Le Pen- Macron, le deuxième tour nécessaire

Le résultat du premier tour de l’élection présidentielle est largement indécis, et le suspens reste entier pour savoir qui des quatre candidats en embuscade va se retrouver au second tour. Il est tout à fait possible que je me trompe et dans ce cas je prie le lecteur de m’en excuser mais pour ma part, il me semble depuis longtemps que les deux finalistes seront Marine Le Pen et Emmanuel Macron, car ces deux candidats sont ceux qui représentent le mieux, bon an mal an, le clivage principal de la politique française contemporaine, c’est-à-dire celui entre l’affirmation de la souveraineté de la France dans toutes ses dimensions et sa dilution dans des structures plus vastes.

Cette opposition, finalement, ressemble à celle que nous avons connue lors du dernier débat passionné de la politique française : le référendum sur la constitution européenne de 2005, et cela indique bien que quelque chose d’essentiel est en jeu. Certes, cette opposition est imparfaite, certes, elle recouvre des divergences fortes qui traversent certaines familles politiques, comme le parti Les Républicains ou le Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon, mais elle est néanmoins l’opposition principale de la société française actuelle, et pour cette raison, elle est aussi l’opposition du futur, autour de laquelle devront se positionner tous les acteurs et toutes les stratégies politiques.

Car s’il y a bien une observation qu’on peut tirer de l’histoire en général, et de l’histoire de France en particulier, après comme avant la Révolution française, c’est qu’en politique il n’y a pas la place pour un nombre infini de débats. Pour que la masse des citoyens s’enthousiasme pour une controverse, c’est-à-dire pour que le peuple fasse vivre la démocratie, il faut que le débat public s’articule autour d’une idée principale reconnue par tous. Cette controverse était depuis la fin des années 60 jusqu’à présent le débat entre un parti de droite et un parti de gauche, elle fut par le passé, de façon plus tragique, celle entre la Résistance et Vichy, avant la Grande Guerre, elle s’articula autour de l’affaire Dreyfus, au cours du 19ème siècle elle se déplaça entre républicains, bonapartistes et monarchistes, recouvrant à chaque fois des réalités nouvelles, en fonction de la situation militaire, économique et sociale de la France dans l’Europe et dans le monde. Tout au long du 18ème siècle, elle se cristallisa lentement mais sûrement autour de l’opposition à une monarchie devenue parasitaire à force de vivre sur les acquis des siècles de grandeur. A la fin du 16ème siècle et au début du 17ème, elle prit le visage de la lutte entre les Bons Catholiques favorables à l’hégémonie espagnole et à l’aplatissement de la France pour des motifs religieux et les Bons Français, favorables à l’indépendance de la France, fut-elle au prix d’un accommodement vigilant avec les Protestants, et soutiens fidèles de Richelieu et Louis XIII, comme du bon roi Henri IV.

Si, contrairement à ce que l’on entend souvent, la Cinquième République est si solide, c’est qu’elle organise un débat principal autour duquel doivent se positionner tous les acteurs politiques, avant qu’il soit tranché par le Peuple lors du second tour de l’élection présidentielle, moment démocratique essentiel de la Nation. Cette logique correspond bien à ce qu’est la France, et c’est pourquoi de Gaulle nous légua ces institutions. Certes elles ont été déséquilibrées et trahies dans leur esprit à de nombreuses reprises, mais malgré tout elles tiennent bon actuellement et permettent aux Français de choisir de façon responsable. Car si la Cinquième République organise un débat principal entre les Français, c’est pour les obliger à choisir à l’issu de ce débat, c’est-à-dire à donner une majorité à un candidat, là où un système purement parlementaire laisserait à des partis inconciliables le devoir de former un gouvernement sans accord réel du peuple. C’est la situation de l’Espagne contemporaine, ou d’autres grandes démocraties parlementaires, qui, face à une crise, deviennent des pays ingouvernables, ce qui accuse la faiblesse de leurs institutions. Au contraire, à rebours des analyses superficielles qu’on entend dans les médias, la France est en train de transformer son débat politique à l’intérieur de ses institutions.

