Banque, change et monnaie : l’occasion manquée de Raymond de Roover

Raymond de Roover (1904-1972) est un historien belge francophone considéré comme une référence au sujet de l’origine du système bancaire. Ayant commencé sa vie active comme comptable puis banquier, il se passionna dans ses temps libres pour les archives de la comptabilité médiévale de Bruges, proche de la ville d’Anvers où il exerçait, puis en vint à éplucher les foisonnantes archives comptables italiennes du Moyen-âge, notamment à Florence où il vécut par la suite. Dans son article hommage[1], son collègue Henri Lapeyre note d’ailleurs que c’est dans les archives de Bruges qu’il rencontra sa femme, une professeure de philosophie américaine, avec qui il partira aux Etats-Unis, où il deviendra professeur dans plusieurs petites universités puis à Harvard. Egalement professeur à la sixième section de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes à Paris (l’ancêtre de l’EHESS) c’est à New York qu’il passe la fin de ses jours et qu’il meurt en 1972.

Son livre L’évolution de la lettre de change, XIVe – XVIIIe siècle, édité en 1953, intervient à un moment de sa vie où son œuvre, sa technique et ses connaissances historiques bien spécifiques sont déjà largement reconnues par la communauté scientifique. Aussi, Fernand Braudel lui-même lui a-t-il commandé un mémoire de synthèse sur la question de la lettre de change, afin d’offrir aux historiens un document technique complet et précis sur la question[2], qui deviendra ce livre. Raymond de Roover, dont la langue maternelle est le français, mais qui parle également l’allemand, le flamand, l’italien, l’anglais et le latin, a en effet acquis une connaissance unique des outils financiers de l’Ancien Régime. Il a accès, par sa maîtrise des langues, à un corpus documentaire extrêmement large, incluant des textes théoriques et des controverses théologiques de l’Ancien Régime, corpus qui lui confère une connaissance inégalée. Il deviendra d’ailleurs connu à Harvard pour sa maîtrise de la pensée des docteurs scolastiques du Moyen-âge, dont il montrera les liens nombreux et directs qu’ils entretiennent avec les économistes classiques, notamment sur la question de l’analyse des prix de marché. Mais en plus de cela, Raymond de Roover, comme Jean Fourastié (et comme votre serviteur), présente l’avantage d’être un praticien, venu de la comptabilité, et a donc une plus-value technique importante pour étudier les livres comptables médiévaux, qui fonctionnent selon la même logique qu’aujourd’hui.

Aussi L’évolution de la lettre de change est-il rapidement devenu la référence, et l’est encore aujourd’hui, sur cet instrument financier qui est vu, un peu abusivement à mon avis, comme le précurseur principal des instruments financiers modernes. C’est la raison pour laquelle il me fallait étudier de près ce livre pour le confronter à ma propre thèse sur l’origine comptable de la monnaie, thèse que l’ouvrage ne fait que renforcer.

Préfacé par Fernand Braudel qui annonce le style un peu abrupt de l’auteur et nous prévient que « l’heure des techniciens a heureusement et dangereusement sonné », l’ouvrage de De Roover utilise un style clair et sans faux-semblants. Louant un auteur italien, Alessandro Lattes, de Roover en appelle, dans le domaine de l’histoire de la comptabilité bancaire à « la concision, la clarté, la plausibilité dans l’interprétation des sources, l’absence de toute argumentation spécieuse ». Comme Lattes, il faut privilégier « les explications simples et logiques, si souvent les meilleures », et l’on ne peut que souscrire à ce programme. D’ailleurs, si de Roover, comme on va le voir, n’évite pas certains écueils, il faut rendre hommage, tout au long de son exposé, à la précision de ses termes et de ses explications, qui fournissent au lecteur des lumières inestimables sur le sujet étudié.

Au départ, était donc la doctrine de l’Eglise sur l’interdiction du prêt à intérêt, et l’auteur n’a de cesse de nous prévenir que cette doctrine, contrairement à ce qu’avancent un peu légèrement beaucoup d’historiens, a joué un rôle primordial dans le fonctionnement du système de crédit européen.

