La théorie des prix de Jean Fourastié

Jean Fourastié, dont on a vu l’aspect fondamental et novateur des recherches comptables avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, a ensuite consacré la deuxième partie de son œuvre à la théorie économique (la troisième et dernière partie de son œuvre, que l’on peut qualifier de réflexion philosophique et civilisationnelle sur l’évolution du monde et de la science, n’est pas moins profonde et intéressante, mais elle ne concerne pas directement le sujet de cette thèse[1] [2]). C’est cette œuvre qui a rendu cet auteur célèbre, parce qu’il a posé un diagnostic particulièrement pertinent, et vérifié par l’évolution historique, sur l’évolution économique et sociale du monde, en particulier dans Le grand espoir du XXème siècle, livre dans lequel il introduit pour la première fois la distinction aujourd’hui classique et utilisée partout dans le monde entre les secteurs primaires, secondaires et tertiaires. D’autres concepts sortis de ses travaux deviendront des grands classiques, tel que celui de « Trente glorieuses », tellement classiques et universellement utilisés qu’on en oublie qu’ils ont été des concepts forgés par un intellectuel à la pensée extrêmement féconde. Comme nous l’avons vu dans la première partie de cette thèse, les apports de Fourastié à la théorie comptable sont rien moins qu’exceptionnels, et l’on peut dire qu’en tant que découvreur des origines de la comptabilité en partie double, Fourastié doit être considéré parmi les plus grands comptables de l’histoire.

Ce rappel est nécessaire pour comprendre la nature de l’œuvre économique de Fourastié, qui se développa d’une façon singulière, et en se gardant soigneusement éloignée des conceptions des théoriciens néo-classiques, dont on va voir que les seuls commentaires qu’il y a consacrés sont des critiques extrêmement sévères, précises et justifiées, en particulier en ce qui concerne la compréhension des prix.

Les convictions politiques de Fourastié : un catholique social européiste

Jean Fourastié est souvent classé à droite politiquement, ce qui est en partie justifié. Au demeurant, s’il est bien un aspect de sa vie qui peut aisément prêter le flanc à la critique, parce que cet aspect a souvent été incohérent avec sa réflexion théorique, c’est bien sa pensée ou du moins les différents choix politiques qui ont marqué son existence. Sans revenir sur son comportement pendant la guerre, qui, comme on l’a vu dans le chapitre 4 de la première partie de cette thèse, relevait de l’attitude d’un haut fonctionnaire de Vichy totalement neutre vis-à-vis des évènements de la guerre, mais qui maintenait des conceptions absolument éloignées du nazisme, on peut souligner que cet engagement peut être qualifié après-guerre d’un européisme conservateur et social. Fourastié, à cette époque, est certes beaucoup plus engagé dans des questions de théorie économique et statistique, et surtout dans la mise en œuvre technique de ces théories en France et dans les organismes internationaux (tout comme il l’était sous le gouvernement de Vichy). Ainsi, après avoir mis en place le Plan Comptable Général en France (qui s’applique encore aujourd’hui à tous), il est l’architecte de la planification française qu’il met en œuvre depuis la présidence du Commissariat Général au Plan, et travaille intensément, au sein des institutions internationales, à l’élaboration des outils statistiques nécessaires à la décision économique, notamment à travers la réflexion autour du concept de productivité[3]. Cependant, cette activité technique et théorique, qui est incontestablement son apport le plus original et le plus excellent, n’empêche pas un engagement politique, même si celui-ci joue un rôle mineur dans sa vie. Dans ce domaine, il faut souligner que Fourastié a deux convictions qui guident son action : le catholicisme et la construction européenne envers laquelle il ne verra jamais un danger et toujours une nécessité[4]. L’homme politique auquel s’attache le plus Fourastié, après la guerre, est incontestablement Jean Monnet envers qui il a une grande admiration, presque une fascination. Cette admiration peut surprendre, quand on fait le bilan de l’œuvre des deux hommes, où Fourastié semble l’emporter haut la main, mais elle est un fait incontestable, qui ressort par exemple très nettement dans les mémoires de Jean Fourastié, où il fait un portrait dithyrambique de Monnet qui frôle l’exagération :

D’abord l’appel de Jean Monnet valorisait l’être appelé ; l’ampleur de l’œuvre et l’efficacité de l’action étaient bien connues. Le long entretien oral que Monnet accordait aux impétrants, d’abord soigneusement sélectionnés par des informations orales et écrites, ne laissait aucun doute sur l’atmosphère de la maison et sur les méthodes de travail du maître de cette maison. Il fallait que passe un courant de sympathie et de dévouement. Si ce courant passait, le contrat était conclu et personne, dans la suite ne s’avérait déçu. Monnet jugeait les aptitudes des hommes. Il reconnaissait leur domaine de compétence et orientait leur activité en conséquence. Il leur posait des questions auxquelles il savait qu’ils sauraient répondre soit tout de suite, soit après travail de réflexion. Ainsi il accroissait leur capacité et affermissait leur personnalité en accordant à leur avis le même poids qu’à ceux des plus grands experts.

Fondamentalement, il élevait par touches successives la pensée de ses collaborateurs à la dimension et à la hauteur des problèmes nationaux et mondiaux qui étaient les siens. Il faisait ressortir l’utilité de leur collaboration, les rendant responsables, « en charge » disait-il, d’un secteur croissant des affaires ; sans faire appel à la compétition, encore moins à l’ambition, il appelait à la collaboration.[5]

En tout cas, il faut souligner que l’engagement politique de Fourastié, qui n’alla jamais très loin, n’a pas eu beaucoup d’influence sur sa pensée économique, et elle n’en aura pas beaucoup plus dans son œuvre philosophique, où c’est à l’évidence davantage dans le catholicisme qu’il ira chercher l’essentiel de ses références (par exemple à travers ses lectures de René Girard, Blaise Pascal, et bien-sûr de la Bible elle-même)[6] [7]. Cependant, aussi peu important soit-il dans sa pensée économique, l’engagement politique de Fourastié pour un catholicisme conservateur et européiste a tendance à le faire assimiler, notamment par la pensée économique d’inspiration marxiste, à un économiste favorable à la théorie néo-classique. Les économistes néo-classiques eux-mêmes, pour peu qu’ils soient conservateurs et favorables à la construction européenne, ont tendance à la classer parmi eux, faisant fi de sa méthodologie originale et de ses critiques acerbes et définitives contre l’économie néo-classique. Fourastié lui-même a souligné dans ses mémoires qu’il avait beaucoup fréquenté les économistes américains, dont un grand nombre d’économistes néo-classiques de son temps :

Monnet m’a chargé de missions à l’étranger, autour des idées de comptabilité nationale, de progrès technique et de productivité, d’abord en Suède puis aux Etats-Unis.

J’ai beaucoup appris dans ces voyages, en particulier par le contact avec des économistes de valeur, par exemple aux Etats-Unis, Kuznets, Hansen, Clough, Fabricant, et des membres éminents du National Bureau of Economic Research. J’ai été impressionné par la solidité des institutions américaines, qui concouraient au progrès économique et à la puissance des Etats-Unis. Il y avait des institutions privées, comme le National Bureau of Economic Research, subventionné par de grandes entreprises, mais aussi des organismes publics, comme le groupe des Conseillers Economiques du Président des Etats-Unis. Le Bureau of Census était le bureau officiel des statistiques, et le Bureau of Labor, un gros organisme qui s’occupait beaucoup d’économie et de progrès social. J’ai eu une forte impression du Bureau of Labor. C’est de là que viennent mes relations avec Milton Friedman et Wassili Léontieff, depuis prix Nobel d’économie. J’ai fait plus tard une étude approfondie de la comptabilité nationale interindustrielle de Léontieff.[8]

Une classification plus précise de Fourastié parmi les économistes devrait conduire à le classer sans hésiter parmi les auteurs institutionnalistes conservateurs, à l’image d’un Hayek. Mais à la différence de Hayek, avec qui il partage quelques conceptions sur les prix, Fourastié est un défenseur de l’Etat et de la nécessité vitale de son intervention économique. En tout cas une telle classification parmi les auteurs institutionnalistes, parmi lesquels il n’est jamais cité[9], aurait le grand avantage de désigner sa pensée économique pour ce qu’elle est au plan méthodologique : non seulement une critique radicale de la théorie néo-classique, mais également un affranchissement complet des conceptions déraisonnables et des outils inadaptés de cette dernière.

