Fourastié, la Seconde Guerre mondiale et la découverte des origines de la comptabilité

Comme on vient de le voir, la compréhension de cet outil de développement des banques et du commerce qu’est la comptabilité en partie double a été le résultat du travail de recherche de Jean Fourastié. Mais il faut noter que cette avancée dans la pensée comptable et économique s’est faite dans un contexte historique, politique et social très particulier : celui de la Seconde Guerre mondiale. Dans ce chapitre, nous allons revenir sur les conditions historiques et sociales dans lesquelles Fourastié a développé sa pensée, pour mieux comprendre l’évolution d’aujourd’hui, qui nous semble au contraire être marquée par un affaiblissement de la pensée comptable, notamment dans son application à la finance. Ce contexte était celui de la montée de la planification industrielle, de l’économie mobilisée, et des nécessités que créait cette situation, du besoin qui se faisait sentir de clarifier la théorie comptable, qui semblait excessivement embrouillée. A l’inverse, la période précédente, jusqu’à la Première Guerre Mondiale, de nouveau entre-deux guerres, tout comme aujourd’hui, avait davantage été marquée par les besoins de la financiarisation, qui entraîne toujours l’obscurcissement de la théorie comptable, derrière lequel se dissimulent une politique de classe et la poursuite des intérêts financiers privées.

1°) Une découverte personnelle et fondamentale

Jean Fourastié découvre la logique historique de la comptabilité en partie double de façon officielle dans son ouvrage de synthèse La comptabilité, publié à Paris en 1943 pendant l’Occupation aux éditions Que-sais-je ? A cette époque, Fourastié enseigne à l’Ecole Libre des Sciences Politiques, comme il le fera à la Libération, et forme les élites françaises de Vichy à l’économie et à la comptabilité, tout en travaillant avec une équipe de hauts fonctionnaires à l’élaboration d’un Plan Comptable Général vichyste qui sera fortement décrié par la Résistance et la France Libre, qui lui reprochent d’être un outil de pillage de la France par l’Allemagne, ce qu’il n’était pas. Cependant, Fourastié n’est pas à la tête de cette équipe, il n’est qu’un des spécialistes y travaillant, et ne sera pas condamné à la Libération. En termes idéologiques, ses livres écrits pendant la Guerre ne montrent aucune adhésion idéologique au nazisme, mais seulement un intérêt pour son organisation industrielle et comptable. Dans ces ouvrages, Fourastié s’en tient à des pures considérations techniques dans le but de redresser l’économie française après la défaite. Aussi est-ce sa passivité totale et son absence de critique à l’égard du Troisième Reich et du gouvernement de Vichy, et même le service fidèle de celui-ci, qui peuvent lui être reprochés à cette époque, puisqu’il poursuit ses activités comme fonctionnaire, comme enseignant et comme chercheur sans rien faire, semble-t-il, pour s’opposer au régime de Collaboration, à une époque où la guerre fait rage en France et partout dans le monde. Comme après-guerre quand il défendra un européïsme non critique et quelque peu aveugle, tout en limitant à presque rien ses prises de position écrites dans cette direction politique ou dans une autre, il semble se satisfaire de sa neutralité de haut fonctionnaire et de chercheur et nourrir un certain mépris pour les questions politiques, aussi brûlantes et fondamentales soient-elles.

Sa découverte date donc de l’année 1943, mais il est vraisemblable qu’elle date en fait de recherches qu’il a menées depuis l’entre-deux guerres. Dans ses mémoires-dialogues avec sa fille Jacqueline Fourastié, il explique en effet que c’est initialement la recherche de l’origine des mots « débit » et « crédit » qui l’ont conduit à sa découverte dans les archives comptables médiévales italiennes[1] :

Pendant la guerre, les Presses Universitaires de France ont créé la collection Que sais-je ? Pour cette belle collection, un de mes collègues du contrôle des Assurances, M. Fauques, avait rédigé le volume Les assurances, il connaissait bien le fondateur de la collection Paul Angoulvent qui s’est montré ouvert à mes idées. J’avais fait des recherches en histoire de la comptabilité pour comprendre le sens des mots « crédit » et « débit », c’est un barrage qui empêche beaucoup d’élèves de faire de la comptabilité et même d’en comprendre les rudiments. Lorsqu’il y a de l’argent dans la caisse, c’est un débit de caisse. Ce n’est pas conforme à la signification littéraire habituelle. Au contraire, lorsqu’on enlève de l’argent de la caisse, la caisse est créditée. L’histoire m’a appris combien il avait été difficile de fixer le sens de ces mots crédit et débit de manière à ce que les comptes clients (comptes de tiers) soient compréhensibles pour le client. C’est assez paradoxal ! Si le banquier veut créditer le compte du client, il est bien forcé de débiter sa propre caisse. Cela peut aussi se comprendre par le fait que credit est le mot latin, 3e personne du singulier du verbe credere : credo (« je crois » mais aussi « je possède », « je suis créancier », credit « il possède », « il » c’est le client, debit :  il doit). J’ai proposé à Paul Angoulvent de publier un Que sais-je ? sur la comptabilité. Il a eu un grand succès ; il en est à sa 18ème édition. (…)