Dans ce contexte la lettre de change, quant à elle, fut à partir du XII ème siècle un contrat passé devant notaire impliquant quatre interlocuteurs, et définissant rigoureusement un transfert de dette payée entre les deux premiers à un endroit et remboursable par les deux autres à un autre endroit. La différence de cours du change entre les deux opérations impliquait donc un gain de change ou une perte de change, et ce gain (car c’était la plupart du temps un gain) était toléré par l’Eglise car il ne rentrait pas dans la catégorie de l’usure manifeste, étant dû à la différence inévitable de temps et d’espace des deux opérations. Dans cette fenêtre de tir, tout un monde de marchands-banquiers et de changeurs-banquiers va s’engouffrer pour dissimuler des prêts à intérêt, l’intérêt étant dissimulé dans le gain du change. D’où la circulation croissante et bientôt massive de ces lettres de change au Moyen-âge qui interpella à juste titre de nombreux historiens. Car à mesure que se répand son utilisation, le contrat de change devient de plus en plus liquide sans toutefois devenir échangeable contre un taux d’intérêt, avant le XVIIe siècle en Angleterre.

1 Des origines au XIVe siècle

Raymond de Roover montre ensuite comment la lettre de change est systématiquement utilisée, et pour lui, financée par les marchands-banquiers et les banquiers-changeurs italiens qui s’en servent sur les grandes foires européennes au 14ème siècle, qui ont émergées à Milan, Barcelone, Strasbourg, Liège, Plaisance ou Constantinople. Il n’y a pas à cette époque de banquier pur sur les places européennes, car c’est grâce au change que les banquiers se rémunèrent.

Cependant, et c’est un problème central de la pensée de De Roover, l’auteur ne semble pas voir que le cœur des opérations des marchands-banquiers n’est pas la spéculation sur les changes mais la gestion des crédits, sous la forme de délais de paiement, que rend possible l’utilisation de la partie double. Il n’aperçoit pas que ces délais de paiement sont la raison d’être des opérations des marchands-banquiers, et non pas une activité annexe au change. En fait la spéculation et la rémunération que s’offrent les marchands-banquiers avec le change leur sert à financer leurs opérations de crédit, et si les uns et les autres augmentent en quantité, c’est parce qu’ils sont non seulement un système de crédits, mais aussi et surtout une nouvelle monnaie : la monnaie moderne. De cela de Roover n’a que quelquefois l’intuition, mais jamais il ne pousse son raisonnement aussi loin que ses connaissances historiques et comptables le lui permettraient.

2 La lettre de change et le développement du marché monétaire aux XIVe XVe siècles

Ici, l’auteur montre que les contrats de change étaient aussi des opérations de crédit et que les docteurs surveillaient de près s’ils dissimulaient ou non un intérêt, et si les cours des changes n’étaient pas manipulés par les changeurs. Le cours des changes jouait donc un grand rôle dans les places où s’effectuaient les échanges et les compensations de ces lettres, et partout ces places étaient gérées par les Italiens. Certains analystes, comme Luca Pacioli, un des grands diffuseurs de la comptabilité en partie double au XVème siècle, en vinrent même à lier l’évolution du cours des changes à l’abondance ou à la rareté monétaire, c’est-à-dire, en termes modernes, à la masse monétaire. On voit que les débats de l’époque n’avaient rien de l’âge de ténèbres qu’on se plaît à imaginer dans les cours d’histoire de la pensée économique.

D’ailleurs, les gains quasiment constants que faisaient les cambistes sur ce marché des changes tendent à démontrer que la production était en croissance régulière, tout comme la masse monétaire. J’aurai l’occasion de montrer dans ma thèse comment cette régulation était l’un des rouages par lesquels la monnaie moderne, à l’époque en gestation dans la comptabilité de ces marchands-banquiers, était en fait liée à la masse monétaire métallique. A cet égard, de Roover fournit des éléments très éclairants sur ce qu’il faut bien appeler la politique monétaire du royaume d’Angleterre grâce à l’analyse d’un rapport au Parlement qu’il attribue à Gresham.

