Les conséquences macroéconomiques de la théorie des prix de Jean Fourastié

Les limites de la théorie des prix de Fourastié

Si, comme nous l’avons vu, la théorie des prix de Jean Fourastié est extrêmement originale et féconde, elle souffre pourtant de certaines limites. Au-delà de la fermeture d’esprit et du dogmatisme des économistes néo-classiques, ces limites sont peut-être aussi en partie à l’origine de la désaffection qu’a connue la pensée de Fourastié, parce que celle-ci ne semblait pas répondre aux problèmes de politiques économiques qui se posaient à partir des années 70. Fourastié d’ailleurs, ne fit rien pour arrondir les angles, puisqu’il intitula par exemple son ouvrage des années 80 : Pourquoi les prix baissent, faisant référence à l’une des conclusions de sa théorie, mais à un moment où le débat économique s’articulait en France et dans le monde autour du problème de la montée de l’inflation générale ! Ce débat déboucha d’ailleurs sur des transformations politiques d’ampleur, avec la prise du pouvoir par de nombreux partis d’inspiration néolibérale, et au plan de la théorie économique, il fut marqué par la victoire du monétarisme de Milton Friedman, et de l’économie néo-classique dans son sillage, qui pouvait avoir semblé vaincre les idées inspirées de Keynes. On a vu combien Fourastié était opposé et critique vis-à-vis de cette théorie néo-classique pour laquelle il avait une grande réserve, sinon un grand mépris. Cependant, au plan politique, nous avons également vu qu’il penchait clairement vers les partis européistes de droite, c’est-à-dire ceux qui défendaient en politique l’application des principes de la théorie néo-classique. Dans ce contexte, on peut dire que ses ouvrages théoriques des années 70-80 ne convenaient à personne. A la gauche critique, d’où venait l’essentiel des économistes opposés aux néo-classiques, tels Aglietta et Orléan, Fourastié devait apparaître au mieux comme un adversaire. Mais à la droite néolibérale, à laquelle Fourastié, politiquement, se rattachait, il pouvait apparaître à bon droit comme beaucoup trop critique envers la théorie néo-classique qui était la force idéologique qui portait partout ce courant au pouvoir. De cette situation résulte certainement en partie le silence général qui entoura les derniers ouvrages de théorie économique de Jean Fourastié. Comme pendant la guerre, tout se passe comme si Fourastié participait à un courant politique dont il rejetait tous les fondements dans sa pensée théorique. C’est pourquoi nous affirmions dans le chapitre précédent que son engagement politique a toujours été sa faiblesse durant sa vie, le domaine dans lequel il s’est le plus trompé, ou du moins, a été le plus en contradiction avec sa propre pensée théorique.

Mais au-delà de ce contexte politique et des contradictions de ses engagements, la théorie de Fourastié contient des limites proprement théoriques, qui ont certainement empêché une meilleure diffusion de sa pensée, parce que celle-ci semblait en décalage avec les débats qui avaient cours entre keynésiens, néo-kéynésiens, post-keynésiens et monétaristes, à propos de problèmes macroéconomiques qui étaient loin d’être sans intérêt. Ces débats se focalisaient sur le niveau général des prix et la monnaie, et Fourastié resta toujours éloigné dans son œuvre de ces deux sujets majeurs de la pensée économique, pour des raisons qu’il nous faut détailler.

Fourastié et la monnaie

Il n’y a pas chez Fourastié de pensée monétaire à proprement parler. Les quelques lignes qu’il consacre à cette question n’apportent rien de nouveau et cela peut surprendre, au vu de l’importance du reste de son œuvre, où il n’a pas hésité à reprendre des problèmes économiques classiques et à en donner une solution nouvelle et originale. Il semble ne jamais s’être penché de façon approfondie sur le problème de la monnaie, la considérant certainement comme une chose allant de soi, une sorte de variable exogène, à la manière des néo-classiques. Il est aussi probable qu’il ait admis sur ce point les grands principes du monétarisme de Milton Friedman, qu’il connaissait personnellement. Pour ce dernier, en effet, seule la masse monétaire détermine l’inflation, et les banques centrales se doivent donc de contrôler cette masse monétaire en limitant autant que possible son expansion. Sans doute Fourastié acceptait-il cette vision, mais au mieux à titre d’hypothèse de travail et sans avoir approfondi lui-même le sujet. Cependant, certaines remarques secondaires, au détour de son œuvre, laissent à penser qu’il ne l’acceptait pas d’un bloc, qu’il gardait une certaine réserve sur cette théorie, et finalement, qu’il n’était pas si loin d’en faire également la critique. Ainsi, dans le Grand Espoir du XXème siècle, admet-il du bout des lèvres la théorie monétariste (c’est nous qui soulignons) :

Malheureusement, si développées que soient les études classiques relatives aux prix, elles ne sont pas encore parvenues à expliquer convenablement les faits observés. Sans doute a-t-on pu montrer le lien qui relie la quantité de monnaie en circulation au niveau général des prix ; sans doute a-t-on abouti à quelques résultats non négligeables en ce qui concerne certains points particuliers, comme la formation des prix en cas de monopole, ou dans des cas bien définis de multipoles ; mais l’ensemble du mécanisme des prix reste inaperçu.[1]

En vérité, la question de la monnaie, telle qu’elle a par exemple été pensée en profondeur par des économistes comme Aglietta ou Orléan à partir des années 80[2], ou par des sociologues comme Georg Simmel[3] ou des anthropologues comme David Graeber[4], n’a jamais été un sujet de préoccupation et d’étude pour Jean Fourastié.

