Troc et monnaie en Russie pendant la transition : à propos d’un article de Jacques Sapir

Dans son article intitulé « Troc, inflation, monnaie en Russie, tentative d’élucidation d’un paradoxe »[1], écrit en 2002, Jacques Sapir revient sur un des phénomènes les plus intéressants de l’histoire économique récente : le développement du troc en Russie dans les années 90 en pleine période de transition et alors que l’inflation diminue. Cet article intéresse mes propres recherches de thèse sur l’existence de différentes dimensions de la monnaie.

Jacques Sapir insiste sur le fait que ces évolutions économiques, qu’il a pu observer directement en Russie à l’époque, représentent un défi pour la pensée économique et monétaire. En effet, le développement du troc n’est pas a priori attendu par la théorie économique en période de diminution de l’inflation, ce qui démontre bien entendu les failles de cette théorie, tout du moins d’une certaine théorie économique. Dans le sillage de Say et Ricardo, il rappelle que la pensée néo-classique a toujours tendu à nier l’importance et la spécificité de la monnaie, de même que les monétaristes, et jusqu’à des auteurs plus institutionnalistes et plus pertinents comme Hayek, qui a aussi pensé le troc comme la conséquence de désordres monétaires. Les auteurs hétérodoxes eux-mêmes, Marx et Keynes au premier chef, ont eu pour leur part tendance à considérer l’économie monétaire comme l’affirmation de la modernité économique, dans une perspective évolutionniste, voire, parfois, téléologique. Mais Jacques Sapir souligne que cette vision est à son tour porteuse d’incohérences et ne permet pas d’expliquer la permanence, ou la résurgence, de formes d’organisations économique non monétaires, comme le troc en est l’exemple, et qui existent non seulement en Russie mais aussi dans les pays occidentaux. Il ajoute : « Cette double polarité, fondamentalement insatisfaisante, traduit une difficulté intrinsèque de l’économie à penser la monnaie »[2]. On ne saurait mieux traduire l’état actuel de la pensée économique.

Il définit alors le troc tel qu’il s’est développé en Russie dans les années 90 : « Outre des transactions en nature, ou par l’intermédiaire d’instruments financiers, (les weksels) non compensables en monnaie, on a vu se développer l’usage d’instruments monétaires alternatifs à la monnaie nationale : usage du dollar, mais aussi de weksels émis cette fois par des banques régionales et circulant comme une véritable monnaie alternative ».[3] De plus, ce développement du troc, et c’est là le point fondamental, se développe en période de diminution de l’inflation : « Le phénomène incontestablement le plus paradoxal, réside dans le développement du troc au sein des échanges interentreprises et ce, alors que le rythme de l’inflation allait diminuant ».[4]

Après avoir souligné que le troc interentreprises existait déjà dans la période soviétique, au moins depuis les années 30, et de façon massive juste avant la fin de l’URSS, il montre que le troc a fortement baissé au moment de la libéralisation des prix en 1992, puis s’est mis à remonter progressivement à partir de 1993, quand l’inflation a baissé. Cette baisse de l’inflation, il faut le rappeler, a correspondu à l’application des principes les plus extrêmes de l’austérité budgétaire et de la restriction monétaire à la Russie sous la direction des économistes internationaux chargés de la transition. Il faut se souvenir que cette politique conduisit à l’époque à un désastre économique et social qui était aussi un désastre politique, car les structures mêmes de l’Etat étaient mises en question. Les objectifs de cette politique « de stabilisation » visaient en fait à stabiliser, exclusivement, l’inflation, quitte à déstabiliser les autres variables économiques et institutions du pays. Elle conduira en 1998 au krach russe, au défaut sur la dette et à la dévaluation menés par Evgueni Primakov, au redressement de l’économie russe puis à l’élection de Vladimir Poutine, dès lors considéré par la population comme un antidote aux potions néolibérales occidentales. Mais en tout cas, Jacques Sapir explique que c’est bien pendant cette période de diminution de l’inflation que le troc s’est de nouveau développé en Russie, et il cherche à tirer toutes les conséquences théoriques de ce paradoxe, ce qui n’est généralement pas fait par les économistes.

Il établit dans plusieurs tableaux que la part du troc dans le commerce interentreprises total est de 50% en 1998, à quoi il faut ajouter les billets à ordre non remboursables en monnaie, les weksels, qui représentent environ 10% de ce commerce en 1998.

