traités, et qu’il enseigna à Maurice. Jacob Soll décrit ainsi cette étonnante amitié basée sur la communion intellectuelle, possible seulement à cette époque dans une République distinguée comme l’étaient les Provinces-Unies [22]:

That a Prince and a lowborn (indeed bastards) engineer would meet at University and become friends was already a European anomaly. That Stevin would teach the Prince double-entry bookkeeping was another.

Jacob Soll rappelle que Simon Stevin était un comptable hautement qualifié : « His achievements far surpassed those of Pacioli »[23]. Maurice, qui connaissait et comprit la supériorité intellectuelle de son ami, l’utilisa au mieux dans tous les domaines une fois qu’il fut Stadhouder. Ainsi Stevin se vit nommé inspecteur des digues (poste ô combien stratégique dans les guerres que mènèrent les Provinces-Unies), et administrateur en chef des armées. Il publia en 1604 un Traité de comptabilité pour les Princes, qui rencontra un grand succès. Il y recommandait l’utilisation de la partie double pour la gestion budgétaire, et condamnait fermement ceux qui s’opposaient à cette technique dans les différentes administrations municipales des Provinces-Unies. Il concèdait que la partie double était difficile à assimiler mais il insistait sur le fait qu’il était nécessaire de le faire. Cette histoire financière et comptable des Provinces-Unies, cette amitié féconde entre un Prince connaisseur des questions économiques et un Ministre plein d’initiative et d’intelligence est impressionnante. La réussite des Provinces-Unies, c’est-à-dire l’indépendance acquise en 1648, fut à l’évidence basée sur leur ouverture culturelle et leur promotion de l’intelligence, et elle contraste cruellement avec l’échec de leur principal ennemi : l’immense empire espagnol. Jacob Soll peint parfaitement les ressorts de cette lutte à mort, et démontre comment la petite province vivant en dessous du niveau de la mer a réussi, comme Venise avant elle, à s’égaler et à vaincre une puissance territoriale aux dimensions mondiales. Les « Gueux » des Provinces-Unies, comme les nommaient avec condescendance les dirigeants espagnols, réussirent cet exploit avant tout par l’intelligence de leur politique comptable et, devrait-on ajouter, par l’intelligence et la modernité de leur politique monétaire. Jacob Soll résume bien cette trajectoire historique : « Holland had achieved what Spain never could. It was the first time a Prince – albeit a republican one – learned double-entry accounting  and used it for political administration »[24].

Jacob Soll rappelle ensuite combien la Compagnie des Indes Orientales jouait un rôle central dans les institutions des Provinces-Unies, en lien avec la Bourse, et combien la comptabilité avait un grand rôle dans le fonctionnement de cette compagnie. Il explique que la discipline et l’audit étaient des traits essentiels de la comptabilité de la compagnie.

Jacob Soll ne s’aventure sans doute pas suffisamment sur le terrain de l’analyse monétaire, mais il est clair que c’est bien un rôle monétaire que jouait la compagnie des Indes Orientales, puisqu’elle permettait, via le commerce de marchandises à la bourse et le profit qu’elle en retirait, d’émettre un grand nombre de lettres de change qui faisait en fait office de monnaie de crédit pour les Provinces-Unies. Ces lettres de change avaient l’obligation d’être payées à la Banque d’Amsterdam, et celle-ci faisait d’ailleurs des avances de cette monnaie de crédit nouvelle à l’Etat, comme à Venise[25], permettant ainsi de financer les dépenses militaires de celui-ci de façon efficace, ce qu’était incapable de faire l’Espagne. Il faut souligner que la Compagnie des Indes Orientales néerlandaises, qui représentait une innovation par rapport à la situation de Venise, jouait en quelque sorte le rôle d’un marchand-banquier national pour les Provinces-Unies, puisqu’elle permettait la circulation d’une monnaie de crédit à partir du commerce des marchandises. Et comme cela se produisit pour tous les marchands-banquiers depuis leur apparition au XIVe siècle, leur monnaie de crédit basée sur des créances qui circulaient furent soumises à des crises financières qu’il fallut affronter, et c’est ce que fit l’Etat néerlandais.

En 1607 et 1609, Jacob Soll explique ainsi que la compagnie affronta de violentes chutes de sa valeur, atteignant 50%. Ses taux d’emprunt s’envolèrent de 6,4% à 18%, provoquant une crise au sein du Heren Seventien (le conseil des 17 qui dirigeait la compagnie). Les rumeurs et les critiques s’abattirent sur le conseil, on l’accusa de corruption, d’enrichissement personnel, de manipulation des cours de bourse. Beaucoup réclamèrent un audit mais le Prince Maurice, conscient de l’importance vitale de la Compagnie pour le financement de la guerre contre l’Espagne, tint bon, soutint le Heren Seventien et trancha en faveur d’un audit interne, qui n’affaiblit pas la Compagnie. Il faut ajouter aux analyses de Soll que grâce à cette décision, le Prince Maurice de Nassau permit en fait de maintenir le système monétaire des Provinces-Unies, ce que ses connaissances économiques et financières lui permettaient de faire. Peu d’hommes politiques, en de telles circonstances, surent agir avec son intelligence et sa fermeté dans le sens d’un soutien aux opérations financières de la Compagnie, que peu de gens comprenaient. Cette décision se compare à celles que prirent en de telles occasions Cosme de Médicis au XVe siècle, le Doge de Venise à la fin du XVIe siècle, ou encore Robert Walpole au XVIIIe siècle en Angleterre. Elle permit au système monétaire des Provinces-Unies de poursuivre son expansion et de stimuler le développement de l’économie et de l’armée néerlandaise à une époque où l’Espagne suivait le chemin inverse.

Johannes Hudde (1628-1704), était à la tête du Heren Seventien, il tâcha de mener l’audit interne qui visait à améliorer la comptabilité de la Vereenigde Oost-Indische Compagnie (VOC). Ses réformes allèrent dans le sens d’une meilleure évaluation des actifs de la Compagnie et d’une meilleure anticipation des profits. Cependant, Jacob Soll souligne que la VOC n’utilisait pas la comptabilité en partie double et que Hudde échoua à l’implanter. Cela ne manque pas de surprendre pour une entreprise qui jouait le rôle de marchand-banquier étatique, pour les Provinces-Unies, mais la partie double était en tout cas utilisée à la Banque d’Amsterdam, où les entreprises avaient l’obligation de dénouer toutes leurs opérations basées sur des lettres de change.

Jacob Soll décrit ensuite l’âge d’or des Provinces-Unies, après l’indépendance, entre 1652 et 1672, sous le gouvernement du Grand Pensionnaire de Witt, quand la province devint le centre des arts, de la culture, de la philosophie et de la tolérance et fut alors l’ennemie de ses deux puissants adversaires : l’Angleterre et la France. Les Anglais en particulier combattirent à de nombreuses reprises les Hollandais entre 1650 et 1660. Dans le Nouveau Monde, ces guerres aboutirent à ce que la capitale des Nouveaux-Pays-Bas fut capturée par les Anglais en 1664 : Manhattan.

A leur tour, les Français envahirent les Pays-Bas en 1672, provoquant la chute et le lynchage des frères de Witt, sous la pression des princes d’Orange, désireux de reprendre le cours de leur pouvoir héréditaire. Malgré le soutien d’homme comme de la Court, qui pensait que le pouvoir des marchands devait être défendu contre celui des Princes et pensait que la responsabilité budgétaire des dirigeants était la meilleure réponse contre la tyrannie monarchique, les frères de Witt furent balayés par la conjonction d’intérêts contraires. Cependant, la leçon qu’avaient administré les Provinces-Unies au monde pendant un siècle, celle qu’avec une organisation financière adéquate on pouvait s’enrichir et tenir tête à d’immenses empires, cette leçon ne fut pas oubliée et conduisit au développement de la comptabilité en partie double. Ainsi Jacob Soll conclue ce chapitre en l’expliquant :

Accounting had come of age, but it had not imposed reason yet. Indeed, many saw just how powerful double entry could be, and like de la Court, they understood that it could threaten absolute power and entrenched interests. From now on, politics and accounting would be admired and emulated, but also feared. The bloody end of the de Witt brothers presaged a long struggle to bring mathematical clarity and accountability to politics.[26]

Chapter 6: The Accountant and the Sun King

Dans ce chapitre, Jacob Soll revient en détail sur l’histoire comptable et financière du règne du Roi Soleil : Louis XIV, et de son Ministre des Finances Jean-Baptiste Colbert. Il souligne la qualité de la formation que reçut Louis XIV, et sa grande diversité, y compris en termes comptables. Il montre que si le roi était convaincu du droit divin de son pouvoir, cela ne l’empêchait pas de favoriser les lettres et les arts et de promouvoir l’intelligence dans son gouvernement. Ainsi, son maître et ministre, le cardinal Mazarin, lui avait-t-il conseillé sur son lit de mort d’employer les services de son comptable personnel, Jean-Baptiste Colbert. Aussi comme le souligne très justement Jacob Soll, par ailleurs spécialiste de Colbert et auteur d’un ouvrage à son sujet : « The monarchy was managed by a top accountant, a man versed in the practices of double-entry »[27].

En effet, Colbert, très proche du jeune roi, lui enseigna la comptabilité en partie double, et il lui montra l’utilité qu’il pouvait retirer du système comptable centralisé qu’il avait instauré pour la France. Soll montre en effet que Colbert connaissait parfaitement la comptabilité en partie double, sa famille étant en fait une famille de marchands-banquiers installée à Reims, et disposant de nombreuses connections avec l’Italie, notamment le marchand Ponticelli. Il travailla à Lyon comme jeune comptable chez les Mascranni, y apprit la partie double, puis devint juriste financier à Paris avant de faire la rencontre de Mazarin et de devenir son comptable personnel. Bien que Mazarin le trouve initialement présomptueux et vulgaire, il comprit rapidement qu’il était un collaborateur indispensable. En effet, les deux hommes étaient complémentaires, Mazarin disposant d’une énorme richesse à gérer, et Colbert disposant d’une grande capacité technique à utiliser. En quelques années, la fortune personnelle de Mazarin passe de 8 millions de livres en cash à 35 millions sous l’effet de la gestion de Colbert.

C’est ainsi que Mazarin finit par le recommander au roi sur son lit de mort et que Colbert devint le comptable et le confident du roi.

Jacob Soll rappelle combien des hommes comme Adam Smith louèrent Colbert pour son action comptable et budgétaire, si ce n’est pour sa politique d’industrialisation et de mercantilisme.

Il montre aussi combien la chute de Fouquet a été suivie de près et instrumentalisée par Colbert, qui tenait à prouver par sa comptabilité que celui-ci s’était rendu coupable de trahison.

Soll montre ensuite comment Colbert apprit la comptabilité en partie double à Louis XIV, lui expliquant à quel point était fondamentale son utilisation pour avoir une gestion rationnelle des dépenses et recettes de l’Etat : « Colbert innovated, recasting double-entry as an art for king »[28]. Il montre qu’au début de son règne au moins, Louis XIV aimait écouter les leçons de son Ministre sur la comptabilité et les finances, et tâchait d’appliquer ses leçons. Même si Colbert ne fut pas capable d’appliquer la partie double à l’ensemble du Royaume, il fit progresser les finances publiques d’une façon tout à fait nouvelle, tout comme la formation du roi : « to exhort Louis to become an accountant king »[29].

Dans sa loi du commerce, en effet, Colbert obligea toutes les entreprises privées du royaume à utiliser la comptabilité en partie double. Il mit en place un livret de poche pour le roi où il notait toutes les données financières importantes du royaume, comme les différentes recettes que produisait chaque province, ou le montant des dépenses de l’Etat, en insistant sur la nécessité de les équilibrer. Mais dans ce projet, il n’est pas surprenant de voir que Colbert heurta violemment les intérêts du Ministre des armées du roi : Louvois. Comme en Espagne un siècle avant, même si Soll ne pousse pas la comparaison, les militaires s’opposèrent aux politiques d’équilibre budgétaire des financiers, parce qu’ils sentaient instinctivement que cette politique allait conduire à réduire l’investissement militaire du royaume et impliquer la défaite militaire face à concurrent qui n’agirait pas de même. La guerre, encore une fois, notamment, dans le cas de Louis XIV, la guerre face à la Hollande et l’Angleterre, allait conduire à abandonner la politique d’équilibre budgétaire de Colbert et à la demie-disgrâce du vieil ami du roi, qui mourut soudainement en 1683, apparemment très marqué par l’éloignement du roi.

Jacob Soll considère que cette disgrâce marque la dérive de plus en plus autoritaire de Louis XIV, et son abandon des principes rationnels de bonne gestion des comptes publics instaurée par Colbert. En effet le roi ne remplaça pas Colbert, abandonna les livrets de poche de Colbert se focalisant davantage sur son pouvoir militaire. C’est pourquoi Soll affirme : « By breaking Colbert’s system, Louis hobbled the French state in the long run »[30]. Il ajoute : « By Louis XIV death in 1715, France was bankrupt, with no effective accounting system. Seventy-five years of financial crisis and a great reckoning awaited the French »[31], faisant allusion à la Révolution française. Il conclut ainsi: « It helps explain why, with all its possibilities, genius and might, France stalled and began to scrumble »[32].

Certes cette analyse a quelque chose de vrai, et on sent bien que les problèmes financiers non résolus conduiront au discrédit de la monarchie et à sa chute, comme les chapitres suivants vont brillamment le démontrer. Mais on ne saurait, une fois de plus, sous-estimer la question monétaire dans cette analyse. Car c’est bien une fois de plus le problème du besoin de la monnaie moderne et de son expansion qui alimentait au fond la controverse entre Colbert et Louvois, c’est-à-dire entre les finances et l’armée, dirigés par deux ministres d’une égale compétence et d’une égale intelligence, choisis par un roi lui-même intelligent et compétent. La dette publique était alors un des moyens d’étendre le champ de circulation de cette monnaie de crédit moderne, et c’est pourquoi sa résorption aurait conduit à réduire l’expansion de cette monnaie de crédit, et l’investissement public massif qu’elle permettait. Réduire la dette, revenir à l’équilibre comme le souhaitait Colbert, c’était effectuer des coupes drastiques dans les investissements militaires, autrement dit s’affaiblir mortellement face à l’Angleterre. C’est d’ailleurs à ce moment précis, et sous cette même pression de la guerre, que l’Angleterre créa pour la première fois une banque centrale afin de faire des avances directes à l’Etat, comme cela s’était déjà passé à Amsterdam et à Venise dans le passé. Une telle banque centrale ne résolvait pas tous les problèmes monétaires, elle ne supprimait pas la dette publique, mais elle permettait de limiter le paiement des intérêts et d’assurer une certaine soutenabilité au système monétaire de crédit, du moins jusqu’à la prochaine crise financière qui, du moins, toucherait tout autant l’adversaire. La stabilisation de ce système de monnaie de crédit sera encore longue et progressive au XVIIIe siècle, et ne sera véritablement acquise, du moins en Angleterre, qu’avec les guerres napoléoniennes et la suspension de la convertibilité de cette monnaie de crédit qu’elles allaient entrainer. Mais à l’époque de Louis XIV, il était nécessaire de la développer, y compris via la dette publique, pour assurer un développement économique maximal au pays, et éviter la déflation et l’étranglement monétaire qu’avait connu l’Espagne après ses banqueroutes. C’est pourquoi, paradoxalement, les militaires étaient les meilleurs défenseurs de la monnaie de crédit moderne, bien qu’ils soient incapables de la conceptualiser et avaient moins d’outils intellectuels que les financiers pour la penser. Etaient-il pour autant responsables des crises économiques et budgétaires que connut la France au XVIIIe siècle ? N’ont-ils pas plutôt empêché que la France renonce au train de l’histoire, c’est-à-dire à l’expansion de la monnaie de crédit, entraînant alors l’Angleterre avec elle dans cette régression ? En vérité la France ne fut pas loin de développer les mêmes institutions que les Provinces-Unies et l’Angleterre, à l’époque du système de Law, et grâce aux réformes passées de Colbert. Comme Soll le démontrera avec brio par la suite, c’est bien davantage la crise financière de 1720, celle-là même qui balaya le système de Law et que les Britanniques parvinrent à conjurer cahin-caha, qui entrainera la France dans une grave crise économique et politique jusqu’à la Révolution française, parce qu’il fut alors clair pour tout le monde, y compris le peuple, que la monarchie française avait échoué. Mais cet échec fut bien davantage celui de la Régence et de Louis XV que celui de Louis XIV et Louvois, bien que ces derniers soient aussi responsables de ne pas avoir développé et pensé des institutions monétaires nouvelles.

Chapter 7 : The First Bailout

Jacob Soll retrace ici la trajectoire des Anglais au XVIIe siècle, qui luttèrent, au milieu des Révolutions, pour établir eux-aussi une comptabilité rationnelle. La monarchie constitutionnelle qui émergeait de ces évènements était basée sur la responsabilité financière et budgétaire, mais pourtant Soll observe que cette responsabilité mit plus de 150 ans à être établie. Dès 1644, une commission des comptes vit le jour mais de 1649 à 1660, aucun système de comptes rationnels ne fut établi. En 1667, Charles II créa un bureau de comptabilité au sein du Trésor royal, et à partir de là la Monarchie comme le Parlement cherchèrent à utiliser à leur avantage la comptabilité. Après la proclamation du Bill of Rights en 1689, et la réussite de la Glorieuse Révolution, une nouvelle période s’ouvrit pour l’Angleterre avec l’ascension au pouvoir de Robert Walpole (1676-1745), Premier Lord du Trésor, Chancelier de l’Echiquier (c’est-à-dire Ministre des Finances) puis premier Premier Ministre de la Grande Bretagne.

Jacob Soll rappelle que Robert Walpole était un comptable brillant, formé à Cambridge, possédant une vaste culture comptable, et il allait effectivement jouer un rôle essentiel dans l’histoire économique et financière de la Grande Bretagne, mais aussi du monde.

En effet, dans les années de guerres contre la France, en raison de la nécessité de financer l’armée, la dette publique britannique allait exploser, franchissant la barre des 60% du revenu national.  Le public et le Parlement s’inquiètèrent, notamment les grands propriétaires terriens, qui s’opposaient aux grands marchands qui émergeaient de plus en plus en Grande-Bretagne. Walpole, représentant de la nouvelle classe marchande et qui accusait les grands propriétaires terriens de ne rien comprendre à la comptabilité en partie double, proposa une réforme comptable pour clarifier le budget britannique, un peu à l’image de ce qu’avait proposé Colbert en France. Un moment emprisonné à la Tour de Londres, il revint au pouvoir en 1715, avec en tête l’idée de réduire la dette publique.

Mais les évènements allaient en décider autrement, puisque survint en 1720 la grave crise financière qui menaça d’emporter la Compagnie des Mers du Sud, comme elle eut raison du système de Law et de la Compagnie du Mississipi en France. C’est ici que Walpole allait prendre les décisions historiques qui allaient sauver le système monétaire et financier britannique, au contraire de celui de la France.

After the Mississippi crash, with few financially literate government ministers and no national bank, France had to continue borrowing from the Swiss at unsustainable rates. The French monarchy and public lost faith in the idea of public credit, currency, tools like accounting, and financial markets as a whole. Without effective financial reform, France struggled for much of the eighteenth century without a modern taxation system, near bankruptcy, its industrial innovation and growth stymied.

Yet Britain bounced back from its crash. It did so with something that no other country at the time had: a vibrant and also innovative accounting culture that permeated politics to an extent beyond even what the Dutch had known. This culture allowed Walpole, in particular, to design a government bailout of the South Sea Company and of the British credit markets. Walpole’s bailout is a vivid story of the promise and failures of financial and government accounting and of how even those politicians well trained in the techniques of accounting can be tempted to break their rules.[33]

Comme on le voit, Jacob Soll se focalise davantage, dans cette description, sur le système de monnaie de crédit britannique (qu’il désigne comme « le marché du crédit britannique »). Certes, cela n’est pas dit, et peut-être pas pensé, explicitement, mais tous les éléments de compréhension de cette crise sont décrits et on peut donc les réutiliser pour en déduire l’histoire de la monnaie de crédit à cette époque.

Ainsi, la crise financière de 1720 fut une crise qui toucha les systèmes de monnaie de crédit émergeants en France et en Angleterre, et qui circulaient, rappelons-le, à partir des créances émises grâce aux ventes à terme de marchandises. Ce système de monnaie de crédit, qui était celui des marchands-banquiers depuis le XIVe siècle, ainsi que des grandes compagnies commerciales qui étaient la réplique de ces marchands-banquiers au niveau étatique, était un système fragile parce qu’incomplet. En effet, la monnaie de crédit parallèle qu’ils faisaient circuler était un système de créances, dont la substance était donc instable, puisqu’une série de défauts de paiements pouvait toujours entraîner leur disparition. C’est précisément ce qui se passait en cas de crise financière, et c’est ce qui se produisit en 1720, avec des crises financières qui représentèrent un test sur la solidité des systèmes monétaires français et britanniques. Le système français (le système de Law), s’effondra, sans doute parce qu’il fut combattu par une aristocratie française bornée mais politiquement trop puissante, inquiète de l’ascension du monde marchand qui remettait en cause son pouvoir, alors que le système britannique fut sauvé par Walpole, via le renflouement de la Compagnie des Mers du Sud, parce que Walpole comprit à temps que le système de la Compagnie permettait au pays entier de se développer, via la circulation d’une monnaie de crédit moderne. Ainsi à partir de 1720, la divergence entre la France et l’Angleterre fut-elle de plus en plus nette. La France allait suivre une politique conduisant à restreindre l’expansion de sa monnaie de crédit, et ainsi discréditer l’Etat et empêcher le développement économique du pays. Au contraire, l’Angleterre allait financer la Révolution industrielle par l’expansion de son système monétaire, quitte à voir sa dette augmenter, mais à des taux bien plus avantageux. Certes les deux systèmes demeureraient fragiles tant que la nécessaire coupure de la monnaie de crédit avec l’ancien système monétaire ne serait pas opérée, et cette coupure n’aurait lieu pour la première fois, et de façon provisoire, qu’en Angleterre durant les guerres de la Révolution et de l’Empire, avec le Bank Restriction Act de 1797. En effet, avant cela, la monnaie de crédit issue de la vente à terme de marchandises demeurerait un système instable, soumis en permanence au risque de la crise financière, c’est-à-dire à la crise de confiance entraînant l’ajustement sauvage, la disparition des créances faisant office de monnaie.

Jacob Soll ne s’aventure pas aussi loin dans ces analyses, mais ses descriptions y conduisent logiquement si on applique une théorie monétaire à son histoire de la comptabilité. Ainsi, il note le pragmatisme de Walpole qui, après s’être d’abord opposé à la Compagnie des Mers du Sud, comprit finalement qu’il fallait la sauver : « Walpole eventually embraced it »[34] . Soll montre aussi parfaitement combien il fut difficile à Walpole d’imposer son plan de renflouement de la Compagnie par la Banque d’Angleterre. L’opposition fut choquée et, comme ce fut le cas aux Pays-Bas avec la Compagnie des Indes néerlandaises au début du XVIIe siècle, elle réclama des audits, affirmant que Walpole profitait de la situation pour mener des opérations de corruption et d’enrichissement personnel. Mais Walpole comprit que la Compagnie des mers du sud était en quelque sorte « too big to fail »[35] et il l’écrivit dans son pamphlet intitulé Act to Restore Publick Credit. Avec l’aide de la Banque d’Angleterre nouvellement créée, Walpole renfloua la Compagnie des mers du sud en lui permettant de nouveaux emprunts à taux préférentiels. La Compagnie des mers du sud, la Compagnie des Inde Orientales, et la Banque d’Angleterre, furent ainsi toutes les trois sauvées, et l’on peut ajouter que c’est ainsi le système de monnaie de crédit anglais qui fut préservé, permettant à la Révolution industrielle de poursuivre sa course. Comme le souligne Jacob Soll : « His plan saved national credit market »[36].

L’auteur raconte ensuite comment cette opération de sauvetage, loin d’être effectuée dans le calme et la réflexion rationnelle à froid, a dû être menée avec rouerie par Walpole et le Roi lui-même. Ainsi, au moment des attaques de l’opposition contre son plan de sauvetage, Robert Knight, le chef comptable de la Compagnie des mers du sud, disparut avec tous les livres comptables de la Compagnie, grâce à la complaisance probable des autorités, le Roi et Walpole se trouvant bien contents de ne pas pouvoir retrouver ces comptes…

L’opposition attaqua alors plus violemment encore Walpole, en référant aux antiques vertus de bonnes tenues des comptes, accusant Walpole d’être un nouveau Périclès, dilapidant le trésor national pour se maintenir au pouvoir, tout en préparant la déroute future. Mais la lutte de Walpole fut en fait celle de la monnaie de crédit moderne face aux réflexes périmés du passé, qui empêchaient cette monnaie de crédit nouvelle de naître. Aussi Jacob Soll ajoute avec profondeur: « The problem was that Walpole was not Pericles. He was proud that his manipulations had kept Britain financially afloat and out of foreign wars. And his restructuring of public credit markets and the sinking fund, although opaque and the very opposite of so-called laissez-faire liberalism, on the whole had worked, at least at first »[37].

En effet après ce renflouement, la confiance revint et déboucha sur l’idée que la dette britannique était soutenable. Quand il quitta son poste en 1742, Walpole avait réduit la dette de 13 millions de livres.

Robert Walpole, dont la durée au poste de Premier Ministre fut la plus longue de l’histoire du Parlement Britannique, fut récompensé par le roi par le legs du 10 Downing Street, qu’il légua à son tour à ses successeurs, la transformant de fait en la résidence officielle des Premiers Ministres en Angleterre.

Egalement ami des arts, il fit décorer sa résidence de sublimes œuvres et fit construire une superbe résidence privée chez lui à Norfolk : Houghton Hall, un archétype du style palladien. Critiqué par tous ses contemporains, y compris les écrivains qui lui reprochèrent tous son manque de vertu, il fut incontestablement l’un des plus grands Premiers Ministres britanniques, et l’un des plus grands chefs d’Etat comptables de l’histoire mondiale. Jacob Soll conclue: « Like Cosimo de’ Medici and Jean-Baptiste Colbert, Walpole was a political financial manager and a great patron of arts »[38].

Chapter 8: “Fame and Profit”: Counting on the Wedgwood Vase

Après avoir suivi l’évolution du système monétaire et financier britannique, et le rôle éminent qu’y joua la partie double, Jacob Soll se concentre ici sur l’utilisation de cette dernière au sein des entreprises industrielles britanniques elles-mêmes au XVIIIe siècle. Il rappelle que cette période correspondit à la domination anglaise sur les mers du monde entier, et à la naissance de la Révolution industrielle dans ce pays. De ce fait, l’Angleterre de cette époque devint le centre mondial de la culture et de l’éducation comptable : « Echoing the old educational model of Italy and Holland, grammar schools prepared boys both for the univerisity and for commercial activity. In a virtouous circle, as industry expended, so did the demand for accounting expertise »[39].

Ainsi, à compter de la Glorieuse Révolution, les comptables publics britanniques commencèrent à utiliser systématiquement la comptabilité en partie double. Le traité comptable de John Mair (1736), le plus connu édité en langue anglaise, se répandit également en Amérique du Nord. La comptabilité en partie double était désormais enseignée à Cambridge et Oxford, et devint une chose commune dans la société anglaise de la seconde partie du XVIIIe siècle, du fait de l’explosion du nombre des écoles de comptabilité. Un grand nombre de ces académies étaient alors tenues par des dissidents de l’Eglise Anglicane, comme les Puritains eux-mêmes, dont l’idéal de discipline, de foi, de bonheur et de progrès scientifique faisait écho à celui des fondateurs de la partie double. Ils seraient par la suite idéalisés comme l’incarnation des valeurs protestantes elles-mêmes par Max Weber. Isaac Newton est l’un des membres de ces communautés, exclues de toute responsabilité publique et considérant le profit comme un moyen d’accéder au salut. Soll montre ensuite que des écrivains comme Daniel Defoe ou Jonathan Swift étaient des praticiens de la partie double ainsi que le grand industriel Josiah Wedgwood (1730-1795), qui en était un expert.

L’auteur se concentre alors sur cette figure singulière, parfaite incarnation de l’évolution économique et politique de l’Angleterre de ce temps. Wedgwood en effet, était à l’origine un protestant dissident, maintenu loin du pouvoir, mais dont l’étude attentive des coûts de production à travers la partie double le conduisit à bâtir un empire industriel à la puissance inégalée à l’étranger. Car l’application de la partie double à l’industrie fut sans conteste un des puissants moteurs de la Révolution industrielle, en Angleterre puis aux Etats-Unis : « Sophisticated forms of double-entry accounting were the foundation of the first Industrial Revolution (circa 1760-1840) »[40].

Wedgwood aimait la comptabilité en partie double, et il espérait intensément qu’elle le conduise « à la célébrité et aux profits », c’est ce dont atteste sa correspondance privée. Comme Soll le note justement, il pensait que: « accouting could solve the problem of industrial productivity and profitability »[41]. Cette foi dans la comptabilité se retrouve d’ailleurs dans les arts de cette époque comme l’auteur le souligne : « Whereas medieval and Renaissance painters had regularly underlined the risks of accounting, eighteenth-century British artists reflected the hubris of the young industrial nation’s golden age »[42].

Les grands capitaines d’industrie anglais, comme Wardhaugh Thompson, savaient que leur prospérité dépendait fortement de la qualité de leur comptabilité et du calcul précis des prix qu’elle permettait. James Watt, l’inventeur du moteur à explosion, la connaissait également et la respectait. Il essayait d’espionner ses concurrents pour savoir s’ils l’utilisaient. Son associé Matthew Boulton (1728-1809) la considérait comme une part essentielle de l’industrie des machines.

Jacob Soll montre ensuite que cette rationalisation du calcul des coûts à l’échelle de l’industrie conduisit Josiah Wedgwood à calculer les coûts représentés par la force de travail de façon de plus en plus précise et méthodique, d’une manière que l’on retrouve souvent dans l’histoire de la comptabilité, conduisant à réduire la vie humaine à une simple variable dans la formation du profit. Ainsi Soll explique que Wedgwood s’agaçait de plus en plus contre les travailleurs alcoolisés ou feignants qualifiés cyniquement de « worthless workmen »[43]. A bien des égards, la mentalité de Wedgwood épousa alors celle du capitalisme du XIXe siècle, celle-là même qui serait dénoncée et combattue par Marx : « The Dissenter had become a pillar of the establishement »[44]. Malgré les immenses problèmes financiers qui avaient de nouveau pourri la politique du Parlement en cette fin du XVIIIe siècle, Soll montre que Wedgwood, désormais au centre du système économique britannique, s’opposa à toute réforme comptable, malgré la défaite anglaise dans la Guerre d’Indépendance Américaine (1775-1783), et malgré les violentes inégalités sociales produites par la Révolution industrielle.

Une nouvelle crise financière couvait en effet suite à cette guerre et avait de nouveau mené à une explosion de la dette publique britannique, conduisant Pitt à convoquer la vieille Commission des Comptes du temps de Walpole. De plus, la crise sociale entraînait de nouvelles revendications, des hommes comme Richard Price en appelant à un gouvernement démocratique, dirigé contre la rapacité de l’oligarchie financière. Marqué par l’expérience de Walpole, Richard Price en appelait d’ailleurs à la création d’un fond de sauvetage pour renflouer l’Etat et résoudre la crise de la dette publique. Mais la combinaison des crises précipita les évènements en repoussant ce débat à plus tard, et c’est cette fois-ci sous la pression des guerres et des révolutions que le gouvernement anglais dû trouver de nouveaux moyens de gérer son système monétaire.

Jacob Soll ne revient malheureusement pas sur l’analyse de ce système monétaire anglais durant les guerres napoléoniennes, sujet qui, il est vrai, est souvent la chasse gardée des économistes purs. C’est pourtant à ce moment-là que se produisit le basculement radical, bien que provisoire, vers le système monétaire moderne. En effet, face à la guerre, le gouvernement ne pouvant réduire sa dette publique, il fut décidé de suspendre la convertibilité de la monnaie de crédit anglaise en monnaie classique avec le Bank Restriction Act de 1797, exactement comme un siècle plus tard pendant la Première guerre Mondiale. C’est alors seulement que la monnaie de crédit anglaise devint une pure monnaie de crédit, autoréférentielle et déconnectée des ventes à termes de marchandises, circulant simplement en contrepartie des dettes privées contractées auprès du système bancaire, et de la dette publique contractée auprès de la banque centrale, mais déplaçant alors les inquiétudes des gouvernants en direction du niveau général des prix. Après la chute de Napoléon, le rétablissement de la convertibilité conduisit à une nouvelle crise de la dette publique, et les restrictions budgétaires qui suivirent conduisirent largement le XIXe siècle à être un siècle de restriction monétaire excessive, mais c’est là un sujet qui déborde, il est vrai, le cadre de l’ouvrage.

Car à la fin du XVIIIe siècle, si le système monétaire anglais était le plus moderne et le plus efficace, malgré les nombreuses turbulences qu’il avait à affronter, Jacob Soll démontre avec brio que c’est en France que la crise de la dette produisit ses effets les plus violents.

Chapter 9: Big Debts, Big Numbers, and the French Revolution

Dans ce chapitre, non moins passionnant que les précédents, Jacob Soll revient donc sur les origines de la Révolution Française, en fin connaisseur de la langue et de l’histoire françaises, et tout en ayant précisément détaillé l’histoire de la comptabilité en partie double dans le monde anglo-saxon. Cette approche donne toute son originalité et toute son efficacité à ses démonstrations.

Il commence par rappeler que la France de la fin du XVIIIe siècle faisait face à de très violentes inégalités, 3% de la population se partageant 90% de la richesse nationale. De plus, les institutions monarchiques, depuis la crise financière de 1720 et la chute de Law étaient devenus dysfonctionnelles et en retard sur les explorations du système monétaire britannique, tenu par la bourgeoisie marchande innovante, depuis la Glorieuse Révolution. En France, il n’y avait ni Parlement politique, ni Banque publique, ni gouvernement constitutionnel, et les privilèges démesurés de la noblesse, hérités de l’époque glorieuse du Roi Soleil, ne débouchaient ni sur l’hégémonie militaire, ni sur la nécessaire mise en place d’un système monétaire moderne. Autrement dit, la noblesse française et la monarchie elle-même étaient de plus en plus discréditées sur la scène internationale, tout en accaparant avec arrogance toutes les richesses du pays, et en prétendant maintenir fermement sous sa coupe une population qui croyait de moins en moins à son prestige et à son pouvoir. En somme, la monarchie devenait de plus en plus un obstacle à l’entrée de la France dans les temps modernes, et c’est pourquoi la sourde colère du peuple s’abattit brutalement sur elle, lors d’une crise inouïe. Jacob Soll résume parfaitement cet archaïsme financier et monétaire: « For more than hundred years, French elites had resisted attempts to make them pay tax above 5 per cents and all reforms that might lead to such a thing, especially national accounting audits, which they saw as the first step to measuring their wealth, all the better to tax it »[45].

Soll rappelle que dès 1716, les frères Pâris cherchèrent à établir un système de comptabilité en partie double à l’échelle du royaume, entraînant de nombreuses résistances. A partir de 1716, l’écossais John Law chercha à mettre en place un système de monnaie de crédit moderne en France, en créant tout à la fois une Banque Générale et un système de monnaie de crédit basé sur le commerce de marchandises de la Compagnie du Mississippi. C’est ce système, imité du fonctionnement de celui de l’Angleterre, qui ne résisterait pas à la crise financière de 1720, non pas en raison de sa mauvaise conception, mais à cause de l’incompétence et du désintérêt des dirigeants français pour les questions financières. Ainsi comme les frères Pâris le rapportèrent, les livres qu’ils écrivirent sur la réforme comptable du royaume ne furent pas sérieusement étudiés par le Régent : « The Regent never saw more than the covers of the Books »[46].

Comme le montre parfaitement Jacob Soll, dans une description qui rappelle irrésistiblement la situation de la France et de l’Angleterre d’aujourd’hui, alors que Walpole étudiait à fond la comptabilité et se battait contre vents et marées pour mettre en œuvre un plan de renflouement des Compagnies d’Etat pour développer la monnaie de crédit en Angleterre, les débats économiques en France tournaient autour des controverses théoriques des physiocrates, confortables mais vaines, illusoires et favorables aux positions acquises des rentiers [47]:

The most famous idea that emerged from the works of the French-economic philosophers François Quesnay, Vincent de Gournay and Anne-Robert-Jacques Turgot is what they famously called “laissez-faire”, a theory of commerce based on the natural law of freedom. Before Adam Smith, it was their hope that by lifting government subsidies, price controls, and guild monopolies, an “invisible hand” would spur agricultural production and national wealth. Large-scale, state financial management was not necessary in a market regulated by the balance of nature itself. Although Quesnay used mathematics to study economic theory and de Gournay and Turgot were skilled acountants, their published works rarely contained analysis of complex numbers, accounts or budgets.

While the English argued about state tax receipts, lending rates, and sinking funds, the French lived in a financial information blackout, imposed by their secretive, absolutist monarchy.

Obnubilées par la dette publique qu’elles pensaient comme une menace apocalyptique pour l’Etat et la Nation, alors qu’elle n’était que le symptôme d’une nouvelle phase du développement capitaliste que la politique monétaire se devait d’accompagner, comme en Angleterre, les élites françaises enchaînèrent les erreurs de jugement. Avec une ironie mordante et ciselée, Jacob Soll note ce qui résulta de leurs inquiétudes quasi mystiques, quelques années après : « Indeed, when the deluge of the Revolution came in 1789, it wiped away the old order. Yet the state remained, and, so, too, did public credit. The question was how to manage it »[48].

Jacob Soll décrit parfaitement la montée de la contestation publique à propos de la gestion financière et budgétaire de la monarchie, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, comme si par des voies souterraines, les forces vives de la Nation, la bourgeoisie marchande mûrissante puis le peuple lui-même, prenait lentement conscience de l’incompétence profonde de son élite dirigeante, jouissant de privilèges politiques médiévaux, d’une richesse incroyable accumulée par la rente, mais incapable d’assurer un système financier moderne et efficace pour le royaume. Certes, la Guerre d’Indépendance Américaine, remportée aux dépens des Anglais, redora pour un temps le blason de la monarchie, mais ce fut au bénéfice d’une bourgeoisie républicaine outre-Atlantique, et d’un accroissement considérable de la dette publique, ce talon d’Achille que ne parvenait ni à conceptualiser correctement ni à combattre l’aristocratie française, et qui prouvait à chaque instant son incapacité. C’est donc à l’aune de cette situation qu’il faut comprendre l’engouement vraiment incroyable du peuple pour un comptable et banquier suisse et protestant, comme s’il représentait le négatif de ce qu’était devenu la monarchie française à cette époque dans le regard des Français. Jacques Necker, en effet, comme le rapporte avec raison Jacob Soll, connut une trajectoire singulière mais essentielle à étudier pour comprendre la Révolution française.

Il rappelle qu’il fit sa fortune à Genève et à Paris, comme administrateur de la Compagnie des Indes Orientales française. Sa femme, personnage brillant, tenait un salon que fréquentèrent les philosophes des Lumières, de Diderot à d’Alembert en passant par Grimm et Mably.

C’est donc le problème de la dette publique qui remettait en cause le pouvoir de la monarchie. Jacob Soll le souligne et compare la situation de la France à celle de l’Angleterre, qui, bien que connaissant également une crise de la dette publique, s’en sortait mieux depuis les réformes du ministère Walpole : « Servicying this debt cost more than 300 millions livres annually, at an average of 5.5 to 6 percent interest… A country one-third France’s size, England, by contrast, successfully serviced a comparable debt, in part with 3 percent interest  loans from its independant national bank »[49].

C’est pourquoi Necker, nommé par le roi Ministre des finances,  voulut rationnaliser le budget de l’Etat, en établissant une comptabilité publique rationnelle et efficace alimentant une caisse centrale. Mais dans ce travail, il allait affronter l’ensemble des intérêts financiers et politiques de l’Ancien Régime : « And, of course, any time any privilege was threatened, the nobles smelled blood. Having resisted reform for more than a century, they were not about to stop now »[50]. C’est à ce moment-là que le peuple s’invita dans ce débat financier et monétaire, soutenant d’instinct, massivement, le ministre Necker contre tous les intérêts constitués à la tête de l’Etat. La « nécromania » fut désormais qualifiée de « maladie du peuple » par la noblesse, crispée sur sa rente et son pouvoir politique, et sentant qu’elle perdait la main. Des agents gouvernementaux accusèrent Necker d’être « an other John Law, printing speculative paper-money »[51], traduisant parfaitement l’origine de la blessure d’orgueil et du complexe d’infériorité éprouvé par l’élite française depuis la disgrâce de John Law en 1720, qui ne chercha qu’à appliquer l’efficacité et le dynamisme du système monétaire britannique en France. Ainsi Augéard écrivit-il dans un pamphlet : « The example of 1720 is still in sight »[52]. En 1781, Necker jetta un pavé dans la marre en publiant son Compte-rendu au roi, où il détaillait les finances du royaume, jusqu’ici gardées secrètes par la monarchie. Il en appela à des publications annuelles des comptes comme en Angleterre, sous-estimant certes, la dureté du débat sur la dette publique qui avait lieu en même temps dans ce pays, mais montrant bien la conscience du retard de la France dans ce domaine. En tout cas, son compte-rendu fut révolutionnaire en ce qu’il dévoila le secret de la monarchie et remit en cause publiquement sa capacité à gouverner. Son pamphlet obtint un succès phénoménal : « The compte-rendu became one of the most succeessful works of all time and a media phenomenon »[53].

Ce pamphlet acclamé par le peuple et la bourgeoisie, fut immédiatement perçu comme une menace par les conseillers du roi comme Vergennes qui écrivit à Louis XVI : « All is lost in France, Sire, if Your Majesty allows his Ministers to cite English Administration for which your predecessors have shown a just adversion »[54]. La cour, la Reine, les Financiers royaux, le Parlement de Paris, tout le monde attaqua Necker, et Louis XVI leur donna raison en le démettant de ses fonctions le 19 mai 1781. C’est là que Necker écrivit son Traité sur l’Administration des Finances, qui serait aussi un succès de ventes.

Jacob Soll insiste sur le fait que Necker, en diffusant les revenus de tous les personnages du royaume, fit prendre conscience au peuple pour la première fois de l’ampleur des inégalités qu’il subissait. Le revenu moyen d’un paysan était par exemple d’une livre par jour, alors que le collier de la Reine valait deux millions de livres…

La pression populaire finit finalement par forcer le roi à reprendre Necker au pouvoir en 1788, acclamé par la foule quand il revint à Versailles. C’est ensuite une rumeur sur le fait que la Reine voulait le démettre une seconde fois qui poussa la foule à se réunir à nouveau, Necker protestant contre la réunion des soldats dans la ville voulue par le roi. Le 11 juillet 1789, il fut à nouveau démis de ses fonctions, pronostiquant en partant la famine et la banqueroute pour le pays. Trois jours après le peuple s’empara de la Bastille et déclencha la Révolution Française. Necker fut une nouvelle fois rappelé à Versailles sous les cris de joie de la foule, avant de tomber progressivement dans l’oubli à mesure que la Révolution suivit son cours : « Necker was a reformer, not a revolutionary, and there would be no  reforming the old order »[55]. Finalement, il semble que les Français se soient servis de Necker pour contester le pouvoir de la monarchie, mais une fois celle-ci mise à terre, Necker ne fut pas en mesure lui-même de prendre la tête de la Révolution. L’eût-il fait, aurait-il pu réellement résoudre les problèmes monétaires de la France ? Il est permis d’en douter, car aussi conscient fut-il de la supériorité du système britannique, il n’avait sans doute ni la capacité théorique de mettre en place une monnaie de crédit, comme John Law, ni l’indomptable volonté d’agir de Robert Walpole, qui permit de faire durer un tel système dans les faits.

Si Jacob Soll souligne que, malgré tout, la Révolution française conduisit à des réformes comptables d’ampleur qui furent reprises dans de nombreux pays, au premier rang desquels figurent les Etats-Unis, il est clair que c’est bien en Angleterre que les réformes et la réflexion théorique sur la monnaie de crédit et ses liens avec la dette publique suivirent les développements les plus importants au XIXe siècle. C’est directement mais aussi indirectement, par la pression qu’ils mirent sur l’Etat anglais, que la Révolution française puis l’Empire conduisirent malgré tout à une modernisation de la monnaie et de la théorie monétaire, même si Jacob Soll ne se pose pas la question en ces termes.

Chapter 10: « The Price of Liberty »

Dans ce chapitre Jacob Soll analyse l’histoire de la partie double et de ses développements aux Etats-Unis. Il rappelle que le compte-rendu de Necker inspira les Pères Fondateurs des Etats-Unis, dont la constitution est basée sur les principes de la responsabilité politique. Soll qualifie ainsi les Etats-Unis de « land of account book »[56] et rappelle leurs origines : « the noble entreprise, as many saw it to be, began as a commercial venture »[57].

Ainsi, à l’image du Mayflower lui-même, les nombreux bateaux d’émigrants qui peuplèrent les Etats-Unis étaient fondés sur des entreprises commerciales dont la comptabilité était un élément essentiel, en Europe comme dans les colonies qui s’installaient. Le problème de la gestion de la dette dans les colonies, anglaises comme néerlandaises, était d’ailleurs récurrent. On peut ajouter que, comme les Compagnies commerciales jouaient le rôle de marchands-banquiers à l’échelle étatique en Europe, à partir du XVIIe siècle, utilisant la croissance du profit pour financer des monnaies de crédit, les Etats-Unis se trouvèrent dès le départ être une nation dotée de structures comptables efficaces construites par la recherche du profit, à la fois grâce à l’exploitation des ressources naturelles et humaines et via l’augmentation de la productivité. Aussi Soll note-t-il avec pertinence: « The founders of the United States were not just religious idealists, merchants, smugglers, philosophers, and slavers; they were also accountants interested in accounting for profit, God, and ultimately for the People of the United States »[58].

Même si avant l’indépendance, les Etats-Unis demeuraient un lieu rural et périphérique, l’arrivée progressive de marchands de toute l’Europe allait transformer le visage du pays: « However, the American and urban elites did come from the world of the British financial Revolution, and whether land owners or merchants, English, Scottish, French, German, Dutch, Swedish, Swiss and even some Jewish colonists brought with them traditions of merchant accounting »[59]. Dès le début du XVIIIe siècle, la comptabilité britannique avait envahie les colonies américaines, qui comptaient deux millions d’habitants en 1750.

Jacob Soll rappelle l’aspect massif de cette présence de la comptabilité en partie double aux Etats-Unis qui, comme en Angleterre, serait l’instrument efficace de la Révolution industrielle aux Etats-Unis : « From Bostonian booksellers and Philadelphia traders to the plantation owners of the south, British-century bookkeeping was almost universally known »[60].

Il rappelle également combien la comptabilité en partie double jouait un rôle de premier plan dans la vie de la plupart des pères fondateurs des Républiques américaines, les marchands allant souvent se former à Londres pour apprendre la comptabilité marchande.

Benjamin Franklin était un fin connaisseur de la partie double, dont les livres comptables montrent l’organisation et le niveau de maîtrise qu’il en avait. La grande profondeur de ses citations célèbres « time is money », « credit is money », doivent se comprendre à cette aune, car ne résument-elles pas en quelques mots fulgurants le problème des différentes dimensions de la monnaie ? Soll rappelle que pour Franklin, la connaissance de la partie double était une grande vertu et qu’il admirait ceux qui la maîtrisaient. Quand il fut nommé à la tête de la Poste Royale des colonies en 1753, il mit en place un système comptable décentralisé basé sur la partie double, éditant à cette occasion un manuel pour la faire comprendre aux employés. Comme le note avec humour Jacob Soll à l’encontre de la thèse wébérienne de l’éthique protestante du capitalisme et de son processus de gratification différée : « His enthusiasm for teaching women accounting had an outcome not necessarily in line with the ethic of delayed gratification »[61].

En effet, nommé par la suite ambassadeur à Paris, Benjamin Franklin, malgré sa compétence comptable savait jouir des plaisirs de la vie parisienne : « Franklin certainly felt no need to delay any gratification. It was not Paris that corrupted the great man. It was that good ledgers did not always reflect a moral Protestant life »[62]. L’auteur rappelle que Franklin fut en contact rapproché avec Necker au moment de la publication du Compte-rendu, et qu’il éprouva des difficultés à négocier la dette américaine avec Beaumarchais, l’agent de Louis XV, alors que celui-ci n’entendait rien à la comptabilité.

Jacob Soll revient ensuite avec raison sur les liens entre la partie double et le développement de l’esclavage, de façon beaucoup plus pertinente et précise que des auteurs comme David Graeber, qui a tenté pour sa part de penser l’esclavage à partir de la dette mais de façon trop imprécise et avec trop d’a priori idéologiques. Ainsi Soll note-t-il parfaitement que le processus de calcul rationnel du profit, c’est-à-dire de transformation de toute chose en monnaie, peut malheureusement très bien s’appliquer à la vie humaine elle-même, comme on le retrouve tout le long de l’histoire de la partie double : « Slavery and accounting fit well together, for as Josiah Wedgwood showed, accounts made it easier to turn the labor of a child or a slave into a number in a column. Just as slaves were brought to America chained in rows in boats, so they were accounted for a merchandise and sold the same way, in neat columns »[63]. Il ajoute: « The slave-trading Royal African Company kept double entry ledgers »[64].

Il montre ensuite que Thomas Jefferson était un propriétaire terrien dont l’idéal était la noblesse française et qui tenait personnellement sa comptabilité.

Georges Washington connaissait bien également la partie double et possédait des esclaves. Il publiait ses comptes personnels et écrivit un traité sur les comptes de dépenses du Trésor américain pendant la guerre d’indépendance.

Comme la France et l’Angleterre, en effet, les Etats-Unis avaient une énorme dette publique dans les années 1780, contractée en grande partie auprès de la France, de façon paradoxale. Les Etats-Unis craignaient alors que s’ils ne payaient pas les Français, cela conduirait à l’invasion de leur pays par les armées françaises. Robert Morris, s’inspirant de Necker, tâcha alors de mettre en place des réformes des comptes publiques de la jeune nation américaine.

Jacob Soll montre alors l’importance qu’eut pour la formation des Etats-Unis la figure d’Alexander Hamilton. Jeune apprenti comptable frustré de ne pouvoir exprimer ses talents, forcé par la mort de son père à travailler depuis l’âge de 15 ans, Alexander Hamilton attendait la guerre pour pouvoir y exprimer son courage et son intelligence ou y mourir. Il parvint cependant à s’introduire à l’Université ancêtre de Princeton et à la Columbia University à New York et à y suivre un cursus : « Hamilton was a keen reader of the classics and such Enlightement philosophers as Hobbes, Locke, Montesquieu, Blackstone, and Hume. His mix of accounting and international trade expertise and philosophical interest would, after the Revolution War, drive Hamilton to run the Treasury and formulate the federal plan of finance that transformed America from a series of colonies into a nation with a national bank, mint, and a healthily funded public debt »[65].

Son héroïsme à la bataille de Princeton le fit intégrer à l’équipe personnelle de Georges Washington. Hamilton eut alors l’ambition de bâtir le système financier et monétaire américain, et il voulait pour cela un fédéralisme construit autour de ces institutions. Il admirait la France et ses institutions centralisées, ainsi que la politique de Colbert. Cette centralisation des institutions financières était pour lui nécessaire pour financer la guerre, la diplomatie et la défense nationale et donner au congrès une complète souveraineté.

Georges Washington, sensible à ses arguments, le nomma en 1789 à la tête du Trésor, poste grâce auquel Hamilton pensa le système financier et monétaire des Etats-Unis. Sentant intuitivement le fait que la dette publique était une contrepartie de la monnaie de crédit en circulation aux Etats-Unis, il soutint qu’il était nécessaire d’augmenter cette dette publique si cela permettait à l’Etat fédéral de se développer. C’est pourquoi il affirma au congrès que la dette publique était « the price of liberty »[66]. Madison et Jefferson s’opposèrent à lui sur ce point mais Hamilton permit en tout cas la naissance des Etats-Unis modernes: « Yet seventeen years after his arrival in America as peniless accountant clerk, Hamilton had helped design and implement the American financial system, not only on the idea of private property but also on effective taxation and the concept of a central state account ledger »[67].

Chapter 11: Railroaded

Jacob Soll montre ici qu’au début du XIXe siècle, beaucoup de pays disposaient d’un système de comptabilité publique moderne et efficace : l’Angleterre, la France et les Etats-Unis donc, mais aussi la Prusse, l’Autriche, la Toscane…

Il montre que cette centralisation se poursuivit, l’Angleterre donnant par exemple des responsabilités étendues à la Banque d’Angleterre entre 1848 et 1862. Comme de nombreuses fois dans l’ouvrage, et c’est sans doute le reproche principal qu’on peut lui faire, le lien n’est pas exploré à fond entre l’utilisation et le développement de la comptabilité en partie double et le système monétaire.

Soll note en revanche que le XIXe siècle fut l’âge du fer, du métal et du capital, mais aussi celui de la pauvreté décrite par Dickens, des crimes coloniaux de masse, et des crises financières. Il ajoute avec raison: « Ever-present and Zedig-like, accounting was there at the scene of triumph and of crime »[68].

Il rappelle alors que des grèves se produisirent en 1819 à Manchester contre l’augmentation du prix de l’alimentation et le « charcutage électoral » conduisant à priver le peuple de son expression démocratique. Tout ceci conduisit à une charge de cavalerie faisant quinze morts parmi les grévistes. Le Premier ministre Earl Grey tacha de réformer le système électoral britannique ainsi que son système comptable, qui posait encore et toujours problème.

Ici Jacob Soll souligne à quel point ce constat d’un dysfonctionnement comptable persistant est effarant: « After hundreds of years of reform and advances in accounting, the house to the Industrial Revolution, Britain, still could not balance its books »[69].

Ce problème constituait un tel problème que John Bowring (1792-1872) eut pour mission d’observer la façon dont les Français tenaient leurs livres publics à cette époque, marquant bien le manque de confiance en leur système qui habitait les britanniques. Ce dernier admirait en effet la transparence et l’organisation centrale de la Banque de France créée par Napoléon et dirigée par Jacques Laffitte. Des dirigeants comme Chabrol se félicitaient de dégager des excédents pour le Trésor et Bowring trouvait que la Banque de France était admirablement tenue.

Mais il faut ajouter aux réflexions de Jacob Soll que dans cette affaire, les plus satisfaits d’eux-mêmes n’étaient peut-être pas les plus perspicaces. En effet, si Soll a parfaitement raison d’être intrigué par la persistance des problèmes budgétaires et comptables à cette époque, il faut souligner que c’est encore et toujours le problème de la théorie monétaire qui induisait ces hésitations et ces doutes. Les guerres révolutionnaires et napoléoniennes avaient marqué à cet égard une grande évolution, d’une part avec la suspension de la convertibilité de la monnaie de crédit en Angleterre, ayant entraîné le fonctionnement autonome de cette monnaie de crédit en contrepartie de la dette publique et de la dette privée, d’autre part avec la création de la Banque de France, moins évoluée dans son système monétaire, mais plus transparente et moderne dans son organisation. Ainsi la Banque de France bénéficiait du privilège d’émission de la monnaie de crédit, même si ce privilège était bien trop restrictif pour assurer le développement de l’économie de la France. Ainsi, les institutions de la monnaie de crédit étaient plus claires en France, ce qui fut sans doute utile dans la suite de l’histoire, mais en revanche son utilisation était bien plus efficace en Angleterre, où la suspension de la convertibilité avait permis le fonctionnement d’une monnaie moderne pendant la guerre. Cependant, tout cela avait conduit à une explosion de la dette publique anglaise, et à l’émergence de l’inflation. C’est donc par crainte de ces deux maux que la convertibilité de la monnaie de crédit fut rétablie après la guerre, et la dette publique drastiquement réduite. Cette politique, il faut le souligner, aboutit à une politique monétaire restrictive, du fait du bridage d’un des deux moteurs de la création monétaire, qui affaiblit certainement le potentiel de développement de l’Angleterre au XIXe siècle et conduisit au développement des marchés financiers comme système de financement de substitution à la monnaie. Il semble que les Anglais n’osèrent pas s’aventurer plus avant dans le système monétaire moderne qu’ils avaient été obligés de mettre en œuvre pendant la guerre, et il fallut attendre un siècle pour que ce système revînt au premier plan avec la Première guerre Mondiale. Pourtant, cette expérimentation temporaire avait considérablement fait avancer le débat théorique, notamment pendant la controverse bullioniste qui avait eu lieu aux Communes au début du XIXe siècle. En effet, le passage à une monnaie de crédit autonome avait naturellement conduit les économistes à déplacer leur intérêt vers le problème de l’inflation, puisque le paiement de la dette publique elle-même était momentanément suspendue. La réflexion à propos des taux d’intérêts et de l’inflation commença alors à émerger dans la pensée économique britannique, et prépara la naissance de la macroéconomie au XXe siècle, dont Keynes serait le véritable inventeur.

En France, la réflexion monétaire fut loin d’aller aussi loin, et la politique monétaire de la Banque de France fut tout aussi restrictive, voire davantage qu’en Angleterre. Il est vrai que le système monétaire français, même au temps de l’Empire où il ne connut qu’une clarification institutionnelle, fut toujours inférieur à celui des Britanniques, comme il l’avait été au XVIIIe siècle, et cela fut l’un des grands points faibles de Napoléon. Le XIXe siècle, qui comme en Angleterre marqua une reprise en main de la monnaie par la bourgeoisie, fut donc marqué par une politique monétaire extrêmement timide et restrictive, qui brida l’économie française, favorisa la rente, ainsi que le développement des marchés financiers, comme substitut à la monnaie. En France aussi, il fallut attendre la Première Guerre Mondiale pour qu’une monnaie de crédit moderne et rationnelle se mette à fonctionner avec ses deux moteurs, dette publique et dette privée, sous la pression des évènements.

Jacob Soll ne rentre pas dans ces considérations, qui relèvent davantage de la théorie monétaire, mais le grand intérêt de son ouvrage est donc qu’il souligne la présence d’un problème récurrent et qui ne semble jamais être réglé : celui du système comptable et budgétaire des Etats. On voit que c’est bien le problème théorique de la dette publique et de la gestion d’une monnaie de crédit nouvelle qui déstabilise en fait ces systèmes comptables en permanence.

Jacob Soll revient ensuite sur l’importance du rail dans le développement de la Révolution Industrielle, en particulier aux Etats-Unis. En 1840, les Etats-Unis possédaient autant de voies ferrées que l’Europe, hors Grande Bretagne, qui en possédait autant. En 1870, ils en possèdaient  autant que la Grande Bretagne et l’Europe réunies.

Il souligne que l’industrie du rail a nécessité au départ l’arrivée de capitaux étrangers, et a provoqué l’apparition de grandes fortunes comme Morgan, Rockfeller, Gould, Drew, Fisk…

Il souligne que cette industrie n’a pu prospérer que grâce à la comptabilité : « Then as now, where there was industry and complex trade, there was, by necessity, modern accounting »[70].

Il décrit alors le développement des systèmes comptables qui accompagnèrent dans tous les pays du monde le développement du capitalisme, en France, en Allemagne, en Italie, en Hollande, en Suède…

Partout émergèrent des manuels, des revues professionnelles, des normes comptables permettant à la partie double de fonctionner et d’installer sa logique. Cependant Jacob Soll souligne bien les limites théoriques qui se posèrent à la pensée comptable dès cette époque : « This was not the positivistic science for which some had hoped »[71].

A partir de 1840, le  Big Four  émergea, tout comme les cabinets d’audit qui allaient devenir les fameuses agences de notation d’aujourd’hui comme Moody’s. En effet, les Etats-Unis manquaient d’une structure comptable : « Founded on principles of accounting, America still did not have an adequately developed accounting profession to handle its industrial expansion »[72]. Dès le milieu du XIXe siècle, la question du calcul du profit et le problème de la variation des prix questionna les théoriciens, qui aboutirent à l’établissement d’une « juste valeur » quelque peu évanescente, à l’image du « juste prix » des scolastiques.

Jacob Soll insiste sur l’importance de la comptabilité pour les grands capitaines d’industrie du XIXe siècle, notant par exemple que Rockefeller commença sa carrière comme comptable. De façon peut-être un peu métaphorique, il note aussi que JP Morgan était le propriétaire du Titanic.

Chapter 12 : The Dickens Dilemma

Dans ce chapitre, Soll revient sur l’image de plus en plus paradoxale de la comptabilité dans le public et parmi les écrivains au XIXe siècle. Ainsi: « Great writers of the nineteenth century would struggle with the dilemma of whether accounting was an instrument of good or corruption »[73].

Il montre comment Balzac, dans son roman L’interdiction fit utiliser la comptabilité comme un outil de police par le juge Popinot.

Mais c’est surtout l’œuvre de Dickens qui retient son attention : « of all the authors of the nineteenth century, Charles Dickens had the most vivid view of accountants and accountability »[74]. Dans sa nouvelle Little Dorrit (1857), où il réemploya l’histoire de son père, qui fut emprisonné pour dettes, Dickens montre l’absurdité et la violence de la dette, de la finance et du système bureaucratique du Trésor anglais, de style proto-orwéllien. Ainsi: « Those charged with the accounts of the nation made sure all accounts were turned into incomprehensible bundles »[75]. Jacob Soll ajoute: « The willfully opaque accounting and management of the Victorian treasury pointlessly ruined honest men like Dorrit and opened the door for swindlers like Sadleir…»[76].

Jacob Soll montre ensuite comment Henri David Thoreau utilisa la comptabilité pour critiquer l’industrie et la finance. Le philosophe français Auguste Comte, quant à lui, voulut réguler tous les aspects de la vie sociale par les nombres. Malthus concevait le décompte des populations comme une opération d’équilibre des comptes.

Enfin Darwin, qui était le petit-fils de Josiah Wedgwood, était lui aussi très marqué par la comptabilité en partie double, comme Jacob Soll le rappelle. Ainsi Darwin tenait un livre des comptes quotidien en partie double où il notait scrupuleusement toutes ses recettes et dépenses. Il tenait également à jour un livre journal dans lequel il notait tous les évènements de sa vie. Darwin était convaincu que la prospérité apporterait le progrès scientifique, industriel et artistique.

Jacob Soll montre ensuite comment le cousin de Darwin, Francis Galton, fut en revanche un pionnier de l’eugénisme et du racisme, lançant des études sinistres sur certains groupes humains supposés être supérieurs du fait de la sélection génétique. Ainsi: « Galton believed his family members long tradition of achievement showed them to be of a superior, industrious race »[77].

Jacob Soll revient ensuite sur le roman de l’écrivain anglais Joseph Conrad : Heart of Darkness (1899), où les atrocités des crimes coloniaux sont admirablement décrites et où, dans une image tellement édifiante de la logique du capitalisme colonial, au milieu des innombrables meurtres commis dans la jungle par les colons, seul le comptable semble conserver sa joie de vivre et sa satisfaction, du fait que ses livres de comptes sont justes. Ainsi Joseph Conrad écrit-il, d’une façon terriblement lucide : « the accountant was able to turn decrepitude and death into neat and tidy numbers to be sent back to the main office »[78]. Rarement les écrivains arrivèrent à une telle compréhension des dérives démentielles du capitalisme, et c’est avec une grande pertinence que Jacob Soll cite ce passage.

Il montre ensuite comment la comptabilité fut également utilisée par Winslow Taylor, le père du taylorisme, qui était hanté par la volonté de réduire les coûts de production. Toute son analyse dérivait en fait de la comptabilité, et il considérait les travailleurs comme a priori faignants et cherchant à éviter la souffrance que représentait inévitablement le travail. La méthode de Taylor conduisait donc à accroître le profit en réduisant au maximum les coûts de production. Des auteurs comme Fourastié montrèrent par la suite la mauvaise compréhension de la productivité réelle qui conduisait à ces raisonnements, mais il n’en demeure pas moins que Taylor devint un consultant réputé, dont les travaux conduisirent à la création de Harvard, et qui inspirèrent le Président Hoover, qui affirmait que le travail devait être fait aussi vite que possible.

Ford s’en inspira, mais plus intelligemment, en prenant en compte les nombreuses plaintes des salariés et les grèves qu’elles entrainaient du fait des conditions inhumaines de travail. Soll montre que la méthode de Taylor intéressa pourtant Lénine, et inspira Staline et Hitler, ce dernier admirant Taylor, de façon tout à fait significative.