Deux phénomènes peuvent expliquer cela. Premièrement, à l’époque où il élabore sa théorie, la monnaie semble être gérée de façon plus stable qu’aujourd’hui, en particulier parce que la finance n’a pas encore connu la croissance exceptionnelle qu’elle a suivi dans les années 80, 90, et 2000, évolution qui déstabilise l’institution monétaire elle-même et pousse à s’interroger sur sa nature. Aussi la question de réfléchir à la définition et au fonctionnement de la monnaie n’apparaît pas une chose essentielle pour Fourastié et il s’en détourne. Finalement, dans Pouvoir d’achat, prix et salaires[5], il consacrera une petite sous-partie à la question de la stabilité de la monnaie où il se ralliera en quelque sorte au monétarisme de Milton Friedman, pour ce qui concerne ce qu’il nomme « l’inflation monétaire ». Mais même dans ce court texte, il insistera sur l’incapacité des indices de prix à définir l’inflation, ultime trace de sa propre théorie des prix dans ce qui peut apparaître comme une forme de reddition face au monétarisme dans le contexte des débats économiques des années 80 :

La véritable et profonde cause de l’inflation monétaire est toute simple (c’est pour cela qu’elle est présente en tout temps et en tout lieu) : l’homme ne se contente jamais de ce qu’il a. Dans toutes les choses qui dépendent de lui, ou qu’il croit dépendre de lui, il pousse le plus qu’il peut dans le sens qui lui paraît favorable. On n’a jamais vu d’homme réclamer une baisse, ni même une stabilité de leurs salaires monétaires ; on les a toujours vus réclamer des hausses.[6]

En note de bas de page il ajoute ce qui sera quasiment sa seule analyse de la monnaie dans toute son œuvre. Pour cela, il se réfère instinctivement à l’histoire longue pour la définir, mais sans s’interroger aucunement sur le rôle que joua la comptabilité en partie double, qu’il a lui-même si bien définie dans ses jeunes années, dans l’émergence de ce système monétaire moderne :

Aux siècles où la monnaie était métallique, la demande de hausse des salaires se heurtait radicalement à la rareté du métal, bronze, argent ou or. Les entreprises ne pouvaient débourser plus d’or qu’elles n’en recevaient et le stock national de métaux précieux n’évoluait que lentement. Aujourd’hui, le stock monétaire est purement comptable. L’Etat, et les banques sous la garantie de l’Etat, créent indéfiniment des billets de papier qui sont notre monnaie « fiduciaire ». Dans ces conditions, les revendications des hausses de salaires n’ont plus pour limite que la sagesse et la rationalité de… (je ne dis pas de l’Etat, toujours à la remorque des électeurs dont le gouvernement recherche les suffrages), je dis donc : la sagesse et la rationalité des citoyens.[7]

Parce qu’il n’a jamais accordé le travail nécessaire à l’analyse de la monnaie, parce qu’il n’a pas cru ce travail utile, Fourastié s’est empêché de voir que c’est justement la comptabilité en partie double, autrement dit sa spécialité, qui donnait les meilleurs outils pour la définir. D’où l’étrange paradoxe de ce grand économiste, qui comprenait comme aucun autre la méthode comptable, qui s’intéressa toute sa vie aux grandes questions économiques et y introduisit des éclairages nouveaux, mais qui, par erreur stratégique de chercheur ou par idéologie, ne parvint jamais à voir ce que sa pensée appelait le plus logiquement : une théorie comptable de la monnaie. C’est pourquoi, dans ce domaine, il en resta aux observations simples et trompeuses (comme nous le verrons par la suite) du monétarisme de Milton Friedman.

Mais, deuxièmement, il faut noter qu’il existe une raison proprement idéologique à cette situation : c’est que la réflexion sur la monnaie, sa définition et son fonctionnement, est une problématique qui relève largement des auteurs marxistes, ou tout du moins marxiens. Or Fourastié est anti-marxiste, pas seulement pour des raisons économiques, et cela lui fait négliger la question monétaire, certainement parce qu’il craint que son étude ne conduise à une remise en cause du capitalisme lui-même dont il défend certains mécanismes. Pourtant, il ne faut pas déduire de cette observation que Fourastié ignore Karl Marx et son œuvre. Au contraire, il en est un lecteur attentif. Cela n’est guère étonnant si l’on se souvient que l’analyse de Marx est une analyse qui réfléchit indirectement sur la nature de la comptabilité en partie double et ses concepts, comme ceux de profit ou de capital. Or, comme nous l’avons largement montré, Fourastié, avant d’être un économiste, est d’abord avant tout un grand comptable. C’est pourquoi il lit et comprend très bien Marx, même s’il semble être quelque peu repoussé par sa doctrine, peut-être du fait même qu’il la comprend si bien (mais c’est là une simple hypothèse). Certes, il reproche à Marx sa complication et les nombreux détours stylistiques qu’il utilise pour définir les mécanismes élémentaires du capitalisme (mais il pourrait se souvenir que Marx se débattait dans un univers intellectuel où ces mécanismes n’étaient pas du tout pensés). Certes, il rejette l’aspect révolutionnaire et les solutions préconisées par le marxisme. Mais malgré ces critiques, il est pourtant clair qu’il tient Marx en bien meilleure estime que les économistes néo-classiques de la fin du XIXe et du XXème siècle (car à l’inverse, Ricardo lui apparaît comme un grand économiste). De même, il est intéressant de constater qu’il comprend bien mieux la pensée de Marx que beaucoup d’auteurs qui s’en réclament, car il sent que cette pensée est dans une large mesure une réflexion sur la comptabilité privée. Dans la Réalité économique, il consacre une partie de son texte à la pensée de Marx, justement une des rares parties de son œuvre où il réfléchit à la monnaie. A l’évidence, pour lui, penser la monnaie est le fondement du marxisme, et c’est pourquoi il semble mal à l’aise avec cette approche et s’en détourne, alors même qu’il dispose des outils intellectuels les plus perçants pour le faire. Ne marque-t-il pas une forme de proximité intellectuelle et méthodologique avec Marx, dans ce texte, tout en s’en détournant immédiatement avec froideur et en le critiquant très durement, quand il qualifie sa propre analyse de « théorie plus marxiste que Marx »[8] ? La question mérite d’être posée :

Le profit pur (« bénéfice » ou « rente »), pose un réel problème. Celui-ci est double :

-d’où vient l’argent ?

