Les enjeux économiques de l’élection présidentielle

La campagne présidentielle est maintenant lancée jusqu’à l’élection de mai 2017. Tout le monde constate à quel point celle-ci sera indécise et cela est le signe qu’elle s’inscrit dans une période de grands changements. Mais si chacun comprend bien l’importance des enjeux économiques, ceux-là ne sont pas clairement identifiés par les différents candidats, qui semblent agir de plus en plus comme des poulets au milieu d’une route.

Cela est la conséquence d’un fait dramatique: la faillite de la pensée économique standard moderne. Parce que celle-ci est incapable de rendre compte clairement du fonctionnement économique de notre temps et de ses crises, elle laisse les politiques sans ressources intellectuelles pour agir sur le monde et répondre aux inquiétudes de leurs électeurs. Les politiques, par conséquent, utilisent pour la plupart le seul moyen qui leur reste d’appréhender la vie économique avec un tant soit peu de réalisme : il s’en remettent à la réalité vécue par leurs clientèles respectives pour élaborer leurs programmes, au détriment de l’intérêt général.

La richesse d’une nation: la productivité

Ce qui est au cœur du développement économique et social de pays riches comme la France, notamment depuis la seconde Guerre Mondiale, c’est l’amélioration impressionnante de la productivité. Cette hausse de la productivité n’est pas uniquement, comme on le croit souvent, le fait de l’exploitation des individus et du pillage des ressources naturelles, même si cela existe. Pour l’essentiel, la hausse de la productivité est la conséquence de l’intelligence humaine appliquée aux procédés de production. Parce que l’homme apprend à maîtriser son environnement, il est capable d’utiliser toujours moins de force physique pour produire toujours plus de biens. Ce sont les découvertes et les applications des scientifiques, des ingénieurs, des inventeurs, des hommes d’action, qui provoquent la hausse de la productivité. Par exemple, quand l’homme a compris le fonctionnement de l’électricité, il a pu canaliser cette force préexistante et l’utiliser à son service dans de vastes domaines.

La caractéristique des économies riches modernes est de stimuler la hausse de la productivité tout en coordonnant les efforts de chacun par un mécanisme spécifique : le système des prix. Comme l’a brillamment démontré Hayek, le système-prix tire sa force du fait qu’il n’est maîtrisé par personne, mais qu’il sert de repère à tous. Il est le produit de l’action de chaque agent économique et il permet une coordination inconsciente mais très efficace d’un système économique donné. Les grandes difficultés que rencontrèrent les économies communistes du passé proviennent de l’ignorance et de la négation de cette vérité fondamentale. Le système-prix permet l’épanouissement de la productivité d’une nation.

Ce qui au cœur du progrès humain, qui est la réponse potentielle à tous nos problèmes matériels, qu’ils soient écologiques, sociaux, ou autres, c’est donc la productivité, c’est-à-dire le progrès technique d’une nation. Une politique économique pour la France consiste donc à défendre et à protéger cette productivité nationale, tout en l’orientant si possible dans les domaines souhaités (on pense à la fameuse « économie de la mer » de Jean-Luc Mélenchon). Mais pour cela il faut commencer par connaître le système productif français et son fonctionnement, et cela demande de se libérer des concepts de l’économie standard.

Les erreurs de l’économie standard

L’économie standard connaît la productivité mais en donne une définition superficielle qui conduit à des erreurs d’analyse dramatiques. Ainsi cette productivité est calculée en terme de valeur ajoutée, c’est-à-dire de quantité de PIB produit. Est productive l’entreprise qui produit beaucoup de PIB, est improductive l’entreprise qui produit peu de PIB. Mais le PIB est une valeur monétaire qui n’exprime que la quantité de monnaie produite par un agent donné et qui ne dit rien sur le volume de la production auquel participe ce même agent. C’est une notion issue de la comptabilité privée et basée uniquement sur la monnaie. Dans cette logique, seule la capacité à capter de la monnaie en circulation détermine la productivité. Or, cette capacité à capter de la monnaie n’est pas forcément liée à l’amélioration de la production réelle, et peut même être complètement nuisible à cet égard, comme l’est en grande partie la finance moderne, pourtant très productive au sens de l’économie standard.

