La monnaie entre violence et confiance (Aglietta et Orléan, 2002) 

Paru en 2002, La monnaie entre violence et confiance est à l’origine une mise à jour de La violence de la monnaie. Mais le livre, qui reprend une partie de la structure de son prédécesseur, finit par le déborder largement, notamment par ses développements sur l’évolution des marchés financiers mondiaux dans les années 80 et 90.

Cependant il conserve, approfondit et clarifie la base théorique permettant de penser l’évolution des marchés financiers et de la monnaie, telle qu’elle avait été élaborée dès 1982 par les deux auteurs. En cela, on peut constater la validité de leur théorie au regard de sa capacité explicative des phénomènes financiers et monétaires, notamment grâce à sa distinction féconde entre système fractionné et système hiérarchique. Mais les failles théoriques de cette même théorie[1] néanmoins, n’ont pas été résolues et entraînent des angles morts dans leur analyse, notamment dans leur vision de l’histoire de la monnaie, comme nous allons le voir.

Chapitre 1

Dans ce chapitre, les auteurs reviennent sur la définition anthropologique de la monnaie telle qu’ils l’ont établie dans leur précédent ouvrage, mais en en précisant le sens, et en utilisant un style plus direct et plus clair. La distinction de Marx entre valeur d’échange et valeur d’usage est au cœur de leur analyse, mais ils cherchent à la moderniser en intégrant l’apport de Freud et de Girard et son désir mimétique. Ils montrent que les néoclassiques ont une conception étriquée du désir des individus, qu’ils réduisent à une chose stable et parfaitement maîtrisée par l’individu : « aucune envie ne traverse homo oeconomicus », « l’infini du désir lui est absolument étranger »[2], notent-ils ainsi avec pertinence. L’individu rationnel de la théorie de l’équilibre général possède un lien pacifié aux marchandises, « dépourvu de toute névrose »[3].  D’ailleurs, cette théorie fait l’impasse sur la monnaie elle-même, en la réintroduisant ex-post dans le raisonnement comme une marchandise de plus, et ce n’est pas là le moindre de ses paradoxes. Il est à noter que dans leur livre, bien plus que dans La violence de la monnaie, les auteurs situent leur théorie par rapport à la théorie néo-classique à laquelle on sent qu’ils ont été largement confrontés pendant vingt ans. Cela représente à la fois un avantage et un inconvénient car, si l’occasion leur est donnée de faire des critiques profondes et convaincantes à ce système de pensée dominant, en revanche cela freine  le développement de leur propre approche et empêche peut-être son perfectionnement.

En tout cas, les auteurs insistent sur l’importance de la distinction entre théorie de la valeur et théorie de la monnaie. Car contrairement à ce qu’affirment les néo-classiques et Marx, d’accords sur ce point, c’est la monnaie qui détermine les prix et non la valeur en elle-même. En revanche, pour comprendre les origines de la monnaie, il est nécessaire de repartir, comme Marx cette fois-ci, de la notion d’échange. Car à l’origine, toutes les marchandises s’échangeant, chacun cherche à ce que sa marchandise devienne l’équivalent général servant à mesurer toutes les autres, c’est-à-dire devienne la monnaie. Pour les néo-classiques l’équivalent général est déjà là, géré par un médiateur déjà présent, aussi ne le pensent-ils pas ; ils ne le voient pas. En cela les théories modernes qui affirment la neutralité de la monnaie, comme le monétarisme de Milton Friedman, s’accommodent bien de ce cadre théorique car pour elles, l’histoire de la monnaie n’est que l’histoire de l’avènement de cette neutralité et, à ce titre, n’a aucune importance pour le présent.

Au contraire, Aglietta et Orléan réaffirment une vérité incontournable pour la pensée économique : c’est que les règles monétaires se transforment en permanence, notamment sous l’action des marchés financiers, et qu’elles sont donc l’objet d’une lutte institutionnelle et politique, notamment au sein des banques centrales. Ces transformations atteignent leur intensité maximale lors des crises financières et monétaires, et pour comprendre celles-ci, il est indispensable d’adopter une pensée sur la nature de la monnaie et les formes qu’elle peut prendre : « Ce qui fait l’originalité de notre démarche, c’est qu’on ne doit jamais prendre l’objectivité des normes monétaires comme définitivement acquise. »[4]