Après avoir démontré la faiblesse des arguments des théories dominantes, pour expliquer ce phénomène, il insiste sur l’étonnante propension que les défenseurs de ces théories ont à accuser les directeurs d’entreprise russes de ne pas jouer le jeu de l’économie libérale, d’être figés dans des réflexes de la période soviétique, de « saboter » la politique libérale : « Pour qui connaît l’usage et les tréfonds du mythe de saboteur dans le système soviétique, cela ne manque pas de sel. »[5] Cette attitude traduit en réalité une incapacité à expliquer correctement la réalité.

Il montre ensuite que les explications alternatives, comme celle basées sur le problème de la confiance des transactions et du risque de défection, avancées par Dalia Marin[6], sont déjà plus convaincantes. Puis, surtout, il montre que c’est l’impact des politiques économiques, par la contrainte budgétaire et la contrainte de liquidités excessives qu’elles induisent, qui conduisent à cette situation. Ces politiques provoquent de véritables pénuries monétaires dans certaines régions, faisant monter les risques de défection contractuelle et poussant les agents à s’organiser hors du circuit monétaire classique. Il conclue logiquement : « Une politique monétaire fortement restrictive est strictement incompatible avec la création d’un système bancaire efficace. »[7] En revenant à Simmel, pour qui la monnaie permet de réduire les coûts de transaction et de s’adresser à un inconnu parfait, il montre qu’au contraire, dans le cas russe, le troc a pu avoir des avantages en ce qui concerne l’instauration d’un espace de confiance que n’assuraient plus les autorités.

Ces observations de la réalité économique russe l’amènent ensuite à interroger la théorie monétaire et ses failles, en opposant deux auteurs : Von Mises et Weber. L’un, Von Mises, considère les prix comme le résultat du calcul d’agents rationnels. L’autre, Weber, met à jour l’existence de deux formes de rationalité, la formelle et la substantielle, contredisant concrètement par l’observation sociologique la théorie de Von Mises. Weber insiste sur la combinaison dans la réalité des prix de type « calcul de marché » et des prix dépendants de la distribution des pouvoirs et de l’enchâssement des institutions.

En utilisant ces théories, Jacques Sapir montre alors qu’il est nécessaire de penser la monnaie dans sa relation aux institutions, car c’est finalement cette relation qui définit le fonctionnement de l’économie. D’ailleurs, si l’analyse wébérienne ne suffisait pas, il insiste sur le fait que les cadres du calcul rationnel des prix cher à Von Mises ont explosé avec les résultats récents de chercheurs en psychologie expérimentale, qui montrent que la structure des préférences des agents sont fondamentalement instables, et qu’ils usent par ailleurs d’une rationalité limitée dans leur action quotidienne, comme l’a montré Herbert Simon, et non d’une rationalité omnisciente. Citant Shackle, il montre que les phénomènes de thésaurisation ou de fuite vers la liquidité que celui-ci a décrit échappent en fait aux théories de Say et de ses continuateurs. Pourtant, ajoute-t-il, « la compréhension de ces phénomènes permet de comprendre la crise d’une économie capitaliste non comme le produit d’un déséquilibre, mais comme celui d’une rupture fondamentale de cohérence, point sur lequel il y a bien convergence entre Marx et Keynes »[8]. On ne saurait sous-estimer l’importance de cette remarque pour la théorie économique. Appliquée au problème du troc en Russie, cela amène à formuler le problème de la façon suivante : « il devient clair que certaines dynamiques du passage au troc sont initiées pour des raisons similaires à celles conduisant aux monnaies de substitution » [9]. De même : « la présence et du troc et des monnaies de substitution, renvoie au degré de cohérence qui peut exister entre les rapports de force tels qu’ils sont exprimés dans les prix monétaires et la configuration réelle du pouvoir des acteurs »[10]. Il me semble qu’on retrouve dans ce mode de réflexion l’héritage de la théorie de la régulation, qui voit dans les prix la synthèse des rapports de force et des configurations institutionnelles d’une économie donnée. Cependant, Jacques Sapir va plus loin que la plupart des régulationnistes car il montre que l’institution monétaire, y compris dans des économies modernes, peut-être elle-même soumise à des transformations conceptuelles résultant de rapports de force politiques, là où la plupart des autres auteurs voient dans la monnaie un instrument définitif et achevé qui impose sa logique à toute la société. Le livre théorique de Jacques Sapir, en grande partie issu de son expérience de la transition russe « les trous noirs de la science économique », paru en 2000, porte d’ailleurs la trace de cette divergence à travers la critique acérée et efficace qu’il fait de « l’essentialisme monétaire » porté par exemple par Aglietta et Orléan[11].