La critique radicale et l’affranchissement de la théorie néo-classique

Fourastié a peu écrit sur la théorie néo-classique, pour une raison simple : il s’en désintéressait et la croyait – à tort – dépassée dans la pensée des économistes. Cela ne signifie pas qu’il n’a pas écrit du tout à son sujet, car il semble avoir réalisé, à la fin de sa vie, qu’elle était en train de s’imposer dans la pensée universitaire malgré son incapacité à expliquer les faits. Ainsi, sa critique des néo-classiques apparaît dans son œuvre de façon paradoxale : elle est de plus en plus présente alors qu’elle est de moins en moins utile dans son système théorique. Des quelques remarques dépréciatives qu’il fait à son sujet dans ses cours de l’Ecole Libre des Sciences Politiques à Paris juste après la guerre, où il la juge comme une vieillerie dépassée par les outils fournis par la statistique et la comptabilité, il aboutit dans ses derniers ouvrages à des parties entières où il se voit contraint d’expliquer en détail ce qui lui apparaît comme une évidence : la théorie néo-classique ne rend pas compte de la réalité observée.

Ainsi dès 1946, devant ses étudiants de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, à qui il enseigne les fondements de la comptabilité (c’est-à-dire les résultats de ses découvertes fondamentales faites pendant la guerre) il déclare :

Je considère la comptabilité comme indispensable à la compréhension du monde contemporain. Je veux insister là-dessus parce qu’il s’agit d’une chose importante moins connue que ce que je viens de vous dire jusqu’à présent. On discute beaucoup à l’heure actuelle de la valeur de la science économique contemporaine. Je vous l’exprimerai en termes crus pour vous marquer que je ne prétends pas du tout vous imposer une aussi brutale opinion. Je considère que la science économique est pratiquement inexistante. Je considère que depuis 150 ans que les gens s’efforcent de créer une science économique, ils n’y sont pas parvenus, alors que, chose extraordinaire, le départ était excellent. Je considère que vers 1830 il y avait une science économique et que brusquement cette science s’est évanouie, et qu’il n’est plus resté que poussière, description pure ou théorie sans contact avec les faits, donc plus de science. Une telle pensée peut surprendre. Comment une science existante a-t-elle pu s’évanouir ? Cela me paraît tout à fait naturel qu’une science qui existe cesse d’exister parce que la science ne sert qu’à décrire la nature ambiante. La science est un mécanisme de pensée, un mécanisme d’enseignement, c’est-à-dire de communication de la pensée qui a pour objet de connaître davantage le monde matériel qui nous entoure. Quand ce monde change, il faut changer de science (…) En 1830, on avait une science économique qui décrivait l’économie de ce moment-là. Les théories économiques comme celles de Ricardo sur la rente dominaient le monde économique de l’époque, elles expliquaient les faits fondamentaux qui dominaient la vie économique réelle. Et puis un beau matin, elles ont cessé de représenter les faits. L’affolement s’est emparé des gens. Cet affolement a duré 100 ans. On n’a pas voulu renoncer aux théories de Ricardo, on tenait plus aux théories qu’aux réalités. On n’a pas voulu renoncer à la science 1830; on voyait à tout moment des phénomènes perturbateurs, mais les économistes ou bien niaient ces faits nouveaux, ou bien les ignoraient, ou bien les négligeaient. Puis ils se sont peu à peu bornés soit à décrire, soit à tergiverser, soit à argumenter. Aujourd’hui personne n’y comprend plus rien, on ne sait plus où on est, le Ministre de l’économie nationale, quoi qu’étant lui-même un économiste de profession, ne peut tirer de cette science économique aucune utilité substantielle. La science économique ne sert pas au Ministre de l’économie nationale. C’est pourquoi je dis qu’il n’y a pas de science économique. La science doit servir à quelque chose. Si elle ne sert à rien, c’est un jeu d’échec, de bridge. Je vois des édifices de pensée charpentée, logiques, solides mais qui ne sont pas utilisables dans le monde contemporain. Je dis cela n’est pas de la science. La science pour moi doit être utile, parce qu’elle doit correspondre aux faits. Il ne suffit pas de construire la théorie d’un monde qui n’est pas nôtre, c’est du jeu. Il s’agit de construire la théorie du monde qui est le nôtre (…).

La science économique s’est dissociée des faits et de la réalité en grande partie parce que nos économistes n’ont pas de connaissance convenable des technologies et ne s’appuient qu’exceptionnellement sur des résultats comptables. En effet nous parlons de comptabilité depuis 40 minutes, et nous ne l’avons pas encore définie. Mais nous savons bien qu’il s’agit de mesurer des mouvements de valeur. Or la science économique n’a pas d’autres objets que d’étudier les lois de ces mouvements de valeur. Il doit donc y avoir entre science économique et enregistrements comptables une interpénétration extrêmement nette, précise, la même qu’entre l’art de l’arpenteur et la géométrie élémentaire, de même qu’entre les mesures astronomiques et la géométrie. Il y a pour les économistes une nécessité qui me paraît a priori évidente, élémentaire, une nécessité de connaître de manière concrète les mouvements de valeur dont ils prétendent découvrir les lois. Ces mouvements de valeur comment voulez-vous les mesurer, où voulez-vous trouver l’expression de leur mesure, sinon par la comptabilité et dans les documents comptables. Il me paraît aussi évident que l’économiste doive avoir pour arme élémentaire la comptabilité qu’il l’est de voir le physicien faire des mesures qui portent sur les longueurs d’onde de la lumière, la vitesse de la chute des corps, etc…

Voyez comme des savants tels que Pascal ou Galilée ont fondé la physique contemporaine. Ils l’ont fondé en mesurant les faits de la vie concrète. Ils ont mesuré, avec les moyens de leur époque, avec des règles grossières, avec des décimètres, à 1% ou 5% près. Mais ils ne partaient pas d’idées a priori desquelles ils auraient déduit savamment toute une série de conséquences. Parfois, toute une partie de sa philosophie le montre, Descartes est tombé dans ce défaut de se dissocier de l’expérience ; mais toute cette partie de son œuvre est tombée et n’existe plus.[10]

Ensuite Fourastié explique qu’une science économique nouvelle, débarrassée de ces vieilles conceptions et plus connectée à la comptabilité, est en train de s’imposer dans le monde, ce qui comme on va le voir, ne sera vrai qu’en partie, et n’est en tout cas plus valable à partir des années 70-80 :

On a ainsi dès maintenant une très considérable littérature économique dont l’esprit se détache complètement de l’ancien courant et qui anime dès maintenant les milieux dirigeants. Par exemple, il n’y a pas de doute que la politique économique des Etats-Unis, que la lutte contre les prochaines crises, est conduite dans cet esprit nouveau d’économie concrète. Je ne veux pas, bien entendu, vous donner les noms des principaux représentants de cette école. Vous avez entendu parler de quelques-uns d’entre eux. Le principal organisme aux U.S.A. est le National Bureau for Economic Research. Ce bureau a publié un très grand nombre de livres qui ont apporté une contribution extrêmement importante à la création d’une véritable science économique. C’est-à-dire d’une science économique utile. En Angleterre, le représentant le plus connu de la nouvelle tendance est M. Colin Clark. Je vous donne quelques noms des économistes du National Bureau : Kuznets, Fabricant, Burns.