Chapitre 2

En s’appuyant sur Polyiani, les auteurs montrent ici que la montée de la relation monétaire dans la vie sociale conduit à désencastrer l’individu de ses rapports sociaux anciens, ceux qui fondaient les sociétés traditionnelles. Ainsi Marcel Mauss pouvait parler de « fait social total » à propos des échanges marchands dans les sociétés archaïques, c’est-à-dire de faits profondément enchâssés dans toutes les institutions sociales. L’échange marchand, lui, est très différent, il suppose une indifférence entre les différents participants à l’échange, et une focalisation sur la seule utilité de l’objet échangé. Aussi le développement de la forme marchande conduit-il les sociétés à l’individualisme marchand, et ce mouvement est toujours à l’œuvre aujourd’hui, c’est ce que les auteurs nomment « la séparation»[5]. Fondamentalement, les auteurs montrent que c’est la monnaie qui permet l’instauration de cet ordre nouveau, et c’est l’une des raisons pour lesquelles il importe de l’analyser :  la monnaie « donne vie sociale à la séparation marchande »[6].

Cette séparation et cette individualisation entraîné par la société marchande conduit à une forte incertitude sur l’avenir. Pour Keynes, cette incertitude est radicale, alors que pour les théoriciens de l’équilibre général, dont le modèle de Arrow-Debreu est l’aboutissement ultime, l’incertain est probabilisable, ce que Aglietta et Orléan  contestent. Pour eux, c’est précisément en réponse à cette incertitude radicale de l’avenir que se constitue la monnaie, comme l’expression d’une souveraineté qui protège les individus. C’est alors à la pensée de René Girard qu’ils recourent pour fonder cette hypothèse. Ils montrent que chacun est tourné originellement vers la richesse mais personne ne sait vers quelle monnaie. Alors intervient le mimétisme qui fait se polariser le désir du groupe vers un objet à la fois exclu et élu dans l’unanimité : « Ce qui compte n’est pas le contenu intrinsèque de l’objet élu mais bien le fait d’être choisi unanimement par tous les sociétaires »[7]. C’est à ce moment-là que survient l’institutionnalisation de l’objet élu, autrement dit sa divinisation. Mais constamment, l’objet doit prouver sa légitimité. En tout cas, c’est bien la polarisation mimétique, et non l’Etat, qui entraîne l’élection de l’objet élu, c’est-à-dire de la monnaie.

Au-delà de l’intérêt de cette démonstration, et sans nier l’importance évidente du mimétisme dans les sociétés humaines, on pourrait objecter qu’il est excessif d’affirmer que ce mimétisme est la seule substance du désir, comme l’affirme Girard, et la littérature peut illustrer sans problème cette objection, même sans mobiliser la littérature romantique. De même, concernant la monnaie, il nous semble pouvoir faire la même objection. Il n’est pas si certain que l’objet élu soit choisi de façon contingente pour constituer la monnaie. Au contraire ce que l’on observe, en tout cas concernant l’apparition de la monnaie de crédit moderne à la fin du Moyen-Age, c’est que cette monnaie est le simple outil d’une organisation administrative, c’est-à-dire de marchands-banquiers disposant d’une technique supérieure de gestion des créances et des valeurs : la comptabilité en partie double. Cette technique, les place en situation d’organiser la circulation des valeurs, qu’il s’agisse des marchandises, de la monnaie ou des créances, et cette capacité pousse naturellement les agents vers leur monnaie de compte, le mimétisme jouant certainement son rôle à partir de ce moment-là. Mais initialement, c’est bien leur capacité administrative dans la gestion et l’organisation de la valeur qui a fait élire leur unité de compte, et non pas le mimétisme. Concernant les époques lointaines des origines de la monnaie, n’est-il pas possible de lire les travaux anthropologiques[8] sur l’origine de la monnaie, comme ceux de David Graeber[9], comme l’application de ce même principe ? En effet, en Mésopotamie, ce sont bien également des comptables, les fameux Maîtres des Nombres de l’Etat, qui gèrent la première unité de compte monétaire de l’histoire. N’est-ce pas là encore une certaine capacité à gérer et organiser la valeur, cette fois-ci directement réalisée, ou peut-être simplement récupérée à l’issue d’évolutions inconnues, par l’Etat, qui a permis à une monnaie de s’imposer dans l’économie ? L’hypothèse semble plausible, même si les sources sont très parcellaires pour ces époques les plus anciennes de l’histoire humaine.

