L’expropriation financière

Après avoir montré le fonctionnement du système-prix et sa dualité dans le chapitre précédent, en s’étant appuyé largement, puis en ayant généralisé la pensée de Fourastié à la macroéconomie, il nous faut à présent réutiliser cette théorie pour comprendre l’impact économique de l’évolution des marché financiers, ainsi que nous l’avons détaillée dans la première partie de cette thèse. On se souvient que nous avions défini les marché financiers actuels, et notamment le développement des dérivés dans la comptabilité des chambres de compensation, comme une forme de monnaie en gestation, acquérant le caractère de la monnaie en période de confiance, c’est-à-dire étant considérés comme une valeur en soi par les acteurs des marchés, mais pouvant perdre très rapidement cette qualité à l’occasion d’une crise financière, c’est-à-dire lors d’une crise de confiance, et étant dans ce cas brutalement détruits. C’est pourquoi les dérivés sont une quasi-monnaie, une monnaie potentielle, aspirant à la qualité de monnaie mais ne la possédant pas tant qu’un ordre juridique et bancaire ne lui attribue pas. Nous avons conclu la première partie de cette thèse sur cette définition, en tâchant de mettre à jour la dynamique de la monnaie et des créances depuis la fin du Moyen-Age, et nous avons immédiatement fixé le problème fondamental que pose l’existence d’une telle masse de quasi-monnaie pour le fonctionnement général de l’économie. En effet, il n’est pas possible qu’une telle masse d’engagements financiers, puisque les dérivés sont des créances, circule dans l’économie mondiale sans avoir d’effet sur les prix. Nous avons d’ailleurs démontré dans le chapitre 7 de la première partie la nature profondément inflationniste des dérivés, parce que les dérivés, nécessairement basés sur des actifs sous-jacents, se développent et sont considérés comme des valeurs dans les chambres de compensation si et seulement si le prix des sous-jacents sur lesquels ils sont basés montent. Cette observation a été l’une de nos conclusions fondamentales de la première partie, et il est important de bien l’avoir à l’esprit, car elle détermine la suite de la démonstration. En effet, cette loi propre aux dérivés pose immédiatement la question de savoir quel est l’impact de la circulation d’une telle masse de dérivés (près de dix fois la masse monétaire mondiale nous l’avons vu) sur le système-prix. Mais pour répondre à cette question absolument essentielle pour la compréhension du monde économique moderne, il était indispensable de faire un détour par la théorie des prix, et de trouver dans cette théorie les éléments indispensables à une définition correcte et précise du système-prix. L’étude des grands débats sur l’inflation et la monnaie qui ont scandés l’évolution de la pensée économique nous a fourni les éléments indispensables à la bonne compréhension de la relation prix-monnaie, mais c’est aussi dans la pensée de Fourastié, généralisée et intégrée à ce débat historique, que nous avons trouvé les éléments pour préciser et clarifier la théorie des prix, en mettant en évidence la dualité du système-prix. A présent, nous sommes donc en mesure de donner une lecture plus précise et complète de la nature de la relation qui lie la finance et le système-prix, dans nos économies modernes.

Le prix des actifs financiers : un prix de compensation

Nous avons donc défini précisément, en termes de logique comptable, ce qu’étaient les produits dérivés dans la première partie de cette thèse. Nous avons démontré en détail le schéma suivant : les dérivés sont des créances qui circulent entre les acteurs des marchés, et sont considérés comme des valeurs en soi, tant que le prix des actifs sous-jacents sur lesquels ils sont basés montent. Dans ce cas, grâce à l’effet de levier qu’ils permettent, ils attirent les acteurs qui souhaitent les posséder en prévoyant une plus-value sur leur revente. Aussi se développent-ils et s’échangent-ils de plus en plus, ils acquièrent progressivement la qualité d’une valeur en soi en période de confiance, tant qu’ils sont basés sur un actif sous-jacent dont le prix monte. Si le prix de cet actif chute, les dérivés basés sur lui disparaissent immédiatement, notamment à travers le mécanisme de la liquidation de position, qui permet aux participants au marché de ne perdre que leur engagement initial, et non la valeur réelle du contrat de dérivé. Il est nécessaire d’insister sur ce point. Un dérivé n’a d’intérêt qu’en raison de son effet de levier, et cet effet de levier fonctionne seulement quand le prix de l’actif sous-jacent monte. Si l’on prend un peu de recul, on s’aperçoit donc que la masse phénoménale de dérivés en circulation depuis les années 80 est uniquement basée sur des augmentations de prix. Autrement dit, il est impossible de nier le caractère inflationniste de ces dérivés qui n’existent que parce que certains prix d’actifs augmentent. A travers un mouvement à rétroactions, l’augmentation du prix d’un actif génère l’émission de dérivés dans les chambres de compensation, et en retour, l’existence d’une masse importante de dérivés stimule l’augmentation du prix d’un actif. Ce schéma théorique est d’ailleurs largement vérifié dans les faits puisque depuis les années 80, le processus de financiarisation s’est traduit tout à la fois par l’explosion de la quantité de produits dérivés et par une montée très importantes de la valeur des indices boursiers (CAC 40, Dow Jones, DAX, etc.), indices qui synthétisent des prix d’actifs financiers, autrement dit des sous-jacents des dérivés. On observe donc incontestablement la relation croissance des dérivés-montée du prix des actifs financiers.