Soll souligne en tout cas que le XXe siècle marqua un renouvellement de l’image du comptable désormais : « silent arbitrers of the modern economy »[79]. Mais la deuxième partie du XXe siècle marqua une nouvelle étape dans l’histoire de la comptabilité en partie double.

Chapter 13 : Judgment Day

Dans ce chapitre final, Jacob Soll revient sur l’histoire récente de la comptabilité en partie double. Il affirme qu’avec le développement des crises financières au XXe siècle, et notamment dans les années 30, la pratique de l’audit comptable est devenue de plus en plus difficile.

Il montre qu’au cours des années 20, le New York Stock Exchange est devenu une entité majeure dans le monde financier. De 1922 à janvier 1929, le Dow Jones est passé de 95,51 à 340, perdant ensuite 30% de sa valeur en 1933.

En 1933, le Glass-Steagall Act fut voté pour séparer les banques d’investissement des banques commerciales. Jacob Soll montre que c’est à cette époque que les grandes normes comptables internationales commencèrent à être élaborées. En 1957, l’International Accounting Standards Commitee est créé, remplacé en 2001 par l’International Accounting Standards Board (IASB). Pour Jacob Soll, la période de 1946 à 1961 fut un âge d’or pour la comptabilité, qui gagna une confiance croissante dans le public. Mais à compter de cette date, la comptabilité devint selon lui de plus en plus complexe et de plus en plus difficile à gérer : « it now was a subject only for the expertly informed, inscrutable even to the best educated citizens »[80].

Il retrace ensuite la trajectoire de l’entreprise d’audit comptable Andersen, largement en cause dans le scandale Enron dans les années 2000. Il montre qu’à l’origine cette entreprise a été créée par Arthur Andersen, qui importa aux Etats-Unis une culture comptable inspirée des principes de sa mère : « think straight, talk straight »[81]. Créant sa propre Université à côté de Chicago, Andersen forma des comptables à son images parfois qualifiés d’ « androïdes » tant leur discipline et leur technique était cadrée par leur chef. Formé à PriceWater and Cooper, Andersen fit croître la réputation de sa maison avec sa méthode.

Mais l’auteur montre ensuite que les années 70 mirent à l’épreuve les comptables du fait de l’inflation, qui entraîna une remise en cause de la valeur du profit qu’ils calculaient. L’auteur montre que les comptables tachèrent d’améliorer la mesure de la valeur des entreprises à travers la méthode « mark-to-market » qui consistait à actualiser la valeur des biens possédés par l’entreprises en temps réel, en suivant le prix du marché, c’est-à-dire la juste valeur. Il faut souligner que cette évolution, qui correspondait à une actualisation en temps réel du calcul du profit, est tout à fait logique, même si, du fait de la financiarisation croissante des entreprises, elle rendait la valeur de ces entreprises et de leur profit de plus en plus instable et volatile. Jacob Soll exprime cette réalité nouvelle quand il affirme : « With the idea of value now uncertain, accounting had become more speculative, and account books, harder to accurately audit »[82].

C’est dans ce contexte que la série des scandales comptables contemporains a émergé. L’auteur a donc parfaitement raison de souligner que c’est un problème de théorie comptable, et même de théorie économique, qui a conduit à cette situation, qui dépasse donc largement le cadre de la simple fraude, bien que celle-ci soit aussi très présente.

Jacob Soll relate ensuite la manière dont les agences de notation ont accru progressivement leurs pouvoirs à mesure que la financiarisation progressait. Il souligne pourtant avec raison la grande superficialité de leurs audits et rapports: « The ratings agencies and their critics recognized that assessing sovereign debt (government bonds issued by a government to sell to foreign investors ) to determine a country’s credit rating was highly speculative. Nonetheless, ratings companies maintained a sacrosanct status »[83].

Après avoir retrace l’historique de l’émergence du Big Four, il montre ensuite comment la règlementation mise en place dans les années 30 a été démantelée avec le Gramm-Leach-Bliley Act en 1999, comme Bill Clinton lui-même le reconnut.

Il montre ensuite comment le cabinet Andersen, qui diversifia ses activités entre la comptabilité et le conseil, cette dernière activité représentant une part croissante de ses activités, tripla ses profits dans les années 90. Soll montre bien comment ces activités de conseils, qui consistaient en fait largement à expliquer aux entreprises comment surestimer leur valeur en faisant croître artificiellement la valeur de leur actif (cette dernière étant de toute façon de plus en plus difficile à évaluer correctement), prirent de plus en plus d’importance dans les activités de la vénérable entreprise, qui avait bâti sa respectabilité sur la rigueur et la sincérité de sa comptabilité.

Les scandales Enron, WordCom, WasteManagement eurent raison du cabinet Andersen qui disparut dans la banqueroute. Soll rappelle que de nombreux cabinets comptables et entreprises furent alors emportés dans les banqueroutes. Georges Bush édicta à cette époque le Sarbanes-Oxley Act pour garantir l’indépendance des auditeurs comptables, et les grands pays européens firent alors de même. Mais ces législations renforcèrent les grands groupes comptables, désormais seuls à maîtriser la complexe législation existante.

Jacob Soll montre ensuite combien les grands groupes comptables ont été peu nombreux à prévoir la crise financière de 2008, puisqu’ils validèrent tous sans problème les comptes de la Bear Stearns, ou de Lehman Brothers, même si certains prévinrent que les CDO étaient un investissement risqué.

Jacob Soll montre avec pertinence qu’aucune solution idéale n’existe dans le contexte de la financiarisation. En effet, les grands groupes comptables ont été critiqués par les banques d’investissement en 2007-2008 pour avoir trop insisté sur le risque que présentaient les CDO et ainsi avoir cassé la confiance existant dans ces dérivés. Les grands groupes comptables se sont défendus de leur côté en affirmant qu’une position inverse aurait conduit à des scandales du type de ceux d’Enron.

Toutes ces descriptions ont donc le grand intérêt de montrer que ce qui est en jeu, derrière les débats sur la nature et l’origine des crises financières, c’est tout autre chose qu’un problème de règlementation, mais bien plus un problème de théorie économique et monétaire. En effet, mais Soll ne s’aventure pas jusque-là, c’est l’instabilité de la finance elle-même, comme forme quasi-monétaire, se substituant à la monnaie, qui est ici en jeu. L’instabilité de la finance, due à l’instabilité de la créance elle-même, comme forme de financement alternative à la monnaie officielle, conduit ainsi à paralyser tous les acteurs par crainte de la crise financière. Ainsi Soll rapporte-t-il le propos du Procureur Général des Etats-Unis, Eric Holder : « He has expressed fears that sustained legal actions against financial institutions – beyond fines – could destabilize the financial system »[84].

Ainsi, la financiarisation conduit-elle à la peur généralisée et à la paralysie, et ce problème dépasse largement les capacités de contrôle des comptables.

Conclusion

En conclusion, Jacob Soll revient encore une fois sur notre incapacité chronique à définir et stabiliser le système financier et monétaire: « Considering that there have been centuries of struggles over financial accountability, our own recent inability to effectively audit and hold companies and governments accountable seems incomprehensible »[85]. On ne peut que souligner encore une fois l’aspect profondément scientifique de sa démarche, qui cherche à explorer et comprendre un problème récurrent de l’histoire monétaire et financière. A notre avis, ce symptôme indique un problème théorique majeur, celui de la distinction précise entre monnaie et créances, distinction que la partie double opère de façon très solide, ce qui est une des explications de sa puissance et de sa durée de vie, tout comme du rôle essentiel qu’elle joua dans l’émergence de nos systèmes monétaires.

Jacob Soll ajoute: « Why, one may ask, don’t democratic governments do more to stabilize the world of finance, from the most sophisticated leveraging of Wall Street to the dine-a-dozen mortgages of Main Street? »[86]. En effet cette question se pose de façon d’autant plus impérieuse que la Chine, qui est désormais la première économie mondiale et dont le PIB dépasse désormais celui des Etats-Unis, ne connaît aucun problème d’instabilité financière, et dispose d’une monnaie qui circule à la fois en contrepartie de la dette publique et de la dette privée, à l’image de ce système qu’utilisèrent les Britanniques pendant les Guerres napoléoniennes, la République de Venise dès le XVIe siècle quand elle combattait l’Empire Ottoman, ou les puissances alliées lors des deux guerres mondiales et dans la deuxième partie du XXe siècle. La Chine en effet, tout en ayant importé la comptabilité en partie double, a su maintenir des institutions monétaires et bancaires inspirées de la période communiste, et contrôle son système monétaire de façon désormais plus rationnelle et efficace que les pays occidentaux, qui ont pour leur part tendance, depuis les années 80, à suivre des politiques monétaires trop restrictives, ou en haussant les taux directeurs, ou en interdisant le financement direct de la dette publique par la Banque centrale, c’est-à-dire le deuxième moteur de l’émission de monnaie de crédit.

Encore une fois Jacob Soll n’aborde pas directement ces questions de théorie monétaire, mais il semble parfaitement conscient des défis que pose le modèle chinois à l’Occident : « And more of these proposals addresses the challenges posed by the rise of China »[87].

Il semble également conscient des problèmes de méthodologie de la science économique que posent ces problématiques : « Economics was born as not just a mathematical field of inquiry but as historical study of culture »[88].

Un des traits saillants de ce livre extrêmement important pour l’histoire mais aussi la théorie comptable et monétaire, c’est bien de s’orienter systématiquement en direction des problématiques les plus captivantes pour l’évolution de la recherche. Ce livre pose autant de questions nouvelles qu’il en résout, d’une manière qui puise au meilleur de la tradition scientifique issue de l’Antiquité et de la Renaissance dont on sent bien que Jacob Soll est passionné.


[1] The Information Master. Jacob Soll, University of Michigan Press. 2009.

[2] The Reckoning, Financial Accountability and the Making and Breaking of Nations, Jacob Soll, Penguin Books, 2015, p. XIV.

[3] Ibid., p. XIV.

[4] Ibid., p. XIV.

[5] Ibid., p. XIV.

[6] Ibid., p. 2.

[7] Ibid., p. 6.

[8] Ibid., p. 19.

[9] La Pensée Économique des Scolastiques : Doctrines et Méthodes. Raymond de Roover, DMontréal : Institut d’Études Médiévales, 1971.

[10] The Concept of the Just Price: Theory and Economic Policy, Raymond de Roover, The Journal of Economic History 18 (4), 418-434.

[11] Publishing « The Prince ». Jacob Soll, University of Michigan Press. 2005.

[12] The Reckoning, Financial Accountability and the Making and Breaking of Nations, Jacob Soll, Penguin Books, 2015, p. 30.

[13] Ibid., p. 32.

[14] Ibid., p. 32.

[15] Ibid., p. 33.

[16] Ibid., p. 36.

[17] Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVè – XVIIIè siècle, tome 3 Le temps du monde, Fernand Braudel, Armand Collin, Paris, 1979.

[18] The Reckoning, Financial Accountability and the Making and Breaking of Nations, Jacob Soll, Penguin Books, 2015, p. 72.

[19] Ibid., p. 73.

[20] Ibid., p. 73.

[21] Ibid., p. 73.

[22] Ibid., p. 77.

[23] Ibid., p. 77.

[24] Ibid., p. 78.

[25] La Banque d’Amsterdam. J. G. Van Dillen,  In: Revue d’histoire moderne, tome 3 N°15,1928. pp. 161-187.

[26] The Reckoning, Financial Accountability and the Making and Breaking of Nations, Jacob Soll, Penguin Books, 2015, p. 86.

[27] Ibid., p.88.

[28] Ibid., p.94.

[29] Ibid., p.96.

[30] Ibid., p.99.

[31] Ibid., p.100.

[32] Ibid., p.100.

[33] Ibid., p. 108.

[34] Ibid., p.108.

[35] Ibid., p.111.

[36] Ibid., p.112.

[37] Ibid., p.113.

[38] Ibid., p.116.

[39] Ibid., p.113.

[40] Ibid., p.122.

[41] Ibid., p.122.

[42] Ibid., p.123.

[43] Ibid., p.126.

[44] Ibid., p.127.

[45] Ibid., p.133.

[46] Ibid., p.134.

[47] Ibid., p.135.

[48] Ibid., p.135.

[49] Ibid., p.136.

[50] Ibid., p.137.

[51] Ibid., p.137.

[52] Ibid., p.137.

[53] Ibid., p.141.

[54] Ibid., p.141.

[55] Ibid., p.145.

[56] Ibid., p.147.

[57] Ibid., p.147.

[58] Ibid., p.149.

[59] Ibid., p.149.

[60] Ibid., p.150.

[61] Ibid., p.153.

[62] Ibid., p.154.

[63] Ibid., p.155.

[64] Ibid., p.155.

[65] Ibid., p.162.

[66] Ibid., p.163.

[67] Ibid., p.163.

[68] Ibid., p.166.

[69] Ibid., p.166.

[70] Ibid., p.172.

[71] Ibid., p.172.

[72] Ibid., p.173.

[73] Ibid., p.178.

[74] Ibid., p.179.

[75] Ibid., p.180.

[76] Ibid., p.181.

[77] Ibid., p.185.

[78] Ibid., p.185.

[79] Ibid., p.188.

[80] Ibid., p.194.

[81] Ibid., p.195.

[82] Ibid., p.197.

[83] Ibid., p.198.

[84] Ibid., p. 204.

[85] Ibid., p. 206.

[86] Ibid., p. 206.

[87] Ibid., p. 207.

[88] Ibid., p. 208.

Double Entry (Jane Gleeson-White, 2012) : Une exploration profonde et inachevée de la comptabilité

Double Entry, How the Merchants of Venice Created Modern Finance, Jane Gleeson-White, Allen and Unwin, 2012.

Le livre de Jane Gleeson-White, intitulé Double Entry (que l’on peut traduire par “partie double” en référence à la comptabilité en partie double), est un livre incontournable. Jane Gleeson-White est une chercheuse australienne originale, en poste à l’Université de Cambera dont les thèmes de prédilection sont à la fois la littérature anglophone et la comptabilité. Visiblement praticienne de celle-ci, elle s’est intéressée dans son ouvrage aux origines italiennes de cette pratique, et, comme le sous-titre de son ouvrage l’indique, aux liens que ces origines ont avec le développement du capitalisme.  Du fait de sa formation et de son expérience, de son ouverture d’esprit et de sa culture générale, et sans doute aussi d’un certain éloignement de la théorie économique dominante et de ses biais, elle a développé dans cet ouvrage une approche extrêmement pertinente, en mettant en évidence les liens profonds qui existent entre la comptabilité et la finance, de la fin du Moyen-Age à nos jours.

Certes, le livre a aussi ses défauts, qui sont la contrepartie de ses qualités. Certains thèmes passionnants ne sont pas poussés plus avant, certaines sources essentielles, en particulier les sources françaises, sont absentes, et enfin les conclusions tirées de l’analyse comptable, souvent justes et convaincantes, sont rarement confrontées à celles de la théorie économique elle-même, ce qui conduit à certaines impasses théoriques. Ces manques ont donc tendance à stériliser des réflexions qui sont pourtant fondamentales pour comprendre le capitalisme et l’évolution du monde actuelle. Et c’est d’ailleurs l’aspect fondamental de ces réflexions qui a conduit la presse anglo-saxonne à encenser – à raison – l’ouvrage, du Wall Street Journal à The Economist, en passant par le Diplomat et le New Yorker, ainsi que des revues plus académiques comme la Accounting History.

Preface : Bobby Kennedy and the Wealth of Nations and Corporations

Dans cette préface, Jane Gleeson-White rappelle que la mesure de la richesse des nations comme celle des entreprises pose aujourd’hui problème, que ce soit du fait des limites du concept de PIB ou des problèmes de mesure comptable des actifs des entreprises et des banques, comme le scandale Enron l’a montré au début des années 2000. Elle montre que la critique du PIB est ancienne, et que dès les années 70, un homme politique tel que Bobby Kennedy aux Etats-Unis ou même l’inventeur du PIB Simon Kuznets étaient très critiques sur l’utilisation aveugle du PIB. Bobby Kennedy montrait par exemple que la logique du PIB conduisait à des absurdités : « Cigarette advertising is worth more than the health of a child »[1].

Elle montre ensuite que la comptabilité privée elle-même a échoué à éviter des scandales comme celui d’Enron en 2001, ou les nombreuses faillites de la crise de 2008. L’exemple de la Royal Bank of Scotland (RBS) et de sa perte brutale de plus de 100 milliards de dollars en 2008, pertes qui ont dues ensuite être renflouées par les contribuables, s’est ainsi produite alors qu’un an auparavant, les comptables de la RBS et leurs contrôleurs assuraient que tout était normal. La même analyse s’applique, en 2008, aux pertes de Lehman Brothers, de la Lloyds, de HBOS, de AIG, de la Anglo-Irish Bank, de l’Icelandic Bank, etc…

C’est donc la question de la théorie comptable qui doit être posée, non seulement la mesure des indicateurs macroéconomiques, mais aussi des indicateurs de la richesse privée. Pour ce faire, Jane-Gleeson-White utilise la meilleure méthode possible en s’intéressant aux origines historiques de la comptabilité en partie double, qui pour elle remontent à Venise et au fameux traité de Luca Pacioli (Particularis de computis et scripturis), le moine franciscain de la Renaissance, mathématicien et ami de Léonard de Vinci. En effet comprendre l’histoire de la comptabilité en partie double est incontournable puisque : « This medieval artifact is still in daily use around the world.[2] »

Elle résume le projet de son ouvrage avec un certain style : « I’d like to celebrate the material origins of the Renaissance as we celebrate its fruits. »[3]

Chapter 1: Accounting: Our First Communication Technology

Dans ce chapitre Jane Gleeson-White revient sur les toutes premières origines de la comptabilité en Mésopotamie. S’appuyant sur les travaux de Denise Schmandt-Besserat, elle rappelle que les premiers jetons identifiables à des moyens de comptabilisation de communautés fermières datent de 7000 avant J.-C. Elle montre ensuite comment un premier système complexe de comptabilité émergea entre -3 500 et -3 000 dans cette même Mésopotamie, à partir d’un système de promesses de paiement contenues dans des enveloppes sphériques en argile sur lesquelles étaient notées des indications diverses sur les personnes concernées par la transaction. Ce sont ces enveloppes, sur lesquelles les comptables notaient de plus en plus d’informations, d’abord sous la forme de signes et dessins, puis progressivement avec des inscriptions plus élaborées, qui conduisirent non seulement aux origines de la monnaie et de la comptabilité (comme des auteurs comme David Graeber l’ont démontré), mais aussi de l’écriture elle-même.

Gleeson-White montre que l’écriture, tout comme la monnaie, demeurèrent longtemps utilisées exclusivement par les comptables, les juristes, les prêtres et les chroniqueurs. Elle rappelle que le célèbre code Hammourabi, datant de 1790 avant J.-C., est à l’origine extrait d’un document financier.

Elle montre ensuite que la comptabilité connut une certaine complexification dans l’Antiquité classique, en Grèce et surtout à Rome, où les textes de Cicéron ou de Pline l’Ancien attestent du grand prix que ceux-ci lui accordaient, même si elle surestime sans doute la proximité de la comptabilité romaine avec la partie double médiévale.

Elle passe ensuite assez vite sur la période du haut Moyen-Age, où elle note cependant l’existence d’un texte fondamental : le capitulaire de Villis, datant de 800 après J.-C., avant de se concentrer à raison sur l’Italie médiévale au moment de l’expansion commerciale accompagnant les Croisades à partir de l’an Mil. C’est à ce moment-là que l’expansion du Nord de l’Italie se produit, incontestablement préparée par l’expansion commerciale du monde islamique en méditerranée.

Elle rappelle qu’à cette époque le Pape accorde l’indépendance à des villes comme Pise, Venise, Florence et Gênes, qui seront le berceau de la comptabilité en partie double, autrement dit la comptabilité moderne. C’est alors l’époque des célèbres marchands et intellectuels italiens, qui seront les inventeurs de cette technique et les premiers à sortir du Moyen-Age, et dont les figures les plus illustres sont restés dans l’imaginaire collectif tels Marco Polo (1254-1324) ou Fibonacci (1170-1240), qui importa les chiffres indo-arabes en Occident et fut l’un des premiers modernisateurs des mathématiques dans ce même occident.

Ici le livre de Jane Gleeson-White, bien que suivant une progression tout à fait pertinente, souffre d’un manque handicapant : la méconnaissance des travaux de Jean Fourastié sur la comptabilité et notamment son livre de 1943[4] sur les origines de celle-ci. Cela n’a rien d’étonnant, puisque les découvertes fondamentales de Fourastié, bien qu’ayant été traduites dans plusieurs langues et diffusées largement dans plusieurs pays, ne l’ont jamais été dans le monde anglo-saxon. La pensée comptable anglophone, on ne saurait que trop le souligner, a toujours accusé de ce fait un certain retard sur la pensée comptable allemande, française et même italienne, comme l’attestent par exemple les travaux de Littleton, abondamment cités par Gleeson-White.

Cela conduit l’auteure à manquer les contraintes commerciales et religieuses simples et précises qui ont conduit les marchands italiens à perfectionner et étendre cette technique. En particulier, elle ne voit pas que c’est le besoin de crédit non rempli par la monnaie classique qui a poussé les marchands à développer leur méthode de gestion de ces crédits, et ainsi à mettre au point la comptabilité en partie double, c’est-à-dire une technique de gestion qui articule la circulation des créances avec la monnaie et une définition précise et nouvelle du profit. Ces éléments demeurent trop flous pour Gleeson-White et la conduiront à des confusions dans la suite de son ouvrage. Ils la conduisent également à surestimer le rôle de Luca Pacioli et des mathématiques dans l’invention de la partie double. Luca Pacioli, en effet, est bien davantage le grand diffuseur de cette technique, via son traité massivement édité grâce à l’imprimerie au XVIe siècle, que son inventeur.

Chapter 2 : Merchants and Mathematics

Dans ce chapitre, Gleeson-White rend compte des nombreux liens qui existaient entre Luca Pacioli, qui écrivit donc en 1494 le premier traité sur la comptabilité en partie double, et les mathématiques. Il est clair que si elle avait connaissance des origines réelles de la comptabilité, telles que décrites par Jean Fourastié, cette enquête perdrait son intérêt pour elle, car les mathématiques ne jouèrent aucun rôle dans l’invention de la partie double. Mais cependant ces développements sont intéressants, ne serait-ce que parce qu’ils nous peignent parfaitement le Zeitgeist de l’époque de l’enfance de la comptabilité en partie double moderne.

Ainsi Gleeson-White rappelle que Luca Pacioli était avant tout un mathématicien, dont le maître Piero della Fransesca (1412-1492), était à la fois un mathématicien et un peintre, qui fut l’un de ceux qui introduisirent la perspective en peinture et prépara l’apparition des grands maîtres de la Renaissance, tels Michel-Ange. Elle rappelle que cette époque fut une époque de profonde transformation des mathématiques en Italie, qui se nourrirent tout à la fois des mathématiques grecques et arabes. Le monde arabe en particulier, était très en avance sur le reste du monde dans ce domaine au Moyen-Age, et Fransesca fut l’un de ceux, dans le sillage de Fibonacci, qui permirent de mettre à jour la pensée italienne dans ce domaine, participant à la diffusion de ce que les penseurs de ce temps appelèrent les mathématiques abaco, dont plusieurs écoles ouvrirent à Florence pour les fils de marchands au 14e siècle.

Elle montre que Pacioli participa à cette révolution des mathématiques en Italie, puisqu’en 1464, il partit pour Venise afin de devenir professeur de mathématiques abaco, en digne successeur de Piero della Fransesca à qui il reconnaissait sa dette. Gleeson-White poursuit alors sa description du parcours de Luca Pacioli dans cette nouvelle ville : « The New York of fifteen-century Europe ».[5]

Chapter 3 : Luca Pacioli : from Sansepolcro to Celebrity

L’auteure rappelle que le quartier du Rialto, à Venise, où au 16e siècle serait créée la première banque publique préfigurant le système des banques centrales modernes, était le Wall Street du temps de Pacioli. La République de Venise était ainsi la première puissance européenne et sa monnaie, le ducat, supplanta le florin de Florence comme le standard monétaire du commerce international dès la fin du 13e siècle. Elle rappelle que le commerce à Venise atteignit, au XVe siècle, des proportions incroyables, et que toutes sortes de biens étaient échangés dans la ville. La lettre de change et le transfert bancaire, ainsi que le calcul du profit, étaient alors les instruments de la puissance financière de la ville. Les taux de change des devises du monde entier étaient cotés au Rialto. Tous les marchands du monde se rendaient dans la Sérénissime pour apprendre et rapporter ses pratiques et ses institutions commerciales et financières. La Scuola di Rialto, fondée en 1408, pourvoyait à la formation des banquiers et marchands de l’Europe entière. Les professeurs qui y enseignaient étaient fortement rémunérés par l’Etat vénitien, dont on sait que la stratégie de développement inspira l’évolution mondiale du capitalisme pour des siècles. C’est dans cette école que Pacioli enseigna les mathématiques. C’est là qu’il apprit, surtout, la comptabilité en partie double, puisque cette technique était en réalité la base de la puissance de Venise. Malheureusement, Jane Gleeson-White, qui a mal définit les origines de cette dernière, ne semble pas pleinement capable de prendre la mesure de cette réalité, et elle se focalise à nouveau sur les mathématiques et leur évolution à cette époque, manquant ainsi le cœur du sujet qu’elle approche pourtant au plus près. Elle semble même éprouver une certaine fascination pour les mathématiques, et leur attribue sans doute un rôle excessif dans l’évolution financière du monde, à Venise comme sur les marchés financiers d’aujourd’hui.

Comme dans le chapitre précédent, elle approfondit cependant cet aspect de façon très intéressante, montrant que les professeurs de mathématiques vénitiens étaient très influencés par Ibn al-Haytham. Elle poursuit ensuite sa description de la vie de Pacioli, montrant qu’il était un ami de Botticelli et Léonard de Vinci, avec lequel il eût des relations vraisemblablement plus qu’amicales.

Elle montre que les livres imprimés qui circulaient de plus en plus à Venise, entre les marchands avant même de circuler entre universitaires, conduisaient à forger une mentalité nouvelle, où le savoir était largement partagé et diffusé, et où l’ancienne volonté de secret commercial des guildes s’affaiblissait. C’est cet état d’esprit qui conduisit à la diffusion des mathématiques et de la comptabilité en partie double, et de manière générale à l’éclosion de la Renaissance.

C’est dans ce contexte que le traité de Pacioli fut publié en 1494. Elle montre qu’il s’agit avant tout d’un traité de mathématique mais dont une partie assez courte traite de la comptabilité en partie double et va connaître un succès phénoménal. L’édition originale de ce traité, conservé jusqu’à aujourd’hui à la bibliothèque de Sansepolcro, la ville d’origine de Pacioli, est l’une des plus belles éditions imprimées dans l’imprimerie de Gutenberg en personne ! Si Pacioli meurt donc en 1517, son traité comptable lui survécut jusqu’à aujourd’hui, où il continue à être réédité.

Elle raconte ensuite la fin de sa vie, où il se rend à Milan, en est chassé par l’invasion française, puis se réfugie à Mantoue avant de vivre dans la maison de Léonard de Vinci à Florence et de travailler dans l’Université de cette ville-berceau de la Renaissance.

Il retourne enseigner les mathématiques euclidiennes dans une église près du pont du Rialto à Venise en 1508, puis rédige un traité sur les échecs, qui eut vraisemblablement une influence sur l’évolution de ce jeu.

En 1508, il retourne à Sansepolcro où il est durement attaqué par les moines locaux, probablement jaloux de son rayonnement, et qui cherchent à l’exclure de l’Eglise et à le faire condamner pour des motifs spécieux, lui reprochant de ne pas vivre dans la pauvreté et estimant qu’il doit être corrigé. Tout cela le conduit à une nouvelle et ultime nomination à l’Université de Rome en 1515. Il meurt en 1517.

Son contemporain, Daniele Caetani, le jugeait d’une très grande intelligence, d’une connaissance encyclopédique, et capable de synthétiser des problèmes complexes de telle manière qu’ils soient compréhensibles par tous [6]:

 The science of mathematics, after being hidden in speculation and conjecture, what was not practical because so many of the bodies had been reduced to various and complex figures, Lucas alone of many rendered simple by explanation, so that even the very ignorant could understand just as if he had set it forth under their very eyes. And who in former times ever dared to make this very notable beginning? Surely no one, not even the most learned mathematician before Lucas Paciolus, who was in this respect a man of the rarest pattern and almost unique.

Jane Gleeson-White exprime cela avec son propre style, notant : “his exceptional gift for collecting, organising, simplifying, and making available the mathematical knowledge of the Renaissance.[7]

Chapter 4 : Pacioli’s landmark bookkeeping treatise of 1494.

Dans ce chapitre, Jane Gleeson-White revient en détail sur le traité de comptabilité écrit par Luca Pacioli et montre son actualité, la méthode qu’il décrit pas à pas étant essentiellement celle que nous utilisons encore aujourd’hui. Elle montre qu’il recommande explicitement la méthode vénitienne comme étant supérieure à toutes les autres, et qu’elle s’en distingue par l’importance qu’elle accorde à la notion de profit, que les autres types de comptabilité jusqu’à son invention en Italie à la fin du Moyen-Age n’étaient pas capables de calculer. Elle insiste sur le fait que cette notion de profit ayant eu un tel succès aujourd’hui, nous ne sommes plus vraiment capables d’imaginer que dans le monde où vivait Pacioli, rares étaient ceux qui le calculaient rationnellement, y compris de grandes civilisation marchandes passées et contemporaines de Venise.

Pacioli mentionne dans ce traité l’importance des foires européennes et mondiales. Ce traité montre aussi son état d’esprit profondément religieux, conseillant aux marchands d’agir pour réaliser un profit raisonnable et légal. Il liste les banques et institutions de Venise où le marchand peut déposer ses fonds et opérer des opérations financières, notamment des virements et des ventes à terme à l’aide de lettres de change sur les foires européennes.

Les grandes caractéristiques de la partie double, toujours appliquées aujourd’hui, sont ensuite posées. Ainsi trois documents sont requis, le brouillard, le journal et les comptes individuels. En fin d’année, tous les comptes doivent être équilibrés en débit et crédit, sinon une erreur a été commise. Le solde général de cette balance figure dans un compte spécifique, le compte de profits et pertes, dont Pacioli souligne l’importance fondamentale pour gérer correctement ses affaires. C’est la véritable boussole du marchand, et ce qui donne sa supériorité à Venise.

Enfin une savoureuse peinture des clercs des institutions publiques de Venise est apportée, dans laquelle Jane Gleeson-White, comme sans doute de nombreux comptables, reconnaît une description toujours opérante de nos jours [8]:

Nothing much has changed in five hundred years : clerks come and go, and each one regards their own method as the best and their predecessor as the source of all confusion or error.

Chapter 5 : Venetian Double Entry goes viral

Après avoir rappelé l’importance de l’imprimerie dans l’émergence de la civilisation occidentale, Jane Gleeson-White montre ici que cette invention permit au traité de Luca Pacioli de s’étendre partout en Europe avec une grande vitesse. Ainsi sa méthode, autrement dit la comptabilité en partie double pratiquée à Venise, devint « virale ».

Au XVIe siècle, Manzoni écrit un traité de comptabilité qui reprend l’essentiel de celui de Pacioli. Le traité de Pacioli est imprimé en 1537 en allemand, en 1543 en français, en 1547 en anglais. Le belge Jean Ympyn, qui travailla pendant 20 ans à Venise, diffuse également sa méthode, alors connue comme la méthode « à l’italienne ». C’est ensuite le grand homme d’état hollandais Simon Stevin (1548-1620), qui diffuse la technique dans les Provinces-Unies, récemment indépendantes de la couronne d’Espagne. Comme Ministre des Finances, ingénieur en chef et l’un des responsables de la nouvelle Banque d’Amsterdam, Stevin fut un des plus grands diffuseurs des institutions de Venise en Hollande. Il écrivit d’ailleurs un traité de comptabilité gouvernementale, et les Provinces-Unies, au XVIIe siècle, supplantèrent dans une large mesure Venise comme tête de pont du capitalisme mondial, avant que l’Angleterre elle-même ne reproduise ce mouvement à plus grande échelle au XVIIIème siècle, débouchant sur la Révolution industrielle.

C’est d’ailleurs un ami de Simon Stevin, Richard Dafforne, qui diffusa au XVIIe siècle les méthodes bancaires et comptables des Provinces-Unies en Angleterre.

Il faut souligner que Jane Gleeson-White ne rend compte qu’imparfaitement de ce mouvement, en raison même des limites de son analyse des origines de la comptabilité, qui ignore les travaux de Jean Fourastié. Ainsi, rendant sans doute compte d’une certaine réalité dans la pensée comptable anglo-saxonne, elle explique que les ouvrages de Dafforne sont encore la base de l’enseignement de la méthode aujourd’hui, par l’explication qu’ils donnent de son fonctionnement logique. Mais l’explication de Dafforne, pas plus d’ailleurs que celle de Pacioli lui-même, ne rend pas compte de la logique de cette méthode, parce qu’elle en ignore la véritable origine logique, et Gleeson-White aussi.

Pour elle, le véritable intérêt de la partie double réside dans le fait qu’elle empêche les erreurs de saisie, ce qui est certes l’un de ses avantages, mais pas le seul. Elle voit bien l’importance du compte de profit et perte pour l’entreprise et le fait que cela permet l’action rationnelle de l’entreprise, citant sur ce point l’analyse de Wandhaugh Thompson en 1777. Mais à aucun moment elle ne semble capable de percevoir que la véritable importance de la comptabilité en partie double, de la fin du Moyen-Age au XIXe siècle, réside dans le fait qu’elle a permis la construction de notre système monétaire moderne, c’est-à-dire l’émission et la circulation d’une monnaie de crédit à partir du calcul rationnel du profit. Cette monnaie, émise par des banques privées, puis garantie par des banques publiques à partir de Venise au XVIe siècle, est une monnaie de crédit comme celle que nous utilisons aujourd’hui, et c’est la comptabilité en partie double qui a permis son émergence, mais Gleeson-White, comme tant d’auteurs avant et après elle, n’en est pas consciente.

Cela ne l’empêche pas de relever le succès et l’influence du traité de Pacioli à travers les siècles, ce qu’elle fait avec talent, grâce à la large culture qu’elle possède. Ainsi, elle souligne que, dans Robinson Crusoe, le célèbre roman de Daniel Defoe datant de 1719, Robinson utilise la comptabilité en partie double. Elle rappelle que Goethe, dans une nouvelle de 1796, définit avec une grande perspicacité la comptabilité en partie double : « one of the finest inventions’ of the human mind.[9]»

Ainsi résume-t-elle finalement avec justesse le succès du livre du frère Luca de Sansepolcro [10] :

Each and every bookkeeping treatise published on the printing presses of Europe from 1500 to 1800 can be traced back to Pacioli’s 1494 Particularis de computis et scripturis, and thus Pacioli’s 27 pages treatise spread Venetian double entry across Europe and hence to America.

Chapter 6: Double Entry Morphs : the Industrial Revolution and the Birth of a Profession

Jane Gleeson-White rappelle ici un évènement significatif de l’histoire de la pensée comptable : la tentative avortée de dépasser la comptabilité en partie double par Edward Thomas Jones en 1796, alors que cette technique se développait de plus en plus dans son pays : l’Angleterre.  Son traité, parce qu’il répondait certainement à une attente et à un désir dans le monde capitaliste mûrissant, obtint rapidement un succès international et rendit son auteur célèbre. Mais son système, qui visait à rationaliser la comptabilité en partie double, ne parvint pas à s’imposer et fut rapidement abandonné, y compris par lui-même, comme il le reconnut dans un écrit ultérieur. Ainsi par cet échec retentissant, il conduisit indirectement à diffuser encore plus la comptabilité en partie double, et la pensée comptable de nombreux pays européen s’orienta alors au XIXè siècle dans une direction plus féconde : la tentative de définir sa nature et son fonctionnement.

Elle montre que le XIXe siècle est le siècle de l’expansion de la comptabilité en partie double à de très nombreuses entreprises, conduisant à une vaste rationalisation de la production qui n’est pas étrangère au développement de la révolution industrielle durant cette période. Payen en France dès 1817, Cronhelm au Royaume-Uni en 1818, publient alors des traités pour adapter la méthode de la comptabilité en partie double à l’entreprise industrielle, sans modifier sa nature mais en appliquant notamment des modes de calcul de l’amortissement pour le patrimoine de l’entreprise. Progressivement, un besoin de reconnaissance et de normalisation de la fonction comptable se fait sentir, conduisant à l’apparition des grands cabinets comptables qui domineront la profession jusqu’à nos jours, à l’image de Deloitte qui débute ses activités en 1845.

Progressivement les comptables acquièrent la même respectabilité que les médecins ou les avocats, et la profession est règlementée par les Etats des pays avancés. Des associations de comptables professionnels apparaissent après 1900 en Allemagne, en Italie, en Hollande, en Suède, en Belgique, en plus des pays anglo-saxons et de la France. Ainsi la célèbre American Association of Public Accountants (AAPA) est créée en 1887 pour l’ensemble des Etats-Unis. Dans ce pays le traité de Pacioli est édité dans une édition nationale en 1914 par le professeur John B. Geisbeek qui donne ses lettres de noblesse universitaires à cette discipline. Dans son sillage Gleeson-White insiste sur le fait que Littleton, le plus grand professeur américain de comptabilité dans les années 30-40, va faire franchir un nouveau cap à la comptabilité en retraçant son histoire. On peut dire qu’elle s’appuie elle-même largement sur les travaux de Littleton. Mais elle semble encore une fois, à l’image sans doute de la pensée comptable anglo-saxonne, ignorer les avancées fondamentales que la théorie comptable connut pendant la même période en Allemagne et en France, et qui débouchèrent sur des réformes administratives plus poussées que les Etats-Unis ne connurent jamais, notamment dans le domaine de la planification, grâce aux œuvres de Eugen Schmalenbach et de Jean Fourastié. Car après la Seconde guerre Mondiale, et du fait de la victoire des Etats-Unis et de leur supériorité économique, les avancées et l’expérience acquise par les comptables français et allemands ne furent guère pris en compte dans le monde anglo-saxon, qui imposa pourtant son ordre du jour à la théorie comptable internationale jusqu’à aujourd’hui.

Chapter 7: Double Entry and Capitalism : Chicken and Egg ?

Dans ce très intéressant chapitre, Gleeson-White revient sur les liens qu’entretient le capitalisme avec la comptabilité en partie double, en interrogeant l’intuition très profonde de Werner Sombart, le grand économiste allemand (1863-1941). Elle rappelle sa célèbre affirmation, qui eut sans doute une influence essentielle sur les découvertes de Jean Fourastié : « It is simply impossible to imagine capitalism without double-entry bookkeeping ; they are like form and content. »[11] Elle explique que la pensée de Werner Sombart, ainsi que ses recherches sur l’histoire des origines de la comptabilité en partie double, dérivent de sa lecture de l’œuvre de Karl Marx. Elle cite à ce propos Friedrich Engels qui commentait ainsi les écrits de Sombart : « the first time a german professor succeeds on the whole in seeing in Marx’s writings what Marx really says. »[12] Certes, Sombart, dont l’ouvrage monumental, Der Moderne Kapitalismus, n’a été traduit ni en anglais ni en français, était un conservateur, mais il inscrivait néanmoins sa pensée directement dans le sillage de Marx. Car, comme sa correspondance privée l’atteste, ce dernier s’intéressa beaucoup à la comptabilité en partie double pour réaliser son œuvre, bien qu’il écrive très peu sur elle directement. Gleeson-White rapporte néanmoins la façon dont il la considérait : « He considered bookkeeping to be ‘the control and ideal synthesis’ of the production process ».[13] De son côté Sombart, dans ses travaux historiques inestimables sur la comptabilité, considère qu’elle a suivi cinq stades successifs de développement qui l’ont conduit à devenir ce qu’elle est. Il la considérait comme une innovation aussi fondamentale pour l’humanité que celles de Galilée ou de Newton. Il estimait qu’elle introduisit le concept fondamental du capital qui permit l’existence du processus capitaliste lui-même, que Sombart fut d’ailleurs le premier à nommer. Gleeson-White le cite: « Without looking too closely, one might already glimpse in double-entry bookkeeping the ideas of gravitation, the circulation of blood and energy conservation. »[14]

Elle montre alors avec raison que l’invention de la partie double fut ce qui rendit possible l’apparition de la Renaissance dans le nord de l’Italie. Elle cite ensuite Weber (1864-1920) et montre qu’il attribue également une grande importance à la partie double, du fait qu’elle permettait le calcul rationnel du profit. Elle rappelle la lucidité quasi-prophétique de ce dernier sur ce point : « Weber also believed that the formal rationality of double-entry made the world a cold and disenchanted place – and, ominously predicted that double-entry would continue its rule ‘perhaps until the last ton of fossilized coal is burnt’ ».[15]

Elle montre ensuite que Schumpeter, lui aussi était convaincu que la comptabilité en partie double marquait le démarrage du capitalisme, qualifiant cette technique de « towering monument »[16].

Marx, Sombart, Weber, Schumpeter, tous ces grands noms disent assez combien la pensée allemande fut la plus avancée du monde entre la fin du 19e siècle et le début du 20e siècle à propos de la réflexion économique et comptable. Il faudrait aussi ajouter à cette liste Eugen Schmalenbach, et ainsi on comprend mieux comment et pourquoi Jean Fourastié lui-même, qui s’intéressa de près à la pensée comptable allemande dans les années 20 et 30, put découvrir les origines logiques et historiques de la comptabilité dans les années 30. Mais comme on l’a dit, cette analyse ne figure pas dans le livre de Gleeson-White.

En revanche, en citant les théories plus récentes de la comptabilité qui émergent notamment aux Etats-Unis, on peut mesurer le recul qu’a connue la pensée comptable dans la seconde moitié du XXe siècle. En effet, les théories de Carruthers et Espeland (1991) évoquées par exemple par l’auteure, affirmant que la comptabilité en partie double n’est qu’un procédé rhétorique sans fondement logique permettant de disposer du pouvoir financier, marquent une véritable régression intellectuelle par rapport aux analyses très fécondes des grands auteurs allemands, qui avaient commencé à mettre à jour le rôle fondamental de la comptabilité en partie double dans la naissance et l’évolution du capitalisme.

Chapter 8 : John Maynard Keynes, Double Entry and the Wealth of Nations

Jane Gleeson-White, qui se définit elle-même comme keynésienne, retrace dans ce chapitre les liens existant entre la comptabilité en partie double et l’œuvre de Keynes. Elle cite son biographe Skidelski qui résume ainsi la pensée de l’économiste anglais : « The first to visualize the economy as an aggregate quantity of output resulting from an aggregate stream of expenditure. »[17]

Comme Roosevelt, elle montre que Keynes travailla ardemment pour établir un système de comptabilité nationale qui permettait de rendre compte de ce nouveau mode de réflexion macroéconomique. Gleeson-White montre alors que pour ce faire, Keynes eut recours aux principes de la comptabilité en partie double. Elle montre que ces réflexions débouchèrent sur la mise au point du concept de PIB par Simon Kuznets dans les années 30.

Elle ajoute que la Seconde guerre Mondiale renforça ce mouvement et conduisit d’ailleurs Keynes à écrire son pamphlet : How to pay the war, où il développa sa conception d’un système de comptabilité nationale basé sur la comptabilité privée. Elle rappelle que pour Keynes, les sociétés modernes se doivent de lutter contre le chômage et l’inflation de façon active, sans laisser le marcher autoréguler ces variables de façon anarchique.

Elle raconte les témoignages de ses camarades qui travaillèrent à ses côtés pendant la guerre, James Mead et Richard Stone, qui appliquèrent effectivement ses idées sur la comptabilité nationale. Elle montre que ce système connut un large succès après la guerre, notamment via des institutions comme l’OCDE. Enfin elle explique que ce concept de PIB fut dès le départ critiqué par Kuznets et Keynes comme étant trop exclusivement tourné vers la forme monétaire de la valeur.

On peut regretter que dans ce chapitre, l’auteure généralise un peu vite en qualifiant la comptabilité nationale de simple application de la comptabilité en partie double privée. En effet, comme le montra Fourastié qui travailla lui-aussi à l’OCDE après la guerre, cela n’est qu’imparfaitement le cas, ce qu’il regrettait d’ailleurs à la fin de sa vie. A de nombreux égards, la comptabilité nationale est davantage une statistique nationale.

Chapter 9 : The Rise and Scandalous Rise of a Profession

Gleeson-white revient ensuite sur le rôle qu’a joué la profession comptable depuis les années 2000, autrement dit dans le cadre du déroulement de la crise financière. De façon tout à fait convaincante, elle lie des affaires comme le scandale d’Enron, aux Etats-Unis, à des faillites ou pertes massives davantage identifiées comme liées à la crise financière, comme pour la RBS, en montrant que dans les deux cas, les instruments comptables se sont révélés incapables d’empêcher les abus ou simplement de les prévoir.

D’une petite compagnie gazière régionale dans les années 90, Enron est devenue l’une des plus puissantes entreprises des Etats-Unis en 2000 avant de faire banqueroute en 2001. De la même façon, RBS était la plus grande entreprise du monde en termes de taille de l’actif, et quand elle annonça une perte de 24 milliards de dollars en 2009, la plus grande perte dans l’histoire des entreprises britanniques, cela se fit sans qu’aucune alerte comptable ne fut donné ni lors de la publication des comptes, ni par les auditeurs chargés de contrôler la comptabilité des entreprises. D’un point de vue comptable, l’auteur affirme même que les comptes de la RBS étaient «a model of clarity and transparency »[18].

Elle montre que pour la RBS comme pour Enron, cette évolution est largement dépendante de la financiarisation de ces entreprises, et notamment de leur utilisation croissante des marchés de dérivés. Elle montre avec pertinence que les opérations financières démesurées auxquelles se sont livrées ces entreprises sont parfaitement régulières d’un point de vue comptable, ce qui pour elle pose le problème de ces normes comptables. Mais au-delà de ces normes, on peut dire que ces scandales posent surtout le problème de la théorie comptable, ce dont ne rend compte qu’imparfaitement le livre de Gleeson-White. En effet, tous ces scandales peuvent se résumer au problème de la définition de la valeur, et notamment à la définition de la valeur des créances, qui sont au cœur de la comptabilisation des dérivés. Ce problème est consubstantiel de toute comptabilité, et pour le traiter correctement, il est nécessaire de s’interroger sur la nature de la comptabilité et sur la définition de la valeur qu’elle apporte, ainsi que l’avait commencé Jean Fourastié.

Gleeson-white énumère ensuite les scandales et banqueroutes successives qui émaillèrent les années 2000 : WorldCom en 2002, Bond cop/Bel resources en Australie en 2000, HIH, OneTell, ABCLearning, etc…

Pour chacun de ces scandales, elle montre que les auditeurs chargés de vérifier la comptabilité avant ou après coup se sont montrés incapables de le faire de façon logique et rationnelle. En particulier, elle montre l’inefficacité et l’incohérence totale des grands cabinets comptables dans cette mission, en prenant l’exemple de l’analyse contradictoire des comptes de ASIC qui fut réalisée successivement par KPMG, Pitcher Partners, et Ernst and Young. Elle montre de façon très convaincante que ces cabinets, malgré le prestige artificiel qui les entoure, sont tout aussi incapables de décrire ou solutionner les problèmes comptables de ces scandales que les institutions publiques. A cet égard, la critique de ces cabinets comptables, le fameux « Big Four » (KPMG, Ernst and Young, Deloitte, Pricewater HouseCoopers) qui vend cher aux entreprises ses certifications comptables très contestables, subit de la part de Gleeson-White une critique extrêmement bien ajustée. Comme on s’en doute, en effet, ces entreprises sont loin de vivre en dehors ou de solutionner les problèmes graves que la théorie comptable moderne connaît. Bien au contraire, leur prestige se nourrit de cette crise moderne de la pensée comptable, et des nombreux flous théoriques qu’elle produit. Ces flous permettent en réalité aux entreprises financières les plus puissantes d’agir à leur guise, en dissimulant la nature de leurs opérations derrière la faiblesse théorique des comptables, comme cela s’est déjà produit dans le passé, et le Big Four profite de ce système bien davantage qu’il ne le contrôle. Gleeson-White rappelle à ce sujet quelques exemples significatifs qu’il faut toujours garder à l’esprit : ainsi Ernst and Young contrôla, certifia, et ne vit absolument rien de problématique dans les comptes de la banque Lehman Brothers, juste avant que celle-ci ne disparaisse dans la crise financière de 2008. S’appuyant sur les travaux de Prem Sikka, elle montre alors le fonctionnement artificiel et complètement illusoire des audits comptables des grandes entreprises. Celles-ci, en effet, confient généralement la gestion de leur comptabilité extrêmement lourde aux mêmes cabinets comptables qui les contrôlent. Dans les bureaux du « Big Four », on a ainsi sur un étage des services chargés de produire la comptabilité, et sur un autre étage des services chargés de la contrôler… Cette description est un des points forts incontestables du livre, parce qu’il montre bien la gestion du processus capitaliste moderne d’une manière que bien peu d’économistes imaginent. Ainsi, à rebours du mythe de « l’économie de marché » et de la « libre concurrence », souvent décrits par les économistes comme une sorte d’Eden dans lequel le monde libre vivrait, on voit bien ici que l’essentiel du processus de gestion comptable des grandes entreprises mondiales est en fait géré par quatre grandes entreprises. C’est dans leurs nombreux bureaux et via leurs très nombreux employés (Gleeson-White rappelle qu’ils comptent plus d’employés que Coca-Cola), que l’essentiel de la gestion financière du capitalisme (entendons par là le capitalisme purement privé), est effectuée quotidiennement. C’est là que le calcul du profit se réalise, et c’est à partir de ces données comptables que tous les acteurs économiques se positionnent. Une autre force du  livre de Gleeson-White est de décrire le désarroi que produit cette situation sur les grands managers et administrateurs des grandes entreprises, qui souvent ne maîtrisent pas la comptabilité de leur entreprise, trop lourde et complexe, et soumise aux interprétations parfois divergentes qui en sont données par les grands cabinets.

Ainsi, comme elle le note avec raison, la puissance des grands cabinets comptables mondiaux va de pair avec leur échec, largement en cause dans les crises financières récentes. Cet échec traduit sans aucun doute un échec plus large de la théorie comptable moderne elle-même, qui connaît une certaine régression depuis les années de l’immédiat après-guerre. Cela conduit à un processus de plus en plus anarchique de financiarisation des entreprises et des banques que personne ne semble réellement maîtriser, pour la bonne raison que personne ne comprend réellement sa signification comptable. Certes, la poursuite du profit demeure la boussole mouvant toutes les entreprises dans cette réalité économique, mais le manque de maîtrise de la réalité comptable et des instruments de cette poursuite du profit peut conduire à ce qu’il faut bien appeler une sorte de folie, de comportements irrationnels au cœur de l’entreprise dont les années 2000 ont été riches en exemples. Ainsi, Gleeson-White rappelle que lors du procès Enron, des enregistrements ont montré que l’entreprise n’hésitait pas à cesser sa production d’électricité pour faire monter les prix, quelques mois après la privatisation en 2000, provoquant plusieurs blackout en Californie. Lors des incendies qui ravageaient la Californie en 2000, les enregistrements décrivent ainsi des cadres de l’entreprise attendant avec excitation que le feu détruise les pylônes électriques de l’entreprise et criant : « Burn, baby, burn ! » [19] devant leurs écrans de télévision…

La réalité et les limites de l’évolution du capitalisme sont donc parfaitement expliquées dans cet excellent chapitre. Le rôle primordial de la comptabilité en partie double dans la croissance du capitalisme, bien davantage que les fables de « l’économie de marché », est ainsi parfaitement décrite, ainsi que la réalité de la gestion bureaucratique du calcul du profit qui détermine en réalité ce processus. L’aspect irrationnel et autodestructeur de la recherche du profit, si aucune force de rappel ne permet de la canaliser, est également parfaitement perçu. Enfin la crise moderne de la pensée comptable, et la faiblesse théorique des quatre grands cabinets comptables qui gèrent une grande part du processus capitaliste, sont également très bien démontrés.

Chapter 10, Gross Domestic Product and How Accounting could Make or Break the Planet

Dans ce chapitre, Gleeson-White cherche à remettre en cause le concept de PIB, en montrant qu’il faudrait l’adapter au XXIème siècle pour empêcher la destruction de la planète, à laquelle la recherche aveugle du profit conduira. Bien qu’intéressante et incontestablement justifiée quant à ses diagnostics, cette partie nous semble moins convaincante parce que le manque de connaissance des débats de théorie économique générale qui eurent lieu notamment au XXème siècle y est patent. Sans doute est-ce là la limite d’un mode de réflexion trop exclusivement comptable, qui élude en particulier le problème de la monnaie, travers dans lequel Jean Fourastié lui-même est incontestablement tombé par le passé, y compris dans ses travaux de théorie économique. Peut-être la grande force explicative de la comptabilité en partie double, en particulier dans la compréhension du fonctionnement des entreprises privées, est-elle paradoxalement un handicap pour s’ouvrir à la théorie économique elle-même, et notamment à la théorie monétaire. C’est pourtant dans le domaine du fonctionnement de la monnaie que la comptabilité en partie double a sans doute le plus à nous apprendre, et même s’ils n’ont jamais exploré cette terra incognita, il est clair que Marx, Fourastié, Schumpeter, et peut-être Keynes, chacun à leur manière, en sentirent la possible étendue.

Gleeson-White, pour sa part, part de l’observation que le PIB ne mesure qu’imparfaitement la richesse réelle. Elle affirme même que les choses qui ont le plus de valeur, comme par exemple la nature elle-même, n’ont aucune valeur monétaire et comptable, ce qui conduit le processus capitaliste, dont on a vu qu’il est mû par la recherche du profit monétaire, à les détruire si besoin est. Partant du principe que seul le calcul comptable conduit à l’action économique réelle, Gleeson-White voudrait modifier le calcul du PIB afin d’attribuer un coût différent à toute chose, en particulier en donnant son coût réel à la nature, en faisant une sorte de capital comptable nouveau, afin que sa destruction provoque une chute du PIB, et non plus une augmentation. C’est dans cette direction qu’elle a d’ailleurs orienté ses dernières recherches.

Mais le PIB, en tant que tel, n’est que le reflet, imparfait certes, du profit privé et des salaires, autrement dit de la richesse monétaire créée. Le modifier conduirait certes à donner une image différente de l’économie à l’Etat, mais il remettrait gravement en cause un indicateur essentiel au fonctionnement du capitalisme, puisque les entreprises privées tout comme les salariés sont guidés dans leur action quotidienne par leur recherche de cette richesse nouvelle. Le fait de dissimuler cette réalité dans les statistiques conduirait donc ou à masquer une réalité fondamentale du processus économique, ou à la faire disparaître, mais on retomberait alors sur les problèmes de planification et d’information du système-prix qu’ont eu à affronter les Etats socialistes.

En effet, en raison peut-être de son ignorance des travaux de Fourastié, Gleeson-White semble méconnaître le lien fondamental qui existe entre le calcul du profit (que permet la comptabilité en partie double), et le système-prix. En effet, l’information vitale que transmet le système-prix aux acteurs économiques (ainsi que l’a brillamment démontré Hayek au XXème siècle) ne peut être correctement prise en compte par les agents que via le calcul du profit, car le calcul du profit n’est rien d’autre que l’enregistrement des variations de prix entre l’entrée et la sortie des valeurs dans l’entreprise. C’est la raison pour laquelle le système-prix et la comptabilité en partie double sont intimement liés. Pour être exact, la comptabilité en partie double, qui a donc émergé au 13ème siècle en Italie, est une méthode d’une efficacité redoutable car elle est construite autour de la variation des prix. Le rôle qu’elle a joué dans l’émergence du capitalisme est précisément dû au fait qu’elle est la première technique qui prit en compte sérieusement et de façon cohérente le problème de la variation des prix, et c’est de cette prise en compte qu’est née le concept de profit, autour duquel tout le capitalisme est comme placé en orbite, de même que le système monétaire. Il est certes surprenant que si peu de défenseurs du capitalisme en aient même eu conscience, mais il n’en est pas moins vrai que la force principale de la partie double est le calcul du profit, parce que ce calcul permet la transmission correcte de l’information du système-prix.

On ne peut méconnaître cette réalité sans porter atteinte gravement à ce qui fait la puissance du capitalisme, et c’est là une erreur qui fut commise dans les pays socialistes au XXème siècle. On peut d’ailleurs penser qu’au vu de la faiblesse de la théorie néo-classique, des erreurs semblables seront un jour à nouveau commises dans des pays se concevant comme des « économies de marché », et éprouvant même une foi dans ce concept inconsistant. Gleeson-White ne se définit pas comme socialiste, mais elle semble ne pas voir que les réformes du PIB et de la comptabilité privée qu’elle souhaiterait introduire pourraient conduire à un affaiblissement du calcul du profit, c’est-à-dire à un brouillage de la transmission de l’information délivrée par le système-prix. On ne peut que souligner le danger contenu dans cette conception, danger d’autant plus important que Gleeson-White comprend bien mieux le fonctionnement réel du capitalisme que beaucoup de ses thuriféraires étroits, qui s’en croient les défenseurs alors qu’ils en ignorent les mécanismes essentiels et s’en tiennent aux mythes englobants du « marché ».

En effet, empêcher les dérives du capitalisme moderne ne doit pas conduire à abolir les mécanismes qui ont permis de nombreux progrès techniques et sociaux jusqu’à nos jours, c’est là une conclusion qui ressort de l’étude attentive du débat économique théorique au XXème siècle. Ce débat se situe moins dans les évolutions stériles de la théorie néo-classique, que dans les écrits d’auteurs comme Marx, Keynes, Fourastié, Hayek ou Kornai, et qui doit nécessairement inclure la compréhension de l’histoire économique des systèmes socialistes, ne serait-ce que pour mieux comprendre la nature du capitalisme lui-même.

Il ressort de cette étude que la supériorité pratique du capitalisme repose sur quelques éléments fondamentaux, que tout gouvernement raisonnable se doit de défendre. Ces éléments sont la recherche privée du profit, la liberté du système-prix et un système monétaire mixte connecté d’une part au profit privé, d’autre part au budget de l’Etat. C’est ce dispositif qui permet de stimuler au mieux le progrès technique et d’en répartir les fruits par le salaire et l’investissement public, et c’est cet attelage qui doit être à la base de toute réforme du capitalisme. Ainsi, c’est à l’Etat, dans ce dispositif, armé d’une institution étudiant les nécessités d’investissements de long terme, d’une banque centrale permettant son financement, et d’un organisme statistique suivant les évolutions individuelles et l’évolution globale des prix, tout comme la productivité réelle de chaque branche de l’économie, qui doit conduire le changement. C’est avec cet outil que les problèmes écologiques doivent être résolus, car lui-seul permet l’efficacité sans laquelle toute action écologique ou sociale serait rapidement déconsidérée et abandonnée.

Epilogue

En conclusion, Jane Gleeson-White souligne l’importance très souvent sous-estimée de la comptabilité dans nos économies modernes. Elle rappelle à ce titre la solidité impressionnante de la comptabilité en partie double depuis son invention : « Our modern urge to measure everything dates back to the late Middle Ages. »[20]

Au final, on ne peut que souligner la grande puissance explicative de ce livre qui a fait son succès mérité dans le monde financier anglo-saxon. Incontestablement, c’est son interrogation sur la nature et la dynamique historique de la comptabilité qui lui donne cette puissance. Et même si on peut regretter son absence de prise en compte des travaux de Fourastié, tout comme sa relative méconnaissance des débats économiques théoriques du XXème siècle, on ne peut que faire l’éloge de ce travail original, intelligent, soutenu par une grande culture générale, qui conduit à décrire de façon très précise et réaliste les origines et le fonctionnement contemporain du capitalisme.


[1] Double Entry, How The Merchants of Venice Created Modern Finance, Jane Gleeson-White, Allen and Unwin, 2012, p.3.

[2] Ibid., p.8.

[3] Ibid., p.6.

[4] La comptabilité, Jean Fourastié, PUF, Collection Que sais-je ? 1943.

[5] Ibid., p.48.

[6] Ibid., p.89.

[7] Ibid., p.89.

[8] Ibid., p.108.

[9] Ibid., p.129.

[10] Ibid., p.131.

[11] Ibid., p.161.

[12] Ibid., p.162.

[13] Ibid., p.164.

[14] Ibid., p.167.

[15] Ibid., p.169.

[16] Ibid., p.170.

[17] Ibid., p.178.

[18] Ibid., p.198.

[19] Ibid., p.224.

[20] Ibid., p.251.

David Graeber et la dette ou la disparition de la Renaissance

L’ouvrage anthropologique qu’a écrit David Graeber sur la dette est une somme que les économistes ne peuvent pas ignorer, car il apporte des éclairages profonds et indispensables à la pensée économique, dans des domaines où elle peine souvent à décrire la réalité. Par sa connaissance encyclopédique, Graeber plonge au cœur du problème de la dette, qui correspond pour lui à l’histoire de la monnaie depuis les origines jusqu’à nos jours. S’il parvient avec succès à dégager des notions fondamentales, notamment pour la période qui va de l’invention de la monnaie jusqu’à la fin de l’Antiquité, en montrant notamment la tension permanente qui exista sur cette période entre monnaie de crédit et monnaie métallique, nous verrons en revanche que sa lecture de l’histoire de la monnaie n’est pas convaincante pour la période qui va de la fin du Moyen-Age à l’époque moderne. Graeber a une incapacité à voir l’évolution conceptuelle de la monnaie qui se produisit alors, à partir du nord de l’Italie, pendant cette période de l’histoire que les historiens nomment la pré-Renaissance. L’invention de la comptabilité en partie double, à ce moment-là, ainsi que les conséquences fondamentales que cette invention eût dans l’émergence de la banque et de la monnaie modernes, lui échappent entièrement et l’empêchent de comprendre l’histoire monétaire et financière moderne, qu’il a alors tendance à penser, de façon anachronique, avec les termes de l’Antiquité.

La montée en intensité de la violence, de la guerre, de l’esclavage semble alors lui servir à expliquer toutes les incohérences de sa théorie et de sa lecture de l’histoire. Et plus les origines pratiques du capitalisme et du système financier moderne lui échappent, plus il a tendance à décrire la montée de ces phénomènes comme les causes majeures de la naissance du capitalisme, alors qu’ils en sont au contraire l’une des conséquences.

C’est ce que nous allons voir en suivant le plan de son ouvrage.

Chapitre 1 : L’expérience de la confusion mentale

David Graeber commence son ouvrage par un constat : « la dette est et demeure le problème central de la politique internationale. Mais nul ne semble savoir exactement ce qu’elle est, ni comment la penser[1]. » Il ajoute : « La flexibilité de ce concept est le fondement de son pouvoir[2]. » et c’est pourquoi il lui semble fondamental d’en donner une définition claire qui élucide son mystère, ce à quoi son ouvrage est consacré.

Il montre que la dette est au cœur de la politique mondiale contemporaine, des relations économiques entre pays, puis il ajoute qu’elle était également au cœur des relations économiques et sociales dans l’Antiquité, affirmation qu’il démontrera avec brio tout au long de son livre. Ainsi, reprenant Moses Finley, il rappelle que toutes les révoltes antiques étaient basées sur les revendications de la redistribution des terres et de l’annulation des dettes. De la même façon, la gestion de la dette était centrale dans l’émergence des grandes religions du Moyen-Age, partout dans le monde.

La crise de 2008, à son tour, questionne la dette. Graeber insiste sur le fait que cette interrogation essentielle a tendance à être évacuée par les économistes qui affirment qu’il faut la réserver aux professionnels et que dans ce domaine le contrôle démocratique est une chose inconcevable. C’est pour combattre cette vision du monde que Graeber écrit son livre, et pour bien marquer le fait que cette crise marque un changement d’époque qui s’inscrit dans une histoire longue, remontant aux origines de l’écriture en Mésopotamie antique, il y a plus de 3000 ans avant notre ère. C’est cette histoire qu’il tâche d’écrire, afin de permettre l’élaboration d’institutions nouvelles protégeant l’humanité des dangers de la dette.

Chapitre 2 : le mythe du troc

Dans ce chapitre, Graeber s’attaque de façon très efficace à un mythe de l’histoire économique : celui selon lequel le troc aurait précédé la monnaie. A partir des nombreuses études qui ont été menées ces dernières décennies à propos des origines de la monnaie en Mésopotamie antique, il montre que c’est en fait la dette qui en est l’origine, comme l’attestent les nombreuses tablettes mésopotamiennes.