Mais cette objection est importante, car cette tendance à faire de la monnaie et de son élection par polarisation mimétique l’institution première conduira les auteurs à donner une interprétation réductrice de certains faits de l’histoire monétaire récente, notamment la réapparition du troc ou la circulation des engagements de paiements interentreprises en Russie, parce qu’ils sous-estiment l’influence des institutions sur la formation de la monnaie elle-même. C’est ce que Jacques Sapir critique comme un « essentialisme monétaire »[10].

Chapitre 3

Ici les auteurs affirment leur proximité de point de vue avec Georg Simmel dans leur conception de la monnaie comme lien social. Ils affirment que ce n’est pas l’Etat qui est à la base de la monnaie et donne pour exemple la Révolution française où l’Etat se trouvait incapable de faire fonctionner les assignats. Mais on pourrait leur rétorquer que les crises hyper inflationnistes sont précisément celles où le pouvoir monétaire de l’Etat est remis en cause, ce qui constitue un cas exceptionnel et spécifique.

Une évolution conceptuelle importante apparaît dans ce chapitre concernant leur définition de la monnaie qui diffère de La violence de la monnaie. En effet ici, les auteurs commencent à nommer celle-ci « monnaie réelle »[11] et à la distinguer fonctionnellement des créances en cirulation qui constituent les marchés financiers. Cela signifie qu’ils mettent à jour cette distinction du point de vue fonctionnel, et cela est effectivement nécessaire. Mais au plan théorique, nous verrons dans le chapitre suivant qu’ils ne parviennent toujours pas à en donner une définition correcte, parce qu’ils assimilent encore à tort la monnaie officielle à une dette. Pourtant ici, leurs analyses des marchés financiers comme étant mus par la préférence pour ka liquidité, c’est-à-dire pour la monnaie réelle, implique une telle définition. De façon contradictoire ils affirment ainsi : « la monnaie ne peut avoir aucune valeur »[12] parce qu’ils la conçoivent à tort comme une dette ou une créance (cela revient au même). Comme dans La violence de la monnaie, on retrouve cette hésitation entre la définition de la monnaie réelle et des créances, parce qu’ils hésitent entre leur définition erronée de la monnaie et la réalité fonctionnelle qu’ils décrivent. Ils tendent alors à nommer cette hésitation « ambivalence », et ils l’attribuent à la monnaie plutôt qu’à leur propre définition. Ainsi affirment-ils : « Le problème que nous devons résoudre est toujours l’ambivalence de la monnaie. »[13]

Chapitre 4

Comme dans la Violence de la monnaie, les auteurs reprennent ici l’histoire de la monnaie depuis les origines pour essayer d’y appliquer leur théorie. Cependant, ils apportent de nouveaux éléments à cette histoire qui ont été mis à jour par les chercheurs dans les années 80 et 90. Ainsi, au contraire de ce qu’ils affirmaient, ils font état d’argent frappé à Ur au IIIe millénaire avant J.-C., avec la tête de la déesse-mère, avant donc que ce système ne s’étende massivement en Grèce autour du 6ème siècle avant J-C. Cependant, cela ne change pas le schéma général qu’ils avaient mis à jour, car il est clair que dans les grandes civilisations antiques, c’est l’unité de compte qui est prépondérante dans l’organisation économique, comme en témoignent largement l’histoire de la Mésopotamie ou de l’Egypte antique. Mais c’est finalement en Lydie, en -580 avant J-C. que le bond conceptuel a lieu, en raison de l’acceptabilité générale que revêtent désormais les pièces de monnaie. Ce système se développe alors dans toute la Grèce, notamment à travers la puissance d’Athènes, qui fait circuler sa nouvelle monnaie dans toute la mer Egée, puis est repris à plus grande échelle encore par l’Empire romain. Plus tard, c’est ensuite Charlemagne qui met en place, selon les auteurs, les unités de compte qui se diffuseront ensuite en Europe et seront à la base des monnaies des puissance médiévales : livre sterling en Angleterre, livre tournoi en France, etc… Mais on peut tout de même se demander s’il y eu véritablement rupture entre l’antiquité et le Moyen-Age sur cette question.