Mais cette observation incontestable pose un problème insoluble à la pensée économique moderne, parce que le développement des dérivés ne s’est accompagné, depuis les années 80, ni d’une augmentation de l’inflation (elle a même plutôt eu tendance à baisser), ni d’une augmentation substantielle du PIB dans les pays où la finance est très importante. C’est la raison pour laquelle le caractère inflationniste des dérivés n’est généralement pas accepté ni même reconnu.

Baisse des prix de production, hausse du prix des actifs financiers

Mais nous avons montré dans la deuxième partie de cette thèse, et notamment dans les chapitres qui précèdent, que le problème de l’inflation dissimule largement l’essentiel du mouvement des prix. En effet, grâce aux démonstrations de Fourastié, nous avons vu que le système-prix était un système de répartition et de régulation du profit, au sein duquel de très grandes modifications de prix pouvaient se produire, sous l’effet du progrès technique, sans modifier l’équilibre du niveau général des prix, ou du moins en assurant une faible croissance de celui-ci. Que signifie dans ce système-prix, l’effet inflationniste des dérivés sur les actifs sous-jacents ? Pour répondre à cette question, il faut comprendre que les actifs sous-jacents, notamment les actifs purement financiers (comme les actions ou les obligations), se comportent typiquement comme un prix de compensation. Ils ne sont pas liés à un coût de revient (au coût qu’il faut pour les produire), et leur prix de vente peut augmenter sans provoquer d’inflation globale, parce que d’autres prix baissent, à différents endroits du système-prix, sous l’effet du progrès technique. Nous avons vu dans le chapitre précédent que le système-prix est en fait le lieu d’une lutte pour la captation de la monnaie créée grâce au progrès technique, et cette lutte a pour instrument, pour chacun des acteurs de la scène économique, l’augmentation des prix en sa faveur. Nous avons vu que diverses stratégies pouvaient permettre aux acteurs de sortir vainqueurs, à un degré plus ou moins important, de cette lutte : par le versement des salaires, par l’augmentation du prix des services de bases, ou par l’entente entre entreprises (de plus ou moins grande taille) etc. Chacun à sa manière tente de tirer profit du système-prix pour diriger vers lui les prix de compensation, c’est-à-dire ces prix qui augmentent en réponse aux baisses de prix induites par le progrès technique. Essentiellement, le cœur de la vie économique réside dans cette lutte pour la répartition, ainsi que, bien entendu, dans les moyens de développer le progrès technique qui permet de générer cette monnaie nouvelle. Le développement de la finance de marché, il faut maintenant y revenir, n’est que l’une des stratégies dans cette lutte pour la captation de la monnaie. Mais elle est une stratégie particulièrement efficace, parce qu’elle repose sur un fonctionnement systémique, extrêmement bien organisé par des institutions financières, et qui répond à un fonctionnement quasi-monétaire. L’émission et la circulation de dérivés, en effet, permet de stimuler de façon massive les augmentations de prix rendues possibles par le progrès technique, autrement dit elle permet de diriger dans sa direction l’augmentation des prix de compensation, et d’en tirer de grands profits, plus qu’aucune autre stratégie économique n’est capable de le faire.