Comme j’essaie de le montrer dans ma thèse, ces erreurs tiennent en grande partie à l’incompréhension dans laquelle sont plongés les économistes mainstream concernant le fonctionnement de la monnaie moderne. Mais ce qui importe ici, c’est de retrouver une analyse correcte, permettant de penser le monde que nous observons.

Pour analyser correctement la productivité d’un pays, il faut donc analyser dans quelle mesure une entreprise ou une administration participe à l’amélioration de la production réelle du pays, de la production en volume. Ainsi nous sommes immunisés contre les impasses de l’économie standard, et nous comprenons mieux le fonctionnement de l’économie d’un pays comme la France.

Les différents secteurs économiques d’un pays

En effet, toutes les activités économiques d’un pays n’accroissent pas directement la productivité. En fait les activités productives sont même le fait d’une population active minoritaire qui travaille pour des entreprises engagées dans des productions à forts rendements croissants. Ces entreprises d’élite (qui peuvent être publiques) sont le cœur productif de la nation, c’est elles qui fournissent la quasi totalité de la production en volume du pays. Elles sont généralement situées dans des secteurs très concurrentiels où la technologie joue un très grand rôle, et où l’investissement dans l’appareil productif est fondamental. Ces entreprises sont le cœur productif de l’économie, même si elles n’emploient pas forcément beaucoup du fait de la mécanisation croissante de leurs activités. C’est ce secteur dont dépend in fine la puissance, la richesse et le niveau de développement humain de la France.

Mais à côté de ce secteur, il existe d’autres types d’activités. D’abord, il y a les secteurs à faibles gains de productivité mais à forte concurrence. L’archétype de ces activités est bien représenté par Uber, où les salaires sont faibles mais la pression concurrentielle est forte. De nombreuses activités en ligne rentrent également dans ce secteur qui emploie beaucoup.

Il existe également un secteur dont la productivité, indirecte cette fois-ci, est très importante, mais qui est très peu soumis à la concurrence. C’est le cas des activités d’enseignement et de recherche de qualité par exemple.

Il existe également un secteur où la concurrence est faible et la productivité aussi. Dans ce secteur les salaires sont généralement plus faibles mais les situations plus stables. Il s’agit par exemple des ouvriers et employés de l’Etat et des collectivités ou de certains petits paysans.

Enfin il existe des secteurs, qui peuvent se nicher à l’intérieur des catégories pré-citées, dont l’apport à la productivité est négatif. Certains de ces secteurs sont très concurrentiels (comme la finance moderne) d’autres non (comme l’enseignement de mauvaise qualité, ou des services administratifs (privées ou publics) qui parasitent la production, parmis les célèbres bullshit jobs de David Graeber).

L’organisation d’ensemble d’une économie

Les secteurs faiblement productifs peuvent servir indirectement à la productivité des entreprises fortement productives en leur rendant par exemple des services administratifs (compta, paye, rh, etc…). Mais dans tous les cas ils servent aussi de soutien aux prix dans l’économie d’un pays, comme je le montrerai dans ma thèse. En effet, alors que le système productif fait baisser les prix, les secteurs faiblement productifs les font monter ou les maintiennent. Ils assurent un débouché intérieur à la production, grâce aux salaires qu’ils versent à leurs travailleurs et ils empêchent la déflation. C’est pourquoi ils sont nécessaires au bon fonctionnement du système productif. Ils lui fournissent des services, permettent la répartition des fruits de la productivité, et ils occupent la population par un vrai travail. Ils sont donc la deuxième face de la médaille productivité, bien que leur utilité n’apparaisse pas de prime abord.

La crise du capitalisme contemporain

Le paradoxe du capitalisme contemporain est qu’en continuant à croître, la productivité tend à détruire de nombreux emplois peu productifs et à mettre au chômage ceux qui les occupaient. Mais comme l’économie a besoin de ces emplois en raison de leur rôle de soutien à la demande, et que par conséquent de la monnaie est émise pour cela, de nombreux faux travaux, ou bullshit jobs,  se développent, suffisamment flous dans leurs objectifs pour être immunisés contre les attaques de la productivité réelle. Tout travail réellement utile, en effet, tend à être détruit par la hausse de la productivité. Inversement un travail fumeux, un bullshit job, n’a pas de raison d’être remplacé par un procédé technique plus efficace, puisqu’il se situe hors des sphères de la production objective.