-comment vient l’argent ?

C’est le grand problème du marxisme, la clé de voute de sa théorie économique. Or, à l’heure actuelle, il existe encore des marxistes distingués qui affirment que la partie philosophique du marxisme ne leur paraît plus tellement solide, mais que la partie économique l’est. Ce que je vais dire ici tend malheureusement à prouver que la théorie économique ne l’est guère. Le marxisme est un mouvement affectif et politique puissant ; mais du point de vue scientifique, le marxisme économique paraît reposer sur une fausse question, résolue de manière compliquée. Or la science consiste à expliquer le plus simplement possible la réalité observée. La théorie que je vais proposer est en quelque sorte plus marxiste que le marxisme.

Faire un bénéfice, c’est d’abord retenir non pas de la monnaie, mais de la marchandise. Le capitaliste classique – propriétaire « des  fruits » de l’entreprise – retient une part de ces fruits sans la rendre aux salariés. Cette part, il peut l’échanger librement avec d’autres capitalistes, ou avec des étrangers ou même avec des salariés (en échange de leurs salaires).

Il y a là des faits, dramatiques sans doute, mais beaucoup moins mystérieux que Marx ne le croit ; et il n’est nul besoin pour les expliquer d’une théorie confuse et compliquée comme celle de la « plus-value ».

Il faut, à l’heure actuelle, un effort pour retrouver le problème posé par Marx, résumé dans la formule : « d’où vient l’argent ? ». Le schéma marxiste, dans sa pureté essentielle, peut être perçu en envisageant une nation où il y a un seul capitaliste : celui-ci est à la fois chef d’entreprise, roi, propriétaire… Il existe dans ce pays une économie monétaire. Soit S le salaire annuel moyen dans ce pays, à une date donnée. Nous supposons que les salariés sont 10 000. Le capitaliste distribue donc chaque année en salaires une somme égale à 10 000 S. La question posée est grave : comment les profits monétaires peuvent-ils exister, puisqu’ils consistent à récupérer auprès des salariés plus d’argent qu’ils n’en ont reçu ?

On sort rapidement, à mon avis, de ce paradoxe, si au lieu de se braquer sur l’aspect monétaire, soluble seulement au prix des acrobaties décevantes de la théorie de la plus-value et ses conséquences, on s’en évade en parlant de la production physique.[9]

Nulle part ailleurs dans la pensée de Fourastié on n’observe mieux les raisons de sa répulsion pour la théorie monétaire. Parce qu’il assimile et, d’une certaine manière concède l’exclusivité de la pensée monétaire au marxisme, il s’interdit lui-même d’y réfléchir en détail. De façon étonnante, il semble même considérer que cette question monétaire n’est soluble que par les réponses du marxisme, et c’est pourquoi, de ses propres mots, il préfère s’en évader. Certes il va ensuite exprimer son analyse de la production physique, qui est loin d’être inintéressante et inutile, mais cependant il rejette explicitement la réflexion proprement monétaire et l’abandonne au marxisme, de même qu’il refuse de répondre à la problématique que celui-ci met à jour, bien qu’il admette que « la question posée est grave »[10] : l’origine du profit monétaire.

Son analyse se focalise ensuite sur la production physique de l’entrepreneur :

Les 10 000 salariés ont, par leur travail, mis au jour un produit en nature : du blé, des carottes… Le capitaliste est propriétaire du volume physique de ce produit, des « fruits » de la terre. Est-il obligé de vendre à ses salariés la totalité de la production ? Probablement non. (…) Car ce n’est pas au cours de la production que se forme le profit, mais seulement au moment de la vente. Si le propriétaire des biens peut les vendre plus cher que le prix de revient, alors il y a bénéfice. Mais s’il ne le peut pas, il y a perte ou opération blanche.

Mais dira-t-on, comment expliquer que les propriétaires dans l’ensemble fassent toujours des profits, et que les salariés dans l’ensemble fassent toujours des pertes ? C’est parce qu’ils sont effectivement propriétaires de ces produits, que ces produits sont rares ; dans l’ensemble les propriétaires sont aussi les vendeurs, les salariés les acheteurs. Les gens qui vendent à perte sont rares et disparaissent vite. Cela étant, chaque fois que vous achetez ou presque, vous payez plus cher que le prix de revient. Si vous ne vendez jamais et que vous achetez toujours, il est évident que vous perdez toujours.

En note de bas de page, Fourastié ajoute : « On voit aussi clairement par ce schéma comment fonctionne le capitalisme d’Etat, par exemple en URSS »[11]. Il est intéressant de noter qu’il définit l’URSS comme un capitalisme d’Etat, reprenant la conceptualisation introduite par son collègue et ami Charles Bettelheim, économiste et historien marxiste et critique du stalinisme.

Pour finir, Fourastié pose un diagnostic général sur la notion de profit, qui est au cœur du capitalisme. Il considère celui-ci comme injuste, imparfait mais nécessaire pour stimuler la production, tout en observant ses failles, très prégnantes de nos jours dans nos économies financiarisées :

Dans certains domaines, cependant, l’incitation au profit peut jouer un rôle défavorable. Bien souvent, il s’agit alors d’opposition entre le court terme et le long terme. L’un des inconvénients du système « profit » est de donner priorité au court terme : si, à un moment donné, des bénéfices existent ou sont escomptés, l’action se déclenche. Or, il peut se faire qu’une opération, rentable à court terme, ne le soit plus à long terme. (…)

Par ailleurs, il serait ridicule de penser que le profit va toujours à qui le mérite et que son montant est proportionnel au service rendu aux consommateurs. Le modèle de Ricardo montre bien l’origine profondément injuste du profit : la rente acquise au premier occupant. Mais l’existence de l’imperfection n’implique pas l’existence de la perfection. Il faut bien constater en économie que l’on n’a pas le choix entre des solutions parfaites et des solutions imparfaites : toutes sont grossièrement imparfaites. Cela ne veut pas dire que nous ne devions pas rechercher le progrès ! Mais nous devons le rechercher en pleine conscience de l’infirmité fondamentale dans laquelle nous sommes.[12]

On constate donc que si Fourastié accorde une grande importance aux concepts du marxisme, en particulier à la question du profit, qui pour lui définit un système économique, en revanche il a toujours éprouvé une répulsion pour l’analyse monétaire, qui l’empêche largement de voir les transformations à l’œuvre dans ce domaine à partir des années 80, notamment à travers le phénomène de financiarisation.

