La violence de la monnaie (Aglietta-Orléan) : les failles théoriques d’un livre référence.

La violence de la monnaie, paru en 1982, écrit par Michel Aglietta et André Orléan, est un livre référence dans la pensée économique, pas seulement hétérodoxe. S’il constitue à l’origine une critique en profondeur du monétarisme, c’est avant tout parce que celui-ci, comme beaucoup de courants économiques, fait l’impasse sur l’analyse qualitative de la monnaie, trou noir que vient en quelque sorte brillamment combler l’ouvrage, qui demeure pour cela essentiel. Cependant, comme nous allons le voir, tout en reconnaissant ses qualités singulières, on peut faire de sérieuses critiques sur les failles théoriques du livre. Dans cet article, l’ouvrage sera d’abord présenté en suivant sa progression dans une première partie, puis la deuxième partie sera consacrée à sa critique, notamment à ses définitions erronées de la monnaie et de la finance, et enfin aux zones d’ombres dans lesquelles il laisse l’histoire de l’origine des Banques centrales.

Le livre, est préfacé par un Jacques Attali encore en guerre contre le néolibéralisme, et celui-ci rend hommage au travail des auteurs, n’hésitant pas à dénoncer « les dogmatiques politiques monétaires autonomes qui font aujourd’hui tant de mal aux nations qui les emploient »[1], et voyant (à raison) dans le livre un antidote à cette pensée ! On est loin du défenseur acharné de l’euro et de l’indépendance de la BCE qu’est aujourd’hui Jacques Attali.

Première partie de l’ouvrage

En introduction, Michel Aglietta et André Orléan reviennent sur le problème théorique que pose la définition de la monnaie, sur l’importance fondamentale de cette question pour la théorie économique, et sur l’aveuglement complet de la théorie néo-classique à ce sujet. D’emblée, ils posent que « la monnaie n’est pas une réalité homogène »[2] (et nous verrons plus loin la profondeur de cette affirmation), ce qui requiert pour la comprendre l’analyse théorique la plus précise. Pourtant, face à cette problématique centrale, la théorie classique demeure silencieuse. Pire, elle évacue la monnaie de son corpus théorique, et en fait une chose sans importance sur l’économie réelle, un voile pour reprendre le terme malheureux de Jean-Baptiste Say. D’autre part, les modèles économétriques, et les approches quantitatives en général, s’avèrent incapables « de saisir la nature des problèmes monétaires »[3], et notamment les rapports ambigus que celle-ci entretient tant avec l’Etat qu’avec l’économie privée. Ni Milton Friedman pour les monétaristes, ni Friedrich Hayek pour les néolibéraux institutionnalistes, ne parviennent à rendre compte correctement de ces questions monétaires, pas plus d’ailleurs que pour les désordres monétaires internationaux. En introduction, c’est donc à un constat d’échec quasi-général que se livrent les deux auteurs, constat qui s’adresse également aux approches hétérodoxes. Ainsi notent-ils avec pertinence : « la gravité et la récurrence des problèmes monétaires jettent un défi que l’économie politique a été incapable de relever. »[4]

Face à cette situation, les auteurs insistent sur le fait qu’il n’est pas possible de recourir à des approches purement quantitatives de la monnaie, du fait des limites de celles-ci. Il va de soi cependant, qu’ils n’ont pas une vision obtuse des méthodes quantitatives, en particulier des statistiques et de l’économétrie, et ils les utiliseront d’ailleurs à l’occasion dans leur ouvrage, notamment dans les chapitres 6 et 7. Les deux auteurs sont d’ailleurs tous deux des statisticiens de formation, ayant fait leurs classes à Polytechnique et à l’ENSAE, l’école nationale de la statistique en France. La critique qu’ils formulent contre les méthodes quantitatives appliquées à la théorisation de la monnaie n’est donc pas le fait d’une critique naïve, ou hostile à la formalisation mathématique, mais bien le résultat d’une nécessité théorique.

En fait, c’est clairement par le recours à la pluridisciplinarité que les auteurs cherchent à définir la monnaie en élaborant une nouvelle théorie de la valeur. Contre l’homo oeconomicus néo-classique, c’est donc à une « théorie structuraliste de la monnaie »[5] qu’en appellent les auteurs, qui combinerait les approches philosophique, psychanalytique, sociologique, historique pour comprendre la monnaie en en faisant d’abord la généalogie. Par cette méthode, c’est la violence qu’on trouve à la racine de la monnaie, et la volonté d’accaparement, et c’est la pensée de René Girard qui donne les clés de l’ordre marchand, parce qu’il indique ses fondements. D’où les deux parties du livre : d’abord une théorie générale du système monétaire, ensuite une confrontation du modèle ainsi construit aux faits historiques.

Chapitre 1

Dans le premier chapitre, les auteurs cherchent à établir cette nouvelle théorie de la monnaie. Très influencés par la distinction de Marx entre valeur d’échange et valeur d’usage, ils jugent néanmoins que celui-ci n’a pas décrit le désir qui était à l’origine de la valeur marchande et, dans une réflexion où l’influence de Freud n’est pas absente, ni sans doute celle de Sartre, c’est avant tout à René Girard qu’ils font constamment référence. Celui-ci ayant décrit, notamment à partir de la littérature française du 19e siècle, le jeu du désir et de la rivalité mimétiques comme étant le secret que le romantisme masque et que les meilleurs écrivains révèlent dans leur œuvres, Aglietta et Orléan appliquent cette théorie à la monnaie. Pour eux Girard apure l’œuvre de Marx et permet d’aller au plus profond de l’origine de l’institution monétaire. Car la monnaie est bien une institution, c’est-à-dire le résultat du choc de désirs contradictoires et rivaux, qui par son existence permet une médiation de la violence à travers l’existence d’une souveraineté. C’est pourquoi, pour eux, la monnaie est « le processus par excellence de socialisation des sociétés marchandes. »[6]  Chacun désire l’être, c’est-à-dire imite le désir de l’autre mais, quand cette réalité trompeuse du désir mimétique est découverte, puisque rien ne se trouve dans le désir d’autrui qu’un autre désir d’imiter, alors ce désir flotte et ne parvient pas à fixer son objet, il peut laisser place à une rivalité meurtrière, parce que chacun désire se venger sur l’autre de sa propre illusion. C’est ici qu’un objet s’interpose entre les rivalités mimétiques et, en détournant la violence de la rivalité meurtrière vers la simple volonté d’accaparement, permet en fait de gérer socialement cette violence. Cet objet est la monnaie. Pour Aglietta et Orléan, les deux concepts marxiens de la valeur d’usage et de la valeur d’échange sont en fait deux pôles du désir entre lesquels le rapport d’échange oscille jusqu’à se détruire. Seule l’apparition de la monnaie permet la transmutation de la violence originelle en une institution souveraine. Dès lors, la violence unanime se concentre sur l’objet exclu, qui devient aussi un équivalent général pour toutes les marchandises. La croyance de tous dans l’institution monétaire est alors instaurée, et l’occultation des origines du mythe apparaît.

A partir de ce schéma, Aglietta et Orléan montrent par quelle articulation cette institution nouvelle qu’est la monnaie fait retour sur la violence qui l’a fondée en décrivant en détail les trois fonctions de la monnaie : unité de compte, moyen de circulation, moyen de réserve. Ils montrent aussi que les théories monétaires classiques, quantitativistes ou mécanistes, sont incapables de saisir cette articulation des trois fonctions de la monnaie parce qu’elles occultent largement le désir à l’œuvre dans ce processus institutionnel, ou le considèrent comme stable, comme dans la théorie néo-classique. Finalement, ils insistent sur le fait que pour soutenir cette souveraineté monétaire, et malgré la concession d’une certaine autonomie aux monnaies de type privée, il faut une puissance politique.

Chapitre 2 

Dans le deuxième chapitre, certainement celui où la puissance de leur théorie est la plus évidente, Aglietta et Orléan introduisent une distinction fondamentale entre deux formes possibles de systèmes monétaires : le système homogène ou centralisé, et le système fractionné.

