Salluste : « Ils ont estimé votre liberté, celle d’un peuple, à cinq boisseaux par tête »

Discours de Licinus Macer, tribun du peuple, lors de l’agitation démocratique contre Sylla, au premier siècle avant J-C, cité dans les Historiae de Salluste, le grand historien romain. Ce discours préfigure clairement la lutte des classes moderne, ainsi que la lutte pour la souveraineté du peuple. Un discours d’une brûlante actualité qu’on pourrait croire adressé aux gilets jaunes  :

 

Que d’agitation contre moi ! Ce serait, bien-sûr, sans raison si, sans attendre que vous en finissiez avec l’esclavage, ils étaient disposés, eux, à mettre fin à leur tyrannie; et d’autant plus que nos guerres civiles ne furent, sous d’autres noms, que la lutte entre eux et nous au sujet de cette tyrannie qu’ils font peser sur vous. Aussi bien les flambées que suscitèrent leurs abus de pouvoir , leur odieuse insolence, leur avidité, n’eurent qu’un temps; mais sans fin ni relâche fut et reste seule disputée, obtenue, puis perdue, la puissance tribunicienne, cette arme qu’ont forgé nos ancêtres pour assurer la liberté. Et n’allez pas, je vous en avertis, je vous en prie, au gré de votre indolence, donner aux mots des sens nouveaux et appeler « tranquillité » ce qui est servitude. Eussiez-vous raison, d’ailleurs, vous ne pouvez même plus espérer en jouir, si leur immoralité triomphe de notre cause juste et saine : il aurait fallu ne point bouger. Mais en fait, songez-y, si vous ne l’emportez aujourd’hui, comme toute la sécurité de l’injustice est dans la dureté de l’oppression, ils vous tiendront encore plus serré.

On me dira : « Que demandez-vous? ». Avant tout que vous changiez vos façons d’être, langues actives, âmes indolentes, qui, une fois quittée l’assemblée, ne vous souvenez plus de la liberté. Puis (je n’exige pas de vous l’héroïsme qui a permis à vos ancêtres de faire du tribunat de la plèbe, magistrature toute abandonnée d’abord aux patriciens, l’expression de votre volonté, soustraite à l’autorisation patricienne), puisqu’en vous, citoyens romains, est toute puissance, que vous vous mettiez en mesure d’agir ou ne pas agir dans votre propre intérêt, au lieu de subir les ordres d’autrui. Attendez-vous l’aide de Jupiter ou de quelque autre dieu? L’orgueil des ordres consulaires et des décrets sénatoriaux, c’est vous, citoyens romains, qui par votre obéissance le sanctionnez ; de vous-mêmes vous hâtez d’accroître et d’affermir l’arbitraire qui vous accable.

Et ne pensez pas que je vous invite à venger vos injures. Bien plutôt à vouloir la paix. Je ne suis pas semeur de discordes, comme ils m’en accusent; j’en poursuis la fin en revendiquant, selon le droit des gens, ce qui nous est dû. Et s’ils s’obstinent à le retenir, je ne prêche ni la guerre ni la sécession : je vous conseille seulement de ne pas prodiguer davantage votre sang. Libre à eux de gérer, de retenir à leur guise les commandements: de poursuivre Mithridate, Sertorius et les débris des exilés avec, pour armée, leurs images d’ancêtres. Mais ni danger ni fatigue pour qui n’a aucune part aux profits.

Mais peut-être cette loi hâtive, qui prescrit des distributions de blé, compense-t-elle vos sacrifices? Oui, ils ont estimé votre liberté, celle d’un peuple, à cinq boisseaux par tête ! La nourriture d’un prisonnier, au plus juste. En prison, ce peu suffit à ne pas laisser mourir les gens, tout en usant leurs forces ; pour vous, il ne peut couvrir l’entretien d’une famille, et il n’y a que la paresse pour se laisser duper par un si mince espoir. Mais cette distribution de blé serait-elle considérable, du moment qu’elle se présente comme un leurre à votre servitude, quelle stupidité serait-ce de se laisser décevoir par elle et d’avoir encore à remercier vos oppresseurs de ce qui est à vous ?…

 

Salluste, Historiae, III, 48, 11-27 Maur

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.