Ce point aveugle de sa théorie, même s’il est bien naturel qu’il en ait, est néanmoins une cause évidente de l’oubli de sa théorie des prix, en plus du développement de la théorie néo-classique à l’université. Mais il existe une autre limite à son système théorique, qui est cette fois-ci liée à l’analyse des prix eux-mêmes, et notamment à son refus de considérer dans sa réflexion le niveau général des prix, comme nous allons le voir maintenant.

Fourastié et le niveau général des prix

Comme nous l’avons vu, la théorie des prix qu’a élaborée Jean Fourastié est à la fois originale et incontestable. Se tenant à distance des impasses des néoclassiques, s’appuyant sur une logique comptable pertinente, sa théorie permet de comprendre la force principale qui meut les prix dans le capitalisme : le progrès technique. Mais la faiblesse principale de cette théorie, faiblesse qui l’a certainement empêchée de féconder comme elle aurait dû la pensée économique, est qu’elle n’apporte paradoxalement aucun élément d’analyse pour penser l’inflation et la monnaie, prises dans leur relation globale, macroéconomique. Or, c’est cette relation entre monnaie et inflation, nous l’avons décrite en détail dans le premier chapitre de cette deuxième partie, qui est au cœur des débats des économistes depuis Keynes, au moins. A la fin des années 70 et au début des années 80, soit au moment où Fourastié publie les principaux ouvrages décrivant sa théorie, c’est encore cette question qui préoccupe principalement les acteurs économiques et politiques de l’époque. En effet, suite aux chocs pétroliers, l’inflation apparaît de façon massive dans les pays industriels, et c’est en réponse à cette inflation que Milton Friedman développe ses théories néo-monétaristes. Il n’est pas exagéré de dire qu’il se produit un véritable basculement, d’abord dans la théorie économique puis dans le débat politique, autour de cette question à ce moment-là, le lien mécanique entre inflation et masse monétaire étant réaffirmé avec insistance par cette doctrine, et inspirant les politiques monétaires désinflationnistes suivies dans les années 80 par de nombreux gouvernements. Or, la pensée de Milton Friedman est une pensée macroéconomique, qui affirme ni plus ni moins que la masse monétaire doit s’ajuster au PIB de sorte à ce que le niveau général des prix suive une augmentation faible, entre 0% et 2% par an, et que c’est là la seule responsabilité des banques centrales, quitte à ce qu’elles contraignent à des politiques de rigueur salariale leurs gouvernements. Cette théorie va s’imposer à cette époque et jusqu’à nos jours, malgré les nombreuses critiques qui lui ont été adressées, en particulier par les économistes du courant post-keynésiens, et s’incarne actuellement dans les politiques de ciblage de l’inflation pratiquées par toutes les grandes banques centrales dans le monde. Dès lors, où se plaçait Jean Fourastié dans ce débat international, lui qui élaborait justement à cette époque une théorie des prix ? C’est une question à laquelle il est essentiel de bien répondre.

Fourastié, comme il lui arrivait souvent, semble se désintéresser dans ses travaux de la relation masse monétaire-niveau général des prix. Nous avons vu dans la section précédente qu’il éprouvait une répulsion à penser la monnaie parce qu’il pensait que c’était la problématique des seuls marxistes. Mais il ne pensait pas du tout la même chose des prix, et c’est pourquoi il s’y intéressait. Ayant isolé la force principale qui agissait sur eux – le progrès technique – il était engagé dans une tentative de classification des différents types de prix réellement observés, et il collectait pour cela de très nombreuses et très précieuses données sur l’évolution des différents types de biens, notamment grâce aux catalogues Manufrance, depuis plus d’un siècle (ces données ont été soigneusement conservées par sa fille Jacqueline Fourastié au CNAM). Fondamentalement, il importait pour lui de distinguer différents types d’évolutions types, en se basant sur son analyse des différents secteurs de production, et d’enregistrer leur comportement non pas dans des modèles mathématiques illusoires, mais année après année, mois après moi, dans la réalité, en ramenant toujours ces prix au salaire horaire d’un manœuvre de base. Dans Pouvoir d’achat, prix et salaires, il établit cette classification entre les différentes formes de prix. Il observe que certains ont tendance à baisser sous l’influence du progrès technique et de la concurrence (notamment les biens industriels), que d’autres montent du fait de l’élévation du niveau de vie due à ce même progrès technique (les prix du tertiaire ou de l’immobilier), que d’autres suivent des évolutions erratiques, comme les prix dus à des modes, puis une quantité presque inépuisable de cas particuliers, correspondant à des situations intermédiaires entre ces différents cas archétypaux. C’est parce qu’il constate qu’aucun travail de recherche n’a été sérieusement mené pour comprendre les causes profondes de la formation de ces différents prix – ni classification, ni enquête auprès des chefs d’entreprise ou des ingénieurs qui les déterminent – que Fourastié considère que la théorie des prix est à l’état embryonnaire. Il s’alarme d’ailleurs de constater que les instituts statistiques ne se préoccupent pas suffisamment d’enregistrer ces différentes évolutions de prix concrets qui déterminent la vie économique réelle. Et sa propre théorie vise à répondre à ce vide théorique, et à commencer un travail nouveau dans cette direction, travail dont il est persuadé qu’il sera poursuivi dans l’avenir.