Ce livre n’a été traduit qu’en Portugais et en Japonais, car sa deuxième partie n’est pas transposable à l’étranger. Mais l’expérience prouve que l’explication que j’ai donnée de l’influence des comptes de tiers sur les comptes de l’entreprise est indubitable et universelle.

On le voit, la recherche de Jean Fourastié a abouti à une découverte fondamentale pour la compréhension de la comptabilité. Cependant, en présentant le résultat de cette recherche dans un Que sais-je ?, Fourastié lui a fait perdre son caractère personnel, pour des raisons qui ont sans doute trait à sa position pendant la Guerre ainsi qu’à sa modestie. En effet, il semble au lecteur de ce livre que l’explication de la comptabilité qu’il contient n’est que le résumé d’une vérité universelle et reconnue. Or, il faut insister sur le fait qu’il n’en est rien avant la parution de ce livre. Tous les théoriciens de la comptabilité qui précédèrent Jean Fourastié n’arrivèrent jamais à percer son mystère, c’est-à-dire sa logique profonde. Raymond de Roover par exemple, à la fois banquier d’affaire, historien et chercheur[2], ne parvint pas à rendre compte de cette explication logique dans son article consacré à l’histoire de la comptabilité[3] de 1939. D’autres auteurs, comme J.H. Vlaeminck, contestèrent même l’explication de Jean Fourastié, sans apporter pourtant de critique cohérente. Ainsi, dans son Histoire et doctrines de la comptabilité, cet auteur affirme sans démonstration véritable : « C’est là, évidemment, une intéressante tentative d’expliquer l’inversion des signes et en même temps l’apparition des comptes de résultats. Mais nous ne pensons pas qu’elle correspond à la réalité historique. »[4]

Il est donc clair que l’ouvrage de 1943 de Fourastié, contrairement à la présentation qu’il en a laissée faire lui-même, est bien plus qu’un ouvrage de synthèse sur la comptabilité. La modestie excessive et peut-être la prudence avec laquelle Fourastié en parlait (tout comme il parlait très peu de la guerre en général) ne doit pas nous faire perdre de vue que cet ouvrage marqua en fait une découverte fondamentale, qui pour cette raison, s’étendit naturellement et massivement dans la pratique et l’enseignement comptable après-guerre. Pour comprendre ce qui a rendu possible cette découverte fondamentale, il faut donc étudier d’une part la pensée des comptables qui l’ont préparée, et d’autre part les conditions politiques extrêmes et tragiques qui l’ont favorisées.

2°) La pensée comptable jusqu’à Jean Fourastié

La théorie comptable, comme discipline séparée et consciente d’elle-même, est vraiment apparue au cours du XIXème siècle. Mais jusqu’à nos jours, elle parvint difficilement à s’isoler des autres disciplines. Encore généralement associée aujourd’hui au droit, ce qui est certainement un frein à son développement, elle fut également adossée à l’économie, justement dans le sillage d’auteurs comme Fourastié, mais déjà, de façon plus implicite, dans la pensée d’auteurs comme Proudhon, et surtout comme Marx et Keynes. Enfin les liens entre l’histoire et la comptabilité sont très profonds, et éveillèrent à raison l’intérêt de nombreux historiens, notamment les historiens de la banque comme de Roover ou son maître Usher, sans parler donc, des historiens de la comptabilité eux-mêmes.

Mais les théoriciens de la comptabilité furent nombreux, en particulier en France, en Italie et en Allemagne. De la Révolution française jusqu’à la seconde guerre mondiale, leur pensée fut un effort de clarification et de compréhension de ce qu’est la comptabilité en partie double, et cet effort, qui fut plus ou moins couronné de succès, qui tour à tour produisit des avancées ou provoqua des obscurcissements, fut étudié attentivement, au moins en partie, par le jeune comptable Jean Fourastié.