Les marchés financiers : un système d’extraction de la valeur

Ce que signifie le caractère inflationniste des dérivés, c’est que la finance attire les augmentations des prix de compensation, c’est-à-dire qu’elle oriente les profits nouveaux, générés par le progrès technique, dans sa direction, puisque les dérivés permettent de réaliser des profits à partir de ces augmentations de prix. L’effet fonctionne dans les deux sens : d’une part les prix qui augmentent stimulent la création de dérivés à partir d’eux, et en retour la création de dérivés basés sur un actif a tendance à faire monter le prix de cet actif, puisque les acteurs désirent le posséder. Par ce fonctionnement, la finance parvient à générer des profits à partir de tout type de prix de compensation, et ces profits se dirigent vers les acteurs présents sur ces marchés, qui peuvent, certes, être de petits porteurs, mais sont essentiellement des banques et des fonds de pension, ainsi que des entreprises privées de grande taille qui cherchent à profiter de ce système. Il faut insister sur le fait que l’augmentation de ces prix liés à la finance et aux dérivés n’est possible que parce que d’autres prix baissent par ailleurs, et ces autres prix baissent sous l’effet du progrès technique. C’est cela qui évite toute inflation globale au système, parce que le système-prix lui-même assure cet équilibre, ou du moins pousse les banques centrales à respecter cet équilibre. Le système des marchés financiers, nous pouvons à présent le définir, est donc un système d’extraction de la valeur d’une économie. Il dirige dans sa direction toutes les augmentations des prix de compensation permises par le progrès technique. Il permet à la monnaie émise grâce au progrès technique de se diriger vers lui. Il transforme en monnaie le progrès technique à son seul bénéfice. En effet, la monnaie que dirige vers lui le système financier, principalement à travers le système des dérivés, n’est rien d’autre que la transformation en monnaie des améliorations introduites dans l’efficacité de la production physique, autrement dit la capacité à produire en plus grande quantité ou en meilleure qualité du simple fait de l’application de méthodes nouvelles. Ce que transforme en monnaie le système financier, en captant les augmentations de prix permises par le progrès technique, ce n’est rien d’autre que la productivité réelle elle-même, c’est-à-dire la productivité physique. Les marchés financiers transforment en monnaie la productivité réelle.

Mais quelle est l’origine et la cause de l’amélioration de cette productivité réelle ? C’est à cette question fondamentale qu’il faut répondre pour comprendre qui est à l’origine de l’enrichissement de la finance. Comme nous l’avons vu dans le chapitre 2 de cette deuxième partie, il ne faut pas confondre la productivité réelle, ou physique (qui mesure les quantités produites par unité de production) et la productivité apparente (qui mesure la monnaie captée par unité de production). La plupart des économistes et des organismes internationaux utilisent aujourd’hui ce concept de productivité apparente, celui-là même que Fourastié critiquait comme dangereux. Et en effet, si la productivité apparente peut être utile, il faut bien avoir en tête qu’elle dissimule largement la productivité réelle, puisqu’elle mesure de la même façon des activités qui connaissent des améliorations techniques gigantesques (par exemple l’informatique ou les produits industriels), et des services sans amélioration technique (typiquement le coiffeur). Pourtant du fait de la nature du système-prix telle que nous l’avons décrite, ces activités aussi diverses au plan de leur évolution technique seront mesurées de la même manière par la productivité apparente, parce que ce concept ne mesure que la monnaie captée par chaque entité, non les innovations technologiques de son procès de production, c’est-à-dire l’augmentation de sa production physique, ou réelle. Cela conduit à considérer qu’un salarié d’une grande entreprise sans mission est aussi productif voire plus productif qu’un ingénieur ou un ouvrier spécialisé d’une petite PME mettant en place des innovations techniques qui révolutionnent une technique de production, ou qu’un ingénieur d’une grande entreprise dont la production physique explose (donc la productivité) mais dont les prix de vente chutent. Notre concept contemporain de productivité apparente, ou monétaire, est donc un concept aveugle et même trompeur, qui ne rend pas compte de l’amélioration réelle des techniques de production, parce qu’il ne mesure que la masse monétaire, non la production physique. Ce faisant, il dissimule, et même favorise les activités non productives par rapport aux activités productives, puisque le progrès technique fait baisser le prix des premières, et monter le prix des secondes. Il est pourtant universellement utilisé, de nos jours, par les économistes et les institutions internationales telles que l’OCDE, qui n’ont guère retenues les avertissements que lui donnèrent les fondateurs de ces indicateurs comme Fourastié.