De manière générale, ils affirment que la forme d’organisation monétaire, contrairement à l’image mythique que s’en font les libéraux, n’est jamais fixe mais toujours soumise à des formes transitoires, précaires, et à des rapports de force qui cherchent à la transformer. Cette idée essentielle court d’ailleurs avec une grande pertinence tout au long de l’ouvrage et constitue la critique la plus incontestable contre le néo-monétarisme de Milton Friedman, en passe de s’imposer au moment de l’édition de l’ouvrage. Ils montrent en fait que la folie de la rivalité des désirs mimétiques d’accaparement et l’impossibilité de les réaliser conduisent à l’exclusion de l’objet monétaire du jeu social, et par suite à sa divinisation, c’est-à-dire à son institutionnalisation. La richesse devient le désirable absolu.

S’ensuit une définition du système homogène, qu’on peut qualifier de système monétaire classique organisé autour d’une banque centrale émettrice de monnaie, et du système fractionné qu’on peut considérer comme représentant les marchés financiers. Le système hiérarchisé est alors le système qui unifie et organise ces deux formes d’organisation de la monnaie, et correspond largement à ce qu’on trouve dans la réalité.

Le système homogène est défini comme le système où le financement de l’économie est assuré directement et exclusivement par la banque centrale. La monnaie est alors unique, sa définition est reconnue par tous les agents économiques, c’est un principe achevé. De façon tout à fait logique, les auteurs recourent à une définition de ce système à partir des cadres de la comptabilité en partie double, puisque ce sont ces cadres qui définissent seuls la monnaie. Ils décrivent ce système comme répondant aux écritures comptables suivantes [7]

Où U(t) représente les dettes du client vis-à-vis de l’institution d’émission centrale et A(t) la monnaie qu’il possède dans cet institut.

De façon plus détaillée, et plus intéressante, ils présentent ensuite une définition comptable de ce système monétaire de la façon suivante[8] :

Ici le système homogène est présenté comme permettant l’articulation monétaire entre deux agents i et j. Parce que j possède de la monnaie centrale A(j), i peut s’endetter grâce au titre U(i). La banque agit donc comme un intermédiaire qui empêche la violence directe de la relation de financement i/j telle qu’elle aurait lieu dans le système fractionné, c’est-à-dire sur un marché financier. Autant la première écriture est incontestable, autant celle-ci est beaucoup plus ambigüe et très critiquable au plan comptable, j’y reviendrai en détail dans l’analyse des failles théoriques du livre à la fin de ce texte.

Les auteurs définissent ensuite le système fractionné, autrement dit le système de financement des marchés financiers. Ce système est celui où débiteurs et créanciers sont directement mis face à face à travers l’existence d’une créance V(i,j). Ainsi comptablement, ils définissent le système fractionné comme l’écriture suivante[9] :

I, qui n’est pas explicitement défini, est en fait l’investissement, donc la dépense que doit réaliser i grâce à l’emprunt qu’il a obtenu de j. Là encore nous reviendrons dans la critique sur ce qu’a de contestable cette présentation. En tout cas ce système, s’il permet la communication directe entre les deux agents, peut présenter des problèmes de bouclage en cas de défaut de paiement.

Enfin, les auteurs présentent le troisième système monétaire, qui est en fait la synthèse entre les deux premiers : le système hiérarchisé. Il s’agit ici d’« un système de différences qui prend une forme pyramidale et stratifiée »[10]. Le système hiérarchisé inclut donc bien deux formes d’organisations monétaires et les articule en un tout qui constitue la réalité monétaire complète, réalité toujours placée sous tension entre ses deux composantes. En raison de failles théoriques dans la définition de la monnaie, comme nous allons le voir dans la critique, cette distinction entre les deux systèmes monétaires est en fait difficile. Les auteurs n’arrivent pas à en définir précisément les contours, et pourtant ils en sentent la nécessité théorique pour expliquer la réalité. Ainsi affirment-ils par exemple : « on ne saurait déterminer a priori la forme précise du système hiérarchisé, le poids respectif qu’y ont le fractionnement et la centralisation, ni les relations qui les expriment »[11] . En réalité, les auteurs hésitent pour définir la monnaie du système fractionné, c’est-à-dire la monnaie des marchés financiers, tantôt ils la décrivent telle qu’elle est : « une forme monétaire en devenir »[12], distincte donc de la monnaie du système homogène elle-même ; tantôt ils l’identifient complètement à cette monnaie officielle : « il n’y a qu’une différence quantitative »[13]. Cette hésitation, dont je montrerai qu’elle n’a rien d’anecdotique et révèle des failles théoriques profondes, se résume en quelque sorte dans l’utilisation récurrente du terme d’« ambivalence », pour qualifier la monnaie. On verra que si leur théorie est problématique, c’est parce qu’elle est une réponse inadaptée apportée à un problème central et parfaitement identifié par leur livre, au contraire de nombreux travaux économiques : le problème des dimensions de la monnaie.

Chapitre 3

Dans le chapitre 3, les auteurs reviennent alors, à l’aide de leur nouvelle théorie sur la définition des crises monétaires. Ils définissent celles-ci comme des moments de tension entre les deux pôles de l’organisation monétaire provoquées par le désir d’accaparement toujours latent des agents. Ainsi pour les auteurs : « la crise est ce moment où les règles monétaires sont défiées. »[14] Ainsi par exemple la crise de confiance sur les titres financiers conduit inexorablement à la destruction de ces titres, et par conséquent à la focalisation des agents sur la monnaie du système homogène, c’est-à-dire la monnaie officielle. Ce schéma correspond à la crise déflationniste. Inversement dans la crise inflationniste, la monnaie homogène elle-même est mise en question et éventuellement détruite (comme dans le cas de l’hyperinflation), tout autant que les titres financiers. A chaque fois le désir d’accaparement entraîne la déstabilisation de l’ordre monétaire et, en fonction de la réaction des autorités souveraines, et en particulier de la Banque centrale, l’issue de la crise peut être différente. Mais les auteurs soulignent, de façon extrêmement convaincante, que cette lutte pour l’ordre monétaire est l’aspect essentiel de ce que l’on appelle usuellement « la politique monétaire », et cette politique dépend des intérêts sociaux qui contrôlent la banque centrale. A cet égard, les auteurs soulignent « le carcan d’une effroyable étroitesse »[15] que constitue à leurs yeux les théories telles que la théorie quantitative de l’inflation, c’est-à-dire le monétarisme, car celles-ci sont enfermés dans une conception simpliste de la valeur. Si ces critiques sont parfaitement ajustées, et visent au cœur de l’absurdité des théories monétaires dominantes, on verra que cela ne suffit pas aux auteurs pour sortir tout à fait des confusions dans la définition des deux dimensions de la monnaie. Car dans ce chapitre, tout aussi passionnant que le précédent, si le problème fondamental de l’existence de deux formes de la monnaie est vu et pensé en face, de sorte que les théories économiques qui l’occultent, comme le monétarisme, sont justement remises à leur place, la théorie des deux auteurs ne parvient toujours pas cependant à isoler clairement les éléments de base de ce phénomène : la monnaie réelle et les créances. Tantôt ils les assimilent, tantôt ils les distinguent. Voyant bien qu’ils fonctionnent selon des règles différentes dans la réalité, mais s’étant privés des moyens de les isoler précisément parce qu’ils ont défini dès le départ la monnaie elle-même comme une pure créance, de façon erronée comme nous allons le voir. Et à chaque fois que cette difficulté est évidente dans leur raisonnement, ils recourent de façon excessive au raisonnement de type philosophique ou sociologique, là où le problème à traiter est de nature comptable. Aussi le raisonnement philosophique, pourtant nécessaire et utile dans l’analyse des problèmes économiques biens définis, semble parfois ici jouer un rôle d’occultationdu problème fondamental, pourtant approché au plus près par les auteurs.