Très schématiquement, on peut dégager deux tendances majeures dans cette évolution. Les auteurs qui se focalisent sur la conception bancaire, financière et juridique, de la comptabilité sont généralement un peu trop fascinés, éblouis par les termes faussement techniques de la finance, et se perdent à essayer de les définir, ou pire, à déduire de ces définitions fragiles une logique comptable. Inversement, les auteurs, comme Fourastié en est l’archétype, qui ont une approche économique, logique, qui sont guidés par la volonté de soumettre la comptabilité à l’intérêt général, et pour cela d’en conserver seulement l’essentiel et d’en écarter tout l’accessoire, ces auteurs conduisent au progrès de la pensée comptable qui aboutira à la découverte fondamentale de son origine. Il faut observer que ces deux approches sont intimement liées à la période historique dans laquelle on se trouve. Ainsi les moments de développement de la finance et des intérêts privées, comme à la fin du 19ème siècle, ont tendance à produire une pensée comptable de type juridique, qui ne se donne pas les moyens d’éclaircir les concepts comptables, et en fait qui s’accommode très bien de ce brouillard. C’est également le mouvement qui est à l’œuvre de nos jours, mais nous y reviendrons. Inversement les périodes de montée de la planification et de l’économie mobilisée, comme pendant les deux guerres mondiales en France, en Allemagne, en Italie ou même en URSS après la Révolution, sont celles où les nécessités de l’organisation économique poussent sur le devant de la scène les comptables ayant une approche logique et économique, c’est-à-dire les seuls à même d’éclaircir la nature réelle de la comptabilité.

On a vu, en effet, que la partie double était une technique universellement appliquée par les banques et les entreprises d’une certaine efficacité à compter du 19ème siècle. Aussi la pensée comptable a-t-elle partout était confrontée au même problème : faire l’analyse de cette technique qui montrait partout sa supériorité pratique. Et dans cette recherche, passée la période où l’on utilisait volontiers des explications occultes ou obscures, le début du 20ème siècle marqua un net progrès. En Italie, aux Pays-Bas, aux Etats-Unis, mais surtout en France et en Allemagne, des progrès considérables furent faits sous la pression de la montée de l’Etat dans l’économie. Plusieurs théoriciens comptables s’attelèrent donc à cette tâche difficile d’éclaircir la comptabilité en partie double, et préparèrent la découverte des années 30-40 de Jean Fourastié.

En France, l’enseignement de Jean Dumarchey (1874-1946) semble avoir joué un rôle très important pour la formation intellectuelle de Fourastié. Dans sa Théorie positive de la comptabilité[5], publiée en 1914, Dumarchey affirme le lien essentiel entre comptabilité et économie politique, et tout en brossant un tableau de la vision comptable des grands économistes, il s’inscrit dans la tradition des théoriciens comptables français cherchant à élucider la signification du bilan à travers une analyse de la valeur[6]. Cependant, en voulant plier la comptabilité à une science établie sur le modèle de la physique, alors en plein développement, il continue à manquer l’essentiel.

René Delaporte (1876-1942), comptable, banquier et enseignant, apporte une incontestable démythification de la comptabilité en partie double dans son ouvrage Méthode rationnelle de la tenue des comptes paru en 1936. Dans celui-ci, il repart d’une analyse cohérente des différents types de comptes existant en partie double, et montre que les théories sur la personnalité des comptes ne sont rien moins que fumeuses. Il faut différencier selon lui les créances en jeu dans les comptes clients des mouvements de trésorerie ou de marchandises.  La comptabilité est pour lui d’abord une science économique, et il propose de remplacer les mots débit et crédit par des signes + et -, il a donc identifié le caractère purement conventionnel de ces deux termes[7]. Il est clair que sa pensée a dû nécessairement nourrir celle de Jean Fourastié.

Il faut compléter cette tradition comptable française du début du 20ème siècle par la pensée de Charles Panglaou (1892-1983), qui a une approche juridique, mais qui s’inscrit dans le sillage de ces deux auteurs, surtout Delaporte dont il qualifie le livre de « monument », et qui, en montrant que la comptabilité ne vit pas dans la sphère du droit, et que le technicien comptable a d’autres préoccupations que le droit, contribue à orienter la recherche vers une compréhension logique et économique.