Donc cette nouvelle tendance de l’économie est celle qui se manifeste en France par exemple par la création du Commissariat général au plan. L’équipe du Commissariat général au plan est une équipe qui travaille selon ces idées nouvelles, s’appuie très directement sur des documents comptables, notamment en ce qui concerne les travaux relatifs au bilan national. En somme la comptabilité nationale doit être la sommation totale des comptabilités privées au moins dans l’idéal. De toute manière c’est une construction, un document administratif de nature comptable, c’est-à-dire établi selon les règles de la comptabilité.[11]

Ce texte montre aussi le passage progressif de la réflexion comptable à la réflexion sur les prix dans la recherche de Fourastié, ce qui pour lui est la suite logique de ses découvertes[12]. Même si cette réflexion sur les prix est encore à l’état embryonnaire, elle annonce la suite de son œuvre :

Un autre élément fondamental par lequel la comptabilité est indispensable à la science économique concrète c’est l’étude des prix de revient. C’est peut-être en matière de prix que le contraste entre les deux conceptions de l’économie est le plus net. Jusqu’à 1940, on a étudié les prix uniquement en fonction de la monnaie. On a écrit de gros livres pour suivre l’action de la monnaie sur les prix, on a étudié des indices globaux, l’indice général des prix de gros, l’indice général des prix de revient. La nouvelle école ne s’intéresse plus autant aux indices généraux. Elle s’intéresse aux prix considérés individuellement (…) Il y a une interpénétration extrêmement étroite entre comptabilité et théorie des prix. On ne peut pas faire la théorie économique des prix si l’on ne sait pas ce qui constitue le prix de revient, si on ne sait pas comment on le calcule.

Ainsi on parvient par la comptabilité à une nouvelle conception de la science économique. Je n’insiste pas là-dessus, parce que cela déborderait le cadre de ce cours. Je signale seulement à ceux d’entre vous que cela pourrait intéresser que je développe plus spécialement ces idées dans mon cours du Conservatoire National des Arts et Métiers, qui cette année portera sur l’évolution économique contemporaine, c’est-à-dire l’évolution de 1830 à 1947. J’essaie dans ce cours de décrire l’évolution séculaire d’une manière concrète, c’est-à-dire en étudiant uniquement des faits mesurés, en me référant sans cesse à des indices certains et sûrs, comme par exemple le salaire réel, l’évolution des prix, l’évolution de la population active.

Je résume ce que je viens de vous dire dans ces simples notes : la comptabilité est une méthode d’observation économique. Si vous voulez avoir une action économique dans le cadre d’une entreprise vous devez utiliser la comptabilité. Si vous voulez faire de l’économie à l’échelon national ou à l’échelon scientifique vous devez faire de la comptabilité. Vous ne pouvez pas faire d’économie sans faire de comptabilité, parce que faire de l’économie sans faire de comptabilité, c’est faire de la science sans observation.[13]

Comme on le voit, Fourastié est radicalement critique envers les économistes classiques d’avant-guerre, et il les juge très durement. Par la suite, absorbé tout entier dans ses travaux pratiques au Commissariat au plan et à l’OCDE, il pourra croire un temps que les conceptions issues de la Théorie de l’Equilibre Général sont mortes. C’est seulement à partir des années 70-80, alors qu’il se recentre sur ses activités universitaires et publie ses travaux théoriques fondamentaux sur le système-prix, qu’il prendra conscience que sa prévision de l’évolution intellectuelle n’a pas été vérifiée. Comme beaucoup de chercheurs, il est alors confronté au développement massif des théories issues de la Théorie de l’Equilibre Général, et à leur expansion dans l’Université en France et à l’étranger. Comme nous le verrons, ces théories sont en tout point éloignées de ses propres conceptions, en particulier sur la question des prix et de la productivité. Elles lui apparaissent donc comme fausses et ne tenant aucun compte de ses propres travaux, ce qui est bien le cas. Aussi se met-il à les critiquer directement dans ses ouvrages, mais apparemment sans aucune audience. Dès 1974, dans son livre La réalité économique, il décrit ainsi l’état de la connaissance économique :

La science économique souffre actuellement de six grands handicaps, qui la laissent exsangue et vagissante :

La confusion du rationnel et de l’expérimental ;

L’impossibilité d’expérimenter, au sens strict, et les difficultés particulièrement graves de l’observation ;

Une imitation trop servile des sciences physiques (où justement l’expérimentation est possible pour l’homme) ;

L’ambiguïté et la relativité de la mesure de la plupart des quantités économiques ;

Une assurance excessive, qui fait croire au public et aux économistes eux-mêmes qu’il existe réellement une science économique (qui permettrait de maîtriser l’économie), alors qu’il n’existe, dans un océan d’ignorance, que des points forts ;

La paradoxale négligence, et même l’ignorance de ces points forts, qui, loin d’être pris pour base (seule base sûre) de l’enseignement, de la recherche et de l’action, sont méprisés au profit d’une science sophistiquée, parée du prestige des mathématiques – solidement isolée du bon sens par un puissant arsenal de notations et de symboles – et coupée de l’observation du réel.

De ces handicaps, les uns sont de la nature des choses (et plus précisément de la nature des « relations » qui peuvent s’établir entre le cerveau humain et un réel infiniment complexe et mouvant) les autres sont seulement dus aux idées aujourd’hui dominantes, et pourront donc être assez aisément et assez rapidement – je ne dis pas éliminés mais – reconnus et par conséquent restreints.[14]

Ici encore Fourastié émet donc l’espoir que la théorie économique revienne à la raison et il publie ses travaux fondamentaux sur les prix au début des années 80, dans son livre Pouvoir d’achat, prix et salaires. Malheureusement, ce livre n’aura aucune audience, malgré le fait qu’il est probablement l’un des plus importants de l’auteur.

S’il est un économiste très respecté, Fourastié ne semble pas très lu dans les années 80 par les autres économistes. On retient volontiers de lui quelques concepts célèbres, comme les trois secteurs ou le terme de « Trente Glorieuses », mais en se gardant bien de discuter les fondements théoriques précis qui lui ont permis de forger ces concepts universaux. Sa théorie économique n’est en fait ni discutée, ni critiquée, elle semble tomber dans une sorte d’oubli. Aussi les critiques que l’auteur adresse à la théorie dominante semblent marquées par cette situation. Tout se passe comme s’il répétait des arguments que personne n’entend, et il semble avoir le sentiment d’une certaine régression intellectuelle de la pensée économique qu’il n’hésite pas à dénoncer avec une sévérité grandissante. En 1984 il écrit un nouvel ouvrage qui reprend l’essentiel des théories fondamentales de son précédent livre en essayant de les exprimer sous une nouvelle forme. Le livre s’intitule Pourquoi les prix baissent et n’aura pas plus de succès parmi les économistes, généralement fascinés à cette époque par la théorie néo-classique et ses différents avatars. Aussi le livre s’attaque-t-il cette-fois ci frontalement à cette théorie néo-classique, puisque Fourastié comprend qu’elle s’est imposée et repère la menace qu’elle constitue pour la théorie économique. Dans l’introduction, il écrit :

Nous avons toujours été mal contents de la théorie classique des prix, dite souvent aujourd’hui « néo-classique » par suite des replâtrages et additions qu’elle a enregistrés depuis cinquante ou soixante-quinze ans.

Lorsqu’en 1949, nous avons présenté, dans Le Grand Espoir du XXe siècle, le premier linéament des hypothèses dont la suite des années a largement confirmé la valeur explicative et la réalité objective, nous pensions tout naturellement que la considération de ces simples faits allait engendrer une rapide rénovation de cet enseignement classique, et que donc nous n’aurions pas à y revenir trente-six ans plus tard. Hélas ! Il n’en est rien. Quoique soient devenus classiques et même banals beaucoup des chapitres du Grand Espoir, notamment ceux qui traitent de l’inégalité de la croissance des besoins, de la population active, de sa répartition et des trois secteurs primaire, secondaire et tertiaire de l’économie, de l’avènement de la société post-industrielle ou tertiaire etc., cependant et pourtant, le message relatif aux prix, même s’il a été bien reçu par le grand public, même sans qu’il ait été l’objet d’aucune critique d’ordre scientifique, n’a pas pénétré, n’a pas fécondé la science économique universitaire.