Ainsi, quand les auteurs analysent la crise déflationniste qui détruit les créances sur les marchés financiers, et provoque à l’inverse une fixation sur la monnaie réelle puisque celle-ci ne peut pas disparaître comme une créance, les auteurs sont mis en face de la différence de natureentre monnaie et créances en circulation, entre ce qu’ils appellent la monnaie homogène et les monnaies privées issues du système fractionné. Ils voient bien que les deux suivent un processus divergent dans ce cas et ne sont donc pas identiques. Mais au lieu d’approfondir ce point qui devrait leur faire reconnaître qu’il faut distinguer la monnaie réelle des créances en circulation, comme le fait la comptabilité en partie double, les auteurs se réfugient dans des analyses générales de type philosophiques, sociologiques ou psychanalytiques : « Ce phénomène ne doit pas nous étonner. Il ne fait que résumer d’une manière particulièrement saisissante, parce que concentrée, ce qui est au cœur du processus déflationniste : le désir obsessionnel de pureté. C’est celui-ci que manifestent constamment les créanciers de la Banque centrale. Leur philosophie politique, qui sert à justifier leurs exigences particulières, est la morale puritaine : le respect scrupuleux des conventions, la haine des compromis qui ne peuvent qu’inciter les individus au relâchement corrupteur, « la théorie des devoirs » »[16].

Finalement, en employant certes, des moyens théoriques différents, cela ne revient-il pas une nouvelle fois à accuser les agents économiques d’irrationalité parce que leur comportement ne correspond pas à la théorie supposée, comme le font les néo-classiques depuis toujours ? On est en droit de se poser la question. Car dans les crises déflationnistes, ce n’est certes pas un désir de pureté qui est à l’origine du désir des agents pour la monnaie réelle, mais un désir de sécurité que ne leur offre plus les créances en circulation. Si celles-ci peuvent revêtir les fonctions de la monnaie en période de confiance, en période de crise déflationniste elles les perdent, et la monnaie réelle, elle, les conserve. Tel est le fait essentiel que les auteurs se refusent à voir dans ce chapitre pourtant extrêmement intéressant par le sujet dont il traite.

Deuxième partie de l’ouvrage

Armés de cette nouvelle théorie de la valeur, dont on a commencé à voir certaines limites mais dont on voit également la grande richesse, les auteurs vont ensuite la confronter à l’histoire, en étudiant successivement l’histoire de l’émergence de la monnaie et de la finance depuis les temps les plus anciens, puis l’hyperinflation allemande des années 20, et enfin la politique monétaire américaine de l’après-guerre jusqu’aux années 80, date d’édition de l’ouvrage.

Chapitre 4

Dans le chapitre 4, les auteurs reviennent donc sur l’histoire de la monnaie et de la finance depuis la Mésopotamie jusqu’à nos jours. En partant des données de l’archéologie ou des textes anciens, comme ceux d’Homère, ils affirment que la monnaie précède l’ordre marchand. De -2000 à -500, ils notent qu’aucune pièce de monnaie ne circule, ni en Orient, ni en Egypte, ni en Perse. C’est l’Etat qui contrôle la monnaie, exclusivement scripturale,  Juifs et Phéniciens se glissant seulement dans les interstices. Puis en Grèce, le monnayage apparaît au VIIe siècle avant J.-C. La puissance commerciale d’Athènes permet la circulation de sa monnaie partout dans la mer Egée. Comme à Rome, influence monétaire et puissance politique sont intimement liées. Les auteurs voient parfaitement bien qu’une rupture historique et conceptuelle se produit au 13e siècle en Europe occidentale dans le fonctionnement de la monnaie : « l’ordre marchand ne prit véritablement son essor qu’à partir du 13e siècle de notre ère »[17]. Ils voient parfaitement que l’utilisation intensive du transfert de dette et de la lettre de change par les marchands-banquiers italiens conduit au développement sans précédent des moyens de paiement internationaux. L’importance des délais de paiement dans ce système est également bien analysée : « on se met à vendre contre de l’argent futur, à acheter sans pouvoir payer immédiatement »[18]. Mais la comptabilité en partie double, cette technique nouvelle inventée par les marchands-banquiers italiens aux 13e-14e siècles, et qui permit en elle-même toutes ces transformations, n’est pas analysée. Tout juste est-elle évoquée à deux ou trois reprises dans le livre, et son apparition historique semble représenter une chose tout à fait secondaire pour les auteurs, ce qui ne laisse pas d’étonner, comme on le verra, puisque le cœur de leurs analyses théoriques s’appuie sur son cadre conceptuel.

En tout cas l’émergence de systèmes de paiement privées sur les foires et bourses européennes grâce aux lettres de change des marchands-banquiers est largement décrite par les auteurs, qui y voient une préfiguration de notre économie actuelle où la souveraineté se privatise et échappe au contrôle des Etats qui ne peuvent rien faire face à ce système fractionné nouveau. Au Moyen-Age et jusqu’au 17e siècle, c’est donc l’époque « du dynamisme spontané de l’activité privée »[19]. Les auteurs soulignent avec raison que c’est l’époque de la constitution d’un droit bourgeois qui règlemente la circulation de ces systèmes de paiement privés basés sur la lettre de change, et non un droit étatique. C’est le moment où naît le capital au sens moderne et l’on ne peut que souscrire à ce diagnostic. Mais on pourra regretter que la comptabilité en partie double, qui fixa le sens et introduisit le terme même de capital (au 15e siècle[20]), ne soit pas prise en compte dans cette histoire. Les auteurs insistent également sur l’importance que revêt alors la signature privée pour obtenir des financements dans un monde où l’Eglise interdit le prêt à intérêt direct. Ils décrivent également la pression que subissent les devises des Etats sur les marchés des changes et les nombreuses dévaluations que ceux-ci sont amenés à réaliser. Ils notent aussi que ce changement dans la structure de la monnaie va déboucher sur une transformation progressive de l’organisation du travail, jusqu’à nos jours.

Chapitre 5

Dans le chapitre 5, les auteurs reviennent en détail sur le problème de l’hyperinflation allemande dans les années 20, parce que cette crise, généralement considérée par la théorie quantitative de la monnaie comme une illustration de ses affirmations, démontre en fait tout autre chose, et illustre bien mieux la théorie de leur propre ouvrage. Aglietta et Orléan rappellent que les deux problèmes de l’Allemagne de Weimar étaient la dette publique et les réparations qu’ils devaient rembourser aux Alliés. Parce que les dettes de l’Etat deviennent douteuses, la légitimité de celui-ci est atteinte. Les auteurs rappellent alors que la gauche au pouvoir derrière Bauer cherchera à instaurer des taxations sur les riches pour régler ces problèmes. Mais cette politique rencontra bientôt l’opposition de la bourgeoisie qui poussa au pouvoir Cuneo qui eut davantage recours à la TVA et aux financements de la ReichBank. L’inflation leur permettait d’accepter à peu de frais les revendications ouvrières et c’est pourquoi ils ne la craignaient pas, même si on pourrait objecter que leur épargne devait en souffrir. En tout cas, il semble que si l’Etat laissa le déficit de l’Etat filer tout en le faisant financer par la ReichBank, c’est pour des raisons politiques, parce qu’il s’agissait de montrer que l’Allemagne était étranglée par les réparations. De 1920 à l’été 1922, la forte inflation, qui n’est pas encore l’hyperinflation, en faisant baisser le cours du mark, stimule la croissance et les exportations ainsi que l’investissement. En revanche les capitaux se tournent de plus en plus vers les titres boursiers et le dollar. Mais à partir de février 22, les cours des titres s’effondrent. La Reichbank accepte de racheter les titres aux banques pour éviter qu’elles ne fassent faillite mais cela s’ajoute à la prise en charge du déficit public et accélère encore l’inflation, qui bascule cette fois-ci dans l’hyperinflation. Les auteurs insistent sur le fait que ce processus auto validant est le résultat tant du déficit public que des déficits privés. En 23, au pire de cette crise, le mark a tellement perdu de sa valeur que dans les faits, il disparait de la circulation. Les dépôts en mark ont été entièrement lessivés, tout comme les actifs boursiers. Cependant, les actifs réels ont pris une importance démesurée et, à l’occasion de cette crise, certains ont pu profiter de leur accès privilégié au crédit pour spéculer sur la hausse du mark en rachetant ces actifs réels. C’est le cas de certains grands industriels qui concentrent à cette occasion une grande partie de l’industrie allemande, et aussi des banques de province.