En Italie, la pensée de Gino Zappa (1879-1960) alla dans ce sens d’une réflexion approfondie sur la notion de valeur, de même qu’en Hollande avec Lichte. Cependant en Italie, pays qui fut le berceau de la comptabilité en partie double, de très nombreux travaux historiques existaient, et rendaient compte précisément des étapes historiques de la naissance de la partie double. Ces travaux conservaient le témoignage précis de l’évolution historique de la partie double, ce qui était l’élément le plus précieux pour comprendre la logique du système et Fourastié s’en servit sans doute, peut-être via l’œuvre de Werner Sombart qui imprégna profondément la pensée comptable allemande.

Car hormis les historiens italiens, c’est en Allemagne, avant et surtout après la Première guerre Mondiale, que la pensée comptable fut la plus perçante avec les auteurs qu’on a coutume de nommer les 3 S (Eugen Schmalenbach, Frits Schmidt, Herman Veit Simon). Comme l’a bien montré Jacques Richard, ces trois auteurs forgèrent leur pensée en luttant contre les théoriciens comptables de la génération précédente, dont Ring était le symbole, qui, par leur juridisme, semblaient empêcher une compréhension rationnelle de la comptabilité et protéger les intérêts des financiers contre ceux de la collectivité et du développement industrielle. C’est pourquoi en même temps qu’elle était âpre, cette lutte était riche d’enseignement et de résultats pour l’organisation économique de l’Allemagne de Weimar. Car en s’imposant dans la controverse théorique, les théoriciens comptables allemands, au premier rang desquels figurait Eugen Schmalenbach, économiste et comptable, purent réformer le fonctionnement national de la comptabilité, et mettre en place le premier plan comptable harmonisé du monde à partir de 1927 dans le cadre de Reichskuratorium für Wirtschiftlichtkeit (RKW). Ainsi la voie était ouverte pour une organisation rationnelle des branches industrielles et du système productif allemand, avec un cadre conceptuel très proche de celui qui fut utilisé en France après-guerre, et qui perdure jusqu’à nos jours. En effet, Schmalenbach eût cette volonté d’harmoniser et de classer les comptes en fonction de leurs usages, même si sa conception théorique demeurait plus faible que celle de Fourastié en France dans les années 40 et 50. Le plan allemand du RKW fut mis en place par une Ordonnance du 19 octobre 1931, puis repris par une circulaire nazie du 11 novembre 1937 qui lui donna son nom de plan Göring. Nous allons voir qu’il eut une grande importance dans la pensée de Fourastié, et c’est pourquoi nous pouvons dire que son concepteur, Eugen Schmalenbach, est à classer dans les précurseurs de la découverte de Fourastié. Cet auteur, dont l’œuvre administrative et comptable permit la rationalisation de la production industrielle en Allemagne, et donc favorisa la mobilisation économique en vue de la guerre, vit son action récupérée par Göring et les nazis. Mais il ne faudrait pas en déduire que le régime nazi lui-même permit le progrès de la pensée et de l’application comptable. Bien au contraire, aucun progrès n’est à noter dans ce domaine, et les nazis ne firent qu’utiliser, et en fait dégrader, les institutions existantes, conformément au fonctionnement étatique pathologique qu’a bien identifié l’historien Ian Kershaw. D’ailleurs, Schmalenbach fut très vite évincé des institutions qu’il avait créées, et il fut ensuite soumis aux menaces et aux vexations permanentes du régime en raison de la judéité de sa femme, notamment pendant la nuit de cristal. Il survécut néanmoins à la guerre dans des conditions très difficiles et devint ensuite une figure du renouveau de l’Allemagne après-guerre.

Mais en plus de ces théoriciens comptables, c’est certainement l’œuvre de l’économiste et historien Werner Sombart qui dut avoir une influence déterminante sur la pensée de Fourastié. Dans son ouvrage monumental, Der Moderne Kapitalismus, malheureusement jamais traduit ni en anglais ni en français, Sombart affirme que la comptabilité en partie double a eu un rôle déterminant dans la naissance du capitalisme. A cette occasion, reprenant de nombreux travaux historiques italiens et utilisant vraisemblablement le savoir commercial présent dans les manuels de comptabilité utilisés par des figures telles que Georg Heinrich Sieveking, le marchand hanséate des Lumières, il dresse l’historique précis de l’émergence de la comptabilité en partie double, et a l’intuition profonde de son importance décisive dans la naissance du capitalisme, sans toutefois bien saisir ni sa logique, ni son rôle dans le développement des marchands-banquiers. Mais il est clair que Sombart, et dans une moindre mesure Schumpeter, qui pour sa part eut l’intuition du lien entre la comptabilité et l’émergence de la monnaie de crédit moderne, eurent une grande importance dans le développement de la pensée comptable allemande, à laquelle Fourastié, s’était intéressé de près.

