Mini-Bots en Italie : le Trésor Public peut se transformer en Banque centrale

Le débat continue à faire rage en Italie à propos des mini-Bots suite au vote récent du Parlement encourageant à leur mise en place. Ainsi, les institutions européennes elles-mêmes semblent durcir le ton conjointement. Après les menaces de la commission européenne visant à sanctionner l’Italie pour déficit excessif mercredi, c’est au tour de Mario Draghi lui-même, le Président italien de la Banque centrale Européenne, de se prononcer au sujet des mini-Bots aujourd’hui. Cela nous montre bien, si besoin en était, que cette affaire est le sujet le plus brûlant qui soit pour les institutions européennes, et ceci depuis le début de la mise en place de ce gouvernement, à l’issue d’une crise inouïe concernant la nomination d’un ministre des Finances qui ne soit pas trop hostile à l’euro. Mario Drahgi déclare donc aujourd’hui, concernant les mini-Bots : « Les mini-Bots sont soit de la monnaie, et dans ce cas ils sont illégaux, soit ils sont une dette, et dans ce cas le stock de dette augmente. Je ne pense pas qu’il y a de troisième possibilité. »[1] Ce à quoi le président de la commission des finances de l’Assemblée, l’économiste Claudio Borghi Aquilini, a répondu sur twitter : « … Bien-sûr qu’ils sont de la dette. Mais ils ne sont pas de la NOUVELLE dette parce qu’ils dérivent des engagements existants de l’Etat envers les fournisseurs et les citoyens. » [2]De son côté le Secrétaire d’Etat aux affaires européennes, le juriste Luciano Barra Carraccio, a déclaré : « Evidemment qu’ils ne sont pas de la monnaie, mais des moyens de paiement à l’acceptation volontaire, dont la valeur est un droit d’option sur le crédit d’impôt opposable sine die. »[3] On voit là toute l’efficacité du dispositif gouvernemental et parlementaire mis en place l’an dernier. L’élite au pouvoir actuellement en Italie est une élite bien préparée et déterminée à affronter les abus des institutions européennes avec les meilleurs outils intellectuels, ce qui contraste fortement avec l’improvisation permanente que fût l’expérience grecque en 2015.

 

Il faut analyser de près ces déclarations pour bien les comprendre et en tirer toutes les conséquences, car ce qui semble se préparer, si le gouvernement assume solidement sa position, ce n’est rien moins que la mise en place d’une nouvelle monnaie circulant à partir du Trésor Public italien, en lieu et place de la Banque centrale européenne. Comme on l’a vu hier, cela est tout à fait possible si le Trésor émet au passif de sa comptabilité des mini-bots en lieu et place de sa dette publique. A son actif, il récolte ensuite les impôts en minibots, ce qui lui permet de supprimer la part de sa dette que ses créanciers acceptent de transformer en minibots, autrement dit de déduire de leurs impôts. Si la BCE refuse de prendre en charge ces écritures dans sa comptabilité, puisque le Trésor public italien possède un compte à la Banque centrale européenne, rien n’empêche le Trésor de l’appliquer dans la sienne, créant alors une rupture de fait avec la BCE. A partir de ce moment-là, le Trésor public est maître du jeu s’il arrive à faire circuler ses mini bots comme une monnaie, en l’émettant à l’occasion de ses dépenses et en la détruisant en prélevant des impôts. Ce système permettra de faire circuler une grande quantité de monnaie, mais avec des problèmes très importants dus au fait que cette monnaie ne viendra plus du crédit aux particuliers et aux entreprises. D’une part le besoin de crédit courant ne sera plus satisfait, d’autre part le secteur public deviendra prépondérant, ce qui posera de graves problèmes à l’économie italienne assez rapidement.

 

Mais il faut insister sur le fait que ce danger peut être évité si le gouvernement prend les mesures nécessaires. Pour cela, si le Trésor Public rompt avec la BCE, il est vital qu’il se transforme en une grande banque nationale pour accorder des crédits aux italiens. Cela n’a rien d’utopique ou d’impossible, si l’on considère que, comme en France, le Trésor Public est une institution tentaculaire, pour laquelle travaillent un très grand nombre d’agents publics partout sur le territoire italien. En Italie, ces agences territoriales, réparties partout sur le territoire sont regroupées dans le département des Finances du Ministère de l’Economie et des Finances et se nomment des Agences des impôts (Agenzia delle Entrate)[4]. Pour faire fonctionner efficacement le mini-bot, il est nécessaire de donner à ces agences le pouvoir d’accorder des crédits en mini-bots aux particuliers et aux entreprises, quitte à allouer des moyens supplémentaires pour créer des services spécifiquement dédiés à cette tâche. Cela permettrait de répartir sur le territoire l’ensemble de la demande de crédit courante qui est à la base, quotidiennement, de la création monétaire dans les banques. De plus, cela permettrait de rassurer l’ensemble des acteurs en s’adressant dans chaque endroit du territoire à l’Etat pour obtenir sa nouvelle monnaie (bien qu’elle n’aura peut-être toujours pas ce statut à ce moment-là).