A partir de 22, l’émission anarchique de monnaies particulières fut permise, sans qu’aucune ne put s’imposer. Les relations marchandes régressaient, les paysans commençaient à retenir leur production car les villes ne pouvaient pas les payer ! Mettant en évidence le lien entre monnaie et souveraineté, des mouvements séparatistes commencent à se développer en Rhénanie, en Bavière… ainsi que des insurrections sociales alors qu’à l’Est s’affermit la Révolution russe. Finalement, c’est l’introduction du rentenmark, en novembre 23, qui va rétablir brutalement la situation, à la surprise générale en quelque sorte, car aucune réforme économique de structure, aucune garantie sérieuse ne protégeait cette nouvelle monnaie nationale. Pourtant dès l’introduction, son cours se stabilise et sa circulation s’étend. Entretemps, le programme économique patronal a cependant été accepté et la nouvelle banque centrale, la RentenBank, a été totalement noyautée par la classe capitaliste. Le conseil d’administration de la banque est composé uniquement de capitalistes et le financement direct du Trésor est strictement interdit. La banque oblige même le gouvernement en 1923, à mener une politique d’austérité pour réduire son déficit budgétaire. De plus les anglo-américains interviennent davantage pour financer l’économie allemande aux dépens de la France, trouvant un arbitrage réduisant la charge des réparations. On sait que la combinaison de ces politiques étrangères et de cette politique monétaire conduira à des résultats politiques et économiques désastreux dans les années 30, aboutissant à l’arrivée au pouvoir de Hitler. Aussi ce chapitre est-il une analyse passionnante des sources de la crise des années 30, en même temps que du fonctionnement de la monnaie en temps de crise. La théorie des auteurs y trouve une application convaincante.

Chapitre 6

Dans le chapitre 6, Michel Aglietta et André Orléan cherchent cette fois-ci à appliquer leur théorie à la politique monétaire américaine depuis l’après-guerre jusqu’aux années 80, date de la parution de leur livre. Reprenant leur distinction fertile entre système homogène et système fractionné, c’est-à-dire entre monnaie officielle et marchés financiers, les auteurs montrent que la politique monétaire américaine est marquée par la difficulté d’articuler ces deux systèmes polaires au sein des Etats-Unis. Contrairement à l’affirmation simpliste des monétaristes, ou même des conceptions étatistes mécanistes, la politique monétaire ne se réduit certes pas à réguler la quantité de monnaie en circulation. Elle est en fait une lutte pour la définition du système monétaire, toujours soumise à des transformations du fait de « la dualité irréductible de la monnaie »[21]. Dans cette lutte, les intérêts privés se confrontent. Ainsi les auteurs affirment que : « les décisions centrales concernant la monnaie ne peuvent jamais se réduire à des règles de gestion. Ces décisions sont politiques au sens fort du terme » .[22] Il est clair que ce constat est d’une grande pertinence pour décrire la situation monétaire moderne, où la finance a pris un si grand poids et impacte de façon considérable l’action des banques centrales, alors que la politique monétaire officielle est censée se réduire à cibler l’inflation en régulant la masse monétaire. Il y a là un paradoxe que prévoient parfaitement les auteurs dès le début des années 80. En reprenant l’historique de l’émergence des marchés financiers aux Etats-Unis depuis les années 80, les auteurs réalisent alors de façon passionnante la généalogie de ces marchés financiers, en mettant en évidence le fait que dès les années 50, ils se développent de façon massive parmi la population américaine, notamment à travers les prêts hypothécaires. Dès lors, leur importance croît de façon massive jusqu’au années 70 et, au moment des chocs pétroliers, tend à déstabiliser le système homogène, c’est-à-dire la monnaie officielle elle-même. Cette histoire préfigure en large partie la situation de la finance mondiale actuelle, car elle en est l’origine. Dès les années 60, les auteurs montrent que la reconnaissance officielle des certificats de dépôts permet le développement de ce crédit à travers l’endettement des ménages. Sous de multiples formes, le crédit se développe alors de façon croissante grâce au système fractionné jusqu’au Monetary Control Act de 1980 qui, en autorisant et généralisant les certificats de dépôts et les prêts hypothécaires, démantèle largement le système issu du New Deal et ouvre la période de l’histoire qui est la nôtre. En effet, cette période, nous le savons aujourd’hui, près de 40 ans après la parution du livre, sera celle de la financiarisation débridée, c’est-à-dire de l’expansion du système que voient naître Aglietta et Orléan avec une grande lucidité dès 1982. Ainsi leurs analyses débouchent-elles sur un jugement qui nous semble prophétique : « La porte a été ouverte à une rivalité concurrentielle qui a généralisé et disséminé [les] risques, tout en les rendant plus imprévisibles »[23]. En effet, on sait ce qu’il adviendra du développement de ce système en 2008, lors de la crise des crédits hypothécaires américains, qui déclenchera une crise financière mondiale.

Chapitre 7

Dans le chapitre 7, qui est le dernier chapitre, les auteurs complètent cette analyse de la politique monétaire américaine. Ils affirment leur préférence pour des auteurs comme Minsky, Kindleberger, Wright, Kauffman ou Wojnilover pour définir ce qu’est la politique monétaire, c’est-à-dire « une action sur les structures, et une gestion par les limites »[24] de la monnaie, et pas une simple gestion quantitative. De façon extrêmement intéressante, ils montrent que la Fed, dès 1966, est intervenue sur les marchés financiers pour garantir la valeur des actifs, suite à une crise financière qui provoqua une vague de non-remboursement de ces derniers. De même en 69-70, lors de la crise de la Penn Central, qui se trouve brusquement dans l’impossibilité de refinancer ses titres, la Fed intervient pour garantir ces titres. Depuis les années 60, elle se positionne en fait de plus en plus comme prêteur en dernier ressort pour assurer le bon fonctionnement du système fractionné. Elle mène déjà une politique visant à la désintermédiation qui se développera ensuite partout dans le monde. En 74, le choc pétrolier provoque une grave crise financière, la ville de New York est en quasi défaut de paiement, ainsi que plusieurs grandes collectivités locales. La Fed, une fois encore intervient en tant que prêteur en dernier ressort. On voit donc que la politique menée en 2008, et qui consista essentiellement à empêcher la faillite des banques, a des antécédents lointains. Il semble que le système financier américain se soit développé à l’ensemble de la planète depuis les années 80. Car, et c’est ce qui ressort de l’analyse d’Aglietta et Orléan, il existait déjà aux Etats-Unis depuis les années 60, et s’est largement développé jusqu’au début des années 80, conduisant ensuite à modifier en profondeur l’architecture monétaire du New Deal. C’est ce mouvement que décrivent dans ce dernier chapitre les auteurs, nous donnant les clés de la compréhension de l’évolution de la finance moderne en scrutant de près le lieu de son apparition : Les Etats-Unis. Grâce à leur distinction du système homogène et du système fractionné qui, si elle souffre d’imprécisions théorique, n’en a pas moins l’avantage d’introduire une séparation essentielle, ils démontrent de façon incontestable que l’analyse de la politique monétaire ne peut pas se réduire à une pure conception quantitative, comme le prétend le monétarisme. En cela, leur livre constitue donc une très grande avancée théorique en économie qui, sans doute, n’a pas reçu tout l’intérêt qu’elle aurait mérité dans les années 80 aux Etats-Unis. Finalement, les auteurs montrent que ces conceptions fausses et la victoire du monétarisme de Milton Friedman conduit les forces conservatrices à faire passer une offensive générale contre les transferts sociaux en jouant sur la peur de l’inflation. Là encore, cette analyse, dès 1982, identifie parfaitement ce qui va se passer jusqu’à nos jours.

Les failles théoriques du livre

Malgré toutes ses qualités, et notamment celle d’avoir mis à jour l’existence d’une dualité dans la monnaie, partagée entre le système homogène et le système fractionné, la violence de la monnaie laisse apparaître d’importantes failles théoriques dans la définition qu’il donne de la monnaie et de la finance, ainsi que dans l’histoire des banques centrales qu’il décrit. Nous allons analyser ces trois points successivement.

  • Une erreur dans la définition de la monnaie

Comme on l’a dit, Aglietta et Orléan définissent ainsi la monnaie du système homogène[25] , c’est-à-dire ce qu’on peut appeler la monnaie officielle, qui circule à partir des banques privées disposant d’une habilitation, et étant liées à la banque centrale :

Il est indifférent que X soit une banque centrale ou une banque privée, même si dans leur démonstration, il s’agit d’une banque centrale. La partie importante de cette écriture est celle qui concerne la banque X, l’agent i et le titre U(i), c’est-à-dire la partie gauche. Là est définie l’émission monétaire et par conséquent ce qu’est la monnaie, pour les auteurs.