Il est également à noter que la pensée comptable de Schmalenbach fut certainement utilisée en Suisse, où Fourastié puisa des exemples pour le plan comptable des assurances dès les années 30[8], et en Union soviétique, pays qui était concerné au premier chef par la question de la planification, et où les livres de Schmalenbach furent traduits dès 1928[9].

Aux Etats-Unis, ce sont des auteurs tels que Ananias C. Littleton (1886-1974) ou William A. Paton (1889-1991), qui jetèrent les bases de la pensée comptable américaine[10] avant, pendant puis après la Seconde Guerre Mondiale, avec notamment la publication de leur livre phare, écrit en commun en 1940 : An Introduction to Corporate Accounting standarts. Ce livre joua un rôle de normalisation très important dans la comptabilité américaine, où n’existe pas de plan comptable, et influença largement la pensée théorique comptable jusqu’à nos jours, non seulement aux Etats-Unis mais partout dans le monde. Pourtant, bien que l’histoire de la comptabilité soit explorée par ces auteurs, et notamment par Paton, et malgré leur insistance sur l’importance du compte de résultat dans la méthode en partie double, leur analyse ne semble pas aussi approfondie et rationalisée que celle des auteurs allemands et français de la même période, davantage soucieux de mettre en place une organisation parfaitement claire et transparente de la comptabilité dans le cadre d’un plan comptable général, conçu comme un outil de la planification industrielle. D’ailleurs, aussi importante que soit l’œuvre de Paton et Littleton pour la pensée comptable américaine et internationale, elle ne féconda pas les institutions d’organisation économique nationales qui naquirent aux Etats-Unis avec le New Deal puis la Seconde Guerre Mondiale. Que ce soit le National Resources Planning Board, le Labour War Board, le War Production Board, ou le National Bureau of Economic Research, les Etats-Unis ne cherchèrent pas dans la comptabilité les outils de leur planification, et c’est là une grande différence avec la France et l’Allemagne. D’ailleurs, le livre de Paton et Littleton se focalise sur la comptabilité des firmes privées, marquant bien que la recherche sur les potentialités pour l’Etat de cette comptabilité ne furent guère perçues par les Américains. Et ce sont bien davantage les statistiques qui fondèrent l’analyse macroéconomique nouvelle, et qui furent au fondement des principes de la comptabilité nationale, en plein développement dans ce pays. Dans une large mesure, nous le verrons, cette situation préfigure le rapport de la comptabilité et de la science économique aujourd’hui. Les deux entretiennent très peu de liens, contrairement à ce qu’avaient pensé Fourastié en France et Schmalenbach en Allemagne. Et nous verrons que cette situation constitue en fait un trou noir important dans l’analyse économique actuelle, et un affaiblissement de la pensée comptable. La pensée comptable américaine, avant la Seconde guerre Mondiale, était à un stade normal pour un pays avancé. Elle s’était dégagée des explications fumeuses et occultantes de la partie double, et avait identifié l’essentiel de son apport et de son fonctionnement pour l’entreprise. Mais elle n’avait pas perçu ses potentialités macroéconomiques, senti son lien avec le capitalisme et la monnaie, comme les auteurs allemands, ni percé le mystère de son origine et de sa logique profonde, comme Fourastié en France, et il est probable qu’elle n’influença pas celui-ci dans sa découverte.

Plus important pour Fourastié, sont les recherches historiques menées dans les années 20 et 30 par les historiens de la banque, tels André Sayous en France, Federigo Mélis (1914-1973) en Italie, Abott Payson Usher (1883-1965) aux Etats-Unis et surtout l’élève belge francophone de celui-ci, expert-comptable, banquier d’affaire, chercheur puis enseignant à Harvard, à l’EPHE à Paris, et en Italie : Raymond de Roover. Celui-ci était un familier des archives comptables de Bruges et de Florence, et il fit un pas décisif dans la recherche des origines de la comptabilité en partie double en retraçant son histoire à partir des archives très bien conservées des marchands-banquiers italiens du Moyen-Age[11]. Paradoxalement, alors qu’il avait franchi l’étape fondamentale de comprendre la généalogie de la partie double, ce qui était la clé pour tout comprendre, son article de 1939 prouve qu’il ne l’a pas analysée correctement.[12] Mais Fourastié eut certainement connaissance de ces recherches puisque l’article de De Roover sur la comptabilité est un des rares qu’il cite dans son propre ouvrage de 1943. Il est donc probable que les travaux et la méthode de De Roover l’inspirèrent, et qu’il la reprit avec une plus grande maîtrise technique. Paradoxalement, c’est donc plus la méthode consistant à fouiller dans les archives comptables médiévales promue par les historiens de la banque et certains économistes comme Werner Sombart, davantage que les théories des comptables, qui prépara le mieux la découverte de Fourastié.