Pour conclure, il montre que le défaut sur la dette russe et la dévaluation du rouble, menée à partir de 1998 par Primakov, qui a permis à la Russie de sortir de la crise et de renouer avec la croissance, a conduit à une diminution spectaculaire du troc : « Les instruments monétaires régionaux ont pratiquement disparu dans les trois mois qui ont suivi la crise et, fait encore plus intéressant, la part du troc dans les échanges a commencé à décroître de manière significative »[12]. Cette évolution confirme donc bien que c’est la politique économique générale qui était le principal générateur du troc. Le desserrement de la contrainte monétaire, permis par la dévaluation du rouble, a diminué le recours à celui-ci tout comme aux monnaies de substitution. La profitabilité des entreprises s’est reconstituée, le gouvernement de Vladimir Poutine a œuvré pour une meilleure discipline de paiements des agents, et cela a eu un impact global sur l’économie russe : « Cette politique a eu une forte crédibilité car elle s’est appuyée sur un basculement des représentations politiques mettant au premier rang la reconstruction de l’Etat. [13]» L’amélioration de la balance commerciale, l’accroissement de la liquidité, ont donc joué un rôle positif par la suite qui ont conduit à la forte diminution du troc et au retour à la croissance et à l’investissement. En conclusion, Jacques Sapir insiste sur l’importance centrale, au plan méthodologique, d’une théorie monétaire qui tienne compte des institutions et inversement, comme le prouve l’analyse de la transition russe, qui est pourtant généralement occultée par la pensée économique.

Cet article me semble essentiel à plus d’un titre. D’abord, parce que comme les travaux les plus intéressants en économie, il est le produit d’une confrontation entre une très grande connaissance  théorique et une observation détaillée de la réalité. Cette confrontation produit une interrogation permanente entre théorie et réalité qui entraîne un progrès évident de l’analyse. Cette remarque peut sembler d’une banalité évidente, mais il faut pourtant rappeler que beaucoup de recherches ne répondent pas à ce critère. Il existe beaucoup de travaux purement théoriques ne se confrontant jamais à la réalité, et cherchent au besoin à tordre les faits pour les faire correspondre, et la théorie de l’équilibre générale est une telle théorie. Il existe d’autre part des observations des acteurs de terrain qui ne tirent jamais les conséquences théoriques de leurs observations, soit parcequ’ils n’en connaissent pas les enjeux, soit parce qu’ils ne le veulent pas. Ici au contraire, Jacques Sapir relève un paradoxe, le paradoxe du développement du troc en période de diminution de l’inflation, et plutôt que d’oublier ce fait ou d’en donner une explication superficielle pour préserver la structure théorique, il pose au contraire la question des conséquences théoriques de ce paradoxe. L’histoire de la science nous montre que ce sont souvent les faits divergents, ceux qui ne collent pas à une théorie, qui permettent de faire progresser celle-ci.

Jacques Sapir questionne donc dans cet article la théorie monétaire elle-même, y compris la meilleure théorie monétaire hétérodoxe, telle qu’elle a pu être développée par son ancien directeur de thèse Michel Aglietta, en montrant que l’expérience russe représente un défi pour cette théorie puisqu’elle a prouvé que les institutions étaient en mesure de transformer la nature de la monnaie lors d’une crise, sans que nous comprenions vraiment comment. Cela prouve que la monnaie ne peut pas être pensée seule, comme une institution dominant les autres sans que les autres institutions ne puissent influer sur elle. Au contraire, ce que nous observons, c’est qu’en cas d’application d’une politique monétaire incohérente avec  les autres institutions, ce ne sont pas les institutions qui se transforment, mais le concept de la monnaie lui-même qui se fissure. Telle est l’observation fondamentale de cet article, en forme de critique adressée tant à l’économie néo-classique qu’à tous les économistes parfois hétérodoxes et profonds que Jacques Sapir nomme les essentialistes monétaires.