Commençons par noter qu’à ce moment clé de leur raisonnement, les auteurs utilisent la présentation donnée par la comptabilité en partie double, ce qui est parfaitement logique et louable. En effet, en dernière instance, quel meilleur moyen possédons-nous de représenter la monnaie puisque c’est par ce biais qu’elle circule ? Mais ils le font de façon imprécise, en ne détaillant pas les écritures en jeu lors de la création monétaire, et en ne spécifiant pas la nature des comptes utilisés dans leur écriture, ce qui pose en soi un problème. Il est cependant possible de déduire ces informations essentielles de leurs commentaires, qui ne laissent pas de doute à ce sujet. Ainsi si A(i), au passif de X représente « les masses monétaires détenues par (i) », U(i) représente « ses dettes vis-à-vis de l’institution centrale X » à l’actif[26]. Logiquement, on peut en déduire que dans le schéma au-dessus (qui apparaît p. 66 dans leur ouvrage), il en va de même pour A(j), qui doit constituer les masses monétaires détenues par j. Le fait que cela ne soit pas posé explicitement est cependant déjà significatif d’un certain flou dans l’analyse, mais cela n’est pas l’essentiel. L’essentiel est ce qui se passe entre X et i, puisque c’est là que la monnaie est émise. Or U(i) constitue donc pour les auteurs une dette pour i, ce qui est cohérent avec tous leurs raisonnements. U(i) est d’ailleurs explicitement qualifié de « titre » pour la Banque centrale[27], puis de « créance »[28]. Autrement dit U(i) est une créance à l’actif de la Banque, ou si l’on préfère un titre, et c’est une dette pour l’agent i à son passif. Dans ce schéma la monnaie est donc considérée comme une dette de l’agent i envers la banque. Les auteurs n’affirment jamais explicitement que cette dette est en fait la monnaie elle-même. Implicitement, on peut le déduire de leurs développements sur la monnaie homogène dans tout le livre, et sans doute de la phrase suivante[29] : « Aussi est-ce une autre procédure de destruction monétaire qui y est mise en œuvre, celle qui s’obtient par le reflux des masses monétaires vers i, grâce à la vente de ses marchandises, ce que nous nommerons í U-M ý ». Si le reflux de monnaie vers i conduit à de la destruction monétaire, c’est donc bien que de la monnaie avait été créé via i. En soi, le malaise dans le fait de nommer précisément la monnaie dans ce schéma est significatif. Il traduit une hésitation entre la monnaie et la dette qui est au cœur de la confusion du livre, et de nombreux économistes, comme nous allons le voir maintenant.

En effet, en considérant la monnaie comme une dette, même au prix de nombreuses contorsions, Aglietta et Orléan ouvrent une vision de la monnaie qui a encore largement cours aujourd’hui parmi les économistes, notamment hétérodoxes, mais aussi parmi les comptables bancaires d’où vient cette définition. Pour prendre un exemple récent, on peut lire dans un ouvrage de synthèse du groupe des  économistes atterrés  sur la monnaie paru en 2018 la définition suivante : « Aujourd’hui, la monnaie de crédit est une dette, une reconnaissance de dette de la banque émettrice de la monnaie et de l’emprunteur qui reçoit le crédit »[30], ou encore : « la monnaie est une dette de la banque sous forme d’un dépôt à vue (DAV) »[31]. Bien que la définition des économistes atterrés soit également ambivalente, puisqu’ils ont du mal à déterminer si la monnaie est une dette de la banque ou du client, il semble qu’ils penchent pour la dette de la banque. Aglietta et Orléan, pour leur part, supposent une dette du client, et cela traduit bien là encore des hésitations dans cette définition, qui ressortent également chez des auteurs comme David Graeber[32], dans son ouvrage anthropologique sur la dette.

Il est à noter que si de nombreux économistes hésitent sur cette définition de la monnaie de crédit, c’est en grande partie parce qu’ils tirent leurs analyses des données de la comptabilité bancaire. Il nous faut donc revenir à ce que celle-ci affirme.

Dans la comptabilité de la banque (que ce soit la banque centrale vis-à-vis des banques privées ou les banques privées vis-à-vis des clients), la création monétaire se produit dans des comptes spécifiques, qui portent le nom de comptes « d’opérations avec la clientèle »[33]. On peut résumer ainsi cette écriture au bilan de la banque[34] :

Telle est la nomenclature officielle qui apparaît dans le bilan de toutes les banques et c’est à partir de la lecture de ces bilans que les économistes, au premier rang desquels Aglietta et Orléan, qualifient la monnaie de dette, et, pour être précis, de dette de la banque envers la clientèle, pour reprendre l’expression qui figure dans la terminologie bancaire.

A ce point du raisonnement, il faut l’affirmer immédiatement : ici se situe le piège de la définition de la monnaie. Car le vocabulaire utilisé par la comptabilité bancaire, et repris sans examen critique par les économistes, est absolument absurde. En effet, si l’on accepte cette terminologie, cela consiste à dire que la banque possède à la fois une créance et une dette vis-à-vis du client pour la même opération, et cela est strictement impossible. On pourrait penser que c’est une simple erreur de sens, et qu’il s’agit en fait d’une dette du client vis-à-vis de la banque, comme il ressort du livre d’Aglietta et Orléan, mais cela serait également absurde, car cette dette n’aurait aucun caractère d’une dette. En effet, elle est admise officiellement comme une monnaie (sous la forme des dépôts à vue), elle est prise en charge comme une monnaie par n’importe quel comptable, elle a le statut de monnaie, et non pas de dette. De plus, une dette ne naît jamais à partir de rien, pour qu’elle apparaisse, il faut nécessairement qu’existe une contrepartie, c’est-à-dire un échange de valeur entre les deux agents qui la reconnaissent : marchandise, ou monnaie réelle. Dans le cas de la création monétaire, il n’y a rien de tel, parce que ce qui apparait au passif de la banque n’est en fait pas une dette, mais de la monnaie réelle. La terminologie bancaire, qui consiste à nommer « dette envers la clientèle » cette monnaie, est une aporie. Elle porte incontestablement atteinte à la logique fonctionnelle interne des comptes et des écritures utilisées, ou du moins elle n’en rend pas compte correctement, et pour définir correctement la monnaie, il est nécessaire de la désigner comme fausse et de l’écarter du raisonnement. Voyons à présent pourquoi.

La comptabilité en partie double, que j’ai définie par ailleurs et qu’utilisent les banques, est fondamentalement un système de définition et d’articulation des trois formes de la valeur. Ces trois formes sont le patrimoine, les créances (et dettes), et la monnaie réelle. Toute valeur peut être intégrée dans l’une de ces trois formes. L’inversion du signe des comptes de trésorerie et des comptes de patrimoine, ainsi que l’existence du compte de résultat, sont les moyens par lesquels la comptabilité en partie double articule ces trois formes de la valeur en un tout cohérent, facile d’utilisation et vérifiable. Ces caractéristiques fondent l’extrême efficacité de cette technique, et explique son succès total depuis son invention, au 13e et 14e siècles en Italie, jusqu’à nos jours[35]. Un des traits essentiels de sa logique est la distinction des comptes par nature qu’elle opère, qui correspond aux trois formes irréductibles de la valeur. Ces comptes par nature peuvent se réduire au minimum à quatre types, qui constituent la base des plans comptables et du bilan d’une entreprise ou d’une banque : comptes de tiers (créances et dettes), comptes de patrimoine (immobilier, marchandises, etc…), comptes de trésorerie (monnaie réelle) et comptes de résultats (comptes d’enregistrement des variations de la valeur des trois autres types de comptes). Nous retrouvons ces quatre types de comptes dans toute comptabilité qui utilise la comptabilité en partie double. Comprendre la comptabilité en partie double, fondamentalement, consiste à comprendre la logique fonctionnelle qui unit ces quatre types de comptes, en se méfiant de la terminologie juridique qui l’habille et, bien souvent, la dissimule. Tel est l’apport fondamental de la méthode d’analyse de Jean Fourastié, le découvreur des origines de la comptabilité pendant la seconde guerre mondiale.