Ensuite, et cela marque une différence avec La violence de la monnaie, les auteurs insistent largement sur la « Révolution monétaire des 17e et 18e siècles »[14] que constitue à leurs yeux, comme à ceux des économistes néoclassiques, la création des banques centrales d’Amsterdam et d’Angleterre. Ces banques ont accompli, pour les auteurs, des « avancées supérieures de l’abstraction »[15], c’est-à-dire qu’elles ont mis en place notre système bancaire moderne. Ce système est d’ailleurs résumé de la façon suivante : « dans le capitalisme, la monnaie est créée de manière endogène en contreparties des dettes privés » puis « des reconnaissances de dettes purement privées doivent pouvoir circuler comme monnaie ».[16] Si la première phrase est juste techniquement, nous avons vu que la deuxième est fausse car la monnaie n’est pas une dette, ni même une reconnaissance de dette, elle est simplement de la monnaie réelle.[17] Cette contradiction dans la définition de la monnaie est la principale faille théorique que nous avons identifiée dans leur théorie de 1982, et nous voyons qu’elle n’a pas disparu ici. En effet, la monnaie ne peut pas être à la fois une dette et circuler en contrepartie d’une dette, cela est absurde. Nous avons vu que cette erreur vient du vocabulaire erroné de la comptabilité bancaire, mais en le reprenant sans examen critique, les auteurs hésitent en permanence pour définir la monnaie, parce qu’ils hésitent à la définir ou non comme une dette. Fonctionnellement, ils voient bien qu’elle ne l’est pas, mais comme leur définition établit qu’il s’agit d’une dette, cela jette le trouble dans toutes leurs conceptions et les empêche de séparer clairement la monnaie réelle des créances (ou dettes) en circulation, c’est-à-dire des titres des marchés financiers. De cette confusion découle les illusions sur le rôle que jouèrent les banques d’Amsterdam et d’Angleterre dans la mise en place du système bancaire moderne. Car, comme l’a montré de Roover[18], ces banques apportèrent peu de choses vraiment nouvelles par rapport aux nombreuses banques publiques qui les ont précédées au 16e siècle, et dont elles reprenaient le fonctionnement. Le véritable bon conceptuel, cette fois-ci, se situe davantage aux 13e et 14e siècles en Italie, avec l’invention de la comptabilité en partie double par les marchands-banquiers italiens. En reprenant cette vision, qu’ils n’avaient pas vraiment auparavant, Aglietta et Orléan semblent s’aligner sur la position des néoclassiques qui voient l’histoire de la monnaie comme l’avènement soudain, presque messianique, du système bancaire moderne à partir de la banque d’Amsterdam au début du 17e siècle[19]. Mais la création de cette banque, comme celle d’Angleterre, n’ont pas été l’introduction « d’avancées supérieures de l’abstraction », mais la simple répétition d’usages bancaires anciens par les marchands qui les ont mises en place au nom de l’Etat qui voulait les contrôler. Comme toutes les banques publiques du 16e siècle, il s’agissait en fait de la mise en place par l’Etat lui-même, et pour son propre compte, d’un système bancaire qui faisait ses preuves dans l’économie privée, et permettait de faire fonctionner une monnaie immatérielle moderne et non inflationniste. C’est la raison pour laquelle la création des banques d’Amsterdam et d’Angleterre, abusivement qualifiée de « révolution » par la pensée économique dominante, parce qu’elle y projette la résolution mythique de toutes ses incompréhensions de l’histoire monétaire, fut en fait perçue comme un non-évènement par tous les acteurs de l’époque.

De façon plus judicieuse, et aussi plus intéressante, les auteurs reviennent ensuite sur l’évolution que connut la monnaie avec le développement de la lettre de change au 13e siècle.  Avec raison ils affirment que ce qui caractérise cette époque est « l’essor des monnaies privées autonomes, et pas seulement des dettes privées »[20]. Certes, les auteurs voient l’importance des innovations de cette époque : « du XIIIe au XIVe siècle, toutes les techniques de la finance internationale ont été inventées »[21], mais, en n’identifiant pas nettement que ce sont des créances en circulation qui sont au fondement des lettres de change, les auteurs ne parviennent pas à saisir que c’est aussi les techniques monétaires modernes qui voient le jour à cette époque. Dès lors, leur analyse des principes théoriques du free banking et de la loi du reflux se laisse entraîner par les conceptions de cette dernière, qui ne voit pas que les mécanismes à l’œuvre dans le principe des réserves bancaires sont avant tout des principes issus de la logique de la comptabilité en partie double, et que c’est l’utilisation de celle-ci qui est l’élément fondamental à comprendre.