3°) L’influence des Guerres Mondiales et de la planification sur la pensée de Fourastié

Jeune ingénieur sorti de Centrale dans les années 30, Fourastié étudie en même temps à l’Ecole Libre des Sciences Politiques (futur Sciences Politiques), et s’inscrit en Doctorat à la faculté de Droit, mention économie. Il réussit le concours de Commissaire Contrôleur aux Assurances du Ministère des Finances, et intègre ce corps administratif chargé du contrôle de la comptabilité des assurances en 1934. C’est la comptabilité de ces assurances, et les problèmes théoriques que posent l’existence de leurs réserves, autrement dit leurs comptes de capital, qu’elles considèraient à tort comme un élément de patrimoine, qui sera le sujet de la thèse de Jean Fourastié[13] en 1939. C’est là que se forme sa pensée comptable, et c’est à partir de ce moment qu’il mène ses recherches sur les origines de la comptabilité à partie double qui aboutiront à son livre de 1943.

Dès les années 30, dans le cadre de sa mission au contrôle des assurances, Fourastié participe à la mise en place d’un plan comptable des assurances, inspiré de l’expérience suisse, qui préfigurera le Plan Comptable Général mis en place sous Vichy :

J’ai beaucoup appris au contrôle des Assurances. A ce moment, il n’existait pas en France de plan comptable général. Avec mon camarade Malinski, nous avons été chargés d’en faire un pour les Compagnies d’assurance. Il s’agissait d’énoncer des règles et des terminologies que doit employer une entreprise pour établir sa comptabilité. Un plan comptable comporte une classification et une codification qui indiquent sous quelle rubrique doit se placer une dépense donnée ou une recette donnée ; il indique par exemple qu’il doit y avoir des comptes de valeurs mobilières…

La comptabilité, le bilan, le compte de profits et pertes annuels des Compagnies avaient beaucoup d’importance pour le contrôle, puisqu’il s’agissait de juger de leur solvabilité et de la manière dont elles respectaient les règlements relatifs aux placements et aux garanties données aux assurés. Or les Compagnies rendaient les comptes comme elles l’entendaient : il y avait quelques états modèles, c’est-à-dire que devaient être présentés quelques renseignements comptables dans une forme précisée par arrêté ministériel, mais pas de règlementation d’ensemble. Cela ne facilitait ni le contrôle individuel, ni surtout les statistiques générales et les comparaisons d’entreprise à entreprise.

J’ai été étroitement associé à la rédaction de ce plan. Pour aboutir à des résultats concrets, nous avons choisi de faire des états modèles de bilan et de comptes de profits et pertes, ainsi que divers états techniques annexes que les compagnies devaient rendre annuellement.

Ce qui était intéressant, c’était d’avoir à faire un plan cohérent qui ne paralyse pas la gestion des entreprises, mais la facilite et la rende plus claire ; ce plan devait être applicable à la fois à des grosses sociétés et à des petites, à des sociétés d’assurance-dommage et à des sociétés d’assurance-vie.

L’Administration (c’est-à-dire le petit groupe de gens chargé du travail dont j’ai peut-être été l’un des plus actifs) a fait deux projets détaillés, l’un pour les sociétés d’assurance-dommage et l’autre pour les sociétés d’assurance-vie. Ces projets ont été soumis aux sociétés par le biais du Conseil Supérieur des Assurances où elles étaient représentées, à côté de hauts fonctionnaires. Les Compagnies ont été consultées ; cependant, au début, leurs représentants ont jeté de hauts cris en déclarant que c’était inapplicable, trop compliqué, et qu’on ne pourrait jamais astreindre toutes les compagnies à remplir les mêmes états ! Puis cela s’est calmé ; la publication du décret-loi et son application se sont faits sans heurts majeurs.[14]

D’après ce témoignage, et connaissant sa modestie excessive, il est clair que Fourastié a dû jouer un rôle majeur dans l’élaboration de ce plan comptable des assurances, d’ailleurs toujours en vigueur de nos jours, sous une forme assez peu modifiée.