Si l’on applique cette méthode à la comptabilité bancaire que constate-t-on ? En fait, on retrouve logiquement les quatre natures de comptes répartis comme suit dans le Plan Comptable des Etablissements de Crédits[36] (en prenant soin d’exclure les comptes de hors bilan en classe 9, qui ont un rôle particulier, et de plus en plus important, dans le « shadow banking » et qui mériteraient une analyse séparée) :

  • Comptes de résultat : classes 6 et 7 (produits et charges), classe 5 (capital et réserves, c’est-à-dire cumul des résultats des années antérieures)
  • Comptes de patrimoine : classe 4 « valeurs immobilisés »
  • Comptes de tiers (créances et dettes) : classe 3 « opérations sur titres et opérations diverses »
  • Comptes de trésorerie : classe 1 « Opérations de trésorerie et interbancaires »

Ainsi, nous retrouvons nos quatre types de comptes, permettant d’organiser les trois formes de la valeur. Mais il existe pourtant une catégorie supplémentaire en comptabilité bancaire (qu’on ne retrouve pas en comptabilité générale), qui sont les comptes de classe 2 intitulés « opérations avec la clientèle ». Or ces comptes sont précisément ceux qui sont utilisés pour la création monétaire. S’ils sont comptabilisés à part, c’est justement parce qu’ils sont par nature différents des autres types de compte, et cela ne peut se comprendre que si on a à l’esprit qu’ils mettent en jeu à l’actif de la banque une créance, et à son passif de la monnaie réelle, créée directement sur le compte en banque du client selon le schéma classique suivant :

Ces comptes ne peuvent être classés comme des compte de tiers car ils mettent en jeu de la monnaie réelle. D’un autre côté, ils ne peuvent être classés parmi les comptes de trésorerie parce qu’ils mettent en jeu une créance. Autrement dit, ce sont des comptes hybrides, fonctionnant entre le compte de tiers et le compte de trésorerie, et cette réalité fonctionnelle explique leur classement à part. Ils n’existent pas d’ailleurs en comptabilité générale, puisque les entreprises classiques ne sont absolument pas habilitées à créer de la monnaie.

On a donc déjà vu que la monnaie crée sur les comptes à vue n’avait aucun caractère d’une dette pour le client, quand il l’utilisait dans la vie économique, mais on voit ici que la comptabilité de la banque elle-même se garde bien, d’un point de vue fonctionnel, logique, de la classer comme une simple dette. Et dans la comptabilité en partie double, c’est très souvent la logique fonctionnelle qui l’emporte sur la terminologie pour désigner le sens d’une chose. Pour prendre quelques exemples significatifs, ainsi en va-t-il par exemple pour les mots crédit et débit, comme l’a montré Fourastié. Un débit représente un déficit pour l’entreprise ou la banque s’il apparait au compte de résultat, mais il représente un gain s’il apparaît dans un compte de trésorerie, ou dans un compte de tiers, au mépris complet du sens usuel des mots. Le capital d’une entreprise ou d’une banque ne représente pas l’argent qu’elle possède, mais bien la contrepartie d’une valeur, autrement dit un compte d’enregistrement de valeurs en fait composées de monnaie, de patrimoine ou de créances. Dans le langage courant, le capital est pourtant considéré comme de la monnaie pure et simple, etc… Comprendre la comptabilité en partie double, c’est avant tout comprendre son infrastructure logique, et se méfier du vocabulaire qu’elle emploie. De nombreux auteurs, notamment en France, en Allemagne et en Italie ont mené un long travail de démêlage de cette technique tout au long du 19e siècle et surtout du 20e siècle. Ils sont parvenus à des avancées considérables en montrant comment la comptabilité en partie double s’était constituée historiquement, en la démythifiant, et en montrant qu’il était nécessaire d’en rendre compte d’un point de vue logique, et de se méfier au plus haut point des approches juridiques la concernant, approches qui se sont si souvent révélées trompeuses et vaines pour mettre à jour sa logique profonde, et en même temps sa puissance organisatrice. Parmi ces auteurs, on peut citer notamment Werner Sombart, Eugen Schmalenbach en Allemagne, Charles Panglaou, René Delporte, Jean Fourastié en France. Une grande partie des difficultés que les économistes rencontrent aujourd’hui dans la définition de la monnaie et de la finance réside dans l’oubli des leçons de ces auteurs sur le fonctionnement de la comptabilité en partie double. Car les termes de la comptabilité bancaire ou financière ont de nouveau aujourd’hui de plus en plus une fonction mystificatrice, en jouant un rôle de fascination qui dissimulent des écritures comptables simples et dont on peut rendre compte aisément d’un point de vue logique.

De cette nécessaire digression par l’histoire de la pensée comptable, il ressort nettement que la terminologie employée aujourd’hui par les banques, qui consiste à nommer « dette » la monnaie crée sur les comptes à vue des clients à son passif, est totalement fausse et contradictoire avec la logique comptable utilisée. La monnaie, en fin de compte, n’est pas une dette. Comptablement, fonctionnellement, elle a la qualité d’une monnaie en soi, indépendante, dotée d’une valeur substantielle reconnue par la société et ses institutions financières. C’est une telle monnaie réelle qui est créé sur le compte en banque du client au moment de l’émission monétaire, et il est nécessaire de garder cette vérité à l’esprit quand on analyse le système monétaire. En revanche, si la monnaie n’est pas une dette, mais une monnaie réelle, en soi, il est vrai qu’elle est émise, dans notre système bancaire actuel, en contrepartie d’une dette du client envers la banque, ou ce qui revient strictement au même, d’une créance de la banque envers le client. C’est le sens de l’écriture présente à l’actif de la banque. Notons que dans les comptes de tiers classiques, une dette est généralement inscrite en contrepartie d’une créance pour le client, mais cela n’est pas le cas dans ces comptes dérogatoires, spécifiques et hybrides que sont les comptes d’opérations avec la clientèle. Une créance de la banque est inscrite à l’actif de la banque, de la monnaie réelle est émise à son passif. Certes, cette monnaie émise est vouée à disparaître à mesure que la dette du client envers la banque est remboursée. Mais une des preuves du fait qu’elle a une valeur en soi, c’est que si le client fait défaut sur sa dette, cette monnaie réelle continue à exister, ne disparaît pas et ne peut pas disparaitre, car elle circule désormais dans le circuit économique auprès d’agents qui ne savent pas d’où elle vient. Cela serait impossible si elle était une dette ou une créance, dans ce cas elle disparaitrait.

Mais revenons à La violence de la monnaie, et à sa définition du chapitre 2. Il ressort des développements précédents que la monnaie n’est pas une dette, que ce soit une dette du client ou une dette de la banque. La monnaie est une valeur en soi, substantielle, qui est créé en échange d’une dette, mais qui en est séparée conceptuellement. Aglietta et Orléan, en la définissant comme une dette, introduisent donc une erreur dans la définition de la monnaie que l’on retrouve chez de très nombreux auteurs, mais qui ne correspond pas à la réalité comptable. De cette erreur, vient le fait qu’ils peinent grandement à distinguer la monnaie des créances en circulation, et par conséquent à définir précisément ce qui différencie le système homogène du système fractionné. D’un côté, ils sentent que la distinction qu’ils ont introduit est profondément vraie et pertinente, mais d’un autre, tombant sans doute dans les pièges de la terminologie comptable, ils ne parviennent pas à fixer la définition de ces deux systèmes.

  • Une définition incomplète de la finance

Comme pour le système homogène, le système fractionné est défini dans le chapitre 2 à partir des cadres de la comptabilité en partie double. Mais si, pour la monnaie, les auteurs commettent une erreur, ici, ils pêchent par omission, comme nous allons le voir. Le système fractionné, autrement dit les marchés financiers, se définissent donc ainsi selon eux [37]:

Ici, V(i,j) est un titre financier émis par j sur i, autrement dit c’est une créance pour j et une dette pour i, ou encore une promesse de paiement de i à j. En soi, cette écriture est tout à fait valable, elle correspond au cas classique où on inscrit une dette sur un compte en contrepartie d’une créance sur un autre. C’est le cas classique des comptes de tiers, et en effet c’est bien comme cela que sont émis les titres financiers sur les marchés boursiers, cette opération comptable étant gérée par le dépositaire central, c’est-à-dire le comptable de la bourse. Sur ce point il n’y a pas de contestation possible. Mais si cette définition comptable est juste (encore que l’erreur dans la définition de la monnaie, comme on l’a vu, ne permette pas aux auteurs de différencier celle-ci des titres financiers en circulation), en revanche elle est incomplète. Ainsi, il n’est pas possible d’émettre une dette et une créance à partir de rien. Cette dette et cette créance sont nécessairement la contrepartie d’un transfert de valeur, monétaire ou patrimoniale. C’est ce transfert de valeur (délai de paiement accordé sur la fourniture d’une marchandise ou prêt d’argent), qui donne naissance à cette créance et à cette dette. Et cela, bien entendu, a des conséquences fondamentales dans l’analyse de la finance.