De façon paradoxale, les auteurs produisent ensuite une analyse détaillée et convaincante du fonctionnement du système bancaire américain au 19e siècle, évoluant sans banque centrale, à partir des règles établies par les chambres de compensation. La description de ce système monétaire est passionnante, car elle est, à peu de chose près (c’est-à-dire mis à part la possibilité de faire des prêts à intérêt), une application moderne du système médiéval des marchands-banquiers italiens. En effet, en se posant en garante de l’irrévocabilité des promesses de paiement réalisées dans leur comptabilité, les grandes chambres de compensation jouaient le même rôle qu’une banque centrale, en donnant une valeur monétaire à des créances en circulation pour empêcher la destruction de ces valeurs lors d’une crise financière.  C’est bien ce que faisaient les grands marchands-banquiers italiens avant que leur système ne soit pris en main par les Etats à partir du 16e siècle avec l’invention des banques publiques. De façon logique, c’est d’ailleurs la même chose qui s’est reproduite aux Etats-Unis à la fin du 19e siècle avec la création de la Fed, qui a été inventée pour faire sécuriser ce système monétaire par l’Etat.  Ce parallèle historique, en dépit de son grand intérêt, semble échapper complètement aux auteurs. Pourtant, il confirme le fait qu’un système monétaire moderne peut parfaitement fonctionner avec des banques privées, même si cela présente un grand risque en cas de crise financière. Il est vrai que cela affaiblit considérablement la théorie mythique d’un système bancaire et monétaire crée ex nihilo par la banque d’Amsterdam et la banque d’Angleterre au 17e siècle, mais comme nous l’avons vu, cette représentation des économistes néo-classiques n’est pas conforme à la réalité historique.

Chapitre 5

Dans ce chapitre, les auteurs reviennent sur leur définition de la monnaie telle qu’elle apparaissait déjà dans La violence de la monnaie. S’ils la précisent, c’est pour remarquer que la monnaie est bien une créance (ou une dette selon le sens dans lequel on se place) émise par l’institut d’émission X, à laquelle les agents attribuent la valeur d’une monnaie. Ainsi : « De par la légitimité que possède X, son évaluation se voit immédiatement validée socialement : la créance U(i) est transformée en monnaie »[22], du fait de la polarisation mimétique. Aussi la monnaie est-elle explicitement définie comme équivalente à une créance du type de celle qui circulent sur les marchés financiers, à la différence que cette

créance est émise par un institut central : « U(i) = V(i,X) »[23]. Il est dommage que les auteurs, pour approfondir leur définition aient abandonné dans cet ouvrage la présentation comptable de la monnaie, car c’est cela qui leur aurait permis de revenir sur l’erreur de définition présente dans La violence de la monnaie. Ici, ils reproduisent cette erreur de la même façon, parce qu’ils assimilent la monnaie à une pure créance, dont la seule distinction avec les titres des marchés financiers serait finalement une croyance collective contingente. Il est important de répéter que cela ne correspond pas à la réalité. La monnaie est substantiellement différente d’une créance, elle n’est pas une créance en comptabilité, elle est définie fonctionnellement comme de la monnaie réelle. Pour être précis, et pour reprendre leur vocabulaire (du moins celui qui était utilisé de façon plus précise dans La violence de la monnaie), il faudrait poser l’écriture comptable suivante :

Ici, on constate que la créance U(i) est bien émise à l’actif de l’institut d’émission, mais au passif, c’est-à-dire sur le compte en banque de i, c’est bien de la monnaie réelle A(i) qui est créée. Cela ne porte pas atteinte au principe de la partie double, car la comptabilité en partie double distingue les comptes par nature. Autrement dit, l’écriture d’émission monétaire d’une banque (qui peut être la banque centrale auprès des banques privées ou les banques privées auprès de leurs clients) correspond à l’émission d’une créance pour la banque (ou d’une dette pour le client), en contrepartie d’un don de monnaie réelle au client, spécialement créée pour l’occasion. Il est fondamental d’avoir cette écriture en tête pour bien distinguer la monnaie réelle des créances en circulation sur les marchés financiers. Malheureusement, dans ce livre comme dans la Violence de la monnaie, les auteurs n’arrivent pas à dégager cette définition et demeurent prisonniers d’une confusion entre monnaie réelle et dette qui leur vient du vocabulaire trompeur de la comptabilité bancaire. Comme on l’a dit, cette erreur entraîne une hésitation permanente pour définir et distinguer les deux systèmes monétaires qu’ils ont mis à jour avec raison : système homogène et système fractionné.