Or, parce qu’il est engagé dans cette recherche singulière, parce qu’il est convaincu de son bien-fondé, parce qu’il constate une variété infinie et contradictoire de l’évolution des prix réels, Fourastié considère comme impossible d’établir un indice synthétique exprimant le niveau général des prix. Il exprime cette conviction à plusieurs reprises dans ses ouvrages, non sans argument :

Le tableau I enlève tout espoir de définir la stabilité de la monnaie par rapport au prix d’un ensemble d’articles ou au prix d’un article déterminé, fût-ce l’or. Les coefficients de variation des prix sont trop différents les uns des autres (de 1 à 40 en 50 ans !) pour que leur moyenne ait une signification concrète et pour que cette moyenne ne dépende pas de la liste des articles, de leur pondération et des techniques de calcul.[13]

De façon plus nette encore, il écrit dans le chapitre VIII de ce même ouvrage :

Depuis un peu plus de cent ans dans nos pays, les variations de prix sont sensibles ; tout ce qui précède l’illustre bien. Mais, on vient de le voir, chaque prix a son histoire propre, chaque produit son évolution originale : par exemple en 50 ans, de 1950 à 1974, le prix du camembert a été multiplié par 100, celui d’une coupe de cheveux par 300, et celui d’une ampoule électrique par 12.

Cela étant, le cerveau humain se représente fort mal ce fourmillement de coefficients ; il a un besoin incoercible d’un chiffre unique, qui serait la moyenne de tous ces coefficients, et donc décrirait « le mouvement général des prix » ou « le coût de la vie ».

Malheureusement ce projet si légitime, ce problème arithmétique ou statistique a priori si simple, est mathématiquement insoluble. On ne peut correctement représenter des milliers de nombres par un seul. On ne peut que donner de ces nombres une image grossière, approximative et toujours arbitraire. Tels sont les indices synthétiques des prix.[14]

Fourastié est donc réticent à la simple idée d’élaborer des indices synthétiques, et cela explique en grande partie qu’il ne se penche guère sur la relation monnaie-inflation, car il estime que les outils à la base de ce débat théorique sont imparfaits. En cela, il est intéressant de constater qu’il rejoint la conception des prix développée par Friedrich Hayek dans son ouvrage Prix et production, écrit dans les années 30, où celui-ci conteste la possibilité technique d’établir un niveau général des prix, et la signification réelle d’un tel concept.[15]

Cependant, contrairement à la théorie néo-classique des prix qu’il tient non seulement pour non scientifique mais aussi inutile, il ne peut pas ignorer que le niveau général des prix est un outil de gouvernement et sert à élaborer la politique économique de la Nation. C’est en réponse à cette nécessité que le monétarisme s’impose dans les années 70-80, parce qu’il apparaît comme le moyen de freiner l’inflation dans les pays occidentaux. Dès lors, et bien qu’il considère comme imparfait le niveau général des prix, Fourastié est bien obligé de se positionner dans ce débat théorique et pratique, et de dire comment, selon lui, la politique économique d’une nation doit être menée, et à partir de quels outils statistiques et de quelles relations théoriques.

Même s’il le fait du bout des lèvres, en se gardant bien d’entrer dans les détails parce que cela est quelque peu contradictoire avec la théorie des prix qu’il élabore, Fourastié soutient la vision monétariste de Milton Friedman, qu’il connaît personnellement, et considère qu’il existe une inflation proprement monétaire, qu’il importe de combattre en limitant les hausses de salaires. Cependant, comme il se méfie des indices de prix, il considère que cette politique monétaire doit être menée par les gouvernements à partir du PIB :

(…) Les techniques de la comptabilité nationale (du moins le système de comptes de la Commission économique pour l’Europe de l’ONU) nous donnent une base solide. Chaque année, les grandes nations calculent leur revenu national, égal au produit national net au coût des facteurs, lequel produit est appelé plus simplement dans le langage courant « Production nationale ». C’est là, nous l’avons déjà dit, l’équation fondamentale de la science économique. Le Revenu national figure d’années en années dans tous les annuaires statistiques ; c’est là une grandeur objective, qui s’impose à l’économiste, au gouvernement, à l’administration. On peut en déduire, par une simple division, le revenu national par tête de population active, chiffre non moins objectif.

Pourquoi donc ne pas dire : une monnaie stable est celle qui laisse stable le revenu national par tête de population active ?[16]

Nous voyons bien dans ce passage les profondes limites de l’analyse macroéconomique de Fourastié. Parce qu’il refuse de penser la monnaie, il semble incapable de percevoir la dynamique du capitalisme qui rend nécessaire, pour que le profit se constitue, l’existence du crédit. Mais au-delà de ce problème, on constate clairement qu’il souhaite réduire l’inflation monétaire à néant, en considérant que la seule force économique à considérer doit être le progrès technique. La nécessité de l’investissement et du crédit, pour réaliser ce progrès technique, ne semble pas le préoccuper. Tout le paradoxe de sa pensée est donc que, s’il critique la capacité du niveau général des prix à définir la réalité des prix, en revanche il appuie totalement les monétaristes dans leur volonté de l’utiliser pour piloter la masse monétaire. Car fondamentalement, le revenu national est un agrégat de même type que le niveau général des prix, qui a d’ailleurs suivi dans l’histoire récente une évolution semblable, simplement parce que le revenu national n’est rien d’autre qu’une façon de mesurer la masse monétaire en circulation, puisqu’il mesure le profit global (la somme des valeurs ajoutées) auquel on enlève, justement, l’inflation, déterminée par le niveau général des prix.