Pour décrire l’émission d’un titre financier au plan comptable il faudrait donc écrire :

Ici, on voit que d’une part un titre a été émis sur des comptes de tiers, conduisant à inscrire une créance pour j et une dette pour i. D’autre part, dans des comptes de trésorerie, de l’argent a été transféré de j vers i, ce qui correspond par exemple à un prêt dans le cas d’une obligation (nous avons repris la lettre A qui est utilisée par les auteurs pour désigner la monnaie réelle). Une remarque s’impose, il y a une incohérence dans le sens des comptes, car si nous voulions prendre en compte dans une même comptabilité l’ensemble de ces mouvements, il faudrait inverser le sens des comptes de trésorerie. C’est pourquoi les deux opérations ne sont pas prises en charge par la même entité. Les opérations de titres sont passées dans la comptabilité de la bourse, c’est-à-dire du dépositaire central, et les virements en espèces sont réalisés à la Banque de France ou chez un agent de règlement.

De la même façon, on aurait une écriture ressemblante s’il s’agissait d’un délai de paiement sur la vente d’une marchandise, autrement dit une vente à terme de marchandise :

Ici, on voit que l’émission du titre est la conséquence du fait que j a transféré une marchandise à i.

La grande force de la comptabilité en partie double est en fait d’articuler les différentes formes de la valeur à l’œuvre dans ces schémas entre elles. C’est l’articulation des créances avec les deux autres formes de la valeur : monnaie réelle et patrimoine (ou marchandises), qui caractérise les marchés financiers, et c’est la comptabilité en partie double qui règlemente et organise cette circulation. On voit donc bien qu’à chaque fois, que ce soit dans le fonctionnement de la monnaie réelle ou des titres financiers, les trois formes de la valeur demeurent systématiquement et très clairement distinguées par la comptabilité en partie double. Du moment qu’on définit complètement celle-ci, il n’y a pas d’ « ambivalence » de la monnaie. Il y a, en revanche, une potentialité toujours en suspens, c’est que les créances elles-mêmes, en circulant entre les agents, en période de confiance et de hausse des prix, soient peu à peu considérées comme de la monnaie. C’est ce qui s’est passé en Europe à compter du 13e siècle, quand les marchands inventèrent puis utilisèrent la comptabilité en partie double pour faire circuler des créances de façon massive, créances qui étaient matérialisées par les fameuses lettres de change et qui préfiguraient en fait la monnaie des banques centrales. C’est également ce qui est à l’œuvre aujourd’hui sur les marchés financiers, notamment via la circulation massive des contrats de dérivés émis par les chambres de compensation. A chaque fois, des créances acquièrent les propriétés d’une monnaie en période de confiance, mais cela ne doit pas nous conduire à les identifier à la monnaie réelle car, comptablement, elles demeurent toujours distinctes, et cela apparaît nettement lors d’une crise financière, crise pendant laquelle les créances se volatilisent tandis que la monnaie réelle se maintient dans sa valeur et est alors unanimement désirée. La cause profonde de cela est que, par nature, elles sont deux choses différentes, définies comme telle par le cadre logique de la comptabilité en partie double.

On pourrait s’étonner de cet échec à définir correctement et précisément les deux systèmes monétaires pourtant brillamment mis à jour par les deux auteurs. Mais il est clair que cette incapacité est la conséquence du peu d’estime dans laquelle ils tiennent la comptabilité en partie double. Ainsi, alors qu’ils utilisent son cadre conceptuel au cœur-même de leur théorie, dans ce chapitre 2 qui met à jour la distinction essentielle entre système homogène et système fractionné, Michel Aglietta et André Orléan n’hésitent pourtant pas à balayer d’un revers de la main la comptabilité en partie double dès l’introduction de leur ouvrage, qualifiant ses pratiques de « représentation superficielle et mystificatrice »[38]. Or, si l’on peut dire une telle chose du vocabulaire de la comptabilité, on commet une grave erreur en rejetant sa logique, dont l’importance économique et financière ne devrait plus être à démontrer depuis le 13e siècle. Ils payent cette négligence de l’incapacité à définir précisément les termes de leur théorie des systèmes monétaires différenciés, dont ils sentent pourtant à raison l’énorme puissance explicative potentielle.

De là cette hésitation permanente, ce va-et-vient plus ou moins inconscient entre monnaie et créance qui marque malheureusement leurs descriptions des deux systèmes tout au long de leur ouvrage.  Ils croient voir une indécision dans la monnaie elle-même, là où c’est bien leur position qui alterne en permanence d’une conception à une autre. Cela est attesté par de nombreux commentaires dans leur texte où ils semblent ne pas trouver la solution d’un problème qu’ils approchent pourtant au plus près : « la règle monétaire reste contradictoire », « son contenu reste dans l’ombre, indéterminé »[39], « l’ordre monétaire obéit à une logique véritablement fantastique »[40]. De plus, cette difficulté semble parfois conduire à une forme de renoncement ou d’immobilisme face à la politique monétaire qui ne laisse pas de surprendre, venant de fervents critiques du monétarisme : « notre théorie nie que la politique économique puisse s’analyser comme la réponse logique à la question : « quelle gestion dois-je adopter pour atteindre certains objectifs spécifiques ? » »[41]. Enfin l’absence de solution précise pour définir le système des monnaies différenciées aboutit à l’utilisation récurrente du terme d’« ambivalence » pour la désigner.  Ils finissent d’ailleurs par admettre que cette ambivalence de la monnaie est : « l’idée majeure de leur ouvrage »[42]. Mais cette solution théorique ne me semble pas satisfaisante. Si l’on s’en tient à la définition du Larousse, l’ambivalence est « le caractère de ce qui peut avoir deux sens, recevoir deux interprétations ». Mais la monnaie n’a qu’un seul sens, et qu’une seule interprétation qu’il est possible de fixer précisément. Ce sont les créances elles-mêmes qui ont un potentiel d’évolution vers une forme monétaire et c’est en ce sens qu’on peut dire qu’il y a différentes dimensions de la monnaie, mais dans le cadre d’un processus temporel. De plus si les créances peuvent acquérir une fonction monétaire, elles en demeurent distinctes tant qu’une instance souveraine ne les transforme pas en monnaie réelle. En ce sens, la monnaie n’est jamais ambivalente, ce sont les créances qui le sont. L’utilisation de ce terme accuse donc une ambivalence dans la pensée des auteurs davantage que dans la monnaie.