Cette théorie néo-classique, qui est au cœur de la science économique universitaire, est donc, du point de vue des prix qui est le nôtre ici, restée telle qu’elle était il y a quarante ans.

-Elle est pratiquement coupée de l’observation des prix ; elle se désintéresse totalement de leur évolution. Les livres ou les chapitres qui traitent de la théorie des prix ne contiennent aucune statistique de prix.

-La théorie des prix est essentiellement une théorie des comportements, imaginés bien plus que constatés. Elle élabore des concepts et déduit des lois, essentiellement celle de l’offre et de la demande, matérialisées par des courbes, des schémas, que personne n’a jamais pu dresser et coter par observation du réel et qui sont donc présentées sans échelle numérique et sans référence de produit (acier ou saucisson ?), de temps ni de lieu.

-A la vérité, la théorie ne s’intéresse qu’à ces comportements, et non aux résultats concrets, observés de ces comportements. C’est ainsi qu’elle ignore et se satisfait pleinement d’ignorer les phénomènes concrets et majeurs que sont l’évolution des prix, les valeurs et les mouvements des prix relatifs, le pouvoir d’achat des salaires, les relations entre les prix et l’emploi, entre les prix et la productivité du travail… ; elle ne fait que des allusions sporadiques à l’action du progrès technique, etc.

-Finalement, comme les astronomes pour les planètes avant Galilée, les théoriciens d’aujourd’hui ont élaboré et enseignent la théorie des prix sans avoir préalablement observé ni considéré la réalité et le mouvement des prix.

Nous tenterons de remonter, d’annuler ce courant, ce torrent de rationalité abstraite et vide, en observant d’abord le réel, en ne raisonnant qu’ensuite, et seulement sur le réel ainsi observé.

On voit ici combien Fourastié s’était trompé en prévoyant en 1946 que la science économique allait partir dans la bonne direction, c’est-à-dire celle qu’il avait lui-même édifiée. Il avait projeté sa propre logique théorique dans le futur en sous-estimant grandement les erreurs et les compromissions auxquelles se livreraient les économistes qui seraient en responsabilité entre-temps. Aussi le constat qu’il fait est-il un constat amère, bien que ses livres sur le système des prix soient par ailleurs très féconds, comme nous le verrons par la suite. Aucun de ces avertissements ne seront pris en compte par la théorie dominante. Et alors que cette théorie connaîtra le développement que l’on sait à l’Université, les travaux de Fourastié tomberont dans l’oubli, oubli recouvert par les hommages convenus et souvent condescendants qui sont généralement réservés à l’inventeur des « Trente Glorieuses ». Cette situation n’aura d’ailleurs certainement pas été sans influence sur les développements philosophiques que poursuivra Fourastié dans la dernière partie de sa vie. En effet, il semble que sa pensée bascule à partir de ce moment-là de la critique économique théorique à la réflexion sur la nature et l’évolution de la civilisation occidentale, et là encore son constat sera assez inquiet, comme en témoigne par exemple la postface qu’il écrira en 1990 pour la réédition du  Grand Espoir du XXe siècle[15].

Une deuxième note critique sur la théorie des prix est placée en annexe de son ouvrage Pourquoi les prix baissent, et s’intitule Note critique sur la théorie néo-classique des prix[16]. Dans cette note il conteste la scientificité de cette théorie et appelle à construire une véritable théorie scientifique des prix, basée sur l’observation :

La théorie néo-classique des prix, dans sa forme actuelle, est beaucoup moins une théorie scientifique qu’une théorie rationnelle. Ou plus exactement, elle est une juxtaposition de discours rationnels (la part ancienne de la théorie) et de descriptions empiriques de méthodes et de calculs de gestion (la part nouvelle de la théorie). Or ces deux parts, loin que la seconde soit, comme elle devrait l’être, la conséquence ou l’application de la première, apparaissent comme contradictoires, la seconde ruinant à peu près complètement les « lois » qu’a énoncé la première (…)

La théorie scientifique doit non seulement élaborer des concepts, mais confronter d’emblée ces concepts avec le réel observable et observé. La théorie scientifique doit non seulement expliciter rationnellement les rapports nécessaires de ces concepts entre eux, mais vérifier, par l’observation, la conformité entre ce qu’annonce la théorie et ce qui se passe, ce qui existe effectivement dans le réel.

Or la théorie des prix ne recherche qu’exceptionnellement et sporadiquement l’épreuve des faits ; elle n’en sort victorieuse que dans des cas très peu nombreux et très particuliers. C’est pourquoi, d’ailleurs, elle s’évanouit insensiblement et inconsciemment en traité de gestion. (…)

On ne s’étonnera pas, dans ces conditions, de l’hiatus qui existe entre l’actuelle théorie des prix et nos observations concrètes, nos statistiques de prix courants et réels.

La théorie des prix ne peut décrire la réalité des prix considérés objectivement comme un système d’éléments objectifs, de choses observables en elles-mêmes ; elle ne prétend pas le faire ; elle ne s’intéresse pas à cela ; elle ne s’en préoccupe pas, ce n’est pas « son véritable objet ».

Elle n’a pas pour objet le prix des choses, mais seulement les comportements, les démarches, les attitudes, les décisions, des hommes relatifs à ces prix…Dès lors on ne s’étonnera pas qu’elle ne s’intéresse pas aux prix observés, constatés par les statisticiens et enregistrés dans les bulletins et annuaires.

Peu importent donc à la théorie économique d’aujourd’hui l’évolution effective des prix, le mouvement des prix relatifs, les mouvements des prix par rapport aux salaires, la baisse des prix réels, la hausse du pouvoir d’achat, les facteurs qui les déterminent…

Tout cela est en dehors de la théorie dite des prix, et à la limite, en dehors du champ de la théorie dite science économique.

Mais un débat devra être ouvert sur la pérennité de cette situation. Le temps n’est-il pas venu de faire sortir ces réalités économiques majeures (prix, salaires, pouvoir d’achat, progrès technique, productivité, emploi…) du domaine de l’anecdotique, du domaine de l’histoire économique décousue et sporadique ? Le temps n’est-il pas venu de cesser d’abandonner ces faits essentiels aux ingénieurs, aux journalistes, aux auteurs d’essai, aux amateurs ?… Le temps n’est-il pas venu de les intégrer dans une véritable théorie scientifique ? Le temps n’est-il pas venu d’en faire la substance, le corps de la science économique ?

Cette véritable théorie des prix, ayant pour objet les grandeurs économiques observées et observables, n’en serait pas moins tributaire de l’actuelle théorie. Des pans entiers de l’actuelle théorie devront trouver place dans la nouvelle. (…)

Nous venons d’écrire que la théorie universitaire des prix n’a guère progressé depuis cinquante ans, qu’elle n’a tenu aucun compte de nos études sur les prix observés et sur les prix réels, qu’elle ne couvre ainsi qu’une part (la moins sûre) du champ qu’elle devrait couvrir.

Cependant depuis quelques années, divers mouvements se font jour pour prendre en considération ce fait, majeur pour l’économie, qu’est l’action du progrès technique sur les prix. (…)

Ces faits confirment notre pensée que la science économique doit rénover sa théorie des prix.