Ces analyses ont été développées plus largement encore dans les trous noirs de la science économique et introduisent une méthodologie nouvelle pour les économistes :

“La gestion de la monnaie ne doit donc pas viser sa neutralisation, mais la cohérence entre la norme monétaire et les autres normes qui l’entourent et lui donnent sens, comme la structure de répartition des revenus que l’on considère souhaitable, ou le niveau et le rythme des dépenses publiques. Comme toute action économique, la politique monétaire ne saurait être entièrement prévisible. Mais parce qu’elle s’inscrit dans un ensemble qui la dépasse et sans lequel elle n’a pas de sens, ses conséquences ne sauraient être évaluées sur des critères monétaires, voire simplement économiques.”[14]

C’est le programme de recherche qu’ouvre ces observations dans lequel mes travaux sur la monnaie s’inscrivent. Un de mes résultats de recherche essentiel, pour comprendre et définir correctement ce qu’est la monnaie, est de bien voir qu’elle n’est pas une institution stable et définitive conceptuellement. D’une part, la théorie monétaire d’aujourd’hui ne parvient pas à expliquer correctement le fonctionnement actuel de la monnaie, notamment son rapport à la finance, et l’histoire de la monnaie elle-même demeure incohérente. Mais d’autre part, la monnaie actuelle se transforme encore aujourd’hui, notamment sous la pression de la finance, et ces transformations sont le résultat de rapports de force institutionnels et sociaux que la pensée économique, qui ne veut pas voir ces incohérences, laisse dans l’ombre.

A ce titre, le paradoxe identifié par Jacques Sapir dans cet article me semble particulièrement intéressant, parce qu’il met en évidence cette transformation conceptuelle possible de la monnaie sous l’emprise de contraintes macroéconomiques. La montée du troc en Russie est certes édifiante à cet égard, mais plus intéressante encore pour ma thèse est la montée des weksels, ces bons à payer non remboursables en monnaie, qui représentaient environ 10% du commerce inter-entreprises en Russie en 1998. Car ces bons à payer sont selon moi une illustration parfaite de l’émergence d’une nouvelle monnaie à partir d’une autre, en période de restriction monétaire, et à partir de la comptabilité des entreprises privées. Ces weksels, fondamentalement, m’apparaissent comme des promesses de paiement qui, en circulant, commencent à acquérir la fonction d’une monnaie nouvelle, se substituant à la monnaie officielle en raison de la pénurie de celle-ci. Ce schéma est le schéma typique de l’émergence d’une nouvelle monnaie, circulant dans une nouvelle dimension, à partir de promesses de paiement[15]. C’est exactement le mouvement à l’œuvre dans l’apparition de la monnaie moderne à partir du 14e siècle en Italie dans la comptabilité des marchands-banquiers. A l’époque, c’est la pénurie de monnaie induite par l’interdiction du prêt à intérêt par l’Eglise qui provoqua cette émergence, et c’est bien encore une pénurie monétaire due à l’application excessive d’une politique monétariste qui le provoqua en Russie dans les années 90. Quand la restriction monétaire est trop forte pour un système productif donné, une monnaie nouvelle peut se reconstituer à partir des promesses de paiement des entreprises privées, car ces promesses sont en réalité l’origine de la monnaie.

Au Moyen-Age, cette contrainte a été si constante et si durable qu’elle a débouchée en Italie sur l’invention d’un système de gestion très efficace de ces promesses de paiement : la comptabilité en partie double. C’est à partir d’elle que l’énorme masse des lettres de change, puis les billets de banque et enfin la monnaie de crédit moderne elle-même, ont émergé au long des siècles.

J’essaierai aussi de démontrer que la politique monétariste de lutte contre l’inflation dans les années 1980 dans les pays occidentaux (qui s’est poursuivie alors que les pics inflationnistes des années 70 étaient dus essentiellement aux chocs pétroliers) a également conduit à une pénurie monétaire relative, et cette pénurie a entraîné le développement et la circulation des promesses de paiement sur les marchés financiers comme un substitut à cette restriction monétaire excessive. C’est là généralement un angle mort de l’analyse économique, mais cette conception permet d’expliquer le développement des marchés par une « rupture de cohérence » dans les institutions économiques due au monétarisme, qui a produit une modification du fonctionnement de la monnaie elle-même. Il peut paraître surprenant d’avancer que dans les pays les plus développés, la monnaie soit en train de se transformer conceptuellement par la faute du monétarisme, mais c’est pourtant bien la réalité concrète devant laquelle nous place l’évolution des marchés financiers. Car les marchés, comme les lettres de change du Moyen-Age ou les weksels des entreprises russes, sont largement une nouvelle monnaie en gestation, émergeant à partir de créances en circulation dans la comptabilité des chambres de compensation : une shadow money, comme la définissent avec justesse les économistes de l’Institute for New Economic Thinking.[16]