  • Une zone d’ombre dans l’histoire des Banques centrales

Un dernier point est en quelque sorte la conséquence de l’imprécision des définitions comptables : il s’agit des zones d’ombre qui entourent l’histoire des banques centrales. En effet, notamment dans le chapitre 4, les Banques centrales semblent être vues comme étant apparues subitement au 17e siècle, comme une institution mise en place à partir de rien par les Anglais et les Hollandais pour moderniser la monnaie. Cette vision, qui est largement celle des économistes néo-classiques n’est pas acceptable. D’autant plus que les auteurs ont bien décrit le système financier international mis en place par les marchands-banquiers italiens dès le 13e siècle, même s’ils n’ont pas vu le rôle éminent qu’y joua la comptabilité en partie double. Ils ont même affirmé la puissance des souverainetés privés qui bousculent les autorités étatiques et leurs vieux systèmes de monnayage à cette époque, n’hésitant pas à affirmer qu’il était devenu impossible pour les Etats de contrecarrer ce pouvoir financier privé. Ainsi ils affirment : « Toute transcendance disparaît et cet effacement du sacré et du principe de souveraineté politique fait le lit d’une économie-monde, une logique où ce qui est privé s’universalise et où toute souveraineté devient relative. »[43] Dès lors, comment admettre qu’un pays prenne l’initiative soudaine d’instaurer une banque centrale avec un système monétaire nouveau et moderne sans rencontrer aucune adversité ? Cela ne correspond pas à la réalité historique. En vérité, dès le 16e siècle, le système de monnaie de crédit inventé par les marchands-banquiers italiens fut récupéré par les Etats à leur bénéfice, parce qu’ils voulaient à la fois le rendre plus solide et l’utiliser à leur profit. Raymond De Roover a bien décrit l’historique de ce processus de création des banques publiques : 1552 : Palerme, 1586 : Gênes, 1587 : Venise, 1597 : Milan, 1605 : Rome, 1609 : Amsterdam, 1616 : Middlebourg, 1619 : Hambourg, 1621 : Nüremberg, etc…[44]. De Roover ajoute : « les banques publiques étaient toutes des banques de virement et de dépôt chez lesquelles les paiements s’opéraient par jeu d’écriture en vertu d’ordres écrits ou verbaux. Elles remplissaient les mêmes fonctions que les changeurs médiévaux dont elles suivaient les traditions ; et c’est à juste titre que la plus célèbre d’entre elles s’appelle la Wisselbank van Amsterdam (La Banque de Change d’Amsterdam) »[45], « Dans la plupart des cas, elles furent contraintes à faire des avances au gouvernement, non moins dangereuses que des investissements dans des entreprises commerciales. »[46].

On voit donc que la Banque d’Angleterre s’inscrivit dans cette longue liste, et ses seules nouveautés (il est vrai que ce sont des innovations importantes), furent d’introduire le billet de banque pour généraliser dans la population la circulation de la nouvelle monnaie de crédit, ainsi que le retour du prêt à intérêt direct. Mais les banques centrales n’inventèrent pas grand-chose, elles se positionnèrent dans la continuité des banques privées qui faisaient circuler cette monnaie sur les marchés financiers, et qui permettait, c’est là le point important, de développer le crédit et de pallier à la pénurie de monnaie officielle. Il était fatal que les Etats cherchent à récupérer ce système à leur profit, car il permettait d’émettre de la monnaie en plus grande quantité qu’auparavant, tout en la basant sur l’augmentation du profit. Aussi l’action de ces banques publiques fut-elle simplement de se positionner en prêteur en dernier ressort sur les marchés, exactement comme le fit progressivement la Fed au 20e siècle à partir des années 60, et comme les auteurs le décrivent dans leurs deux derniers chapitres. Essentiellement, elles cherchaient à garantir les créances en circulation qui permettaient de faire croitre dans des proportions inédites le crédit, et en fait, ce qui allait devenir la monnaie moderne quand ces mêmes banques publiques la reconnurent officiellement comme telle. Fondamentalement, une innovation technique privée, la comptabilité en partie double, qui avait permis l’émergence d’un système de paiement, en fait d’une monnaie nouvelle, fut en quelque sorte récupérée par les souverainetés étatiques qui en avaient besoin au 16e siècle. Cela est si vrai qu’au 15e siècle, au moment où les Etats étaient en retard sur les marchands-banquiers, une famille de ces marchands-banquiers, les Médicis, parvint à accéder elle-même à la tête de l’Etat de l’une des plus puissante cité du monde : Florence. Mais ce fut là un cas exceptionnel, qui montrait l’importance qu’avait pour tout souverain le contrôle d’une telle manne monétaire nouvelle. Dès le 16e siècle, et cela Aglietta et Orléan ne semblent pas le voir en raison de leur définition erronée de la monnaie, les souverainetés étatiques s’emparèrent largement du système de la finance privée et l’orientèrent en direction de leur propre intérêt, et ce mouvement ne fit que se renforcer jusqu’à la Révolution française et à l’Empire, dont l’aboutissement ultime fut la création de la Banque de France. Dans cette évolution, la création de la Banque d’Angleterre ne marqua qu’une étape parmi d’autres, même si cette étape fut essentielle. Telle est la véritable origine des Banques centrales, et telle pourrait bien être, demain, l’histoire des marchés financiers modernes.

Si la violence de la monnaie marqua donc d’une pierre blanche la pensée économique, ce n’est pas seulement pour avoir identifié brillamment l’existence de systèmes monétaires différenciés, mêmes si les auteurs ne purent définir correctement ces systèmes, ni pour avoir montré l’inanité du monétarisme. L’autre apport fondamental du livre, dans le sillage de Marx, est d’avoir montré que c’est la violence, et in fine la souveraineté, qui détermine l’évolution institutionnelle des systèmes monétaires. Mais au-delà des approximations théoriques, un fait historique semble avoir échappé à cette grande œuvre d’économie, c’est qu’en dernière instance la souveraineté déterminante est bien souvent, pour la monnaie comme pour les marchés financiers, celle des Etats.


[1] La violence de la monnaie, Michel Aglietta, André Orléan, préface de Jacques Attali, économie en liberté, Presses Universitaires de France, 1982, p. 8.

[2] op.cit., p. 12

[3] op cit., p. 14

[4] op.cit., p. 14

[5] op.cit., p. 16

[6] op. cit., p. 32

[7] op.cit., p. 60-61

[8] op.cit., p. 66

[9] op.cit., p.75

[10] op.cit., p.81

[11] op.cit., p.81

[12] op.cit., p.82

[13] op.cit., p.82

[14] op.cit., p.93

[15] op.cit., p.95

[16] op.cit., p.122

[17] op.cit., p. 162

[18] op.cit., p.163

[19] op.cit., p.164

[20] Comme l’a montré Werner Sombart dans son ouvrage non traduit : Der Moderne Kapitalismus, historisch-systematische Darstellung des gesamteuropäischen Wirtschaftslebens von seinen Anfängen bis zur Gegenwart, Duncker & Humblot , 1969.

[21] La violence de la monnaie, Michel Aglietta, André Orléan, préface de Jacques Attali, économie en liberté, Presses Universitaires de France, 1982, p. 225.

[22] op.cit., p. 226.

[23] op.cit., p. 284.

[24] op.cit., p. 290.

[25] op.cit., p. 66.

[26] op.cit., p. 61.

[27] op.cit., p. 66.

[28] op.cit., p. 67.

[29] op.cit., p. 68.

[30] La monnaie, un enjeu politique, manuel critique d’économie monétaire, les économistes atterrés, J.-M. Harribey, E. Jeffers, J. Marie, D. Plihon, J.-F. Ponsot, Editions du seuil, janvier 2018, p. 21

[31] op.cit., p. 54.

[32] Dans son ouvrage Dette, 5000 ans d’histoire, Les liens qui libèrent, 2013, Graeber affirme qu’à compter du XIIe siècle, les dettes des Etats constituent la monnaie, puis la situation se retournerait avec la Banque d’Angleterre qui considèrerait comme monnaie les dettes dues par le roi, et non plus les dettes due au roi (p.413). Cette vision historique me semble très contestable, comme je le montrerai dans la critique détaillée de l’ouvrage de Graeber. Elle traduit une même hésitation sur la notion de monnaie de crédit que celle des économistes.

[33] Introduction à la comptabilité bancaire, Michèle Formagne, 2e édition, RB Editions, 2015, p. 41

[34] op.cit., p. 22-23.

[35] Comme l’a brillamment démontré Jean Fourastié dans plusieurs ouvrages, et notamment La comptabilité, Que-sais-je, PUF, 1943.

[36] Introduction à la comptabilité bancaire, Michèle Formagne, 2e édition, RB Editions, 2015, p. 42, 43, 44.

[37] La violence de la monnaie, Michel Aglietta, André Orléan, préface de Jacques Attali, économie en liberté, Presses Universitaires de France, 1982, p. 65.

[38] op.cit., p.12

[39] op.cit., p. 86.

[40] op.cit., p. 93.

[41] op.cit., p. 131.

[42] op.cit., p. 308.

[43] op.cit., p. 165

[44] L’évolution de la lettre de change, XIVème – XVIIIème siècle, Raymond de Roover, 1956, Affaires et gens d’affaires, éditions Armand Collin, p. 136

[45] op.cit., p. 136

[46] op.cit., p. 137


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.