Et pour réaliser ce plan, Fourastié étudie de près les pays qui ont mis en place des plans comptables généraux, c’est-à-dire l’Allemagne (on a vu comment les nazis avaient repris le plan de Schmalenbach en le nommant « plan Göring » en 1937), l’URSS (qui mit en place, certainement dans le sillage de la traduction en russe de Schmalenbach, un plan comptable général dès 1935[15]), et surtout la Suisse (où la pensée de Schamlenbach s’était certainement diffusée très rapidement en Allemand), pays dans lequel il part en mission d’observation :

Il n’y avait donc pas de plan comptable général en France. Mais il y en avait déjà dans d’autres pays, notamment en Suisse et en Allemagne. Je les ai étudiés et j’ai même accompli une mission en Suisse. Dans ce pays il y a une forte industrie de l’assurance.

Notre législation a institué en même temps qu’un plan comptable une procédure de « transfert de portefeuille ». Lorsque l’agrément était retiré à une compagnie. (…)

Les Suisses avaient, depuis de nombreuses années un contrôle solide des assurances par l’Etat. Dans le cas d’un retrait d’agrément, ils avaient une disposition qui permettait le transfert de portefeuille de la société en faillite à une société solvable.

Nous avons profité du décret-loi sur le plan comptable des assurances pour instituer, en France, le transfert de portefeuille. On ne suivait plus le droit commun des sociétés, mais on faisait un appel d’offre pour permettre à une autre société de reprendre le portefeuille. La situation pour les assurés était sans comparaison meilleure qu’antérieurement.[16]

Mais comme nous allons le voir, c’est bien le gouvernement de Vichy qui mettra en place un véritable plan comptable général en France en 1942. Voici ce qu’en dit Fourastié, qui y travailla activement :

Le plan comptable général a été établi pour la première fois par le gouvernement de Vichy. La première Commission du plan comptable, dont j’ai été membre, devait proposer un plan applicable à toutes les entreprises. M. Chezleprêtre a été la cheville ouvrière de cette commission. Il en est sorti un texte législatif du gouvernement de Vichy (c’était un décret-loi, puisque le Parlement était « en vacance ») ; ce texte a été appliquée pendant la fin de l’Occupation et le début de la Libération.

Le gouvernement de la Libération a voulu, comme il fallait s’y attendre, revoir ce décret-loi. Une nouvelle commission a été réunie, dont j’ai aussi fait partie ; elle a d’ailleurs peu changé le plan comptable.[17]

Dans un article très documenté et précis, publié en 2010, Oussama Ouriemmi a bien montré la genèse et le contexte de la mise en place du plan comptable général sous l’Occupation en 1942[18]. L’action et la pensée de Jacques Chezleprêtre, qui dirige cette commission, est analysée en particulier. Et l’on constate que son attitude, froidement technique, consiste à vouloir profiter de la situation politique et militaire pour faire avancer sa conception théorique et mettre en place un plan comptable général en France. Et pour cela, il n’hésite pas à instrumentaliser le représentant du Reich pour forcer la main aux fonctionnaire vichystes. Lui-même ne montre aucune accointance idéologique avec les nazis, ni aucune volonté de mettre en place un outil d’exploitation de la France au profit de l’Allemagne nazie. Il est même probable qu’il voit la mise en place du plan comptable comme un instrument de renouveau de la France de Vichy. Mais son aveuglement politique, comme celui de Fourastié, sur la nature du gouvernement de Vichy est patent. En agissant comme il le fait, en croyant porter une vision purement technique, mais au service d’un gouvernement en fait privé de toute souveraineté réelle, il agit en réalité comme un serviteur de l’Allemagne nazie. Et c’est bien pourquoi la Résistance et la France Libre s’opposeront violemment et de façon constante à la mise en place de ce plan comptable, perçu comme un outil d’exploitation de la France au profit d’Hitler. Dans ces conditions, il apparaît logique qu’à la Libération, un nouveau plan comptable fût mis en place, même s’il s’inspira au niveau technique de celui de Vichy, ne serait-ce que pour marquer la rupture symbolique entre une planification au service des nazis, et une autre consacrée au développement d’un pays libre et souverain. Jacques Chezleprêtre, comme responsable de ce plan, sera d’ailleurs jugé coupable de collaboration avec l’ennemi à la Libération, mais ne sera pas condamné à mort, et reprendra une carrière dans le privé. C’est donc à cette commission que participa pour sa part Jean Fourastié, et, de même qu’il joua un rôle majeur, peut-être le rôle principal, dans l’élaboration du plan comptable des assurances, il n’est pas douteux que le plan comptable de 1942 sortit largement de son esprit. D’ailleurs, à cette époque de l’Occupation, s’il n’est pas encore en première ligne au plan politique, il occupe déjà une position institutionnelle importante. Le plan comptable de 1942 porte indubitablement sa marque de fabrique. Il est largement influencé par le plan Göring des nazis, dont on a vu qu’il est en fait un plan réalisé avant l’arrivée de Hitler au pouvoir par Eugen Schmalenbach. Si ce plan comptable vichyste est produit pour le compte d’un gouvernement collaborateur, ce qui le marque du déshonneur, il ne faut pas croire pour autant qu’il est le produit des nazis, et Oussama Ouriemi l’a bien montré dans son article. A ses arguments, on peut ajouter ceux qui découlent de ma recherche. Car à ce moment-là, la réalité est que les nazis ne sont pas en capacité technique d’élaborer un plan comptable général pour la France occupée. Leur propre plan, improprement appelé « plan Göring », a donc été récupéré tout fait au grand économiste et comptable Eugen Schmalenbach. Mais Schmalenbach n’est pas en responsabilité dans l’Allemagne nazie. Avec sa femme juive, il est en fait persécuté, suivi, menacé par le régime nazi et vit dans la réclusion en Allemagne en attendant la chute de Hitler. Aussi les hauts fonctionnaires français travaillant derrière Jacques Chezleprêtre, à commencer par le plus intelligent d’entre eux, Jean Fourastié, sont-ils intellectuellement et administrativement beaucoup plus forts que les nazis qui les dominent cependant par la force militaire. Le plan comptable de 1942, s’il est un plan réalisé pour le compte d’un pays esclave, ne peut pas être un plan réalisé par l’occupant, parce que cet occupant, comme l’a montré Ian Kershaw, n’a plus pour organisation administrative qu’un fonctionnement pathologique. Dans ce contexte malgré tout propice à l’élaboration d’un plan comptable, où rationaliser la comptabilité est une urgence, où les brouillards théoriques qui l’entourent semblent être le produit de vanités insupportables venues d’un autre monde, Jean Fourastié publie sa découverte fondamentale.