On voit donc l’extrême réserve, pour ne pas dire le mépris, dans lequel Jean Fourastié tenait la théorie de l’équilibre général. Le reproche principal qu’il lui fait est son absence d’utilité pratique et son absence de scientificité, reproche qui a été confirmé par la suite par de nombreux travaux[17]. Reproche lourd de sens venant de la part d’un chercheur qui fit beaucoup de découvertes fondamentales, qui participa lui-même à des réformes d’ampleur dans l’organisation économique et administrative française et internationale dont nous sommes toujours tributaires aujourd’hui, qui fut un penseur philosophique très profond des sciences et de leur rapport avec la société, et qui fut d’ailleurs membre puis Président de l’Académie des sciences morales et politiques. Il est surprenant que ses travaux n’aient pas été considérés avec davantage d’attention, mais cela a sans doute à voir avec l’évolution peu scientifique qu’une grande part de la théorie économique a suivi durant de nombreuses années jusqu’à nos jours. Car au-delà de la critique radicale qu’il a exprimé contre la théorie dominante, Fourastié a poursuivi, en s’affranchissant des cadres paralysants de cette fausse science, son propre travail de théorie économique, qui l’a conduit, à partir de ses découvertes et de sa pratique en comptabilité, à s’interroger sur le fonctionnement réel des prix et de la productivité. Il nous faut à présent étudier en détail cette théorie essentielle pour notre propre thèse.

Les prix réels

Les recherches comptables de Jean Fourastié, qu’on a étudiées en détail dans la première partie, l’ont ensuite conduit à s’interroger sur le phénomène économique des prix. Cela est tout à fait logique. Parce qu’elle est une méthode d’enregistrement et de définition de la valeur, la comptabilité en partie double est intimement liée aux variations de prix. Nous avons vu que le concept de profit, qu’elle a défini rigoureusement à partir de la comptabilité des marchands-banquiers italiens au 14e siècle, n’est rien d’autre que l’enregistrement des variations du prix des valeurs d’une entreprise. Toute l’architecture logique de la comptabilité en partie double, tout son fonctionnement pratique est basé sur le système des prix. Si l’on va plus loin dans l’analyse (ce que n’a pas fait Fourastié en l’occurrence), on peut même dire que c’est le système des marchés financiers, autrement dit le système des ventes à terme, qui ne peut fonctionner que grâce aux variations de prix. Même s’il n’a pas explicitement pensé ce lien entre les prix et la comptabilité, bien qu’il l’ait évoqué devant ses étudiants à l’Institut politique de Paris juste après la guerre, il est certain qu’il en a eu l’intuition du fait de sa pratique comptable. C’est sans aucun doute la raison pour laquelle il s’intéressa de près à ce problème. Mais comme on va le voir, il s’y intéressa d’une façon très différente des économistes classiques, parce que ce qu’il voulait comprendre, ce n’était pas l’évolution macroéconomique des prix, mais les raisons profondes de leur variations individuelles. Cette vision est directement issue de sa formation comptable, car ce qui intéresse le comptable est d’abord l’infini variété des variations des prix, et le mystère de l’origine de ces variations. Face à cette interrogation, cependant, il est clair qu’il a dû éprouver une grande frustration devant la théorie économique dominante, qui se refuse à considérer ces variations et leurs causes réelles prises isolément, pour n’en donner que des explications simplistes et générales, ne correspondant pas à la réalité observée. C’est dans ce constat que les critiques et le dédain qu’il a adressées à la théorie néo-classique prennent leur source.

La première œuvre majeure dans laquelle Fourastié va développer sa théorie des prix réels est peut-être son œuvre la plus connue, celle, en tout cas, qui « joua un rôle considérable sur sa carrière »[18] en le faisant connaître du grand public et des élites politiques d’après-guerre, c’est-à-dire Le grand espoir du XXe siècle[19]. Comme il le déclare lui-même dans ses mémoires, ce livre est la reprise de son premier ouvrage l’Economie française dans le monde[20], qui l’a réellement fait connaître du grand public :

Ce livre a eu un impact considérable sur ma carrière. Deux hommes importants l’ont lu dès 1945, Jean Monnet et Léon Blum. Ce dernier avait été Président du Conseil des Ministres sous le Front Populaire ; il avait beaucoup souffert de la guerre et de la défaite. Dans ses éditoriaux du quotidien socialiste de l’époque, Le Populaire, il a cité L’Economie français dans le monde de manière flatteuse. (…)

Je ne l’ai rencontré qu’une fois, dans les derniers mois de sa vie à Jouy en Josas. Je venais le remercier des articles dont nous venons de parler ; j’ai été frappé de sa courtoisie, de sa disponibilité, de sa curiosité. Il était âgé et fatigué, mais sa personnalité était profonde et ouverte. Nous avons parlé de mes idées. A la fin de l’entretien, il a noté sur mon exemplaire du Grand Espoir, une dédicace, « Léon Blum, en souvenir d’une visite qui ne m’a pas déçue de ma lecture », c’était le 30 décembre 1949. (…)

D’emblée, Jean Monnet m’a dit qu’il avait lu l’Economie française dans le monde, et qu’il était en train de recruter des collaborateurs pour le futur Commissariat Général au Plan. Il m’a demandé si cela m’intéressait, si cela me paraissait possible et dans quelles conditions.[21]

Dans le Grand espoir du XXème siècle, Fourastié introduit sa conception fondamentale des prix réels. Il explique qu’il est impossible de comparer des prix en tant que tels dans le temps et l’espace, parce que ces prix sont trop fluctuants. Pour avoir une compréhension correcte du niveau de vie, c’est-à-dire du pouvoir d’achat, il faut diviser les prix par le salaire d’un ouvrier moyen, type menuisier ou charpentier, emplois qui existent depuis des temps immémoriaux et dans tous les pays. Une fois cette information obtenue (Fourastié élabore pour ce faire des tables annuelles par pays avec le salaire de l’ouvrier de base), il est possible de construire des indices chaînés de prix qui révèlent le niveau de vie. C’est cet outil simple mais fondamental qui permet à Fourastié de dévoiler la dynamique de l’économie mondiale et de comparer les niveaux de vies de pays très divers, qu’ils soient capitalistes ou socialistes. Cette simple méthode fait apparaître des vérités absolument essentielles pour la science économique, dont la plus fondamentale est la suivante : les prix réels connaissent une baisse tendancielle très marquée dans l’histoire en raison de la diffusion du progrès technique. Le progrès technique est donc la force économique essentielle qui fait évoluer les prix dans des proportions considérables, mais cela n’est pas pris en compte, ou de façon marginale par la théorie économique des prix classique. Aussi Fourastié note-t-il :

Le lecteur doit dès maintenant comprendre que l’échec de la théorie économique classique sur un problème aussi capital provient de la négligence complète d’un facteur essentiel : le progrès technique. En réintégrant ce facteur dans l’étude des prix, nous verrons qu’il s’y révèle prépondérant, et, sans qu’il soit question de lui faire expliquer la totalité des faits observés ni le détail des fluctuations à court terme, nous constaterons qu’il permet de rendre un compte exact des mouvements fondamentaux.[22]

Ainsi Fourastié démontre par sa méthode la réduction considérable des différents prix sous l’effet du progrès technique, c’est-à-dire sous l’effet de la hausse de la productivité du travail. Entre 1890 et 1939 en France, il montre ainsi que le prix du ciment est trois fois moins cher, la chaux plus de deux fois moins chère, le prix du rail a baissé de 30%, etc.

C’est cette analyse des prix réels qui l’amène à dégager l’analyse par secteurs devenue classique aujourd’hui (secteurs primaire, secondaire et tertiaire), alors qu’on n’utilise plus la méthode qui a permis de les découvrir et qu’on ne distingue plus la chose essentielle que Fourastié avait mis à jour : les prix de ces différents secteurs ne fonctionnent pas de la même manière. Ainsi, alors que le progrès technique fait chuter de façon spectaculaire le prix des produits issus des secteurs primaires et secondaire, les prix réels du tertiaire, eux, ont tendance à augmenter, tout comme les salaires de ce secteur que Fourastié considère eux-mêmes comme un prix. Ainsi affirme-t-t-il :

Ainsi le progrès technique apprécie sans cesse le prix des produits à faible progrès technique par rapport au prix des produits à grand progrès technique ; globalement, les prix tertiaires montent constamment par rapport aux prix primaires et secondaires.