Ce développement des bullshit jobs, qui est une sorte de revenu universel réel,  pose cependant des problèmes graves à l’économie d’un pays, car il joue un rôle négatif sur la productivité, notamment en coupant ses citoyens du travail et de ses bienfaits élémentaires. Il sape donc les fondements du système par lequel il est né, système qui permet le progrès matériel de tous.

Et l’on voit donc se développer concomitamment la précarité grandissante des véritables travailleurs, menacés par le chômage, mis sous pression par la concurrence et frappés par la stagnation des salaires; et la perte de sens d’individus pourtant aisés matériellement mais coupés du travail réel et de ses mécanismes essentiels d’appréhension de la réalité, comme Festivus Festivus, le héros de l’écrivain Philippe Muray, qui en est la caricature archétypale. Telle est la crise du capitalisme contemporain.

Quelles solutions à la crise?

Cette crise est profonde et touche toutes les économies riches. Elle est un chancellement du système-prix lui-même, qui pourrait demain être emportée par sa propre logique. Mais elle n’est pas une crise sans remède, et c’est la tâche des politiques de la comprendre et de la résoudre, voilà l’enjeu réelle de la présidentielle de 2017.

En un mot, il faut se donner les moyens de développer la productivité de la France. Pour cela, il faut défendre le système productif lui-même qui souffre d’un mal très grave : l’euro. L’euro, en effet, met en danger d’abord le système productif et laisse intact en apparence le secteur improductif. C’est pourquoi beaucoup d’individus issus de celui-ci croient intelligent de le défendre, car ils n’en subissent pas les conséquences immédiates. Mais il faut comprendre que le taux de change d’un pays agit d’abord sur son système productif, et c’est pourquoi l’euro affaiblit dramatiquement l’économie française par sa surévaluation.

Deuxièmement, une politique économique doit s’évertuer à organiser intelligemment la part du système improductif gérée par l’Etat. De tout façon, l’évolution de la technique conduit celui-ci à prendre en charge de nombreux emplois. Mais il devrait le faire en suivant quelques lignes directrices: empêcher les bullshit jobs, répartir les salaires qui lui incombent dans un souci d’équité, orienter les emplois qu’il gère vers des travaux réels qui peuvent procurer un bienfait à la société (notamment concernant les questions écologiques) en utilisant les possibilités du progrès technique (des infrastructures écologiques autonomes énergiquement pourraient par exemple être installées dans tout le pays, et notamment autour des petits centres urbains qui souffrent tant actuellement.) Il est clair qu’il s’agit là d’un défi considérable qui ressemble finalement à ceux qu’ont eu à affronter les pays communistes par le passé, mais c’est à notre époque que revient de penser un fonctionnement qui ne détruise pas le système-prix et procure du travail réel aux citoyens, quelle que soit leur condition. Il va sans dire que cela suppose une vision claire de ce qu’est une nation et des liens de solidarité qui l’unissent dans son histoire collective.

Troisièmement il faut repenser la question du financement de l’économie et pour cela mieux comprendre ce qu’est la monnaie moderne. Dès lors apparaîtra clairement l’absurdité du système de gestion de la dette publique par des créanciers privées tel qu’il existe aujourd’hui. Il est absolument faux de dire que les Etats sont dans la main des marchés financiers et de ses créanciers. Cette idée découle là-encore d’une incompréhension de ce qu’est la monnaie moderne. C’est l’inverse qui est vrai. Cela ne veut pas dire qu’on puisse faire n’importe quoi avec la monnaie, mais ce qui la contraint, ce ne sont pas des possesseurs de capital fantasmagoriques, ce qui la contraint est l’inflation et le taux de change, qui dépendent largement de la productivité.

Dès lors, il faut redonner à la Banque de France et peut-être à la Direction Générale des Finances Publiques les moyens règlementaires de financer les dépenses d’investissement public en prêtant à faible taux d’intérêt. Et la mesure de l’utilité et de l’efficacité de ces investissements publics, ce ne sont pas des ratios de valeur aveugles qui doivent les donner (comme aujourd’hui), mais la mesure de leur apport à la productivité réelle, mesurée en volume.

Les candidats à l’élection présidentielle

De ce tableau d’ensemble, on ne voit souvent dans l’élection en cours que les manifestations particulières.