Les limites de la pensée de Fourastié sont ici évidentes, parce qu’il rejette un outil d’analyse économique nécessaire au gouvernement d’une économie : le niveau général des prix. Mais cela, comme nous l’avons dit, n’est que la conséquence, dans sa réflexion sur les prix, de son refus coupable d’intégrer la monnaie dans son système de pensée, et cela pour des raisons largement idéologiques, qui tiennent à son antimarxisme. Ce point aveugle a largement empêché la diffusion de sa pensée théorique sur les prix, parce qu’elle était ainsi frappée de stérilité, n’étant pas en mesure de fournir des outils d’action aux acteurs économiques et politiques. Cependant, cet état de fait ne doit pas faire oublier le grand intérêt de la théorie qu’il a élaborée, et plutôt que de la maintenir dans l’oubli, il est nécessaire de la réemployer, de l’intégrer dans l’analyse macroéconomique et monétaire, autrement dit de faire ce que Fourastié lui-même n’a pas voulu faire. Ainsi, des lumières nouvelles seront jetées sur le fonctionnement réel du système des prix que nous connaissons aujourd’hui.

Construire une théorie macroéconomique fourastienne

Pour pouvoir intégrer la théorie des prix de Fourastié dans le débat sur l’inflation qui anime la pensée économique, il est nécessaire de réfléchir à l’impact que doivent avoir les évolutions de prix qu’il décrit sur le niveau général des prix. Il est naturel de s’interroger comme il le fait sur la pertinence de cet indicateur, tout en ayant conscience de ses limites, mais cela ne peut pas entraîner son rejet pur et simple, car il est tout de même un indicateur de l’inflation qui permet de voir venir les deux risques majeurs qui pèsent sur le système-prix : hyperinflation et déflation. A ce titre, il est un outil indispensable de politique monétaire pour les banques centrales, il a donc une utilité pratique indéniable qui en fait une réalité économique à prendre en compte.

Mais alors comment se peut-il que ce taux d’inflation, qui se situe généralement entre 0% et 2% de croissance annuelle chaque année dans les pays riches depuis les années 80 et l’application des politiques désinflationnistes inspirées du monétarisme, comment se fait-il que ce taux d’inflation poursuive une hausse modérée depuis tant d’années, alors même que la force principale qui agit sur les prix, force identifiée par Jean Fourastié – le progrès technique – exerce un effet déflationniste ? Là est la question fondamentale à résoudre, car deux faits en apparence contradictoires doivent être conciliés. D’une part l’effet du progrès technique sur les prix réels est indéniable et a été prouvé à de nombreuses reprises par Fourastié. Il fait qu’un ouvrier de 1976 paye son pain 15 fois moins cher qu’un ouvrier de 1800, ou le prix de ses chaussettes 5 fois moins cher en 1976 qu’en 1900. Il y a donc indéniablement un effet déflationniste du progrès technique, et ce progrès technique se poursuit de nos jours sans contestation possible. Mais d’autre part, le niveau général des prix continue de monter de façon régulière depuis les années 80, de façon non moins indéniable, justifiant dans les faits la politique de ciblage d’inflation des banques centrales inspirée du monétarisme. Concilier ces deux faits, expliquer les liens logiques qui permettent leur existence simultanée, tel est le travail qu’il est nécessaire de faire pour intégrer la théorie de Fourastié dans le débat macroéconomique général. Tel est le travail qu’il n’a jamais fait lui-même en raison de sa répulsion pour la théorie monétaire, tel est donc le travail qui doit être mené pour progresser dans la théorie des prix. On va voir que cela est tout à fait possible.

Si l’on étudie attentivement la théorie des prix de Fourastié, on constate qu’elle ne se réduit pas à dire que le progrès technique a un effet déflationniste, comme le titre d’un de ses ouvrages pourrait le faire maladroitement penser. Fourastié a toujours dit, dans ses travaux, que le progrès technique avait deux effets sur les prix. Premièrement il fait baisser le prix de certains biens, en particulier le prix des produits industriels et agricoles, qui sont bien moins chers dans les pays développés que dans les pays pauvres. Mais deuxièmement, et ce fait ne doit pas être pris pour un fait marginal ou anecdotique, les prix de certains produits, en particulier ceux du secteur tertiaire, montent du fait du progrès technique, dans les pays les plus développés. C’est la raison pour laquelle le prix du coiffeur est bien plus cher à New York qu’à Dakar, et de manière générale tous les services (comme les services à la personne), sont bien plus chers dans les pays riches que dans les pays pauvres. Il est fondamental de ne pas sous-estimer ce mécanisme de montée des prix de certains produits dans les pays développés, car il ne s’agit pas, comme beaucoup d’économistes le pensent, d’un phénomène anecdotique ou exceptionnel. Il s’agit d’une loi fondamentale du système-prix. Cette loi n’est pas marginale, elle joue un rôle macroéconomique indispensable, elle permet au système-prix dans son ensemble de ne pas basculer dans la déflation, du fait des baisses de prix entraînées par le progrès technique.

Unifier la théorie des prix de Fourastié avec la théorie macroéconomique générale, c’est donc fondamentalement reconnaître l’existence de cette loi des prix de compensation, qui fait monter certains prix bien au-delà de leur prix de revient, parce que cela est permis par la baisse d’autres prix du fait de l’amélioration des techniques de production. Le progrès technique, autrement dit la hausse de la productivité réelle, n’a donc pas un effet déflationniste en tant que tel, comme Fourastié le laissait penser un peu trop rapidement, il a un effet sur la répartition des prix. Il fait baisser certains prix, en général ceux des produits les plus difficiles à produire, mais il en fait monter beaucoup d’autres qui captent, par ce mécanisme, une partie de la valeur créée par le progrès technique. C’est la raison pour laquelle il n’y a pas de très grande différence dans l’inflation entre pays pauvres et pays riches. Ce qui, en revanche, est très différent entre ces pays, c’est le niveau des prix des différents biens. Ainsi, dans les pays pauvres, les biens d’équipement, les biens industriels, sont extrêmement chers et difficiles à obtenir, mais le prix des services ou des petits biens sans valeur est dérisoire. Inversement dans les pays riches, le prix des biens industriels est bas, mais le prix des services explose (services à la personne, places de théâtre ou d’un match de football, etc.…), et c’est pourquoi le prix de ces services impressionne généralement le voyageur venu d’un pays riche quand il se rend dans un pays pauvre, puisqu’alors une place pour un match de football ou un billet de train ne valent quasiment rien. Tout cela s’explique par le fonctionnement réel du système-prix, fonctionnement dont Fourastié est seul à avoir détaillé le mécanisme, mais sans toutefois avoir poussé jusqu’au bout son raisonnement, pour les raisons qu’on a détaillées plus haut. Les observations de Fourastié, en effet, appellent avant tout une théorie macroéconomique, parce que c’est ainsi qu’elles révèlent leur efficacité descriptive, en mettant à jour une loi de l’évolution des prix qui est largement ignorée par la pensée économique contemporaine.