3 Les transformations du marché monétaire au XVIe siècle

Ici, l’auteur rappelle que la lettre de change ne circulait que dans la Chrétienté latine, non en Moscovie, et non en terre d’Islam. Il souligne aussi qu’il ne faut pas exagérer les innovations financières du XVIème siècle, étant donné le fait que le Moyen-âge connaissait déjà les questions de spéculations sur les devises, d’arbitrages, de parité des changes. Ce rappel est bienvenu aujourd’hui où beaucoup de travaux, faussement originaux, semblent vouloir s’évertuer à déprécier l’apport spécifiquement européen au capitalisme moderne. Comprendre sans a priori le niveau de développement de système économiques étrangers à l’Europe occidentale, en effet, ne doit pas nous faire oublier que c’est bien ici, spécifiquement dans le Nord de l’Italie, puis en Allemagne, en France, en Hollande en Angleterre et enfin aux Etats-Unis, que s’est construit le capitalisme moderne à partir de la Renaissance. Il serait stupide de le contester, mais c’est pourtant bien la voie dans laquelle de nombreux travaux à la mode semblent s’engager de façon si superficielle et idéologique, succédant ainsi aux travaux dominants en économie qui, pour leur part, continuent de voir dans la Réforme Protestante l’avènement de la raison économique, et l’origine de tout le système bancaire, avec l’action des banques d’Amsterdam et d’Angleterre. Rien n’est plus faux, rien n’est plus répété dans tous les manuels.

De Roover se focalise ensuite sur les foires d’Anvers (devenue dominante avec le règne de Charles Quint) puis de Besançon, qui voient se développer dans des proportions gigantesques l’emprise des écritures de virement de comptes à comptes par les marchands-banquiers, majoritairement italiens mais plus seulement, marchands-banquiers qui se payent grâce au change après avoir procédé à toutes leurs opérations de clearing.

Comme pour les siècles précédents, l’auteur ne parvient pas à voir que c’est là, au cœur de ces écritures de virement, que circule la monnaie moderne et que le change est seulement l’instrument qui permet de réaliser les paiements réels, en monnaie métallique. Cela me semble pour ma part incontestable, car c’est la conclusion à laquelle j’arrive par un raisonnement comptable, et je constate avec satisfaction que la description des faits historiques très précis à laquelle procède de Roover ne contredit en rien cette analyse, et même la confirme sans ambigüité. Pourquoi dès lors, l’auteur n’est-il pas arrivé de lui-même à cette conclusion ? A l’évidence la réponse est qu’il n’a pas la connaissance de l’origine technique de la comptabilité en partie double, telle que Jean Fourastié l’a pourtant présentée dès 1943, comme on peut s’en rendre compte en lisant l’article qu’il a consacré à l’histoire de celle-ci en 1937[3]. N’a-t-il jamais eu connaissance de la théorie de Jean Fourastié, comme lui devenu professeur à la sixième section de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes ? Cela paraît douteux, mais il est possible qu’il ne l’ait pas admise. A sa lecture, il faut bien reconnaître que sa propre approche de la comptabilité est davantage juridique que logique, ce qui est d’ailleurs source de nombreuses découvertes, mais qui lui empêche, contrairement à Jean Fourastié, mais à l’image de tant d’autres comptables, de saisir la logique profonde de la partie double, qui est un instrument de gestion automatisé des délais de paiement. De cette incompréhension découle l’inattention, le demi-intérêt, qu’il accorde aux virements entre comptes, et qui, je le répète, sont la raison d’être des opérations qu’il décrit.

C’est également la raison d’être de l’expansion des foires qu’il dépeint, car les banquiers-marchands ont besoin de se retrouver en un lieu où toutes leurs opérations de compensation, qui sont en fait la circulation de la monnaie moderne, puissent se réaliser.