 

Ainsi pourra être assurée rapidement et efficacement cette tâche essentielle et vitale pour la nation d’assurer le maintien de l’offre de crédit pour créer de la monnaie. L’expérience historique nous montre d’ailleurs que dans ce type de crise monétaire, l’institution prépondérante à laquelle les agents font confiance est toujours l’Etat, aussi le département des Finances, via ses nombreuses agences d’impôts, devra-t-il assurer cette mission. Au niveau central, le gouvernement devra certainement veiller autant que possible à séparer au sein de cette administration l’activité classique de prélèvement des impôts et de gestion des comptes des administrations, de l’activité nouvelle de gestion des crédits aux particuliers. D’autre part pour cette activité, il faudra fixer aux agences un objectif d’équilibre économique, voire de recherche de profit, afin qu’elles soient attentives à ne pas accorder des crédits de façon excessive. Certes, cet objectif de profit devra être modéré, surtout au début de la mise en place de ce système. Les agences se refinanceront ensuite en mini-bots au sein du Trésor Public central, et de la même manière, celui-ci devrait assurer une séparation entre ses activités bancaires et de gestion des fonds publics et des impôts.

 

Progressivement, une fois la crise passée et le mini-bot affermi dans son existence, il sera toujours possible de le reconnaître officiellement comme une monnaie, et de séparer progressivement les services bancaires du Trésor public, afin de reconstituer une banque centrale et des banques commerciales. Il serait d’ailleurs souhaitable, à ce moment-là, de conserver certaines de ces banques commerciales dans le secteur public, afin de les transformer en banques d’investissement à la disposition d’un Etat stratège, qui pourrait les utiliser pour corriger les dérives modernes du capitalisme, relancer l’investissement ou assurer la répartition des fruits de la croissance, mais ces questions viendront plus tard.

 

En tout cas, on voit que le point clé, pour réussir à faire fonctionner efficacement le mini-bot, sera l’action du Trésor Public italien, et sa capacité à répondre au besoin de crédit courant partout en Italie, afin de faire réussir l’adoption de sa nouvelle monnaie. Seule cette institution peut réaliser rapidement et efficacement cette action essentielle, parce qu’elle est dotée des moyens techniques, et humains pour la réaliser et qu’elle représente aux yeux du citoyen la matérialisation de l’Etat pour les questions financières.

[1] http://www.lefigaro.fr/flash-eco/la-bce-tacle-les-visees-de-rome-pour-eponger-de-la-dette-draghi-20190606

 

[2] https://twitter.com/borghi_claudio/status/1136621486872178688

 

[3] https://twitter.com/LucianoBarraCar/status/1136624361224454144

 

[4] https://it.wikipedia.org/wiki/Agenzia_delle_entrate

 


3 réflexions sur « Mini-Bots en Italie : le Trésor Public peut se transformer en Banque centrale »

  1. Le sire Varoufakis sur les minibots:

    https://www.project-syndicate.org/commentary/italy-parallel-payments-system-versus-greece-plan-by-yanis-varoufakis-2019-06

    “But the real difference between the Italian scheme and mine remains political. The parallel payment system I proposed was designed to use the reality of lower eurozone exit costs to create new fiscal space and help civilize the monetary union in the process. Italy’s system is the first step toward a parallel currency by which to bring about the eurozone’s end.”

    A-t’il raison ou tort?

  2. Ping : Italie et Europe | C.C.E.

  3. Merci pour vos articles sur les mini-bots. J’ai quelques questions/remarques pour approfondir le sujet.

    1)”A son actif, il récolte ensuite les impôts en minibots, ce qui lui permet de supprimer la part de sa dette que ses créanciers acceptent de transformer en minibots, autrement dit de déduire de leurs impôts.”
    => nous sommes d’accords que les mini-bots sont destinés à des créanciers italiens. Avez vous une idée de la nature de des créances que les privés nationaux ont auprès de l’Etat? Est-ce des obligations souveraines? Ou des commandes de l’Etat encore impayé? Qui sont ces créanciers nationaux – des PME? des grosse boites?

    Je pose ces questions, parce qu’il me semble que les conditions à ce que les créanciers nationaux accepte les mini bots et la déduction d’impôt est : 1) que leurs activités ne soient pas dépendantes de l’euro, ie commerce internationale, dans quel cas ils désireront de l’euro. 2) qu’ils paient effectivement des impôts en Italie et que ce ne soit pas des optimiseurs fiscaux, dans quel cas une réduction d’impôt ne les intéresserait pas.

    2) autre question, je ne connais pas la part de créancier étrangers sur la dette publique italienne, mais si c’est comme en France, ils sont une majorité.
    Comment l’Italie s’occupera de son stock de dette dont elle est débitrice vis à vis d’acteur étranger? Défaut? renomination en mini bot? Du coup en effet, il faudra des infrastructures financières nationales robustes pour contenir une tempête venant de dehors qui tentera par tous les moyens de crisper la circulation monétaire en Italie.

    3) enfin question plus théorique: avez vous des sources qui traitent de la nécessité que le crédit soit profitable afin qu’il conduise à des crédits soutenable économiquement? Des sources autant en comptabilité qu’en économie?

    Merci par avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.