La France va donc probablement se trouver, avec l’élection présidentielle actuelle, avec l’opposition politique de son avenir : Le Pen face à Macron. Certes, il n’était pas acquis au départ que nous en arrivions là. D’autres partis, ou d’autres personnalités auraient pu prétendre représenter un des deux côtés principaux de l’opposition moderne, et en particulier les représentants les plus honnêtes de l’ancien clivage gauche-droite, vrais socialistes ou vrais gaullistes, mais l’histoire retiendra qu’il n’en a pas été ainsi. Cela tient à plusieurs raisons, mais on peut les résumer en disant que les grands partis se sont considérablement relâchés, et ont en quelque sorte profité de l’endormissement du peuple  pour déserter l’intelligence, si l’on entend par intelligence à la fois le courage, la culture et la rationalité. Cet affaiblissement considérable n’a d’ailleurs pas uniquement touché la politique, il a également atteint des pans entiers de l’Université, les deux allant de pair et créant une situation dans laquelle il devient impossible, pour une personne intelligente, et en particulier pour les jeunes, de soutenir ces grands partis sans éprouver un inexprimable malaise.

Rien ne résume mieux le problème que le débat sur l’euro. Toute personne un tant soit peu honnête et travailleuse comprend que l’euro est un handicap pour l’économie française. Il est connu dans la science économique qu’une monnaie trop forte affaiblit le tissu productif d’une économie et accroît son chômage ; il est connu qu’une dépréciation maîtrisée de la monnaie améliore la production et les exportations d’une économie donnée et améliore la situation de l’emploi. De nombreux travaux, statistiques ou qualitatifs, démontrent largement l’existence de cette vérité. Il est donc évident que l’euro est un poids pour l’économie française, comme il était évident que suite au brexit, la dépréciation de la livre allait améliorer la croissance britannique, malgré le flot des arguments déraisonnables dont on nous abreuvait. Pourtant, ces faits sont systématiquement niés par les grands partis, les grands médias ou les économistes les plus médiatiques. Adhérer sans critique à l’une de ces institutions, pour un citoyen, est donc une négation profonde de son intelligence, et c’est la raison pour laquelle les plus lucides et les plus courageux s’en détournent.

Je sors de mon sujet de recherche, mais le bon sens le plus élémentaire peut aussi s’appliquer à la question migratoire. La France est un pays laïc de culture catholique, grecque et gallo-romaine. A partir de cette identité, forgée par les siècles au bruit des armes, elle combattit durement en Europe et dans le monde pour affirmer son indépendance vis-à-vis de toute institution religieuse autre que les siennes : affirmation du Gallicanisme contre l’autorité du Pape aux XIVème et XVème siècles,  lutte contre l’hégémonie catholique de l’Espagne aux XVIème et XVIIème siècles, lutte contre le pouvoir militaire des Protestants, à l’extérieur comme à l’intérieur, tout au long du XVIIème siècle,  lutte contre le pouvoir de l’Eglise catholique elle-même à partir de la Révolution française, etc…  Privilégier la souveraineté de la Nation aux mouvements idéologiques et religieux internationaux du moment, c’est pour elle une nécessité vitale depuis toujours. C’est ce qui fait sa singularité historique et disons-le, sa supériorité sur les passagères querelles idéologiques et religieuses du monde. Elle paya le prix du sang pour cette liberté aujourd’hui acquise et les Français n’accepteraient pas qu’elle soit remise en cause. Or, il est factuel que l’immigration peut modifier cette situation de deux manières : par le nombre et par la pratique religieuse des musulmans. Il est factuel que la démographie des pays musulmans explose depuis plusieurs années (et ce ne sont pas les seuls) et il est également factuel que la pratique religieuse s’accroît parmi les musulmans. Cela est d’ailleurs un élément de vitalité et de grandeur de la religion musulmane qu’on peut tout à fait reconnaître, car le dynamisme de la démographie des pays musulmans est en soi un signe de confiance et de foi dans l’avenir qui donne parfois l’impression de déserter nos sociétés occidentales. Il est donc précieux pour la France d’avoir en son sein une minorité de confession musulmane. Mais cela n’est pas la question. La question est que cette situation démographique nouvelle, qui s’impose depuis les années 60, impose à la France d’adopter une politique migratoire nouvelle qui n’était pas nécéssaire jusqu’à présent, afin de limiter l’arrivée des migrants ne voulant pas vivre sous le régime de la laïcité. Cela est évident et naturel. Peut-être que le nombre de migrants n’est pas réellement important, mais dans tous les cas il importe de dire qu’il est nécessaire de contrôler leur arrivée en France en fonction de nos possibilités et de notre volonté d’accueil. Nier ce fait ou pire, accuser ceux qui en font état de racisme, c’est là encore une insulte à l’intelligence.