Graeber montre que le mythe du troc provient d’Adam Smith, qui l’emprunta lui-même à Aristote, mais que les anthropologues n’ont jamais pu trouver une société qui répondait à ce système dans la réalité. Au contraire, Graeber démontre que le troc est plutôt une caractéristique moderne qui apparaît quand le système monétaire s’effondre, comme cela fut le cas en Russie ou en Argentine ces dernières décennies. Pourtant ce mythe fonde en grande partie la science économique moderne, notamment la théorie classique, comme cela a été par la suite développé par Menger et Jevons de façon un peu plus affinée.

Dans des descriptions extrêmement intéressantes, Graeber montre que la traduction des tablettes cunéiformes mésopotamiennes, ainsi que des hiéroglyphes égyptiens, a permis de progresser dans la compréhension de l’histoire de la monnaie en remontant plusieurs millénaires avant notre ère. Il résulte de ces travaux que les systèmes de crédit ont précédé de plusieurs milliers d’années les pièces de monnaies. Ce fait est d’autant mieux documenté que l’essentiel des tablettes mésopotamiennes (telles que celles qu’on peut par exemple observer au musée du Louvre) sont en fait des documents financiers.

Graeber montre qu’à Sumer, vers 3 500 avant Jésus-Christ, de vastes complexes de temples et de palais, dotés de milliers de personnels : prêtres, travailleurs des ateliers industriels, etc. émergent. De nombreux agriculteurs ou bergers gravitent aussi autour de ces centres urbains, qui constituent de nombreuses Cités-Etats indépendantes. Les administrateurs de ces palais élaborent des systèmes comptables sophistiqués qui sont en fait les premières traces de l’apparition de l’écriture.

Dans ces systèmes comptables, des unités monétaires de base sont fixées par rapport aux rations de blé et servent au paiement des salaires ou aux transactions dans les temples. Un système de dettes nées à partir du fermage, des redevances, des prêts est ainsi géré par ces comptables de façon immatérielle, à partir de leur comptabilité, et non de pièces de monnaie, comme les travaux de Hudson et Mieroop l’ont démontré[3]. En reprenant les travaux sur l’origine de la monnaie d’un haut fonctionnaire et économiste anglais du début du 20e siècle : Mitchel Innes[4] [5], Graeber démontre que le crédit lui-même, utilisé par les marchands mésopotamiens, s’est transformé en monnaie en se mettant à circuler dans la comptabilité des marchands mésopotamiens.

L’utilisation des travaux sur la monnaie et le crédit de Mitchel Innes, qui fut largement oublié par la pensée monétaire au 20e siècle, est indéniablement très pertinente, et marque un progrès évident de la pensée monétaire. Les articles de Mitchel Innes, en effet, représentent une prise de conscience essentielle de la nature ambivalente de la créance, qui en circulant, peut se transformer en monnaie. C’est cela qui est au cœur de sa démonstration et qui lui permet de prouver que la créance (en l’occurrence la promesse de livraison d’une marchandise au temple) est en fait la véritable origine de la monnaie mésopotamienne, découverte qui fut faite par les comptables de ces temples. C’est donc à raison que Graeber utilise cet auteur pour abattre le mythe du troc comme origine de la monnaie, ce qui lui permet de prouver que dès l’origine, la monnaie est issue de la circulation de créances.

Cependant, si cette observation est juste et fondamentale, elle souffre dès le départ, dans le livre de Graeber comme dans les articles de Innes, d’un handicap classique dans la plupart des théories de la valeur : elle ne distingue pas nettement la monnaie réelle, en tant qu’instrument officiel possédant le pouvoir libératoire, des créances en circulation, qui possèdent un potentiel d’évolution vers la monnaie, mais en demeurent distinctes. Ce problème majeur, que je qualifie dans mes travaux de problème des différentes dimensions de la monnaie, n’est pas correctement perçu, ni par Graeber ni par Innes, ce qui confère à leurs théories une certaine infirmité, qui apparaîtra dans la suite des développements historiques de Graeber. En tout cas, un fait essentiel a été ici mis à jour : la monnaie est née de la circulation des créances dans la comptabilité des administrateurs sumériens en 3 500 avant notre ère.

Chapitre 3 Dettes primordiales

Le mythe du troc est donc déjà présent chez Adam Smith, qui prétendait créer une science nouvelle : l’économie. Pour Smith, comme plus tard pour Say ou Samuelson, la monnaie a d’ailleurs peu d’importance, c’est la notion de marché qui domine chez ces auteurs. C’est pourquoi ils évacuent le problème de la monnaie et de son origine avec le mythe du troc. Pour cette raison, la logique défendue par Mitchell Innes, c’est-à-dire « la théorie monétaire du crédit »[6], a été discréditée. Graeber montre que l’aspect central de cette théorie était que « une pièce de monnaie est bel et bien une reconnaissance de dette »[7]. On a vu que cela n’était pas vrai, même si la théorie de Innes, en insistant sur le potentiel de transformation en monnaie des créances qui circulent, est incontestablement plus réaliste que la théorie néo-classique. En effet, Innes ne parvient pas à distinguer correctement la monnaie réelle du crédit. C’est donc à tort que Graeber affirme, avec ce style parfois faussement dilettante, que : « une pièce d’or est en réalité une simple reconnaissance de dette : conceptuellement on a toujours du mal à faire rentrer cette idée dans les têtes.[8] ». On touche là aux limites du style de Graeber, comme l’a bien relevé David Cayla dans sa recension de l’ouvrage[9]. En effet, Graeber gagnerait à être plus mesuré s’agissant de l’analyse de problèmes théoriques très anciens qu’il reconnaît lui-même comme difficiles et irrésolus.

En faisant appel à la théorie chartaliste de Knapp et à sa Théorie étatique de la monnaie (1905), Graeber montre ensuite que c’est l’impôt et la dette publique qui permirent à l’Etat de récupérer à son profit le système des créances qui circulent comme une monnaie. Cette double explication est évidemment intéressante (et sans doute inspire-t-elle des projets comme ceux des minibots en Italie), mais elle fait cependant l’impasse sur la distinction entre monnaie réelle et créance, autrement dit sur la nature du pouvoir libératoire de la monnaie. En effet, l’impôt permet à l’Etat de donner une partie de ce pouvoir libératoire, puisque les agents peuvent utiliser comme une monnaie des créances qui sont acceptées en paiement des impôts. Mais cependant cela ne confère pas aux créances le pouvoir libératoire entre les agents privés, pouvoir qui définit une monnaie complète et la distingue alors des créances en comptabilité. On ne saurait trop insister sur le fait que la nature de cette distinction est toujours présente et est au fondement de la comptabilité en partie double. C’est en utilisant cette dernière dans les banques publiques, sur le modèle des banques privées, que les Etats se mirent à utiliser avec succès des systèmes de monnaie de crédit à leur profit à compter du 16e siècle. Mais de cette réalité, ne font état ni les théories de Mitchel Innes, ni celles de Knapp, ni celles de Graeber. Si les Etats avaient utilisés via la collecte de l’impôt des créances circulantes pour leur attribuer le pouvoir d’une monnaie, ils auraient alors été contraints de supprimer la monnaie à partir de laquelle ces créances étaient initialement émises, sauf à utiliser un système de monnaie parallèle. D’autre part, il aurait été nécessaire de distinguer cette monnaie de crédit des créances classiques qui auraient été émises à partir d’elle. En tout temps et en tout lieu, si un système de monnaie de crédit émerge, il est toujours indispensable de définir cette monnaie au plan comptable et de la distinguer des créances en lui attribuant un pouvoir libératoire. Or cette distinction est toujours présente dans la comptabilité en partie double, et c’est elle, plus encore que la collecte de l’impôt par l’Etat, qui fonde l’existence d’un système de monnaie de crédit efficace.

Les développements de Graeber affirmant que les Etats antiques faisaient rentrer des impôts pour faire circuler une monnaie est de ce point de vue anachronique, car une telle volonté n’aurait pas pu exister avec les conceptions de l’époque. Il y a tout lieu de penser que les Etats antiques considéraient au contraire l’impôt comme un simple moyen de collecter la monnaie dont ils constataient par ailleurs la circulation, monnaie qu’ils identifiaient à la richesse en soi, comme en attestent par exemple les écrits de Thucydide au 5e siècle avant notre ère[10].

De ce point de vue, l’analyse de Keynes, qu’il désignait lui-même sous le nom de « sa folie babylonienne »[11], apparaissent plus réalistes. Ainsi pour Keynes, la monnaie est la créature de l’Etat, mais l’Etat lui semble apparaître après coup. On ne peut que souscrire à cette version de l’histoire de la monnaie, que ce soit pour l’Antiquité ou à compter de la fin du Moyen-Age.

A la suite de ces analyses très intéressantes, touchant au cœur du problème de la définition de la monnaie, mais dont le résultat est insatisfaisant parce qu’incomplet, Graeber semble s’éloigner de cette problématique pour donner des définitions anthropologiques de la dette dans diverses sociétés anciennes où le commerce semble peu développé. On ne peut s’empêcher de penser que cette approche est un aveu d’échec. En effet, en se réfugiant dans des domaines purement anthropologiques qu’il maîtrise parfaitement, mais sans conséquences au point de vue de l’analyse logique de la monnaie, Graeber, à l’image de certains passages de l’œuvre de Orléan et Aglietta, semble s’embourber dans des développements qui obscurcissent la compréhension de la monnaie plutôt que de l’éclaircir. Paradoxalement, la dette, dont la définition n’a toujours pas été donnée correctement au plan comptable, puisqu’elle n’a pas été distinguée nettement de la monnaie, est ensuite présentée, via les théories de la dette primordiale, comme une sorte de Dieu occulte et terrifiant, corrompant depuis l’origine la vie des hommes. Ainsi décrit-t-il : « la dette paraît symboliser un sentiment général de souffrance intérieure, dont on demande aux dieux – en particulier Agni, qui représente le feu sacrificiel – d’être délivré »[12] , puis : « l’existence humaine est elle-même une sorte de dette »[13], ou encore : « notre dette à l’égard des dieux a toujours été, en réalité, une dette à l’égard de la société qui a fait de nous ce que nous sommes »[14].

Heureusement, Graeber prend ensuite ses distances avec ces théories dites de la dette primordiale, en affirmant qu’elles n’ont rien à dire sur les origines de la monnaie en Mésopotamie, ce qui semble vrai. Il montre alors que ce sont bien les créances, sous forme de promesses de marchandises, qui, en circulant dans la comptabilité des administrateurs des temples mésopotamiens, se sont progressivement transformées en monnaie. On peut néanmoins regretter la nature changeante des développements de Graeber, et le manque de structure de sa démonstration.

Chapitre 4 : Cruauté et rédemption

Ce chapitre semble répéter le schéma du précédent, comme si Graeber tentait un nouvel assaut pour définir la monnaie et la dette, pour en vaincre l’ambivalence. Puis, face à un nouvel échec, il se réfugie à nouveau dans des développement philosophiques généraux sur la nature du christianisme, du judaïsme et la pensée de Nietzsche sur la culpabilité, qui sont en soi intéressants mais n’apportent rien à la définition du problème et semblent être là pour masquer une difficulté théorique.

Ainsi comme Aglietta et Orléan avant lui, Graeber se trouve face à l’ambivalence de la monnaie, qui est en fait l’ambivalence de la créance, distincte de la monnaie elle-même, mais il ne parvient pas à la définir convenablement. Il comprend que la monnaie peut naître de la circulation des créances, et en apporte de nombreux exemples, comme les boutiquiers anglais du 17e siècle. Il montre que beaucoup de monnaies viennent du crédit et finit par conclure de façon erronée sur l’instabilité de la nature de la monnaie : « la monnaie est donc presque toujours quelque chose qui oscille entre une marchandise et une reconnaissance de dette. »[15]

Il distingue mal les trois formes irréductibles de la valeur, définies par la comptabilité : monnaie réelle, créance, marchandise. Mais la monnaie n’est pas du tout à la fois de la monnaie et de la marchandise, comptablement les deux sont toujours distinctes. En revanche, il ne perçoit pas l’instabilité de la créance elle-même, dont la nature peut évoluer vers la forme monétaire si elle circule. Aussi sa définition de la monnaie comme « une fracture »[16] indique à la fois sa conscience de la nature ambivalente des créances et son incapacité à la définir correctement, exactement comme Aglietta et Orléan.

Dans ces conditions, les développements philosophico-religieux à partir de la pensée de Nietzsche sur le christianisme, la culpabilité, et le judaïsme semblent être des dérivatifs quelque peu oiseux et hors sujet. L’analyse du jubilé biblique, c’est-à-dire l’annulation des dettes chez les Juifs antiques est déjà plus intéressante, et explique sans doute une grande partie de l’attrait que les religions antiques ont pu exercer sur les masses de paysans pauvres à la fin de l’Antiquité. Graeber montre ici que naît au sein du peuple juif biblique une notion de fraternité qui empêche l’asservissement pour dette entre membres d’un même peuple, notion qui fera également la puissance d’attraction du christianisme et de l’Islam.

Chapitre 5 : bref traité sur les fondements moraux des relations économiques

Dans ce chapitre aux considérations très anthropologiques, Graeber montre que l’échange a pour seul ressort l’équivalence. Il montre que le don aussi doit être fait à un égal, et c’est pourquoi, par exemple, les monarques craignent les cadeaux. Il montre que d’autres formes de relations sont plutôt hiérarchiques, comme le don répété à un supérieur qui devient vite un impôt.

La dette pour sa part, implique la reconnaissance d’un certain rapport d’égalité qui peut être entièrement recouvré quand la dette est payée, mais aussi d’un rapport inégal tant qu’elle n’est pas éteinte. Toute sa nature juridique réside dans ce rapport.

Chapitre 6 : jeux avec le sexe et la mort

Ici, Graeber distingue les économies de marché, où l’échange domine, des économies humaines où la hiérarchie domine. Historiquement, il insiste sur le fait que les économies humaines ont dominé. Il s’interroge alors sur la nature de la dette dans ces économies humaines.

Il montre alors qu’initialement, selon Rospabé, la dette était un moyen de reconnaître l’existence de dettes impossibles à rembourser, comme l’achat d’une femme pour se marier. Pour ce type d’économie humaine, la vie humaine est un absolu sans équivalent. C’est l’introduction de la violence dans ces économies humaines qui pouvaient faire déraper ces réseaux de dettes vers autres choses, comme dans le cas de l’apparition de l’esclavage en Afrique. Il montre bien que la traite esclavagiste était : « un gigantesque réseau d’accords de crédit »[17] mais sans faire le lien avec l’expansion du commerce capitalistique à cette époque, notion qu’il a du mal à saisir en raison de son incompréhension de la monnaie de crédit moderne et de son ignorance de la comptabilité en partie double. Aussi pour Graeber, seule la violence permet le passage d’une économie humaine à une économie de marché, mais il ne voit pas que la force organisationnelle qui permet à ce système marchand de se déployer est le capitalisme, c’est-à-dire un système d’accumulation d’un type nouveau, basé sur l’expansion de la monnaie de crédit et la réduction de toute chose à la notion de profit, et dont l’invention de la comptabilité en partie double, au 14e siècle, a permis la naissance. Il ne parvient pas à expliquer cette rupture, si ce n’est par un excès de violence dont se seraient rendues coupables les civilisations où le capitalisme est né, ce qui le conduit à jeter l’opprobre de façon abusive sur la civilisation de l’Europe occidentale, dès lors considérée comme incomparablement plus violente que les autres.

Chapitre 7 : honneur et avilissement

Dans ce chapitre Graeber revient sur l’importance de l’esclavage dans l’émergence des marchés. Il affirme que l’honneur est un concept qui synthétise beaucoup de problèmes fondamentaux. La monnaie, dans beaucoup de sociétés anciennes, semble donc être un moyen de mesurer l’honneur et l’avilissement. En se basant sur l’analyse des « codes barbares », et notamment ceux de l’Irlande, très bien conservés, il montre l’importance de l’honneur dans ces économies humaines. L’honneur est considéré comme un poids social, une capacité à protéger qui peut se mesurer en monnaie, notamment au moment de régler une querelle en justice. Ainsi le prix à payer pour dédommager un roi ou un poète est maximal, puis diminue en fonction de l’importance sociale de la personne.

Graeber montre ensuite que c’est l’utilisation de la monnaie pour payer autre chose que des dettes d’honneur qui crée une crise morale dans les économies humaines. Il affirme que ce passage est à l’origine du patriarcat de type biblique. Il montre que les sociétés les plus anciennes, comme à Sumer en -3 000 ou en – 2 500 donnaient bien plus de place sociale aux femmes que les sociétés antiques qui lui succédèrent. Cette évolution se retrouve d’ailleurs en Inde ou en Chine. Selon certains auteurs, c’est donc la montée de la guerre et de l’Etat central qui provoqua l’avènement du patriarcat. Graeber précise que : « le patriarcat est né d’abord et avant tout du rejet des grandes civilisations urbaines, au nom d’une forme de pureté »[18] par les petits paysans qui entouraient ces civilisations urbaines et souffraient de leur emprise. L’Ancien Testament témoigne de ces flux et reflux des paysans vers les villes, qui constituaient largement une révolte contre la marchandisation de toute chose, et notamment de leurs femmes et de leurs filles. Les paysans se révoltaient contre cette marchandisation en restaurant l’autorité du père.

Graeber souligne avec pertinence que tous les grands livres religieux témoignent de cette rébellion contre la ville et le marchand et de cette misogynie. Le mythe de la prostitution à Babylone, est par exemple très présent dans l’Apocalypse de Jean qui referme le Nouveau Testament. Il exprime bien « la colère millénaire des pères pauvres de l’Antiquité »[19].

En s’appuyant sur les travaux de Gerda Lerner, il montre en effet que l’esclavage pour dettes des petits paysans conduisit bien souvent à la prostitution des femmes, comme au 2e millénaire avant J.-C. Il montre que c’est d’ailleurs à cette époque qu’apparaît le voilement des femmes pour distinguer celles qui sont échangeables contre de la monnaie de celles qui ne le sont pas. Il explique de façon très convaincante que la liberté des femmes fut alors prise entre le marché et le développement collatéral du patriarcat religieux.

Il s’intéresse ensuite à la Grèce antique, cas unique dans l’histoire puisqu’on peut y observer, dans la littérature, le passage d’une économie humaine à une économie commerciale.

Ainsi, dans le monde des épopées d’Homère, on ne s’occupe pas de monnaie, mais de guerre et d’honneur, nous sommes encore dans une économie humaine. Au contraire dès le 5e siècle avant notre ère, les très nombreux auteurs grecs sont obnubilés par la monnaie, à un moment où l’esclavage et la colonisation se développent, ce qui montre, d’après Graeber, le lien qui existe entre les deux.

Il montre ensuite qu’à Rome, la conception de la propriété du droit romain est directement issue de l’esclavage, ce qui pour lui va avoir une influence très négative sur la pensée des fondateurs de la science économique comme Adam Smith.

On voit dans ces développements sa focalisation intense sur la violence et l’esclavage, qui sont souvent utilisés dans son livre, mais de façon abusive, pour expliquer les faits que sa théorie de la dette et de la monnaie ne parvient pas à expliquer. Comme nous le verrons, Graeber place souvent l’esclavage à la source du développement capitaliste, alors qu’il en est bien davantage la conséquence, le produit de l’extension du calcul du profit à toute chose, y compris à la vie humaine elle-même. Cela s’explique par la puissance nouvelle que l’invention de la comptabilité en partie double donna à ce concept de profit à compter du 14è siècle, évolution que méconnaît entièrement David Graeber.

De façon significative, il conclut ces quatre premiers chapitres, pourtant passionnants à plusieurs titres, en déclarant que « nous ne savons pas vraiment comment penser la dette »[20], et cela sonne, au moins partiellement, comme un aveu d’échec.

Chapitre 8 : Crédit contre lingot

A partir de ce court mais important chapitre, David Graeber semble revenir au cœur du sujet de l’articulation de la dette et de la monnaie, et ses démonstrations se font plus insistantes et plus pertinentes, alors qu’il semblait seulement tenter des escarmouches dans les chapitres précédents pour aborder ce sujet difficile. Dans ce chapitre figure ainsi la présentation synthétique de son modèle interprétatif de l’histoire de la monnaie, qui pour lui est une alternance cyclique entre des périodes d’utilisation de la monnaie de crédit (sous forme immatérielle), et d’autre périodes de fétichisation de la monnaie et ainsi de retour aux systèmes de monnaies métalliques. 5 périodes scandent ainsi l’histoire de la monnaie des origines jusqu’à nos jours : la période des Empires agraires où la monnaie de crédit est inventée et utilisée (-3 500 à -800), la période de l’âge axial où la monnaie métallique s’impose (-800 à 600 ap. J.-C.), le Moyen-Age où l’on revient selon lui à la monnaie de crédit virtuelle (600 à 1450), l’âge des grands empires capitalistes qui voit le retour à la monnaie métallique (1450 à 1971), et enfin la période contemporaine (de 1971 à aujourd’hui), marqué par un retour à la monnaie virtuelle de crédit.

Les chapitres suivants développent ce modèle interprétatif et les différentes périodes évoquées, mais on peut d’ores et déjà noter que si ce modèle est très convainquant pour l’Antiquité (c’est-à-dire les deux premières périodes évoquées), il l’est nettement moins à partir du Moyen-Age, où Graeber semble incapable de percevoir les évolutions conceptuelles et économiques nouvelles et fondamentales qui se produisent en Italie, et qui sont marquées par l’invention de la comptabilité en partie double, par l’épanouissement de la Renaissance, et par le démarrage du processus d’accumulation capitaliste au sens moderne.

Chapitre 9 : l’âge axial

Ce chapitre est certainement l’un de ceux où le travail de Graeber est le plus convainquant et le plus pertinent. En reprenant la notion d’âge axial qu’il emprunte au philosophe et psychiatre Karl Jaspers, Graeber montre que cette période de l’histoire mondiale, marquée par la constitution de grands empires antiques, correspond au passage à l’utilisation d’une monnaie métallique en lieu et place de la monnaie de crédit inventée par les Mésopotamiens. C’est en Lydie, en Grèce antique aux alentours du 5e siècle avant J.-C. que la monnaie métallique, sous forme de pièces de monnaies, apparaît dans l’histoire comme un moyen de paiement courant. Graeber montre que les Etats utilisèrent ces pièces de monnaie pour payer des mercenaires qu’ils utilisaient pour la guerre.

De façon très convaincante, il explique que les grands Etats antiques, que ce soit à Athènes ou à Rome, distribuaient par leurs dépenses la monnaie puis en récupéraient une partie par l’impôt, garantissant ainsi l’existence d’un marché monétaire. Pour Graeber, le fondement de ce système est l’esclavage, qui permettait à la fois l’extraction des métaux précieux nécessaires à l’émission de la monnaie et l’accaparation de plus grandes parts du revenu par l’aristocratie et par l’Etat. Il prend l’exemple d’Alexandre et montre qu’en annexant la Mésopotamie, celui-ci mit fin au système de monnaie de crédit qui y avait encore cours pour le remplacer par son système de monnaie métallique étatique.

L’opposition qu’il introduit entre monnaie de crédit et monnaie métallique liée à l’Etat est donc très pertinente, car les grands Etats antiques qui se développèrent partout dans le monde utilisaient à la fois la monnaie métallique, l’esclavage et la guerre comme outils d’accaparation de revenus nouveaux. On voit donc grâce à cette description que la monnaie métallique de ces grands Etats n’était pas très élaborée, et reposait sur l’accaparation toujours plus grandes de revenus existants, par la guerre et l’esclavage. C’est en cela que le système de monnaie de crédit du Moyen-Age marquera une rupture, puisqu’il sera un système de stimulation du profit et de la productivité, même si Graeber n’en est pas conscient. Les grands Etats antiques eux-mêmes ne connurent-ils aucun accroissement de la productivité, comme Graeber le pense, au cours de leur histoire ? C’est là sans doute en partie le fruit d’une illusion, même s’il est plus difficile de le démontrer que pour la période moderne.

La description que fait Graeber de cette période antique et de sa dynamique économique est de toute façon très stimulante. Il montre que la vie politique et économique à Rome comme à Athènes, était marquée par la lutte entre les plébéiens et les aristocrates et que la dette, comme la propriété terrienne, étaient au cœur de cette lutte.

La tension à propos du statut de la plèbe à Rome, entre celui de l’esclave ou du petit paysan libre, était centrale, et souvent résolue par la guerre à l’extérieur. La dynamique de la dette, en l’absence de systèmes d’annulation des dettes, conduisait bien souvent à la mise en esclavage des paysans libres que dénoncèrent par exemple les Pères de l’Eglise, qui s’appuyèrent sur ces injustices pour imposer la religion chrétienne comme le recours du peuple, en particulier du fait de sa règlementation du prêt à intérêt.

De façon très stimulante, Graeber montre ensuite que cette situation fut à peu près la même en Inde, où le bouddhisme put s’imposer au sein des crises sociales d’un grand empire utilisant les monnaies métalliques (même si le bouddhisme fut une des seules religions à ne pas condamner l’usure) autour du 2e siècle avant J.-C.

En Chine, les grands mouvements religieux apparurent quasiment dans les mêmes conditions qu’en Europe, avec un même moteur social et anti-esclavagiste.

Graeber montre ensuite que ces systèmes de monnaie métallique entraînaient un état d’esprit nouveau, plus matérialistes, qui se traduisait dans l’émergence de nombreuses philosophies antiques, qui nous paraissent aujourd’hui encore très actuelles.

Mais d’autre part, Graeber procède à une défense des grands mouvements religieux antiques, auxquels on sent qu’il est attaché, alors qu’il note qu’ils sont souvent attaqués par les grandes pensées révolutionnaires. Il montre que ceux-ci, en apparaissant en opposition aux dysfonctionnements et aux dynamiques sociales violemment injustes des grands empires antiques, ont permis de réduire la brutalité et la fréquence des guerres, de mettre fin à l’esclavage, et de contrôler le système de la dette. Cette interprétation permet en effet de bien comprendre la diffusion massive des grandes religions dans l’Antiquité, et même, sans doute, les évolutions financières ultérieures.

Chapitre 10 et 11 : Le Moyen-Age et l’âge des grands empires capitalistes

C’est au moment d’aborder l’histoire du Moyen-Age en Europe, qu’apparaissent les limites très profondes de la théorie monétaire de David Graeber. En effet, la spécificité et l’importance de ce qui se joue alors dans le nord de l’Italie, à l’orée de ces 13e et 14e siècles qui préparent l’apparition de la Renaissance, semble lui échapper entièrement.

La disparition de la Renaissance

L’Italie de cette période semble laisser indifférent l’anthropologue, qui n’y voit apparemment rien de nouveau, rien de spécifique, rien de central dans l’évolution économique et culturelle du monde. Cela est proprement stupéfiant pour un ouvrage traitant de l’histoire de la dette et de la monnaie, puisque c’est précisément à cette période et en ce lieu que naît alors la technique qui permet de définir ces concepts jusqu’à nos jours : la comptabilité en partie double. De cette invention, qui fut mise au point en plusieurs étapes successives de 1210 à 1340 dans différentes villes d’Italie, de son expansion exceptionnelle jusqu’à nos jours dans tous les pays et toutes les entreprises du monde, du rôle essentiel qu’elle joua dans l’émergence de la banque moderne et des premières banques publiques au XVIe siècle, l’auteur ne dit pas un seul mot.

Ce faisant, il occulte totalement les transformations essentielles qui allaient se produire dans la gestion du crédit et la définition de la monnaie, transformations qui conduisirent en fait à la naissance d’un nouveau système monétaire, plus efficace et plus précis qu’aucun autres dans le passé, et qui fournirait à ceux qui l’utiliseraient un avantage économique tel qu’il assurerait pour longtemps leur supériorité sur leurs concurrents. Ce nouveau système financier, comme de nombreux historiens l’ont vu, sans pour autant maîtriser plus que Graeber les principes de la comptabilité, allait en fait permettre la mise en place d’un nouveau mode de production dont la fin du Moyen-Age italien marquait le véritable acte de naissance : le capitalisme.

En effet, la comptabilité en partie double transforma profondément le fonctionnement des systèmes de crédit tels qu’ils existaient jusqu’à elle, et tels que Graeber les a très bien décrits. Grâce à aux trois grandes innovations, qui, unies les unes aux autres, permirent son invention, la comptabilité en partie double permit une définition de la valeur (et non une théorie de la valeur) dont la justesse et la précision donnèrent à ceux qui l’utilisaient une puissance organisatrice inégalée et inconnue jusqu’alors.

Chacune de ces trois innovations possédaient des avantages spécifiques. La première de ces innovations fut l’invention des comptes en T, qui permettaient la circulation rapide des créances dans la comptabilité des banques et qui fut peut-être mise au point dans le monde arabe[21]. La seconde innovation fut l’inversion du signe de la caisse qui permit d’unir les comptes de caisse c’est-à-dire d’argent liquide, réel, officiel aux comptes de créances avec la même rapidité et la même efficacité d’écriture. Cette unification permit en même temps de distinguer de façon très précise la monnaie réelle des créances, distinction dont la difficulté est à l’origine d’innombrables erreurs théoriques chez les économistes, erreurs dont les entreprises qui utilisent la comptabilité en partie double sont inconsciemment prémunies. La troisième innovation fut l’invention du concept moderne de profit, qui résulta de l’unification des comptes de marchandises à ce système d’écritures rapides.

De ces trois innovations, résultèrent une technique qui permettait d’articuler précisément et rapidement les créances, la monnaie et le profit dans un système automatisé et facile d’utilisation. Ces caractéristiques eurent des conséquences incalculables sur l’histoire de la monnaie, parce qu’elles permettaient aux commerçants qui utilisaient la comptabilité en partie double de gérer avec rapidité et efficacité un système de crédit basé sur le calcul rationnel du profit. Cela était absolument nouveau, on ne saurait trop insister sur ce point. Le calcul rationnel et rapide du profit, en effet, est la conséquence de la comptabilité en partie double et n’existait pas avant elle, et son application à des sphères toujours plus larges du monde physique correspond exactement à la diffusion et à l’expansion de cette technique. Le profit est à l’origine de toute la logique du capitalisme et de sa dynamique. Surtout, il fut à l’origine de l’émergence d’un nouveau système de crédit, que permettait tout à la fois l’interdiction rigoureux du prêt à intérêt par l’Eglise, et l’existence nouvelle de la comptabilité en partie double. A partir de cette invention, en effet, il fut possible de faire émerger un système monétaire à partir de l’émission de créances, dont l’existence était toujours contrainte par l’existence de profits pour les financer. Autrement dit, l’émission de nouvelles créances conduisait à une recherche rationnelle du profit, et réciproquement, le financement de ces profits était permis par l’émission et la circulation de nouvelles créances qui étaient matérialisées par les célèbres lettres de change qui s’échangèrent en masse dans les foires européennes à compter de cette époque. A travers l’invention de cette technique commerciale supérieure à toutes celles qui l’avaient précédées, c’est donc en fait à la naissance du capitalisme lui-même à laquelle on assista. Il est important de noter que ce phénomène d’accumulation rationnel et froid résultait du fait que la logique de la comptabilité en partie double et de sa notion de profit peut s’appliquer à toute chose, à toute marchandise, et c’est la raison pour laquelle son expansion correspond à un processus de marchandisation et de transformation en monnaie du monde entier qui définit, en quelque sorte, la dynamique du capitalisme.

Tout cela ne pouvait fonctionner qu’en raison de la précision dans les définitions du crédit, de la monnaie et du profit que fournissait la comptabilité en partie double. Cette précision faisait que le système de monnaie de crédit né des lettres de change des marchands-banquiers italiens, qui ne fit que croître au cours des siècles, était un système de nature différente et beaucoup plus efficace que les systèmes de monnaie de crédit de l’Antiquité et de la première partie du Moyen-Age. En effet, son lien avec le calcul rationnel du profit assurait son développement conjoint avec celui-ci, dans une logique d’auto-génération que ne connaissaient absolument pas les systèmes de crédit passés, ce qui les limitaient dans leur développement, tout en empêchant la stimulation du profit que permit le système italien. Il y eut en Italie au 14e siècle une logique financière nouvelle qui était bien celle de l’accumulation capitalistique, et que ne connurent jamais sous cette forme ni les sociétés marchandes de Mésopotamie et du monde islamique, ni les grands Etats antiques de la méditerranée, ni ceux de l’Asie au Moyen-Age. A partir de cette époque, et seulement à partir de là, la monnaie fut un système de crédit associé à un calcul rationnel du profit, ce qui garantissait son lien avec la production et donc le développement de celle-ci.

En Mésopotamie antique, dans le monde islamique, dans toutes les sociétés marchandes dont Graeber décrit bien l’utilisation de monnaies de crédit, ce calcul rationnel du profit manquait et limitait profondément l’expansion du système de la monnaie de crédit et de la production. En effet, le calcul du profit devait être lent, incomplet, chaque jour répété et surtout insuffisamment lié à l’émission de crédits nouveaux.  Le lien logique entre profit et créances en circulation n’existait tout simplement pas, ou alors de façon sporadique, lente, non systématique. Cette absence de conception correcte et systématique du profit de la créance et de la monnaie empêchait donc tout développement massif du crédit dans ces économies marchandes.

D’autre part dans les grands Etats antiques ou médiévaux qui, comme Graeber l’a admirablement démontré, utilisaient la monnaie métallique parce qu’ils en assuraient seuls la gestion et la répartition, le problème du lien avec la production et donc de l’émergence de l’inflation devait inévitablement se poser, et c’est là sans doute la raison pour laquelle dans ces grands Etats la monnaie tendait à devenir les métaux précieux eux-mêmes, parce qu’ils étaient les seuls par lesquels ces grands Etats étaient contraints. Cette situation correspondait donc d’une certaine façon à une dégradation de la monnaie au niveau d’une simple marchandise. Cette absence de bonne gestion d’un système monétaire immatériel et rationnel est sans aucun doute une faiblesse centrale de ces Etats, qui fut peut-être l’une des raisons de leur chute, et Graeber décrit parfaitement bien pourquoi.

Le système de monnaie de crédit que permettait de gérer la comptabilité en partie double était donc bien différent de ces deux cas antiques, et il leur était supérieur, puisqu’il permettait la croissance conjointe d’une monnaie immatérielle avec la production. Ce système représente donc une innovation majeure et une rupture fondamentale dans l’histoire de la monnaie, qui conduira, plusieurs siècles après, à l’invention des banques centrales nationales qui le réutilisèrent au profit des Etats eux-mêmes. Au prix de nombreuses crises monétaires et financières, ce système conduira néanmoins à la mise en place de notre conception actuelle de la monnaie comme un système basé sur le crédit et le profit privé mais garanti et régulé par l’Etat, et à ce titre il est essentiel de comprendre que nos conceptions de la monnaie dérivent pour l’essentiel de la définition de la valeur donnée par la comptabilité en partie double à partir du 14e siècle.

De cette rupture capitale de l’histoire de la monnaie, Graeber n’est absolument pas conscient, et il applique avec une obstination butée les conceptions antiques de la monnaie à l’époque moderne, en ignorant allègrement, voire en refoulant grossièrement, les transformations économiques considérables qui sont la conséquence de cet évènement. A compter du 14e siècle italien, en effet, l’histoire de la monnaie change d’axe, et les conceptions antiques perdent leur pouvoir explicatif là où le capitalisme se développe, c’est-à-dire en premier lieu dans le nord de l’Italie.

Une fois ce constat fait, reste à savoir pourquoi l’invention de la comptabilité en partie double s’est produite en Italie à cette époque et pas ailleurs et en un autre temps. Certes, l’interdiction rigoureuse du prêt à intérêt par l’Eglise joua un très grand rôle parce qu’elle conduisit les marchands italiens à développer la circulation des créances et donc leur technique de gestion, ce qui déboucha sur l’invention de la partie double. Mais d’autres civilisations interdisaient également le prêt à intérêt, comme le montre très bien Graeber dans la première partie de son livre. C’était déjà le cas de l’Israël antique, mais aussi de la Chine, de l’Orient orthodoxe et enfin du monde musulman. Le Maghreb islamique offre à cet égard une comparaison particulièrement intéressante avec l’Italie parce que les conditions économiques et culturelles étaient comparables à celles de l’Italie. La situation géographique donnait une grande importance au commerce, le prêt à intérêt était également interdit ou du moins fortement régulé par le Coran, la vie intellectuelle était riche et permettait le dialogue et une certaine assimilation du leg intellectuel des Grecs et des Romains. On peut même dire que le monde islamique a largement préparé l’invention de la comptabilité en partie double à travers l’invention des lettres de change elles-mêmes, des chiffres arabes dont l’utilisation en partie double est primordiale et interviendra aux alentours du 14e siècle en Italie, et peut-être de l’invention des comptes en T. Mais cependant, cette évolution très proche de l’évolution italienne ne permit pas de franchir le cap décisif de l’invention de la partie double.

Car c’est bien en Italie aux 13e et 14e siècles que cette invention, qui fut en fait un progrès considérable de la pensée humaine, naquit, au sein d’une civilisation brillante qui préparait l’éclosion de la Renaissance. Dans son Histoire de l’Italie, l’historien Pierre Milza décrit par exemple cette civilisation. En convoquant les analyses de Fernand Braudel, Jules Michelet ou Lucien Febvre, il montre à quel point la Renaissance elle-même tire son origine de cette époque :

Arrêtons-nous un instant sur cette thèse de Michelet, telle que l’expose le biographe de Luther : « Il y avait dans l’Europe du XVe siècle, un pays privilégié. Un pays béni, en avance de deux siècles sur les plus avancés de ses voisins. Ce pays, c’était l’Italie.

De tous ses voisins, le plus avancé encore, c’était la France. Mais qu’elle l’était peu, au regard de l’Italie ! Michelet chiffre ce retard avec précision. La France, au seuil du XVIe siècle, en était encore au XIVe. Sauf pour le matériel de la guerre, pour l’artillerie de campagne, l’armement : pour tout le reste, elle avait plus d’un siècle de retard sur une Italie qui, profondément mûrie par ses souffrances mêmes, ses factions, ses révolutions, était déjà en plein XVIe siècle. Et même au-delà par ses grands prophètes : Léonard de Vinci et Michel-Ange . »

N’est-ce pas reconnaître qu’au moment où Charles VIII franchit les Alpes avec son armée pour fondre sur la proie italienne, celle-ci a depuis longtemps quitté ce que nous appelons, faute de mieux, le « Moyen-Age » ? Braudel n’est pas loin de l’admettre : « J’aime écrit-il, la hardiesse d’Armando Sapori, faisant débuter la vraie Renaissance dès le XIIe siècle. S’il y consentait, nous remonterions jusqu’à l’an mille et ce serait encore plus net. » Et d’ajouter que « la grande nécessité est de voir le déploiement de la Renaissance selon la très longue durée, ce qui revient à ne la séparer ni de ses racines médiévales (et certes il y eut un humanisme médiéval), ni de ses prolongements modernes »[22].

Pierre Milza rappelle ensuite que selon lui c’est bien à la fin du 14e siècle que le mouvement intellectuel protéiforme que l’on appelle la Renaissance prend sa source et commence à éclore, même de façon fragile et limitée à certaines villes italiennes :

La Renaissance perçue comme un choc, comme le heurt de deux sociétés qui ne sont pas du même âge, « quand il y en a une qui jouit de tous les raffinements de l’âge mûr et l’autre qui en est toujours aux grossièretés de l’enfance », voilà une interprétation qui peut parfaitement s’appliquer à la France du premier XVIe siècle. Mais l’Italie ? Sans remonter à l’an mille, ni même au XIIe siècle, il faut bien admettre que si rupture il y a avec le vieux monde médiéval, si la Renaissance est bien la promotion de l’humain – l’homme se voyant désormais au centre du monde –, c’est à la charnière du Trecento et du Quattrocento que se situent les premières manifestations d’une modernité qui affecte en premier lieu le domaine, jusqu’alors monopolisé par les clercs, de l’écriture et de la pensée[23].

Pierre Milza décrit ensuite le renouveau littéraire, le premier humanisme, que ces siècles ont vu naître à l’Université et parmi les intellectuels italiens en général :

C’est pourtant en plein « Moyen-Age », avant même que ne surgissent les grandes calamités du XIVe siècle, que se manifestent les premiers signes d’un renouveau de la pensée et des lettres. Déjà nous l’avons vu, durant les décennies qui vont de 1220 à 1270, le monde savant et itinérant des maîtres de l’Université a donné naissance à ce que d’aucuns considèrent comme un « premier humanisme », synthèse de la foi et de la raison. Son terrain de prédilection : la théologie et la philosophie. La source de son inspiration : les textes de l’Antiquité classique, étudiés, disséqués, commentés par des clercs érudits et ouverts à l’innovation. Son modèle : Aristote, érigé en maître à penser dont on s’applique à concilier la logique avec les impératifs et les certitudes du dogme chrétien. Tout cela pour aboutir au triomphe de la scolastique, que peu de lettrés se risquent encore à considérer comme une pure gymnastique verbale. Y compris un esprit aussi novateur que l’auteur de la Divine Comédie. Poète de génie, Dante fut également un savant, formé à la pensée d’Aristote et de Thomas d’Aquin. On a relevé dans certains passages de son œuvre des similitudes avec certains cours professés à Florence par un disciple de ce dernier. Humaniste, Dante l’est assurément par le rapport qu’il entretien avec l’Antiquité, par le souci qu’il a de faire conjuguer son destin personnel avec la condition de l’homme, mais il l’est surtout par la puissance, le lyrisme, le pathétique, le jaillissement d’images qui émanent de sa poésie[24].

Milza décrit aussi l’embrasement artistique des Trecento et Quattrocento, qui symbolise bien également le passage d’un monde à un autre préparant la Renaissance :

Dante, Pétrarque, Boccace, Giotto, Giovanni Pisano, Duccio, Simone Martini, voilà une série de noms illustres qui, couplés avec ceux des pionniers de l’humanisme, constitue une première fournée d’« hommes de la Renaissance ». C’est dire que l’Italie a vu surgir, dès la fin du XIIIe siècle, et dans la première moitié du siècle suivant, une espèce nouvelle d’intellectuels, de savants, d’artistes qui évoluent déjà entre deux époques : un pied dans le Moyen-Age, un autre au seuil des « Temps Modernes ». Un regard tourné vers la Cité de Dieu, l’autre déjà pointé sur la terre des hommes. Certes, l’épanouissement de l’art profane n’a pas entraîné la disparition de l’art sacré. Le XIVe siècle reste profondément religieux. La construction et l’embellissement d’édifices voués au culte ou à l’accueil des clercs mobilisent toujours d’importantes légions d’architectes, de sculpteurs, de peintres, d’orfèvres, etc. Mais ce sont la plupart du temps ces mêmes artistes qui construisent et décorent les résidences des princes et des oligarques, les palais communaux et autres monuments publics édifiés à la mesure de l’homme.

C’est à bien des égards cette présence grandissante de l’élément humain qui caractérise l’art de la Renaissance italienne. Non seulement les commandes et les réalisations d’œuvres à caractère profane se font plus nombreuses, mais les sujets religieux se trouvent eux-mêmes gagnés par l’esprit nouveau. L’homme avec ses sentiments, ses aspirations, sa grandeur ou ses faiblesses passe au premier plan. L’architecture se conforme à l’image qu’il se fait d’un monde dont il est le centre. Là où régnait – moins qu’en Occident il est vrai – l’élévation à l’infini des lignes verticales, s’impose, avec le retour à l’antique, jamais complètement oublié en Italie, l’harmonieuse répartition des volumes solidement ancrés sur le sol et conçus à la dimension des mortels. Les sculpteurs et les peintres font entrer dans la représentation de la figure humaine, qui est au cœur de leur ouvrage, aussi bien des préoccupations réalistes que le souci d’exprimer une beauté idéale, telle que la concevaient les Anciens. Dans les deux cas, l’humain fait au moins équilibre au divin dans le regard porté sur la Création[25].

On voit dans ces extraits à quel point le temps de l’invention de la comptabilité en partie double était un temps d’intense création artistique et scientifique. C’était une époque charnière, entre le Moyen-Age et la Renaissance qui permit le basculement dans une conception philosophique nouvelle de l’homme qui est largement la nôtre encore aujourd’hui.

Au reste, les innovations qui permirent la mise au point de la comptabilité en partie double par les commerçants italiens requéraient un état d’esprit bien particulier. Pour les réaliser, il fallait tout à la fois un apprentissage des coutumes comptables anciennes, apprises des prédécesseurs, et appliquées rigoureusement, qui ne pouvaient se rencontrer que chez des êtres travailleurs et besogneux, tels que l’étaient les commerçants de l’Italie de l’époque. Il fallait donc un certain conformisme, une certaine soumission sans discussion aux principes commerciaux et aux valeurs morales hérités des anciens, qualités qui se rencontrent difficilement chez les hommes à la mentalité plus modernes, qui recherchent immédiatement l’émancipation et les activités qui semblent pouvoir la procurer rapidement. Sans une telle études des coutumes, des réformes trop radicales auraient pu facilement déséquilibrer la comptabilité et de ce fait s’évanouir rapidement. De plus il fallait respecter les interdits très précis de l’Eglise catholique sur le prêt à intérêt pour découvrir toutes les possibilités des créances elles-mêmes si on les associait au profit. Mais d’autre part, la connaissance et l’application mécanique de ces principes comptables devaient se doubler d’une profonde aspiration à les faire évoluer dans un sens plus rationnel, plus efficace, plus logique, en un mot plus scientifique, pour pouvoir faire franchir à la comptabilité le cap décisif de la partie double. Il fallait pour cela un état d’esprit d’homme moderne, c’est-à-dire une culture générale et un individualisme qui se rencontrent justement chez ces comptables du fait de leur environnement social. « Les comptables de l’époque héroïque[26] » comme les nomme Jean Fourastié, le meilleur théoricien de cette technique, possédaient (comme Fourastié lui-même au XXe siècle d’ailleurs) cette mentalité d’entre-deux mondes. Les réformes anonymes mais fondamentales de la comptabilité aux 13e et 14e siècles en Italie sont imprégnées de cet état d’esprit : elles semblent peu de choses en elles-mêmes mais ont des conséquences incalculables. Elles résultent tout à la fois d’une intime connaissance des problèmes et de la logique de la comptabilité et d’une volonté profonde et opiniâtre de faire progresser celle-ci dans un sens scientifique, quitte à dépasser le bon sens et le sens des mots. Une telle attitude est bien celle que nous décrivent les historiens à propos des marchands des villes italiennes de cette époque. Oris Irigo, par exemple, dans sa biographie de l’un d’entre eux, le marchand italien Fransesco Datini, que l’on peut considérer comme l’inventeur du concept de profit (donc de notre concept du profit), a parfaitement décrit son état d’esprit[27]. Datini est un marchand qui opère dans la ville de Prato, à côté de Florence, au 14e siècle (il est né en 1335 et meurt en 1410). Fils d’un simple cabaretier, il devient marchand de laine et, grâce à la comptabilité efficace qu’il met en place et fait progressivement évoluer vers la partie double, il devient un marchand international, ouvre de nombreuses succursales et se transforme graduellement en banquier, sous l’effet de l’efficacité de sa nouvelle technique. Probablement conscient de l’importance de ses découvertes, il a légué à sa ville natale toutes ses archives comptables ainsi que sa correspondance privée, ce qui permet de retracer précisément sa vie et son œuvre. Oris Irigo, qui n’est pas une spécialiste des questions financières et se focalise davantage sur son caractère et le monde qui l’entoure, nous en a livré une très belle peinture qui colle parfaitement avec l’état d’esprit que nous venons de décrire, au sein de ce Trecento florentin si proche, comme on l’a vu, de la Renaissance :

Sénèque, les Lettres de Saint-Jérôme, Boethius, Dante, Jacopone Da Todi, les Fioretti, voilà quelles étaient les lectures de Fransesco. De plus, il citait souvent les passages de la Bible, car assidu aux offices, ne les avait-il pas entendu cent fois répéter, au cours de leurs sermons, par d’ardents prédicateurs ? Ces citations, Fransesco les insérait dans ses lettres sans les mettre entre guillemets, ni les commenter, s’imaginant peut-être même, tant il était habitué à les entendre, qu’elles étaient de lui. Il use, en parlant de sa vieillesse, du vers de Dante « Calar le vele e raccoglier le sarte » (Inferno, XXVII, 81) (Larguer les voiles et lever l’ancre), ou peut-être était-ce là un dicton populaire dont Dante s’était emparé, car Fransesco ajoute : « E morir in porto » (et mourir au port). Il parle de « rendre à César ce qui appartient à César », et après avoir entendu un sermon de Carême, il écrit le même soir à sa femme : « J’ai fondé ma maison sur le sable et les murs se sont écroulés. J’ai placé plus d’espoir dans les hommes de ce monde qu’en Dieu, et le monde m’en a puni. » On trouve là, de toute évidence, à la fois le contenu et la phraséologie du prêche qu’il vient d’entendre.

Le principal intérêt de ces lettres – en dehors de leur contribution à l’histoire du commerce – est d’être à la fois un écho et un miroir. La société qu’elles reflètent est celle-là même que l’on retrouve dans les œuvres de Boccace et de Sacchetti : une société restreinte, active, toute proche encore de la terre. Un monde qui n’est ni compliqué, ni subtil. Ces gens aiment les grosses plaisanteries sans malice, une nourriture lourde et fortement épicée et portent, sur du linge grossier, réduit à sa plus simple expression, des robes de velours somptueux bordés de fourrure. C’est, en dépit de la violence, de la cupidité, de l’injustice sociale qui caractérisent cette époque, un petit monde curieusement innocent, en ce sens que tels les jeux cruels des enfants ou la rudesse des paysans, il est dénué de toute méchanceté. Des citadins ayant encore le teint haut en couleur des campagnards, et qui vivent dans l’enceinte de petites cités où jardins et vergers tiennent autant de places que leurs demeures ; où un célèbre prédicateur ne craint pas, pour retenir l’attention de son auditoire, d’imiter les coassements des grenouilles ou le cri du coq. Un monde où revêtus d’habits citadins, les hommes n’en conservaient pas moins la sagacité, la méfiance, et le profond réalisme du paysan.

Mais le tableau est incomplet. En effet, cette société vit dans une période de transition où aux organisations corporatives des guildes se sont substituées quelques grands bâtisseurs, où à l’autorité communale a succédé celle d’une poignée de riches marchands et banquiers. Dans ce monde aux tendances contradictoires où se côtoient un culte franciscain de la pauvreté et une grande âpreté au gain, nous voyons d’une part une petite société fermée d’artisans et de boutiquiers, uniquement préoccupés d’intérêts locaux, et de l’autre quelques hommes qui ont pour marché l’Europe tout entière, et dont l’ambition et l’esprit d’entreprise est aussi vaste que le champ d’action. La plupart de ces hommes se conforment encore aux préceptes de l’Eglise et aux statuts des guildes, mais un petit nombre d’entre eux se servent de ces règles comme d’un écran pour dissimuler leurs ambitieux projets. A la foi aveugle du Moyen-Age succèdent le scepticisme et l’humanisme de la Renaissance, et parmi les pionniers de l’ordre nouveau prennent place ces hommes qui, pour atteindre leur but, ne peuvent compter que sur leur esprit entreprenant, leur souplesse et leur habileté : les marchands[28]

Iris Origo démontre ensuite que Datini synthétise parfaitement cet état d’esprit situé à la frontière entre deux mondes :

 Fransesco – bien qu’il ne possédât pas les vues larges et le goût raffiné de certains marchands de la Renaissance – se dressait sur le seuil de l’âge nouveau. Pour tout ce qui touchait aux valeurs morales, il appartenait encore au monde de Ser Lapo, acceptant sans les discuter, non seulement les préceptes de l’Eglise – même quand il y contrevenait – mais encore la règle de fer des coutumes. Son « changement de cœur » des dernières années, son acte final de contrition faisaient aussi bien partie d’une convention établie que l’âpreté au gain de son âge mûr… et cette évolution semblait aussi naturelle à ses amis et à lui-même que le durcissement des artères chez un vieillard. Dans sa jeunesse, un homme était dominé par ses sens ; dans sa maturité, par Mammon ; dans son vieil âge, il se tournait vers Dieu. Mais par sa manière de mener ses affaires, Fransesco était déjà un homme du monde nouveau ; il lui appartenait par son esprit d’entreprise, ses méthodes commerciales, ses contacts internationaux… son intense individualisme[29].

On voit que Datini, l’inventeur du calcul moderne du profit, dont l’invention allait déterminer grandement l’évolution du capitalisme dans les siècles futurs, était un homme à la fois simple et individualiste, religieux et rationnel. Iris Origo conclue en affirmant qu’il est déjà un homme de la Renaissance et peut-être plus encore. Son intuition est largement confirmée par l’histoire de la monnaie :

Tout ce qu’il créa, il le créa seul. Ainsi, de par les circonstances aussi bien que par son tempérament et l’époque bouillonnante où il vivait, Datini prend place parmi les grands marchands de la Renaissance. Le récit de ses entreprises heureuses a une signification infiniment plus profonde et va beaucoup plus loin que la simple histoire d’un homme ambitieux édifiant sa fortune. Par l’ampleur et la variété de ses entreprises aventureuses, sa puissance d’organisation, ses conceptions internationales, par son aisance à s’adapter aux fluctuations d’un monde en fermentation aussi bien que par son ambition, son habileté, sa ténacité, son inquiétude et son âpreté au gain, il est le précurseur de l’homme d’affaire d’aujourd’hui[30].

En effet, c’est bien à une rupture majeure de l’histoire de la monnaie que va conduire l’invention de la comptabilité en partie double à laquelle participa Fransesco Datini au 14e siècle. Et s’il put y participer, c’est parce qu’il réunissait en lui les traits de caractère de son environnement social et culturel, en un temps et un lieu, Florence, où la Renaissance connaissait son éclosion, à la fois fragile et intense. La comptabilité, la monnaie, la banque, le capitalisme lui-même connurent alors un renouveau essentiel dont les manifestations ne se révélèrent qu’avec le temps, mais dont l’importance fut finalement semblable au renouveau que connurent la peinture, l’architecture, la littérature, la pensée scientifique et la science, au même lieu et à la même époque, évolution qui posèrent toutes les bases de notre mentalité moderne.

Dès lors, même s’il ne comprend sans doute pas les fondements de la comptabilité, ce qui est en soi critiquable, il est vraiment stupéfiant que David Graeber semble entièrement occulter l’importance de cette époque dans le cours de l’histoire du Moyen-Age. L’architecture, la peinture, la littérature, la science elle-même, semblent ne pas compter dans sa grille d’analyse, ce qui le conduit à ignorer entièrement l’importance de la Renaissance dans la construction du monde moderne, qu’il soit économique, philosophique ou scientifique, ce qui est incompréhensible de la part d’un anthropologue. Au nom sans doute d’une volonté louable de se décentrer et de ne pas sombrer dans l’ethnocentrisme, il en vient à oublier un pan entier et fondamental de l’histoire humaine, qui de plus introduisit une rupture majeure dans l’histoire de la monnaie et du capitalisme qu’il s’empêche complètement de saisir.

Cette attitude presque puérile le conduit à des affirmations surprenantes, voire grossières. Ainsi, « la Chrétienté »[31], qu’il nomme de façon significative « l’Extrême Occident »[32] « est entrée assez tard dans le Moyen-Age, et pendant la quasi-totalité de la période, elle a un peu fait figure d’arrière-pays[33]» Totalement aveugle sur les transformations conceptuelles radicales et fondatrices qui se produisent à cette époque dans le domaine de la monnaie, il n’hésite pas à affirmer : « Tout le monde a continué à calculer les coûts en monnaie romaine, puis dans la « monnaie imaginaire » carolingienne – le système purement conceptuel des livres, sous et deniers en usage dans toute l’Europe occidentale pour tenir les comptes jusqu’à une date avancée au XVIIe siècle[34]» Il affirme également plus loin : « Si nous voulons vraiment comprendre les origines de l’économie mondiale moderne, le bon point de départ n’est pas du tout l’Europe[35]» Ces remarques accusent une incompréhension complète de l’importance de la comptabilité en partie double dans l’émergence progressive du capitalisme à partir du nord de l’Italie au 14e siècle. Car ce ne sont ni la Chine, ni l’Inde ni aucune autre civilisation que l’Europe occidentale, qui donnèrent naissance au capitalisme, et ces régions reçurent et souvent subirent ce système de production à partir de l’Europe. Celui-ci naquit en Italie du Nord, puis se diffusa progressivement en Europe du Nord entre le 16e et le 18e siècle, avant que le mouvement lui-même ne s’accélère du fait de la Révolution industrielle et de sa diffusion dans le nouveau monde puis en Asie au 20e siècle. Cela ne signifie pas que les pays situés hors d’Europe, et notamment en Asie, n’aient pas eu un poids économique parfois très important, même à ces époques, mais les transformations conceptuelles de la monnaie et la mise en place d’un nouveau mode de production se produisirent bien en Europe occidentale avant de se diffuser dans le reste du monde. David Graeber cherche pour sa part à penser le capitalisme avec les outils conceptuels qu’il a brillamment mis à jour pour l’Antiquité, mais cette méthode s’avère sans surprise un échec pour penser l’évolution de la monnaie et du capitalisme du 14e siècle à nos jours.

Comme de nombreuses incohérences et faits inexplicables lui apparaissent alors pour cette période, comme par exemple le développement du capitalisme lui-même en Occident, c’est-à-dire du développement conjoint des systèmes monétaires et de la production (accompagnée de phénomènes d’exploitation typiques de ce système, comme l’esclavage), Graeber tend à les expliquer systématiquement par la violence et l’esclavage que l’Occident, à l’en croire, produirait de façon plus intense que les autres civilisations, sans qu’on sache d’ailleurs pourquoi. Le fait même que la violence de l’exploitation capitaliste se retrouve dans toutes les sociétés où il se déploie avec la comptabilité en partie double, quels que soient les repères culturels de ces sociétés, ne reçoit pas non plus d’explication.

De manière générale, toutes les explications de Graeber à compter de cette période sont marquées du sceau de cette erreur ou occultation centrale et ne parviennent plus à convaincre que sur des questions annexes ou sans lien avec le sujet principal.

Chapitre 12 : Début d’une ère encore indéterminée

Dans ce dernier chapitre, Graeber tente d’analyser la situation économique contemporaine (de 1971 à nos jours), à la lumière de sa théorie. Sans surprise, étant donné les lacunes de sa compréhension du système de monnaie de crédit moderne, ses analyses sont insatisfaisantes, bien que certaines de ses observations soient intéressantes. Ainsi réaffirme-t-il une certaine incompréhension de la nature de la monnaie et de la finance, incompréhension toujours recouverte par l’utilisation trop facile du concept de violence : « L’étrange aptitude du magicien à créer de la monnaie à partir de rien a une explication. Derrière lui se tient un homme avec un fusil. »[36]

L’évolution de la finance contemporaine, puis de la crise de 2008, est alors tentée, mais sans qu’une théorie de la valeur correcte ait pu être forgée dans les chapitres précédents, comme on l’a vu. Aussi semble-t-il glisser progressivement vers un aveu d’échec, plusieurs phrases attestant finalement que sa théorie n’a pas été en mesure de définir correctement la monnaie et la finance. Ainsi écrit-il à propos du refinancement des banques américaines : « Ce qui leur a permis, par un autre de ces mystérieux tours de magie qu’aucun d’entre nous ne pourra jamais comprendre, après un déficit initial de près de 400 milliards de dollars, de terminer avec des réserves de loin supérieures à tout ce qu’elles avaient jamais eues. »[37]. Puis il affirme : « la monnaie n’a pas d’essence »[38]. Ces incompréhensions irrésolues débouchent finalement sur une analyse du système financier moderne avec les termes de l’antiquité qui ne peut qu’être insatisfaisante et irréaliste : « Si l’histoire dit vrai, une ère de monnaie virtuelle devrait nous éloigner de la guerre, de l’impérialisme, de l’esclavage et du péonage (salarié ou non), et nous conduire vers la création d’institutions « englobantes », d’envergure mondiale, pour protéger les débiteurs. »[39]

D’autres observations très pertinentes émaillent cependant son analyse de la période contemporaine, parce qu’au-delà de ses insuffisances théoriques, son approche d’anthropologue lui permet d’avoir l’intuition de certaines dynamiques économiques effectivement importantes pour la période récente. Ainsi perçoit-il bien l’importance de la divergence qui apparaît au cours des années 80 entre les salaires et la productivité apparente. Il constate que les années 70 marquent ainsi un point de rupture de l’équilibre social, et le début d’une dissonance entre la théorie et les faits économiques. Ainsi observe-t-il avec raison que l’application du monétarisme par les banques centrales et les gouvernements s’accompagne d’un processus de financiarisation massif, qui ne cadre guère avec cette théorie. Il comprend l’importance décisive que joue cette financiarisation sur le rapport de force social et économique entre les différentes classes sociales. Il sent que le renflouement des financiers après la crise de 2008 a constitué un grand cadeau fait aux plus riches, même si sa théorie a échoué à expliquer ce mécanisme. Il note que se développe « un immense appareil bureaucratique ayant pour mission de créer et de maintenir le désespoir, une gigantesque machine conçue, d’abord et avant tout, pour éliminer tout sentiment d’autres futurs possibles. »[40] bloquant ainsi le processus de compréhension démocratique, créant ainsi « un climat général de peur »[41] qu’il est difficile de ne pas constater dans la réalité sociale actuelle.

Il montre que cette situation favorise le retour en grâce des religions antiques, qui étaient nées en réponse à des problèmes semblables, et il affirme par exemple que cette évolution nourrit la croissance de l’islamisme.

Mais ses erreurs théoriques, et notamment son occultation complète de la Renaissance et de la période qui l’a précédée en Italie, le fait encore et toujours retomber dans les mêmes erreurs, et dans la même obsession de la violence pour les expliquer. Ainsi écrit-il que « le premier homme à avoir tout calculé ne pouvait être qu’un voleur »[42], alors que l’histoire montre bien que c’était davantage un marchand ou un comptable.

Sa volonté affichée d’une vaste annulation des dettes « de type biblique » est par ailleurs sympathique, mais prouve encore une fois sa tendance à penser la modernité avec les cadres de pensée de l’Antiquité.

Enfin dans sa postface à l’édition de 2014, Graeber insiste sur l’importance de la pensée de Marcel Mauss dans ses propres travaux, et il souligne que si celui-ci a mis fin il y a longtemps au mythe du troc, les économistes en ont rarement tenu compte.

Au final, le livre de Graeber est donc un livre très dense, sans doute parfois un peu trop dispersé, mais néanmoins extrêmement intéressant par l’éclairage anthropologique qu’il apporte à l’histoire de la monnaie, et que les économistes ne sauraient évacuer d’un revers de la main. Cependant, s’il apporte une lecture de l’histoire de la monnaie très convaincante s’agissant de ses origines et de ses développements antiques, il manque totalement la rupture que constitua au Moyen-Age l’invention de la comptabilité en partie double dans le nord de l’Italie, ainsi que les conséquences essentielles que cette invention eut pour le développement de la monnaie et de la finance moderne à compter de la Renaissance.


[1] Dette 5000 ans d’histoire, David Graeber, éditions Babel, 2016, p. 11.

[2] Ibid., p.11.

[3] Michael Hudson, Marc Van de Mieroop, Debt and Economic Renewal in the Ancient Near East, 2002.

[4] Mitchel Innes, What is Money, 1913.

[5] Mitchel Innes, The Credit Theory of Money, 1914.

[6] Dette 5000 ans d’histoire, David Graeber, éditions Babel, 2016, p. 59

[7] Ibid., p.59.

[8] Ibid., p.59.

[9] David Cayla, « Dette : 5000 ans d’histoire », Revue de la régulation [En ligne], 18 | 2e semestre / Autumn 2015, mis en ligne le 20 décembre 2015, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/regulation/11412

[10] La guerre du Péloponnèse, Thucydide, Édition et trad. du grec ancien par Denis Roussel. Préface de Pierre Vidal-Naquet Collection Folio classique (n° 3332), Gallimard, 2000.

[11] Dette 5000 ans d’histoire, David Graeber, éditions Babel, 2016, p.69

[12] Ibid., p.72

[13] Ibid., p.72

[14] Ibid., p.75

[15] Ibid., p.94

[16] Ibid., p.94

[17] Ibid., p.185

[18] Ibid., p.224

[19] Ibid., p.225

[20] Ibid., p.255

[21] Double Entry, How the Merchants of Venice Created Moderne Finance. Jane Gleeson White, Allen and Unwin, 2013.