Comme dans leur livre de 1982, cette contradiction n’est jamais aussi évidente que quand ils sont au cœur du problème, c’est-à-dire quand ils n’arrivent pas à définir la monnaie réelle et à la distinguer des créances. Ils sentent pourtant la nécessité de le faire pour décrire la réalité, mais ils n’y parviennent pas par un raisonnement logique précis, parce qu’ils sont piégés dans la définition absurde de la monnaie comme dette. Ainsi affirment-ils par exemple : « le système homogène crée une mythologie de la stabilité », il offre « une forme éminemment liquide de l’épargne »[24], alors que ce qu’il offre est simplement de la monnaie réelle. Parfois cette contradiction entre monnaie et créance apparaît dans la même phrase lorsqu’ils évoquent par exemple : « des engagements créanciers absolument liquides, puisque sous forme monétaire » [25] ! Mais il faut choisir entre monnaie ou créance car il ne s’agit pas de la même chose. Finalement ils évoquent également « l’ambivalence des créances » ou encore « la liquidité absolue des créances »[26], mais il s’agit là d’artifices. Une créance en effet, n’a jamais de liquidité absolue, elle est tout simplement une promesse de paiement, qui peut ou non être réalisée. Quand bien même on est certain de la réalisation de cette promesse, cela ne la transforme pas en monnaie car elle demeure une promesse de paiement, et non une monnaie réelle, et cette distinction est toujours présente en comptabilité. Elle peut certes, circuler comme une monnaie, mais tant qu’une institution souveraine ne l’a pas garantie et qualifiée comme une monnaie, elle n’en est pas une. Les auteurs, qui affirment finalement que les banques privées émettent « un engagement exigible, à savoir le dépôt à vue, en contrepartie d’une créance »[27] au moment de la création monétaire, poursuivent la confusion de la Violence de la monnaie, puisque c’est de la monnaie réelle qui est en fait créée.

Chapitre 6

Les auteurs utilisent leur distinction féconde entre système fractionné et système homogène pour décrire l’évolution de la politique monétaire américaine depuis les années 60 jusqu’au début des années 2000. Comme ils l’avaient fait dans leur précédent ouvrage, ils retracent les différentes crises financières qui ont émaillées l’histoire américaine et ont poussées la Fed à intervenir de plus en plus pour sécuriser les titres financiers, comme lors de la faillite du Penn Central en 1970, ou de la ville de New York en 1974. La Fed a alors injecté de la monnaie pour garantir les créances financières, mais par ailleurs, elle a mené une politique qui a consisté à développer toujours davantage la titrisation et la financiarisation. Avec plus de recul par rapport au livre de 1982, les auteurs poursuivent néanmoins dans la même direction l’analyse de la financiarisation e l’économie américaine puis mondiale. Ils montrent que cette situation correspond à nouveau régime de croissance alimenté par la montée du prix des actifs financiers. Ce régime est alors renforcé par la nomination d’Alan Greenspan à la tête de la Fed en 1987. Ils montrent que la politique des banques centrales évolue de plus en plus dans deux directions : le ciblage de l’inflation et de l’emploi d’une part (avec une plus ou moins grande importance apportée à ces deux éléments selon les pays) et la surveillance des marchés financiers d’autre part. Greenspan a arbitré dans le sens d’une alimentation des marchés en liquidités.

On peut regretter qu’il n’y ait pas de volonté de comprendre la signification macroéconomique du développement des marchés financiers et que, par ailleurs, le principe du ciblage de l’inflation des Banques centrales, qui n’est rien d’autre que l’application du monétarisme de Friedman, soit désormais accepté sans contestation, alors qu’une large part du travail théorique qui avait été produit dans La violence de la monnaie consistait à apporter une critique fondamentale du monétarisme. On peut donc voir ici un recul théorique des auteurs, en raison de leur refus d’analyser le problème des prix à l’échelle macroéconomique, et de l’influence de la finance sur ces prix, et en se focalisant sur la seule conceptualisation de la monnaie.