Or, plus le progrès technique se développe, et plus les prix tertiaires apparaissent prépondérants, par le fait même que le secteur tertiaire va en s’amplifiant ; c’est peu à peu la consommation de tertiaire qui devient économiquement majoritaire, c’est-à-dire majoritaire en valeur, en % de revenus monétaires. Les prix tertiaires deviennent donc peu à peu les éléments fondamentaux du coût de la vie.

Le salaire horaire est l’un des plus importants parmi les prix tertiaires puisque c’est lui qui détermine le prix du tertiaire type. En effet, le tertiaire type étant par définition l’activité dans laquelle le progrès technique a peu ou pas d’influence, le rendement du travail y est constant, et par suite le prix de revient évalué en heures de travail y est constant. Il n’y a donc pas de divergence entre le prix du tertiaire-type et le prix du salaire horaire, puisque, par définition, il faut toujours dans le tertiaire « absolu » le même temps de travail humain pour produire le même service ; l’évolution du salaire détermine alors, sans variation importante à long terme, l’évolution du prix de revient et par suite celle du prix de vente.[23]

A ces distinctions fondamentales de sa théorie, Fourastié ajoute que ces observations permettent d’expliquer les différences salariales considérables d’un pays à un autre pour des gens ayant le même métier comme par exemple les coiffeurs. Aux Etats-Unis, ils ont des salaires qui seraient impensables pour des coiffeurs issus du tiers monde, alors que leur productivité est identique. En comparant les prix nominaux corrigés du taux de change aux Etats-Unis et en France en 1947, il constate que les biens industriels sont moins chers aux Etats-Unis, mais que les prix du tertiaire, comme une place d’opéra, une coupe de cheveux, une visite médicale ou une heure de ménage sont bien plus chers aux Etats-Unis. Voici comment il explique cette disparité des prix dans l’espace et comment il montre que ces faits fondamentaux n’intéressent pas la théorie économique classique, qui ne se préoccupe guère du réel :

Ces disparités laissent l’économiste classique sans voix ; il abandonne ces phénomènes, comme de nombreux autres faits de la vie concrète, au domaine de l’anecdote, comme si la science n’avait pas pour objet le concret surtout lorsqu’il est usuel, courant, familier. Ainsi l’économiste ne parvient pas à comprendre pourquoi, dans un pays riche, les maîtresses de maison n’ont pas de bonnes et font elles-mêmes leur vaisselle ; la réponse est pour nous aisée : le tertiaire est rare et cher dans les pays riches. Il est rare parce que tout le monde en désire et a perdu le goût et le besoin d’en fournir. Il est cher parce que le coiffeur de New York, qui ne travaille guère plus vite que le perruquier des Indes, doit être payé aussi cher que le métallurgiste de Chicago, lequel construit une Ford en 800 heures de travail.

Ainsi le tertiaire, dont le prix réel (le prix exprimé en salaire horaire), est le même dans tous les pays du monde, apparaît cher dans les pays à grand progrès technique, d’abord relativement aux prix du primaire et du secondaire dans ces mêmes pays, et ensuite relativement aux prix pratiqués pour ce même tertiaire dans les pays à faible progrès technique, par suite de la disparité, au change des monnaies, des salaires horaires. (…)

L’inversion de l’éventail des prix est extrêmement nette : les prix secondaires sont de deux à trois fois PLUS élevés à Abidjan qu’à New York ; les prix tertiaires classiques 6 à 8 fois MOINS élevés.

La théorie des prix de Jean Fourastié est parfaitement résumée dans ce passage. Sous l’effet du progrès technique, les prix nominaux des secteurs primaires et secondaires baissent alors que les prix nominaux du secteur tertiaire montent. Telle est la tendance historique lourde des prix, et c’est donc la productivité qui joue le rôle déterminant dans cette évolution. Armé de cette théorie, Fourastié prévoira dans le Grand espoir de XXe siècle tout ce qui allait se produire après la guerre, c’est-à-dire la hausse générale de la productivité, et la croissance de plus en plus importante du secteur tertiaire dans les économies occidentales.

Cependant, à partir de 1977, alors qu’il est moins impliqué dans des responsabilités administratives, il reviendra en détail sur cette théorie des prix, dans le sillage des travaux de recherche qu’il mène au CNAM avec ses étudiants et sa fille Jacqueline. Son ouvrage Pouvoir d’achat, prix et salaires[24], qui fut loin d’avoir la même audience que Le grand espoir du XXe siècle et fut en fait ignoré par la pensée économique de son temps, précise et affine sa théorie des prix.

Essentiellement, cet ouvrage cherche à suivre précisément et à classifier les différents types de prix. Ce que montre ici Fourastié, c’est que personne ne fait ce travail de suivi des prix réels, en cherchant à compiler des séries de prix dans les catalogues, les brochures, etc. Or c’est là le cœur de la vie économique, et ce sont ces séries de prix qu’il s’agit de suivre pour comprendre le fonctionnement du système-prix dans la réalité, et non dans des constructions théoriques invérifiables. En procédant ainsi, Fourastié en arrive à une grande variété de comportement des prix. Il en est surpris et en même temps intéressé, car cela ouvre un champ immense à la recherche. Il reprend néanmoins sa distinction en trois secteurs de l’économie et montre que chaque secteur a des types de prix qui évoluent différemment, globalement selon la tendance énoncée plus haut : les prix des secteurs primaires et secondaires baissent avec le développement, alors que les prix des secteurs tertiaires montent avec le développement économique d’un pays donné. Rapportés au salaire d’un manœuvre de province qui lui sert d’étalon au cours des ans, il réaffirme que par rapport à ce salaire les prix réels du tertiaire sont stables alors que les prix réels des biens industriels et agricoles baissent. Il note qu’il existe des prix spécifiques, comme les prix correspondants à des effets de mode, ou les prix répondants à la loi de l’offre et de la demande, mais il insiste sur le fait que le déterminant de long terme essentiel de l’évolution des prix est le progrès technique.

Il est donc nécessaire de se pencher à présent sur le concept de productivité qui lui sert à mesurer ce progrès technique, concept qui est différent de celui qu’utilisent les économistes d’aujourd’hui et dont Fourastié avait d’ailleurs fait la critique.

La productivité et la critique intransigeante du concept de productivité apparente (monétaire)

Fourastié identifia très rapidement l’importance de la productivité dans la vie économique d’un pays, parce qu’il comprit que c’était l’élément-clé par lequel les prix évoluaient et un pays s’enrichissait. Aussi a-t-il pu être à raison qualifié « d’expert en productivité »[25], bien que ce qualificatif ne soit pas toujours très bien intentionné à son égard. Le concept de productivité, tel qu’il le diffusa dans les institutions internationales, est un concept issu là-encore de sa formation comptable. Il a consacré un livre sur la question dont le titre est La productivité paru en 1952[26]. Ce livre de synthèse est à la fois le résultat de ses recherches théoriques sur les prix, de sa formation comptable, et de son activité intense dans les institutions internationales et au Commissariat général au plan en France, institution dans laquelle il utilise la productivité comme enjeu de la discussion entre partenaires sociaux, et le plan comptable qu’il a lui-même mis en place comme outil de représentation efficace du réel. Il est à noter que le succès et l’originalité de ce que l’on appelle « la planification à la française » après-guerre est essentiellement due à ses travaux théoriques et à son action normative et administrative.

Dans la Productivité, voici comment Fourastié définit ce concept fondamental :

Il faut retenir que la productivité, au sens moderne du terme, s’entend toujours d’une production physique et jamais d’une évaluation en valeurde la production. Cela entraîne que l’on ne peut jamais comparer la productivité dans une profession, la fonderie d’acier par exemple, avec la productivité dans une autre profession qui fabrique un produit différent, des chaussures par exemple. En effet, la productivité des deux professions (par exemple fonderie et fabrique de chaussures) s’exprimera par deux chiffres tels que les suivants : 6 kg de fonte par heure de travail, 0,2 paires de chaussures par heures de travail. Or ces deux chiffres sont évidemment impossibles à comparer.