[22] Histoire de l’Italie des origines à nos jours, Pierre Milza, Fayard, 2013.

[23] Ibid., p. 443

[24] Ibid., p.450

[25] Ibid., p. 450

[26] La comptabilité, Jean Fourastié, PUF Que sais-je ?, 1943.

[27] Le marchand de Prato, Fransesco di Marco Datini, Iris Origo, Editions Albin Michel, 1959.

[28] Ibid., p.10

[29] Ibid., p.11

[30] Ibid., p.11

[31] Dette 5000 ans d’histoire, David Graeber, éditions Babel, 2016, p. 345.

[32] Ibid., p. 345

[33] Ibid., p. 345

[34] Ibid., p. 345

[35] Ibid., p. 377

[36] Ibid., p.444

[37] Ibid., p.452

[38] Ibid., p.455

[39] Ibid., p.449

[40] Ibid., p.467

[41] Ibid., p.467

[42] Ibid., p.472

Fourastié, la Seconde Guerre mondiale et la découverte des origines de la comptabilité

Comme on vient de le voir, la compréhension de cet outil de développement des banques et du commerce qu’est la comptabilité en partie double a été le résultat du travail de recherche de Jean Fourastié. Mais il faut noter que cette avancée dans la pensée comptable et économique s’est faite dans un contexte historique, politique et social très particulier : celui de la Seconde Guerre mondiale. Dans ce chapitre, nous allons revenir sur les conditions historiques et sociales dans lesquelles Fourastié a développé sa pensée, pour mieux comprendre l’évolution d’aujourd’hui, qui nous semble au contraire être marquée par un affaiblissement de la pensée comptable, notamment dans son application à la finance. Ce contexte était celui de la montée de la planification industrielle, de l’économie mobilisée, et des nécessités que créait cette situation, du besoin qui se faisait sentir de clarifier la théorie comptable, qui semblait excessivement embrouillée. A l’inverse, la période précédente, jusqu’à la Première Guerre Mondiale, de nouveau entre-deux guerres, tout comme aujourd’hui, avait davantage été marquée par les besoins de la financiarisation, qui entraîne toujours l’obscurcissement de la théorie comptable, derrière lequel se dissimulent une politique de classe et la poursuite des intérêts financiers privées.

1°) Une découverte personnelle et fondamentale

Jean Fourastié découvre la logique historique de la comptabilité en partie double de façon officielle dans son ouvrage de synthèse La comptabilité, publié à Paris en 1943 pendant l’Occupation aux éditions Que-sais-je ? A cette époque, Fourastié enseigne à l’Ecole Libre des Sciences Politiques, comme il le fera à la Libération, et forme les élites françaises de Vichy à l’économie et à la comptabilité, tout en travaillant avec une équipe de hauts fonctionnaires à l’élaboration d’un Plan Comptable Général vichyste qui sera fortement décrié par la Résistance et la France Libre, qui lui reprochent d’être un outil de pillage de la France par l’Allemagne, ce qu’il n’était pas. Cependant, Fourastié n’est pas à la tête de cette équipe, il n’est qu’un des spécialistes y travaillant, et ne sera pas condamné à la Libération. En termes idéologiques, ses livres écrits pendant la Guerre ne montrent aucune adhésion idéologique au nazisme, mais seulement un intérêt pour son organisation industrielle et comptable. Dans ces ouvrages, Fourastié s’en tient à des pures considérations techniques dans le but de redresser l’économie française après la défaite. Aussi est-ce sa passivité totale et son absence de critique à l’égard du Troisième Reich et du gouvernement de Vichy, et même le service fidèle de celui-ci, qui peuvent lui être reprochés à cette époque, puisqu’il poursuit ses activités comme fonctionnaire, comme enseignant et comme chercheur sans rien faire, semble-t-il, pour s’opposer au régime de Collaboration, à une époque où la guerre fait rage en France et partout dans le monde. Comme après-guerre quand il défendra un européïsme non critique et quelque peu aveugle, tout en limitant à presque rien ses prises de position écrites dans cette direction politique ou dans une autre, il semble se satisfaire de sa neutralité de haut fonctionnaire et de chercheur et nourrir un certain mépris pour les questions politiques, aussi brûlantes et fondamentales soient-elles.

Sa découverte date donc de l’année 1943, mais il est vraisemblable qu’elle date en fait de recherches qu’il a menées depuis l’entre-deux guerres. Dans ses mémoires-dialogues avec sa fille Jacqueline Fourastié, il explique en effet que c’est initialement la recherche de l’origine des mots « débit » et « crédit » qui l’ont conduit à sa découverte dans les archives comptables médiévales italiennes[1] :

Pendant la guerre, les Presses Universitaires de France ont créé la collection Que sais-je ? Pour cette belle collection, un de mes collègues du contrôle des Assurances, M. Fauques, avait rédigé le volume Les assurances, il connaissait bien le fondateur de la collection Paul Angoulvent qui s’est montré ouvert à mes idées. J’avais fait des recherches en histoire de la comptabilité pour comprendre le sens des mots « crédit » et « débit », c’est un barrage qui empêche beaucoup d’élèves de faire de la comptabilité et même d’en comprendre les rudiments. Lorsqu’il y a de l’argent dans la caisse, c’est un débit de caisse. Ce n’est pas conforme à la signification littéraire habituelle. Au contraire, lorsqu’on enlève de l’argent de la caisse, la caisse est créditée. L’histoire m’a appris combien il avait été difficile de fixer le sens de ces mots crédit et débit de manière à ce que les comptes clients (comptes de tiers) soient compréhensibles pour le client. C’est assez paradoxal ! Si le banquier veut créditer le compte du client, il est bien forcé de débiter sa propre caisse. Cela peut aussi se comprendre par le fait que credit est le mot latin, 3e personne du singulier du verbe credere : credo (« je crois » mais aussi « je possède », « je suis créancier », credit « il possède », « il » c’est le client, debit :  il doit). J’ai proposé à Paul Angoulvent de publier un Que sais-je ? sur la comptabilité. Il a eu un grand succès ; il en est à sa 18ème édition. (…)

Ce livre n’a été traduit qu’en Portugais et en Japonais, car sa deuxième partie n’est pas transposable à l’étranger. Mais l’expérience prouve que l’explication que j’ai donnée de l’influence des comptes de tiers sur les comptes de l’entreprise est indubitable et universelle.

On le voit, la recherche de Jean Fourastié a abouti à une découverte fondamentale pour la compréhension de la comptabilité. Cependant, en présentant le résultat de cette recherche dans un Que sais-je ?, Fourastié lui a fait perdre son caractère personnel, pour des raisons qui ont sans doute trait à sa position pendant la Guerre ainsi qu’à sa modestie. En effet, il semble au lecteur de ce livre que l’explication de la comptabilité qu’il contient n’est que le résumé d’une vérité universelle et reconnue. Or, il faut insister sur le fait qu’il n’en est rien avant la parution de ce livre. Tous les théoriciens de la comptabilité qui précédèrent Jean Fourastié n’arrivèrent jamais à percer son mystère, c’est-à-dire sa logique profonde. Raymond de Roover par exemple, à la fois banquier d’affaire, historien et chercheur[2], ne parvint pas à rendre compte de cette explication logique dans son article consacré à l’histoire de la comptabilité[3] de 1939. D’autres auteurs, comme J.H. Vlaeminck, contestèrent même l’explication de Jean Fourastié, sans apporter pourtant de critique cohérente. Ainsi, dans son Histoire et doctrines de la comptabilité, cet auteur affirme sans démonstration véritable : « C’est là, évidemment, une intéressante tentative d’expliquer l’inversion des signes et en même temps l’apparition des comptes de résultats. Mais nous ne pensons pas qu’elle correspond à la réalité historique. »[4]

Il est donc clair que l’ouvrage de 1943 de Fourastié, contrairement à la présentation qu’il en a laissée faire lui-même, est bien plus qu’un ouvrage de synthèse sur la comptabilité. La modestie excessive et peut-être la prudence avec laquelle Fourastié en parlait (tout comme il parlait très peu de la guerre en général) ne doit pas nous faire perdre de vue que cet ouvrage marqua en fait une découverte fondamentale, qui pour cette raison, s’étendit naturellement et massivement dans la pratique et l’enseignement comptable après-guerre. Pour comprendre ce qui a rendu possible cette découverte fondamentale, il faut donc étudier d’une part la pensée des comptables qui l’ont préparée, et d’autre part les conditions politiques extrêmes et tragiques qui l’ont favorisées.

2°) La pensée comptable jusqu’à Jean Fourastié

La théorie comptable, comme discipline séparée et consciente d’elle-même, est vraiment apparue au cours du XIXème siècle. Mais jusqu’à nos jours, elle parvint difficilement à s’isoler des autres disciplines. Encore généralement associée aujourd’hui au droit, ce qui est certainement un frein à son développement, elle fut également adossée à l’économie, justement dans le sillage d’auteurs comme Fourastié, mais déjà, de façon plus implicite, dans la pensée d’auteurs comme Proudhon, et surtout comme Marx et Keynes. Enfin les liens entre l’histoire et la comptabilité sont très profonds, et éveillèrent à raison l’intérêt de nombreux historiens, notamment les historiens de la banque comme de Roover ou son maître Usher, sans parler donc, des historiens de la comptabilité eux-mêmes.

Mais les théoriciens de la comptabilité furent nombreux, en particulier en France, en Italie et en Allemagne. De la Révolution française jusqu’à la seconde guerre mondiale, leur pensée fut un effort de clarification et de compréhension de ce qu’est la comptabilité en partie double, et cet effort, qui fut plus ou moins couronné de succès, qui tour à tour produisit des avancées ou provoqua des obscurcissements, fut étudié attentivement, au moins en partie, par le jeune comptable Jean Fourastié.

Très schématiquement, on peut dégager deux tendances majeures dans cette évolution. Les auteurs qui se focalisent sur la conception bancaire, financière et juridique, de la comptabilité sont généralement un peu trop fascinés, éblouis par les termes faussement techniques de la finance, et se perdent à essayer de les définir, ou pire, à déduire de ces définitions fragiles une logique comptable. Inversement, les auteurs, comme Fourastié en est l’archétype, qui ont une approche économique, logique, qui sont guidés par la volonté de soumettre la comptabilité à l’intérêt général, et pour cela d’en conserver seulement l’essentiel et d’en écarter tout l’accessoire, ces auteurs conduisent au progrès de la pensée comptable qui aboutira à la découverte fondamentale de son origine. Il faut observer que ces deux approches sont intimement liées à la période historique dans laquelle on se trouve. Ainsi les moments de développement de la finance et des intérêts privées, comme à la fin du 19ème siècle, ont tendance à produire une pensée comptable de type juridique, qui ne se donne pas les moyens d’éclaircir les concepts comptables, et en fait qui s’accommode très bien de ce brouillard. C’est également le mouvement qui est à l’œuvre de nos jours, mais nous y reviendrons. Inversement les périodes de montée de la planification et de l’économie mobilisée, comme pendant les deux guerres mondiales en France, en Allemagne, en Italie ou même en URSS après la Révolution, sont celles où les nécessités de l’organisation économique poussent sur le devant de la scène les comptables ayant une approche logique et économique, c’est-à-dire les seuls à même d’éclaircir la nature réelle de la comptabilité.

On a vu, en effet, que la partie double était une technique universellement appliquée par les banques et les entreprises d’une certaine efficacité à compter du 19ème siècle. Aussi la pensée comptable a-t-elle partout était confrontée au même problème : faire l’analyse de cette technique qui montrait partout sa supériorité pratique. Et dans cette recherche, passée la période où l’on utilisait volontiers des explications occultes ou obscures, le début du 20ème siècle marqua un net progrès. En Italie, aux Pays-Bas, aux Etats-Unis, mais surtout en France et en Allemagne, des progrès considérables furent faits sous la pression de la montée de l’Etat dans l’économie. Plusieurs théoriciens comptables s’attelèrent donc à cette tâche difficile d’éclaircir la comptabilité en partie double, et préparèrent la découverte des années 30-40 de Jean Fourastié.

En France, l’enseignement de Jean Dumarchey (1874-1946) semble avoir joué un rôle très important pour la formation intellectuelle de Fourastié. Dans sa Théorie positive de la comptabilité[5], publiée en 1914, Dumarchey affirme le lien essentiel entre comptabilité et économie politique, et tout en brossant un tableau de la vision comptable des grands économistes, il s’inscrit dans la tradition des théoriciens comptables français cherchant à élucider la signification du bilan à travers une analyse de la valeur[6]. Cependant, en voulant plier la comptabilité à une science établie sur le modèle de la physique, alors en plein développement, il continue à manquer l’essentiel.

René Delaporte (1876-1942), comptable, banquier et enseignant, apporte une incontestable démythification de la comptabilité en partie double dans son ouvrage Méthode rationnelle de la tenue des comptes paru en 1936. Dans celui-ci, il repart d’une analyse cohérente des différents types de comptes existant en partie double, et montre que les théories sur la personnalité des comptes ne sont rien moins que fumeuses. Il faut différencier selon lui les créances en jeu dans les comptes clients des mouvements de trésorerie ou de marchandises.  La comptabilité est pour lui d’abord une science économique, et il propose de remplacer les mots débit et crédit par des signes + et -, il a donc identifié le caractère purement conventionnel de ces deux termes[7]. Il est clair que sa pensée a dû nécessairement nourrir celle de Jean Fourastié.

Il faut compléter cette tradition comptable française du début du 20ème siècle par la pensée de Charles Panglaou (1892-1983), qui a une approche juridique, mais qui s’inscrit dans le sillage de ces deux auteurs, surtout Delaporte dont il qualifie le livre de « monument », et qui, en montrant que la comptabilité ne vit pas dans la sphère du droit, et que le technicien comptable a d’autres préoccupations que le droit, contribue à orienter la recherche vers une compréhension logique et économique.

En Italie, la pensée de Gino Zappa (1879-1960) alla dans ce sens d’une réflexion approfondie sur la notion de valeur, de même qu’en Hollande avec Lichte. Cependant en Italie, pays qui fut le berceau de la comptabilité en partie double, de très nombreux travaux historiques existaient, et rendaient compte précisément des étapes historiques de la naissance de la partie double. Ces travaux conservaient le témoignage précis de l’évolution historique de la partie double, ce qui était l’élément le plus précieux pour comprendre la logique du système et Fourastié s’en servit sans doute, peut-être via l’œuvre de Werner Sombart qui imprégna profondément la pensée comptable allemande.

Car hormis les historiens italiens, c’est en Allemagne, avant et surtout après la Première guerre Mondiale, que la pensée comptable fut la plus perçante avec les auteurs qu’on a coutume de nommer les 3 S (Eugen Schmalenbach, Frits Schmidt, Herman Veit Simon). Comme l’a bien montré Jacques Richard, ces trois auteurs forgèrent leur pensée en luttant contre les théoriciens comptables de la génération précédente, dont Ring était le symbole, qui, par leur juridisme, semblaient empêcher une compréhension rationnelle de la comptabilité et protéger les intérêts des financiers contre ceux de la collectivité et du développement industrielle. C’est pourquoi en même temps qu’elle était âpre, cette lutte était riche d’enseignement et de résultats pour l’organisation économique de l’Allemagne de Weimar. Car en s’imposant dans la controverse théorique, les théoriciens comptables allemands, au premier rang desquels figurait Eugen Schmalenbach, économiste et comptable, purent réformer le fonctionnement national de la comptabilité, et mettre en place le premier plan comptable harmonisé du monde à partir de 1927 dans le cadre de Reichskuratorium für Wirtschiftlichtkeit (RKW). Ainsi la voie était ouverte pour une organisation rationnelle des branches industrielles et du système productif allemand, avec un cadre conceptuel très proche de celui qui fut utilisé en France après-guerre, et qui perdure jusqu’à nos jours. En effet, Schmalenbach eût cette volonté d’harmoniser et de classer les comptes en fonction de leurs usages, même si sa conception théorique demeurait plus faible que celle de Fourastié en France dans les années 40 et 50. Le plan allemand du RKW fut mis en place par une Ordonnance du 19 octobre 1931, puis repris par une circulaire nazie du 11 novembre 1937 qui lui donna son nom de plan Göring. Nous allons voir qu’il eut une grande importance dans la pensée de Fourastié, et c’est pourquoi nous pouvons dire que son concepteur, Eugen Schmalenbach, est à classer dans les précurseurs de la découverte de Fourastié. Cet auteur, dont l’œuvre administrative et comptable permit la rationalisation de la production industrielle en Allemagne, et donc favorisa la mobilisation économique en vue de la guerre, vit son action récupérée par Göring et les nazis. Mais il ne faudrait pas en déduire que le régime nazi lui-même permit le progrès de la pensée et de l’application comptable. Bien au contraire, aucun progrès n’est à noter dans ce domaine, et les nazis ne firent qu’utiliser, et en fait dégrader, les institutions existantes, conformément au fonctionnement étatique pathologique qu’a bien identifié l’historien Ian Kershaw. D’ailleurs, Schmalenbach fut très vite évincé des institutions qu’il avait créées, et il fut ensuite soumis aux menaces et aux vexations permanentes du régime en raison de la judéité de sa femme, notamment pendant la nuit de cristal. Il survécut néanmoins à la guerre dans des conditions très difficiles et devint ensuite une figure du renouveau de l’Allemagne après-guerre.

Mais en plus de ces théoriciens comptables, c’est certainement l’œuvre de l’économiste et historien Werner Sombart qui dut avoir une influence déterminante sur la pensée de Fourastié. Dans son ouvrage monumental, Der Moderne Kapitalismus, malheureusement jamais traduit ni en anglais ni en français, Sombart affirme que la comptabilité en partie double a eu un rôle déterminant dans la naissance du capitalisme. A cette occasion, reprenant de nombreux travaux historiques italiens et utilisant vraisemblablement le savoir commercial présent dans les manuels de comptabilité utilisés par des figures telles que Georg Heinrich Sieveking, le marchand hanséate des Lumières, il dresse l’historique précis de l’émergence de la comptabilité en partie double, et a l’intuition profonde de son importance décisive dans la naissance du capitalisme, sans toutefois bien saisir ni sa logique, ni son rôle dans le développement des marchands-banquiers. Mais il est clair que Sombart, et dans une moindre mesure Schumpeter, qui pour sa part eut l’intuition du lien entre la comptabilité et l’émergence de la monnaie de crédit moderne, eurent une grande importance dans le développement de la pensée comptable allemande, à laquelle Fourastié, s’était intéressé de près.

Il est également à noter que la pensée comptable de Schmalenbach fut certainement utilisée en Suisse, où Fourastié puisa des exemples pour le plan comptable des assurances dès les années 30[8], et en Union soviétique, pays qui était concerné au premier chef par la question de la planification, et où les livres de Schmalenbach furent traduits dès 1928[9].

Aux Etats-Unis, ce sont des auteurs tels que Ananias C. Littleton (1886-1974) ou William A. Paton (1889-1991), qui jetèrent les bases de la pensée comptable américaine[10] avant, pendant puis après la Seconde Guerre Mondiale, avec notamment la publication de leur livre phare, écrit en commun en 1940 : An Introduction to Corporate Accounting standarts. Ce livre joua un rôle de normalisation très important dans la comptabilité américaine, où n’existe pas de plan comptable, et influença largement la pensée théorique comptable jusqu’à nos jours, non seulement aux Etats-Unis mais partout dans le monde. Pourtant, bien que l’histoire de la comptabilité soit explorée par ces auteurs, et notamment par Paton, et malgré leur insistance sur l’importance du compte de résultat dans la méthode en partie double, leur analyse ne semble pas aussi approfondie et rationalisée que celle des auteurs allemands et français de la même période, davantage soucieux de mettre en place une organisation parfaitement claire et transparente de la comptabilité dans le cadre d’un plan comptable général, conçu comme un outil de la planification industrielle. D’ailleurs, aussi importante que soit l’œuvre de Paton et Littleton pour la pensée comptable américaine et internationale, elle ne féconda pas les institutions d’organisation économique nationales qui naquirent aux Etats-Unis avec le New Deal puis la Seconde Guerre Mondiale. Que ce soit le National Resources Planning Board, le Labour War Board, le War Production Board, ou le National Bureau of Economic Research, les Etats-Unis ne cherchèrent pas dans la comptabilité les outils de leur planification, et c’est là une grande différence avec la France et l’Allemagne. D’ailleurs, le livre de Paton et Littleton se focalise sur la comptabilité des firmes privées, marquant bien que la recherche sur les potentialités pour l’Etat de cette comptabilité ne furent guère perçues par les Américains. Et ce sont bien davantage les statistiques qui fondèrent l’analyse macroéconomique nouvelle, et qui furent au fondement des principes de la comptabilité nationale, en plein développement dans ce pays. Dans une large mesure, nous le verrons, cette situation préfigure le rapport de la comptabilité et de la science économique aujourd’hui. Les deux entretiennent très peu de liens, contrairement à ce qu’avaient pensé Fourastié en France et Schmalenbach en Allemagne. Et nous verrons que cette situation constitue en fait un trou noir important dans l’analyse économique actuelle, et un affaiblissement de la pensée comptable. La pensée comptable américaine, avant la Seconde guerre Mondiale, était à un stade normal pour un pays avancé. Elle s’était dégagée des explications fumeuses et occultantes de la partie double, et avait identifié l’essentiel de son apport et de son fonctionnement pour l’entreprise. Mais elle n’avait pas perçu ses potentialités macroéconomiques, senti son lien avec le capitalisme et la monnaie, comme les auteurs allemands, ni percé le mystère de son origine et de sa logique profonde, comme Fourastié en France, et il est probable qu’elle n’influença pas celui-ci dans sa découverte.

Plus important pour Fourastié, sont les recherches historiques menées dans les années 20 et 30 par les historiens de la banque, tels André Sayous en France, Federigo Mélis (1914-1973) en Italie, Abott Payson Usher (1883-1965) aux Etats-Unis et surtout l’élève belge francophone de celui-ci, expert-comptable, banquier d’affaire, chercheur puis enseignant à Harvard, à l’EPHE à Paris, et en Italie : Raymond de Roover. Celui-ci était un familier des archives comptables de Bruges et de Florence, et il fit un pas décisif dans la recherche des origines de la comptabilité en partie double en retraçant son histoire à partir des archives très bien conservées des marchands-banquiers italiens du Moyen-Age[11]. Paradoxalement, alors qu’il avait franchi l’étape fondamentale de comprendre la généalogie de la partie double, ce qui était la clé pour tout comprendre, son article de 1939 prouve qu’il ne l’a pas analysée correctement.[12] Mais Fourastié eut certainement connaissance de ces recherches puisque l’article de De Roover sur la comptabilité est un des rares qu’il cite dans son propre ouvrage de 1943. Il est donc probable que les travaux et la méthode de De Roover l’inspirèrent, et qu’il la reprit avec une plus grande maîtrise technique. Paradoxalement, c’est donc plus la méthode consistant à fouiller dans les archives comptables médiévales promue par les historiens de la banque et certains économistes comme Werner Sombart, davantage que les théories des comptables, qui prépara le mieux la découverte de Fourastié.

3°) L’influence des Guerres Mondiales et de la planification sur la pensée de Fourastié

Jeune ingénieur sorti de Centrale dans les années 30, Fourastié étudie en même temps à l’Ecole Libre des Sciences Politiques (futur Sciences Politiques), et s’inscrit en Doctorat à la faculté de Droit, mention économie. Il réussit le concours de Commissaire Contrôleur aux Assurances du Ministère des Finances, et intègre ce corps administratif chargé du contrôle de la comptabilité des assurances en 1934. C’est la comptabilité de ces assurances, et les problèmes théoriques que posent l’existence de leurs réserves, autrement dit leurs comptes de capital, qu’elles considèraient à tort comme un élément de patrimoine, qui sera le sujet de la thèse de Jean Fourastié[13] en 1939. C’est là que se forme sa pensée comptable, et c’est à partir de ce moment qu’il mène ses recherches sur les origines de la comptabilité à partie double qui aboutiront à son livre de 1943.

Dès les années 30, dans le cadre de sa mission au contrôle des assurances, Fourastié participe à la mise en place d’un plan comptable des assurances, inspiré de l’expérience suisse, qui préfigurera le Plan Comptable Général mis en place sous Vichy :

J’ai beaucoup appris au contrôle des Assurances. A ce moment, il n’existait pas en France de plan comptable général. Avec mon camarade Malinski, nous avons été chargés d’en faire un pour les Compagnies d’assurance. Il s’agissait d’énoncer des règles et des terminologies que doit employer une entreprise pour établir sa comptabilité. Un plan comptable comporte une classification et une codification qui indiquent sous quelle rubrique doit se placer une dépense donnée ou une recette donnée ; il indique par exemple qu’il doit y avoir des comptes de valeurs mobilières…

La comptabilité, le bilan, le compte de profits et pertes annuels des Compagnies avaient beaucoup d’importance pour le contrôle, puisqu’il s’agissait de juger de leur solvabilité et de la manière dont elles respectaient les règlements relatifs aux placements et aux garanties données aux assurés. Or les Compagnies rendaient les comptes comme elles l’entendaient : il y avait quelques états modèles, c’est-à-dire que devaient être présentés quelques renseignements comptables dans une forme précisée par arrêté ministériel, mais pas de règlementation d’ensemble. Cela ne facilitait ni le contrôle individuel, ni surtout les statistiques générales et les comparaisons d’entreprise à entreprise.

J’ai été étroitement associé à la rédaction de ce plan. Pour aboutir à des résultats concrets, nous avons choisi de faire des états modèles de bilan et de comptes de profits et pertes, ainsi que divers états techniques annexes que les compagnies devaient rendre annuellement.

Ce qui était intéressant, c’était d’avoir à faire un plan cohérent qui ne paralyse pas la gestion des entreprises, mais la facilite et la rende plus claire ; ce plan devait être applicable à la fois à des grosses sociétés et à des petites, à des sociétés d’assurance-dommage et à des sociétés d’assurance-vie.

L’Administration (c’est-à-dire le petit groupe de gens chargé du travail dont j’ai peut-être été l’un des plus actifs) a fait deux projets détaillés, l’un pour les sociétés d’assurance-dommage et l’autre pour les sociétés d’assurance-vie. Ces projets ont été soumis aux sociétés par le biais du Conseil Supérieur des Assurances où elles étaient représentées, à côté de hauts fonctionnaires. Les Compagnies ont été consultées ; cependant, au début, leurs représentants ont jeté de hauts cris en déclarant que c’était inapplicable, trop compliqué, et qu’on ne pourrait jamais astreindre toutes les compagnies à remplir les mêmes états ! Puis cela s’est calmé ; la publication du décret-loi et son application se sont faits sans heurts majeurs.[14]

D’après ce témoignage, et connaissant sa modestie excessive, il est clair que Fourastié a dû jouer un rôle majeur dans l’élaboration de ce plan comptable des assurances, d’ailleurs toujours en vigueur de nos jours, sous une forme assez peu modifiée.

Et pour réaliser ce plan, Fourastié étudie de près les pays qui ont mis en place des plans comptables généraux, c’est-à-dire l’Allemagne (on a vu comment les nazis avaient repris le plan de Schmalenbach en le nommant « plan Göring » en 1937), l’URSS (qui mit en place, certainement dans le sillage de la traduction en russe de Schmalenbach, un plan comptable général dès 1935[15]), et surtout la Suisse (où la pensée de Schamlenbach s’était certainement diffusée très rapidement en Allemand), pays dans lequel il part en mission d’observation :

Il n’y avait donc pas de plan comptable général en France. Mais il y en avait déjà dans d’autres pays, notamment en Suisse et en Allemagne. Je les ai étudiés et j’ai même accompli une mission en Suisse. Dans ce pays il y a une forte industrie de l’assurance.

Notre législation a institué en même temps qu’un plan comptable une procédure de « transfert de portefeuille ». Lorsque l’agrément était retiré à une compagnie. (…)

Les Suisses avaient, depuis de nombreuses années un contrôle solide des assurances par l’Etat. Dans le cas d’un retrait d’agrément, ils avaient une disposition qui permettait le transfert de portefeuille de la société en faillite à une société solvable.

Nous avons profité du décret-loi sur le plan comptable des assurances pour instituer, en France, le transfert de portefeuille. On ne suivait plus le droit commun des sociétés, mais on faisait un appel d’offre pour permettre à une autre société de reprendre le portefeuille. La situation pour les assurés était sans comparaison meilleure qu’antérieurement.[16]

Mais comme nous allons le voir, c’est bien le gouvernement de Vichy qui mettra en place un véritable plan comptable général en France en 1942. Voici ce qu’en dit Fourastié, qui y travailla activement :

Le plan comptable général a été établi pour la première fois par le gouvernement de Vichy. La première Commission du plan comptable, dont j’ai été membre, devait proposer un plan applicable à toutes les entreprises. M. Chezleprêtre a été la cheville ouvrière de cette commission. Il en est sorti un texte législatif du gouvernement de Vichy (c’était un décret-loi, puisque le Parlement était « en vacance ») ; ce texte a été appliquée pendant la fin de l’Occupation et le début de la Libération.

Le gouvernement de la Libération a voulu, comme il fallait s’y attendre, revoir ce décret-loi. Une nouvelle commission a été réunie, dont j’ai aussi fait partie ; elle a d’ailleurs peu changé le plan comptable.[17]

Dans un article très documenté et précis, publié en 2010, Oussama Ouriemmi a bien montré la genèse et le contexte de la mise en place du plan comptable général sous l’Occupation en 1942[18]. L’action et la pensée de Jacques Chezleprêtre, qui dirige cette commission, est analysée en particulier. Et l’on constate que son attitude, froidement technique, consiste à vouloir profiter de la situation politique et militaire pour faire avancer sa conception théorique et mettre en place un plan comptable général en France. Et pour cela, il n’hésite pas à instrumentaliser le représentant du Reich pour forcer la main aux fonctionnaire vichystes. Lui-même ne montre aucune accointance idéologique avec les nazis, ni aucune volonté de mettre en place un outil d’exploitation de la France au profit de l’Allemagne nazie. Il est même probable qu’il voit la mise en place du plan comptable comme un instrument de renouveau de la France de Vichy. Mais son aveuglement politique, comme celui de Fourastié, sur la nature du gouvernement de Vichy est patent. En agissant comme il le fait, en croyant porter une vision purement technique, mais au service d’un gouvernement en fait privé de toute souveraineté réelle, il agit en réalité comme un serviteur de l’Allemagne nazie. Et c’est bien pourquoi la Résistance et la France Libre s’opposeront violemment et de façon constante à la mise en place de ce plan comptable, perçu comme un outil d’exploitation de la France au profit d’Hitler. Dans ces conditions, il apparaît logique qu’à la Libération, un nouveau plan comptable fût mis en place, même s’il s’inspira au niveau technique de celui de Vichy, ne serait-ce que pour marquer la rupture symbolique entre une planification au service des nazis, et une autre consacrée au développement d’un pays libre et souverain. Jacques Chezleprêtre, comme responsable de ce plan, sera d’ailleurs jugé coupable de collaboration avec l’ennemi à la Libération, mais ne sera pas condamné à mort, et reprendra une carrière dans le privé. C’est donc à cette commission que participa pour sa part Jean Fourastié, et, de même qu’il joua un rôle majeur, peut-être le rôle principal, dans l’élaboration du plan comptable des assurances, il n’est pas douteux que le plan comptable de 1942 sortit largement de son esprit. D’ailleurs, à cette époque de l’Occupation, s’il n’est pas encore en première ligne au plan politique, il occupe déjà une position institutionnelle importante. Le plan comptable de 1942 porte indubitablement sa marque de fabrique. Il est largement influencé par le plan Göring des nazis, dont on a vu qu’il est en fait un plan réalisé avant l’arrivée de Hitler au pouvoir par Eugen Schmalenbach. Si ce plan comptable vichyste est produit pour le compte d’un gouvernement collaborateur, ce qui le marque du déshonneur, il ne faut pas croire pour autant qu’il est le produit des nazis, et Oussama Ouriemi l’a bien montré dans son article. A ses arguments, on peut ajouter ceux qui découlent de ma recherche. Car à ce moment-là, la réalité est que les nazis ne sont pas en capacité technique d’élaborer un plan comptable général pour la France occupée. Leur propre plan, improprement appelé « plan Göring », a donc été récupéré tout fait au grand économiste et comptable Eugen Schmalenbach. Mais Schmalenbach n’est pas en responsabilité dans l’Allemagne nazie. Avec sa femme juive, il est en fait persécuté, suivi, menacé par le régime nazi et vit dans la réclusion en Allemagne en attendant la chute de Hitler. Aussi les hauts fonctionnaires français travaillant derrière Jacques Chezleprêtre, à commencer par le plus intelligent d’entre eux, Jean Fourastié, sont-ils intellectuellement et administrativement beaucoup plus forts que les nazis qui les dominent cependant par la force militaire. Le plan comptable de 1942, s’il est un plan réalisé pour le compte d’un pays esclave, ne peut pas être un plan réalisé par l’occupant, parce que cet occupant, comme l’a montré Ian Kershaw, n’a plus pour organisation administrative qu’un fonctionnement pathologique. Dans ce contexte malgré tout propice à l’élaboration d’un plan comptable, où rationaliser la comptabilité est une urgence, où les brouillards théoriques qui l’entourent semblent être le produit de vanités insupportables venues d’un autre monde, Jean Fourastié publie sa découverte fondamentale.

Il enseigne alors le plan comptable, ainsi que les résultats fondamentaux de ses recherches, en tant que professeur à l’Ecole libre des sciences politiques à Paris. C’est à ce moment-là que ses livres essentiels, qui constituent la découverte de l’origine et de la logique réelle de la comptabilité en partie double, sont publiés sous Vichy, de 1942 à 1944. Ses cours de 44 montrent bien l’état d’esprit dans lequel il développe sa pensée devant ses étudiants de l’Ecole libre des Sciences Politiques :

La comptabilité n’a pratiquement pas fait de progrès depuis deux cents ans. On enseignait en 1930 la comptabilité selon les méthodes qui étaient parfaitement normales vers 1600 ou 1700, mais qui ne coïncident plus du tout avec ce qu’on demande actuellement à la méthode comptable. L’enseignement est archaïque, en ce sens qu’il dérive d’une conception ancienne, lourde, difficile à mettre en œuvre, et il est archaïque aussi dans ses méthodes mêmes. On se réfère à des principes difficiles, scholastiques, mnémotechniques, directement hérités des anciennes sorbonnes de 1500 ou 1600, où l’élève apprenait des phrases par cœur et les appliquait sans comprendre.

Cette stagnation de l’enseignement de la comptabilité tient pour une large part au fait que cet enseignement est trop compartimenté. Il n’y a pas d’idée générale. Il n’y a même pas de règles générales. On apprend la comptabilité beaucoup plus de son prédécesseur, de son chef de service qu’on ne l’apprend dans les écoles ; et voilà pourquoi il se crée des traditions extrêmement vénérables la plupart du temps, et également très souvent poussiéreuses, qui conduisent à faire simplement ce que les prédécesseurs ont fait, sans ajouter aucune simplification ou aucun perfectionnement.

Pour avoir un enseignement un peu fort et un peu vigoureux, il faudrait un certain nombre de règles générales sur lesquelles tout le monde puisse s’entendre. Or, ce n’est pas le cas. Il y a toujours fourmillement de méthodes, de principes, de règles et personne n’a jamais pu faire triompher une idée simple, même sur des faits absolument usuels ; par conséquent, le nombre très grand de petites chapelles se perpétue et personne n’arrive à imposer un enseignement général.

Seul peut le faire le plan comptable qui est une règle promulguée pour l’ensemble de la France et où chaque professeur de comptabilité pourra puiser les principes généraux qu’il transmettra à ses élèves. Par conséquent, l’enseignement réclame impérieusement le plan comptable, pour que les professeurs puissent eux-mêmes se faire des idées claires, il puissent les communiquer à l’ensemble de leurs élèves ; ceux-ci enfin, ayant des professeurs qui s’entendent, arriveront peut-être eux-mêmes à s’entendre entre eux[19].

A cet état des lieux théorique et pédagogique, Fourastié ajoute le problème de l’harmonisation comptable des entreprises privées, tel qu’il a été entrepris dans les pays anglo-saxons libéraux.

Au congrès international de Barcelone, ont été jetées les bases d’une codification des règles comptables, d’un ouvrage de doctrine qui donnerait les principes généraux de comptabilité. Dans beaucoup de pays, de telles idées ont reçu un commencement d’exécution, notamment aux Etats-Unis, en Angleterre, pour ne parler que des pays à régime libéral. Aux Etats-Unis, ce mouvement est né d’associations d’entrepreneurs industriels. Les usagers eux-mêmes ont reconnu l’intérêt d’appliquer certaines normes que l’on appelle là-bas « standard », et c’est par conséquent les patrons qui se sont unis eux-mêmes pour adopter certaines règles générales de comptabilité. En Angleterre, au contraire, ce sont les experts-comptables qui ont peu à peu, dans leurs contacts quotidiens avec les sociétés, adopté et fait adopter certaines règles générales. Ce mouvement de « standardisation » est assez avancé, surtout en Amérique, de sorte que l’on ne trouve plus là-bas, au moins dans les entreprises importantes, l’anarchie comptable qui s’épanouit encore en France.

A l’aide de ces résultats standards des comptabilités individuelles, peuvent être dressées des statistiques nationales qui sont la source de renseignements précieux pour le gouvernement et pour tous les chefs d’entreprises.[20]

Enfin, Fourastié montre que c’est la planification, c’est-à-dire la montée de l’Etat dans l’organisation économique, qui représente le meilleur motif de clarification de la comptabilité et de mise en place du plan comptable général. Ici, tous les éléments de la pensée comptable de Fourastié se trouvent synthétisés et fonderont après-guerre les principes de la planification française, dont il sera le grand architecte (mais au moment du cours en 1944, on sent encore, même au second plan, le poids écrasant de la dictature hitlérienne dans son cours, ainsi qu’une passivité, drapée dans la neutralité hautaine et aveugle de l’enseignant et du haut fonctionnaire, qui saute aux yeux aujourd’hui. Ainsi, la Seconde guerre Mondiale, qui fait rage en France et ailleurs au moment où il parle, est-elle pudiquement qualifiée de « grandes luttes internationales » …) :

Mais depuis quelques années, un autre motif s’est encore ajouté à tous les précédents et milite impérieusement en faveur du plan comptable : c’est la pratique de l’économie dirigée.

L’économie dirigée est une méthode qui consiste à centraliser entre les mains de l’Etat tous les moyens propres à favoriser telle production et à diminuer ou même à arrêter complètement telle autre. Au nom de l’intérêt général, l’Etat oriente dictatorialement la production, la circulation et la répartition des biens.

Cette économie dirigée apparaît à certains comme un pis-aller, comme une méthode imposée par la rigueur des évènements.

Et en effet, l’économie dirigée dans toute sa rigueur et notamment le contrôle des prix, ne sont pratiquement concevables que dans des périodes de crise aigües, telles que celles des grandes luttes internationales. Mais il suffit de réfléchir à l’évolution économique du monde depuis 1914, et notamment à l’histoire de l’économie française, pour penser que l’on ne soit pas près à l’heure actuelle de revenir à une économie totalement libre.

Or, pour orienter une économie, si peu que ce soit, et ne serait-ce que par les droits de douane et les impôts, il faut en connaître au moins les éléments principaux ; voilà pourquoi le plan comptable est absolument nécessaire dans un état moderne ; il faut que partout, l’on adopte les mêmes règles générales, que partout les mêmes mots signifient les mêmes choses, que les méthodes comptables et statistiques soient les mêmes, pour que l’on arrive au final à ne pas additionner des autocars avec des machines à battre. Voilà pourquoi les grands pays qui ont tiré de l’économie dirigée des résultats que nous ne pouvons pas sous-estimer, comme l’Allemagne ou l’U.R.S.S., ont adopté depuis longtemps des plans comptables.

En Allemagne, le plan comptable date de 1937 ; en U.R.S.S., le plan comptable date de 1935. En U.R.S.S., le plan comptable est lié de manière intime aux plans quinquennaux qui, en dix ans, ont transformé la Russie, plus que la France ne l’a été depuis cent ans.[21]

Certes, cette vision historique repose en particulier sur des illusions historiques, puisque l’Allemagne nazie, bien qu’ayant adopté le plan Schmalenbach, n’a pas été capable d’en tirer une utilisation réellement rationnelle. En URSS, la période d’industrialisation à marche forcée des années 30 n’a pas été aussi efficace pour l’économie soviétique que ce que l’on a longtemps cru, et de ce point de vue la NEP, appliquée dans les années 20, a peut-être même eu de meilleurs résultats.[22] Mais ce qui importe ici, c’est de comprendre que l’atmosphère de tension extrême, de mobilisation totale, de montée de la planification, qu’a entraînés dans tous les pays la Seconde guerre Mondiale, a été le terreau dans lequel Fourastié a pu élucider définitivement le mystère de la comptabilité en partie double, et en fournir une explication rationnelle. Il a alors développé l’enseignement de cette technique, il a souhaité harmoniser son application dans toute la France, sous Vichy mais surtout après-guerre avec la planification. Il a eu la volonté de connecter cette technique avec la macroéconomie naissante et la statistique, ce qu’il n’a pas complètement réussi à faire.

4°) La comptabilité et la macroéconomie

En effet, avec le prestige de la victoire, ce sont les Etats-Unis qui imposèrent peu à peu, après-guerre, leur organisation institutionnelle et leurs débats théoriques partout dans le monde. Or, on a vu que la comptabilité elle-même joua peu de rôle aux Etats-Unis pendant la guerre. Dans ce pays, c’est bien davantage les statistiques qui permirent de mettre en place une comptabilité nationale, sous l’influence d’économistes comme Simon Kuznets. Aussi, la pensée internationale suivit-elle progressivement ce mouvement, et les comptabilités nationales de tous les pays, y compris en France, se bâtirent sur l’usage exclusif des statistiques, et non pas de la comptabilité, considérée dès lors, comme aux Etats-Unis, comme une pure discipline de gestion privée des entreprises, indépendante de la macroéconomie. Cette situation théorique, comme nous allons le voir, ne va pas sans de graves failles dans l’analyse économique moderne, notamment dans les concepts définissant la productivité, comme nous le verrons dans la deuxième partie de cette thèse. Mais il faut noter que Fourastié lui-même en était conscient, et regrettait à la fin de sa vie de ne pas avoir suffisamment porté son effort sur la construction des concepts de la comptabilité nationale, qui est improprement appelée ainsi, puisqu’il s’agit bien davantage d’une statistique nationale. Dans ses mémoires il fait un bilan de cette période :

J’ai enseigné longtemps à Sciences Po : au début, en 1945, j’ai enseigné la comptabilité des entreprises, à cause de mes idées sur l’histoire de cette comptabilité. Je la présentais comme moyen d’observation de la vie économique.

Cela aurait pu me conduire à créer la comptabilité nationale, qui n’était pas encore née. J’y travaillai au Commissariat au Plan avec Dumontier, Froment et Gavanier, à un moment où le Ministère des Finances ne s’en préoccupait pas encore. Je n’ai pas pu continuer dans cette voie car je ne pouvais pas tout faire ! Je le regrette. En effet, la comptabilité nationale telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui et dans toutes les Nations évoluées, est source d’obscurités sur le réel.

Elle est artificielle, compliquée et technique. Quand je l’enseignais, tous les deux ans, j’étais obligé de la réapprendre – difficilement. Elle renseigne insuffisamment les journalistes, le public, et même les hauts fonctionnaires, les chefs d’entreprise, les syndicalistes… Il y a un langage interne. On n’en retient guère que le Produit National ; on distingue le « brut » du « net », « le produit national » de « la production nationale »…, dans des conditions peu claires et surtout peu fécondes.

La comptabilité nationale n’a pas été élaborée par des hommes d’action, ni des économistes, ni même des comptables professionnels. Ce sont des inspecteurs des finances, fonctionnaires, qui l’ont mise en place. Le courant a été le même dans les autres pays, Etats-Unis, Grande Bretagne ; finalement a été adopté un système de comptabilité nationale quasi-mondial, qui a le défaut de donner la priorité à la finance sur l’économie et la gestion. On aurait dû prendre davantage de références dans la comptabilité des entreprises, dans les notions de bilan et de comptes de profits et pertes, et surtout, employer un langage plus concret, accorder au moins autant d’importance aux flux de marchandises qu’aux flux de monnaie ou de crédit.[23]

Ces observations, qui sont logiques au vu de la pensée de Fourastié, sont capitales pour ce qui concerne l’analyse du capitalisme mondial actuel, comme je le montrerai dans la deuxième partie de cette thèse. En effet, une grande partie des failles de la pensée économique actuelle résident dans l’analyse purement monétaire que les systèmes de comptabilité nationales font de la productivité, et c’est bien à cela que Fourastié fait allusion ici.

Mais au-delà de cet aspect sur lequel nous reviendrons dans la deuxième partie, il faut faire un point sur l’influence qu’a eu la pensée de Fourastié au strict point de vue de la théorie comptable. Car dans ce domaine, si sa pensée a été féconde et a irrigué l’enseignement en France, il faut bien faire le constat que l’état du débat aux Etats-Unis a peu à peu envahi la recherche mondiale, conduisant à un incontestable affaiblissement de la théorie, notamment pour ce qui concerne l’analyse de la finance moderne.

5°) La portée théorique de la découverte de Fourastié

Finalement, la découverte de Fourastié, qu’il faut dater au moins de 1943, et qui a permis d’élucider définitivement le mystère de l’origine et de la logique de la partie double, ne semble pas avoir été vraiment assimilée par la théorie comptable. On a vu le triple mouvement qui a permis de déboucher sur cette découverte : d’une part l’évolution de la pensée comptable, au début du 20ème siècle, qui stimule le travail d’élucidation, notamment des chercheurs allemands et français pour comprendre de façon scientifique ce qu’est la comptabilité en partie double, dont l’utilisation est mondiale. Deuxièmement, le travail de fouilles dans les archives comptables médiévales mené par les historiens de la banque, et notamment les historiens italiens, qui culmine dans les travaux de Raymond de Roover et surtout Werner Sombart, permet de mettre en évidence les grandes étapes historiques de l’invention de la comptabilité en partie double à la fin du Moyen-Age en Italie. Troisièmement enfin, la montée de la planification, l’étatisation et la mobilisation de l’économie avant et pendant la Seconde guerre Mondiale, que ce soit en France, en Allemagne, en Suisse ou en U.R.S.S., conduit à une pression extrêmement forte pour rationaliser la pensée comptable et n’en garder que le strict nécessaire, en se débarrassant de toutes les théories fumeuses et obscures qui l’entourent. C’est ce triple mouvement qui déboucha sur la découverte de Jean Fourastié, dont il faut répéter qu’elle est la seule logique et conduisant à une compréhension pratique de la comptabilité en partie double.

Essentiellement, sa démonstration est de nature logique, historique, et économique. Elle explique la partie double par les nécessités du commerce et de l’entreprise et permet de comprendre sa logique interne. C’est ce qui fait sa supériorité sur les autres explications qui la précédaient, et qui échouaient systématiquement à donner une explication complète de sa logique. En particulier, le grand contraire de cette forme d’explication est ce que nous pouvons appeler le juridisme. Celui-ci cherche dans les innombrables termes juridiques qui inondent bien souvent la comptabilité à définir une structure juridique précise. Ce type d’explication pose le postulat que la comptabilité est une construction juridique complexe. Or ce que montre Fourastié de façon incontestable grâce à l’histoire, c’est que les termes juridiques ne sont jamais premiers. Bien souvent, ils ne servent qu’à habiller des écritures comptables dont l’origine est purement logique, purement numérique ou économique. Bien plus, ces termes juridiques font souvent double emploi, ou ont une signification instable. Bref, ils sont un piège pour l’analyse, qui marquent seulement l’absence de maitrise logique de ceux qui les utilisent. Il est parfaitement illusoire de vouloir déduire une logique de leurs définitions fragiles, changeantes, ils sont souvent un écran de fumée visant à donner une légitimité apparente au comptable ou au chercheur qui les utilise. La démonstration de Fourastié nous indique une chose essentielle, c’est que toute comptabilité, qu’elle soit celle d’une entreprise, d’une banque, d’un Etat, ou d’une bourse, peut être, et donc doit être, analysée d’un point de vue logique et numérique. Et cette logique, ramenée à quelques écritures schématiques fondamentales pouvant être décrites, simplifie considérablement la compréhension de la comptabilité.

C’est malheureusement cette avancée théorique essentielle qui semble avoir été oubliée de nos jours, au moins depuis les années 90 en France sous l’influence du débat théorique américain, qui ne l’avait jamais vraiment assimilée, comme nous l’avons vu. Et ce recul, cet affaiblissement de la pensée comptable n’est nulle part plus criant que dans l’analyse de la finance moderne. En effet, et c’est ce que nous cherchons à faire dans cette thèse, toute opération financière devrait être décrite d’un point de vue logique et numérique. Car toutes, aussi emmêlées que semblent leurs définitions juridiques, peuvent en fait être décrites de façon simple, à partir de leur comptabilité. Mais précisément, ce que nous voyons à l’œuvre dans les manuels de comptabilité bancaire et financière, c’est un juridisme inextricable. Partout les produits financiers sont décrits à partir de leur nom juridique, et il apparaît toujours difficile de donner un sens stable et universel à certains de ces concepts. D’ailleurs, toutes les entreprises, tous les marchés, ne donnent pas le même sens à certains concepts, ce qui conduit, au final, à un obscurcissement invraisemblable des marchés financiers et de leur fonctionnement. Pourtant toute opération financière se traduit par une écriture comptable simple, et en fait, cette écriture comptable est la seule chose qui la définit réellement.

Ceci d’ailleurs est compréhensible à la fois d’un point de vue historique et conceptuel. Du point de vue historique, nous avons vu que la pensée comptable américaine, qui inonde le monde de ses concepts, est toujours restée en retard, par rapport à la pensée européenne, notamment allemande, française, et italienne, parce qu’au fond, elle ne ressentait pas la nécessité de combler ce retard, au vu de l’énorme avance économique et industrielle que possédaient les Etats-Unis sur l’Europe au sortir de la guerre. D’un point de vue conceptuel d’autre part, on a vu qu’en période de paix et de développement des intérêt privées, comme de nos jours, aucune pression véritable n’existe pour clarifier sa théorie pour une raison simple : ce flou arrange considérablement les intérêts privés de ceux qui tirent profit de ces opérations financières. Au contraire, on a vu que la clarification de la pensée comptable était le résultat de la pression des intérêts de la collectivité et de la montée de l’Etat dans l’économie, qui souhaite éclaircir les opérations qui se déroulent hors de son contrôle.

Voilà pourquoi la pensée comptable moderne tend à s’affaiblir, aux dépens des intérêts de tous. Voilà également pourquoi pour éclaircir les zones d’ombre de la banque et de la finance modernes, pour mettre fin à ce qui peut être perçu à tort comme une forme de fonctionnement occulte, il faut rénover la pensée comptable et en refaire cet outil de compréhension très efficace qu’en avait fait Jean Fourastié pendant la guerre. Il faut décrire de façon logique, numérique, toutes les opérations financières, étudier la comptabilité des banques, des OPCVM et des chambres de compensation dans laquelle sont définis, plus simplement qu’on ne le croit, l’ensemble des opérations financières modernes.

Ainsi, on comprendra bien mieux quelle est la signification de la finance moderne, ce qu’elle signifie au plan monétaire et économique, et donc quel est son impact sur l’économie réelle. Du même coup, on concevra bien mieux les remèdes qui peuvent lui être appliqués pour l’empêcher de nuire à la collectivité et pour la faire fonctionner dans un sens conforme à l’intérêt général. C’est à cela que peut servir la pensée comptable de Jean Fourastié, et c’est pourquoi il est important de se rappeler de la portée de sa découverte, comme des conditions historiques exceptionnelles et tragiques qui l’ont permise. On verra alors que cette pensée est une arme efficace pour penser la finance moderne.

Mais avant de s’atteler à cette tâche, il nous faut revenir à l’analyse du fonctionnement de la comptabilité en partie double des marchands banquiers italiens médiévaux, et voir en quoi elle permit la croissance de la monnaie moderne. Cela nous donnera une vision complète du mouvement historique dans lequel le capitalisme, la monnaie moderne et les marchés financiers se développèrent jusqu’à aujourd’hui.


[1] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, 1994, Beauchesne Editeur.

[2] L’œuvre de Raymond de Roover, Henri Lapeyre, Revue d’histoire économique et sociale, vol. 53 N° 2/3, pp 413-424.

[3] La formation et l’expansion de la comptabilité à parties doubles, Raymond de Roover, Annales d’histoire économique et sociale, mai 1939.

[4] Histoire et doctrine de la comptabilité, J.H. Vlaeminck, éditions Pragnos, 1979, p.61.

[5] La théorie positive de la comptabilité, J. Dumarchey, 1914,1933.

[6] Histoire et doctrine de la comptabilité, J.H. Vlaeminck, éditions Pragnos, 1979, p.205-206.

[7] Histoire et doctrine de la comptabilité, J.H. Vlaeminck, éditions Pragnos, 1979, p.203-204.

[8] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, 1994, Beauchesne Editeur.

[9] Les grands auteurs en comptabilité, Bernard Colasse, Editions EMS, 2005.

[10] Les grands auteurs en comptabilité, Bernard Colasse, Editions EMS, 2005.

[11] L’œuvre de Raymond de Roover, Henri Lapeyre, Revue d’histoire économique et sociale, vol. 53 N° 2/3, pp 413-424.

[12] La formation et l’expansion de la comptabilité à parties doubles, Raymond de Roover, Annales d’histoire économique et sociale, mai 1939.

[13] Le contrôle de l’Etat sur les compagnies d’assurance, Jean Fourastié, Dalloz, 1939.

[14] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, p. 64-65, éditions Beauchesne, 1994, Paris.

[15] Fourastié, comptabilité générale conforme au plan comptable général, 1944

[16] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, p. 66-67, éditions Beauchesne, 1994, Paris.

[17] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, p. 68, éditions Beauchesne, 1994, Paris.

[18] Le plan comptable de 1942 : un plan « de » ou « sous » l’Occupation ? Oussama Ouriemmi, Journées d’Histoire de la Comptabilité et du Management, 2010, France. halshs-00465968v2

[19] Comptabilité générale conforme au plan comptable général, Jean Fourastié, librairie générale de droit et de jurisprudence, Paris, 1944.

[20] Comptabilité générale conforme au plan comptable général, Jean Fourastié, librairie générale de droit et de jurisprudence, Paris, 1944.

[21] Comptabilité générale conforme au plan comptable général, Jean Fourastié, librairie générale de droit et de jurisprudence, Paris, 1944.

[22] Comptabilité générale conforme au plan comptable général, Jean Fourastié, librairie générale de droit et de jurisprudence, Paris, 1944.

[23] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, 1994, Beauchesne Editeur.

La dynamique historique de la financiarisation

Nous avons réuni lors des différents développements de cette thèse tous les éléments nécessaires à une meilleure compréhension du phénomène de financiarisation que l’on observe depuis le début des années 80. En premier lieu nous avons mis à jour, grâce à une analyse comptable basée sur les découvertes de jeunesse de Jean Fourastié, la nature profonde de la finance. En démontrant que la comptabilité en partie double est une méthode de définition et de gestion de la valeur, nous avons rappelé qu’elle distingue quatre formes irréductibles et fondamentales de cette valeur : les marchandises (ou le patrimoine), les créances, la monnaie réelle et le profit qui permet de lier entre elles ces valeurs en enregistrant leurs variations de prix. Ayant ainsi pris conscience de cette distinction fondamentale, à laquelle est soumise l’ensemble de la vie économique, monétaire et financière du capitalisme, nous avons pu dégager une définition précise de ce que représentent les actifs financiers et les dérivés qui sont basés sur eux, et cette définition a été obtenue en déroulant la dynamique historique de ces instruments. Ainsi, il est apparu que les dérivés sont des créances qui circulent et tendent à être considérées comme une pure monnaie en période de confiance, ce qu’elles ne sont pourtant pas tant qu’une institution étatique ne les valide pas comme telles. Cette confiance se base sur l’augmentation du prix des actifs sous-jacents qui permettent à ces dérivés d’être émis et échangés. Nous avons donc constaté l’existence d’une relation autoentretenue entre la hausse du prix des actifs financiers et la croissance de la masse des dérivés. Mais ces observations n’auraient pas grand intérêt si nous n’avions pu dégager ce qu’elles signifient au plan macroéconomique, c’est-à-dire l’impact que la finance a sur le système-prix considéré dans son ensemble. C’est pourquoi il nous a fallu analyser en profondeur le fonctionnement de ce système-prix, et c’est encore les théories de Jean Fourastié, intégrées au débat théorique général sur l’inflation et mises à jour, qui nous ont donné les clés pour comprendre cet impact. Ainsi, nous avons montré que c’est le progrès technique, par son influence déterminante sur le système-prix qui, en faisant baisser un certain nombre de prix (que nous avons nommé les prix de production), permet à d’autre prix de monter (les prix de compensation), jouant un double rôle d’équilibre du niveau général des prix et de répartition monétaire des fruits du progrès technique. Dans ce schéma, nous avons ensuite montré que le prix des actifs financiers était typiquement un prix de compensation, qui montait en réponse aux baisses de prix induites par le progrès technique. Il est important de préciser que les prix des actifs financiers ne sont pas les seuls prix de compensation, et la répartition se fait encore largement, et quel que soit le secteur considéré, par les salaires, les profits conservés par les employeurs ou les hausses de pouvoir d’achat induites par les baisses de prix dues à la concurrence. Cependant, parce que la finance est un système extrêmement bien organisé et de plus en plus puissant, nous avons noté qu’elle devenait la force principale qui dirigeait dans sa direction la hausse des prix de compensation, et cela de façon de plus en plus marquée. C’est pourquoi nous l’avons définie comme un système d’extraction de la valeur, et nous avons noté qu’elle constituait en l’état un mode d’expropriation de la productivité réelle des nombreux acteurs économiques qui génèrent cette productivité par leur travail et leurs innovations.

Mais il nous faut à présent observer selon quel processus historique ce système d’extraction de la valeur s’est mis en place, et quels ont été les débats théoriques et les actions normatives qui ont permis sa construction. En particulier, il nous faut étudier et comprendre pourquoi les banques centrales des différents Etats ont permis qu’elle se développe, et comprendre les conséquences qu’un tel mouvement a entraîné sur l’évolution économique récente. En faisant ce travail, nous allons en fait procéder à une reconsidération de l’histoire économique récente, de la crise de 1974 jusqu’à nos jours, et nous allons montrer que la financiarisation est largement le produit d’une illusion : celle du caractère scientifique du monétarisme.

Le monétarisme, une idéologie structurelle qui s’impose à l’occasion d’une crise conjoncturelle

Le monétarisme ou néo-monétarisme, tel que l’a défendu Milton Friedman, s’est réellement imposé dans la pensée économique à la fin des années 70, avant de se diffuser dans l’action politique des différents gouvernements à partir du début des années 80. On peut dire que, davantage sans doute que la théorie de l’équilibre générale elle-même, c’est lui qui a fait basculer les pays développés dans ce que l’on appelle à raison le néolibéralisme. En effet, la clé de voute du monétarisme est l’idée que l’inflation est un phénomène exclusivement monétaire, quel que soit le lieu et l’époque, ce qui a pour conséquence que l’inflation est un phénomène qui doit être placé exclusivement sous la responsabilité de la banque centrale, puisque c’est elle, et elle-seule, qui détermine la masse monétaire. Cela a pour conséquence que la banque centrale doit assurer un développement de la masse monétaire correspondant à la production prévisible d’une économie donnée, de sorte à n’avoir qu’une inflation résiduelle, permettant éventuellement l’ajustement des prix relatifs. C’est cette idée essentielle qui s’est imposée dans les années 70, et qui a inspiré la politique des banques centrales jusqu’à nos jours, notamment avec le principe de ciblage d’inflation qu’elles adoptent toutes, et qui consiste à émettre une quantité de monnaie correspondant à une inflation située entre 0% et 2% de croissance par an. Les différents gouvernements doivent ensuite prendre leurs responsabilités, notamment en termes de règlementation sociale, afin que cet objectif monétaire ne soit pas mis en cause. Telle est fondamentalement la doctrine qui s’est imposée dans les années 70 et jusqu’à nos jours à partir des travaux de Milton Friedman. Dans sa thèse, Yaël Dosquet a par exemple montré comment ce phénomène a constitué un « basculement de gouvernementalité »[1] . J’ai également montré dans mon mémoire de master les conditions économiques et politiques dans lesquelles cette victoire du monétarisme a eu lieu[2] dans les années 70-80.

Mais pour comprendre ce basculement, il est essentiel de voir qu’il ne s’est pas fait uniquement pour des raisons idéologiques. Il a surtout été une réponse théorique à une crise conjoncturelle, celle de la montée de l’inflation des années 70, qui atteint alors des niveaux inégalés depuis les années 50 dans les pays développés en raison des chocs pétroliers. Or cette inflation inquiète de nombreux gouvernements parce qu’elle fait craindre une perte du contrôle sur les prix, et le basculement dans l’hyperinflation, comme dans l’Allemagne des années 20[3] [4]. Or face à cela la théorie keynésienne, ou néo-keynésienne, qui a essentiellement cours parmi les économistes à ce moment-là, affirme que l’inflation n’est pas un mal, qu’elle permet une meilleure répartition des profits et qu’elle permet de réduire le chômage. D’une certaine manière cette théorie semble ne pas être en mesure de lutter contre cette vague inflationniste et de la réduire, et c’est précisément ce qu’offre la théorie de Milton Friedman, qui dénonce la stagflation – la combinaison de l’inflation et du chômage – comme un phénomène nouveau non prévu par les néo-keynésiens[5]. Il réaffirme alors le lien mécanique qui existe entre inflation et masse monétaire et considère que ce lien a été oublié par la théorie économique des keynésiens, ce qui les empêche de comprendre réellement ce phénomène. Dans son esprit, sa théorie est donc fondamentalement une réponse scientifique à un problème nouveau, et c’est ainsi qu’il parviendra à diffuser très largement sa théorie, et qu’elle deviendra en fin de compte dominante et utilisée de façon pratique par les banques centrales. La conclusion de son discours de remise du prix Nobel en 1976 illustre très bien cet état d’esprit :

One consequence of the Keynesian revolution of the 1930’s was the acceptance of a rigid absolute wage level, and a nearly rigid absolute price level, as a starting point for analyzing short-term economic change. It came to be taken for granted that these were essentially institutional data and were so regarded by economic agents, so that changes in aggregate nominal demand would be reflected almost entirely in output and hardly at all in prices. The age-old confusion between absolute prices and relative prices gained a new lease on life.

In this intellectual atmosphere it was understandable that economists would analyze the relation between unemployment and nominal rather than real wages and would implicitly regard changes in anticipated nominal wages as equal to changes in anticipated real wages. Moreover, the empirical evidence that initially suggested a stable relation between the level of unemployment and the rate of change of nominal wages was drawn from a period when, despite sharp short-period fluctuations in prices, there was a relatively stable long-run price level and when the expectation of continued stability was widely shared. Hence these data flashed no warning signals about the special character of the assumptions.

The hypothesis that there is a stable relation between the level of unem- ployment and the rate of inflation was adopted by the economics profession with alacrity. It filled a gap in Keynes’ theoretical structure. It seemed to be the “one equation” that Keynes himself had said “we are . . . short” (15). In

addition, it seemed to provide a reliable tool for economic policy, enabling the economist to inform the policy maker about the alternatives available to him. As in any science, so long as experience seemed to be consistent with the reigning hypothesis, it continued to be accepted, although as always, a few

dissenters questioned its validity.
But as the ‘50’s turned into the ‘60’s, and the ‘60’s into the ‘70’s, it became

increasingly difficult to accept the hypothesis in its simple form. It seemed to take larger and larger doses of inflation to keep down the level of unemployment. Stagflation reared its ugly head.

Many attempts were made to patch up the hypothesis by allowing for special factors such as the strength of trade unions. But experience stubbornly refused to conform to the patched up version.

A more radical revision was required. It took the form of stressing the importance of surprises – of differences between actual and anticipated magnitudes. It restored the primacy of the distinction between “real” and “nominal” magnitudes. There is a “natural rate of unemployment” at any time determined by real factors. This natural rate will tend to be attained when expectations are on the average realized. The same real situation is consistent with any absolute level of prices or of price change, provided allowance is made for the effect of price change on the real cost of holding money balances. In this respect, money is neutral. On the other hand, unanticipated changes in aggregate nominal demand and in inflation will cause systematic errors of perception on the part of employers and employees alike that will initially lead unemployment to deviate in the opposite direction from its natural rate. In this respect, money is not neutral. However, such deviations are transitory, though it may take a long chronological time before they are reversed and finally eliminated as anticipations adjust.