Chapitre 7

Ce recul face au monétarisme vaut aussi pour ce chapitre, qui analyse les crises des marchés financiers des années 80 et 90. Certes la « dualité irréductible de la monnaie »[28] est réaffirmée à raison, mais les conséquences macroéconomiques de « l’essor extraordinaire des produits dérivés »[29] n’est pas étudié plus que cela. Seul semble être pris en considération le fait que cela vérifie la théorie des auteurs sur la dualité des monnaies, mais les conséquences ne sont pas poussées à bout. C’est ici qu’on sent le plus la focalisation abusive des auteurs sur la monnaie en tant qu’institution essentielle et absolue, sans s’interroger sur les autres institutions qui l’influencent, et notamment la production et les prix. Le reproche d’essentialisme monétaire que Jacques Sapir leur avait fait dans son livre Les trous noirs de la science économique est ici patent[30].

En raison de cette focalisation sur la monnaie, la longue description des crises financières qui rythmèrent les années 80 et 90 perd parfois en intérêt, parce que les auteurs donnent l’impression qu’ils ne cherchent plus à en donner une explication systémique. Aussi derrière l’accumulation de faits toujours précis, glisse-t-on parfois dans une impression de catalogue. Cependant, la théorie monétaire des auteurs, c’est-à-dire la distinction entre système homogène et fractionné, en sort à l’évidence renforcée, et cela d’autant plus qu’elle avait été élaborée vingt ans auparavant. De plus les auteurs, en rappelant que c’est la souveraineté qui permet aux banques centrales d’intervenir, critiquent fortement l’évolution vers l’indépendance de la plupart des banques centrales.

Chapitre 8

Ici les auteurs dressent un panorama de trois problèmes fondamentaux : le problème du support de la monnaie, la question de l’introduction de l’euro et ses conséquences, et le problème de l’organisation monétaire internationale.

Concernant la monnaie électronique, ils affirment que celle-ci est promise à un grand avenir, même si elle pose des problèmes de sécurisation au moment où ils écrivent qui conduiront nécessairement les Banques centrales à intervenir pour réguler ces évolutions. On peut constater plus de 15 ans après qu’ils ne s’étaient guère trompés sur ce point.

Ils font ensuite une description assez critique de l’euro qui vient d’être introduit, en soulignant que contrairement à toutes les monnaies solides du passé, celui-ci ne semble pas appuyé sur une souveraineté solide, c’est-à-dire clairement identifiable. Ils soulignent que la Banque Centrale Européenne, pour l’essentiel, a repris le fonctionnement institutionnel de la BundesBank allemande, ce qui pose un certain nombre de problèmes. En particulier, la BCE semble en retard sur la Fed car elle n’a pas de board unifié. Or « la banque centrale représente le pôle collectif face aux intérêts privées. »[31] Mais l’euro ne s’appuie pas sur une souveraineté clairement établie, ce qui pose un problème politique. De plus, il s’accompagne d’un « libéralisme rampant»[32], ce qui risque de le faire désapprouver par les citoyens. Là encore, ces critiques prendront tout leur sens dans les évolutions politiques et économiques jusqu’à nos jours.

Enfin, les auteurs dressent un tableau des apories de la gouvernance monétaire mondiale. Ils affirment que les flux de capitaux internationaux peuvent parfois avoir un impact négatif et perturbateur sur les pays qui les reçoivent, et qui sont conduits à s’en protéger et à constituer des réserves de change pour limiter les mouvements de spéculation sur leurs devises. Ils affirment que des accords bancaires et monétaires régionaux sont à prévoir, et insistent sur le fait que les crises financières sont inévitables, là encore de façon un peu pessimiste et dans la lignée de certaines remarques de La violence de la monnaie, où l’évolution duale de la monnaie était vue comme un chose incontrôlable par l’homme. En tout cas ils soulignent l’importance de la fonction de prêteur en dernier ressort dans l’action des banques centrales et là encore, on ne peut nier le caractère prédictif de cette affirmation, puisque c’est effectivement cette action essentielle qui permettra d’agir lors de la crise de 2008. Il soulignent également le rôle futur important que pourraient jouer les Droits de Tirages Spéciaux du FMI à l’avenir, même si cette hypothèse n’est pas vérifiée pour l’instant.

En conclusion, ils montrent que leur théorie des systèmes monétaires, soit homogènes soit fractionnés, permet une lecture pertinente de l’évolution des crises. Pour eux, la crise d’hyperfinflation est due à un excès de centralisation de la monnaie, alors que la pénurie de monnaie est due à un excès de fractionnement.