En tout cas, si l’on comprend la productivité comme l’amélioration de la productivité physique, il s’ensuit que ce qui permet de l’améliorer est tout simplement l’organisation et l’intelligence d’une nation. Le travail, la bonne organisation, mais surtout l’application des techniques nouvelles au procès de production sont au cœur du développement de la productivité réelle.

Fourastié a souvent défini les causes de la productivité réelle dans son travail théorique comme dans son action au sein du Commissariat général au Plan et dans les organismes internationaux. Dans ses mémoires il explique par exemple :

Dans l’Economie française dans le monde, nous avons dit carrément que la France n’est pas un pays riche, ce n’est pas son sol ou son sous-sol qui explique son bon rang parmi les pays développés, mais c’est l’efficacité de sa population, donc la productivité moyenne du travail ; c’est l’organisation productive du travail dans l’entreprise et dans la Nation ; c’est l’éducation des Français.[1]

Dans son livre de synthèse sur la productivité, largement issu de ses réflexions et débats dans les organismes internationaux et au Commissariat Général au Plan en France, il synthétise les éléments qui permettent de faire croître cette productivité réelle :

Les facteurs essentiels de l’accroissement de la productivité sont donc la volonté de progrès, l’imagination créatrice et l’effort expérimental. Il n’y a pas de progrès sans effort, sans difficultés à vaincre, sans obstacles humains et matériels. Plus encore, le progrès n’est jamais gratuit ; il oblige le plus souvent à renoncer à des habitudes, à des manières de vivre et de penser qui étaient agréables. Mais si l’homme est libre de préférer l’immobilité au progrès, au moins doit-il savoir qu’il est en général impossible d’obtenir à la fois les avantages de l’immobilité et ceux du progrès.

La mentalité que doit posséder une population, ou du moins son élite, pour poursuivre le progrès économique et social étant ainsi évoqué, il nous faut ainsi examiner dans quels types de problèmes pratiques, cette volonté doit se révéler. Un exemple précisera les idées. Il confirmera que la productivité n’est essentiellement ni un problème d’investissement, ni un problème technique, mais un problème complexe mettant en œuvre ces facultés humaines simples et complexes à la fois, rares et communes, tantôt génératrices de routines et tantôt novatrices, que l’on désigne sous le nom de « bon sens ».[2]

Plus loin Fourastié récapitule les différents éléments qui influent sur la productivité réelle :

Les quelques problèmes décrits sommairement ci-dessus montrent que beaucoup des efforts nécessaires pour accroître la productivité du travail dépassent le cadre de l’entreprise ; les uns se posent à l’échelle professionnelle, par exemple la qualité standard des matières premières ; d’autres à l’échelle nationale, par exemple la normalisation, le climat social, l’enseignement technique etc. Ce sont ces problèmes qui ont rendu nécessaire l’institution du Comité National de la Productivité dont nous parlons au chapitre suivant.

Mais il n’en est pas moins vrai que c’est à l’échelle de l’entreprise que peuvent être obtenus les résultats les plus immédiats, sinon les plus importants. Dans une même Nation, et souvent dans une même région et dans une même ville, on observe des productivités variant du simple au double, et parfois au triple ou au quintuple d’une entreprise française à une autre entreprise française. Les différences d’ateliers à ateliers et d’opération à opération sont encore plus marquées : toutes ces disparités montrent l’importance des progrès qu’il est possible de réaliser dans chaque entreprise.

Les chefs d’entreprise et les ingénieurs ont toujours quelque peine à admettre l’existence de différences aussi fortes, mais dès qu’ils en ont la preuve par les calculs mêmes qu’ils effectuent, la voie du progrès leur est ouverte. Il est inutile d’ajouter que les entreprises qui se tiennent au début à l’écart d’un tel mouvement d’émulation coopérative, se trouvent vite dans une grave situation ; ignorant les progrès accomplis ailleurs, laissés à leurs seules forces, qui sont en général médiocres (car ce ne sont pas les patrons les plus intelligents qui adoptent une telle attitude), elles sont les premières victimes des crises et des méventes.[3]

Ce bref panorama des causes de la productivité réelle, dont Fourastié était un spécialiste en France et dans les organismes internationaux, nous fait bien percevoir que l’amélioration de cette productivité a des causes multiples qui tiennent à différents acteurs impliqués dans le processus de production, ou dans des services d’appui à ce processus.