The natural-rate hypothesis contains the original Phillips curve hypothesis as a special case and rationalizes a far broader range of experience, in particular the phenomenon of stagflation. It has by now been widely though not universally accepted.

However, the natural-rate hypothesis in its present form has not proved rich enough to explain a more recent development – a move from stagflation to slumpflation. In recent years, higher inflation has often been accompanied by higher unemployment – not lower unemployment, as the simple Phillips curve would suggest, nor the same unemployment, as the natural-rate hypothesis would suggest.

This recent association of higher inflation with higher unemployment may reflect the common impact of such events as the oil crisis, or independent forces that have imparted a common upward trend to inflation and unemployment.

However, a major factor in some countries and a contributing factor in others may be that they are in a transitional period – this time to be measured by quinquennia or decades not years. The public has not adapted its attitudes or its institutions to a new monetary environment. Inflation tends not only to be higher but also increasingly volatile and to be accompanied by widening government intervention into the setting of prices. The growing volatility of

inflation and the growing departure of relative prices from the values that market forces alone would set combine to render the economic system less efficient, to introduce frictions in all markets, and, very likely, to raise the recorded rate of unemployment.

On this analysis, the present situation cannot last. It will either degenerate into hyperinflation and radical change; or institutions will adjust to a situation of chronic inflation; or governments will adopt policies that will produce a low rate of inflation and less government intervention into the fixing of prices.

I have told a perfectly standard story of how scientific theories are revised. Yet it is a story that has far-reaching importance.

Government policy about inflation and unemployment has been at the center of political controversy. Ideological war has raged over these matters. Yet the drastic change that has occurred in economic theory has not been a result of ideological warfare. It has not resulted from divergent political beliefs or aims. It has responded almost entirely to the force of events: brute experience proved far more potent than the strongest of political or ideological preferences.

The importance for humanity of a correct understanding of positive economic science is vividly brought out by a statement made nearly two hundred years ago by Pierre S. du Pont, a Deputy from Nemours to the French National Assembly, speaking, appropriately enough, on a proposal to issue additional assignats – the fiat money of the French Revolution:

“Gentlemen, it is a disagreeable custom to which one is too easily led by the harshness of the discussions, to assume evil intentions. It is necessary to be gracious as to intentions; one should believe them good, and apparently they are; but we do not have to be gracious at all to inconsistent logic or to absurd reasoning. Bad logicians have committed more involuntary crimes than bad men have done intentionally” (25 September 1790). [6]

On voit dans ce texte que Friedman considère que sa théorie correspond à un ajustement scientifique de la théorie économique devant un fait nouveau – la stagflation – auquel elle répond. Le résultat des politiques de désinflation qui seront inspirées de ses théories dans les années 80, et qui parviendront effectivement à réduire l’inflation à des niveaux très bas, semblent de plus donner raison à cette théorie, et c’est pourquoi elle est aujourd’hui appliquée avec constance par les banques centrales via la politique de « ciblage d’inflation ».[7]

On peut comprendre, même si beaucoup d’économistes, en particulier des post-keynésiens comme Nicholas Kaldor[8] ont critiqué dès le début le monétarisme, que cette théorie ait été acceptée. En effet, elle a tout de même permis, au moins partiellement, de résoudre la crise inflationniste des années 70 en réaffirmant l’importance de l’action de la banque centrale. Elle a donc eu un rôle peut être utile dans la résolution d’une crise inflationniste conjoncturelle. Mais cela ne doit pas faire oublier un point fondamental, c’est que la crise inflationniste des années 70 était due principalement à l’explosion des prix du pétrole, explosion qu’a dû absorber brutalement le système économique des pays riches[9]. Si l’on reprend le schéma théorique que nous avons élaboré dans cette thèse, on se rend compte que la crise inflationniste de 74, qui a permis la victoire totale du monétarisme, était une crise conjoncturelle due à un choc externe de prix très brutal. On peut comprendre qu’une réponse conjoncturelle, telles que des limitations provisoires de salaires et une restriction de la masse monétaire, ait été employéé pour répondre à ce choc de prix, mais il est en revanche absurde que la politique monétariste des banques centrales se soit poursuivie au-delà du début des années 80, c’est-à-dire après que l’inflation eût été définitivement vaincue. En effet, alors que les prix du pétrole avaient de nouveau baissé, entraînant cette fois-ci une pression à la baisse sur les prix, et le progrès technique continuant à exercer son effet dans les décennies 80-90, la politique monétariste des banques centrales ne peut qu’avoir été une politique trop restrictive d’émission monétaire, entraînant une pénurie de crédit pour l’économie des pays industriels. Certes, les économistes et les banquiers de l’époque se sont alors appuyés sur les taux d’inflation modérés pour affirmer que leur politique monétaire était équilibrée et correspondait à la progression naturelle de la production (c’est-à-dire du PIB). Cependant, ce raisonnement omet le principal phénomène économique de ces années, qui constitue aussi la faille béante de la théorie monétariste et des politiques de ciblage d’inflation, et qui n’est autre que le développement démesuré, à partir de cette époque, de la finance de marché. Il nous faut à présent préciser la nature du lien qui unit une politique monétaire trop restrictive et le développement concomitant des marchés financiers.

1974-2008 : la financiarisation du monde (expropriation des gains de productivité par la finance, politique monétaire erronée, montée des inégalités)

Tout laisse à penser que le système-prix, tel que nous l’avons défini dans les chapitres précédents, a absorbé le choc inflationniste des années 70 du aux chocs pétroliers dès les années 80, et ceci d’autant plus facilement que les prix du pétrole se sont remis à baisser sur cette période. Mais d’autre part, comme une politique monétaire restrictive s’est poursuivie dans ces années de façon inadaptée, en raison d’une croyance exagérée dans la scientificité de la théorie monétariste, les systèmes économiques des pays riches se sont retrouvés en pénurie relative de crédit. En effet, comme nous l’avons montré, la force déflationniste constante qu’exerce le progrès technique permet aux acteurs économiques de réaliser des profits via l’augmentation des prix de compensation, mais encore faut-il que ces augmentations de prix soient validés par de la création monétaire, ce qui est le rôle des banques centrales et des banques privées. Cela était largement le cas jusque dans les années 70, et le fut encore dans des pays comme l’Italie jusqu’au début des années 90, et c’est pourquoi la politique monétaire classique suffisait à l’expansion de la production sans que le recours au financement par les marchés financiers n’ait été nécessaire, sauf de façon marginale et à l’exception, sans doute, des Etats-Unis où ils se développèrent de façon massive dès les années 60[10] [11]. Mais la crise inflationniste conjoncturelle de 1974 bouleversa cet équilibre, et, en faisant s’imposer le monétarisme dans la pensée des hommes politiques et des hauts fonctionnaires à la tête des systèmes bancaires, il provoqua l’application d’une politique monétaire excessivement restrictive qui poussa les acteurs économiques à trouver ailleurs les financements dont ils avaient besoin pour réaliser des profits. Ce fut dans ces conditions que se développa la financiarisation de l’économie, c’est-à-dire le développement concomitant du prix des actifs boursiers et des marchés de dérivés. Cette analyse est tout à fait cohérente avec les schémas théoriques que nous avons mis à jour dans cette thèse. La finance, comme nous l’avons dit, est un système qui permet de transformer les créances en une forme nouvelle de monnaie, et cette opération ne peut se produire que quand le prix des actifs financiers monte, autrement dit qu’en période de progrès technique. Il est impossible qu’un tel système se développe en période d’inflation générale, parce que dans ce cas la panique s’empare des acteurs de marché qui craignent la baisse des prix de compensation qu’entrainera immanquablement le retour à l’équilibre du système-prix. En effet, en période d’inflation générale, la confiance dans la valeur en soi des créances diminue, et provoque des crises financières qui entraînent la disparition de celle-ci, ainsi que l’ont démontré Aglietta et Orléan dans La violence de la monnaie à propos du cas allemand dans les années 30[12]. Dans ce cas, c’est paradoxalement sur la monnaie réelle que se réfugient les agents, et cela est tout à fait logique, puisqu’il n’y a pas d’espace, en quelque sorte, pour faire croître les prix de compensation sur lesquels les créances financières sont émises.

Mais dans les années 80, la disparition de l’inflation générale et la poursuite du progrès technique offrait des occasions de profit que ne permettaient plus de nourrir une politique monétaire trop restrictive, et ce sont donc les marchés financiers qui validèrent ces profits à partir de leur système. D’une certaine manière, à une échelle différente et selon des modalités différentes, les pays développés se trouvaient dans la même situation que les marchands-banquiers italiens du Moyen-Age qui inventèrent les marchés financiers à partir de la circulation des lettres de change. Comme eux, ils avaient des occasions de profit qu’ils ne pouvaient pas valider par de la monnaie classique, et comme eux, ils développèrent un système de créances qui, en circulant, leur permettait d’obtenir des valeurs quasi-monétaires, à partir desquelles ils réalisaient des profits. C’est donc bien une politique monétaire inadaptée, excessivement restrictive et menée à contretemps, parce qu’inspirée des principes erronés du monétarisme, qui provoqua le développement démesuré de la finance de marché et des produits dérivés à partir des années 80 et jusqu’à nos jours. Et c’est également ce système de financement parallèle qui permit au système-prix de ne pas plonger dans la déflation à laquelle aurait pu le condamner cette politique monétaire. Par-là, nous voyons donc les profondes limites de la théorie monétariste des banques centrales, qui, tout en pensant mener une politique monétaire raisonnable et équilibrée, poussent en fait au développement d’un vaste système de financement parallèle et largement anarchique, qui dirige à son profit l’essentiel de la valeur générée par le progrès technique. Cette illusion des banques centrales, qui n’est d’ailleurs qu’en partie une illusion et est aussi une volonté délibérée, aboutit à une forme de privatisation de la monnaie, et à un recul de la puissance étatique par rapport aux banques privées et aux chambres de compensation sur qui repose désormais une part croissante du financement de l’économie. Pour reprendre les concepts d’André Orléan et Michel Aglietta, on peut dire qu’on assiste à un développement du système fractionné et à un recul du système homogène, et cela, contrairement aux présupposés simplistes du monétarisme, est typiquement un problème de politique monétaire.[13]

Cette réalité a d’ailleurs ressurgi brutalement dans l’esprit des banquiers centraux lors des différentes crises financières qui ont rythmé ces 30 années de financiarisation, parce que le grand inconvénient de ce système de financement parallèle, comme nous l’avons largement démontré dans la première partie, est qu’il se régule de façon sauvage par l’intermédiaire de ces crises. En effet, la quasi-monnaie que constitue les dérivés sur les marchés financiers, cette monnaie potentielle, n’a pas le caractère complet d’une monnaie. Bien qu’elle circule et peut être considérée par les acteurs comme une valeur de type monétaire en période de confiance, l’apparition d’une crise financière, d’une crise de confiance, la révèle soudainement pour ce qu’elle est : un ensemble de créances, des promesses de monnaie qui peuvent disparaître si ces promesses ne sont pas honorées. Or la disparition de ces créances se produit en général soudainement et en cascade, c’est-à-dire lors d’une crise financière. Et quand celle-ci advient, et cela fut particulièrement vrai en 2008 avec une crise d’une magnitude inédite dans l’histoire, il n’est plus possible pour les banques centrales de nier le lien qu’entretient cette masse de créances avec le système-prix. En effet, dans ce cas, il apparaît clairement que la disparition brutale de ces créances entraînerait immédiatement une gigantesque déflation du système-prix, parce qu’il annulerait une quantité énorme de crédits basés sur des augmentations de prix. C’est pourquoi, dans ce cas, les banques centrales sont obligées d’intervenir pour empêcher que cela se réalise, et elles le font alors en créant de la monnaie, c’est-à-dire, fondamentalement, en transformant définitivement en monnaie des créances qui n’étaient jusqu’ici qu’une quasi-monnaie. Telle est le sens des Quantitative easing auxquels furent contraints les banquiers centraux pendant et après la crise de 2008[14]. Cependant, il faut souligner l’extrême incohérence de ces banques centrales, qui laissèrent prospérer ce système par leur politique monétaire excessivement restrictive, en refusant d’analyser la nature incontestablement inflationniste des marché financiers tant qu’ils se développaient, et en se réfugiant dans la fausse scientificité rassurante du monétarisme, puis face à la catastrophe, en finissant par transformer en monnaie officielle une grande partie des créances de ce système financier.

Il est à noter que le phénomène de financiarisation revient pour l’essentiel à privatiser la monnaie, et à substituer au circuit classique de la création monétaire officielle (donc de création de monnaie réelle), un système de financement par l’émission de créances contrôlées par des banques et des chambres de compensation privées. L’Etat lui-même, comme l’a très bien montré Benjamin Lemoine dans le livre issu de sa thèse, s’est lui-même soumis pour son financement à ce système de financement privée, le considérant en quelque sorte comme plus efficace et moins inflationniste que le système monétaire classique  auquel le Trésor avait auparavant recours (via un compte ouvert à la Banque de France, à l’égal des grandes banques privées).[15] Mais ce système de financement induit de graves inconvénients pour le fonctionnement de l’économie, du fait de son instabilité et du rôle très négatif qu’il joue sur la répartition du profit, puisqu’il aspire l’essentiel de la valeur crée par une économie donnée pour lui-même. D’autre part, il induit des paiements d’intérêts de plus en plus importants qui ne sont guère justifiés, l’Etat étant tout à fait en mesure de se financer par lui-même pour peu qu’il désire le faire. Comme le montre Benjamin Lemoine, ce mode de financement a été mis en place lui aussi dans les années 70, à un moment où on craignait que le circuit de financement du Trésor ne provoque de l’inflation[16], mais, comme nous l’avons vu, ce risque a été largement désactivé dans les années 80, en raison de la poursuite du progrès technique et de la baisse des prix du pétrole. Aussi la variable déterminante, pour les dépenses de l’Etat, devrait davantage être la mesure de la productivité réelle, physique, de ses dépenses ou leur participation à cette productivité, davantage que le jugement arbitraire et volatil des marchés financiers.

Il est en effet surprenant que le système financier moderne instille un sentiment de rareté des capitaux, ou de difficulté à les obtenir, alors qu’une utilisation rationnelle de la monnaie devrait simplement considérer comme limite à son émission la productivité réelle et l’inflation générale. Typiquement, le système des marchés financiers limite le financement des investissements de long terme, comme la construction ou l’entretien d’infrastructures qui n’ont d’impact sur la productivité réelle qu’à long terme et via des externalités. Pourtant Fourastié lui-même, dans le Grand Espoir du XXème siècle, prévoyait une certaine perte d’importance du capital dans une économie avancée, et l’on peut dire qu’une fois de plus, il a surestimé le caractère raisonnable des acteurs du futur :

Evidemment, si le progrès technique se poursuit au rythme qu’il atteint en Occident à l’heure actuelle, s’il se poursuit pendant vingt ou trente ans, il est probable qu’on aura de moins en moins besoin de capitaux financiers ; il y aura ainsi une tendance à la diminution du loyer de l’argent, parce que la demande d’argent sera plus faible. La rareté de capital est un phénomène typique de la « période de démarrage ».[17]

On voit donc que le mouvement de financiarisation qui s’est produit à partir de 1974 jusqu’à 2008, a été largement le produit d’une application inadaptée de la doctrine du monétarisme dans les banques centrales et a produit de très nombreux effets perturbateurs sur l’économie en poussant à une forme de privatisation partielle de la monnaie. Les trois principaux inconvénients de ce système, par rapport au système monétaire classique, sont une explosion des inégalités due à la captation de l’essentiel de la valeur produite par la finance, et d’autre part une instabilité économique due à la fréquence des crises financières, qui sont le mode de régulation normal de ce système et enfin une restriction des financements pour les investissements de long terme. Il nous faut à présent détailler ces deux derniers points.

Les crises financières : mode de régulation sauvage de la quasi-monnaie financière

Il faut souligner que la financiarisation porte en elle les crises financières de façon inévitable. En effet, contrairement à une banque centrale qui cherche à piloter la masse monétaire en fonction d’indicateurs de suivi de l’inflation (et idéalement de suivi de la productivité et des mouvements de prix qui se produisent à l’intérieur du système-prix), les créances financières n’ont pour seule limite à leur émission que l’inflation globale, puisque personne ne contrôle ce processus. C’est la raison pour laquelle le seul mécanisme d’autorégulation de la masse des créances financière réside dans l’ajustement quantitatif que représente la crise financière, mais il va sans dire que cet ajustement entraîne des conséquences catastrophiques pour le système productif. Il est important de noter que c’est généralement l’apparition de l’inflation globale qui provoque ces crises. Ainsi, en 2007, il est patent que l’inflation a connu une hausse importante dans les pays occidentaux juste avant la crise financière extrêmement violente de 2008.

En cas d’inflation générale en effet, le mécanisme de transfert de la valeur à partir de la hausse des prix de compensation que sont les actifs financiers connaît un coup d’arrêt, parce que les investisseurs prévoient que ces hausses de prix ne pourront pas perdurer sans déstabiliser le système-prix dans son ensemble, et ils anticipent une baisse ou une stagnation du prix de ces actifs. En effet, le mécanisme essentiel du système-prix, comme nous l’avons décrit, consiste à opérer des transferts de valeur des prix de production qui diminuent du fait du progrès technique en direction des prix de compensation qui montent, le tout ne générant qu’une faible inflation globale. Mais deux cas peuvent mettre à mal ce système d’extraction de la valeur. Premièrement, si le progrès technique stagne et empêche les diminutions des prix de production. Deuxièmement, si la masse des dérivés est telle que la montée du prix des actifs est trop importante, fait plus que compenser les baisses des prix de production, et ainsi génère une inflation globale. Dans ce cas, il est inévitable qu’un ajustement se produise, ou parce que la banque centrale va durcir sa politique monétaire classique, ou parce que, d’eux-mêmes, les prix de compensation vont stagner ou baisser. C’est alors que se déclenche la panique boursière, puisque cette baisse du prix des actifs entraîne une disparition massive de dérivés qui, de proches en proches, provoque une crise financière systémique.

Ainsi, nous voyons qu’en analysant le fonctionnement du système-prix réel, nous pouvons dire que le déclencheur systémique d’une crise financière, dans notre système financiarisé, est la montée de l’inflation globale.

A ce moment-là, la destruction des créances financières dépasse largement la destruction requise par le fonctionnement équilibré du système-prix, parce qu’un mouvement de panique apparaît et pousse les acteurs à fuir vers les actifs réels (les biens patrimoniaux et la monnaie réelle). C’est la raison pour laquelle l’ajustement que représente la crise financière est un ajustement sauvage et destructeur qui, au-delà même de son effet sur les créances financières, exerce par contrecoup une gigantesque pression déflationniste sur le système-prix et met en grave danger le système productif lui-même. Il en est ainsi parce que les créances financières sont par nature un instrument instable, une quasi-monnaie qui n’est pas une monnaie, et dont la valeur est toujours une valeur en suspens, dont la substance elle-même, contrairement à la monnaie réelle ou aux actifs patrimoniaux, peut tout simplement disparaître.

Il est donc clair que le système financier que les banques centrales ont laissé prospérer par leur inaction et leur politique monétaire trop restrictive est un très mauvais système de financement, dont la principale faiblesse, en plus du fait qu’elle accroît les inégalités et empêche les investissements de long terme, est sa grande instabilité et sa capacité destructrice pour l’économie.

2008-2018 : La validation de la monnaie financière par les banques centrales et l’étranglement des forces productives.

Face à ce risque systémique qu’elles ont laissé se développer sans vouloir le voir tel qu’il était, c’est-à-dire une subversion du système monétaire, les grandes banques centrales n’ont réagi que dos au mur, à chaque fois qu’une crise financière s’est présentée. En 2008, les mesures les plus drastiques ont été prises, et elles ont toujours pris la même forme inévitable : une transformation des créances financières en monnaie réelle, par de vastes plans de rachats de titres par création monétaire qu’on a appelé pudiquement les Quantitative easing. Il était fatal que cela se termine ainsi, et l’on peut dire sans se tromper que ce chemin de la monétisation des créances sera nécessairement l’avenir de la finance, parce que le rôle que joue ce système financier est un rôle de nature monétaire.

Cependant, depuis 2008, la situation de demi-prise de conscience dans laquelle se trouvent les banques centrales par rapport à la nature du système financier pèse sur l’organisation du système productif lui-même. Certes, le prix des actifs financiers est peu ou prou au même niveau qu’en 2008, indiquant que la progression de la finance a subi un certain coup d’arrêt. Mais d’autre part, le problème s’est largement déplacé en direction des dettes publiques des différents états, qui se financent également sur les marchés depuis des réformes introduites dans les années 70-80. D’autre part le niveau atteint par les inégalités limite de nouveaux transferts de valeur du système productif en direction de la finance. La situation contemporaine dans les pays occidentaux semble donc être marquée par un affaiblissement des systèmes productifs, d’une part parce que les débouchés à ce système ont été réduits par la compression des revenus des 50% les moins bien payés, d’autre part parce que les investissements de long terme que nécessiteraient le développement du progrès technique sont rendus impossibles par le mode de financement des marchés, en particulier du fait de la pression croissante qu’ils exercent sur le budget des Etats, en exigeant des paiement d’intérêts pour la dette d’un niveau très élevé.

La répartition des profits qu’a provoquée la financiarisation, en concentrant l’essentiel de la monnaie créée par l’amélioration de la productivité de ces trentes dernières années dans les mains de quelques-uns, semble à présent empêcher toute politique vigoureuse de relance via l’investissement productif de l’Etat ou une meilleure répartition des revenus via une politique d’augmentation des salaires. Un des graves problèmes posé par la dualité du système-prix que nous avons mise à jour, est le fait que les acteurs sur qui repose la hausse de la productivité réelle (ingénieurs, différents types de véritables travailleurs, ou de véritables chercheurs…), ne sont pas nécessairement ceux qui captent la plus grande part de la valeur monétaire créée par leur travail. Le meilleur exemple de cette contradiction fondamentale du système-prix est justement le fait que la plus grande part de ce profit est captée par les acteurs des marchés financiers, alors que leur apport à la productivité réelle est nul, voire très certainement négatif. Cela est la conséquence du fait que dans un système à fort progrès technique comme le nôtre, le progrès technique tend à faire baisser le prix des secteurs les plus productifs, et à faire monter le prix des secteurs peu ou pas productifs.

Face à cette situation, beaucoup d’économistes continuent pourtant à affirmer que des pays en crise, comme la France ou l’Italie doivent davantage compresser les revenus pour améliorer la compétitivité-prix de leurs productions. Mais si cette analyse peut avoir une certaine réalité dans certains secteurs, elle ignore largement, comme on l’a vu, le fonctionnement réel du système-prix ainsi que la nature de la financiarisation et les causes profondes de la productivité réelle. En effet, c’est cette productivité réelle qu’il importe de relancer pour qu’un pays continue à se développer, mais il ressort de ces analyses que la répartition opérée à l’intérieur du système-prix est un élément fondamental à prendre en compte pour le faire. A cet égard, le système financier, dans son essence, ne favorise en rien la productivité réelle. Bien au contraire, il se nourrit d’elle et en extrait toute la valeur pour son propre compte.

La nécessité de la prise en main de la finance par les banques centrales et du retour de l’investissement public

Pour finir ce chapitre, il nous apparaît important de souligner les pistes d’actions futures qui s’offrent aux banques centrales et aux Etats pour réformer ce système financier. D’emblée il faut observer que les banques centrales seront de plus en plus amenées à intervenir sur les marchés financiers, tout simplement du fait que si elles ne le font pas, les crises financières mettront en grand danger le système productif dans son ensemble. Et la seule manière de le faire est de monétiser les créances en circulation sur les marchés financiers pour en garantir la valeur. Cela n’a rien de nouveau, c’est le rôle de prêteur en dernier ressort des banques centrales qui sera affirmé à un niveau différent, dans une dimension monétaire différente pour reprendre le vocabulaire de la première partie de cette thèse. Il faut souligner que c’est justement ce type d’interventions qui ont motivé l’invention des premières banques centrales publiques à partir du XVIe siècle, comme l’a montré Raymond de Roover[18].

A l’époque, il s’agissait déjà de garantir une monnaie nouvelle qui circulait depuis deux siècles dans la comptabilité des marchands-banquiers, et les nombreux Etats qui créèrent des banques publiques le firent tout à la fois pour garantir et utiliser à leur profit ce système nouveau. Mais à cette époque, ce système financier représentait une innovation utile, qui permit, comme on l’a vu, de mettre en place le mécanisme de la monnaie de crédit que nous utilisons encore aujourd’hui. Il représentait en fait une innovation fondamentale qui, par l’inventivité des commerçants, les contraintes posées par l’Eglise et les avertissements des philosophes antiques et de la Bible, permit la mise au point d’une monnaie moderne et efficace. La situation est très différente aujourd’hui puisque le système des marchés financiers est largement un système parasitaire et déstabilisateur, qui n’a émergé dans des proportions telles qu’en raison des erreurs théoriques et du laxisme des banques centrales.

Aussi l’enjeu est-il davantage de l’orienter au bénéfice d’une meilleure répartition des profits et du financement des investissements de long terme, tout en évitant que ses effets déstabilisateurs ne s’activent. Cela passera certainement par une forme de nationalisation de ces marchés via la banque centrale qui pourrait tout simplement, pour ce faire, absorber les plus grosses chambres de compensation, sans modifier dans un premier temps leur fonctionnement interne, mais en garantissant la valeur des dérivés qui y circulent. La plus importante d’entre elle, qui a changé récemment le nom de sa succursale en France, passant de LCH Clearnet à Banque centrale de compensation, reconnaît elle-même par ce nouveau titre la nature monétaire du système de financement qui la caractérise.

Il est bien évident que de telles réformes doivent être préparées et réfléchies à l’avance, mais répétons-le, ce sont les évènements, bien davantage que les choix politiques, qui amèneront de toute façon les banques centrales à garantir, c’est-à-dire à alimenter en monnaie, ces entités. Dès lors, comment justifier que ces entités conservent leur indépendance, s’il apparaît aux yeux de tous qu’elles dépendent fonctionnellement des banques centrales ? C’est là la question qui se posera inévitablement dans l’avenir.

De la même façon, le problème du financement de l’investissement productif de long terme va se poser de manière de plus en plus accrue pour les Etats, comme par exemple en France ou en Italie, si ces pays veulent à la fois relancer leur productivité réelle et réduire leur taux de chômage. Là encore, le rôle des banques centrales nationales (car rien de tout cela ne peut être fait à l’intérieur de l’euro) sera déterminant. On l’a vu, pour peu qu’on veuille analyser en détail le fonctionnement du système-prix, de tels investissements ne produiraient pas nécessairement d’inflation s’ils parviennent à stimuler la productivité réelle. De manière général, des investissements publics peuvent se concevoir comme un outil de répartition à l’intérieur du système-prix. Comme le prix des actifs a constamment monté pour compenser les baisses de prix issues du progrès technique depuis 30 ou 40 ans, l’Etat pourrait également utiliser cette marge de manœuvre offerte par le système-prix réel (et cela d’autant plus si les transferts de valeur en direction de la finance sont limités) afin de développer l’investissement productif à partir de prêts à faibles taux qu’elle contracterait auprès de sa banque centrale, comme avant le traité de Maastricht. Néanmoins, pour que de tels investissements soient efficaces, il serait nécessaire de s’interroger sur leur apport à la productivité réelle (ou physique), que cet apport soit à court terme ou à long terme. Une commission du type de ce que représentait le Commissariat général au Plan en France pourrait être mise en place afin de s’assurer de ce point, réunissant ingénieurs, techniciens, économistes et statisticiens. Ainsi, une politique de développement économique plus équilibrée et plus efficace pourrait voir le jour, et contrebalancer les effets délétères qu’ont provoqué les choix économiques de ces 40 dernières années, qui ont abouti à la déstabilisation du système productif, à la chute de l’investissement, à la montée du chômage et à l’explosion des inégalités. 

A cet égard, il est d’ailleurs très intéressant de constater que l’Italie des années 80 est certainement le pays développé qui est resté la plus à l’écart du monétarisme dans les années 80, pour des raisons économiques et sociales. Ainsi, l’inflation globale y a été plus élevée qu’ailleurs, et la politique monétaire de la banque d’Italie moins restrictive qu’ailleurs durant cette période. Or, bien que ces variables aient suscité l’inquiétude des théoriciens monétaristes (inquiétude largement injustifiée, comme on l’a vu), il est bien possible que la politique économique italienne de cette époque ait constitué une politique plus raisonnable et plus adaptée au développement du progrès technique. Ainsi, Erik Reinert, économiste du développement conscient de la nature dual du système-prix, livre-t-il ses impressions de chef d’entreprise exerçant à cette époque en Italie dans son livre référence. Il considère que cette politique économique a stimulé la productivité réelle bien mieux qu’ailleurs :

En tant que directeur d’une société industrielle en Italie dans les années 70 et 80, j’ai fait l’expérience de l’indexation automatique des salaires pendant une période d’inflation. A première vue ce système était un mécanisme irresponsable qui pe rpétuait l’inflation. Avec le recul, je constate que, durant cette période, l’industrie manufacturière italienne n’est mécanisée, et a réussi une croissance très importante de la productivité de la main-d’œuvre. L’augmentation des salaires et de l’inflation ont rendu très profitable le fait de substituer le capital à la main-d’œuvre. De plus hauts salaires réels sont revenus par une croissance de la demande, qui ont ainsi permis de créer plus d’emplois, alors que ces mêmes salaires croissants ont également encouragé une nouvelle mécanisation qui a créé une nouvelle croissance de la productivité, qui à son tour a augmenté les salaires, tout cela dans une interminable spirale ascendante de croissance du bien-être.[19]

On voit qu’il considère que cette politique économique a stimulé la productivité réelle bien mieux qu’ailleurs. A la lumière de la théorie élaborée dans cette thèse, il est sans doute nécessaire de reconsidérer sous un jour nouveau cette expérience passée, car contrairement aux apparences, il se pourrait bien que l’Italie ait suivi dans les années 80 une politique plus raisonnable que les autres pays avancés à cette époque. Grâce à une politique monétaire plus expansive et à un meilleur partage des salaires, l’Italie, en effet, semble avoir stimulé plus qu’aucun autre pays avancé ce que Jean Fourastié appelle la productivité réelle. Il y a donc de grandes leçons à tirer de cette expérience pour conduire les politiques économiques futures des nations avancées.


[1] La gouvernementalité de la nouvelle économie classique : de la révolution cognitive de l’économie politique à l’escalade sémantique de la gouvernementalité libérale, comment expliquer le succès de la composition de la Théorie des Cycles à l’Équilibre d’Anticipations Rationnelles dans les années 1970, Yaël Dosquet, thèse soutenue en 2012, Paris, EHESS.

[2] Inflation, mémoire longue et effet sur la croissance dans six pays d’Europe, Maxime Izoulet, mémoire de Master, Paris, EHESS.

[3] La violence de la monnaie, Michel Aglietta, André Orléan, préface de Jacques Attali, économie en liberté, Presses Universitaires de France, 1982.

[4] Histoire économique de l’Allemagne, Michel Hau, Collection économies et sociétés contemporaines, éditions Economica, 1994.

[5] Inflation and Unemployement, Milton Friedman, Nobel prize lecture, 1976.

[6] Inflation and Unemployement, Milton Friedman, Nobel prize lecture, 1976.

[7] https://www.imf.org/external/pubs/ft/fandd/fre/2010/03/pdf/roger.pdf

[8] The scourge of Monetarism, Nicholas Kaldor, Oxford University Press, 1986.

[9] Oil Prices and Inflation Dynamics: Evidence from Advanced and Developing Economies, Sangyup Choi, Davide Furceri, Prakash Loungani, Saurabh Mishra, and Marcos Poplawski-Ribeiro, IMF Working Paper, 2017.

[10] La violence de la monnaie, Michel Aglietta, André Orléan, préface de Jacques Attali, économie en liberté, Presses Universitaires de France, 1982.

[11] La monnaie entre violence et confiance, Aglietta et Orléan, Editions Odile Jacob, 2002.

[12] La violence de la monnaie, Michel Aglietta, André Orléan, préface de Jacques Attali, économie en liberté, Presses Universitaires de France, 1982.

[13] La violence de la monnaie, Michel Aglietta, André Orléan, préface de Jacques Attali, économie en liberté, Presses Universitaires de France, 1982.

[14] Voir la note déjà citée de Céline Choulet à propos des Quantitative Easing : https://economic-research.bnpparibas.com/Views/DisplayPublication.aspx?type=document&IdPdf=25852&fbclid=IwAR3LNIUuOxF2R6f7NChL478UJ6KCeHaVdXLjMSqkPSFMnIna1fv4Je0_dtk

[15] L’Ordre de la dette, Benjamin LEMOINE, 2016,Paris, La Découverte, 304 p.

[16] L’Ordre de la dette, Benjamin LEMOINE, 2016,Paris, La Découverte, 304 p.

[17] Le Grand Espoir du XXème siècle, Jean Fourastié, 1989, Collection Tel , p.183.

[18] L’évolution de la lettre de change, XIVème – XVIIIème siècle, Raymond de Roover, 1956, Affaires et gens d’affaires, éditions Armand Collin.

[19] Comment les pays riches sont devenus riches, pourquoi les pays pauvres restent pauvres, Erik S. Reinert, Editions du rocher, 2012, p. 289.

L’expropriation financière

Après avoir montré le fonctionnement du système-prix et sa dualité dans le chapitre précédent, en s’étant appuyé largement, puis en ayant généralisé la pensée de Fourastié à la macroéconomie, il nous faut à présent réutiliser cette théorie pour comprendre l’impact économique de l’évolution des marché financiers, ainsi que nous l’avons détaillée dans la première partie de cette thèse. On se souvient que nous avions défini les marché financiers actuels, et notamment le développement des dérivés dans la comptabilité des chambres de compensation, comme une forme de monnaie en gestation, acquérant le caractère de la monnaie en période de confiance, c’est-à-dire étant considérés comme une valeur en soi par les acteurs des marchés, mais pouvant perdre très rapidement cette qualité à l’occasion d’une crise financière, c’est-à-dire lors d’une crise de confiance, et étant dans ce cas brutalement détruits. C’est pourquoi les dérivés sont une quasi-monnaie, une monnaie potentielle, aspirant à la qualité de monnaie mais ne la possédant pas tant qu’un ordre juridique et bancaire ne lui attribue pas. Nous avons conclu la première partie de cette thèse sur cette définition, en tâchant de mettre à jour la dynamique de la monnaie et des créances depuis la fin du Moyen-Age, et nous avons immédiatement fixé le problème fondamental que pose l’existence d’une telle masse de quasi-monnaie pour le fonctionnement général de l’économie. En effet, il n’est pas possible qu’une telle masse d’engagements financiers, puisque les dérivés sont des créances, circule dans l’économie mondiale sans avoir d’effet sur les prix. Nous avons d’ailleurs démontré dans le chapitre 7 de la première partie la nature profondément inflationniste des dérivés, parce que les dérivés, nécessairement basés sur des actifs sous-jacents, se développent et sont considérés comme des valeurs dans les chambres de compensation si et seulement si le prix des sous-jacents sur lesquels ils sont basés montent. Cette observation a été l’une de nos conclusions fondamentales de la première partie, et il est important de bien l’avoir à l’esprit, car elle détermine la suite de la démonstration. En effet, cette loi propre aux dérivés pose immédiatement la question de savoir quel est l’impact de la circulation d’une telle masse de dérivés (près de dix fois la masse monétaire mondiale nous l’avons vu) sur le système-prix. Mais pour répondre à cette question absolument essentielle pour la compréhension du monde économique moderne, il était indispensable de faire un détour par la théorie des prix, et de trouver dans cette théorie les éléments indispensables à une définition correcte et précise du système-prix. L’étude des grands débats sur l’inflation et la monnaie qui ont scandés l’évolution de la pensée économique nous a fourni les éléments indispensables à la bonne compréhension de la relation prix-monnaie, mais c’est aussi dans la pensée de Fourastié, généralisée et intégrée à ce débat historique, que nous avons trouvé les éléments pour préciser et clarifier la théorie des prix, en mettant en évidence la dualité du système-prix. A présent, nous sommes donc en mesure de donner une lecture plus précise et complète de la nature de la relation qui lie la finance et le système-prix, dans nos économies modernes.

Le prix des actifs financiers : un prix de compensation

Nous avons donc défini précisément, en termes de logique comptable, ce qu’étaient les produits dérivés dans la première partie de cette thèse. Nous avons démontré en détail le schéma suivant : les dérivés sont des créances qui circulent entre les acteurs des marchés, et sont considérés comme des valeurs en soi, tant que le prix des actifs sous-jacents sur lesquels ils sont basés montent. Dans ce cas, grâce à l’effet de levier qu’ils permettent, ils attirent les acteurs qui souhaitent les posséder en prévoyant une plus-value sur leur revente. Aussi se développent-ils et s’échangent-ils de plus en plus, ils acquièrent progressivement la qualité d’une valeur en soi en période de confiance, tant qu’ils sont basés sur un actif sous-jacent dont le prix monte. Si le prix de cet actif chute, les dérivés basés sur lui disparaissent immédiatement, notamment à travers le mécanisme de la liquidation de position, qui permet aux participants au marché de ne perdre que leur engagement initial, et non la valeur réelle du contrat de dérivé. Il est nécessaire d’insister sur ce point. Un dérivé n’a d’intérêt qu’en raison de son effet de levier, et cet effet de levier fonctionne seulement quand le prix de l’actif sous-jacent monte. Si l’on prend un peu de recul, on s’aperçoit donc que la masse phénoménale de dérivés en circulation depuis les années 80 est uniquement basée sur des augmentations de prix. Autrement dit, il est impossible de nier le caractère inflationniste de ces dérivés qui n’existent que parce que certains prix d’actifs augmentent. A travers un mouvement à rétroactions, l’augmentation du prix d’un actif génère l’émission de dérivés dans les chambres de compensation, et en retour, l’existence d’une masse importante de dérivés stimule l’augmentation du prix d’un actif. Ce schéma théorique est d’ailleurs largement vérifié dans les faits puisque depuis les années 80, le processus de financiarisation s’est traduit tout à la fois par l’explosion de la quantité de produits dérivés et par une montée très importantes de la valeur des indices boursiers (CAC 40, Dow Jones, DAX, etc.), indices qui synthétisent des prix d’actifs financiers, autrement dit des sous-jacents des dérivés. On observe donc incontestablement la relation croissance des dérivés-montée du prix des actifs financiers.

Mais cette observation incontestable pose un problème insoluble à la pensée économique moderne, parce que le développement des dérivés ne s’est accompagné, depuis les années 80, ni d’une augmentation de l’inflation (elle a même plutôt eu tendance à baisser), ni d’une augmentation substantielle du PIB dans les pays où la finance est très importante. C’est la raison pour laquelle le caractère inflationniste des dérivés n’est généralement pas accepté ni même reconnu.

Baisse des prix de production, hausse du prix des actifs financiers

Mais nous avons montré dans la deuxième partie de cette thèse, et notamment dans les chapitres qui précèdent, que le problème de l’inflation dissimule largement l’essentiel du mouvement des prix. En effet, grâce aux démonstrations de Fourastié, nous avons vu que le système-prix était un système de répartition et de régulation du profit, au sein duquel de très grandes modifications de prix pouvaient se produire, sous l’effet du progrès technique, sans modifier l’équilibre du niveau général des prix, ou du moins en assurant une faible croissance de celui-ci. Que signifie dans ce système-prix, l’effet inflationniste des dérivés sur les actifs sous-jacents ? Pour répondre à cette question, il faut comprendre que les actifs sous-jacents, notamment les actifs purement financiers (comme les actions ou les obligations), se comportent typiquement comme un prix de compensation. Ils ne sont pas liés à un coût de revient (au coût qu’il faut pour les produire), et leur prix de vente peut augmenter sans provoquer d’inflation globale, parce que d’autres prix baissent, à différents endroits du système-prix, sous l’effet du progrès technique. Nous avons vu dans le chapitre précédent que le système-prix est en fait le lieu d’une lutte pour la captation de la monnaie créée grâce au progrès technique, et cette lutte a pour instrument, pour chacun des acteurs de la scène économique, l’augmentation des prix en sa faveur. Nous avons vu que diverses stratégies pouvaient permettre aux acteurs de sortir vainqueurs, à un degré plus ou moins important, de cette lutte : par le versement des salaires, par l’augmentation du prix des services de bases, ou par l’entente entre entreprises (de plus ou moins grande taille) etc. Chacun à sa manière tente de tirer profit du système-prix pour diriger vers lui les prix de compensation, c’est-à-dire ces prix qui augmentent en réponse aux baisses de prix induites par le progrès technique. Essentiellement, le cœur de la vie économique réside dans cette lutte pour la répartition, ainsi que, bien entendu, dans les moyens de développer le progrès technique qui permet de générer cette monnaie nouvelle. Le développement de la finance de marché, il faut maintenant y revenir, n’est que l’une des stratégies dans cette lutte pour la captation de la monnaie. Mais elle est une stratégie particulièrement efficace, parce qu’elle repose sur un fonctionnement systémique, extrêmement bien organisé par des institutions financières, et qui répond à un fonctionnement quasi-monétaire. L’émission et la circulation de dérivés, en effet, permet de stimuler de façon massive les augmentations de prix rendues possibles par le progrès technique, autrement dit elle permet de diriger dans sa direction l’augmentation des prix de compensation, et d’en tirer de grands profits, plus qu’aucune autre stratégie économique n’est capable de le faire.

Les marchés financiers : un système d’extraction de la valeur

Ce que signifie le caractère inflationniste des dérivés, c’est que la finance attire les augmentations des prix de compensation, c’est-à-dire qu’elle oriente les profits nouveaux, générés par le progrès technique, dans sa direction, puisque les dérivés permettent de réaliser des profits à partir de ces augmentations de prix. L’effet fonctionne dans les deux sens : d’une part les prix qui augmentent stimulent la création de dérivés à partir d’eux, et en retour la création de dérivés basés sur un actif a tendance à faire monter le prix de cet actif, puisque les acteurs désirent le posséder. Par ce fonctionnement, la finance parvient à générer des profits à partir de tout type de prix de compensation, et ces profits se dirigent vers les acteurs présents sur ces marchés, qui peuvent, certes, être de petits porteurs, mais sont essentiellement des banques et des fonds de pension, ainsi que des entreprises privées de grande taille qui cherchent à profiter de ce système. Il faut insister sur le fait que l’augmentation de ces prix liés à la finance et aux dérivés n’est possible que parce que d’autres prix baissent par ailleurs, et ces autres prix baissent sous l’effet du progrès technique. C’est cela qui évite toute inflation globale au système, parce que le système-prix lui-même assure cet équilibre, ou du moins pousse les banques centrales à respecter cet équilibre. Le système des marchés financiers, nous pouvons à présent le définir, est donc un système d’extraction de la valeur d’une économie. Il dirige dans sa direction toutes les augmentations des prix de compensation permises par le progrès technique. Il permet à la monnaie émise grâce au progrès technique de se diriger vers lui. Il transforme en monnaie le progrès technique à son seul bénéfice. En effet, la monnaie que dirige vers lui le système financier, principalement à travers le système des dérivés, n’est rien d’autre que la transformation en monnaie des améliorations introduites dans l’efficacité de la production physique, autrement dit la capacité à produire en plus grande quantité ou en meilleure qualité du simple fait de l’application de méthodes nouvelles. Ce que transforme en monnaie le système financier, en captant les augmentations de prix permises par le progrès technique, ce n’est rien d’autre que la productivité réelle elle-même, c’est-à-dire la productivité physique. Les marchés financiers transforment en monnaie la productivité réelle.

Mais quelle est l’origine et la cause de l’amélioration de cette productivité réelle ? C’est à cette question fondamentale qu’il faut répondre pour comprendre qui est à l’origine de l’enrichissement de la finance. Comme nous l’avons vu dans le chapitre 2 de cette deuxième partie, il ne faut pas confondre la productivité réelle, ou physique (qui mesure les quantités produites par unité de production) et la productivité apparente (qui mesure la monnaie captée par unité de production). La plupart des économistes et des organismes internationaux utilisent aujourd’hui ce concept de productivité apparente, celui-là même que Fourastié critiquait comme dangereux. Et en effet, si la productivité apparente peut être utile, il faut bien avoir en tête qu’elle dissimule largement la productivité réelle, puisqu’elle mesure de la même façon des activités qui connaissent des améliorations techniques gigantesques (par exemple l’informatique ou les produits industriels), et des services sans amélioration technique (typiquement le coiffeur). Pourtant du fait de la nature du système-prix telle que nous l’avons décrite, ces activités aussi diverses au plan de leur évolution technique seront mesurées de la même manière par la productivité apparente, parce que ce concept ne mesure que la monnaie captée par chaque entité, non les innovations technologiques de son procès de production, c’est-à-dire l’augmentation de sa production physique, ou réelle. Cela conduit à considérer qu’un salarié d’une grande entreprise sans mission est aussi productif voire plus productif qu’un ingénieur ou un ouvrier spécialisé d’une petite PME mettant en place des innovations techniques qui révolutionnent une technique de production, ou qu’un ingénieur d’une grande entreprise dont la production physique explose (donc la productivité) mais dont les prix de vente chutent. Notre concept contemporain de productivité apparente, ou monétaire, est donc un concept aveugle et même trompeur, qui ne rend pas compte de l’amélioration réelle des techniques de production, parce qu’il ne mesure que la masse monétaire, non la production physique. Ce faisant, il dissimule, et même favorise les activités non productives par rapport aux activités productives, puisque le progrès technique fait baisser le prix des premières, et monter le prix des secondes. Il est pourtant universellement utilisé, de nos jours, par les économistes et les institutions internationales telles que l’OCDE, qui n’ont guère retenues les avertissements que lui donnèrent les fondateurs de ces indicateurs comme Fourastié.

En tout cas, si l’on comprend la productivité comme l’amélioration de la productivité physique, il s’ensuit que ce qui permet de l’améliorer est tout simplement l’organisation et l’intelligence d’une nation. Le travail, la bonne organisation, mais surtout l’application des techniques nouvelles au procès de production sont au cœur du développement de la productivité réelle.

Fourastié a souvent défini les causes de la productivité réelle dans son travail théorique comme dans son action au sein du Commissariat général au Plan et dans les organismes internationaux. Dans ses mémoires il explique par exemple :

Dans l’Economie française dans le monde, nous avons dit carrément que la France n’est pas un pays riche, ce n’est pas son sol ou son sous-sol qui explique son bon rang parmi les pays développés, mais c’est l’efficacité de sa population, donc la productivité moyenne du travail ; c’est l’organisation productive du travail dans l’entreprise et dans la Nation ; c’est l’éducation des Français.[1]

Dans son livre de synthèse sur la productivité, largement issu de ses réflexions et débats dans les organismes internationaux et au Commissariat Général au Plan en France, il synthétise les éléments qui permettent de faire croître cette productivité réelle :

Les facteurs essentiels de l’accroissement de la productivité sont donc la volonté de progrès, l’imagination créatrice et l’effort expérimental. Il n’y a pas de progrès sans effort, sans difficultés à vaincre, sans obstacles humains et matériels. Plus encore, le progrès n’est jamais gratuit ; il oblige le plus souvent à renoncer à des habitudes, à des manières de vivre et de penser qui étaient agréables. Mais si l’homme est libre de préférer l’immobilité au progrès, au moins doit-il savoir qu’il est en général impossible d’obtenir à la fois les avantages de l’immobilité et ceux du progrès.

La mentalité que doit posséder une population, ou du moins son élite, pour poursuivre le progrès économique et social étant ainsi évoqué, il nous faut ainsi examiner dans quels types de problèmes pratiques, cette volonté doit se révéler. Un exemple précisera les idées. Il confirmera que la productivité n’est essentiellement ni un problème d’investissement, ni un problème technique, mais un problème complexe mettant en œuvre ces facultés humaines simples et complexes à la fois, rares et communes, tantôt génératrices de routines et tantôt novatrices, que l’on désigne sous le nom de « bon sens ».[2]

Plus loin Fourastié récapitule les différents éléments qui influent sur la productivité réelle :

Les quelques problèmes décrits sommairement ci-dessus montrent que beaucoup des efforts nécessaires pour accroître la productivité du travail dépassent le cadre de l’entreprise ; les uns se posent à l’échelle professionnelle, par exemple la qualité standard des matières premières ; d’autres à l’échelle nationale, par exemple la normalisation, le climat social, l’enseignement technique etc. Ce sont ces problèmes qui ont rendu nécessaire l’institution du Comité National de la Productivité dont nous parlons au chapitre suivant.

Mais il n’en est pas moins vrai que c’est à l’échelle de l’entreprise que peuvent être obtenus les résultats les plus immédiats, sinon les plus importants. Dans une même Nation, et souvent dans une même région et dans une même ville, on observe des productivités variant du simple au double, et parfois au triple ou au quintuple d’une entreprise française à une autre entreprise française. Les différences d’ateliers à ateliers et d’opération à opération sont encore plus marquées : toutes ces disparités montrent l’importance des progrès qu’il est possible de réaliser dans chaque entreprise.

Les chefs d’entreprise et les ingénieurs ont toujours quelque peine à admettre l’existence de différences aussi fortes, mais dès qu’ils en ont la preuve par les calculs mêmes qu’ils effectuent, la voie du progrès leur est ouverte. Il est inutile d’ajouter que les entreprises qui se tiennent au début à l’écart d’un tel mouvement d’émulation coopérative, se trouvent vite dans une grave situation ; ignorant les progrès accomplis ailleurs, laissés à leurs seules forces, qui sont en général médiocres (car ce ne sont pas les patrons les plus intelligents qui adoptent une telle attitude), elles sont les premières victimes des crises et des méventes.[3]

Ce bref panorama des causes de la productivité réelle, dont Fourastié était un spécialiste en France et dans les organismes internationaux, nous fait bien percevoir que l’amélioration de cette productivité a des causes multiples qui tiennent à différents acteurs impliqués dans le processus de production, ou dans des services d’appui à ce processus.

Autrement dit, c’est le travail des ingénieurs, des chefs d’entreprise, des ouvriers, des techniciens, mais aussi des employés des services administratifs, qui permettent à la productivité réelle de se développer. C’est le développement de l’intelligence au sein de l’organisation productive qui permet à un pays de développer sa productivité réelle. Il est à noter que le système-prix et la politique monétaire, dans ce schéma, ne devraient être qu’un instrument au service du développement de cette productivité réelle, et le rôle essentiel des économistes et des haut fonctionnaires devrait être de réfléchir à la meilleure organisation monétaire possible pour stimuler cette productivité réelle qui, répétons-le, est à la source du niveau de vie et de la puissance d’un pays.

Mais le développement des marchés financiers a aujourd’hui entrainé une logique inverse. Elle a en quelque sorte soumis la productivité réelle à sa propre logique financière, en se développant comme un système d’extraction de la valeur du système productif, comme nous l’avons montré. La captation monétaire à laquelle la finance procède, par le jeu de l’augmentation des prix de de compensation, revient à transformer en monnaie pour son compte les améliorations de la productivité réelle. Mais ce faisant, il faut souligner qu’elle récupère à son seul profit la valeur venue du travail de tout le secteur productif, tous ces éléments auxquels Fourastié attribue à raison l’élévation de la productivité réelle. Ainsi la valeur que la finance extraie, elle la prélève sur l’intelligence des ingénieurs, des ouvriers, des chefs d’entreprise, des techniciens, des services publics, des services d’appui des grandes entreprises, bref à tous ceux qui concourent à l’amélioration de la productivité réelle, et qui ne récupèrent parfois qu’une mince part de cette valeur nouvelle parce que leurs salaires sont souvent tirés vers le bas. En ce sens, l’extraction de valeur à laquelle la finance procède constitue bien une expropriation. La finance exproprie le travail et l’intelligence de ceux qui améliorent la productivité réelle, en en récupérant pour elle seule la valeur monétaire, au seul motif qu’elle contrôle de plus en plus le système bancaire et monétaire, et sans qu’elle apporte elle-même quoi que ce soit à la productivité réelle. C’est pourquoi nous pouvons définir le système des marchés financiers contemporains, à la lumière des développements qui précèdent dans les deux parties de cette thèse, comme une expropriation financière. C’est cette expropriation qui est en grande partie à l’origine de la croissance phénoménale des inégalités depuis les années 80 dans la plupart des pays développés, comme l’a par exemple montré Thomas Piketty dans ses travaux[4] ainsi que du décrochage du salaire moyen par rapport au PIB, comme l’ont montré des économistes et économètres comme Alberto Bagnai[5].

Après avoir mis en lumière le mécanisme qui mouvait les marchés financiers et le système-prix, il nous faut à présent chercher à comprendre pourquoi et comment ce système s’est mis en place ces dernières décennies, et quelle relation il entretient avec l’évolution de l’inflation et du système monétaire lui-même. Pour faire cela, il est nécessaire d’étudier en détail la dynamique historique récente de la finance, depuis la crise de 1974 jusqu’à nos jours, car c’est essentiellement sur cette période que ce système s’est mis en place et s’est développé. C’est ce que nous allons faire dans le chapitre qui suit.


[1] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, 1994, Beauchesne Editeur, p.77.

[2] La Productivité, Jean Fourastié, Presses Universitaires de France, Editions Que sais-je ?, 1952, p.97.

[3] La Productivité, Jean Fourastié, Presses Universitaires de France, Editions Que sais-je ?, 1952, p.108-109.

[4] Le capital au XXIème siècle, Thomas Piketty, Le seuil, 2013.

[5] Par exemple dans son article Lessons from the crisis, sur le blog goofynoomics, paru en 2013, où il met en évidence la divergence entre la productivité et les salaires réels aux Etats-Unis, dès les années 70 : http://goofynomics.blogspot.com/2013/12/lessons-from-crisis.html

Les conséquences macroéconomiques de la théorie des prix de Jean Fourastié

Les limites de la théorie des prix de Fourastié

Si, comme nous l’avons vu, la théorie des prix de Jean Fourastié est extrêmement originale et féconde, elle souffre pourtant de certaines limites. Au-delà de la fermeture d’esprit et du dogmatisme des économistes néo-classiques, ces limites sont peut-être aussi en partie à l’origine de la désaffection qu’a connue la pensée de Fourastié, parce que celle-ci ne semblait pas répondre aux problèmes de politiques économiques qui se posaient à partir des années 70. Fourastié d’ailleurs, ne fit rien pour arrondir les angles, puisqu’il intitula par exemple son ouvrage des années 80 : Pourquoi les prix baissent, faisant référence à l’une des conclusions de sa théorie, mais à un moment où le débat économique s’articulait en France et dans le monde autour du problème de la montée de l’inflation générale ! Ce débat déboucha d’ailleurs sur des transformations politiques d’ampleur, avec la prise du pouvoir par de nombreux partis d’inspiration néolibérale, et au plan de la théorie économique, il fut marqué par la victoire du monétarisme de Milton Friedman, et de l’économie néo-classique dans son sillage, qui pouvait avoir semblé vaincre les idées inspirées de Keynes. On a vu combien Fourastié était opposé et critique vis-à-vis de cette théorie néo-classique pour laquelle il avait une grande réserve, sinon un grand mépris. Cependant, au plan politique, nous avons également vu qu’il penchait clairement vers les partis européistes de droite, c’est-à-dire ceux qui défendaient en politique l’application des principes de la théorie néo-classique. Dans ce contexte, on peut dire que ses ouvrages théoriques des années 70-80 ne convenaient à personne. A la gauche critique, d’où venait l’essentiel des économistes opposés aux néo-classiques, tels Aglietta et Orléan, Fourastié devait apparaître au mieux comme un adversaire. Mais à la droite néolibérale, à laquelle Fourastié, politiquement, se rattachait, il pouvait apparaître à bon droit comme beaucoup trop critique envers la théorie néo-classique qui était la force idéologique qui portait partout ce courant au pouvoir. De cette situation résulte certainement en partie le silence général qui entoura les derniers ouvrages de théorie économique de Jean Fourastié. Comme pendant la guerre, tout se passe comme si Fourastié participait à un courant politique dont il rejetait tous les fondements dans sa pensée théorique. C’est pourquoi nous affirmions dans le chapitre précédent que son engagement politique a toujours été sa faiblesse durant sa vie, le domaine dans lequel il s’est le plus trompé, ou du moins, a été le plus en contradiction avec sa propre pensée théorique.

Mais au-delà de ce contexte politique et des contradictions de ses engagements, la théorie de Fourastié contient des limites proprement théoriques, qui ont certainement empêché une meilleure diffusion de sa pensée, parce que celle-ci semblait en décalage avec les débats qui avaient cours entre keynésiens, néo-kéynésiens, post-keynésiens et monétaristes, à propos de problèmes macroéconomiques qui étaient loin d’être sans intérêt. Ces débats se focalisaient sur le niveau général des prix et la monnaie, et Fourastié resta toujours éloigné dans son œuvre de ces deux sujets majeurs de la pensée économique, pour des raisons qu’il nous faut détailler.

Fourastié et la monnaie

Il n’y a pas chez Fourastié de pensée monétaire à proprement parler. Les quelques lignes qu’il consacre à cette question n’apportent rien de nouveau et cela peut surprendre, au vu de l’importance du reste de son œuvre, où il n’a pas hésité à reprendre des problèmes économiques classiques et à en donner une solution nouvelle et originale. Il semble ne jamais s’être penché de façon approfondie sur le problème de la monnaie, la considérant certainement comme une chose allant de soi, une sorte de variable exogène, à la manière des néo-classiques. Il est aussi probable qu’il ait admis sur ce point les grands principes du monétarisme de Milton Friedman, qu’il connaissait personnellement. Pour ce dernier, en effet, seule la masse monétaire détermine l’inflation, et les banques centrales se doivent donc de contrôler cette masse monétaire en limitant autant que possible son expansion. Sans doute Fourastié acceptait-il cette vision, mais au mieux à titre d’hypothèse de travail et sans avoir approfondi lui-même le sujet. Cependant, certaines remarques secondaires, au détour de son œuvre, laissent à penser qu’il ne l’acceptait pas d’un bloc, qu’il gardait une certaine réserve sur cette théorie, et finalement, qu’il n’était pas si loin d’en faire également la critique. Ainsi, dans le Grand Espoir du XXème siècle, admet-il du bout des lèvres la théorie monétariste (c’est nous qui soulignons) :

Malheureusement, si développées que soient les études classiques relatives aux prix, elles ne sont pas encore parvenues à expliquer convenablement les faits observés. Sans doute a-t-on pu montrer le lien qui relie la quantité de monnaie en circulation au niveau général des prix ; sans doute a-t-on abouti à quelques résultats non négligeables en ce qui concerne certains points particuliers, comme la formation des prix en cas de monopole, ou dans des cas bien définis de multipoles ; mais l’ensemble du mécanisme des prix reste inaperçu.[1]

En vérité, la question de la monnaie, telle qu’elle a par exemple été pensée en profondeur par des économistes comme Aglietta ou Orléan à partir des années 80[2], ou par des sociologues comme Georg Simmel[3] ou des anthropologues comme David Graeber[4], n’a jamais été un sujet de préoccupation et d’étude pour Jean Fourastié.

Deux phénomènes peuvent expliquer cela. Premièrement, à l’époque où il élabore sa théorie, la monnaie semble être gérée de façon plus stable qu’aujourd’hui, en particulier parce que la finance n’a pas encore connu la croissance exceptionnelle qu’elle a suivi dans les années 80, 90, et 2000, évolution qui déstabilise l’institution monétaire elle-même et pousse à s’interroger sur sa nature. Aussi la question de réfléchir à la définition et au fonctionnement de la monnaie n’apparaît pas une chose essentielle pour Fourastié et il s’en détourne. Finalement, dans Pouvoir d’achat, prix et salaires[5], il consacrera une petite sous-partie à la question de la stabilité de la monnaie où il se ralliera en quelque sorte au monétarisme de Milton Friedman, pour ce qui concerne ce qu’il nomme « l’inflation monétaire ». Mais même dans ce court texte, il insistera sur l’incapacité des indices de prix à définir l’inflation, ultime trace de sa propre théorie des prix dans ce qui peut apparaître comme une forme de reddition face au monétarisme dans le contexte des débats économiques des années 80 :

La véritable et profonde cause de l’inflation monétaire est toute simple (c’est pour cela qu’elle est présente en tout temps et en tout lieu) : l’homme ne se contente jamais de ce qu’il a. Dans toutes les choses qui dépendent de lui, ou qu’il croit dépendre de lui, il pousse le plus qu’il peut dans le sens qui lui paraît favorable. On n’a jamais vu d’homme réclamer une baisse, ni même une stabilité de leurs salaires monétaires ; on les a toujours vus réclamer des hausses.[6]

En note de bas de page il ajoute ce qui sera quasiment sa seule analyse de la monnaie dans toute son œuvre. Pour cela, il se réfère instinctivement à l’histoire longue pour la définir, mais sans s’interroger aucunement sur le rôle que joua la comptabilité en partie double, qu’il a lui-même si bien définie dans ses jeunes années, dans l’émergence de ce système monétaire moderne :

Aux siècles où la monnaie était métallique, la demande de hausse des salaires se heurtait radicalement à la rareté du métal, bronze, argent ou or. Les entreprises ne pouvaient débourser plus d’or qu’elles n’en recevaient et le stock national de métaux précieux n’évoluait que lentement. Aujourd’hui, le stock monétaire est purement comptable. L’Etat, et les banques sous la garantie de l’Etat, créent indéfiniment des billets de papier qui sont notre monnaie « fiduciaire ». Dans ces conditions, les revendications des hausses de salaires n’ont plus pour limite que la sagesse et la rationalité de… (je ne dis pas de l’Etat, toujours à la remorque des électeurs dont le gouvernement recherche les suffrages), je dis donc : la sagesse et la rationalité des citoyens.[7]

Parce qu’il n’a jamais accordé le travail nécessaire à l’analyse de la monnaie, parce qu’il n’a pas cru ce travail utile, Fourastié s’est empêché de voir que c’est justement la comptabilité en partie double, autrement dit sa spécialité, qui donnait les meilleurs outils pour la définir. D’où l’étrange paradoxe de ce grand économiste, qui comprenait comme aucun autre la méthode comptable, qui s’intéressa toute sa vie aux grandes questions économiques et y introduisit des éclairages nouveaux, mais qui, par erreur stratégique de chercheur ou par idéologie, ne parvint jamais à voir ce que sa pensée appelait le plus logiquement : une théorie comptable de la monnaie. C’est pourquoi, dans ce domaine, il en resta aux observations simples et trompeuses (comme nous le verrons par la suite) du monétarisme de Milton Friedman.

Mais, deuxièmement, il faut noter qu’il existe une raison proprement idéologique à cette situation : c’est que la réflexion sur la monnaie, sa définition et son fonctionnement, est une problématique qui relève largement des auteurs marxistes, ou tout du moins marxiens. Or Fourastié est anti-marxiste, pas seulement pour des raisons économiques, et cela lui fait négliger la question monétaire, certainement parce qu’il craint que son étude ne conduise à une remise en cause du capitalisme lui-même dont il défend certains mécanismes. Pourtant, il ne faut pas déduire de cette observation que Fourastié ignore Karl Marx et son œuvre. Au contraire, il en est un lecteur attentif. Cela n’est guère étonnant si l’on se souvient que l’analyse de Marx est une analyse qui réfléchit indirectement sur la nature de la comptabilité en partie double et ses concepts, comme ceux de profit ou de capital. Or, comme nous l’avons largement montré, Fourastié, avant d’être un économiste, est d’abord avant tout un grand comptable. C’est pourquoi il lit et comprend très bien Marx, même s’il semble être quelque peu repoussé par sa doctrine, peut-être du fait même qu’il la comprend si bien (mais c’est là une simple hypothèse). Certes, il reproche à Marx sa complication et les nombreux détours stylistiques qu’il utilise pour définir les mécanismes élémentaires du capitalisme (mais il pourrait se souvenir que Marx se débattait dans un univers intellectuel où ces mécanismes n’étaient pas du tout pensés). Certes, il rejette l’aspect révolutionnaire et les solutions préconisées par le marxisme. Mais malgré ces critiques, il est pourtant clair qu’il tient Marx en bien meilleure estime que les économistes néo-classiques de la fin du XIXe et du XXème siècle (car à l’inverse, Ricardo lui apparaît comme un grand économiste). De même, il est intéressant de constater qu’il comprend bien mieux la pensée de Marx que beaucoup d’auteurs qui s’en réclament, car il sent que cette pensée est dans une large mesure une réflexion sur la comptabilité privée. Dans la Réalité économique, il consacre une partie de son texte à la pensée de Marx, justement une des rares parties de son œuvre où il réfléchit à la monnaie. A l’évidence, pour lui, penser la monnaie est le fondement du marxisme, et c’est pourquoi il semble mal à l’aise avec cette approche et s’en détourne, alors même qu’il dispose des outils intellectuels les plus perçants pour le faire. Ne marque-t-il pas une forme de proximité intellectuelle et méthodologique avec Marx, dans ce texte, tout en s’en détournant immédiatement avec froideur et en le critiquant très durement, quand il qualifie sa propre analyse de « théorie plus marxiste que Marx »[8] ? La question mérite d’être posée :

Le profit pur (« bénéfice » ou « rente »), pose un réel problème. Celui-ci est double :

-d’où vient l’argent ?