4 La genèse de l’endossement

Convaincu de la primauté de la lettre de change dans les opérations financières d’Ancien Régime, de Roover cherche ensuite à établir à quel moment celle-ci devint endossable, c’est-à-dire à quel moment elle devint suffisamment souple pour pouvoir circuler directement d’un porteur à un autre, à l’image d’un billet de banque. Il semble que cela soit effectif vers le milieu du XVIIème siècle mais si l’on admet que la lettre de change n’était qu’un instrument, et non le cœur des opérations de crédit sous l’Ancien régime, la question perd quelque peu de son intérêt. Il n’en va pas de même pour la question de l’apparition de l’escompte, c’est-à-dire de l’introduction du taux d’intérêt.

5 La pratique de l’escompte

Ici, l’auteur souligne avec justesse que la question de l’apparition du taux d’escompte a insuffisamment retenu l’attention des historiens et des économistes, qui ont trop superficiellement chômé cette question.

Pourtant, mes propres recherches aboutissent à la conclusion que c’est la seule véritable innovation qu’a due apporter la Réforme Protestante au système de la monnaie moderne. En effet, tout laisse à penser que le système de monnaie moderne était déjà bien en place depuis le XIVème siècle et l’invention de la comptabilité en partie double par les Italiens.

De Roover date l’apparition de l’escompte au XVIIème siècle avec la Banque d’Angleterre qui, de plus, invente et diffuse le système des billets de banque. A son imitation, c’est au cours du XVIIIème siècle que l’escompte sera établi progressivement en Europe, en 1776 en France avec la création de la Caisse d’Escompte par Turgot. La Révolution et l’Empire balayeront beaucoup des anciennes banques européennes, et dans le sillage de la Banque de France, diffuseront partout l’établissement du taux d’intérêt dans la comptabilité des banques centrales.

A cet endroit de son raisonnement, de Roover semble toucher du doigt le fait que les banquiers-marchands utilisent la monnaie moderne. Il affirme que les changeurs-banquiers, en particulier, faisaient bien circuler une monnaie fiduciaire supérieure à leur encaisse métallique, créant de l’inflation, comme il en avait émis l’idée dans son livre sur la banque à Bruges[4] : « De divers côtés, on nous a critiqué pour l’avoir affirmé. (…)Nous maintenons intégralement ce que nous avons dit, en faisant remarquer qu’il ne faut pas essayer de prouver au moyen des documents ce qui n’est pas prouvable de cette manière, mais qui est une matière d’analyse et de raisonnement. »[5]

En effet, dans toute la fin de son dernier chapitre, de Roover approfondit cette question, et soutient la logique de sa réflexion avec détermination, ce qui l’amène à prouver sans conteste que l’émergence des premières banques publiques, Taula de Barcelone, Rialto de Venise, Wissembank d’Amsterdam etc., s’est faite afin de gérer pour le compte des Etats cette nouvelle monnaie fiduciaire. Il montre en particulier comment la République de Venise, dans sa guerre contre les Turcs au XVIème siècle, recourut à des techniques d’emprunt qui nous semblent très modernes : emprunts forcés auprès des fournisseurs de matériels et d’armes en créditant leurs comptes à la banque, puis, devant la dépréciation de la monnaie fiduciaire ainsi créée, rupture de la convertibilité en espèce de cette monnaie. J’observe, mais de Roover ne franchit pas ce pas, que c’est le même mécanisme que nous connaîtrons au XXème siècle au moment du financement des Guerres mondiales, ce qui n’a rien d’étonnant si l’on comprend qu’il s’agissait de la même monnaie, régie par les mêmes mécanismes de la comptabilité en partie double.