Comme on l’a vu, cette distinction a une puissance explicative et prédictive incontestable, depuis la Violence de la monnaie jusqu’à ce livre, et elle fonde en grande partie la force du travail des auteurs. Cependant, comme on l’a montré, cette théorie juste, qui s’appuie sur la description de la réalité du fonctionnement de la monnaie et des marchés financiers, est une fois encore, vingt ans après la Violence de la monnaie, marquée par une erreur de définition. En effet, les auteurs, en considérant la monnaie comme une dette, s’empêchent de la distinguer des créances en circulation sur les marchés financiers, et commettent de nombreuses confusions à cause de cela. Dans leur conclusion ils répètent d’ailleurs très nettement cette erreur en écrivant : « La confiance qu’inspire [l’euro] témoigne sans fard de ce que la monnaie est une dette ».[33]

Finalement, ce livre représente bien une mise à jour de leur ouvrage de 1982, en ce sens qu’il approfondit, précise, clarifie leur pensée, tout en montrant en quoi elle a prouvé sa valeur et a prévu la financiarisation des années 80-90, c’est-à-dire le fait économique majeur de notre temps. Mais les failles théoriques n’ont pas non plus été résolues, et l’ouvrage semble, au total, ne faire que reproduire un schéma de pensée efficace établi vingt ans avant. De là un certain manque d’outils intellectuels nouveaux pour comprendre toutes les conséquences économiques de la financiarisation massive que nos systèmes monétaires affrontent, et dont leurs livres ont certes annoncé dès le début l’avènement. Quel est l’impact de cette financiarisation massive sur l’organisation de la production, sur le système des prix ? A quels évènements conduiront cette financiarisation ? Telles sont les questions auxquelles ce livre ne répond pas.


[1] Voir mon analyse détaillée de l’ouvrage : https://monnaieprix.hypotheses.org/495?fbclid=IwAR2_2whgQHnUA9gKTZ91z16cDykrTqTeupKut_qBLg8lZzYLH8EV0gdy0G8

[2] La monnaie entre violence et confiance, Michel Aglietta et André Orléan, Odile Jacob, mars 2002, p. 22

[3] Op.cit., p.22

[4] Op.cit., p.32

[5] Op.cit., p.54

[6] Op.cit., p.59

[7] Op.cit., p.81

[8] Histoire et doctrine de la comptabilité, J.H. Vlaeminck, éditions Pragnos, 1979.

[9] Dette, les 5000 premières années, David Graeber, Melville House Publishing, 2011.

[10] Les trous noirs de la science économique, Essai sur l’impossibilité de penser le temps et l’argent, Jacques Sapir, édition augmentée d’une préface, Editions du Seuil, 2001.

[11] La monnaie entre violence et confiance, Michel Aglietta et André Orléan, Odile Jacob, mars 2002, p. 113

[12] Op.cit., p. 117

[13] Op.cit., p. 122

[14] Op.cit., p. 136

[15] Op.cit., p. 136

[16] Op.cit., p. 137

[17] Voir mon analyse détaillée de l’ouvrage : https://monnaieprix.hypotheses.org/495?fbclid=IwAR2_2whgQHnUA9gKTZ91z16cDykrTqTeupKut_qBLg8lZzYLH8EV0gdy0G8

[18] L’Evolution de la lettre de change, XIVè – XVIIIème siècle, Raymond de Roover, Editions Jean Touzot, 1953.

[19] William Roberds & Stephen Quinn, 2007. The Bank of Amsterdam and the Leap to Central Bank Money,  American Economic Review, American Economic Association, vol. 97(2), pages 262-265, May.

[20] La monnaie entre violence et confiance, Aglietta et Orléan, Editions Odile Jacob, 2002, p. 141.

[21] Op.cit., p. 144

[22] Op.cit., p. 181-182

[23] Op.cit., p. 181

[24] Op.cit., p. 183

[25] Op.cit., p. 193

[26] Op.cit., p. 194

[27] Op.cit., p. 203

[28] Op.cit., p. 245

[29] Op.cit., p. 252

[30] Les trous noirs de la science économique, Essai sur l’impossibilité de penser le temps et l’argent, Jacques Sapir, édition augmentée d’une préface, Editions du Seuil ,2001.

[31] La monnaie entre violence et confiance, Michel Aglietta et André Orléan, Odile Jacob, mars 2002, p.304

[32] Op.cit., p. 309

[33] Op.cit., p. 332


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.