-comment vient l’argent ?

C’est le grand problème du marxisme, la clé de voute de sa théorie économique. Or, à l’heure actuelle, il existe encore des marxistes distingués qui affirment que la partie philosophique du marxisme ne leur paraît plus tellement solide, mais que la partie économique l’est. Ce que je vais dire ici tend malheureusement à prouver que la théorie économique ne l’est guère. Le marxisme est un mouvement affectif et politique puissant ; mais du point de vue scientifique, le marxisme économique paraît reposer sur une fausse question, résolue de manière compliquée. Or la science consiste à expliquer le plus simplement possible la réalité observée. La théorie que je vais proposer est en quelque sorte plus marxiste que le marxisme.

Faire un bénéfice, c’est d’abord retenir non pas de la monnaie, mais de la marchandise. Le capitaliste classique – propriétaire « des  fruits » de l’entreprise – retient une part de ces fruits sans la rendre aux salariés. Cette part, il peut l’échanger librement avec d’autres capitalistes, ou avec des étrangers ou même avec des salariés (en échange de leurs salaires).

Il y a là des faits, dramatiques sans doute, mais beaucoup moins mystérieux que Marx ne le croit ; et il n’est nul besoin pour les expliquer d’une théorie confuse et compliquée comme celle de la « plus-value ».

Il faut, à l’heure actuelle, un effort pour retrouver le problème posé par Marx, résumé dans la formule : « d’où vient l’argent ? ». Le schéma marxiste, dans sa pureté essentielle, peut être perçu en envisageant une nation où il y a un seul capitaliste : celui-ci est à la fois chef d’entreprise, roi, propriétaire… Il existe dans ce pays une économie monétaire. Soit S le salaire annuel moyen dans ce pays, à une date donnée. Nous supposons que les salariés sont 10 000. Le capitaliste distribue donc chaque année en salaires une somme égale à 10 000 S. La question posée est grave : comment les profits monétaires peuvent-ils exister, puisqu’ils consistent à récupérer auprès des salariés plus d’argent qu’ils n’en ont reçu ?

On sort rapidement, à mon avis, de ce paradoxe, si au lieu de se braquer sur l’aspect monétaire, soluble seulement au prix des acrobaties décevantes de la théorie de la plus-value et ses conséquences, on s’en évade en parlant de la production physique.[9]

Nulle part ailleurs dans la pensée de Fourastié on n’observe mieux les raisons de sa répulsion pour la théorie monétaire. Parce qu’il assimile et, d’une certaine manière concède l’exclusivité de la pensée monétaire au marxisme, il s’interdit lui-même d’y réfléchir en détail. De façon étonnante, il semble même considérer que cette question monétaire n’est soluble que par les réponses du marxisme, et c’est pourquoi, de ses propres mots, il préfère s’en évader. Certes il va ensuite exprimer son analyse de la production physique, qui est loin d’être inintéressante et inutile, mais cependant il rejette explicitement la réflexion proprement monétaire et l’abandonne au marxisme, de même qu’il refuse de répondre à la problématique que celui-ci met à jour, bien qu’il admette que « la question posée est grave »[10] : l’origine du profit monétaire.

Son analyse se focalise ensuite sur la production physique de l’entrepreneur :

Les 10 000 salariés ont, par leur travail, mis au jour un produit en nature : du blé, des carottes… Le capitaliste est propriétaire du volume physique de ce produit, des « fruits » de la terre. Est-il obligé de vendre à ses salariés la totalité de la production ? Probablement non. (…) Car ce n’est pas au cours de la production que se forme le profit, mais seulement au moment de la vente. Si le propriétaire des biens peut les vendre plus cher que le prix de revient, alors il y a bénéfice. Mais s’il ne le peut pas, il y a perte ou opération blanche.

Mais dira-t-on, comment expliquer que les propriétaires dans l’ensemble fassent toujours des profits, et que les salariés dans l’ensemble fassent toujours des pertes ? C’est parce qu’ils sont effectivement propriétaires de ces produits, que ces produits sont rares ; dans l’ensemble les propriétaires sont aussi les vendeurs, les salariés les acheteurs. Les gens qui vendent à perte sont rares et disparaissent vite. Cela étant, chaque fois que vous achetez ou presque, vous payez plus cher que le prix de revient. Si vous ne vendez jamais et que vous achetez toujours, il est évident que vous perdez toujours.

En note de bas de page, Fourastié ajoute : « On voit aussi clairement par ce schéma comment fonctionne le capitalisme d’Etat, par exemple en URSS »[11]. Il est intéressant de noter qu’il définit l’URSS comme un capitalisme d’Etat, reprenant la conceptualisation introduite par son collègue et ami Charles Bettelheim, économiste et historien marxiste et critique du stalinisme.

Pour finir, Fourastié pose un diagnostic général sur la notion de profit, qui est au cœur du capitalisme. Il considère celui-ci comme injuste, imparfait mais nécessaire pour stimuler la production, tout en observant ses failles, très prégnantes de nos jours dans nos économies financiarisées :

Dans certains domaines, cependant, l’incitation au profit peut jouer un rôle défavorable. Bien souvent, il s’agit alors d’opposition entre le court terme et le long terme. L’un des inconvénients du système « profit » est de donner priorité au court terme : si, à un moment donné, des bénéfices existent ou sont escomptés, l’action se déclenche. Or, il peut se faire qu’une opération, rentable à court terme, ne le soit plus à long terme. (…)

Par ailleurs, il serait ridicule de penser que le profit va toujours à qui le mérite et que son montant est proportionnel au service rendu aux consommateurs. Le modèle de Ricardo montre bien l’origine profondément injuste du profit : la rente acquise au premier occupant. Mais l’existence de l’imperfection n’implique pas l’existence de la perfection. Il faut bien constater en économie que l’on n’a pas le choix entre des solutions parfaites et des solutions imparfaites : toutes sont grossièrement imparfaites. Cela ne veut pas dire que nous ne devions pas rechercher le progrès ! Mais nous devons le rechercher en pleine conscience de l’infirmité fondamentale dans laquelle nous sommes.[12]

On constate donc que si Fourastié accorde une grande importance aux concepts du marxisme, en particulier à la question du profit, qui pour lui définit un système économique, en revanche il a toujours éprouvé une répulsion pour l’analyse monétaire, qui l’empêche largement de voir les transformations à l’œuvre dans ce domaine à partir des années 80, notamment à travers le phénomène de financiarisation.

Ce point aveugle de sa théorie, même s’il est bien naturel qu’il en ait, est néanmoins une cause évidente de l’oubli de sa théorie des prix, en plus du développement de la théorie néo-classique à l’université. Mais il existe une autre limite à son système théorique, qui est cette fois-ci liée à l’analyse des prix eux-mêmes, et notamment à son refus de considérer dans sa réflexion le niveau général des prix, comme nous allons le voir maintenant.

Fourastié et le niveau général des prix

Comme nous l’avons vu, la théorie des prix qu’a élaborée Jean Fourastié est à la fois originale et incontestable. Se tenant à distance des impasses des néoclassiques, s’appuyant sur une logique comptable pertinente, sa théorie permet de comprendre la force principale qui meut les prix dans le capitalisme : le progrès technique. Mais la faiblesse principale de cette théorie, faiblesse qui l’a certainement empêchée de féconder comme elle aurait dû la pensée économique, est qu’elle n’apporte paradoxalement aucun élément d’analyse pour penser l’inflation et la monnaie, prises dans leur relation globale, macroéconomique. Or, c’est cette relation entre monnaie et inflation, nous l’avons décrite en détail dans le premier chapitre de cette deuxième partie, qui est au cœur des débats des économistes depuis Keynes, au moins. A la fin des années 70 et au début des années 80, soit au moment où Fourastié publie les principaux ouvrages décrivant sa théorie, c’est encore cette question qui préoccupe principalement les acteurs économiques et politiques de l’époque. En effet, suite aux chocs pétroliers, l’inflation apparaît de façon massive dans les pays industriels, et c’est en réponse à cette inflation que Milton Friedman développe ses théories néo-monétaristes. Il n’est pas exagéré de dire qu’il se produit un véritable basculement, d’abord dans la théorie économique puis dans le débat politique, autour de cette question à ce moment-là, le lien mécanique entre inflation et masse monétaire étant réaffirmé avec insistance par cette doctrine, et inspirant les politiques monétaires désinflationnistes suivies dans les années 80 par de nombreux gouvernements. Or, la pensée de Milton Friedman est une pensée macroéconomique, qui affirme ni plus ni moins que la masse monétaire doit s’ajuster au PIB de sorte à ce que le niveau général des prix suive une augmentation faible, entre 0% et 2% par an, et que c’est là la seule responsabilité des banques centrales, quitte à ce qu’elles contraignent à des politiques de rigueur salariale leurs gouvernements. Cette théorie va s’imposer à cette époque et jusqu’à nos jours, malgré les nombreuses critiques qui lui ont été adressées, en particulier par les économistes du courant post-keynésiens, et s’incarne actuellement dans les politiques de ciblage de l’inflation pratiquées par toutes les grandes banques centrales dans le monde. Dès lors, où se plaçait Jean Fourastié dans ce débat international, lui qui élaborait justement à cette époque une théorie des prix ? C’est une question à laquelle il est essentiel de bien répondre.

Fourastié, comme il lui arrivait souvent, semble se désintéresser dans ses travaux de la relation masse monétaire-niveau général des prix. Nous avons vu dans la section précédente qu’il éprouvait une répulsion à penser la monnaie parce qu’il pensait que c’était la problématique des seuls marxistes. Mais il ne pensait pas du tout la même chose des prix, et c’est pourquoi il s’y intéressait. Ayant isolé la force principale qui agissait sur eux – le progrès technique – il était engagé dans une tentative de classification des différents types de prix réellement observés, et il collectait pour cela de très nombreuses et très précieuses données sur l’évolution des différents types de biens, notamment grâce aux catalogues Manufrance, depuis plus d’un siècle (ces données ont été soigneusement conservées par sa fille Jacqueline Fourastié au CNAM). Fondamentalement, il importait pour lui de distinguer différents types d’évolutions types, en se basant sur son analyse des différents secteurs de production, et d’enregistrer leur comportement non pas dans des modèles mathématiques illusoires, mais année après année, mois après moi, dans la réalité, en ramenant toujours ces prix au salaire horaire d’un manœuvre de base. Dans Pouvoir d’achat, prix et salaires, il établit cette classification entre les différentes formes de prix. Il observe que certains ont tendance à baisser sous l’influence du progrès technique et de la concurrence (notamment les biens industriels), que d’autres montent du fait de l’élévation du niveau de vie due à ce même progrès technique (les prix du tertiaire ou de l’immobilier), que d’autres suivent des évolutions erratiques, comme les prix dus à des modes, puis une quantité presque inépuisable de cas particuliers, correspondant à des situations intermédiaires entre ces différents cas archétypaux. C’est parce qu’il constate qu’aucun travail de recherche n’a été sérieusement mené pour comprendre les causes profondes de la formation de ces différents prix – ni classification, ni enquête auprès des chefs d’entreprise ou des ingénieurs qui les déterminent – que Fourastié considère que la théorie des prix est à l’état embryonnaire. Il s’alarme d’ailleurs de constater que les instituts statistiques ne se préoccupent pas suffisamment d’enregistrer ces différentes évolutions de prix concrets qui déterminent la vie économique réelle. Et sa propre théorie vise à répondre à ce vide théorique, et à commencer un travail nouveau dans cette direction, travail dont il est persuadé qu’il sera poursuivi dans l’avenir.

Or, parce qu’il est engagé dans cette recherche singulière, parce qu’il est convaincu de son bien-fondé, parce qu’il constate une variété infinie et contradictoire de l’évolution des prix réels, Fourastié considère comme impossible d’établir un indice synthétique exprimant le niveau général des prix. Il exprime cette conviction à plusieurs reprises dans ses ouvrages, non sans argument :

Le tableau I enlève tout espoir de définir la stabilité de la monnaie par rapport au prix d’un ensemble d’articles ou au prix d’un article déterminé, fût-ce l’or. Les coefficients de variation des prix sont trop différents les uns des autres (de 1 à 40 en 50 ans !) pour que leur moyenne ait une signification concrète et pour que cette moyenne ne dépende pas de la liste des articles, de leur pondération et des techniques de calcul.[13]

De façon plus nette encore, il écrit dans le chapitre VIII de ce même ouvrage :

Depuis un peu plus de cent ans dans nos pays, les variations de prix sont sensibles ; tout ce qui précède l’illustre bien. Mais, on vient de le voir, chaque prix a son histoire propre, chaque produit son évolution originale : par exemple en 50 ans, de 1950 à 1974, le prix du camembert a été multiplié par 100, celui d’une coupe de cheveux par 300, et celui d’une ampoule électrique par 12.

Cela étant, le cerveau humain se représente fort mal ce fourmillement de coefficients ; il a un besoin incoercible d’un chiffre unique, qui serait la moyenne de tous ces coefficients, et donc décrirait « le mouvement général des prix » ou « le coût de la vie ».

Malheureusement ce projet si légitime, ce problème arithmétique ou statistique a priori si simple, est mathématiquement insoluble. On ne peut correctement représenter des milliers de nombres par un seul. On ne peut que donner de ces nombres une image grossière, approximative et toujours arbitraire. Tels sont les indices synthétiques des prix.[14]

Fourastié est donc réticent à la simple idée d’élaborer des indices synthétiques, et cela explique en grande partie qu’il ne se penche guère sur la relation monnaie-inflation, car il estime que les outils à la base de ce débat théorique sont imparfaits. En cela, il est intéressant de constater qu’il rejoint la conception des prix développée par Friedrich Hayek dans son ouvrage Prix et production, écrit dans les années 30, où celui-ci conteste la possibilité technique d’établir un niveau général des prix, et la signification réelle d’un tel concept.[15]

Cependant, contrairement à la théorie néo-classique des prix qu’il tient non seulement pour non scientifique mais aussi inutile, il ne peut pas ignorer que le niveau général des prix est un outil de gouvernement et sert à élaborer la politique économique de la Nation. C’est en réponse à cette nécessité que le monétarisme s’impose dans les années 70-80, parce qu’il apparaît comme le moyen de freiner l’inflation dans les pays occidentaux. Dès lors, et bien qu’il considère comme imparfait le niveau général des prix, Fourastié est bien obligé de se positionner dans ce débat théorique et pratique, et de dire comment, selon lui, la politique économique d’une nation doit être menée, et à partir de quels outils statistiques et de quelles relations théoriques.

Même s’il le fait du bout des lèvres, en se gardant bien d’entrer dans les détails parce que cela est quelque peu contradictoire avec la théorie des prix qu’il élabore, Fourastié soutient la vision monétariste de Milton Friedman, qu’il connaît personnellement, et considère qu’il existe une inflation proprement monétaire, qu’il importe de combattre en limitant les hausses de salaires. Cependant, comme il se méfie des indices de prix, il considère que cette politique monétaire doit être menée par les gouvernements à partir du PIB :

(…) Les techniques de la comptabilité nationale (du moins le système de comptes de la Commission économique pour l’Europe de l’ONU) nous donnent une base solide. Chaque année, les grandes nations calculent leur revenu national, égal au produit national net au coût des facteurs, lequel produit est appelé plus simplement dans le langage courant « Production nationale ». C’est là, nous l’avons déjà dit, l’équation fondamentale de la science économique. Le Revenu national figure d’années en années dans tous les annuaires statistiques ; c’est là une grandeur objective, qui s’impose à l’économiste, au gouvernement, à l’administration. On peut en déduire, par une simple division, le revenu national par tête de population active, chiffre non moins objectif.

Pourquoi donc ne pas dire : une monnaie stable est celle qui laisse stable le revenu national par tête de population active ?[16]

Nous voyons bien dans ce passage les profondes limites de l’analyse macroéconomique de Fourastié. Parce qu’il refuse de penser la monnaie, il semble incapable de percevoir la dynamique du capitalisme qui rend nécessaire, pour que le profit se constitue, l’existence du crédit. Mais au-delà de ce problème, on constate clairement qu’il souhaite réduire l’inflation monétaire à néant, en considérant que la seule force économique à considérer doit être le progrès technique. La nécessité de l’investissement et du crédit, pour réaliser ce progrès technique, ne semble pas le préoccuper. Tout le paradoxe de sa pensée est donc que, s’il critique la capacité du niveau général des prix à définir la réalité des prix, en revanche il appuie totalement les monétaristes dans leur volonté de l’utiliser pour piloter la masse monétaire. Car fondamentalement, le revenu national est un agrégat de même type que le niveau général des prix, qui a d’ailleurs suivi dans l’histoire récente une évolution semblable, simplement parce que le revenu national n’est rien d’autre qu’une façon de mesurer la masse monétaire en circulation, puisqu’il mesure le profit global (la somme des valeurs ajoutées) auquel on enlève, justement, l’inflation, déterminée par le niveau général des prix.

Les limites de la pensée de Fourastié sont ici évidentes, parce qu’il rejette un outil d’analyse économique nécessaire au gouvernement d’une économie : le niveau général des prix. Mais cela, comme nous l’avons dit, n’est que la conséquence, dans sa réflexion sur les prix, de son refus coupable d’intégrer la monnaie dans son système de pensée, et cela pour des raisons largement idéologiques, qui tiennent à son antimarxisme. Ce point aveugle a largement empêché la diffusion de sa pensée théorique sur les prix, parce qu’elle était ainsi frappée de stérilité, n’étant pas en mesure de fournir des outils d’action aux acteurs économiques et politiques. Cependant, cet état de fait ne doit pas faire oublier le grand intérêt de la théorie qu’il a élaborée, et plutôt que de la maintenir dans l’oubli, il est nécessaire de la réemployer, de l’intégrer dans l’analyse macroéconomique et monétaire, autrement dit de faire ce que Fourastié lui-même n’a pas voulu faire. Ainsi, des lumières nouvelles seront jetées sur le fonctionnement réel du système des prix que nous connaissons aujourd’hui.

Construire une théorie macroéconomique fourastienne

Pour pouvoir intégrer la théorie des prix de Fourastié dans le débat sur l’inflation qui anime la pensée économique, il est nécessaire de réfléchir à l’impact que doivent avoir les évolutions de prix qu’il décrit sur le niveau général des prix. Il est naturel de s’interroger comme il le fait sur la pertinence de cet indicateur, tout en ayant conscience de ses limites, mais cela ne peut pas entraîner son rejet pur et simple, car il est tout de même un indicateur de l’inflation qui permet de voir venir les deux risques majeurs qui pèsent sur le système-prix : hyperinflation et déflation. A ce titre, il est un outil indispensable de politique monétaire pour les banques centrales, il a donc une utilité pratique indéniable qui en fait une réalité économique à prendre en compte.

Mais alors comment se peut-il que ce taux d’inflation, qui se situe généralement entre 0% et 2% de croissance annuelle chaque année dans les pays riches depuis les années 80 et l’application des politiques désinflationnistes inspirées du monétarisme, comment se fait-il que ce taux d’inflation poursuive une hausse modérée depuis tant d’années, alors même que la force principale qui agit sur les prix, force identifiée par Jean Fourastié – le progrès technique – exerce un effet déflationniste ? Là est la question fondamentale à résoudre, car deux faits en apparence contradictoires doivent être conciliés. D’une part l’effet du progrès technique sur les prix réels est indéniable et a été prouvé à de nombreuses reprises par Fourastié. Il fait qu’un ouvrier de 1976 paye son pain 15 fois moins cher qu’un ouvrier de 1800, ou le prix de ses chaussettes 5 fois moins cher en 1976 qu’en 1900. Il y a donc indéniablement un effet déflationniste du progrès technique, et ce progrès technique se poursuit de nos jours sans contestation possible. Mais d’autre part, le niveau général des prix continue de monter de façon régulière depuis les années 80, de façon non moins indéniable, justifiant dans les faits la politique de ciblage d’inflation des banques centrales inspirée du monétarisme. Concilier ces deux faits, expliquer les liens logiques qui permettent leur existence simultanée, tel est le travail qu’il est nécessaire de faire pour intégrer la théorie de Fourastié dans le débat macroéconomique général. Tel est le travail qu’il n’a jamais fait lui-même en raison de sa répulsion pour la théorie monétaire, tel est donc le travail qui doit être mené pour progresser dans la théorie des prix. On va voir que cela est tout à fait possible.

Si l’on étudie attentivement la théorie des prix de Fourastié, on constate qu’elle ne se réduit pas à dire que le progrès technique a un effet déflationniste, comme le titre d’un de ses ouvrages pourrait le faire maladroitement penser. Fourastié a toujours dit, dans ses travaux, que le progrès technique avait deux effets sur les prix. Premièrement il fait baisser le prix de certains biens, en particulier le prix des produits industriels et agricoles, qui sont bien moins chers dans les pays développés que dans les pays pauvres. Mais deuxièmement, et ce fait ne doit pas être pris pour un fait marginal ou anecdotique, les prix de certains produits, en particulier ceux du secteur tertiaire, montent du fait du progrès technique, dans les pays les plus développés. C’est la raison pour laquelle le prix du coiffeur est bien plus cher à New York qu’à Dakar, et de manière générale tous les services (comme les services à la personne), sont bien plus chers dans les pays riches que dans les pays pauvres. Il est fondamental de ne pas sous-estimer ce mécanisme de montée des prix de certains produits dans les pays développés, car il ne s’agit pas, comme beaucoup d’économistes le pensent, d’un phénomène anecdotique ou exceptionnel. Il s’agit d’une loi fondamentale du système-prix. Cette loi n’est pas marginale, elle joue un rôle macroéconomique indispensable, elle permet au système-prix dans son ensemble de ne pas basculer dans la déflation, du fait des baisses de prix entraînées par le progrès technique.

Unifier la théorie des prix de Fourastié avec la théorie macroéconomique générale, c’est donc fondamentalement reconnaître l’existence de cette loi des prix de compensation, qui fait monter certains prix bien au-delà de leur prix de revient, parce que cela est permis par la baisse d’autres prix du fait de l’amélioration des techniques de production. Le progrès technique, autrement dit la hausse de la productivité réelle, n’a donc pas un effet déflationniste en tant que tel, comme Fourastié le laissait penser un peu trop rapidement, il a un effet sur la répartition des prix. Il fait baisser certains prix, en général ceux des produits les plus difficiles à produire, mais il en fait monter beaucoup d’autres qui captent, par ce mécanisme, une partie de la valeur créée par le progrès technique. C’est la raison pour laquelle il n’y a pas de très grande différence dans l’inflation entre pays pauvres et pays riches. Ce qui, en revanche, est très différent entre ces pays, c’est le niveau des prix des différents biens. Ainsi, dans les pays pauvres, les biens d’équipement, les biens industriels, sont extrêmement chers et difficiles à obtenir, mais le prix des services ou des petits biens sans valeur est dérisoire. Inversement dans les pays riches, le prix des biens industriels est bas, mais le prix des services explose (services à la personne, places de théâtre ou d’un match de football, etc.…), et c’est pourquoi le prix de ces services impressionne généralement le voyageur venu d’un pays riche quand il se rend dans un pays pauvre, puisqu’alors une place pour un match de football ou un billet de train ne valent quasiment rien. Tout cela s’explique par le fonctionnement réel du système-prix, fonctionnement dont Fourastié est seul à avoir détaillé le mécanisme, mais sans toutefois avoir poussé jusqu’au bout son raisonnement, pour les raisons qu’on a détaillées plus haut. Les observations de Fourastié, en effet, appellent avant tout une théorie macroéconomique, parce que c’est ainsi qu’elles révèlent leur efficacité descriptive, en mettant à jour une loi de l’évolution des prix qui est largement ignorée par la pensée économique contemporaine.

Prix de production et prix de compensation

On peut certainement résumer les observations qui précèdent dans un schéma, qui synthétise la loi du système-prix découverte par Fourastié, mais qu’il n’a jamais décrite explicitement comme telle, puisqu’il refusait d’en faire une théorie macroéconomique.

Ainsi fonctionne le système-prix réel au plan macroéconomique, que ce soit dans les pays riches ou les pays pauvres. Il est vrai que le progrès technique est l’élément déterminant sur l’évolution des prix, ainsi que l’affirmait Fourastié, mais son effet agit bien davantage sur la répartition des prix, que sur leur niveau général, qui demeure stable du fait même des mécanismes de compensation internes à ce système-prix. Car quand des prix de production s’effondrent du fait du progrès technique (comme par exemple le prix de vente des voitures ou des bicyclettes depuis un siècle), d’autres prix montent réciproquement (répondant à une demande accrue par des hausses des salaires ou du profit induites par ces progrès techniques), et permettent l’équilibre du système-prix, en évitant, notamment, sa chute dans la déflation. C’est pourquoi l’effet du progrès technique sur notre régime d’inflation est en fait invisible dans les indices synthétiques de l’inflation, de même que dans les statistiques de productivité apparente, et c’est sans doute la raison profonde pour laquelle Fourastié se méfiait au plus haut point de ces indices synthétiques. Il voyait bien en effet, qu’ils masquaient les mécanismes à l’œuvre dans l’absorption du progrès technique par le système-prix, et il avait raison. C’est d’ailleurs pour cette même raison que la pensée économique actuelle est largement aveugle sur ce point, parce qu’elle se focalise uniquement sur le niveau général des prix sans voir ce qui se passe à l’intérieur de ce système-prix. C’est pourtant à l’intérieur de ce système-prix, c’est-à-dire dans le détail de l’évolution des prix par type de produits, que se réalisent deux choses fondamentales pour nos systèmes économiques :

1°) la répartition des fruits de la hausse de la productivité entre les agents économiques

2°) l’équilibre macroéconomique du système-prix qui lui permet d’éviter l’inflation et la déflation par un système autorégulé.

Ces deux caractéristiques essentielles sont clairement un trou noir de la théorie économique moderne, et c’est sur ce trou noir que travaillait Fourastié, sans toutefois être allé au bout de son raisonnement. On le voit, en effet, il est nécessaire de considérer l’inflation d’un point de vue global, c’est-à-dire d’accepter le niveau général des prix comme un indicateur valable (même s’il est imparfait), pour tirer toutes les conséquences de la pensée économique de Fourastié. En faisant cela, nous mettons à jour une loi fondamentale du système-prix, qui est que le progrès technique agit sur la répartition des prix, non sur le niveau général des prix, dont l’équilibre est justement assuré par l’essence même de ce système-prix, du moins tant qu’une banque centrale n’émet pas de monnaie en quantité déraisonnable, comme il est arrivé par le passé.

Il faut bien comprendre toutes les conséquences de cette loi fondamentale du système-prix. Dans les économies les plus développées, le progrès technique agit en faisant baisser les prix de production, c’est-à-dire le prix que coûte à une entreprise donnée la production de telle ou telle marchandise. Dans un premier temps, parce qu’elle maintient son prix de vente, c’est donc le profit de cette entreprise qui augmente, ou éventuellement les salaires des employés si l’entreprise décide de les récompenser. Mais dans un second temps, la concurrence peut également faire baisser ce coût de vente et le ramener autour du prix de revient de l’entreprise, c’est là que se produit l’effet déflationniste. Il est fondamental de comprendre que cette évolution, parce qu’elle génère d’abord du profit puis ensuite des salaires, enfin des baisses de prix pour les acheteurs, va générer de la richesse dans l’économie en entraînant de la création monétaire. Mais cette richesse va être distribuée aux différents agents économiques via le système-prix. S’enrichiront ceux qui seront en mesure d’avoir les prix qui évoluent en leur faveur. Dans un premier temps, c’est le chef d’entreprise qui s’enrichit parce qu’il produit pour moins cher une marchandise qu’il vend au même prix. Le système-prix joue donc en sa faveur et il génère un profit. Dans un second temps, les salariés, en faisant jouer en leur faveur le prix que représente leurs salaires, vont également bénéficier de ce progrès technique. Dans un troisième temps, le consommateur va en bénéficier à son tour puisqu’il va voir le prix de la marchandise qu’il achète chuter. Il est à noter que ces évolutions se traduisent par une augmentation de la masse monétaire, qui permet de transformer en valeur monétaire des améliorations dans la technique de la production physique. En effet, de la monnaie va être créée, via le crédit, là où les agents économiques espèrent des profits, c’est-à-dire prévoient des évolutions de prix en leur faveur. Aussi, tout le monde « tire la couverture à soi » pour obtenir la plus grande part possible de cette nouvelle monnaie dont la création est permise par la hausse de la productivité physique, et cette lutte se déroule au sein du système-prix, où chacun cherche à être du bon côté de la hausse des prix.

Mais au plan macroéconomique, la dynamique du capitalisme progresse du fait de l’augmentation globale modérée des prix, et cette évolution globale est à l’origine le résultat des améliorations dans la technique de production. Seulement, ce lien n’agit pas directement, il transite par une répartition qui s’effectue dans le système prix, et qui permet tout à la fois de distribuer des profits (pas seulement aux innovateurs responsables de l’amélioration des techniques de production) et d’assurer l’équilibre de l’évolution globale des prix.

Ce que provoque la hausse de la productivité selon Fourastié, c’est donc une diminution des prix industriels et une augmentation des prix de service. Du moins, cette évolution était celle que décrivait Fourastié dans ses premiers ouvrages. Mais il est probable que ce mouvement initial ait était modifié depuis l’après-guerre, et qu’on observe le début d’une convergence dans l’évolution des différentes formes de prix. Ainsi dès la rédaction de Pourquoi les prix baissent, Fourastié note que les catégories de prix sont de moins en moins marquées et valables pour l’analyse, parce que les différents secteurs sont « transgressés » :

Aujourd’hui beaucoup plus encore qu’en 1945, il faut éviter de parler des prix de l’agriculture en général ou de l’industrie en général, et considérer surtout la diversité des phénomènes observés au cours du temps.[17]

Il est clair aujourd’hui que de nombreuses entreprises et de nombreux salariés, cherchent instinctivement à récupérer une partie de la monnaie en circulation dans le système prix par des moyens beaucoup plus divers et difficiles à classifier qu’à l’époque de l’après-guerre. Cette lutte pour la répartition de la valeur monétaire créée grâce aux gains de productivité est une lutte présente dans tous les secteurs et au sein de toutes les entités économiques, et c’est pourquoi il est très difficile de l’analyser de façon précise et complète. Cependant, il faut souligner que pour réaliser ce travail, le suivi statistique des prix par type de biens est un élément fondamental, et c’est pourquoi il est regrettable que les instituts statistiques nationaux et internationaux, à commencer par l’INSEE, abandonnent peu à peu ce travail. En tout cas au niveau global, il ne faut jamais perdre de vue que c’est la productivité réelle qui détermine l’évolution du système-prix et qui permet de créer de la monnaie nouvelle. Mais par productivité réelle, il faut entendre productivité physique, car le concept de productivité apparente que la plupart des économistes utilisent aujourd’hui ne nous dit rien sur les mouvements à l’œuvre à l’intérieur du système-prix, or c’est là, nous l’avons montré, que le progrès technique exerce toute son influence. Le concept de productivité apparente, pour sa part, ne mesure que la croissance du revenu national, c’est-à-dire du profit global, mais il ne mesure pas l’évolution des prix par laquelle ces profits se répartissent entre les agents, alors que c’est là que la productivité réelle exerce son influence et peut se mesurer. En effet, le progrès technique induit des possibilités de profits, mais ces profits sont rendus possibles par les évolutions à l’intérieur du système-prix, qui garantissent une répartition de ces profits qui ne provoque pas d’inflation. Autrement dit, le système-prix fait perdre ceux qui sont victimes de baisses de prix, et fait gagner ceux qui bénéficient des hausses de prix, le tout débouchant sur une augmentation globale modérée des prix. Telle est la régulation principale du système-prix considéré dans son ensemble, comme nous l’avons démontré à partir de la pensée de Fourastié.

Le système-prix n’est donc pas seulement un système de concurrence, comme il est souvent vu dans les travaux économiques modernes, il est aussi fondamentalement un système de répartition, en fait le principal système de répartition de la valeur dans les économies modernes. D’une part il fait baisser ce que l’on peut appeler des prix de production, du fait du progrès technique, mais d’autre part, il fait monter ce que l’on peut nommer des prix de compensation, qui servent à la fois à empêcher la déflation et à répartir le profit nouveau entre les agents.

A partir de cet acquis théorique, il nous faut à présent reprendre l’étude de la finance contemporaine telle que nous l’avions laissée à la fin de la première partie de cette thèse, c’est ce que nous allons faire dans le chapitre suivant.


[1] Le Grand Espoir du XXème siècle, Jean Fourastié, 1989, Collection Tel., p.162

[2] La violence de la monnaie, Michel Aglietta, André Orléan, préface de Jacques Attali, économie en liberté, Presses Universitaires de France, 1982.

[3] Philosophie de l’argent, Georg Simmel, Presses Universitaires de France, Quadrige Grands textes, 2011.

[4] Dette, les 5000 premières années, David Graeber, Melville House Publishing, 2011.

[5] Pouvoir d’achat, prix et salaires, Jean Fourastié, 1977, Collection Idées, Editions Gallimard.

[6]Pouvoir d’achat, prix et salaires, Jean Fourastié, 1977, Collection Idées, Editions Gallimard, p.55.

[7] Pouvoir d’achat, prix et salaires, Jean Fourastié, 1977, Collection Idées, Editions Gallimard, p.55

[8]La réalité économique, Jean et Jacqueline Fourastié, Collection Pluriel, 1986, p.170.

[9] La réalité économique, Jean et Jacqueline Fourastié, Collection Pluriel, 1986, p.171-172

[10]La réalité économique, Jean et Jacqueline Fourastié, Collection Pluriel, 1986, p.171.

[11]La réalité économique, Jean et Jacqueline Fourastié, Collection Pluriel, 1986, p.173.

[12] La réalité économique, Jean et Jacqueline Fourastié, Collection Pluriel, 1986, p.190.

[13]Pouvoir d’achat, prix et salaires, Jean Fourastié, 1977, Collection Idées, Editions Gallimard, p. 51-52.

[14] Pouvoir d’achat, prix et salaires, Jean Fourastié, 1977, Collection Idées, Editions Gallimard, p.189.

[15] Prix et production, Friedrich Hayek, éditions Agora ,1998 (traduction de cours donnés en 1931 à la London School of Economics).

[16] Pouvoir d’achat, prix et salaires, Jean Fourastié, 1977, Collection Idées, Editions Gallimard, p.190.

[17] Pourquoi les prix baissent, Jean Fourastié et Béatrice Bazil, 1984, collection Hachette, p.87.

La théorie des prix de Jean Fourastié

Jean Fourastié, dont on a vu l’aspect fondamental et novateur des recherches comptables avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, a ensuite consacré la deuxième partie de son œuvre à la théorie économique (la troisième et dernière partie de son œuvre, que l’on peut qualifier de réflexion philosophique et civilisationnelle sur l’évolution du monde et de la science, n’est pas moins profonde et intéressante, mais elle ne concerne pas directement le sujet de cette thèse[1] [2]). C’est cette œuvre qui a rendu cet auteur célèbre, parce qu’il a posé un diagnostic particulièrement pertinent, et vérifié par l’évolution historique, sur l’évolution économique et sociale du monde, en particulier dans Le grand espoir du XXème siècle, livre dans lequel il introduit pour la première fois la distinction aujourd’hui classique et utilisée partout dans le monde entre les secteurs primaires, secondaires et tertiaires. D’autres concepts sortis de ses travaux deviendront des grands classiques, tel que celui de « Trente glorieuses », tellement classiques et universellement utilisés qu’on en oublie qu’ils ont été des concepts forgés par un intellectuel à la pensée extrêmement féconde. Comme nous l’avons vu dans la première partie de cette thèse, les apports de Fourastié à la théorie comptable sont rien moins qu’exceptionnels, et l’on peut dire qu’en tant que découvreur des origines de la comptabilité en partie double, Fourastié doit être considéré parmi les plus grands comptables de l’histoire.

Ce rappel est nécessaire pour comprendre la nature de l’œuvre économique de Fourastié, qui se développa d’une façon singulière, et en se gardant soigneusement éloignée des conceptions des théoriciens néo-classiques, dont on va voir que les seuls commentaires qu’il y a consacrés sont des critiques extrêmement sévères, précises et justifiées, en particulier en ce qui concerne la compréhension des prix.

Les convictions politiques de Fourastié : un catholique social européiste

Jean Fourastié est souvent classé à droite politiquement, ce qui est en partie justifié. Au demeurant, s’il est bien un aspect de sa vie qui peut aisément prêter le flanc à la critique, parce que cet aspect a souvent été incohérent avec sa réflexion théorique, c’est bien sa pensée ou du moins les différents choix politiques qui ont marqué son existence. Sans revenir sur son comportement pendant la guerre, qui, comme on l’a vu dans le chapitre 4 de la première partie de cette thèse, relevait de l’attitude d’un haut fonctionnaire de Vichy totalement neutre vis-à-vis des évènements de la guerre, mais qui maintenait des conceptions absolument éloignées du nazisme, on peut souligner que cet engagement peut être qualifié après-guerre d’un européisme conservateur et social. Fourastié, à cette époque, est certes beaucoup plus engagé dans des questions de théorie économique et statistique, et surtout dans la mise en œuvre technique de ces théories en France et dans les organismes internationaux (tout comme il l’était sous le gouvernement de Vichy). Ainsi, après avoir mis en place le Plan Comptable Général en France (qui s’applique encore aujourd’hui à tous), il est l’architecte de la planification française qu’il met en œuvre depuis la présidence du Commissariat Général au Plan, et travaille intensément, au sein des institutions internationales, à l’élaboration des outils statistiques nécessaires à la décision économique, notamment à travers la réflexion autour du concept de productivité[3]. Cependant, cette activité technique et théorique, qui est incontestablement son apport le plus original et le plus excellent, n’empêche pas un engagement politique, même si celui-ci joue un rôle mineur dans sa vie. Dans ce domaine, il faut souligner que Fourastié a deux convictions qui guident son action : le catholicisme et la construction européenne envers laquelle il ne verra jamais un danger et toujours une nécessité[4]. L’homme politique auquel s’attache le plus Fourastié, après la guerre, est incontestablement Jean Monnet envers qui il a une grande admiration, presque une fascination. Cette admiration peut surprendre, quand on fait le bilan de l’œuvre des deux hommes, où Fourastié semble l’emporter haut la main, mais elle est un fait incontestable, qui ressort par exemple très nettement dans les mémoires de Jean Fourastié, où il fait un portrait dithyrambique de Monnet qui frôle l’exagération :

D’abord l’appel de Jean Monnet valorisait l’être appelé ; l’ampleur de l’œuvre et l’efficacité de l’action étaient bien connues. Le long entretien oral que Monnet accordait aux impétrants, d’abord soigneusement sélectionnés par des informations orales et écrites, ne laissait aucun doute sur l’atmosphère de la maison et sur les méthodes de travail du maître de cette maison. Il fallait que passe un courant de sympathie et de dévouement. Si ce courant passait, le contrat était conclu et personne, dans la suite ne s’avérait déçu. Monnet jugeait les aptitudes des hommes. Il reconnaissait leur domaine de compétence et orientait leur activité en conséquence. Il leur posait des questions auxquelles il savait qu’ils sauraient répondre soit tout de suite, soit après travail de réflexion. Ainsi il accroissait leur capacité et affermissait leur personnalité en accordant à leur avis le même poids qu’à ceux des plus grands experts.

Fondamentalement, il élevait par touches successives la pensée de ses collaborateurs à la dimension et à la hauteur des problèmes nationaux et mondiaux qui étaient les siens. Il faisait ressortir l’utilité de leur collaboration, les rendant responsables, « en charge » disait-il, d’un secteur croissant des affaires ; sans faire appel à la compétition, encore moins à l’ambition, il appelait à la collaboration.[5]

En tout cas, il faut souligner que l’engagement politique de Fourastié, qui n’alla jamais très loin, n’a pas eu beaucoup d’influence sur sa pensée économique, et elle n’en aura pas beaucoup plus dans son œuvre philosophique, où c’est à l’évidence davantage dans le catholicisme qu’il ira chercher l’essentiel de ses références (par exemple à travers ses lectures de René Girard, Blaise Pascal, et bien-sûr de la Bible elle-même)[6] [7]. Cependant, aussi peu important soit-il dans sa pensée économique, l’engagement politique de Fourastié pour un catholicisme conservateur et européiste a tendance à le faire assimiler, notamment par la pensée économique d’inspiration marxiste, à un économiste favorable à la théorie néo-classique. Les économistes néo-classiques eux-mêmes, pour peu qu’ils soient conservateurs et favorables à la construction européenne, ont tendance à la classer parmi eux, faisant fi de sa méthodologie originale et de ses critiques acerbes et définitives contre l’économie néo-classique. Fourastié lui-même a souligné dans ses mémoires qu’il avait beaucoup fréquenté les économistes américains, dont un grand nombre d’économistes néo-classiques de son temps :

Monnet m’a chargé de missions à l’étranger, autour des idées de comptabilité nationale, de progrès technique et de productivité, d’abord en Suède puis aux Etats-Unis.

J’ai beaucoup appris dans ces voyages, en particulier par le contact avec des économistes de valeur, par exemple aux Etats-Unis, Kuznets, Hansen, Clough, Fabricant, et des membres éminents du National Bureau of Economic Research. J’ai été impressionné par la solidité des institutions américaines, qui concouraient au progrès économique et à la puissance des Etats-Unis. Il y avait des institutions privées, comme le National Bureau of Economic Research, subventionné par de grandes entreprises, mais aussi des organismes publics, comme le groupe des Conseillers Economiques du Président des Etats-Unis. Le Bureau of Census était le bureau officiel des statistiques, et le Bureau of Labor, un gros organisme qui s’occupait beaucoup d’économie et de progrès social. J’ai eu une forte impression du Bureau of Labor. C’est de là que viennent mes relations avec Milton Friedman et Wassili Léontieff, depuis prix Nobel d’économie. J’ai fait plus tard une étude approfondie de la comptabilité nationale interindustrielle de Léontieff.[8]

Une classification plus précise de Fourastié parmi les économistes devrait conduire à le classer sans hésiter parmi les auteurs institutionnalistes conservateurs, à l’image d’un Hayek. Mais à la différence de Hayek, avec qui il partage quelques conceptions sur les prix, Fourastié est un défenseur de l’Etat et de la nécessité vitale de son intervention économique. En tout cas une telle classification parmi les auteurs institutionnalistes, parmi lesquels il n’est jamais cité[9], aurait le grand avantage de désigner sa pensée économique pour ce qu’elle est au plan méthodologique : non seulement une critique radicale de la théorie néo-classique, mais également un affranchissement complet des conceptions déraisonnables et des outils inadaptés de cette dernière.

La critique radicale et l’affranchissement de la théorie néo-classique

Fourastié a peu écrit sur la théorie néo-classique, pour une raison simple : il s’en désintéressait et la croyait – à tort – dépassée dans la pensée des économistes. Cela ne signifie pas qu’il n’a pas écrit du tout à son sujet, car il semble avoir réalisé, à la fin de sa vie, qu’elle était en train de s’imposer dans la pensée universitaire malgré son incapacité à expliquer les faits. Ainsi, sa critique des néo-classiques apparaît dans son œuvre de façon paradoxale : elle est de plus en plus présente alors qu’elle est de moins en moins utile dans son système théorique. Des quelques remarques dépréciatives qu’il fait à son sujet dans ses cours de l’Ecole Libre des Sciences Politiques à Paris juste après la guerre, où il la juge comme une vieillerie dépassée par les outils fournis par la statistique et la comptabilité, il aboutit dans ses derniers ouvrages à des parties entières où il se voit contraint d’expliquer en détail ce qui lui apparaît comme une évidence : la théorie néo-classique ne rend pas compte de la réalité observée.

Ainsi dès 1946, devant ses étudiants de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, à qui il enseigne les fondements de la comptabilité (c’est-à-dire les résultats de ses découvertes fondamentales faites pendant la guerre) il déclare :

Je considère la comptabilité comme indispensable à la compréhension du monde contemporain. Je veux insister là-dessus parce qu’il s’agit d’une chose importante moins connue que ce que je viens de vous dire jusqu’à présent. On discute beaucoup à l’heure actuelle de la valeur de la science économique contemporaine. Je vous l’exprimerai en termes crus pour vous marquer que je ne prétends pas du tout vous imposer une aussi brutale opinion. Je considère que la science économique est pratiquement inexistante. Je considère que depuis 150 ans que les gens s’efforcent de créer une science économique, ils n’y sont pas parvenus, alors que, chose extraordinaire, le départ était excellent. Je considère que vers 1830 il y avait une science économique et que brusquement cette science s’est évanouie, et qu’il n’est plus resté que poussière, description pure ou théorie sans contact avec les faits, donc plus de science. Une telle pensée peut surprendre. Comment une science existante a-t-elle pu s’évanouir ? Cela me paraît tout à fait naturel qu’une science qui existe cesse d’exister parce que la science ne sert qu’à décrire la nature ambiante. La science est un mécanisme de pensée, un mécanisme d’enseignement, c’est-à-dire de communication de la pensée qui a pour objet de connaître davantage le monde matériel qui nous entoure. Quand ce monde change, il faut changer de science (…) En 1830, on avait une science économique qui décrivait l’économie de ce moment-là. Les théories économiques comme celles de Ricardo sur la rente dominaient le monde économique de l’époque, elles expliquaient les faits fondamentaux qui dominaient la vie économique réelle. Et puis un beau matin, elles ont cessé de représenter les faits. L’affolement s’est emparé des gens. Cet affolement a duré 100 ans. On n’a pas voulu renoncer aux théories de Ricardo, on tenait plus aux théories qu’aux réalités. On n’a pas voulu renoncer à la science 1830; on voyait à tout moment des phénomènes perturbateurs, mais les économistes ou bien niaient ces faits nouveaux, ou bien les ignoraient, ou bien les négligeaient. Puis ils se sont peu à peu bornés soit à décrire, soit à tergiverser, soit à argumenter. Aujourd’hui personne n’y comprend plus rien, on ne sait plus où on est, le Ministre de l’économie nationale, quoi qu’étant lui-même un économiste de profession, ne peut tirer de cette science économique aucune utilité substantielle. La science économique ne sert pas au Ministre de l’économie nationale. C’est pourquoi je dis qu’il n’y a pas de science économique. La science doit servir à quelque chose. Si elle ne sert à rien, c’est un jeu d’échec, de bridge. Je vois des édifices de pensée charpentée, logiques, solides mais qui ne sont pas utilisables dans le monde contemporain. Je dis cela n’est pas de la science. La science pour moi doit être utile, parce qu’elle doit correspondre aux faits. Il ne suffit pas de construire la théorie d’un monde qui n’est pas nôtre, c’est du jeu. Il s’agit de construire la théorie du monde qui est le nôtre (…).

La science économique s’est dissociée des faits et de la réalité en grande partie parce que nos économistes n’ont pas de connaissance convenable des technologies et ne s’appuient qu’exceptionnellement sur des résultats comptables. En effet nous parlons de comptabilité depuis 40 minutes, et nous ne l’avons pas encore définie. Mais nous savons bien qu’il s’agit de mesurer des mouvements de valeur. Or la science économique n’a pas d’autres objets que d’étudier les lois de ces mouvements de valeur. Il doit donc y avoir entre science économique et enregistrements comptables une interpénétration extrêmement nette, précise, la même qu’entre l’art de l’arpenteur et la géométrie élémentaire, de même qu’entre les mesures astronomiques et la géométrie. Il y a pour les économistes une nécessité qui me paraît a priori évidente, élémentaire, une nécessité de connaître de manière concrète les mouvements de valeur dont ils prétendent découvrir les lois. Ces mouvements de valeur comment voulez-vous les mesurer, où voulez-vous trouver l’expression de leur mesure, sinon par la comptabilité et dans les documents comptables. Il me paraît aussi évident que l’économiste doive avoir pour arme élémentaire la comptabilité qu’il l’est de voir le physicien faire des mesures qui portent sur les longueurs d’onde de la lumière, la vitesse de la chute des corps, etc…

Voyez comme des savants tels que Pascal ou Galilée ont fondé la physique contemporaine. Ils l’ont fondé en mesurant les faits de la vie concrète. Ils ont mesuré, avec les moyens de leur époque, avec des règles grossières, avec des décimètres, à 1% ou 5% près. Mais ils ne partaient pas d’idées a priori desquelles ils auraient déduit savamment toute une série de conséquences. Parfois, toute une partie de sa philosophie le montre, Descartes est tombé dans ce défaut de se dissocier de l’expérience ; mais toute cette partie de son œuvre est tombée et n’existe plus.[10]

Ensuite Fourastié explique qu’une science économique nouvelle, débarrassée de ces vieilles conceptions et plus connectée à la comptabilité, est en train de s’imposer dans le monde, ce qui comme on va le voir, ne sera vrai qu’en partie, et n’est en tout cas plus valable à partir des années 70-80 :

On a ainsi dès maintenant une très considérable littérature économique dont l’esprit se détache complètement de l’ancien courant et qui anime dès maintenant les milieux dirigeants. Par exemple, il n’y a pas de doute que la politique économique des Etats-Unis, que la lutte contre les prochaines crises, est conduite dans cet esprit nouveau d’économie concrète. Je ne veux pas, bien entendu, vous donner les noms des principaux représentants de cette école. Vous avez entendu parler de quelques-uns d’entre eux. Le principal organisme aux U.S.A. est le National Bureau for Economic Research. Ce bureau a publié un très grand nombre de livres qui ont apporté une contribution extrêmement importante à la création d’une véritable science économique. C’est-à-dire d’une science économique utile. En Angleterre, le représentant le plus connu de la nouvelle tendance est M. Colin Clark. Je vous donne quelques noms des économistes du National Bureau : Kuznets, Fabricant, Burns.

Donc cette nouvelle tendance de l’économie est celle qui se manifeste en France par exemple par la création du Commissariat général au plan. L’équipe du Commissariat général au plan est une équipe qui travaille selon ces idées nouvelles, s’appuie très directement sur des documents comptables, notamment en ce qui concerne les travaux relatifs au bilan national. En somme la comptabilité nationale doit être la sommation totale des comptabilités privées au moins dans l’idéal. De toute manière c’est une construction, un document administratif de nature comptable, c’est-à-dire établi selon les règles de la comptabilité.[11]

Ce texte montre aussi le passage progressif de la réflexion comptable à la réflexion sur les prix dans la recherche de Fourastié, ce qui pour lui est la suite logique de ses découvertes[12]. Même si cette réflexion sur les prix est encore à l’état embryonnaire, elle annonce la suite de son œuvre :

Un autre élément fondamental par lequel la comptabilité est indispensable à la science économique concrète c’est l’étude des prix de revient. C’est peut-être en matière de prix que le contraste entre les deux conceptions de l’économie est le plus net. Jusqu’à 1940, on a étudié les prix uniquement en fonction de la monnaie. On a écrit de gros livres pour suivre l’action de la monnaie sur les prix, on a étudié des indices globaux, l’indice général des prix de gros, l’indice général des prix de revient. La nouvelle école ne s’intéresse plus autant aux indices généraux. Elle s’intéresse aux prix considérés individuellement (…) Il y a une interpénétration extrêmement étroite entre comptabilité et théorie des prix. On ne peut pas faire la théorie économique des prix si l’on ne sait pas ce qui constitue le prix de revient, si on ne sait pas comment on le calcule.

Ainsi on parvient par la comptabilité à une nouvelle conception de la science économique. Je n’insiste pas là-dessus, parce que cela déborderait le cadre de ce cours. Je signale seulement à ceux d’entre vous que cela pourrait intéresser que je développe plus spécialement ces idées dans mon cours du Conservatoire National des Arts et Métiers, qui cette année portera sur l’évolution économique contemporaine, c’est-à-dire l’évolution de 1830 à 1947. J’essaie dans ce cours de décrire l’évolution séculaire d’une manière concrète, c’est-à-dire en étudiant uniquement des faits mesurés, en me référant sans cesse à des indices certains et sûrs, comme par exemple le salaire réel, l’évolution des prix, l’évolution de la population active.

Je résume ce que je viens de vous dire dans ces simples notes : la comptabilité est une méthode d’observation économique. Si vous voulez avoir une action économique dans le cadre d’une entreprise vous devez utiliser la comptabilité. Si vous voulez faire de l’économie à l’échelon national ou à l’échelon scientifique vous devez faire de la comptabilité. Vous ne pouvez pas faire d’économie sans faire de comptabilité, parce que faire de l’économie sans faire de comptabilité, c’est faire de la science sans observation.[13]

Comme on le voit, Fourastié est radicalement critique envers les économistes classiques d’avant-guerre, et il les juge très durement. Par la suite, absorbé tout entier dans ses travaux pratiques au Commissariat au plan et à l’OCDE, il pourra croire un temps que les conceptions issues de la Théorie de l’Equilibre Général sont mortes. C’est seulement à partir des années 70-80, alors qu’il se recentre sur ses activités universitaires et publie ses travaux théoriques fondamentaux sur le système-prix, qu’il prendra conscience que sa prévision de l’évolution intellectuelle n’a pas été vérifiée. Comme beaucoup de chercheurs, il est alors confronté au développement massif des théories issues de la Théorie de l’Equilibre Général, et à leur expansion dans l’Université en France et à l’étranger. Comme nous le verrons, ces théories sont en tout point éloignées de ses propres conceptions, en particulier sur la question des prix et de la productivité. Elles lui apparaissent donc comme fausses et ne tenant aucun compte de ses propres travaux, ce qui est bien le cas. Aussi se met-il à les critiquer directement dans ses ouvrages, mais apparemment sans aucune audience. Dès 1974, dans son livre La réalité économique, il décrit ainsi l’état de la connaissance économique :

La science économique souffre actuellement de six grands handicaps, qui la laissent exsangue et vagissante :

La confusion du rationnel et de l’expérimental ;

L’impossibilité d’expérimenter, au sens strict, et les difficultés particulièrement graves de l’observation ;

Une imitation trop servile des sciences physiques (où justement l’expérimentation est possible pour l’homme) ;

L’ambiguïté et la relativité de la mesure de la plupart des quantités économiques ;

Une assurance excessive, qui fait croire au public et aux économistes eux-mêmes qu’il existe réellement une science économique (qui permettrait de maîtriser l’économie), alors qu’il n’existe, dans un océan d’ignorance, que des points forts ;

La paradoxale négligence, et même l’ignorance de ces points forts, qui, loin d’être pris pour base (seule base sûre) de l’enseignement, de la recherche et de l’action, sont méprisés au profit d’une science sophistiquée, parée du prestige des mathématiques – solidement isolée du bon sens par un puissant arsenal de notations et de symboles – et coupée de l’observation du réel.

De ces handicaps, les uns sont de la nature des choses (et plus précisément de la nature des « relations » qui peuvent s’établir entre le cerveau humain et un réel infiniment complexe et mouvant) les autres sont seulement dus aux idées aujourd’hui dominantes, et pourront donc être assez aisément et assez rapidement – je ne dis pas éliminés mais – reconnus et par conséquent restreints.[14]

Ici encore Fourastié émet donc l’espoir que la théorie économique revienne à la raison et il publie ses travaux fondamentaux sur les prix au début des années 80, dans son livre Pouvoir d’achat, prix et salaires. Malheureusement, ce livre n’aura aucune audience, malgré le fait qu’il est probablement l’un des plus importants de l’auteur.

S’il est un économiste très respecté, Fourastié ne semble pas très lu dans les années 80 par les autres économistes. On retient volontiers de lui quelques concepts célèbres, comme les trois secteurs ou le terme de « Trente Glorieuses », mais en se gardant bien de discuter les fondements théoriques précis qui lui ont permis de forger ces concepts universaux. Sa théorie économique n’est en fait ni discutée, ni critiquée, elle semble tomber dans une sorte d’oubli. Aussi les critiques que l’auteur adresse à la théorie dominante semblent marquées par cette situation. Tout se passe comme s’il répétait des arguments que personne n’entend, et il semble avoir le sentiment d’une certaine régression intellectuelle de la pensée économique qu’il n’hésite pas à dénoncer avec une sévérité grandissante. En 1984 il écrit un nouvel ouvrage qui reprend l’essentiel des théories fondamentales de son précédent livre en essayant de les exprimer sous une nouvelle forme. Le livre s’intitule Pourquoi les prix baissent et n’aura pas plus de succès parmi les économistes, généralement fascinés à cette époque par la théorie néo-classique et ses différents avatars. Aussi le livre s’attaque-t-il cette-fois ci frontalement à cette théorie néo-classique, puisque Fourastié comprend qu’elle s’est imposée et repère la menace qu’elle constitue pour la théorie économique. Dans l’introduction, il écrit :

Nous avons toujours été mal contents de la théorie classique des prix, dite souvent aujourd’hui « néo-classique » par suite des replâtrages et additions qu’elle a enregistrés depuis cinquante ou soixante-quinze ans.

Lorsqu’en 1949, nous avons présenté, dans Le Grand Espoir du XXe siècle, le premier linéament des hypothèses dont la suite des années a largement confirmé la valeur explicative et la réalité objective, nous pensions tout naturellement que la considération de ces simples faits allait engendrer une rapide rénovation de cet enseignement classique, et que donc nous n’aurions pas à y revenir trente-six ans plus tard. Hélas ! Il n’en est rien. Quoique soient devenus classiques et même banals beaucoup des chapitres du Grand Espoir, notamment ceux qui traitent de l’inégalité de la croissance des besoins, de la population active, de sa répartition et des trois secteurs primaire, secondaire et tertiaire de l’économie, de l’avènement de la société post-industrielle ou tertiaire etc., cependant et pourtant, le message relatif aux prix, même s’il a été bien reçu par le grand public, même sans qu’il ait été l’objet d’aucune critique d’ordre scientifique, n’a pas pénétré, n’a pas fécondé la science économique universitaire.

Cette théorie néo-classique, qui est au cœur de la science économique universitaire, est donc, du point de vue des prix qui est le nôtre ici, restée telle qu’elle était il y a quarante ans.

-Elle est pratiquement coupée de l’observation des prix ; elle se désintéresse totalement de leur évolution. Les livres ou les chapitres qui traitent de la théorie des prix ne contiennent aucune statistique de prix.

-La théorie des prix est essentiellement une théorie des comportements, imaginés bien plus que constatés. Elle élabore des concepts et déduit des lois, essentiellement celle de l’offre et de la demande, matérialisées par des courbes, des schémas, que personne n’a jamais pu dresser et coter par observation du réel et qui sont donc présentées sans échelle numérique et sans référence de produit (acier ou saucisson ?), de temps ni de lieu.

-A la vérité, la théorie ne s’intéresse qu’à ces comportements, et non aux résultats concrets, observés de ces comportements. C’est ainsi qu’elle ignore et se satisfait pleinement d’ignorer les phénomènes concrets et majeurs que sont l’évolution des prix, les valeurs et les mouvements des prix relatifs, le pouvoir d’achat des salaires, les relations entre les prix et l’emploi, entre les prix et la productivité du travail… ; elle ne fait que des allusions sporadiques à l’action du progrès technique, etc.

-Finalement, comme les astronomes pour les planètes avant Galilée, les théoriciens d’aujourd’hui ont élaboré et enseignent la théorie des prix sans avoir préalablement observé ni considéré la réalité et le mouvement des prix.

Nous tenterons de remonter, d’annuler ce courant, ce torrent de rationalité abstraite et vide, en observant d’abord le réel, en ne raisonnant qu’ensuite, et seulement sur le réel ainsi observé.

On voit ici combien Fourastié s’était trompé en prévoyant en 1946 que la science économique allait partir dans la bonne direction, c’est-à-dire celle qu’il avait lui-même édifiée. Il avait projeté sa propre logique théorique dans le futur en sous-estimant grandement les erreurs et les compromissions auxquelles se livreraient les économistes qui seraient en responsabilité entre-temps. Aussi le constat qu’il fait est-il un constat amère, bien que ses livres sur le système des prix soient par ailleurs très féconds, comme nous le verrons par la suite. Aucun de ces avertissements ne seront pris en compte par la théorie dominante. Et alors que cette théorie connaîtra le développement que l’on sait à l’Université, les travaux de Fourastié tomberont dans l’oubli, oubli recouvert par les hommages convenus et souvent condescendants qui sont généralement réservés à l’inventeur des « Trente Glorieuses ». Cette situation n’aura d’ailleurs certainement pas été sans influence sur les développements philosophiques que poursuivra Fourastié dans la dernière partie de sa vie. En effet, il semble que sa pensée bascule à partir de ce moment-là de la critique économique théorique à la réflexion sur la nature et l’évolution de la civilisation occidentale, et là encore son constat sera assez inquiet, comme en témoigne par exemple la postface qu’il écrira en 1990 pour la réédition du  Grand Espoir du XXe siècle[15].

Une deuxième note critique sur la théorie des prix est placée en annexe de son ouvrage Pourquoi les prix baissent, et s’intitule Note critique sur la théorie néo-classique des prix[16]. Dans cette note il conteste la scientificité de cette théorie et appelle à construire une véritable théorie scientifique des prix, basée sur l’observation :

La théorie néo-classique des prix, dans sa forme actuelle, est beaucoup moins une théorie scientifique qu’une théorie rationnelle. Ou plus exactement, elle est une juxtaposition de discours rationnels (la part ancienne de la théorie) et de descriptions empiriques de méthodes et de calculs de gestion (la part nouvelle de la théorie). Or ces deux parts, loin que la seconde soit, comme elle devrait l’être, la conséquence ou l’application de la première, apparaissent comme contradictoires, la seconde ruinant à peu près complètement les « lois » qu’a énoncé la première (…)

La théorie scientifique doit non seulement élaborer des concepts, mais confronter d’emblée ces concepts avec le réel observable et observé. La théorie scientifique doit non seulement expliciter rationnellement les rapports nécessaires de ces concepts entre eux, mais vérifier, par l’observation, la conformité entre ce qu’annonce la théorie et ce qui se passe, ce qui existe effectivement dans le réel.

Or la théorie des prix ne recherche qu’exceptionnellement et sporadiquement l’épreuve des faits ; elle n’en sort victorieuse que dans des cas très peu nombreux et très particuliers. C’est pourquoi, d’ailleurs, elle s’évanouit insensiblement et inconsciemment en traité de gestion. (…)

On ne s’étonnera pas, dans ces conditions, de l’hiatus qui existe entre l’actuelle théorie des prix et nos observations concrètes, nos statistiques de prix courants et réels.

La théorie des prix ne peut décrire la réalité des prix considérés objectivement comme un système d’éléments objectifs, de choses observables en elles-mêmes ; elle ne prétend pas le faire ; elle ne s’intéresse pas à cela ; elle ne s’en préoccupe pas, ce n’est pas « son véritable objet ».

Elle n’a pas pour objet le prix des choses, mais seulement les comportements, les démarches, les attitudes, les décisions, des hommes relatifs à ces prix…Dès lors on ne s’étonnera pas qu’elle ne s’intéresse pas aux prix observés, constatés par les statisticiens et enregistrés dans les bulletins et annuaires.

Peu importent donc à la théorie économique d’aujourd’hui l’évolution effective des prix, le mouvement des prix relatifs, les mouvements des prix par rapport aux salaires, la baisse des prix réels, la hausse du pouvoir d’achat, les facteurs qui les déterminent…

Tout cela est en dehors de la théorie dite des prix, et à la limite, en dehors du champ de la théorie dite science économique.

Mais un débat devra être ouvert sur la pérennité de cette situation. Le temps n’est-il pas venu de faire sortir ces réalités économiques majeures (prix, salaires, pouvoir d’achat, progrès technique, productivité, emploi…) du domaine de l’anecdotique, du domaine de l’histoire économique décousue et sporadique ? Le temps n’est-il pas venu de cesser d’abandonner ces faits essentiels aux ingénieurs, aux journalistes, aux auteurs d’essai, aux amateurs ?… Le temps n’est-il pas venu de les intégrer dans une véritable théorie scientifique ? Le temps n’est-il pas venu d’en faire la substance, le corps de la science économique ?