L’auteur affirme que toutes les banques publiques apparaissant aux XVIème et XVIIème siècle (à Palerme, Gênes, Venise, Milan, Rome, Amsterdam, Middlebourg, Hambourg, Nüremberg, etc.) étaient des banques de virements en écritures remplissant « les mêmes fonctions que les changeurs médiévaux dont elles suivaient les traditions ». Selon moi, c’est donc une illusion de croire que les banques d’Amsterdam et d’Angleterre représentèrent une révolution financière comme le veut un mythe tenace et trop souvent répandu parmi les économistes. A mon avis, l’évolution qui mena à la monnaie moderne fut bien plus progressive, et dans cette évolution la banque d’Angleterre n’apporta que deux réformes parmi beaucoup d’autres au cours des siècles. Mais si nous devons marquer d’une pierre blanche un moment précis de cette évolution, c’est clairement l’invention de la partie double au XIVème siècle dans le Nord de l’Italie, qui doit être choisie comme le tournant décisif de l’invention de la monnaie moderne.

De manière convaincante, de Roover détaille ce qui fut l’apport majeur de la banque d’Angleterre au XVIIème siècle : la création de l’escompte, c’est-à-dire le taux d’intérêt explicite, et non plus dissimulé dans un profit de change. Avec la mise en circulation des billets, c’est bien la chose fondamentale qu’apporta la banque d’Angleterre au système financier moderne. Cependant pendant longtemps, le système de financement par l’escompte anglais cohabita avec le vieux système continental de financement par le change. Et je pense même que ce double système perdura longtemps au XIXème siècle, à la fois sur le Continent et en Angleterre, ainsi que, surtout, aux Etats-Unis où l’escompte semble avoir tardé à pénétrer les pratiques de la FED. Mais on voit bien que si ce taux d’intérêt fluidifiait et rationalisait le système de monnaie fiduciaire permis par la partie double, il ne le révolutionnait pas. Certes, la réforme anglaise fut bientôt adoptée sur le continent et en France notamment, avec la création de la Caisse d’Escompte par Turgot en 1776, après la première tentative avortée de Law au début du XVIIIème. La Révolution et l’Empire surtout, débouchant sur la création de la Banque de France, initièrent ensuite le modèle par excellence du système bancaire européen, avec un taux d’escompte de la banque centrale limité mais bien présent.

6 Critique

Mais de Roover n’ose pas s’aventurer au-delà de la Révolution française, parce qu’il ne voit pas que le système financier qu’il a décrit, loin d’être celui d’un Ancien Régime qui aurait été remplacé entièrement par un autre, est tout simplement la base de notre monnaie moderne. De Roover n’a pas conscience de cela parce qu’il échoue à distinguer les deux dimensions de la monnaie, autrement dit parce qu’il hésite entre le concept de crédit et celui de monnaie. Ainsi, le système de monnaie fiduciaire des banquiers-marchands lui paraît être alternativement un système de crédit, ou une monnaie fiduciaire. Mais il faut choisir entre les deux ! S’il est un système de crédit, c’est qu’il est basé sur une monnaie (la monnaie métallique), mais dans ce cas il faut renoncer au terme de monnaie pour décrire ce système de crédit, en ce sens que ce système n’est pas reconnu et utilisé par les acteurs comme tel. Bien sûr dans ce cas, le système de monnaie fiduciaire moderne ne peut qu’être apparu soudainement à l’époque moderne, par exemple pendant la Révolution française ou peu après, mais de Roover est trop familier de ces questions pour être dupe de cette explication. Malgré tout, c’est la conclusion timide à laquelle arrivent ses travaux, et il se contente de mettre fin à sa description si précise en notant qu’après la Révolution, « une transformation profonde » du système bancaire a dû avoir lieu, bien que paradoxalement, et il est obligé de l’avouer, cette transformation aux proportions gigantesques n’ait jamais donné lieu à la moindre étude historique, dans un domaine qui n’en manque pas : « Ainsi, la transformation de la lettre de change en instrument négociable et escomptable aboutit à un changement plus profond de la structure même du système bancaire européen. C’est un aspect de l’histoire des banques qui, pour autant que nous le sachions, n’a pas suffisamment retenu l’attention des historiens et des économistes. »

Si cette explication n’est pas satisfaisante, c’est tout simplement parce qu’elle est fausse et qu’il faut lui en préférer une autre : le système de crédit des marchands-banquiers est la monnaie moderne. En se développant à partir de la monnaie métallique dont il est issu, il donna naissance à la monnaie moderne, fonctionnant comme un système de crédit mais n’étant plus un simple système de crédit. Aussi le système bancaire décrit par de Roover dans son livre n’est-il rien d’autre que l’émergence de la monnaie moderne, dont la partie double a permis la croissance.