On voit bien dès lors, le problème politique qui se pose. Parce que les partis établis, qui devront désormais se regrouper derrière Emmanuel Macron, ont déserté l’intelligence, ils ne pourront se faire élire que sur la peur que suscite largement Marine Le Pen. Cette peur, certes, peut se comprendre, en particulier pour les français de confession musulmane pouvant avoir le sentiment d’être pris pour cible par ce parti du fait du passé sulfureux du FN. Personne ne peut nier d’ailleurs ce passé et il est naturel qu’il effraie même si le parti, à l’image des deux grands partis classiques, a beaucoup évolué, ce qu’il serait stupide de contester. Mais c’est parce qu’il est le seul à dire certaines évidences que ce parti a désormais acquis la position qui est la sienne. Il fallait réagir avant si l’on voulait empêcher son ascension en étant plus raisonnables, moins hypocrites et moins feignants. Cela n’a pas été fait, encore une fois, par les deux grands partis de gouvernement malgré les nombreuses alertes. Il faut donc maintenant analyser précisément le programme du FN lui-même pour en mesurer l’éventuel danger. Et est-il réellement dangereux pour nos compatriotes musulmans? Vouloir limiter le nombre de musulmans en France, est-ce s’attaquer aux musulmans présents en France? En réalité c’est plutôt l’inverse qui est vrai, car ce qui effraie les Français avec l’immigration, c’est l’idée qu’ils puissent se laisser déborder par elle. Mais si ils ont le sentiment que l’Etat sera ferme sur cette question, il y a tout lieu de penser qu’ils craindraient beaucoup moins la montée de la pratique religieuse au sein des Français musulmans. C’est donc au contraire l’absence de maîtrise de l’immigration qui crée des tensions évitables, et cela est le fait des partis actuels.

Il est frappant que cet affaiblissement de la réflexion se traduit aussi par des travaux universitaires, et notamment historiques, toujours plus indigents. Des chercheurs croient bon et provocateur d’écrire une histoire mondiale de la France qui n’est qu’une négation permanente de ce qu’est la France. Le ressort de beaucoup de nouvelles études historiques est ainsi la destruction de toute l’histoire de France et de sa vénérable historiographie, comme de son côté l’économie mainstream n’est que l’application scientiste de principes profondément réducteurs. Dans l’une et l’autre de ces disciplines, le même mouvement de limitation intellectuelle semble être à l’oeuvre et rebute inévitablement les esprits les plus brillants. Cependant, ce mouvement n’est pas irréversible et nous possédons des exemples éminents de résistance intellectuelle en économie comme en histoire, à l’extérieur comme à l’intérieur de l’Université, parmi nos penseurs contemporains, qui sont autant d’encouragements à maintenir une haute idée de la pensée.

Il y a tout lieu de penser que le clivage Macron – Le Pen, mais surtout, au delà des personnes et des partis, le clivage qu’il traduit à propos de la souveraineté de la France, appelé à être le clivage du futur, sera de plus en plus le clivage entre la peur et la pensée. Qu’on se réjouisse ou que l’on déplore cette évolution, c’est bien ce qui semble se dessiner, car les gens intelligents et courageux, et surtout les jeunes, fuiront toujours plus le camp non souverainiste, qui les étouffe et les nie dans ce qu’ils sont, et rejoindront toujours plus le camp souverainiste, quelle que soit la forme de cet engagement.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.