Avec son revenu universel, Benoît Hamon a par exemple exprimé la grande crise du travail réel qui couve dans les économies riches, mais avec une solution bien mauvaise. Le revenu universel, en effet, ne fera qu’accentuer les dégâts de la disparition du vrai travail. Il pousserait ses bénéficiaires dans l’inactivité et la dépression, et finirait par avoir des effets délétères sur la société toute entière et sur son progrès général. Il pousserait à la murayisation de la société. D’ailleurs cette mesure recueille systématiquement le rejet des travailleurs, et ce fait est à étudier avec précaution.

Pour cette raison principale, mais pas seulement, sa candidature est donc sans intérêt.

Jean-Luc Mélenchon propose quand à lui un programme bien plus réaliste, avec une sensibilité sociale nettement marquée à gauche, d’une gauche qui n’a pas oublié ses liens avec les classes populaires réelles et la République, et qui pour cette raison plaît fortement à l’auteur de ces lignes. Mais cependant, de nombreux points de ce programme demeurent dans le flou, il faut bien le dire, du fait des équilibres précaires qui règnent au parti de gauche. En particulier, la vieille réticence pour les questions monétaires de franges entières de la pensée socialiste freine encore les analyses sur l’euro ou sur le système-prix, et ralentit la compréhension du capitalisme contemporain, et cela est bien dommage pour un parti peuplé d’universitaires souvent brillants, avec un candidat de caractère ayant annoncé depuis longtemps la fin du PS.

Malgré sa sympathie et son évident contact avec le monde du travail réel, ce qui n’est pas un mince avantage dans cette élection, la candidature de Philippe Poutou apparaît comme limitée dans son analyse idéologique, qui consiste à reprendre les mêmes cadres de pensée alors même qu’ils ne parviennent pas à expliquer les crises du capitalisme moderne, et ne parlent guère à ceux qui en sont victimes.

A droite François Fillon ne se relèvera certainement jamais du Penelope gate et c’est justice. Il était difficile de mieux illustrer la déconnexion du monde réel qu’avec cette affaire. L’allure de notaire de province qui l’avait fait brusquement rentrer dans le cœur de Français en mal de clarté idéologique n’y fera rien. Il est à noter, de toute façon, la faiblesse intellectuelle de son programme économique, qui tombe dans l’excès inverse de celui de Hamon. En buvant le concept de dépenses publiques en valeur tel que les économistes standard le produisent, Fillon s’avère en effet incapable de différencier l’activité d’une infirmière de celle du chargé de mission fictif d’une collectivité (ou d’un parlementaire…). Dans cette logique, l’employé fictif apparaît plus productif que l’infirmière dans les statistiques, alors que quiconque observe la réalité sait que c’est l’inverse qui est vrai. Vouloir réduire les dépenses publiques de façon idéologique, sans voir ce qu’elles recouvrent, ni les différencier dans leur nature, ni comprendre pourquoi elles augmentent, est donc aussi stupide et improductif que de vouloir attribuer un revenu universel à chacun. En ce sens les programmes de Fillon et de Hamon sont les deux faces d’une même médaille: l’aveuglement de la pensée économique mainstream devant le concept de production réelle.

Yannick Jadot, au delà des aspects irresponsables de son programme politique, semble avoir des idées intéressantes sur les investissements écologiques possibles à mener sur le territoire, et ce point est à mettre à son actif. Mais comme Hamon, Macron ou Fillon, aucune réflexion de fond n’est menée sur la gestion de la monnaie, de la dette publique, et ne parlons pas des prix et de la productivité. Bien mieux, celle-ci semble même être considérée comme un ennemi à abattre, alors qu’elle est la solution aux problèmes écologiques à résoudre. Cette erreur est due au fait que Jadot (et beaucoup d’autres dans son courant de pensée), identifient la productivité à la croissance du PIB exactement comme le font les économistes néolibéraux. Ils acceptent ce concept sans difficulté pour en tirer des conclusions générales mais fausses, au lieu de bâtir une pensée plus cohérente. Il est vrai que cela demande plus de travail et d’efforts d’analyse.

Comme souvent Nicolas Dupont-Aignan semble être le candidat le plus raisonnable de cette présidentielle, et il joint à une analyse sérieuse des problèmes posés par l’euro et de la nécessité d’en sortir, un projet d’investissement public connecté avec une réforme du financement public qui convainc. De plus son équilibre et son sérieux dans le traitement des dossiers rassure, malgré son manque de notoriété et le fait qu’il rassemble difficilement au delà de la droite dont il est issu. En fait, tout se passe comme si les Français le prenaient pour le bon élève de la classe. Chacun loue ses mérites mais sa popularité demeure plafonnée par un inexprimable sentiment.