La productivité se présente donc sous la forme d’une fraction dont le numérateur exprime la quantité physique de la production étudiée (en poids, en volume, en nombre d’unités, etc.).

Quant au dénominateur, il représente les facteurs qui ont été nécessaires pour obtenir cette production. Dès 1944, M. L.-A. Vincent a donné une très intéressante méthode pour évaluer et porter au dénominateur tous les facteurs concourant à la production. Mais, à cause de ses liaisons avec le problème des prix, du pouvoir d’achat et de l’emploi de la population active, la notion plus restreinte de productivité du travail retient à l’heure actuelle d’une manière prépondérante l’attention des économistes et des hommes d’action.[27]

Fourastié montre ensuite que ces questions sont largement discutées au sein des organismes internationaux chargés d’élaborer un cadre statistique pour l’économie mondial. Il est bien placé pour décrire ces débats car il en est partie prenante et réfléchit de façon intense à ces questions avec ses collègues internationaux. Son texte témoigne donc de la centralité de ce concept de productivité dans la pensée économique d’après-guerre :

Pour donner aux lecteurs l’expression la plus précise des définitions maintenant admises, nous ne pouvons mieux faire que de reproduire les textes élaborés par le Comité des Questions scientifiques et techniques de l’Organisation économique de Coopération européenne, sur avis de son Sous-Comité de la Productivité et par le Groupe de de Travail du Commissariat au Plan, dit des « mesures de la productivité ». Ces deux textes sont concordants ; le second peut être considéré comme un commentaire du premier, explicitant certains problèmes usuels.

La définition et les méthodes de mesure de la productivité font ainsi de puis 1948, sur le plan mondial, l’objet de travaux incessants aussi bien de la part d’économistes que d’ingénieurs, de comptables et de praticiens. On peut en suivre le développement dans Etudes et conjoncture, dans les publications de l’AFAP, et dans celles de l’OCDE, qui a édité le Manuel des mesures de la productivité (en trois tomes) et publie mensuellement la Revue des mesures de la productivité. Néanmoins, certains économistes ont écrit récemment encore que la notion de productivité reste vague et insuffisamment précise. Cela montre seulement qu’ils ne connaissent pas les études actuelles. En fait, la collaboration des ingénieurs et des économistes crée chaque jour des instruments de mesure de plus en plus efficaces, et de plus en plus indispensables à la conduite des entreprises et à l’orientation économique et sociale des Nations.[28]

A partir de cette définition, Fourastié élabore des indices chaînés de productivité horaire du travail par type de bien. Cela lui permet de montrer l’évolution de cette productivité pour différents pays, différentes périodes et différents secteurs. Les résultats sont extrêmement intéressants : il montre une hausse générale de la productivité du travail du 19e siècle aux années 50 dans les pays occidentaux. En France, par exemple, cette hausse est régulière dans les périodes de paix et explose littéralement pendant la Première Guerre mondiale, où l’on sait que la mobilisation de l’économie française lui a permis de bâtir l’armée la plus puissante du conflit et de vaincre la coalition des Empires en premier lieu sur le terrain industriel. En revanche, cette productivité chute pendant la Seconde Guerre mondiale et ne retrouve que dans les années 50 son niveau des années 30. Chaque secteur connaît en fait une évolution spécifique en fonction des innovations techniques qui y apparaissent mais la tendance générale est celle de la hausse de la productivité du travail, qui explique, à son tour, la baisse des prix réels que Fourastié avait analysé dans Le grand espoir du XXe siècle.

Avec le concept de productivité du travail, l’architecture théorique du système intellectuel de Fourastié semble achevée et se montrera un outil de compréhension du monde extrêmement efficace et d’une grande efficacité prédictive, autrement dit d’une grande valeur scientifique. Cependant, il ne faudrait pas déduire de cette scientificité, ni de l’implication de Fourastié dans la mise en place de ces définitions au niveau international et national dans les années 50-60, que ces concepts ont été pleinement intégrés par la pensée économique. Car malheureusement ; et c’est là une constante avec les observations de Fourastié ; une grande part de ses concepts vont être abandonnés (mais non pas critiqués) par la pensée dominante des économistes, et cela même alors qu’il les pensait définitivement acquis. Il en va ainsi du concept de productivité auquel il avait consacré tant de travail et de réflexions.

Aujourd’hui en effet, les économistes raisonnent systématiquement à partir d’un concept de productivité exprimé en monnaie, que l’on appelle aussi la productivité apparente. Cela consiste à définir ce que rapporte une heure de travail en monnaie, plutôt qu’en production physique. Evidemment, cela facilite les comparaisons, par secteur, par pays etc., et c’est certainement pourquoi ce concept de productivité monétaire s’est imposé dans les institutions internationales et dans la pensée des économistes. Mais ce concept de productivité monétaire est largement affaibli par rapport à celui de productivité physique, et il masque l’essentiel en ne mesurant au final, concernant le calcul de la productivité globale d’un pays,  que la quantité de monnaie en circulation dans un pays.

Dès son livre de 1952, Fourastié a vu ce concept apparaître et il l’a dénoncé immédiatement. Cependant, comme pour la théorie néo-classique elle-même, il ne semble guère s’être méfié de ce concept, le tenant pour une simple erreur de raisonnement qui disparaîtrait d’elle-même. On retrouve dans cette attitude la naïveté dont il fera si souvent preuve dans sa carrière à propos du futur de ses propres théories. Cependant, par précaution, il consent tout de même à écrire une note de bas de page pour dénoncer le concept de productivité monétaire tel qu’il allait pourtant s’imposer sans aucune contestation ou critique dans la pensée économique jusqu’à nos jours :

(…) Certains auteurs très estimables, par exemple M. Collin Clark, et plus récemment M. Dayre dans la brochure Productivité, mesure du progrès, ont employé le mot productivité pour désigner des expressions dont le numérateur est non pas un volume physique de production, mais une évaluation en monnaie de la valeur de cette production.

Le groupe de travail des statisticiens et à sa suite le Comité National de la Productivité, puis le Comité des Questions scientifiques et techniques de l’OECE, ont rejeté cette expression du mot productivité, d’une part parce que la notion de productivité physique est déjà suffisamment riche, et d’autre part parce que la notion de productivité en valeur conduit à des confusions souvent graves qui sont apparues notamment dans The Conditions of Economic Progress.

Ce qui précède ne signifie nullement que les mesures qui prennent en considération la valeur monétaire de la production soient inutiles. Cela signifie seulement qu’il est dangereux de donner à ces mesures le nom de productivité : on verra plus loin que les statisticiens européens recommandent de le désigner sous le nom de : valeur ajoutée par tête ou par heure de travail, ou encore sous le nom de revenu par tête.[29]

On voit ici on ne peut plus nettement comment Fourastié considère ce qui est devenu notre concept usuel de la productivité : il le considère comme dangereux. Il est très dommage qu’il n’ait pas approfondi sa critique, et il ne l’a pas fait parce qu’il n’a pas cru que ce concept allait s’imposer, tant il le considérait comme mauvais, mais il aurait pu cependant analyser ce en quoi il est mauvais.