Pour arriver à cette conclusion, il fallait distinguer clairement le crédit de la monnaie, en comprenant que la monnaie moderne est issue d’une forme particulière du crédit : le délai de paiement. C’est ce type de crédit, dont la partie double permet le développement, qui a permis l’apparition d’une nouvelle monnaie fiduciaire émergeant à partir d’une ancienne monnaie métallique mais dans une dimension différente, comme je le montre dans ma thèse. Mais parce qu’il ne parvient pas à les distinguer, de Roover n’arrive pas à maintenir jusqu’au bout son raisonnement. Ses connaissances juridiques, théologiques, historiques, comptables, économiques l’ont pourtant conduit à découvrir, malgré l’opposition de ses collègues académiques, le fait que c’est bien une nouvelle monnaie que géraient les marchands-banquiers dans leur comptabilité.

Mais il ne suffit pas d’affirmer cette vérité, comme mes propres recherches me conduisent à le penser, il faut aussi en tirer toutes les conséquences logiques et s’y tenir fermement, puisque c’est une vérité. On découvre alors que la monnaie que nous utilisons est née du crédit pratiqué à partir d’une autre monnaie, mais une forme particulière du crédit : le délai de paiement, systématiquement confondu dans la pensée économique avec l’autre forme du crédit : le prêt d’argent. Ce sont ces délais de paiement qui sont devenus la monnaie moderne que nous utilisons, et c’est la partie double qui a provoqué leur croissance car elle permettait, et permet toujours, leur gestion efficace. Comprendre cela conduit donc à découvrir qu’une nouvelle monnaie en a bien remplacé une autre, mais une nouvelle monnaie fonctionnant dans une autre dimension, sur un autre plan, ce qui peut être montré clairement à partir de la comptabilité.

Mais je présente là les idées directrices de ma thèse, et le livre de De Roover, pour sa part, ne va pas jusque-là. Sans doute en raison d’un mode de réflexion plus juridique que logique, il ne fait que pressentir les origines de la monnaie moderne et, en se focalisant sur l’instrument de financement et d’utilisation juridique de cette monnaie nouvelle que constitue la lettre de change, il manque finalement l’essentiel, le site de cette monnaie, c’est-à-dire la comptabilité elle-même des marchands-banquiers. De là l’impression décevante que laisse la conclusion, puisqu’il déclare que le résultat fondamental de sa recherche est seulement que la lettre de change n’était pas escomptable avant le XVIIème siècle en Angleterre… Il venait pourtant de toucher du doigt l’origine même de la monnaie moderne.

Il reste que par l’ampleur de son savoir, sa rigueur et la multiplicité de ses sources, de Roover reste un incontournable et passionnant penseur de l’histoire de la banque, de la comptabilité, de la monnaie et du capitalisme, dont je compte bien continuer à lire l’œuvre en entier.

[1] L’œuvre de Raymond de Roover, Henri Lapeyre, Revue d’histoire économique et sociale, Vol. 53, 1975.

[2] L’œuvre de Raymond de Roover, Henri Lapeyre, Revue d’histoire économique et sociale, Vol. 53, 1975.

[3] Aux origines d’une technique intellectuelle : la formation et l’expansion de la comptabilité à partie double. Raymond de Roover, Annales d’histoire économique et sociale, 1937.

[4] Money, Banking and Credit in Mediaeval Bruges. Italian Merchant-Bankers, Lombards and Money-Changers. A Study in the Origins of Banking, Cambridge (Mass.), 1948.

[5] L’évolution de la lettre de change, XIVème-XVIIIème siècle, Raymond de Roover, 1953, Editions Jean Touzot, p. 135


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.