Autrement dit, c’est le travail des ingénieurs, des chefs d’entreprise, des ouvriers, des techniciens, mais aussi des employés des services administratifs, qui permettent à la productivité réelle de se développer. C’est le développement de l’intelligence au sein de l’organisation productive qui permet à un pays de développer sa productivité réelle. Il est à noter que le système-prix et la politique monétaire, dans ce schéma, ne devraient être qu’un instrument au service du développement de cette productivité réelle, et le rôle essentiel des économistes et des haut fonctionnaires devrait être de réfléchir à la meilleure organisation monétaire possible pour stimuler cette productivité réelle qui, répétons-le, est à la source du niveau de vie et de la puissance d’un pays.

Mais le développement des marchés financiers a aujourd’hui entrainé une logique inverse. Elle a en quelque sorte soumis la productivité réelle à sa propre logique financière, en se développant comme un système d’extraction de la valeur du système productif, comme nous l’avons montré. La captation monétaire à laquelle la finance procède, par le jeu de l’augmentation des prix de de compensation, revient à transformer en monnaie pour son compte les améliorations de la productivité réelle. Mais ce faisant, il faut souligner qu’elle récupère à son seul profit la valeur venue du travail de tout le secteur productif, tous ces éléments auxquels Fourastié attribue à raison l’élévation de la productivité réelle. Ainsi la valeur que la finance extraie, elle la prélève sur l’intelligence des ingénieurs, des ouvriers, des chefs d’entreprise, des techniciens, des services publics, des services d’appui des grandes entreprises, bref à tous ceux qui concourent à l’amélioration de la productivité réelle, et qui ne récupèrent parfois qu’une mince part de cette valeur nouvelle parce que leurs salaires sont souvent tirés vers le bas. En ce sens, l’extraction de valeur à laquelle la finance procède constitue bien une expropriation. La finance exproprie le travail et l’intelligence de ceux qui améliorent la productivité réelle, en en récupérant pour elle seule la valeur monétaire, au seul motif qu’elle contrôle de plus en plus le système bancaire et monétaire, et sans qu’elle apporte elle-même quoi que ce soit à la productivité réelle. C’est pourquoi nous pouvons définir le système des marchés financiers contemporains, à la lumière des développements qui précèdent dans les deux parties de cette thèse, comme une expropriation financière. C’est cette expropriation qui est en grande partie à l’origine de la croissance phénoménale des inégalités depuis les années 80 dans la plupart des pays développés, comme l’a par exemple montré Thomas Piketty dans ses travaux[4] ainsi que du décrochage du salaire moyen par rapport au PIB, comme l’ont montré des économistes et économètres comme Alberto Bagnai[5].

Après avoir mis en lumière le mécanisme qui mouvait les marchés financiers et le système-prix, il nous faut à présent chercher à comprendre pourquoi et comment ce système s’est mis en place ces dernières décennies, et quelle relation il entretient avec l’évolution de l’inflation et du système monétaire lui-même. Pour faire cela, il est nécessaire d’étudier en détail la dynamique historique récente de la finance, depuis la crise de 1974 jusqu’à nos jours, car c’est essentiellement sur cette période que ce système s’est mis en place et s’est développé. C’est ce que nous allons faire dans le chapitre qui suit.


[1] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, 1994, Beauchesne Editeur, p.77.

[2] La Productivité, Jean Fourastié, Presses Universitaires de France, Editions Que sais-je ?, 1952, p.97.

[3] La Productivité, Jean Fourastié, Presses Universitaires de France, Editions Que sais-je ?, 1952, p.108-109.

[4] Le capital au XXIème siècle, Thomas Piketty, Le seuil, 2013.

[5] Par exemple dans son article Lessons from the crisis, sur le blog goofynoomics, paru en 2013, où il met en évidence la divergence entre la productivité et les salaires réels aux Etats-Unis, dès les années 70 : http://goofynomics.blogspot.com/2013/12/lessons-from-crisis.html


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.