Prix de production et prix de compensation

On peut certainement résumer les observations qui précèdent dans un schéma, qui synthétise la loi du système-prix découverte par Fourastié, mais qu’il n’a jamais décrite explicitement comme telle, puisqu’il refusait d’en faire une théorie macroéconomique.

Ainsi fonctionne le système-prix réel au plan macroéconomique, que ce soit dans les pays riches ou les pays pauvres. Il est vrai que le progrès technique est l’élément déterminant sur l’évolution des prix, ainsi que l’affirmait Fourastié, mais son effet agit bien davantage sur la répartition des prix, que sur leur niveau général, qui demeure stable du fait même des mécanismes de compensation internes à ce système-prix. Car quand des prix de production s’effondrent du fait du progrès technique (comme par exemple le prix de vente des voitures ou des bicyclettes depuis un siècle), d’autres prix montent réciproquement (répondant à une demande accrue par des hausses des salaires ou du profit induites par ces progrès techniques), et permettent l’équilibre du système-prix, en évitant, notamment, sa chute dans la déflation. C’est pourquoi l’effet du progrès technique sur notre régime d’inflation est en fait invisible dans les indices synthétiques de l’inflation, de même que dans les statistiques de productivité apparente, et c’est sans doute la raison profonde pour laquelle Fourastié se méfiait au plus haut point de ces indices synthétiques. Il voyait bien en effet, qu’ils masquaient les mécanismes à l’œuvre dans l’absorption du progrès technique par le système-prix, et il avait raison. C’est d’ailleurs pour cette même raison que la pensée économique actuelle est largement aveugle sur ce point, parce qu’elle se focalise uniquement sur le niveau général des prix sans voir ce qui se passe à l’intérieur de ce système-prix. C’est pourtant à l’intérieur de ce système-prix, c’est-à-dire dans le détail de l’évolution des prix par type de produits, que se réalisent deux choses fondamentales pour nos systèmes économiques :

1°) la répartition des fruits de la hausse de la productivité entre les agents économiques

2°) l’équilibre macroéconomique du système-prix qui lui permet d’éviter l’inflation et la déflation par un système autorégulé.

Ces deux caractéristiques essentielles sont clairement un trou noir de la théorie économique moderne, et c’est sur ce trou noir que travaillait Fourastié, sans toutefois être allé au bout de son raisonnement. On le voit, en effet, il est nécessaire de considérer l’inflation d’un point de vue global, c’est-à-dire d’accepter le niveau général des prix comme un indicateur valable (même s’il est imparfait), pour tirer toutes les conséquences de la pensée économique de Fourastié. En faisant cela, nous mettons à jour une loi fondamentale du système-prix, qui est que le progrès technique agit sur la répartition des prix, non sur le niveau général des prix, dont l’équilibre est justement assuré par l’essence même de ce système-prix, du moins tant qu’une banque centrale n’émet pas de monnaie en quantité déraisonnable, comme il est arrivé par le passé.

Il faut bien comprendre toutes les conséquences de cette loi fondamentale du système-prix. Dans les économies les plus développées, le progrès technique agit en faisant baisser les prix de production, c’est-à-dire le prix que coûte à une entreprise donnée la production de telle ou telle marchandise. Dans un premier temps, parce qu’elle maintient son prix de vente, c’est donc le profit de cette entreprise qui augmente, ou éventuellement les salaires des employés si l’entreprise décide de les récompenser. Mais dans un second temps, la concurrence peut également faire baisser ce coût de vente et le ramener autour du prix de revient de l’entreprise, c’est là que se produit l’effet déflationniste. Il est fondamental de comprendre que cette évolution, parce qu’elle génère d’abord du profit puis ensuite des salaires, enfin des baisses de prix pour les acheteurs, va générer de la richesse dans l’économie en entraînant de la création monétaire. Mais cette richesse va être distribuée aux différents agents économiques via le système-prix. S’enrichiront ceux qui seront en mesure d’avoir les prix qui évoluent en leur faveur. Dans un premier temps, c’est le chef d’entreprise qui s’enrichit parce qu’il produit pour moins cher une marchandise qu’il vend au même prix. Le système-prix joue donc en sa faveur et il génère un profit. Dans un second temps, les salariés, en faisant jouer en leur faveur le prix que représente leurs salaires, vont également bénéficier de ce progrès technique. Dans un troisième temps, le consommateur va en bénéficier à son tour puisqu’il va voir le prix de la marchandise qu’il achète chuter. Il est à noter que ces évolutions se traduisent par une augmentation de la masse monétaire, qui permet de transformer en valeur monétaire des améliorations dans la technique de la production physique. En effet, de la monnaie va être créée, via le crédit, là où les agents économiques espèrent des profits, c’est-à-dire prévoient des évolutions de prix en leur faveur. Aussi, tout le monde « tire la couverture à soi » pour obtenir la plus grande part possible de cette nouvelle monnaie dont la création est permise par la hausse de la productivité physique, et cette lutte se déroule au sein du système-prix, où chacun cherche à être du bon côté de la hausse des prix.

Mais au plan macroéconomique, la dynamique du capitalisme progresse du fait de l’augmentation globale modérée des prix, et cette évolution globale est à l’origine le résultat des améliorations dans la technique de production. Seulement, ce lien n’agit pas directement, il transite par une répartition qui s’effectue dans le système prix, et qui permet tout à la fois de distribuer des profits (pas seulement aux innovateurs responsables de l’amélioration des techniques de production) et d’assurer l’équilibre de l’évolution globale des prix.