Cette véritable théorie des prix, ayant pour objet les grandeurs économiques observées et observables, n’en serait pas moins tributaire de l’actuelle théorie. Des pans entiers de l’actuelle théorie devront trouver place dans la nouvelle. (…)

Nous venons d’écrire que la théorie universitaire des prix n’a guère progressé depuis cinquante ans, qu’elle n’a tenu aucun compte de nos études sur les prix observés et sur les prix réels, qu’elle ne couvre ainsi qu’une part (la moins sûre) du champ qu’elle devrait couvrir.

Cependant depuis quelques années, divers mouvements se font jour pour prendre en considération ce fait, majeur pour l’économie, qu’est l’action du progrès technique sur les prix. (…)

Ces faits confirment notre pensée que la science économique doit rénover sa théorie des prix.

On voit donc l’extrême réserve, pour ne pas dire le mépris, dans lequel Jean Fourastié tenait la théorie de l’équilibre général. Le reproche principal qu’il lui fait est son absence d’utilité pratique et son absence de scientificité, reproche qui a été confirmé par la suite par de nombreux travaux[17]. Reproche lourd de sens venant de la part d’un chercheur qui fit beaucoup de découvertes fondamentales, qui participa lui-même à des réformes d’ampleur dans l’organisation économique et administrative française et internationale dont nous sommes toujours tributaires aujourd’hui, qui fut un penseur philosophique très profond des sciences et de leur rapport avec la société, et qui fut d’ailleurs membre puis Président de l’Académie des sciences morales et politiques. Il est surprenant que ses travaux n’aient pas été considérés avec davantage d’attention, mais cela a sans doute à voir avec l’évolution peu scientifique qu’une grande part de la théorie économique a suivi durant de nombreuses années jusqu’à nos jours. Car au-delà de la critique radicale qu’il a exprimé contre la théorie dominante, Fourastié a poursuivi, en s’affranchissant des cadres paralysants de cette fausse science, son propre travail de théorie économique, qui l’a conduit, à partir de ses découvertes et de sa pratique en comptabilité, à s’interroger sur le fonctionnement réel des prix et de la productivité. Il nous faut à présent étudier en détail cette théorie essentielle pour notre propre thèse.

Les prix réels

Les recherches comptables de Jean Fourastié, qu’on a étudiées en détail dans la première partie, l’ont ensuite conduit à s’interroger sur le phénomène économique des prix. Cela est tout à fait logique. Parce qu’elle est une méthode d’enregistrement et de définition de la valeur, la comptabilité en partie double est intimement liée aux variations de prix. Nous avons vu que le concept de profit, qu’elle a défini rigoureusement à partir de la comptabilité des marchands-banquiers italiens au 14e siècle, n’est rien d’autre que l’enregistrement des variations du prix des valeurs d’une entreprise. Toute l’architecture logique de la comptabilité en partie double, tout son fonctionnement pratique est basé sur le système des prix. Si l’on va plus loin dans l’analyse (ce que n’a pas fait Fourastié en l’occurrence), on peut même dire que c’est le système des marchés financiers, autrement dit le système des ventes à terme, qui ne peut fonctionner que grâce aux variations de prix. Même s’il n’a pas explicitement pensé ce lien entre les prix et la comptabilité, bien qu’il l’ait évoqué devant ses étudiants à l’Institut politique de Paris juste après la guerre, il est certain qu’il en a eu l’intuition du fait de sa pratique comptable. C’est sans aucun doute la raison pour laquelle il s’intéressa de près à ce problème. Mais comme on va le voir, il s’y intéressa d’une façon très différente des économistes classiques, parce que ce qu’il voulait comprendre, ce n’était pas l’évolution macroéconomique des prix, mais les raisons profondes de leur variations individuelles. Cette vision est directement issue de sa formation comptable, car ce qui intéresse le comptable est d’abord l’infini variété des variations des prix, et le mystère de l’origine de ces variations. Face à cette interrogation, cependant, il est clair qu’il a dû éprouver une grande frustration devant la théorie économique dominante, qui se refuse à considérer ces variations et leurs causes réelles prises isolément, pour n’en donner que des explications simplistes et générales, ne correspondant pas à la réalité observée. C’est dans ce constat que les critiques et le dédain qu’il a adressées à la théorie néo-classique prennent leur source.

La première œuvre majeure dans laquelle Fourastié va développer sa théorie des prix réels est peut-être son œuvre la plus connue, celle, en tout cas, qui « joua un rôle considérable sur sa carrière »[18] en le faisant connaître du grand public et des élites politiques d’après-guerre, c’est-à-dire Le grand espoir du XXe siècle[19]. Comme il le déclare lui-même dans ses mémoires, ce livre est la reprise de son premier ouvrage l’Economie française dans le monde[20], qui l’a réellement fait connaître du grand public :

Ce livre a eu un impact considérable sur ma carrière. Deux hommes importants l’ont lu dès 1945, Jean Monnet et Léon Blum. Ce dernier avait été Président du Conseil des Ministres sous le Front Populaire ; il avait beaucoup souffert de la guerre et de la défaite. Dans ses éditoriaux du quotidien socialiste de l’époque, Le Populaire, il a cité L’Economie français dans le monde de manière flatteuse. (…)

Je ne l’ai rencontré qu’une fois, dans les derniers mois de sa vie à Jouy en Josas. Je venais le remercier des articles dont nous venons de parler ; j’ai été frappé de sa courtoisie, de sa disponibilité, de sa curiosité. Il était âgé et fatigué, mais sa personnalité était profonde et ouverte. Nous avons parlé de mes idées. A la fin de l’entretien, il a noté sur mon exemplaire du Grand Espoir, une dédicace, « Léon Blum, en souvenir d’une visite qui ne m’a pas déçue de ma lecture », c’était le 30 décembre 1949. (…)

D’emblée, Jean Monnet m’a dit qu’il avait lu l’Economie française dans le monde, et qu’il était en train de recruter des collaborateurs pour le futur Commissariat Général au Plan. Il m’a demandé si cela m’intéressait, si cela me paraissait possible et dans quelles conditions.[21]

Dans le Grand espoir du XXème siècle, Fourastié introduit sa conception fondamentale des prix réels. Il explique qu’il est impossible de comparer des prix en tant que tels dans le temps et l’espace, parce que ces prix sont trop fluctuants. Pour avoir une compréhension correcte du niveau de vie, c’est-à-dire du pouvoir d’achat, il faut diviser les prix par le salaire d’un ouvrier moyen, type menuisier ou charpentier, emplois qui existent depuis des temps immémoriaux et dans tous les pays. Une fois cette information obtenue (Fourastié élabore pour ce faire des tables annuelles par pays avec le salaire de l’ouvrier de base), il est possible de construire des indices chaînés de prix qui révèlent le niveau de vie. C’est cet outil simple mais fondamental qui permet à Fourastié de dévoiler la dynamique de l’économie mondiale et de comparer les niveaux de vies de pays très divers, qu’ils soient capitalistes ou socialistes. Cette simple méthode fait apparaître des vérités absolument essentielles pour la science économique, dont la plus fondamentale est la suivante : les prix réels connaissent une baisse tendancielle très marquée dans l’histoire en raison de la diffusion du progrès technique. Le progrès technique est donc la force économique essentielle qui fait évoluer les prix dans des proportions considérables, mais cela n’est pas pris en compte, ou de façon marginale par la théorie économique des prix classique. Aussi Fourastié note-t-il :

Le lecteur doit dès maintenant comprendre que l’échec de la théorie économique classique sur un problème aussi capital provient de la négligence complète d’un facteur essentiel : le progrès technique. En réintégrant ce facteur dans l’étude des prix, nous verrons qu’il s’y révèle prépondérant, et, sans qu’il soit question de lui faire expliquer la totalité des faits observés ni le détail des fluctuations à court terme, nous constaterons qu’il permet de rendre un compte exact des mouvements fondamentaux.[22]

Ainsi Fourastié démontre par sa méthode la réduction considérable des différents prix sous l’effet du progrès technique, c’est-à-dire sous l’effet de la hausse de la productivité du travail. Entre 1890 et 1939 en France, il montre ainsi que le prix du ciment est trois fois moins cher, la chaux plus de deux fois moins chère, le prix du rail a baissé de 30%, etc.

C’est cette analyse des prix réels qui l’amène à dégager l’analyse par secteurs devenue classique aujourd’hui (secteurs primaire, secondaire et tertiaire), alors qu’on n’utilise plus la méthode qui a permis de les découvrir et qu’on ne distingue plus la chose essentielle que Fourastié avait mis à jour : les prix de ces différents secteurs ne fonctionnent pas de la même manière. Ainsi, alors que le progrès technique fait chuter de façon spectaculaire le prix des produits issus des secteurs primaires et secondaire, les prix réels du tertiaire, eux, ont tendance à augmenter, tout comme les salaires de ce secteur que Fourastié considère eux-mêmes comme un prix. Ainsi affirme-t-t-il :

Ainsi le progrès technique apprécie sans cesse le prix des produits à faible progrès technique par rapport au prix des produits à grand progrès technique ; globalement, les prix tertiaires montent constamment par rapport aux prix primaires et secondaires.

Or, plus le progrès technique se développe, et plus les prix tertiaires apparaissent prépondérants, par le fait même que le secteur tertiaire va en s’amplifiant ; c’est peu à peu la consommation de tertiaire qui devient économiquement majoritaire, c’est-à-dire majoritaire en valeur, en % de revenus monétaires. Les prix tertiaires deviennent donc peu à peu les éléments fondamentaux du coût de la vie.

Le salaire horaire est l’un des plus importants parmi les prix tertiaires puisque c’est lui qui détermine le prix du tertiaire type. En effet, le tertiaire type étant par définition l’activité dans laquelle le progrès technique a peu ou pas d’influence, le rendement du travail y est constant, et par suite le prix de revient évalué en heures de travail y est constant. Il n’y a donc pas de divergence entre le prix du tertiaire-type et le prix du salaire horaire, puisque, par définition, il faut toujours dans le tertiaire « absolu » le même temps de travail humain pour produire le même service ; l’évolution du salaire détermine alors, sans variation importante à long terme, l’évolution du prix de revient et par suite celle du prix de vente.[23]

A ces distinctions fondamentales de sa théorie, Fourastié ajoute que ces observations permettent d’expliquer les différences salariales considérables d’un pays à un autre pour des gens ayant le même métier comme par exemple les coiffeurs. Aux Etats-Unis, ils ont des salaires qui seraient impensables pour des coiffeurs issus du tiers monde, alors que leur productivité est identique. En comparant les prix nominaux corrigés du taux de change aux Etats-Unis et en France en 1947, il constate que les biens industriels sont moins chers aux Etats-Unis, mais que les prix du tertiaire, comme une place d’opéra, une coupe de cheveux, une visite médicale ou une heure de ménage sont bien plus chers aux Etats-Unis. Voici comment il explique cette disparité des prix dans l’espace et comment il montre que ces faits fondamentaux n’intéressent pas la théorie économique classique, qui ne se préoccupe guère du réel :

Ces disparités laissent l’économiste classique sans voix ; il abandonne ces phénomènes, comme de nombreux autres faits de la vie concrète, au domaine de l’anecdote, comme si la science n’avait pas pour objet le concret surtout lorsqu’il est usuel, courant, familier. Ainsi l’économiste ne parvient pas à comprendre pourquoi, dans un pays riche, les maîtresses de maison n’ont pas de bonnes et font elles-mêmes leur vaisselle ; la réponse est pour nous aisée : le tertiaire est rare et cher dans les pays riches. Il est rare parce que tout le monde en désire et a perdu le goût et le besoin d’en fournir. Il est cher parce que le coiffeur de New York, qui ne travaille guère plus vite que le perruquier des Indes, doit être payé aussi cher que le métallurgiste de Chicago, lequel construit une Ford en 800 heures de travail.

Ainsi le tertiaire, dont le prix réel (le prix exprimé en salaire horaire), est le même dans tous les pays du monde, apparaît cher dans les pays à grand progrès technique, d’abord relativement aux prix du primaire et du secondaire dans ces mêmes pays, et ensuite relativement aux prix pratiqués pour ce même tertiaire dans les pays à faible progrès technique, par suite de la disparité, au change des monnaies, des salaires horaires. (…)

L’inversion de l’éventail des prix est extrêmement nette : les prix secondaires sont de deux à trois fois PLUS élevés à Abidjan qu’à New York ; les prix tertiaires classiques 6 à 8 fois MOINS élevés.

La théorie des prix de Jean Fourastié est parfaitement résumée dans ce passage. Sous l’effet du progrès technique, les prix nominaux des secteurs primaires et secondaires baissent alors que les prix nominaux du secteur tertiaire montent. Telle est la tendance historique lourde des prix, et c’est donc la productivité qui joue le rôle déterminant dans cette évolution. Armé de cette théorie, Fourastié prévoira dans le Grand espoir de XXe siècle tout ce qui allait se produire après la guerre, c’est-à-dire la hausse générale de la productivité, et la croissance de plus en plus importante du secteur tertiaire dans les économies occidentales.

Cependant, à partir de 1977, alors qu’il est moins impliqué dans des responsabilités administratives, il reviendra en détail sur cette théorie des prix, dans le sillage des travaux de recherche qu’il mène au CNAM avec ses étudiants et sa fille Jacqueline. Son ouvrage Pouvoir d’achat, prix et salaires[24], qui fut loin d’avoir la même audience que Le grand espoir du XXe siècle et fut en fait ignoré par la pensée économique de son temps, précise et affine sa théorie des prix.

Essentiellement, cet ouvrage cherche à suivre précisément et à classifier les différents types de prix. Ce que montre ici Fourastié, c’est que personne ne fait ce travail de suivi des prix réels, en cherchant à compiler des séries de prix dans les catalogues, les brochures, etc. Or c’est là le cœur de la vie économique, et ce sont ces séries de prix qu’il s’agit de suivre pour comprendre le fonctionnement du système-prix dans la réalité, et non dans des constructions théoriques invérifiables. En procédant ainsi, Fourastié en arrive à une grande variété de comportement des prix. Il en est surpris et en même temps intéressé, car cela ouvre un champ immense à la recherche. Il reprend néanmoins sa distinction en trois secteurs de l’économie et montre que chaque secteur a des types de prix qui évoluent différemment, globalement selon la tendance énoncée plus haut : les prix des secteurs primaires et secondaires baissent avec le développement, alors que les prix des secteurs tertiaires montent avec le développement économique d’un pays donné. Rapportés au salaire d’un manœuvre de province qui lui sert d’étalon au cours des ans, il réaffirme que par rapport à ce salaire les prix réels du tertiaire sont stables alors que les prix réels des biens industriels et agricoles baissent. Il note qu’il existe des prix spécifiques, comme les prix correspondants à des effets de mode, ou les prix répondants à la loi de l’offre et de la demande, mais il insiste sur le fait que le déterminant de long terme essentiel de l’évolution des prix est le progrès technique.

Il est donc nécessaire de se pencher à présent sur le concept de productivité qui lui sert à mesurer ce progrès technique, concept qui est différent de celui qu’utilisent les économistes d’aujourd’hui et dont Fourastié avait d’ailleurs fait la critique.

La productivité et la critique intransigeante du concept de productivité apparente (monétaire)

Fourastié identifia très rapidement l’importance de la productivité dans la vie économique d’un pays, parce qu’il comprit que c’était l’élément-clé par lequel les prix évoluaient et un pays s’enrichissait. Aussi a-t-il pu être à raison qualifié « d’expert en productivité »[25], bien que ce qualificatif ne soit pas toujours très bien intentionné à son égard. Le concept de productivité, tel qu’il le diffusa dans les institutions internationales, est un concept issu là-encore de sa formation comptable. Il a consacré un livre sur la question dont le titre est La productivité paru en 1952[26]. Ce livre de synthèse est à la fois le résultat de ses recherches théoriques sur les prix, de sa formation comptable, et de son activité intense dans les institutions internationales et au Commissariat général au plan en France, institution dans laquelle il utilise la productivité comme enjeu de la discussion entre partenaires sociaux, et le plan comptable qu’il a lui-même mis en place comme outil de représentation efficace du réel. Il est à noter que le succès et l’originalité de ce que l’on appelle « la planification à la française » après-guerre est essentiellement due à ses travaux théoriques et à son action normative et administrative.

Dans la Productivité, voici comment Fourastié définit ce concept fondamental :

Il faut retenir que la productivité, au sens moderne du terme, s’entend toujours d’une production physique et jamais d’une évaluation en valeurde la production. Cela entraîne que l’on ne peut jamais comparer la productivité dans une profession, la fonderie d’acier par exemple, avec la productivité dans une autre profession qui fabrique un produit différent, des chaussures par exemple. En effet, la productivité des deux professions (par exemple fonderie et fabrique de chaussures) s’exprimera par deux chiffres tels que les suivants : 6 kg de fonte par heure de travail, 0,2 paires de chaussures par heures de travail. Or ces deux chiffres sont évidemment impossibles à comparer.

La productivité se présente donc sous la forme d’une fraction dont le numérateur exprime la quantité physique de la production étudiée (en poids, en volume, en nombre d’unités, etc.).

Quant au dénominateur, il représente les facteurs qui ont été nécessaires pour obtenir cette production. Dès 1944, M. L.-A. Vincent a donné une très intéressante méthode pour évaluer et porter au dénominateur tous les facteurs concourant à la production. Mais, à cause de ses liaisons avec le problème des prix, du pouvoir d’achat et de l’emploi de la population active, la notion plus restreinte de productivité du travail retient à l’heure actuelle d’une manière prépondérante l’attention des économistes et des hommes d’action.[27]

Fourastié montre ensuite que ces questions sont largement discutées au sein des organismes internationaux chargés d’élaborer un cadre statistique pour l’économie mondial. Il est bien placé pour décrire ces débats car il en est partie prenante et réfléchit de façon intense à ces questions avec ses collègues internationaux. Son texte témoigne donc de la centralité de ce concept de productivité dans la pensée économique d’après-guerre :

Pour donner aux lecteurs l’expression la plus précise des définitions maintenant admises, nous ne pouvons mieux faire que de reproduire les textes élaborés par le Comité des Questions scientifiques et techniques de l’Organisation économique de Coopération européenne, sur avis de son Sous-Comité de la Productivité et par le Groupe de de Travail du Commissariat au Plan, dit des « mesures de la productivité ». Ces deux textes sont concordants ; le second peut être considéré comme un commentaire du premier, explicitant certains problèmes usuels.

La définition et les méthodes de mesure de la productivité font ainsi de puis 1948, sur le plan mondial, l’objet de travaux incessants aussi bien de la part d’économistes que d’ingénieurs, de comptables et de praticiens. On peut en suivre le développement dans Etudes et conjoncture, dans les publications de l’AFAP, et dans celles de l’OCDE, qui a édité le Manuel des mesures de la productivité (en trois tomes) et publie mensuellement la Revue des mesures de la productivité. Néanmoins, certains économistes ont écrit récemment encore que la notion de productivité reste vague et insuffisamment précise. Cela montre seulement qu’ils ne connaissent pas les études actuelles. En fait, la collaboration des ingénieurs et des économistes crée chaque jour des instruments de mesure de plus en plus efficaces, et de plus en plus indispensables à la conduite des entreprises et à l’orientation économique et sociale des Nations.[28]

A partir de cette définition, Fourastié élabore des indices chaînés de productivité horaire du travail par type de bien. Cela lui permet de montrer l’évolution de cette productivité pour différents pays, différentes périodes et différents secteurs. Les résultats sont extrêmement intéressants : il montre une hausse générale de la productivité du travail du 19e siècle aux années 50 dans les pays occidentaux. En France, par exemple, cette hausse est régulière dans les périodes de paix et explose littéralement pendant la Première Guerre mondiale, où l’on sait que la mobilisation de l’économie française lui a permis de bâtir l’armée la plus puissante du conflit et de vaincre la coalition des Empires en premier lieu sur le terrain industriel. En revanche, cette productivité chute pendant la Seconde Guerre mondiale et ne retrouve que dans les années 50 son niveau des années 30. Chaque secteur connaît en fait une évolution spécifique en fonction des innovations techniques qui y apparaissent mais la tendance générale est celle de la hausse de la productivité du travail, qui explique, à son tour, la baisse des prix réels que Fourastié avait analysé dans Le grand espoir du XXe siècle.

Avec le concept de productivité du travail, l’architecture théorique du système intellectuel de Fourastié semble achevée et se montrera un outil de compréhension du monde extrêmement efficace et d’une grande efficacité prédictive, autrement dit d’une grande valeur scientifique. Cependant, il ne faudrait pas déduire de cette scientificité, ni de l’implication de Fourastié dans la mise en place de ces définitions au niveau international et national dans les années 50-60, que ces concepts ont été pleinement intégrés par la pensée économique. Car malheureusement ; et c’est là une constante avec les observations de Fourastié ; une grande part de ses concepts vont être abandonnés (mais non pas critiqués) par la pensée dominante des économistes, et cela même alors qu’il les pensait définitivement acquis. Il en va ainsi du concept de productivité auquel il avait consacré tant de travail et de réflexions.

Aujourd’hui en effet, les économistes raisonnent systématiquement à partir d’un concept de productivité exprimé en monnaie, que l’on appelle aussi la productivité apparente. Cela consiste à définir ce que rapporte une heure de travail en monnaie, plutôt qu’en production physique. Evidemment, cela facilite les comparaisons, par secteur, par pays etc., et c’est certainement pourquoi ce concept de productivité monétaire s’est imposé dans les institutions internationales et dans la pensée des économistes. Mais ce concept de productivité monétaire est largement affaibli par rapport à celui de productivité physique, et il masque l’essentiel en ne mesurant au final, concernant le calcul de la productivité globale d’un pays,  que la quantité de monnaie en circulation dans un pays.

Dès son livre de 1952, Fourastié a vu ce concept apparaître et il l’a dénoncé immédiatement. Cependant, comme pour la théorie néo-classique elle-même, il ne semble guère s’être méfié de ce concept, le tenant pour une simple erreur de raisonnement qui disparaîtrait d’elle-même. On retrouve dans cette attitude la naïveté dont il fera si souvent preuve dans sa carrière à propos du futur de ses propres théories. Cependant, par précaution, il consent tout de même à écrire une note de bas de page pour dénoncer le concept de productivité monétaire tel qu’il allait pourtant s’imposer sans aucune contestation ou critique dans la pensée économique jusqu’à nos jours :

(…) Certains auteurs très estimables, par exemple M. Collin Clark, et plus récemment M. Dayre dans la brochure Productivité, mesure du progrès, ont employé le mot productivité pour désigner des expressions dont le numérateur est non pas un volume physique de production, mais une évaluation en monnaie de la valeur de cette production.

Le groupe de travail des statisticiens et à sa suite le Comité National de la Productivité, puis le Comité des Questions scientifiques et techniques de l’OECE, ont rejeté cette expression du mot productivité, d’une part parce que la notion de productivité physique est déjà suffisamment riche, et d’autre part parce que la notion de productivité en valeur conduit à des confusions souvent graves qui sont apparues notamment dans The Conditions of Economic Progress.

Ce qui précède ne signifie nullement que les mesures qui prennent en considération la valeur monétaire de la production soient inutiles. Cela signifie seulement qu’il est dangereux de donner à ces mesures le nom de productivité : on verra plus loin que les statisticiens européens recommandent de le désigner sous le nom de : valeur ajoutée par tête ou par heure de travail, ou encore sous le nom de revenu par tête.[29]

On voit ici on ne peut plus nettement comment Fourastié considère ce qui est devenu notre concept usuel de la productivité : il le considère comme dangereux. Il est très dommage qu’il n’ait pas approfondi sa critique, et il ne l’a pas fait parce qu’il n’a pas cru que ce concept allait s’imposer, tant il le considérait comme mauvais, mais il aurait pu cependant analyser ce en quoi il est mauvais.

Mesurer la productivité monétaire, comme nous le faisons aujourd’hui, ne permet pas de connaître la productivité physique réelle, par produit et secteur. Cela permet seulement de mesurer la monnaie en circulation dans une entreprise, qui dépend elle-même de la capacité de cette entreprise à posséder ou produire des valeurs dont le prix augmente. Mais comme nous l’avons vu, Fourastié l’a démontré lui-même de façon très détaillée dans plusieurs ouvrages, les prix n’évoluent pas de façon uniforme, et ils recouvrent des disparités considérables. Ainsi, il faut souligner notamment que les prix des secteurs les plus productifs ont tendance à baisser, alors que ceux des secteurs peu ou pas du tout productifs, comme le secteur tertiaire, ont tendance à monter. Autrement dit la productivité monétaire, pour des entreprises de ces différents secteurs, est un très mauvais indicateur de la productivité réelle. Car dans le cas qui nous intéresse, la productivité monétaire d’une entreprise industrielle va avoir tendance à baisser alors que sa productivité physique augmente du fait que le prix de vente de ses productions chute. Inversement, l’entreprise du tertiaire, dont la productivité physique est faible ou nulle, va voir sa productivité monétaire augmenter, car ses prix de vente vont augmenter à mesure que le pays améliore sa productivité physique. Il y a donc ici un paradoxe fondamental. Car notre concept de productivité monétaire n’est pas seulement insuffisant pour saisir la productivité physique, il est également trompeur. Nous reviendrons dans le chapitre suivant sur ce problème au plan macroéconomique, ce que n’a jamais fait Fourastié, mais on peut d’ores et déjà souligner ici que ce que mesure notre concept de productivité monétaire globale, ce n’est rien d’autre que la masse monétaire en circulation, et cela est très différent de la productivité physique. C’est donc à raison que Fourastié tenait pour dangereux ce concept dès les années 50, mais celui-ci s’est pourtant imposé intégralement dans la pensée économique moderne.

L’efficacité prédictive et le réalisme de la théorie de Fourastié

La théorie de Jean Fourastié peut donc se résumer ainsi : c’est le progrès technique qui exerce la force la plus puissante sur les prix en faisant baisser les prix des secteurs primaires et secondaires et en faisant monter les prix du tertiaire. D’autre part, le meilleur indicateur de ce progrès technique est la productivité du travail mesuré en volume c’est-à-dire en termes physiques.

Il est à noter qu’il existe d’autre économistes très pertinents qui ont réalisé le même type d’observations dans leurs ouvrages, sans qu’ils aient eu connaissance, apparemment, des travaux de Fourastié, et sans qu’ils systématisent leurs observations en un modèle explicatif macroéconomique comme nous allons le faire dans le chapitre suivant. C’est le cas notamment d’Erik Reinert, un spécialiste des théories du développement et un ancien chef d’entreprise, qui note dans un de ses ouvrages fondamentaux :

Une augmentation des salaires dans le secteur concerné par l’explosion de la productivité va automatiquement augmenter tous les salaires. Les barbiers ont eu peu de développement de leur productivité depuis l’époque d’Aristote, et pourtant, les salaires des coiffeurs dans les pays industrialisés sont – grâce à ces séries d’explosions de la productivité – plus ou moins restés au niveau des salaires des travailleurs de l’industrie. Dans les pays ne connaissant pas d’explosion de la productivité, les barbiers sont restés pauvres comme leurs concitoyens. L’Orchestre Philarmonique ne joue pas mieux la « Valse Minute » aujourd’hui que les musiciens qui la jouaient à l’époque de Chopin. Pourtant les salaires des musiciens ont considérablement augmenté durant cette période.[30]

De même que Fourastié, et bien qu’il n’en fournisse pas une analyse systémique, Reinert touche bien à la même loi fondamentale que Fourastié : c’est le progrès technique qui est le principal influenceur des prix, mais son action est double, puisqu’il fait baisser les prix de production, et en même temps monter des prix de compensation.

Cette théorie est donc un dépassement essentiel de la science économique classique, d’une grande importance si on se souvient des limites fondamentales de cette théorie, bien identifiées par Fourastié lui-même. D’autre part, il faut également souligner l’efficacité prédictive de la théorie de Fourastié, qui, grâce à elle, put prévoir de façon très réaliste et précise l’évolution économique du monde dès la fin de la guerre et jusqu’à la fin des Trente Glorieuses (concept qu’il inventa). Il est donc nécessaire de prendre cette théorie au sérieux et de repérer ce qui la fonde et la singularise conceptuellement, afin de tenter de la généraliser et d’en tirer toutes les conséquences macroéconomiques. Ce faisant, nous allons voir qu’elle acquière une grande puissance explicative qui nous sera très utile pour comprendre le fonctionnement de la monnaie, de la finance et de l’économie mondiale actuelle. C’est ce que nous allons faire dans le chapitre suivant.


[1] Ce que je crois, Jean Fourastié, 1981, Grasset.

[2] Le long chemin des hommes, Jean Fourastié, éditions Robert Laffont, 1974.

[3] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, 1994, Beauchesne Editeur.

[4] Notamment dans La réalité économique, Jean et Jacqueline Fourastié, Collection Pluriel, 1986.

[5] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, 1994, Beauchesne Editeur, p. 50-51.

[6] L’Eglise a-t-elle trahie ? Jean Fourastié et René Laurentin, Bauchesne, 1974.

[7] Ce que je crois, Jean Fourastié, 1981, Grasset.

[8] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, 1994, Beauchesne Editeur, p. 94

[9] Comme par exemple dans L’économie institutionnelle, Bernard Chavance, Collection repères, Editions la Découverte, 2012.

[10] Texte issu des cours de Fourastié donnés à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, et réunis dans l’ouvrage consultable à la BNF : Comptabilité générale, Paris, les Cours de droit, 1948. 2 vol. gr. in-4° (310 x 210), autographié, Université de Paris. Institut d’études politiques. 1947-1948.

[11] Texte issu des cours de Fourastié donnés à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, et réunis dans l’ouvrage consultable à la BNF : Comptabilité générale, Paris, les Cours de droit, 1948. 2 vol. gr. in-4° (310 x 210), autographié, Université de Paris. Institut d’études politiques. 1947-1948.

[12] Régis Boulat, « Jean Fourastié, un expert en comptabilité », Comptabilités [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 13 décembre 2010, http://journals.openedition.org/comptabilites/184.

[13] Texte issu des cours de Fourastié donnés à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, et réunis dans l’ouvrage consultable à la BNF : Comptabilité générale, Paris, les Cours de droit, 1948. 2 vol. gr. in-4° (310 x 210), autographié, Université de Paris. Institut d’études politiques. 1947-1948.

[14] La réalité économique, Jean et Jacqueline Fourastié, Collection Pluriel, 1986, p.313.

[15] Le Grand Espoir du XXème siècle, Jean Fourastié, 1989, Collection Tel, postface.

[16] Pourquoi les prix baissent, Jean Fourastié et Béatrice Bazil, 1984, collection Hachette, 384 pages.

[17] Dont notamment Les trous noirs de la science économique, Jacques Sapir, 2003, Collection points économie, 416 pages.

[18] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, 1994, Beauchesne Editeur, p.

[19] Le Grand Espoir du XXème siècle, Jean Fourastié, 1989, Collection Tel.

[20] L’économie française dans le monde, Jean Fourastié et Henri Montet, Presses Universitaires de France, Collection Que-sais-je ?, 1945.

[21] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, 1994, Beauchesne Editeur, p.

[22] Le Grand Espoir du XXème siècle, Jean Fourastié, 1989, Collection Tel, p.163.

[23] Ibid; p.174

[24] Pouvoir d’achat, prix et salaires, Jean Fourastié, 1977, Collection Idées, Editions Gallimard.

[25] Régis Boulat, Jean Fourastié, un expert en productivité. La modernisation de la France (années 1930–années 1950), Presses universitaires de Franche-Comté, 2008.

[26] La Productivité, Jean Fourastié, Presses Universitaires de France, Editions Que sais-je ?, 1952.

[27] La Productivité, Jean Fourastié, Presses Universitaires de France, Editions Que sais-je ?, 1952, p.52-53.

[28] La Productivité, Jean Fourastié, Presses Universitaires de France, Editions Que sais-je ?, 1952, p. 53-54

[29] La Productivité, Jean Fourastié, Presses Universitaires de France, Editions Que sais-je ?, 1952, p.52.

[30] Comment les pays riches sont devenus riches, pourquoi les pays pauvres restent pauvres, Erik S. Reinert, Editions du rocher, 2012, p. 274-275.

Quantification et fonctionnement de la quasi-monnaie financière

L’importance de la méthodologie comptable pour la compréhension de la finance actuelle

Pour bien comprendre que les instruments à terme des marchés financiers fonctionnent comme une monnaie, il faut donc recourir à une méthodologie comptable adéquate. Essentiellement, nous avons défini celle-ci dans les chapitres précédents comme découlant des analyses de Jean Fourastié, qui fut le découvreur des origines logiques de la comptabilité en partie double. Cette méthode, en plus de clarifier la logique comptable elle-même, ce qui est déjà une ressource pratique et pédagogique précieuse en comptabilité, présente également de grands avantages dans l’étude de la monnaie. On a démontré dans les chapitres précédents qu’elle permettait de retrouver la logique historique de l’émergence de la monnaie moderne, en permettant d’identifier efficacement les deux dimensions de la monnaie que sont la monnaie réelle et les créances en circulation, utilisées comme moyen de paiement. Cela est permis par le fait que l’approche méthodologique de Fourastié est une approche logique, numérique se tenant aussi loin que possible de tout juridisme. Comme on l’a dit dans le chapitre 4, cette approche utilise l’histoire pour comprendre l’évolution de la méthode comptable, et ce ce que nous avons fait, en la généralisant à l’étude de la monnaie elle-même.

Mais l’étude de l’évolution historique n’est pas la seule caractéristique de cette méthode d’analyse comptable. Ce qu’elle apporte d’essentiel est également une description dynamique des écritures comptables, et pas seulement une description du bilan, qui est un élément statique. Nous touchons là un point fondamental et en même temps une faille béante de la pensée comptable moderne : c’est que celle-ci est systématiquement basée sur l’analyse du bilan et se désintéresse absolument du détail des écritures, autrement dit des écritures du journal, où demeure toute la logique des opérations des banques privées et centrales, tout comme des chambres de compensation. Le bilan, en effet, est un document statique, une photographie à un moment donné (généralement en fin d’exercice) de la comptabilité d’une institution. Mais en raison de cette staticité, il laisse dans l’ombre l’essentiel des opérations réelles de ladite institution, et ne permet pas une analyse suffisante des opérations comptables. C’est pourquoi dans cette thèse, nous avons souvent recourus à une description dynamique, en s’intéressant au détail des comptes utilisés en débit et en crédit, pour tirer la logique profonde des institutions de crédit, que ce soit les marchands-banquiers du Moyen-Age, les grandes banques publiques historiques, ou les banques centrales et les banques privées modernes ainsi que les chambres de compensation. Seule cette description dynamique peut permettre une compréhension précise du fonctionnement moderne du crédit et de la finance, mais malheureusement, cette analyse n’est plus jamais faite dans la littérature tant comptable que bancaire et économique. C’est pourtant là que résident les secrets des mécanismes du crédit moderne, et nous espérons du moins les avoir éclairés dans cette thèse. Cependant, comme on l’a vu au début de ce chapitre, si les écritures détaillées des banques privées peuvent être reconstituées exactement, il n’en va pas de même pour la comptabilité des chambres de compensation, qui demeure non publiée. Seul le bilan est publié chaque année par ces institutions, et c’est ce document qui nous  a permis de reconstituer les écritures détaillées des chambres de compensation à l’aide du plan comptable des établissements de crédit. Mais le bilan, il faut insister encore sur ce point, est un document insuffisant qui masque énormément de choses, à commencer par la dynamique des écritures comptables détaillées. Il est d’ailleurs dans l’essence de la comptabilité en partie double de simplifier les nombreuses écritures de crédit qu’elle permet de gérer, il est donc tout à fait logique que le bilan simplifie, condense, compense, de très nombreuses écritures et interactions qu’il résume ensuite dans la simple production de soldes. Mais c’est aussi pourquoi il est insuffisant pour analyser le détail comptable du fonctionnement d’une banque, et les autorités chargés du contrôle de ces banques devraient permettre que les chercheurs aient accès aux données comptables détaillées, c’est-à-dire aux journaux généraux des institutions de crédit, pour permettre un meilleur contrôle de la finance, ce qui passe déjà par son analyse précise.

Si nous reprenons l’exemple que nous avons cité dans la section précédente, il faut noter par exemple que les écritures dans lesquelles nous avons pu identifier le fonctionnement du crédit dans la comptabilité des chambres de compensation n’auraient pas pu être comprises à partir du seul bilan. Alors que nous avons bien montré que la dynamique comptable des produits dérivés correspond à un fonctionnement monétaire (une nouvelle monnaie, comme on l’a montré), la présentation du simple bilan de ces écritures aurait dissimulé cette dynamique.

Il est possible que l’abandon des analyses dynamiques soit dû à un oubli des enseignements de Jean Fourastié sur les origines de la comptabilité, qui permettent seuls de bien comprendre la logique des mots débit et crédit et leur articulation dans la partie double. Cet enseignement et cette découverte, comme on l’a dit, ont été imparfaitement assimilés par la théorie comptable, et notamment par la pensée anglo-saxonne, qui domine pourtant de plus en plus le débat universitaire. C’est la raison pour laquelle cette théorie comptable semble avoir perdu en efficacité pour analyser les mécanismes de la finance moderne, et cela représente un handicap pour la conceptualisation correcte de celle-ci.

A certains égards, la comptabilité, et notamment la comptabilité bancaire, semble avoir replongé dans une forme d’obscurité qu’elle avait connu dans un passé assez lointain au début du 20ème siècle. A mesure que s’accroissent les flous et les très nombreux impensés des mécanismes bancaires en termes logiques, elle semble devenir de plus en plus une technique excessivement juridique. Mais s’il est pourtant une chose que nous apprend l’histoire de la comptabilité, c’est bien que le développement inconsidéré des termes juridiques pour l’expliquer sont bien souvent un masque pour des problèmes logiques non résolus. Les termes juridiques semblent à nouveau jouer le rôle d’un fétiche en comptabilité bancaire et financière, car ils dissimulent la logique interne de cette méthode.

Quantification de la monnaie financière

C’est donc bien une nouvelle monnaie qui circule dans la comptabilité des chambres de compensation et des banques en hors bilan, mais une monnaie nouvelle, en gestation, d’une dimension différente de la monnaie officielle. Mais si cette affirmation est vraie, elle pose de nombreux problèmes théoriques. En premier lieu, il faut s’interroger sur la masse que représente cette monnaie ou cette quasi-monnaie, si cela est possible, en second lieu, il faut définir les caractères de cette monnaie, c’est-à-dire sa structure et son fonctionnement.

La conscience que la masse de crédit circulant sur les marchés financiers peut être apparenté à une monnaie existe dans de nombreux travaux. Ces travaux, comme il apparaîtra logique après avoir lu les développements précédents, peinent cependant à élaborer une théorie précise de la finance parce qu’ils ne distinguent pas les deux dimensions monétaires. Ils affirment que la finance est une « monnaie de l’ombre » (shadow money), et en cela ils ont raison, mais leurs analyses butent sur le fait que cette monnaie n’est pas officielle, qu’elle n’est pas gérée de la même manière que la monnaie des banques centrales, et qu’elle n’a pas tout à fait le même mode de fonctionnement. En particulier, les ajustements, autrement dit les destructions massives auxquelles elle est soumise en cas de crise financière, au contraire de la monnaie officielle, ne cadre pas avec l’idée qu’il s’agit de la même monnaie.

Bien-sûr, si le fait que nous sommes en présence de deux monnaies de dimensions différentes (la monnaie officielle et les créances en circulation issues de cette monnaie) est souvent mal perçue, c’est parce que les outils qui nous ont permis d’isoler ces concepts dans cette thèse ne sont pas toujours mobilisés conjointement. Ces outils, comme on l’a amplement démontré, sont à la fois la théorie monétaire, mais aussi la comptabilité et l’histoire. C’est seulement en les mobilisant tous les trois qu’on peut découvrir le processus historique de la monnaie et de ses différentes dimensions. C’est seulement ainsi qu’on voit que la monnaie que nous utilisons aujourd’hui est elle-même issue des créances en circulation de l’ancienne monnaie métallique, et que la finance contemporaine, à son tour, est une masse de créances en circulation émises à partir de la monnaie officielle, et qui se transforme peu à peu en monnaie. Si ce processus historique n’apparaît pas à l’esprit sans mobiliser à la fois la comptabilité, la théorie économique et l’histoire, il apparaît en revanche très nettement et de façon incontestable, une fois qu’on l’a vu. Tous les faits historiques, tous les problèmes théoriques ou les paradoxes conceptuels que posent la monnaie semblent aller naturellement dans son sens, voire être résolus par lui, et c’est bien ce qui permet d’admettre sa réalité profonde, bien que cette réalité fût en grande partie ignorée jusqu’à présent.

Mais si la finance moderne, en particulier les produits dérivés circulant dans la comptabilité des banques et des chambres de compensation, est une nouvelle monnaie en gestation, il reste à déterminer la masse que représente ces produits dérivés, en particulier par rapport à la masse monétaire réelle. Sur ce point précis, de nombreux travaux académiques se développent et visent à cerner et à quantifier cette masse financière, certes mal définie conceptuellement par ailleurs, mais dont le poids énorme est bien perçu par tous les travaux. C’est notamment le cas des travaux entrepris par les économistes du Institute for New Economic Thinking[1], travaux dirigés par Daniela Gabor et Jakob Vestergaard. Ces auteurs soulignent dans leurs recherches que les débats sur « la monnaie de l’ombre » font largement écho à ceux qui existaient au 19ème siècle à propos des dépôts bancaires. Cela n’a bien-sûr rien d’étonnant quand on sait que le 19ème siècle était un moment où la monnaie de crédit moderne et l’ancienne monnaie métallique d’où elle était issue cohabitaient dans le système monétaire, ce qui donnait lieu à de vastes débats sur le fonctionnement de ce système monétaire, et cela notamment au Royaume-Uni.

Si l’on s’en tient à la « valeur notionnelle » de ces produits financiers, les estimations tournent autour d’une masse d’encours financiers égale à dix fois la masse monétaire mondiale. Comme l’affirme par exemple Jean Gadrey[2], les estimations de ce que représente la masse financière mondiale varient énormément allant jusqu’à 100 fois la masse monétaire mondiale. Cependant, on l’a vu, l’estimation la plus raisonnable serait celle qui prend en compte l’ensemble des engagements comptables, des encours tels qu’on les a décrits au-dessus, car c’est là que réside précisément la nouvelle monnaie financière. Cette estimation, nous l’avons dit, peut facilement être dissimulée par le bilan comptable, qui est un document statique ne rendant pas compte de la dynamique comptable qui est ici en jeu. Faute de mieux, on est obligé de se contenter pour l’heure des déclarations des différents organismes financiers (banques et chambres de compensation) qui affirment présenter de manière « décompensée » le bilan de leurs opérations comptables d’engagements. C’est donc bien cette information cumulée qui peut nous donner une estimation de la masse de ces encours financiers. Or nous disposons, avec toutes les réserves théoriques que nous avons posées, de tels chiffres cumulés grâce aux statistiques de la banque des règlements internationaux (BRI), qui publie chaque année un rapport accompagnant ces statistiques[3]. Nous représentons ci-dessous les chiffres de la Banque des règlements internationaux concernant les produits dérivés. Il s’agit de trillions de dollars, et de données publiées de façon trimestrielle :


On peut faire plusieurs observations sur ce très intéressant tableau. Premièrement, on observe la grande variété des produits dérivés qui semblent pouvoir se générer à partir d’à peu près n’importe quelle variable, n’importe quel prix. Comme nous l’avons vu, cela n’a rien d’étonnant car il est possible de créer des dérivés avec n’importe quel sous-jacent. Le sous-jacent est le support permettant l’émission d’une créance, si nous prenons encore davantage de recul, nous nous rendons compte que le sous-jacent est ce qui est payé avec la nouvelle monnaie. C’est pourquoi à peu près tout et n’importe quoi semble pouvoir être utilisé comme sous-jacent, de la même manière que tout (ou presque !) peut être payé avec de la monnaie officielle. Trop souvent le grand nombre de sous-jacent existants à partir desquels des dérivés sont émis semble être un vice, une déviation du système de crédit, mais on voit que c’est en fait l’évolution logique d’une nouvelle monnaie quand elle se met à circuler, et cela ne fait que renforcer la thèse selon laquelle une telle monnaie est en train d’émerger. On s’aperçoit alors que la masse totale de ces produits dérivés atteint 550 milliards de dollars sur chacun des deux trimestres de l’année 2017. Autrement dit, cela représente 1 100 000 milliards de dollars, soit 1,1 billards de dollars pour l’année 2017.

Il est nécessaire de rapporter ce chiffre énorme à une évaluation de la masse monétaire officielle mondiale. Ainsi, nous pourrons avoir une idée de ce que représente cette nouvelle monnaie par rapport à la monnaie officielle. D’après le FMI[4], le PIB mondial s’élève à environ 80 000 milliards de dollars, et d’après la Banque Mondiale[5], la masse monétaire mondiale peut être estimée à environ 120% de ce PIB, ce qui nous donne une estimation grossière de la masse monétaire mondiale officielle à environ 100 000 milliards de dollars, soit 0,1 billiards de dollars. Si l’on rapporte ce montant à la masse des produits dérivés mondiaux tels qu’estimés par la Banque des Règlements Internationaux, nous obtenons bien un rapport de l’ordre de 1 à 10. La masse des produits dérivés en circulation représente donc environ 10 fois la masse monétaire officielle mondiale, confirmant ainsi les ordres de grandeur que donne Jean Gadrey dans son article. De la même façon, si nous nous concentrons par exemple sur la zone euro, nous voyons que le cumul des deux semestres pour la masse des produits dérivés (il faut prendre en compte à la fois les contrats sur le marché des changes et les contrats à taux d’intérêts), représentent environ 150 000 milliards, ou 0,15 billiards de dollars, alors que la masse monétaire en euro, telle que publiée par la BCE[6], représente environ 12 000 milliards de dollars, soit un rapport de 12,5. Cela veut dire que pour la zone euro, la masse de produits dérivés est encore plus importante relativement à sa masse monétaire réelle que pour le reste du monde (du moins par rapport à la moyenne mondiale), mais pourtant ce rapport reste proche de 10, et c’est bien ce montant, vraisemblablement qu’il faut avoir en tête quand on raisonne sur la finance.

Si, comme nous l’avons dit, et comme l’affirment de plus en plus d’économistes intéressés par ces questions, comme ceux du Institute for New Economic Thinking, la masse des produits dérivés est bien une nouvelle monnaie, alors il faut avoir à l’esprit que cette nouvelle monnaie représente une masse dix fois supérieure à ce qu’on reconnait pour l’heure officiellement comme la masse monétaire. Ce fait est évidemment un problème essentiel de la pensée économique moderne, et il nous faudra y revenir longuement dans la deuxième partie de cette thèse.

Mais avant de rentrer plus avant dans les conséquences qu’entraîne la prise en compte de ce fait, il nous faut ajouter un nouvel argument en faveur de notre thèse, c’est la grande correspondance historique qu’il existe entre les rapports de grandeur des masses monétaires des différentes dimensions de la monnaie que nous venons de décrire. En effet, si aujourd’hui la masse monétaire financière, représente dix fois la masse monétaire réelle, d’après les historiens, ce rapport était à peu près identique dans le passé entre la masse monétaire en gestation issue des lettres de change et la masse monétaire métallique. Il nous faut citer à nouveau le passage saisissant où Braudel réalise cette estimation pour les XVe, XVIème, XVIIème et XVIII siècles :

« (…) il faut donc que le négociant ait la capacité de vendre et d’acheter à crédit, en émettant un effet qui pourra tourner jusqu’à ce qu’il soit en mesure de rembourser en comptant, en marchandises ou dans un autre papier. C’est déjà la solution que les marchands italiens avaient esquissée au XVè siècle, avec l’endossement et le rechange, qu’ils avaient élargis au XVIIe, dans le cadre du pacte de ricorsa, si discuté par les théologiens. Mais il n’y a aucune commune mesure entre ces premières accélérations et l’inondation du papier au XVIIIe siècle : 4,5, 10 fois, 15 fois la circulation monétaire du « réel ». Une inondation de papier qui représente tantôt les solides avoirs et les pratiques routinières des marchands, tantôt ce que nous appellerions de la cavalerie, les Néerlandais disent Wisselruiterij. »[7]

Il est intéressant de constater qu’à partir du XVIIIème siècle, c’est-à-dire à un moment où la monnaie de crédit est en train de s’imposer largement, l’ordre de grandeur relatif avec la monnaie métallique sur laquelle elle est assise, est le même que de nos jours la monnaie financière avec la monnaie officielle. On voit par-là, une fois de plus, le lien profond qui existe entre les deux processus historiques, et le fonctionnement presque identique qui conduit les créances issues d’une monnaie à se développer, puis à se constituer elles-mêmes en monnaie quitte à se substituer progressivement à l’ancienne.

En tout cas, aujourd’hui comme hier, on voit que ce processus est dynamique et que l’importance de la masse monétaire nouvelle, en construction, se développe à grande vitesse. Si cela est vrai à l’échelle d’un siècle pour la monnaie de crédit matérialisée par les lettres de change, cela l’est plus encore, à l’échelle de quelques décennies, pour la monnaie financière moderne. On peut illustrer par un graphique les données historiques de la Banque des Règlements Internationaux sur l’évolution des produits dérivés depuis 1998, année à partir de laquelle elle tient à jour cette statistique :

De manière caractéristique, on voit que la masse des contrats de dérivés n’a cessé d’augmenter de façon quasi-exponentielle, jusqu’en 2008, date à laquelle elle a connu une stagnation jusqu’à nos jours, suite à la crise financière. Cela signifie que cette masse de produits dérivés s’est tout de même un peu réduite, en proportion de la masse monétaire réelle, depuis 2008, en raison de la crise de confiance dramatique qui a eu lieu à son égard. Répétons-le en effet, cette masse de contrats de dérivés est une masse de créances en circulation sur des marchés financiers, c’est-à-dire dans la comptabilité dite « hors bilan » des banques et des chambres de compensation. Certes ces créances tendent à se transformer en monnaie en circulant, et à en revêtir toutes les caractéristiques, et notamment être désirés comme une valeur en soi par les agents économiques. La création de contrats de dérivés « perpétuels »[8], c’est-à-dire sans terme de règlement final, indique exactement la nature du mouvement à l’œuvre. Car la raison pour laquelle des créances qui ne seront jamais payées peuvent être désirées par les agents économiques est précisément la preuve qu’ils sont considérés comme une valeur en soi, et non plus comme une créance. Mais quoi qu’il en soit, ces créances ne sont pas officiellement de la monnaie, et peuvent ne pas être honorées en cas de crise financière, c’est-à-dire dans le cas où tout le monde demande le règlement final de ces contrats. La crise financière est donc le mode de régulation sauvage de cette masse de contrat en circulation, puisque rien ne contrôle son expansion par ailleurs. Tant qu’une crise financière n’est pas survenue, la masse des contrats dérivés se développe sans frein, puisqu’elle est librement utilisée par des organismes privés et que ceux-là s’enrichissent en fournissant ce type de crédit, à peu près de la même manière que les marchands-banquiers du Moyen-Age et de la Renaissance. Nous reviendrons sur les causes de cette crise financière à l’aune de notre théorie des prix mais on peut déjà noter que la crise de 2008 a été le principal obstacle au développement exponentiel de ces contrats de dérivés, qui se sont néanmoins stabilisés, depuis lors, à un montant environ égal à dix fois la masse monétaire mondiale.

Fonctionnement structurel de la monnaie financière

Maintenant qu’on l’a correctement quantifié, il nous faut bien détailler le fonctionnement de cette monnaie financière, qu’on l’appelle shadow money, monnaie financière ou autre. Plusieurs traits saillants caractérisent cette nouvelle monnaie en gestation, et la perception de son évolution historique nous aide à déterminer correctement ces traits saillants.

Premièrement, il faut insister sur le fait que cette monnaie fonctionne dans une nouvelle dimension, autrement dit qu’elle émerge de la transformation en monnaie de créances émises avec une autre monnaie : la monnaie officielle. Cela est important pour bien comprendre que cette monnaie nouvelle, bien que différente de la monnaie officielle, lui est fondamentalement liée. Elle ne fonctionne pas du tout de manière autonome et, à l’image de ce qu’étaient les billets de banque ou les lettres de change jusqu’au XXe siècle, elle dépend conceptuellement de la monnaie officielle et des marchandises.

Deuxièmement, cette nouvelle monnaie n’est pas complète, elle n’a pas de reconnaissance officielle et est donc soumise à des destructions massives en cas de crise financière. C’est pourquoi son existence en tant que monnaie dépend fortement de la confiance que placent en elle les agents économiques. En période de confiance, comme au début des années 2000, non seulement elle acquière de plus en plus le caractère d’une monnaie, mais sa masse augmente, car les banques et les chambres de compensation ont tendance à en émettre toujours plus, répondant ainsi à la demande des acteurs.

Troisièmement elle se nourrit de l’augmentation des prix des actifs, ce point est essentiel. Pour pouvoir être émise, cette monnaie a besoin de prix qui augmentent. Quand c’est le cas, alors les acteurs désirent les contrats de dérivés parce qu’ils espèrent s’enrichir en les revendant, à travers le mécanisme du levier. Et c’est justement le fait que ces contrats soient vendus à de multiples reprises qui les transforment en quasi-monnaie. Mais pour que cette circulation ait lieu sur un marché à terme, il faut donc que le prix d’un actif sous-jacent augmente, ou du moins que les acteurs espèrent qu’il augmente. Quand c’est le cas, le marché à terme fonctionne et des contrats de dérivés circulent, c’est-à-dire qu’une nouvelle monnaie, dans une nouvelle dimension, se met à circuler sur un marché. Cela a plusieurs conséquences fondamentales pour l’analyse. D’une part, cela signifie que tout actif dont le prix monte peut donner lieu à l’émission de dérivés. D’autre part, cela veut dire que la production de dérivés va tirer le prix des actifs vers le haut, le processus est donc un processus à rétroactions. C’est la raison pour laquelle l’évolution de la masse de contrats dérivés, ou de shadow money, est fondamentalement liée à l’augmentation du prix des actifs financiers et inversement. Nous retrouvons-là le processus auto-entraînant que nous avions déjà décrit pour l’émergence de la monnaie moderne et du capitalisme au chapitre 6. Cela est logique, puisqu’il s’agit essentiellement du même processus. De même que la monnaie de crédit des lettres de change, au Moyen-Age, se nourrissait de l’augmentation du prix des marchandises et donc du profit qui était généré par cette augmentation, de même la nouvelle monnaie financière se nourrit du profit issu de l’augmentation du prix des actifs financiers. C’est la raison pour laquelle il existe des dérivés avec tout type de marchandise, parce que ce dont ont besoin ces dérivés, c’est de prix qui augmentent. Mais on voit que le processus dit de financiarisation[9] est double, il se traduit par un développement de la masse des produits dérivés d’une part et d’une augmentation du prix des actifs financiers d’autre part, dans un mouvement auto-entretenu. La question clé, dès lors, est de comprendre quel est l’impact de cette masse quasi-monétaire sur l’évolution globale des prix dans une économie donnée. Et de même, il est essentiel de comprendre comment s’articulent les différents prix entre eux, étant donné l’augmentation du prix des actifs financiers induits par le processus d’émergence de cette nouvelle monnaie financière. Nous allons répondre à ces questions dans la deuxième partie de cette thèse.

Quatrièmement les banques centrales tendent à la protéger de plus en plus comme cela s’est passé à partir de la fin du Moyen-Age. Même si cette action se fait a posteriori, les banques centrales interviennent de plus en plus pour garantir cette monnaie financière en évitant justement, qu’une crise financière vienne remettre en question les engagements de paiement, ce qui peut accroitre la panique et avoir de grandes conséquences sur l’économie réelle. D’ailleurs, cette action est en soi une reconnaissance implicite du fait que cette masse de produits dérivés financiers a un rapport avec la monnaie. La meilleure preuve en est d’ailleurs l’impact extrêmement négatif que produit sur l’économie réelle sa disparition brutale lors d’une crise financière. Après la crise de 2008, nous avons vu que cet impact a été très important, en particulier sur les prix généraux, et cela nous montre que ces actifs financiers jouent un rôle de nature monétaire dans l’économie. C’est la raison pour laquelle les Banques centrales interviennent de plus en plus dans sa gestion en tâchant d’éviter qu’une telle crise financière ne survienne, autrement dit en évitant qu’une brutale perte de confiance dans la valeur des créances ne vienne stopper leur circulation. Tel est le but avoué des Quantitative Easing[10], qui ont consisté, depuis la crise, à racheter des actifs financiers ou même directement des dérivés[11] en créant de la monnaie pour cela. Cela signifie que les Banques centrales, même de façon inconsciente, mènent une politique consistant à garantir, à institutionnaliser, les créances qui circulent sur les marchés financiers comme une monnaie. En effet, c’est bien dans la comptabilité des banques centrales que se produit, avec les QE, la première officialisation des créances financières, puisque de la monnaie réelle est émise par la Banque Centrale en contrepartie de ces créances. Les Quantitative Easing, même s’ils sont des instruments balbutiants et imparfaits, parce qu’inconscients, s’inscrivent tout à fait dans cette logique de monétisation des créances des marchés financiers. On peut d’ailleurs représenter au plan comptable le fonctionnement des Quantitative Easing en s’appuyant sur les travaux de Céline Choulet[12] :

Que ce soit par l’intermédiaire d’un client de la banque privée ou non, on voit très bien dans ces schémas comptables en quoi consistent les QE, et la façon dont ils valident notre modèle théorique. En effet, ce qui a lieu ici, c’est une créance financière (intitulé ici « securities » et inscrite logiquement à l’actif), est rachetée par la banque centrale via la création de monnaie réelle au passif de la banque centrale, c’est-à-dire sur les comptes de dépôts des banques privées. La banque centrale transforme en fait dans l’actif des banques privées des créances financières en monnaie réelle (cela apparaît particulièrement nettement sur le premier schéma). Autrement dit, la banque centrale monétise a posteriori, une créance, c’est-à-dire un titre financier.

Ces écritures prouvent une vérité incontournable, même si elle n’est pas encore suffisamment formulée comme telle : les marchés financiers ont un rôle de nature monétaire. Les QE sont donc une adaptation pragmatique (et par conséquent très imparfaite) à une réalité incontournable mais mal théorisée. Ils sont une réponse à l’émergence d’une nouvelle monnaie, d’une nouvelle dimension, sur les marchés financiers. Seule une analyse historique, ou une généalogie, peut permettre de bien saisir le mécanisme à l’œuvre, comme nous avons tâché de le faire dans cette thèse, mais pour cela il faut comprendre ce qui s’est joué dans l’histoire de la monnaie avant la Renaissance en Italie, c’est-à-dire l’émergence d’une nouvelle monnaie à partir d’une autre. Seule la compréhension correcte de ce passé peut permettre d’appréhender la réalité présente, car c’est largement le même type de mécanisme qui est aujourd’hui à l’œuvre. La méthode d’investigation ici employée, qu’on l’appelle historique, institutionnelle ou évolutionniste, est en tout cas un point fondamental sur lequel nous reviendrons.

Mais pour revenir à l’action « non conventionnelle » présente des banques centrales, il faut souligner que, si nous nous plaçons dans une telle perspective historique, elle n’a rien d’étonnant et même, elle est au cœur de ce qu’est une banque centrale, de sa raison-d ‘être. Là encore, c’est l’histoire de la monnaie moderne, du XIVe siècle à nos jours, qui nous donne la clé pour comprendre cette raison-d ‘être. Là encore, nous retombons sur un angle mort essentiel de la pensée économique : l’origine réelle des banques centrales. Comme nous l’avons vu dans les chapitres précédents, les banques centrales n’ont pas été inventées à compter du XVIIe siècle dans les pays protestants, Pays-Bas, Suède puis Angleterre, mais au moins au XVe siècle avec l’apparition de la Taula de Barcelone, puis de la Casa San Giorgio de Gênes[13]. C’est Venise surtout, au XVIe siècle, qui mettra en place la plus puissantes des banques publiques du monde avec le Banco della Piazza del Rialto au XVIè siècle. A chaque fois, ces banques publiques servent à faire fonctionner en leur sein la monnaie scripturale issue des lettres de change, notamment pour le compte de l’Etat mais pas seulement. Elles ont été instituées pour remplacer les marchands-banquiers privées qui avaient inventé cette monnaie et la géraient dans leurs comptes de façon entièrement privée, mais en essuyant parfois de graves crises financières qui les plongeaient dans la faillite et détruisaient l’épargne de leurs clients. C’est en réponse à ce problème, que les grandes banques publiques furent créées dans les Etats les plus avancés du monde, c’est-à-dire d’abord les Etats du Sud de l’Europe, puis bien plus tard seulement, et sur le même modèle, dans les pays du Nord qui avaient adopté la Réforme Protestante. Autrement dit, les marchands-banquiers privés avaient découvert et fait croître par eux-mêmes une nouvelle monnaie, qui permettait comme on l’a vu de résoudre le problème de l’interdiction du prêt à intérêt et la pénurie de monnaie qu’elle entraînait, mais aussi puissants qu’ils étaient devenus, leur faillite financière, comme aujourd’hui, posait de graves problèmes économiques. C’est donc pour empêcher ces faillites et ces crises financières, que les banques publiques furent crées par les Etats, c’est-à-dire pour faire gérer par l’Etat l’outil monétaire nouveau inventé et jusque-là géré par les marchands-banquiers privés. Telle est la mission originelle des banques centrales, et les améliorations importantes qu’elles ont pu faire elles-mêmes pour améliorer la gestion de cette monnaie nouvelle (rétablissement du prêt direct, invention des billets de banque, etc…) ne sauraient le faire oublier, comme cela est trop souvent le cas. Les banques centrales ont été inventées pour assurer la gestion publique d’une nouvelle monnaie inventée par des banquiers privés. Pour l’essentiel de nos jours, et même si les instruments sont plus complexes, les banques centrales sont de nouveau confrontées au problème de l’émergence d’une nouvelle monnaie. Et il est donc tout à fait logique qu’elles y répondent de la même manière, en cherchant à contrôler et garantir une monnaie qui n’a pas été inventée par elle, mais qui a un grand impact économique. Mais ce processus, aujourd’hui, est largement balbutiant, parce que la théorie économique n’est pas consciente de cette évolution historique. En effet, une compréhension plus approfondie de la monnaie financière moderne devrait conduire les banques centrales à intégrer le shadow banking et les opérations des chambres de compensation dans sa gestion monétaire, comme elle le fait avec les banques classiques qui gèrent la monnaie officielle. Ainsi, elle aurait un pouvoir de contrôle et de garantie sur la finance (que ne lui donne pas les Quantitative Easing) et qui permettrait une véritable régulation des marchés financiers. Cela permettrait de garantir cette monnaie officiellement pour éviter les crises financières, tout en ayant un pouvoir de contrôle sur son développement et sur son lien avec l’évolution des prix. Il faudrait approfondir la question de l’impact de cette monnaie financière sur l’économie réelle, et analyser de quelle façon elle pourrait être redirigée utilement vers les secteurs d’investissements productifs (développement durable, secteurs pourvoyeurs d’emplois, infrastructures à externalités positives, etc…).

Notons néanmoins qu’une bonne compréhension des mécanismes historiques qui sont à l’œuvre dans la monnaie moderne, c’est-à-dire l’émergence d’une monnaie d’une nouvelle dimension, devraient conduire nécessairement à une prise en main politique, par les banques centrales, de cette monnaie nouvelle, dans le but de la rationaliser et de la mettre au service de la productivité et de la justice sociale. C’est là la conclusion essentielle que nous pouvons tirer des analyses qui précèdent. En effet, l’évolution actuellement à l’œuvre conduit à des désordres monétaires graves dont la crise de 2008 n’est que le symptôme. L’évolution de la finance (et les Quantitative Easing ne changent pas cette réalité) conduit à l’émergence d’une nouvelle monnaie gérée essentiellement par des acteurs privés, c’est donc une vaste privatisation progressive du système monétaire. Nous avons vu comment une telle monnaie peut très bien se substituer à la monnaie sur laquelle elle est originellement assise, puisque c’est ce qui s’est passé avec notre monnaie de crédit moderne, aussi faut-il bien avoir à l’esprit qu’une telle chose est également possible avec la monnaie financière actuelle, même si l’attitude de l’Etat lui-même et de ses banques centrales est à présent le point clé de l’évolution future. Mais pour l’heure, le développement de la monnaie financière se poursuit, et les QE n’autorisent aucun contrôle véritable de l’évolution de cette masse de nouvelle monnaie. Bien au contraire, ils encouragent son développement sans permettre aucun contrôle ni aucune orientation de cette masse monétaire au profit des intérêts de l’Etat et de la communauté. La question de l’attitude des banques centrales et des Etats face à cette évolution monétaire constitue donc un problème absolument essentiel de l’évolution politique du monde moderne. D’ailleurs, sans toutefois recourir au modèle explicatif que nous avons mis à jour dans cette thèse, de très nombreux travaux s’intéressent à la question de l’action des banques centrales pour stabiliser les marchés financiers et limiter leur impact négatif sur l’ensemble de l’économie[14]. Mais il est clair que cet enjeu nécessite de mieux penser l’impact que cette monnaie financière a sur les prix. Toute la croissance de la monnaie financière, en effet, et l’action nécessaire des banques centrales pour garantir et contrôler cette monnaie nouvelle sont tributaire d’une analyse correcte des liens qui existent entre cette monnaie nouvelle, la monnaie officielle et l’inflation, ce que nous chercherons à faire dans la deuxième partie de cette thèse.