Mais dans le cas russe, cette contrainte monétaire ne s’est exercée que sur quelques années, raison pour laquelle l’émergence a été embryonnaire et a disparu quand une politique monétaire plus raisonnable a été menée. J’ignore d’ailleurs si les entreprises russes se servaient de la comptabilité en partie double pour gérer au quotidien la bonne compensation des weksels, c’est là une possibilité très vraisemblable, mais elle demanderait confirmation. Il me semble voir dans l’expérience russe une parfaite illustration du cas historique que je décris dans ma thèse, et qui me conduit également à la nécessité de redéfinir la monnaie au plan conceptuel. C’est pourquoi les conclusions méthodologiques de l’article ainsi que des Trous noirs de la science économique me semblent marquer un progrès essentiel dans la théorie économique.

La pensée monétaire n’a pas atteint un développement définitif, et cela explique les nombreuses difficultés théoriques que les économistes rencontrent pour décrire la réalité monétaire et financière présente. Seule une compréhension de l’enchâssement de la monnaie dans les autres institutions sociales et économiques peut permettre de progresser dans sa définition, telle est la leçon précieuse et fondamentale que Jacques Sapir déduit de son observation profonde de l’économie russe.

[1] Paru dans l’ouvrage La transition monétaire russe. Avatars de la monnaie, crise de la finance (1990-2000). Sous la direction de Sophie Brana, Mathilde Mesnard et Yves Zlotowski, L’Harmattan, collection « Pays de l’Est », 2002.

[2] Troc, inflation et monnaie en Russie : tentative d’élucidation d’un paradoxe. Jacques Sapir, in La transition monétaire russe. Avatars de la monnaie, crise de la finance (1990-2000). Sous la direction de Sophie Brana, Mathilde Mesnard et Yves Zlotowski, L’Harmattan, collection « Pays de l’Est », 2002, p. 50.

[3] op.cit. ; p. 50

[4] op.cit. ; p.51

[5] op.cit. ; p. 60

[6] Trust vs Illusion : What is Driving Demonetization In Russia ? D. Marin (2000), Discussion papers Series, n°2570, CEPR, Londres, septembre.

[7] Troc, inflation et monnaie en Russie : tentative d’élucidation d’un paradoxe. Jacques Sapir,  in La transition monétaire russe. Avatars de la monnaie, crise de la finance (1990-2000). Sous la direction de Sophie Brana, Mathilde Mesnard et Yves Zlotowski, L’Harmattan, collection « Pays de l’Est », 2002, p. 64.

[8] op.cit. ; p. 74

[9] op.cit. ; p. 74

[10] op.cit. ; p. 75

[11] Les trous noirs de la science économique, Essai sur l’impossibilité de penser le temps et l’argent, Jacques Sapir, édition augmentée d’une préface, Editions du Seuil, p. 245-260.

[12] Troc, inflation et monnaie en Russie : tentative d’élucidation d’un paradoxe. Jacques Sapir,  in La transition monétaire russe. Avatars de la monnaie, crise de la finance (1990-2000). Sous la direction de Sophie Brana, Mathilde Mesnard et Yves Zlotowski, L’Harmattan, collection « Pays de l’Est », 2002, p. 76.

[13] op.cit. ; p. 77.

[14] Les trous noirs de la science économique, Essai sur l’impossibilité de penser le temps et l’argent, Jacques Sapir, édition augmentée d’une préface, Editions du Seuil, p. 279-280.

[15] Voir l’article que je consacre à cette question sur mon carnet hypothèses : https://monnaieprix.hypotheses.org/245

[16] Voir leur site internet, largement consacré à cette question : https://www.ineteconomics.org/perspectives/blog/towards-a-theory-of-shadow-money


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.