Dans le même registre il faut saluer la candidature d’Henri Guaino qui n’hésite pas à s’émanciper de son parti pour développer un programme cohérent et courageux qui insiste à juste titre sur l’importance de l’investissement, dont on a vu qu’il était un élément essentiel de la productivité. Guaino a également pour lui d’être soutenu par le meilleur des jeunes élites françaises, mais il lui sera difficile, quand bien même il obtiendrait ses 500 signatures, d’être visible en quelques mois pour la masse des Français.

Bien plus sulfureux mais bien plus populaire, le Front National est clairement l’inconnu de cette présidentielle. S’il suscite de nombreuses réprobations morales, il faut bien admettre que son programme économique s’est beaucoup clarifié ces dernières années, en particulier sur la question de l’euro. Parce qu’il cristallise la colère mais aussi l’intérêt de larges pans des classes populaires, il s’est peu à peu forgé une analyse économique en adéquation avec les problèmes de celles-ci, alors même que son analyse théorique n’était pas très développée à l’origine. Défendant le travail et dénonçant en même temps les nombreuses atteintes au niveau de vie des travailleurs,  il est frappant de constater que ses propositions, y compris économiques, rencontrent une bien meilleure audience auprès de son électorat que celles du revenu universel de Hamon ou de la saignée dans les dépenses publiques de Fillon ou Macron. Bien-sûr, l’analyse des mécanismes économiques est  moins fine que chez Guaino ou Dupont-Aignan, les dérapages sur des sujets divers sont certes bien plus nombreux, et l’histoire du parti est bien plus inquiétante, mais en revanche l’audience est bien plus forte. Les divisions idéologiques sur l’euro montrent bien que le parti est encore soumis pour une large part à l’économie standard. En raison de sa position populiste, beaucoup de Français s’en détourneront au premier tour, mais s’il parvient au second tour, son programme économique bien plus social, efficace et adapté à l’époque que celui de Macron mettra tous les électeurs sincèrement de gauche en porte à faux vis-à-vis des classes populaires. Ils devront alors assumer de voter pour un programme anti-social et agressif contre les plus fragiles avec la seule conviction de résister à la « menace fasciste ». Mais cette menace fasciste, dans quelle mesure est-elle réelle et dans quelle mesure est-elle une comédie? C’est une question à laquelle le mandat de Donald Trump aux Etats-Unis apportera certainement des éclairages.

Enfin, il faut dire un mot sur le candidat Emmanuel Macron. Par son habileté, celui-ci est aujourd’hui devenu le favori de la présidentielle en s’étant bien gardé de révéler trop tôt son programme, celui-ci étant de toute façon décidé par la bourgeoisie qui le soutient. Aussi ne sera-t-on pas surpris d’y trouver un plan de réduction des dépenses publiques qui touchera d’abord les classes populaires et les travailleurs et laissera intacts les secteurs improductifs. Le seul aspect positif de ce programme serait peut-être le développement du secteur productif, mais là encore aucune analyse de la productivité réelle n’est faite, ce qui conduit à des erreurs de raisonnement graves comme la défense bec et ongle de l’euro qui affaiblira l’appareil productif français. Etant donnée l’évolution des opinions internationales, on serait tenté de croire que Macron va perdre l’élection mais cependant une bonne partie des Français semble comme maraboutée par le personnage. Si l’ironie de la situation n’échappe pas au premier concerné, l’important ici est que les citoyens comprennent mal les ressorts de cette popularité, et cela peut conduire Macron à la présidence de la République si les Français ne se réveillent pas à temps. Ce qu’il ferait à la tête de la France est un autre sujet d’interrogation. Mais s’il applique son programme (ce qui n’est pas assuré) ce ne serait pas la première fois dans l’histoire que la France réagit avec un temps de retard sur l’évolution mondiale, et il semble qu’une des caractéristiques de longue durée de notre pays soit de tomber plus bas que les autres avant de remonter plus haut. Comme disait Churchill : « l’Angleterre s’écroule en ordre, la France se relève dans le désordre ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.