De nombreux articles ont ainsi mis en évidence le fait que les banques centrales ne s’occupent plus désormais que de l’instabilité que génèrent les marchés financiers.

5°) Le développement des crypto-monnaies

Puisque nous avons identifié dans les sections qui précèdent les caractères de la nouvelle monnaie financière, il nous faut dire un mot à présent du développement récent des crypto-monnaies, et du lien qu’elles peuvent avoir avec la théorie que nous avons présentée.

Depuis au moins 2011 et l’émergence du bitcoin, qui est la plus importante des crypto-monnaies, la technologie blockchain a permis l’émergence d’un grand nombre de ces crypto-monnaies nouvelles qui visent en théorie à remplacer la monnaie officielle. Si ces crypto-monnaies ont pu apparaître comme marginales à leur début, la montée des prix régulières qu’elles ont connue, depuis leur apparition, et notamment le bitcoin dont la valeur est montée à plus de 15 000 euros au début de l’année 2018, en a fait un sujet d’interrogation majeur. Comment expliquer que le bitcoin, et dans son sillage de nombreuses crypto-monnaies comme l’éthereum, puisse connaître de telles augmentations de prix ? Est-ce que le discours de ses créateurs, estimant que ces crypto-monnaies vont à terme se substituer à la monnaie officielle, est d’une certaine manière validé par l’attrait qu’ont ces crytpo-monnaies sur les marchés ? D’autre part, comment combiner ce phénomène avec notre théorie des différentes dimensions de la monnaie ? Quel lien y-a-t-il entre ces crypto-monnaies et la shadow money financière que nous avons caractérisée dans ce chapitre ?

En vérité, la prétention des crypto-monnaies à se substituer à la monnaie ne nous paraît pas vraiment fondée. En effet, pour l’heure, elles jouent davantage le rôle d’un actif financier que d’une monnaie. Car la valeur d’une monnaie classique ne varie pas dans des proportions aussi importantes, et d’autre part la vitesse de circulation d’une monnaie classique est bien plus importante que ces crypto-monnaies. On peut plus facilement expliquer les variations de prix des crypto-monnaies si on les considère comme un actif quelconque, par exemple l’or. Nous avons vu que la monnaie financière moderne se nourrit – et tend à provoquer – l’augmentation du prix des actifs. Le marché des dérivés, c’est-à-dire la shadow money qui circule dans le hors bilan des banques et dans les chambres de compensation, a besoin pour se développer d’actif dont le prix augmente, et c’est pourquoi le prix des actifs financiers augmente constamment depuis les années 80. Les crypto-monnaies peuvent tout à fait s’inscrire dans ce schéma. Elles ne se comportent pas comme une monnaie, mais comme un actif financier dont la finance, d’ailleurs, se nourrit également. Ainsi, la bourse de Chicago a lancé récemment des contrats de dérivés sur le bitcoin[15], en 2017, ce qui peut peut-être expliquer en partie le boom du bitcoin en janvier 2018. Car si le bitcoin (et les autres crypto-monnaies) sont désormais considérées comme un actif comme un autre, il est logique que son prix augmente tendanciellement, stimulant ainsi l’échange de dérivés de bitcoin, c’est-à-dire de shadow money puisque celle-ci ne peut se développer qu’à partir d’augmentation de prix. Nous retrouvons le schéma explicatif classique que nous avons mis à jour dans cette thèse : la shadow money se développe grâce à l’augmentation du prix du bitcoin, et symétriquement ce développement de la shadow money, c’est-à-dire de dérivés de bitcoins, tire le prix des bitcoins vers le haut. Nous avons là un processus auto-entraînant que nous avons vu à l’œuvre plusieurs fois dans cette première partie, des origines de la monnaie de crédit moderne jusqu’au développement de la finance de marché moderne, et c’est ce processus qui est à l’œuvre dans l’évolution exceptionnelle du prix des bitcoins et des autres crypto-monnaies.

Mais l’émission de contrat dérivés de bitcoin dans les chambres de compensation classique ne suffit pas à faire le tour de la question des crypto-monnaies, car il s’agit là d’acteurs classiques de la shadow money que les développeurs des crypto-monnaies cherchent en fait à court-circuiter dans leur système. Ici peut-être réside la plus intéressante évolution autour des crypto-monnaies. Car autour de la technologie blockchain, ce ne sont pas seulement les crypto-monnaies qui se développent mais également des plateformes d’échange de dérivés de bitcoin. Dans leur essence, ces plateformes font exactement la même chose que les chambres de compensation, à la différence qu’elles le font exclusivement sur le bitcoin, et point essentiel, qu’elles le font avec une liberté d’accès totale. N’importe qui peut s’inscrire sur les plateformes d’échanges de dérivés de bitcoin, ce qui n’est pas du tout le cas des chambres de compensation classiques. Autrement dit le développement de ces plateformes dont les plus importantes sont Bitmex et Deribit, représente une tentative de concurrencer les chambres de compensation[16]. Celles-ci, en effet, ne sont pas directement accessibles par les clients, qui doivent passer par des intermédiaires appelés brokers, qui sont chargés de la réalité des opérations d’achat et vente de dérivés au sein des chambres de compensation. Le développement de plateformes libres de négociation de produits dérivés à partir des bitcoins représente donc un fait d’une grande importance. Car si ces plateformes parviennent à se développer et à développer des dérivés sur des actifs plus larges, comme certains ingénieurs semblent vouloir le faire (c’est notamment un projet qui pourrait se retrouver derrière le développement de la crypto-monnaie stellar lumens), alors la gestion de la shadow money, pour l’heure monopolisée par les banques et les chambres de compensation, pourrait se démocratiser et s’élargir. Si cela se produit (et même si pour l’instant cela n’est pas le cas), on pourrait voir se développer encore les crypto-monnaies, car ces évolutions tireraient leur prix vers le haut. Cependant pour l’heure, si cela se produit, sur des plateformes comme Bitmex, c’est uniquement à partir des dérivés sur les bitcoins, on ne peut donc pas se projeter davantage.

Si les crypto-monnaies jouent davantage le rôle d’actif financier que de véritable monnaie, l’enjeu majeur qui déterminera leur évolution est donc le développement des plateformes libres d’échange de dérivés que la technologie blockchain a fait naître. C’est là, davantage finalement que sur le fonctionnement des cypto-monnaies elles-mêmes, que peut se produire un changement important dans la gestion de la shadow money en expansion, parce que ces plateformes pourraient à terme court-circuiter les chambres de compensation et les banques, et démocratiser l’accès à la shadow money. Que ce mouvement soit positif ou non en termes économiques est une autre question. Si d’un côté, le fait de briser le monopole des chambres de compensation permettrait d’éclaircir le fonctionnement de la shadow money en dissipant le secret et l’obscurité qui entourent les opérations de ces chambres, en revanche cela ne règlerait pas le problème du contrôle par l’Etat et la banque centrale dont devrait nécessairement faire l’objet une monnaie circulant dans un pays avec une telle ampleur.

En tout cas, que ce soit les plateformes issues de la technologie blockchain ou les chambres de compensation seules qui contrôlent cette monnaie nouvelle, nous avons montré dans ce chapitre que les dérivés circulant à partir de la monnaie officielle représentent bien une monnaie nouvelle, d’une nouvelle dimension. L’émergence de cette monnaie nouvelle, bien que s’effectuant avec des modalités techniques différentes, est conceptuellement semblable à l’émergence de la monnaie de crédit moderne telle qu’elle eut lieu à partir du XIVe siècle en Italie. C’est là la conclusion fondamentale de la première partie de cette thèse.


[1] voir notamment leur article : Towards a theory of shadow money, Daniela Gabor, Jakob Vestergaard, avril 2016,  disponible sur ce lien : https://www.ineteconomics.org/uploads/papers/Towards_Theory_Shadow_Money_GV_INET.pdf

[2] https://blogs.alternatives-economiques.fr/gadrey/2014/09/13/la-finance-pese-t-elle-100-fois-plus-que-l-economie-reelle-10-fois-plus-bien-moins

[3] Rapport 2017 publié en mai 2018 : https://www.bis.org/publ/otc_hy1805.pdf

[4] https://www.imf.org/external/pubs/ft/weo/2018/01/weodata/weorept.aspx?pr.x=62&pr.y=8&sy=2010&ey=2017&scsm=1&ssd=1&sort=country&ds=.&br=1&c=001%2C998&s=NGDPD&grp=1&a=1

[5] https://www.imf.org/external/pubs/ft/weo/2018/01/weodata/weorept.aspx?pr.x=62&pr.y=8&sy=2010&ey=2017&scsm=1&ssd=1&sort=country&ds=.&br=1&c=001%2C998&s=NGDPD&grp=1&a=1

[6] http://www.ecb.europa.eu/press/pr/stats/md/html/index.en.html

[7] Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVè – XVIIIè siècle, tome 3 Le temps du monde, Fernand Braudel, Armand Collin, Paris, 1979, p.286.

[8] Expanding the Scope of Individual Risk Management : Moral Hazard and  other Behavioral Considerations Robert J. Shiller January 1997 , Cowles Foundation Discussion Papers1145, Cowles Foundation for Research in Economics, Yale University.

[9] Financialization: What It Is and Why It Matters. Palley T.I.; In: Financialization. Palgrave Macmillan, London, 2013.

[10] Quantitative Easing and Unconventional Monetary Policy – an Introduction, Michael Joyce, David Miles,  Andrew Scott,  Dimitri Vayanos, The Economic Journal, 2012.

[11] The New Financial Regulatory Paradigm: A Transatlantic Perspective. Lannoo, Karel, CEPS Policy Briefs No. 287, 21 March 2013.

[12] Le grand intérêt de cette note est qu’elle utilise une méthode de description comptable détaillée des opérations du Quantitative Easing de la Fed (comme nous l’avons fait tout au long de ce chapitre), pour montrer que les QE reviennent bien à monétiser des actifs. La note peut être consultée à l’adresse suivante : https://economic-research.bnpparibas.com/Views/DisplayPublication.aspx?type=document&IdPdf=25852&fbclid=IwAR3LNIUuOxF2R6f7NChL478UJ6KCeHaVdXLjMSqkPSFMnIna1fv4Je0_dtk

[13]L’évolution de la lettre de change, XIVème – XVIIIème siècle, Raymond de Roover, 1956, Affaires et gens d’affaires, éditions Armand Collin.

[14] Comme par exemple dans : Financial Inclusion – Issues for Central Banks. BIS Quarterly Review March 2015, Mehrotra, Aaron N. and Yetman, James.

[15] https://www.reuters.com/article/us-bitcoin-futures/exchange-giant-cmes-bitcoin-futures-get-tepid-take-up-in-debut-idUSKBN1EB04N

[16] https://bitcoinist.com/bitmex-moving-in-to-the-worlds-most-expensive-offices/


Mini-Bots en Italie : le Trésor Public peut se transformer en Banque centrale

Le débat continue à faire rage en Italie à propos des mini-Bots suite au vote récent du Parlement encourageant à leur mise en place. Ainsi, les institutions européennes elles-mêmes semblent durcir le ton conjointement. Après les menaces de la commission européenne visant à sanctionner l’Italie pour déficit excessif mercredi, c’est au tour de Mario Draghi lui-même, le Président italien de la Banque centrale Européenne, de se prononcer au sujet des mini-Bots aujourd’hui. Cela nous montre bien, si besoin en était, que cette affaire est le sujet le plus brûlant qui soit pour les institutions européennes, et ceci depuis le début de la mise en place de ce gouvernement, à l’issue d’une crise inouïe concernant la nomination d’un ministre des Finances qui ne soit pas trop hostile à l’euro. Mario Drahgi déclare donc aujourd’hui, concernant les mini-Bots : « Les mini-Bots sont soit de la monnaie, et dans ce cas ils sont illégaux, soit ils sont une dette, et dans ce cas le stock de dette augmente. Je ne pense pas qu’il y a de troisième possibilité. »[1] Ce à quoi le président de la commission des finances de l’Assemblée, l’économiste Claudio Borghi Aquilini, a répondu sur twitter : « … Bien-sûr qu’ils sont de la dette. Mais ils ne sont pas de la NOUVELLE dette parce qu’ils dérivent des engagements existants de l’Etat envers les fournisseurs et les citoyens. » [2]De son côté le Secrétaire d’Etat aux affaires européennes, le juriste Luciano Barra Carraccio, a déclaré : « Evidemment qu’ils ne sont pas de la monnaie, mais des moyens de paiement à l’acceptation volontaire, dont la valeur est un droit d’option sur le crédit d’impôt opposable sine die. »[3] On voit là toute l’efficacité du dispositif gouvernemental et parlementaire mis en place l’an dernier. L’élite au pouvoir actuellement en Italie est une élite bien préparée et déterminée à affronter les abus des institutions européennes avec les meilleurs outils intellectuels, ce qui contraste fortement avec l’improvisation permanente que fût l’expérience grecque en 2015.

 

Il faut analyser de près ces déclarations pour bien les comprendre et en tirer toutes les conséquences, car ce qui semble se préparer, si le gouvernement assume solidement sa position, ce n’est rien moins que la mise en place d’une nouvelle monnaie circulant à partir du Trésor Public italien, en lieu et place de la Banque centrale européenne. Comme on l’a vu hier, cela est tout à fait possible si le Trésor émet au passif de sa comptabilité des mini-bots en lieu et place de sa dette publique. A son actif, il récolte ensuite les impôts en minibots, ce qui lui permet de supprimer la part de sa dette que ses créanciers acceptent de transformer en minibots, autrement dit de déduire de leurs impôts. Si la BCE refuse de prendre en charge ces écritures dans sa comptabilité, puisque le Trésor public italien possède un compte à la Banque centrale européenne, rien n’empêche le Trésor de l’appliquer dans la sienne, créant alors une rupture de fait avec la BCE. A partir de ce moment-là, le Trésor public est maître du jeu s’il arrive à faire circuler ses mini bots comme une monnaie, en l’émettant à l’occasion de ses dépenses et en la détruisant en prélevant des impôts. Ce système permettra de faire circuler une grande quantité de monnaie, mais avec des problèmes très importants dus au fait que cette monnaie ne viendra plus du crédit aux particuliers et aux entreprises. D’une part le besoin de crédit courant ne sera plus satisfait, d’autre part le secteur public deviendra prépondérant, ce qui posera de graves problèmes à l’économie italienne assez rapidement.

 

Mais il faut insister sur le fait que ce danger peut être évité si le gouvernement prend les mesures nécessaires. Pour cela, si le Trésor Public rompt avec la BCE, il est vital qu’il se transforme en une grande banque nationale pour accorder des crédits aux italiens. Cela n’a rien d’utopique ou d’impossible, si l’on considère que, comme en France, le Trésor Public est une institution tentaculaire, pour laquelle travaillent un très grand nombre d’agents publics partout sur le territoire italien. En Italie, ces agences territoriales, réparties partout sur le territoire sont regroupées dans le département des Finances du Ministère de l’Economie et des Finances et se nomment des Agences des impôts (Agenzia delle Entrate)[4]. Pour faire fonctionner efficacement le mini-bot, il est nécessaire de donner à ces agences le pouvoir d’accorder des crédits en mini-bots aux particuliers et aux entreprises, quitte à allouer des moyens supplémentaires pour créer des services spécifiquement dédiés à cette tâche. Cela permettrait de répartir sur le territoire l’ensemble de la demande de crédit courante qui est à la base, quotidiennement, de la création monétaire dans les banques. De plus, cela permettrait de rassurer l’ensemble des acteurs en s’adressant dans chaque endroit du territoire à l’Etat pour obtenir sa nouvelle monnaie (bien qu’elle n’aura peut-être toujours pas ce statut à ce moment-là).

 

Ainsi pourra être assurée rapidement et efficacement cette tâche essentielle et vitale pour la nation d’assurer le maintien de l’offre de crédit pour créer de la monnaie. L’expérience historique nous montre d’ailleurs que dans ce type de crise monétaire, l’institution prépondérante à laquelle les agents font confiance est toujours l’Etat, aussi le département des Finances, via ses nombreuses agences d’impôts, devra-t-il assurer cette mission. Au niveau central, le gouvernement devra certainement veiller autant que possible à séparer au sein de cette administration l’activité classique de prélèvement des impôts et de gestion des comptes des administrations, de l’activité nouvelle de gestion des crédits aux particuliers. D’autre part pour cette activité, il faudra fixer aux agences un objectif d’équilibre économique, voire de recherche de profit, afin qu’elles soient attentives à ne pas accorder des crédits de façon excessive. Certes, cet objectif de profit devra être modéré, surtout au début de la mise en place de ce système. Les agences se refinanceront ensuite en mini-bots au sein du Trésor Public central, et de la même manière, celui-ci devrait assurer une séparation entre ses activités bancaires et de gestion des fonds publics et des impôts.

 

Progressivement, une fois la crise passée et le mini-bot affermi dans son existence, il sera toujours possible de le reconnaître officiellement comme une monnaie, et de séparer progressivement les services bancaires du Trésor public, afin de reconstituer une banque centrale et des banques commerciales. Il serait d’ailleurs souhaitable, à ce moment-là, de conserver certaines de ces banques commerciales dans le secteur public, afin de les transformer en banques d’investissement à la disposition d’un Etat stratège, qui pourrait les utiliser pour corriger les dérives modernes du capitalisme, relancer l’investissement ou assurer la répartition des fruits de la croissance, mais ces questions viendront plus tard.

 

En tout cas, on voit que le point clé, pour réussir à faire fonctionner efficacement le mini-bot, sera l’action du Trésor Public italien, et sa capacité à répondre au besoin de crédit courant partout en Italie, afin de faire réussir l’adoption de sa nouvelle monnaie. Seule cette institution peut réaliser rapidement et efficacement cette action essentielle, parce qu’elle est dotée des moyens techniques, et humains pour la réaliser et qu’elle représente aux yeux du citoyen la matérialisation de l’Etat pour les questions financières.

[1] http://www.lefigaro.fr/flash-eco/la-bce-tacle-les-visees-de-rome-pour-eponger-de-la-dette-draghi-20190606

 

[2] https://twitter.com/borghi_claudio/status/1136621486872178688

 

[3] https://twitter.com/LucianoBarraCar/status/1136624361224454144

 

[4] https://it.wikipedia.org/wiki/Agenzia_delle_entrate

 

Les mini-bots et la stratégie monétaire de l’Italie

On reparle donc en Italie de la question des mini bons du trésor ou mini-bots après le vote d’une motion de l’Assemblée appelant à permettre leur utilisation pour payer les dettes des administrations[1]. Cette motion relance donc la question des mini-bots comme étant un possible instrument de sortie de l’euro de l’Italie[2]. Il faut donc s’intéresser de près à la nature de cet instrument, afin de comprendre la stratégie possible dans laquelle ils peuvent être employés, les risques afférents à cette stratégie et les moyens de s’en prémunir.

 

La nature des mini-bots

 

En premier lieu il convient d’observer que les mini-bots sont fondamentalement des promesses de paiement que l’Etat italien donnerait aux acteurs à qui il doit de l’argent. Ils sont donc des promesses d’euros, des créances que possèderaient les différents acteurs qui en obtiendraient. Cela peut sembler une précision anodine, et les mini-bots eux-mêmes peuvent apparaître comme un expédient inefficace, un simple moyen supplémentaire d’accroître la dette italienne mais il n’en est rien. Comme je tâche personnellement de le montrer dans ma thèse et comme le montre l’histoire économique et bancaire, la créance est un concept financier ambivalent, ou instable, qui possède sous certaines conditions la capacité de se transformer en monnaie. En fait, on peut même dire que toute monnaie est à l’origine une créance, parce que toute monnaie est originellement une promesse d’argent ou de marchandise, autrement dit une promesse de valeur. Ce qui transforme une telle créance en monnaie officielle, c’est d’abord le fait qu’elle se mette à circuler entre les acteurs comme un moyen de paiement, puis qu’elle soit reconnue et garantie par l’Etat comme un moyen de paiement libératoire. C’est ce phénomène qui a permis par exemple l’émergence de la monnaie de crédit moderne à partir de la circulation des lettres de change médiévales, devenues progressivement des billets de banque, puis enfin notre monnaie scripturale actuelle sous l’effet de l’expansion de la comptabilité en partie double.

 

Ce qui peut sembler paradoxal, c’est que dans un tel système deux monnaies peuvent circuler parallèlement, l’une étant même basée sur l’autre sans qu’elle s’identifie à elle. Ainsi dans le cas des mini-bots, ceux-ci existeraient en parallèle à l’euro, et seraient mêmes basés sur eux, tout en pouvant pourtant devenir une monnaie à part entière. Mais pour cela, il faut donc qu’ils remplissent impérativement les deux conditions de circulation entre les acteurs et de garantie par l’Etat.

 

La garantie de l’Etat

 

La garantie de l’Etat serait largement assurée par le fait qu’ils pourront être utilisés pour payer les impôts, ce qui devrait pousser les agents à les posséder pour leur valeur faciale. Pour que cette garantie soit totale, néanmoins, il faudrait que l’Etat reconnaisse les mini-bots comme une monnaie, c’est-à-dire qu’il leur donne un pouvoir libératoire dans les paiements privées. Mais cette décision pourrait être considérée comme une sortie officielle de l’euro puisqu’une nouvelle monnaie serait ainsi officiellement créée à côté de l’euro. L’acceptation des mini-bots pour le paiement des impôts, au contraire, ne peut être assimilée à la création d’une monnaie, puisqu’au plan comptable et juridique, il ne s’agit que de compensations de créances et dettes. Certes, si ces créances circulent entre les agents, les mini-bots auraient toutes les fonctions d’une monnaie classique, mais néanmoins, au plan juridique et comptable, ils n’en seraient pas une, un peu à la façon des lettres de change médiévales qui permettaient aux commerçants de réaliser des prêts massifs sans enfreindre l’interdiction formelle de ces prêts par l’Eglise.

 

Cette solution, qui semble pour l’instant avoir la faveur de la motion du Parlement, a de nombreux avantages, car elle permet de développer et de tester une monnaie de facto tout en conservant l’euro de jure. Certes, à chaque instant de ce processus, il faut garder à l’esprit qu’une intervention hostile de la BCE, consistant à couper l’alimentation en euro des banques de l’Italie, est possible, quelle que soit par ailleurs l’état du débat juridique. Mais justement, tout développement et tout affermissement de cette monnaie parallèle renforcera la capacité de réaction du gouvernement italien face à une telle agression, agression que le Président de la commission des finances de l’Assemblée, Claudio Borghi, a d’ores et déjà qualifié, si elle venait à se produire, « d’acte de guerre ».

 

La circulation des mini-bots

 

La deuxième condition pour que les mini-bots deviennent une monnaie et, dès lors, la condition fondamentale de leur succès, est la capacité qu’ils auront à circuler entre les acteurs. Il est clair que la confiance jouera un rôle fondamental dans cette circulation, et dans ce domaine il ne faut pas négliger la grande importance de la symbolique. Le fait que des mini-bots soient imprimés en petites coupures exactement sur le modèle des anciens billets de banques, avec les représentations des grandes figures historiques de l’Italie, les armes de la République et le sceau du Trésor Public, peut sembler un aspect futile et dérisoire mais il est probable que ce soit un élément psychologique important dans le développement de cette confiance et là-encore, le gouvernement semble l’avoir prévu.

 

Cependant, ce qui primera avant tout pour qu’ils circulent entre les agents sera la capacité des mini-bots à remplir la fonction d’une monnaie. Jacques Sapir souligne à raison dans son article[3] l’importance décisive de la masse monétaire pour la bonne gestion de cette monnaie, puisqu’une telle monnaie serait directement gérée par le gouvernement et non plus par les banques. Disons-le d’emblée, cette absence de gestion par les banques serait la principale faiblesse des mini-bots, le point par lequel ils peuvent échouer. En effet, l’euro circule grâce au crédit bancaire, et le mini-bot circulerait à partir du trésor public, autrement dit à partir des dépenses des administrations et notamment la paye des fonctionnaires. Dans le cas d’une politique hostile de la BCE, ce canal du crédit bancaire serait très vite asséché, ce qui conduirait très rapidement les banques à fermer et l’économie à souffrir d’une pénurie de monnaie comme en Grèce en 2015. Dans cette configuration, le mini-bot pourrait certes pallier à cette pénurie de monnaie, mais il lui faudrait pour cela d’une façon ou d’une autre répondre à la demande de crédit courant des agents et des entreprises. S’il ne le fait pas, son seul moyen de circuler étant alors via les dépenses des administrations publiques et la paye des fonctionnaires, il créerait une grave distorsion en faveur des italiens qui auraient accès à ce canal (autrement dit les fonctionnaires et les entreprises répondant aux commandes de l’Etat) et provoquerait de violentes injustices sociales. S’il est logique de faire circuler le mini-bot en partie via ce canal public, il est essentiel de réussir à le faire circuler principalement à partir du crédit privé, comme toute monnaie efficace. Ce mode de financement, trop peu analysée pour ses avantages concrets en théorie économique, présente en effet l’avantage de connecter la création monétaire au profit, autrement dit au système-prix. Il est donc in fine une garantie d’équilibre entre la masse monétaire et la production réelle, et également un mode de création monétaire assez bien réparti entre les agents et assez équitable. On peut dire que dans ce système de création monétaire par le crédit réside l’utilité réelle et fondamentale des banques privées et il est essentiel de conserver ce mécanisme pour qu’une monnaie circule efficacement. Certes, la phase actuelle du capitalisme conduit  à de graves dysfonctionnements, en particulier du fait du développement de la finance et de l’asservissement des dépenses de l’Etat à la logique court-termiste de celle-ci, certes l’Etat devra agir économiquement de façon massive pour corriger les effets de cette évolution, en s’affranchissant pour cela des contraintes du financement par le marché. Mais ces évolutions nécessaires, que permettront justement le retour à une monnaie nationale, ne doivent pas faire perdre de vue que la création monétaire par le crédit aux particuliers et aux entreprises est un mécanisme essentiel à protéger pour un pays comme l’Italie, parce que c’est un mécanisme de protection du système-prix.

 

Là-encore, le gouvernement italien semble avoir pris la mesure du défi, puisque la motion parlementaire semble orienter son action vers la création d’un système de compensation électronique des mini-bots, pour commencer auprès des administrations publiques, qui pourrait aboutir, selon Jacques Sapir dans son article, à l’utilisation de caisses nationales participant à ce système et jouant le rôle de banques. Dans ce cas, les particuliers pourraient déposer leurs mini-bots dans ces caisses nationales, et disposer des moyens de paiement classiques des banques. Si cette stratégie se confirme, on peut dire qu’elle irait dans la bonne direction, puisqu’elle recréerait un nouveau système bancaire permettant sans doute l’émission de mini-bots par le crédit privé, ce qui consacrerait alors celui-ci comme une monnaie à part entière. Resterait alors à savoir si de telles caisses nationales seraient en mesure de fournir des autorisations de crédit sur la base d’études aussi précises que les banques privées ne le font actuellement sur tout le territoire, mais il y a tout lieu de penser que cela est possible à moyen terme, surtout que cette tâche est aujourd’hui de plus en plus abandonnée par ces banques privées au profit du développement de leurs activités sur les marchés financiers.

 

Si ce système parvient à voir le jour, le mini-bot serait en tout cas en capacité de circuler efficacement en Italie, même comme une monnaie non-officielle parallèle à l’euro, puisqu’il répondrait au besoin de crédit privé et au besoin de financement de l’Etat, tout en étant garanti par celui-ci via le paiement des impôts.

 

La question de la rapidité d’action

 

On le voit, la stratégie du gouvernement et des parlementaires italiens, et notamment des économistes de la Lega [4], semble se dévoiler comme une stratégie très intelligente et réfléchie, tirant toutes les conséquences de l’expérience grecque et de la théorie économique orthodoxe et hétérodoxe. Mais la question qui est posée est clairement celle de la rapidité avec laquelle le gouvernement serait en capacité de mettre en place cette stratégie, et notamment de créer un système bancaire à partir des caisses nationales. Sans doute serait-il très utile de profiter de la période actuelle de latence pour mettre en place progressivement les institutions qui permettraient un jour d’agir en cas de crise avec la BCE. Certes, tout mouvement dans ce sens pourrait être interprété comme un début de sortie par la BCE, et déclencher des réactions hostiles. Cependant, un élément joue en faveur du gouvernement et du Parlement italiens à cet égard, et c’est la qualité d’analyse économique dont ils semblent faire preuve, du fait de leur grande ouverture intellectuelle, face à des hauts-fonctionnaires européens et italiens prisonniers des croyances et des conceptions étriquées de la théorie économique néo-classique. Cette différence constitue sans aucun doute un avantage tactique pour les Italiens, car en cas de crise, et aussi avant la crise, il est probable qu’ils agissent plus vite et plus intelligemment que leurs adversaires.

 

 

 

[1] https://www.les-crises.fr/russeurope-en-exil-litalie-va-t-elle-entamer-en-toute-discretion-le-processus-de-sortie-de-leuro-par-jacques-sapir/#_ftnref3

[2] https://monnaieprix.hypotheses.org/447

[3] https://www.facebook.com/jacques.sapir/posts/1594159837380595?__tn__=K-R

[4] https://twitter.com/RiccardoDeias/status/1135960985943121920

Salluste : « Ils ont estimé votre liberté, celle d’un peuple, à cinq boisseaux par tête »

Discours de Licinus Macer, tribun du peuple, lors de l’agitation démocratique contre Sylla, au premier siècle avant J-C, cité dans les Historiae de Salluste, le grand historien romain. Ce discours préfigure clairement la lutte des classes moderne, ainsi que la lutte pour la souveraineté du peuple. Un discours d’une brûlante actualité qu’on pourrait croire adressé aux gilets jaunes  :

 

Que d’agitation contre moi ! Ce serait, bien-sûr, sans raison si, sans attendre que vous en finissiez avec l’esclavage, ils étaient disposés, eux, à mettre fin à leur tyrannie; et d’autant plus que nos guerres civiles ne furent, sous d’autres noms, que la lutte entre eux et nous au sujet de cette tyrannie qu’ils font peser sur vous. Aussi bien les flambées que suscitèrent leurs abus de pouvoir , leur odieuse insolence, leur avidité, n’eurent qu’un temps; mais sans fin ni relâche fut et reste seule disputée, obtenue, puis perdue, la puissance tribunicienne, cette arme qu’ont forgé nos ancêtres pour assurer la liberté. Et n’allez pas, je vous en avertis, je vous en prie, au gré de votre indolence, donner aux mots des sens nouveaux et appeler « tranquillité » ce qui est servitude. Eussiez-vous raison, d’ailleurs, vous ne pouvez même plus espérer en jouir, si leur immoralité triomphe de notre cause juste et saine : il aurait fallu ne point bouger. Mais en fait, songez-y, si vous ne l’emportez aujourd’hui, comme toute la sécurité de l’injustice est dans la dureté de l’oppression, ils vous tiendront encore plus serré.

On me dira : « Que demandez-vous? ». Avant tout que vous changiez vos façons d’être, langues actives, âmes indolentes, qui, une fois quittée l’assemblée, ne vous souvenez plus de la liberté. Puis (je n’exige pas de vous l’héroïsme qui a permis à vos ancêtres de faire du tribunat de la plèbe, magistrature toute abandonnée d’abord aux patriciens, l’expression de votre volonté, soustraite à l’autorisation patricienne), puisqu’en vous, citoyens romains, est toute puissance, que vous vous mettiez en mesure d’agir ou ne pas agir dans votre propre intérêt, au lieu de subir les ordres d’autrui. Attendez-vous l’aide de Jupiter ou de quelque autre dieu? L’orgueil des ordres consulaires et des décrets sénatoriaux, c’est vous, citoyens romains, qui par votre obéissance le sanctionnez ; de vous-mêmes vous hâtez d’accroître et d’affermir l’arbitraire qui vous accable.

Et ne pensez pas que je vous invite à venger vos injures. Bien plutôt à vouloir la paix. Je ne suis pas semeur de discordes, comme ils m’en accusent; j’en poursuis la fin en revendiquant, selon le droit des gens, ce qui nous est dû. Et s’ils s’obstinent à le retenir, je ne prêche ni la guerre ni la sécession : je vous conseille seulement de ne pas prodiguer davantage votre sang. Libre à eux de gérer, de retenir à leur guise les commandements: de poursuivre Mithridate, Sertorius et les débris des exilés avec, pour armée, leurs images d’ancêtres. Mais ni danger ni fatigue pour qui n’a aucune part aux profits.

Mais peut-être cette loi hâtive, qui prescrit des distributions de blé, compense-t-elle vos sacrifices? Oui, ils ont estimé votre liberté, celle d’un peuple, à cinq boisseaux par tête ! La nourriture d’un prisonnier, au plus juste. En prison, ce peu suffit à ne pas laisser mourir les gens, tout en usant leurs forces ; pour vous, il ne peut couvrir l’entretien d’une famille, et il n’y a que la paresse pour se laisser duper par un si mince espoir. Mais cette distribution de blé serait-elle considérable, du moment qu’elle se présente comme un leurre à votre servitude, quelle stupidité serait-ce de se laisser décevoir par elle et d’avoir encore à remercier vos oppresseurs de ce qui est à vous ?…

 

Salluste, Historiae, III, 48, 11-27 Maur

 

 

Jean Moulin (1938) : « L’éloquence révolutionnaire est pleine de réminiscences latines »

 

Dans ce texte écrit par Jean Moulin, l’un des rares où il développe ses idées sur l’histoire, nous pouvons constater à quel point il a une lecture profonde de celle-ci. En s’appuyant sur une vaste culture historique, littéraire et artistique (il a failli devenir peintre dans sa jeunesse et restera toujours passionné par les artistes de son temps et des siècles passés) Jean Moulin démontre ici que les auteurs classiques (que notre époque oublie encore plus que la sienne), ont pourtant été au fondement de la Renaissance et de la Révolution française, celle-ci donnant naissance à la République à laquelle le jeune préfet fut toujours fidèle. Un texte qui permet de mieux comprendre la profondeur civilisationnelle de la République, ainsi que le fait que c’est seulement ceux qui avaient conscience de cette profondeur qui surent agir pour la défendre aux heures difficiles où elle fut attaquée puis abandonnée par tous. 

 

(…) L’enseignement des « humanités » a subi bien des assauts, depuis quelques lustres. Périodiquement, s’affrontent au concours général les thèses contradictoires de la nécessité ou de la vanité de cet enseignement. Pour ma part je pense qu’on puisera toujours, dans l’Antiquité classique, de saines et profitables leçons.

Moins envoûtés que nous par la civilisation matérielle, les auteurs grecs et latins sont plus dépouillés que nous de conventions, et leur discipline est plus près de la nature. Aucun des grands problèmes de l’esprit n’a échappé à leur examen ; aucun des drames de l’humanité ne les a laissés indifférents. Nul n’a mieux scruté l’âme humaine, mis en lumière ses faiblesses, exalté sa grandeur, et d’être allé plus loin dans l’étude intérieure de l’homme leur a donné le sens de la mesure et de l’harmonie, éléments essentiels de la sagesse et principe même de la poésie. D’avoir sondé les possibilités de l’homme leur a conféré cette foi dans ses destinées qui nous assure, à jamais, de précieux exemples de volonté et d’énergie.

Vouloir se passer de cette fraîcheur de vision, de cette expérience directe et profonde, sous prétexte de modernisme, serait aussi peu raisonnable que de négliger délibérément les trésors du Parthénon dans l’étude de l’architecture ou de la sculpture.

Au contact de la culture antique, non seulement nous affirmerons notre jugement et nous assouplirons notre intelligence, mais nous trouverons un adoucissement à nos moeurs. (…)

Beaucoup de détracteurs des « humanités » ne voient, dans leur enseignement, qu’un attardement de l’esprit à des choses mortes, qu’une réaction préjudiciable à une complète libération intellectuelle et sociale. C’est vouloir ignorer, de parti pris, la constante jeunesse des textes anciens, de même que l’indépendance d’esprit de leurs auteurs, indépendance qui, dans la pensée grecque notamment, atteint des hauteurs jamais dépassées. Considérer les études classiques comme une manifestation de conservatisme intellectuel ou politique, c’est non seulement faire dévier le débat, mais encore méconnaître singulièrement les leçons de l’Histoire.

Je n’aurai pas longtemps besoin de faire appel à vos souvenirs scolaires, mes chers amis, si je vous dis que la plupart des grands courants idéologiques des siècles passés, ceux qui ont le plus contribué à la libération de la pensée, à la libération de la personne humaine, ont eu, pour substruction, une connaissance profonde des lettres antiques. L’influence de la culture greco-latine est particulièrement éclatante dans les deux mouvements les plus importants de cet ordre depuis le christianisme : la révolution intellectuelle et morale de l’Humanisme, et la révolution politique et sociale de 1789.

Ce sont les Humanistes des XIVe et XVe siècles, ces humanistes chers à Pierre de Nohlac, qui ont permis à l’homme de sortir des obscurités du Moyen Age pour atteindre cette étape unique dans l’évolution de la civilisation : la Renaissance.

Penchons-nous, voulez-vous, sur cette époque bien curieuse qu’est la fin du XIVe siècle. Toutes les valeurs jusqu’alors admises sont contestées et battues en brèche, sans qu’apparaisse encore, à l’horizon, l’aube d’une relève. La féodalité et l’Eglise, les deux grands maîtres, ont beaucoup perdu en autorité et en rayonnement. Celle-ci est affaiblie par la folle épopée des Croisades, et plus encore peut-être par ces luttes interminables entre conciles et collèges, entre papes et antipapes, qui égarent les fidèles à la recherche de la vérité… Celle-là a perdu toute grandeur ; selon le mot de Gustave Lanson, il n’y a plus de seigneur, il n’y a plus que des roturiers! C’est alors que se dressent ceux qu’Edmond Haraucourt appelle « les annonciateurs de l’aube », ces humanistes pleins de révolte contre leur siècle et tout ce qu’il renferme d’avilissant pour l’esprit humain et qui, bientôt, vont jeter les fondements d’un ordre nouveau. Dans la fermentation confuse des idées, où vont-ils chercher leur inspiration? Rejetant le vain appareil de la scolastique, ils vont puiser une plus juste notion de l’homme aux sources de l’Antiquité gréco-latine.

Un des plus grands humanistes, le premier, sans doute, que Pierre de Nohlac a, pour ainsi dire, redécouvert, et qui déclare que la seule harmonie d’une phrase de Cicéron suffit à l’enchanter, se plaint, avec sa fougue généreuse, de l’abandon total dans lequel se trouvent les lettres antiques. Ecoutons-le fulminer contre l’ignorance de son temps :  » Autant j’évoque de noms illustres de l’Antiquité, autant je rappelle de crimes du temps qui les a suivis! Non content de la honte de sa stérilité propre, il a laissé perdre le fruit des veilles de nos ancêtres et le fruit de leur génie. Cette époque, qui n’a rien produit, n’a pas craint de gaspiller l’héritage paternel. »

C’est de cette époque qu’est né l’Humanisme et de son besoin de revenir à l’Antiquité classique. De tout côté, on recherche, on exhume les grimoires poussiéreux qui renferment, prisonniers depuis des siècles, les chefs d’oeuvre des auteurs grecs et latins, comme on déterre les statues dont sa vision va régénérer l’art. Les apôtres ne manquent pas, et bientôt, dans toute l’Europe, vont s’allumer, selon l’expression du poète, ces « phares » qui pendant des siècles, projetteront leurs lumières sur l’humanité et qui se nomment, selon les pays, Politien, Erasme, Vives, Melanchthon, Guillaume Budé. Si les assises de la civilisation moderne sont posées, n’oublions pas quels en furent les artisans ni surtout quels en furent les matériaux.

De même, quand, à la fin du XVIIIe siècle, un besoin de libération et de redressement se fait encore sentir, c’est aux traditions toujours pures de l’Antiquité que reviennent les nouveaux prophètes. Dans le silence des bibliothèques, s’effectuent de savants travaux d’érudition sur les textes anciens. Reprenant les théories de Vico, d’Herder, de Lessing, divulguées par les Encyclopédistes, tout un mouvement scientifique renouvelle l’histoire des Grecs et des Latins. La vogue est aux recherches archéologiques. Les fouilles de Pompéï, ressuscitant toute une cité, enflamment l’enthousiasme de ces nouveaux classiques. On se plaît à rappeller le temps des républiques de Grèce et de Rome. On se retrempe dans l’héroïsme. L’éloquence révolutionnaire est pleine de réminiscences latines : Tite-Live et Plutarque sont les compagnons fidèles des tribuns du peuple ; on exalte le sacrifice d’un Socrate, la vertu d’un Caton, l’audace d’un Brutus ; Vergniaud, pour appeler ses concitoyens aux armes, évoque Démosthène et ses Phillippiques; Robespierre est salué du titre « d’antique émule du romain Fabricius ». A l’art mièvre et relâché du siècle, on oppose un idéal plus sévère ; on préconise le retour à la nature et l’imitation de l’antique. Le décor de la vie lui-même est tout imprégné de ces visions retrouvées : on reproduit les bas-reliefs grecs et les fresques des villas romaines, tandis que la gloire naissante de David s’épanouit dans le Serment des Horaces.

Là-encore, Messieurs, dans ce vaste bouillonnement, dans ce bouleversement généreux, il convient de faire la part de la culture classique, la part des humanités. C’est leur titre de gloire d’avoir, à travers les siècles,  avivé le flambeau de ceux qui ont voulu la pensée plus libre et meilleure la condition humaine. C’est leur justification et la preuve de la permanence de leur enseignement. (…)

Jean Moulin, discours du 13 juillet 1938 devant les élèves du lycée Ferdinand Foch de Rodez. Cité dans Jean Moulin, Ecrits et documents de Béziers à Caluire, Tome 1 : l’homme privée, le haut fonctionnaire républicain, l’Harmattan, 2018, p. 497-500

 

La finance moderne : une quasi-monnaie

Il peut être utile de présenter le schéma du fonctionnement de la monnaie dans notre système bancaire actuel de façon simplifiée, afin d’en avoir une conception plus claire encore, et plus facile à comparer, notamment avec d’autres travaux. Ainsi, nous adoptons ici la présentation adoptée par Michel Aglietta et André Orléan dans leur ouvrage référence : La violence de la monnaie [1], mais en la précisant, puisque leur propre schéma est problématique, comme nous le verrons en détail par la suite. Voici le schéma que nous obtenons :

Ici U(i) est une créance de la banque envers le client et A(i) est de la monnaie réelle créée et mise à disposition sur le compte en banque du client. Tel est le schéma comptable simplifié de la création monétaire dans notre système actuel. De la monnaie est créée et mise à disposition du client sur son compte de dépôt à vue (qui apparaît au passif de la banque), et en contrepartie une créance de la banque envers le client est émise à son actif (on peut aussi nommer U(i) une dette du client envers la banque, cela revient au même). Comme nous le verrons en détail plus loin, c’est bien de la monnaie réelle qui est créée au passif de la banque, et non une dette, comme le vocabulaire trompeur de la comptabilité bancaire pourrait le laisser penser.

La comptabilité des marchés financiers

Après avoir résumé en détail, du point de vue comptable, les transformations que connut la monnaie de 1340 à aujourd’hui, il nous faut regarder la situation économique présente. Car si le concept de la monnaie semble s’être stabilisé dans le monde depuis 1973, cela n’est vrai qu’en apparence. Certes, la monnaie, sa circulation, sa création, telle qu’on vient de le voir dans le dernier schéma comptable, semblent être des concepts désormais définitifs et appliqués partout de manière uniforme. Mais cela n’est vrai que si on laisse dans l’ombre une partie essentielle et croissante des systèmes de crédit modernes : les marchés financiers. Car, à mesure que s’est simplifié et stabilisé le concept de monnaie, la masse des marchés financiers s’est énormément développée, et la définition juridique de ses différents  concepts s’est considérablement complexifiée. Or, une grande part du financement de l’économie passe désormais directement par ces marchés, et cela impacte nécessairement la compréhension que l’on peut avoir du crédit et indirectement de la monnaie. En effet, nous allons voir que la définition moderne de la monnaie, qu’on croit définitive et stable, est largement illusoire si l’on intègre dans sa compréhension la logique des marchés financiers, ce que nous allons faire, à présent, en utilisant toujours pour boussole la comptabilité et sa logique historique déterminante.

En effet, le trait essentiel des marchés financiers modernes, c’est qu’ils font circuler des créances basées sur de très nombreux actifs et qu’ils tendent donc à transformer en monnaie ces créances, notamment à travers l’utilisation des contrats de dérivés.

Les dérivés, qui sont en fait des contrats basés sur un actif sous-jacent, sont des promesses de paiement, plus exactement des promesses de livraison d’un actif à une date ultérieur. Fondamentalement, ce sont des créances qui, en se mettant à circuler sur un marché, acquièrent progressivement le caractère d’une monnaie, car ils sont désirés comme tel par les acteurs. Si les actifs eux-mêmes, comme les obligations ou les actions sont émis et échangés directement sur les places boursières, les dérivés circulent à l’extérieur de ces places boursières, et sont essentiellement gérés par les chambres de compensation [2]. Trop peu d’information comptable existe sur le fonctionnement de ces chambres de compensation, mais nous pouvons néanmoins analyser leur bilan annuel pour reconstituer leur comptabilité, qui est finalement assez simple. La plus importante d’entre elle, par exemple, LCH Clearnet, devenue récemment la Banque centrale de compensation, a par exemple fait l’objet d’un rapport détaillé en 2006 [3] et publie chaque année son bilan financier [4], les deux documents étant publiés au Journal Officiel. Nous nous appuyons également sur les plans comptables détaillés de ces institutions de crédit [5].

Mais d’autre part, pour comprendre le fonctionnement des marchés financiers, il faut également prendre en compte la comptabilité de la bourse, où sont émis les titres financiers en eux-mêmes (la chambre de compensation gérant les contrats de dérivés ou assimilés). En France la comptabilité de la bourse est gérée par le Dépositaire Central, et c’est donc de l’étude de son bilan que nous devons déduire les opérations comptables qui sont impliquées dans le circuit des marchés financiers.

Enfin, troisième acteur, les agents de change (et la banque de France qui joue ce rôle pour le trésor public) sont en fait des banques et sont chargés du paiement en monnaie réelle des opérations nouées à la bourse, il faut donc également les prendre en compte dans un schéma comptable des marchés financiers.


Il y a donc trois acteurs, et trois comptabilités différentes, qui gèrent les opérations de crédit menées sur les marchés, et ces trois acteurs sont intimement liés entre eux, puisque les informations comptables circulent de façon permanente entre eux. Cependant, au point de vue comptable, cela entraîne l’existence de comptabilités juxtaposées, où le sens des comptes en est impacté. En effet, si ces opérations comptables avaient toutes lieu au sein de la même structure comptable, elles nécessiteraient pour fonctionner entre elles de façon cohérente des inversions
du sens des comptes, ainsi que l’avaient fait les marchands-banquiers italiens à la fin du Moyen-Âge en Italie. Cette remarque est nécessaire pour bien comprendre que ce n’est pas le cas ici, où les opérations fonctionnent « en miroir » d’une institution à une autre. Ainsi par exemple voici comment le Directeur des opérations du dépositaire central décrit l’émission de titres d’obligations pour le Trésor Public français :


« Concrètement, le Trésor nous envoie l’équivalent d’un document
notarial par lequel il nous informe, par exemple, qu’il a émis
100 millions de titres et qui nous demande de créer ces titres dans nos
systèmes. Nous allons les créer, avec le Trésor en contrepartie. Ensuite,
le Trésor va livrer ces titres aux différents SVT qui souscrivent à
l’émission, en utilisant notre système de règlement-livraison, et contre
livraison du cash. Le cash n’est pas livré dans nos propres systèmes,
mais nous le gérons nous-mêmes sur un compte à la Banque de France.
Nous ne sommes pas un établissement de crédit, nous ne gérons pas de
compte cash, mais nous avons des positions miroirs qui se reflètent en
monnaie centrale dans les comptes de la Banque de France.  » [6]

Peut-être ce problème d’unité comptable est-il d’ailleurs à l’origine de la séparation de ces différentes entités, puisque le problème du sens des comptes est un problème majeur en comptabilité bancaire, comme nous l’avons vu dans les chapitres précédents.
Pour schématiser le fonctionnement de la finance, il faut donc progresser par étape, pour voir les différents cas possibles. Premièrement, voici le schéma simplifié de l’émission d’un titre du type obligation (c’est-à-dire un prêt d’argent existant), schéma qui implique deux acteurs : le Dépositaire Central (c’est-à-dire la Bourse) et un agent de change (c’est-à-dire une banque) :

 

 

Ici, nous voyons qu’une créance U est émise dans la comptabilité de la bourse pour noter le fait que B doit de l’argent à A. Cette créance U est tout simplement une obligation, c’est-à-dire un titre financier en lui-même, qui est donc créé dans la comptabilité de la bourse. Mais comme pour toute créance, il existe une opération connexe, un transfert de valeur qui a justifié l’existence de cette créance. Ici, il s’agit bien entendu du prêt d’argent qui a été fait par A à B, c’est pourquoi dans la comptabilité de la banque (cette opération n’ayant pas lieu à la bourse), un paiement de A vers B en monnaie réelle est enregistré. Tel est le schéma fondamental, qui peut paraître évident une fois qu’on l’a bien isolé, de la création d’un titre financier basé sur un prêt d’argent. Bien entendu, cette opération sera dénouée, c’est-à-dire que le titre U disparaîtra, quand B paiera la somme qu’il doit à A, en général avec des intérêts.
Un deuxième type de titre peut être émis à la bourse, et c’est celui qui correspond au délai de paiement, c’est-à-dire à la fourniture d’une marchandise quelle qu’elle soit avec un paiement  différé. De la même façon que pour le prêt d’argent, cette opération donne lieu à l’émission d’un titre à la bourse, puisqu’on peut aussi dire qu’il s’agit d’une vente à terme :

 

L’opération fonctionne ici de la même façon, seulement au lieu d’un paiement en monnaie réelle, nous avons un « paiement » en marchandise, qui est enregistré dans un compte spécifique. Le titre émis, en revanche, se présente de la même manière, c’est une créance de A et une dette de B, qui s’éteindront quand le paiement de cette marchandise aura lieu. En fonction de l’évolution du prix de cette marchandise, les agents, notamment B, obtiendront ou non un profit au moment de ce dénouement. Mais on sent immédiatement l’attrait financier de cette opération si le prix de la marchandise connaît des augmentations régulières car dans ce cas, les deux acteurs seront gagnants s’il s’agit comme la plupart du temps d’un contrat dont le prix de vente versé dans le futur est fixé immédiatement. En effet dans ce cas, A obtiendra un profit différé mais certain, et B réalisera une plus-value en revendant la marchandise à son nouveau prix. On voit donc très clairement par ce schéma simple l’intérêt des marchés à terme pour les marchandises dont le prix augmente. Pour ces marchandises dont le prix monte, tous les acteurs ont un intérêt à s’échanger ce type de titres financiers, et c’est pourquoi ils se développent. De plus nous voyons que ce qui fonde et définit ces marchés, c’est encore et toujours le cadre conceptuel de la comptabilité en partie double et sa distinction des trois formes irréductibles de la valeur (marchandises (ou patrimoine en général), créances, monnaie réelle) dont toutes les variations de prix sont enregistrées dans un quatrième type de compte : le compte de profits et pertes (ou compte de résultat).

Ces schémas permettent déjà de constater que ce qui est en jeu dans la comptabilité des bourses, c’est tout simplement l’articulation entre elles de ces trois formes de la valeur. Un titre financier n’est rien d’autre qu’une créance basée sur une des deux autres formes de la valeur, monnaie ou marchandise, et nous retrouvons toujours ce schéma à l’œuvre dans l’histoire, nous l’avons dit. Avec le schéma sur la création monétaire elle-même que nous avons vu plus haut, et qui répond à une logique spécifique, on pourrait penser que ces schémas comptables simplifiés épuisent la logique de la finance et permettent d’en expliquer l’architecture.

Mais il est nécessaire de considérer à part le fonctionnement de ce que l’on appelle les contrats de dérivés, qui circulent pour leur part dans la comptabilité des chambres de compensation. En effet, ces contrats de dérivés représentent une masse considérable d’engagements financiers et il est nécessaire de définir leur rôle dans ce schéma comptable général de la finance. Trois cas se présentent en fait à l’analyse, qui correspondent toujours à l’association des créances avec la monnaie d’une part et les marchandises d’autre part, mais aussi et surtout à l’association de créances avec d’autres créances. Considérons donc d’abord le cas d’un contrat de dérivé dont l’actif sous-jacent est lui-même un titre financier du type de ceux que nous venons de voir, par exemple une obligation qui vient d’être émise à la bourse. Deux institutions sont en jeu : la chambre de compensation et le Dépositaire central, c’est-à-dire la bourse :

 

Les institutions, certes, sont ici différentes, mais nous retrouvons en fait le même
fonctionnement que précédemment. Une créance de A sur B et une dette de B envers A sont émises dans la comptabilité de la chambre de compensation en échange de la livraison d’un titre financier par A à B à la bourse, et cette créance est ce que l’on appelle un contrat de dérivé, le titre financier étant son sous-jacent. Essentiellement, il s’agit là encore d’une vente à terme, et cette vente peut avoir lieu à partir de n’importe quel actif : une créance (comme ici), mais aussi une marchandise ou de la monnaie. Mais alors quel est l’intérêt de faire cette opération dans une chambre de compensation alors qu’elle est également possible à la bourse ? La réponse réside dans le mécanisme de l’effet de levier. Le contrat de dérivé D, en effet, a plus de valeur qu’une simple créance, tel qu’un titre financier, parce que la chambre de compensation lui attribue une valeur pouvant aller jusqu’à 100 fois la valeur de son sous-jacent. C’est cela qui attire les membres de la chambre de compensation, par ce qu’ils espèrent pouvoir revendre cette créance, ce contrat de dérivé, si son prix augmente et ainsi réaliser un profit considérable avec une mise minimale d’argent réel. La contrepartie de cette espérance de gain est que la moindre baisse de prix du sous-jacent entraîne la liquidation immédiate de leur position, autrement dit la chambre de compensation récupère entièrement leur mise de départ.

Par ce système, la chambre de compensation pousse à bout la logique de la valorisation des créances. En effet, les dérivés vont être fortement désirés par les acteurs quand le prix de leurs sous-jacents va monter, parce qu’il leur permettra de réaliser des profits considérables. Mais d’un point de vue systémique, cela signifie que la hausse du prix d’un actif va considérablement stimuler l’émission et l’échange de dérivés basés sur cet actif, c’est-à-dire qu’elle va favoriser la transformation de ces dérivés en quasi-monnaie. C’est la confiance qui va transformer ces dérivés, autrement dit ces créances, en une forme nouvelle de valeur quasi-monétaire.

Cependant ce qui détermine cette confiance, il est essentiel de le concevoir, c’est la montée des prix des sous-jacents sur lesquels ces créances sont basées, car c’est elle qui permet aux traders d’espérer obtenir des profits de la possession de créances. C’est cette espérance de profit qui fait que les acteurs des marchés désirent posséder les créances des chambres de compensation, autrement dit qui les fait les considérer comme une monnaie.

On peut vérifier les schémas qui ont été présentés ici à partir d’une lecture des bilans des chambres de compensation et du Dépositaire central.

Pour le Dépositaire central, qui en France se nomme Euroclear, nous pouvons utiliser par exemple le dernier bilan qu’il a publié, par exemple celui de 2017 [7]. Considérons d’abord son actif :

 

Ici, nous constatons que sur un actif total de près de 22 milliards d’euro, l’essentiel (environ 16 milliards d’euros) est constitué des lignes « prêts et avances » et « actifs financiers » (que nous avons entourées en bleu) qui constituent en fait les titres financiers tels que nous les avons définis. Ce sont des créances détenues par des clients qui ont prêté ou de l’argent réel ou des marchandises à d’autres clients, dont les dettes correspondantes sont enregistrées au passif, comme nous allons le voir maintenant :

 

Au passif du dépositaire central, nous retrouvons les 16 milliards correspondants aux dettes des emprunteurs qui ont émis des titres pour se financer. Le terme de « dépôts des banques et des consommateurs » est impropre, car il ne s’agit pas de dépôts de monnaie réelle, comme cela est reconnu par le Dépositaire central lui-même [8] mais bien de dettes des clients envers leurs financeurs, c’est-à-dire ceux qui ont acheté leurs titres. Les paiements en monnaie réelle, comme nous le disions au début de ce chapitre, sont en fait réalisés chez des agents de change, c’est-à-dire dans des banques.

Il faut également étudier de près les bilans des chambres de compensation pour avoir une illustration complète des schémas comptables de la finance que nous avons présentés. Nous présentons ici le bilan 2015 de la Banque centrale de compensation dont le siège est à Paris (anciennement LCH SA, l’une des deux filiales de LCH Clearnet basée à NewYork qui est la plus grande chambre de compensation du monde). Commençons par son actif :

 

Ici nous voyons que les trois éléments entourés en bleu constituent l’essentiel de son actif. Les comptes de créances sont « les comptes de compensation » qui permettent de faire circuler une masse considérable de contrats de dérivés ou engagements financiers à terme (peu importe leur nom, nous avons montré qu’il s’agit simplement de créances). L’actif de ces comptes de compensation, si l’on se rapporte au schéma que nous avons élaboré plus haut, représente les contrats qui sont émis pour le compte des membres de la chambre. Ce sont donc des contrats qu’ils possèdent et sur lesquels ils cherchent à obtenir une plus-value. Les « comptes de trésorerie » sont les dépôts initiaux d’argent réel des clients que la chambre leur demande en échange de leur participation, et sur laquelle elle prélève l’argent quand ces membres subissent une « liquidation de position ». Les « titres de placements et d’investissement » sont les titres que les membres déposent en collatéral, et que la chambre de compensation accepte comme inscription sous certaines conditions. L’ensemble constitue une valeur de plus de 295 milliards d’euros, soit environ 10 fois la valeur des actifs financiers de la bourse en 2017 que nous avons vu juste avant. Cela illustre ce que représente l’effet de levier des produits dérivés, qui n’est, il faut le rappeler, qu’une valeur potentielle qui ne permet de réaliser des profits que si le prix des actifs sous-jacents monte à la bourse. Mais quand ces prix montent, les profits générés par ce système sont très importants, c’est pourquoi ils attirent de nombreux investisseurs et tirent en fait le prix des actifs vers le haut, de même que la hausse du prix de ces actifs tend à faire se développer ce système.

Nous retrouvons ces éléments au passif de la « Banque centrale de compensation » :

 

Au passif, les « comptes de compensation » sont les comptes des clients qui vendent leurs contrats de dérivés. Si nous avions voulu adopter des schémas comptables plus précis (ce qui a l’inconvénient de faire perdre en clarté l’exposé), nous aurions également représenté les comptes de hors bilan par lesquels la chambre de compensation fait transiter l’achat et la vente de ses contrats de dérivés. En effet, comptablement, acheteurs et vendeurs ne sont pas immédiatement mis face à face, comme dans notre schéma, mais une écriture comptable est passée entre eux et la chambre dans un compte de hors bilan. C’est d’ailleurs la raison d’être de la chambre de compensation de jouer ce rôle d’intermédiaire, et c’est pourquoi nous retrouvons ici deux types de comptes au hors bilan : les « engagements de compensation reçus » qui sont la contrepartie des dérivés vendus par les clients, et les « engagements de compensation donnés », légèrement plus importants, qui sont la contrepartie des dérivés achetés par les clients.

Il est à noter que ces comptes de hors-bilan sont également utilisés en comptabilité bancaire par les banques privées elles-mêmes pour tenir à jour dans leur propre comptabilité les engagements financiers qu’elles prennent à la bourse et surtout dans les chambres de compensation auxquelles elles ont accès. La question du shadow banking, très fortement liée à ces comptes de hors bilan, ne doit donc pas faire oublier que pour comprendre ce phénomène, il faut avant tout se pencher sur la comptabilité des chambres de compensation elles-mêmes, car c’est elles seules qui fournissent un mode de financement parallèle via la quasi-monnaie que constituent les contrats de dérivés, et que nous avons décrite en détail ici au plan comptable.

Au prix de quelques simplifications, mais tout en restant très près de la réalité institutionnelle et comptable de la finance, nous voyons donc que nous retrouvons ici tout à fait le schéma financier introduit par la comptabilité en partie double à la fin du Moyen-Age. Comme alors, trois éléments sont en jeu : la monnaie réelle, les créances et les marchandises au sens large (nous pourrions dire aujourd’hui tout actif ayant un prix). La monnaie réelle permet les dépôts initiaux et garantit le fonctionnement du système, les créances se développent comme un nouveau moyen de paiement indépendant du système bancaire institutionnel, donc sans contrainte pour ce qui concerne son émission, à partir de la comptabilité des chambres de compensation, et les actifs dont le prix montent permettent les profits qui financent la croissance des créances, celles-ci tirant à leur tour le prix des actifs qu’elles permettent d’échanger, vers le haut. A peu de choses près, et compte-tenu bien sûr de l’exceptionnelle évolution technique qui permet le fonctionnement de ces marchés à l’échelle mondiale, nous retrouvons néanmoins sur les marchés financiers modernes le même type de fonctionnement que dans la comptabilité des marchands-banquiers médiévaux au plan conceptuel. Ce qui est à l’œuvre, c’est le développement et la monétisation de créances à partir de la montée du prix de certains actifs.
Le profit issu de cette montée des prix nourrit l’émission et la circulation de ces créances et en retour, la croissance de ces créances nourrit la montée du prix de ces actifs.

Il est en soi intéressant de constater que cette évolution a eu lieu en grande partie à partir de la comptabilité des chambres de compensation, et nous allons voir à présent ce que nous pouvons en tirer à la fois comme déductions et comme conséquences pour l’analyse.

Mais il faut d’abord insister sur le fait que c’est une conception non juridique mais logique et historique de la comptabilité qui nous a permis de démontrer l’axiome essentiel de cette première partie : les instruments à terme des marchés financiers sont une monnaie en gestation, fonctionnant dans une dimension différente de la monnaie officielle.

 

 

 

 

[1] La violence de la monnaie, Michel Aglietta, André Orléan, préface de Jacques Attali, économie en liberté,
Presses Universitaires de France, 1982.

[2] https://www.bis.org/publ/otc_hy1805.pdf

[3] https://www.journal-officiel.gouv.fr/publications/balo/pdf/2006/0731/200607310611865.pdf

[4] https://www.journal-officiel.gouv.fr/publications/balo/pdf/2016/0418/201604181601346.pdf

[5] https://www.finances.gov.ma/docs/2008/autres/5046_regroupementdupcdeseteblissementsdecredit.pdf

[6] Cité dans l’audition parlementaire du 29 mars 2016, à l’intérieur du rapport d’information parlementaire
élaboré dans le cadre de la mission d’évaluation et de contrôle sur la gestion et la transparence de la dette
publique, présidée par les députés Alain Claeys et Olivier Carré : http://www.assemblee-nationale.fr/14/rapinfo/i3936.asp

[7] Bilan financier 2017 d’Euroclear : https://www.euroclear.com/dam/annualreport/2017/ESA-consolidatedfinancial-statements.pdf

[8]  Voir le document cité plus haut dans l’audition parlementaire du 29 mars 2016, à l’intérieur du rapport
d’information parlementaire élaboré dans le cadre de la mission d’évaluation et de contrôle sur la gestion et la
transparence de la dette publique, présidée par les députés Alain Claeys et Olivier Carré :
http://www.assemblee-nationale.fr/14/rap-info/i3936.asp