Ce que provoque la hausse de la productivité selon Fourastié, c’est donc une diminution des prix industriels et une augmentation des prix de service. Du moins, cette évolution était celle que décrivait Fourastié dans ses premiers ouvrages. Mais il est probable que ce mouvement initial ait était modifié depuis l’après-guerre, et qu’on observe le début d’une convergence dans l’évolution des différentes formes de prix. Ainsi dès la rédaction de Pourquoi les prix baissent, Fourastié note que les catégories de prix sont de moins en moins marquées et valables pour l’analyse, parce que les différents secteurs sont « transgressés » :

Aujourd’hui beaucoup plus encore qu’en 1945, il faut éviter de parler des prix de l’agriculture en général ou de l’industrie en général, et considérer surtout la diversité des phénomènes observés au cours du temps.[17]

Il est clair aujourd’hui que de nombreuses entreprises et de nombreux salariés, cherchent instinctivement à récupérer une partie de la monnaie en circulation dans le système prix par des moyens beaucoup plus divers et difficiles à classifier qu’à l’époque de l’après-guerre. Cette lutte pour la répartition de la valeur monétaire créée grâce aux gains de productivité est une lutte présente dans tous les secteurs et au sein de toutes les entités économiques, et c’est pourquoi il est très difficile de l’analyser de façon précise et complète. Cependant, il faut souligner que pour réaliser ce travail, le suivi statistique des prix par type de biens est un élément fondamental, et c’est pourquoi il est regrettable que les instituts statistiques nationaux et internationaux, à commencer par l’INSEE, abandonnent peu à peu ce travail. En tout cas au niveau global, il ne faut jamais perdre de vue que c’est la productivité réelle qui détermine l’évolution du système-prix et qui permet de créer de la monnaie nouvelle. Mais par productivité réelle, il faut entendre productivité physique, car le concept de productivité apparente que la plupart des économistes utilisent aujourd’hui ne nous dit rien sur les mouvements à l’œuvre à l’intérieur du système-prix, or c’est là, nous l’avons montré, que le progrès technique exerce toute son influence. Le concept de productivité apparente, pour sa part, ne mesure que la croissance du revenu national, c’est-à-dire du profit global, mais il ne mesure pas l’évolution des prix par laquelle ces profits se répartissent entre les agents, alors que c’est là que la productivité réelle exerce son influence et peut se mesurer. En effet, le progrès technique induit des possibilités de profits, mais ces profits sont rendus possibles par les évolutions à l’intérieur du système-prix, qui garantissent une répartition de ces profits qui ne provoque pas d’inflation. Autrement dit, le système-prix fait perdre ceux qui sont victimes de baisses de prix, et fait gagner ceux qui bénéficient des hausses de prix, le tout débouchant sur une augmentation globale modérée des prix. Telle est la régulation principale du système-prix considéré dans son ensemble, comme nous l’avons démontré à partir de la pensée de Fourastié.

Le système-prix n’est donc pas seulement un système de concurrence, comme il est souvent vu dans les travaux économiques modernes, il est aussi fondamentalement un système de répartition, en fait le principal système de répartition de la valeur dans les économies modernes. D’une part il fait baisser ce que l’on peut appeler des prix de production, du fait du progrès technique, mais d’autre part, il fait monter ce que l’on peut nommer des prix de compensation, qui servent à la fois à empêcher la déflation et à répartir le profit nouveau entre les agents.

A partir de cet acquis théorique, il nous faut à présent reprendre l’étude de la finance contemporaine telle que nous l’avions laissée à la fin de la première partie de cette thèse, c’est ce que nous allons faire dans le chapitre suivant.


[1] Le Grand Espoir du XXème siècle, Jean Fourastié, 1989, Collection Tel., p.162

[2] La violence de la monnaie, Michel Aglietta, André Orléan, préface de Jacques Attali, économie en liberté, Presses Universitaires de France, 1982.

[3] Philosophie de l’argent, Georg Simmel, Presses Universitaires de France, Quadrige Grands textes, 2011.

[4] Dette, les 5000 premières années, David Graeber, Melville House Publishing, 2011.

[5] Pouvoir d’achat, prix et salaires, Jean Fourastié, 1977, Collection Idées, Editions Gallimard.

[6]Pouvoir d’achat, prix et salaires, Jean Fourastié, 1977, Collection Idées, Editions Gallimard, p.55.

[7] Pouvoir d’achat, prix et salaires, Jean Fourastié, 1977, Collection Idées, Editions Gallimard, p.55

[8]La réalité économique, Jean et Jacqueline Fourastié, Collection Pluriel, 1986, p.170.

[9] La réalité économique, Jean et Jacqueline Fourastié, Collection Pluriel, 1986, p.171-172

[10]La réalité économique, Jean et Jacqueline Fourastié, Collection Pluriel, 1986, p.171.

[11]La réalité économique, Jean et Jacqueline Fourastié, Collection Pluriel, 1986, p.173.

[12] La réalité économique, Jean et Jacqueline Fourastié, Collection Pluriel, 1986, p.190.

[13]Pouvoir d’achat, prix et salaires, Jean Fourastié, 1977, Collection Idées, Editions Gallimard, p. 51-52.

[14] Pouvoir d’achat, prix et salaires, Jean Fourastié, 1977, Collection Idées, Editions Gallimard, p.189.

[15] Prix et production, Friedrich Hayek, éditions Agora ,1998 (traduction de cours donnés en 1931 à la London School of Economics).

[16] Pouvoir d’achat, prix et salaires, Jean Fourastié, 1977, Collection Idées, Editions Gallimard, p.190.

[17] Pourquoi les prix baissent, Jean Fourastié et Béatrice Bazil, 1984, collection Hachette, p.87.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.