Mesurer la productivité monétaire, comme nous le faisons aujourd’hui, ne permet pas de connaître la productivité physique réelle, par produit et secteur. Cela permet seulement de mesurer la monnaie en circulation dans une entreprise, qui dépend elle-même de la capacité de cette entreprise à posséder ou produire des valeurs dont le prix augmente. Mais comme nous l’avons vu, Fourastié l’a démontré lui-même de façon très détaillée dans plusieurs ouvrages, les prix n’évoluent pas de façon uniforme, et ils recouvrent des disparités considérables. Ainsi, il faut souligner notamment que les prix des secteurs les plus productifs ont tendance à baisser, alors que ceux des secteurs peu ou pas du tout productifs, comme le secteur tertiaire, ont tendance à monter. Autrement dit la productivité monétaire, pour des entreprises de ces différents secteurs, est un très mauvais indicateur de la productivité réelle. Car dans le cas qui nous intéresse, la productivité monétaire d’une entreprise industrielle va avoir tendance à baisser alors que sa productivité physique augmente du fait que le prix de vente de ses productions chute. Inversement, l’entreprise du tertiaire, dont la productivité physique est faible ou nulle, va voir sa productivité monétaire augmenter, car ses prix de vente vont augmenter à mesure que le pays améliore sa productivité physique. Il y a donc ici un paradoxe fondamental. Car notre concept de productivité monétaire n’est pas seulement insuffisant pour saisir la productivité physique, il est également trompeur. Nous reviendrons dans le chapitre suivant sur ce problème au plan macroéconomique, ce que n’a jamais fait Fourastié, mais on peut d’ores et déjà souligner ici que ce que mesure notre concept de productivité monétaire globale, ce n’est rien d’autre que la masse monétaire en circulation, et cela est très différent de la productivité physique. C’est donc à raison que Fourastié tenait pour dangereux ce concept dès les années 50, mais celui-ci s’est pourtant imposé intégralement dans la pensée économique moderne.

L’efficacité prédictive et le réalisme de la théorie de Fourastié

La théorie de Jean Fourastié peut donc se résumer ainsi : c’est le progrès technique qui exerce la force la plus puissante sur les prix en faisant baisser les prix des secteurs primaires et secondaires et en faisant monter les prix du tertiaire. D’autre part, le meilleur indicateur de ce progrès technique est la productivité du travail mesuré en volume c’est-à-dire en termes physiques.

Il est à noter qu’il existe d’autre économistes très pertinents qui ont réalisé le même type d’observations dans leurs ouvrages, sans qu’ils aient eu connaissance, apparemment, des travaux de Fourastié, et sans qu’ils systématisent leurs observations en un modèle explicatif macroéconomique comme nous allons le faire dans le chapitre suivant. C’est le cas notamment d’Erik Reinert, un spécialiste des théories du développement et un ancien chef d’entreprise, qui note dans un de ses ouvrages fondamentaux :

Une augmentation des salaires dans le secteur concerné par l’explosion de la productivité va automatiquement augmenter tous les salaires. Les barbiers ont eu peu de développement de leur productivité depuis l’époque d’Aristote, et pourtant, les salaires des coiffeurs dans les pays industrialisés sont – grâce à ces séries d’explosions de la productivité – plus ou moins restés au niveau des salaires des travailleurs de l’industrie. Dans les pays ne connaissant pas d’explosion de la productivité, les barbiers sont restés pauvres comme leurs concitoyens. L’Orchestre Philarmonique ne joue pas mieux la « Valse Minute » aujourd’hui que les musiciens qui la jouaient à l’époque de Chopin. Pourtant les salaires des musiciens ont considérablement augmenté durant cette période.[30]

De même que Fourastié, et bien qu’il n’en fournisse pas une analyse systémique, Reinert touche bien à la même loi fondamentale que Fourastié : c’est le progrès technique qui est le principal influenceur des prix, mais son action est double, puisqu’il fait baisser les prix de production, et en même temps monter des prix de compensation.

Cette théorie est donc un dépassement essentiel de la science économique classique, d’une grande importance si on se souvient des limites fondamentales de cette théorie, bien identifiées par Fourastié lui-même. D’autre part, il faut également souligner l’efficacité prédictive de la théorie de Fourastié, qui, grâce à elle, put prévoir de façon très réaliste et précise l’évolution économique du monde dès la fin de la guerre et jusqu’à la fin des Trente Glorieuses (concept qu’il inventa). Il est donc nécessaire de prendre cette théorie au sérieux et de repérer ce qui la fonde et la singularise conceptuellement, afin de tenter de la généraliser et d’en tirer toutes les conséquences macroéconomiques. Ce faisant, nous allons voir qu’elle acquière une grande puissance explicative qui nous sera très utile pour comprendre le fonctionnement de la monnaie, de la finance et de l’économie mondiale actuelle. C’est ce que nous allons faire dans le chapitre suivant.


[1] Ce que je crois, Jean Fourastié, 1981, Grasset.

[2] Le long chemin des hommes, Jean Fourastié, éditions Robert Laffont, 1974.

[3] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, 1994, Beauchesne Editeur.

[4] Notamment dans La réalité économique, Jean et Jacqueline Fourastié, Collection Pluriel, 1986.

[5] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, 1994, Beauchesne Editeur, p. 50-51.

[6] L’Eglise a-t-elle trahie ? Jean Fourastié et René Laurentin, Bauchesne, 1974.

[7] Ce que je crois, Jean Fourastié, 1981, Grasset.

[8] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, 1994, Beauchesne Editeur, p. 94

[9] Comme par exemple dans L’économie institutionnelle, Bernard Chavance, Collection repères, Editions la Découverte, 2012.

[10] Texte issu des cours de Fourastié donnés à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, et réunis dans l’ouvrage consultable à la BNF : Comptabilité générale, Paris, les Cours de droit, 1948. 2 vol. gr. in-4° (310 x 210), autographié, Université de Paris. Institut d’études politiques. 1947-1948.

[11] Texte issu des cours de Fourastié donnés à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, et réunis dans l’ouvrage consultable à la BNF : Comptabilité générale, Paris, les Cours de droit, 1948. 2 vol. gr. in-4° (310 x 210), autographié, Université de Paris. Institut d’études politiques. 1947-1948.

[12] Régis Boulat, « Jean Fourastié, un expert en comptabilité », Comptabilités [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 13 décembre 2010, http://journals.openedition.org/comptabilites/184.

[13] Texte issu des cours de Fourastié donnés à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, et réunis dans l’ouvrage consultable à la BNF : Comptabilité générale, Paris, les Cours de droit, 1948. 2 vol. gr. in-4° (310 x 210), autographié, Université de Paris. Institut d’études politiques. 1947-1948.

[14] La réalité économique, Jean et Jacqueline Fourastié, Collection Pluriel, 1986, p.313.

[15] Le Grand Espoir du XXème siècle, Jean Fourastié, 1989, Collection Tel, postface.

[16] Pourquoi les prix baissent, Jean Fourastié et Béatrice Bazil, 1984, collection Hachette, 384 pages.

[17] Dont notamment Les trous noirs de la science économique, Jacques Sapir, 2003, Collection points économie, 416 pages.

[18] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, 1994, Beauchesne Editeur, p.

[19] Le Grand Espoir du XXème siècle, Jean Fourastié, 1989, Collection Tel.

[20] L’économie française dans le monde, Jean Fourastié et Henri Montet, Presses Universitaires de France, Collection Que-sais-je ?, 1945.

[21] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, 1994, Beauchesne Editeur, p.

[22] Le Grand Espoir du XXème siècle, Jean Fourastié, 1989, Collection Tel, p.163.

[23] Ibid; p.174

[24] Pouvoir d’achat, prix et salaires, Jean Fourastié, 1977, Collection Idées, Editions Gallimard.

[25] Régis Boulat, Jean Fourastié, un expert en productivité. La modernisation de la France (années 1930–années 1950), Presses universitaires de Franche-Comté, 2008.

[26] La Productivité, Jean Fourastié, Presses Universitaires de France, Editions Que sais-je ?, 1952.

[27] La Productivité, Jean Fourastié, Presses Universitaires de France, Editions Que sais-je ?, 1952, p.52-53.

[28] La Productivité, Jean Fourastié, Presses Universitaires de France, Editions Que sais-je ?, 1952, p. 53-54

[29] La Productivité, Jean Fourastié, Presses Universitaires de France, Editions Que sais-je ?, 1952, p.52.

[30] Comment les pays riches sont devenus riches, pourquoi les pays pauvres restent pauvres, Erik S. Reinert, Editions du rocher, 2012, p. 274-275.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.