Il enseigne alors le plan comptable, ainsi que les résultats fondamentaux de ses recherches, en tant que professeur à l’Ecole libre des sciences politiques à Paris. C’est à ce moment-là que ses livres essentiels, qui constituent la découverte de l’origine et de la logique réelle de la comptabilité en partie double, sont publiés sous Vichy, de 1942 à 1944. Ses cours de 44 montrent bien l’état d’esprit dans lequel il développe sa pensée devant ses étudiants de l’Ecole libre des Sciences Politiques :

La comptabilité n’a pratiquement pas fait de progrès depuis deux cents ans. On enseignait en 1930 la comptabilité selon les méthodes qui étaient parfaitement normales vers 1600 ou 1700, mais qui ne coïncident plus du tout avec ce qu’on demande actuellement à la méthode comptable. L’enseignement est archaïque, en ce sens qu’il dérive d’une conception ancienne, lourde, difficile à mettre en œuvre, et il est archaïque aussi dans ses méthodes mêmes. On se réfère à des principes difficiles, scholastiques, mnémotechniques, directement hérités des anciennes sorbonnes de 1500 ou 1600, où l’élève apprenait des phrases par cœur et les appliquait sans comprendre.

Cette stagnation de l’enseignement de la comptabilité tient pour une large part au fait que cet enseignement est trop compartimenté. Il n’y a pas d’idée générale. Il n’y a même pas de règles générales. On apprend la comptabilité beaucoup plus de son prédécesseur, de son chef de service qu’on ne l’apprend dans les écoles ; et voilà pourquoi il se crée des traditions extrêmement vénérables la plupart du temps, et également très souvent poussiéreuses, qui conduisent à faire simplement ce que les prédécesseurs ont fait, sans ajouter aucune simplification ou aucun perfectionnement.

Pour avoir un enseignement un peu fort et un peu vigoureux, il faudrait un certain nombre de règles générales sur lesquelles tout le monde puisse s’entendre. Or, ce n’est pas le cas. Il y a toujours fourmillement de méthodes, de principes, de règles et personne n’a jamais pu faire triompher une idée simple, même sur des faits absolument usuels ; par conséquent, le nombre très grand de petites chapelles se perpétue et personne n’arrive à imposer un enseignement général.

Seul peut le faire le plan comptable qui est une règle promulguée pour l’ensemble de la France et où chaque professeur de comptabilité pourra puiser les principes généraux qu’il transmettra à ses élèves. Par conséquent, l’enseignement réclame impérieusement le plan comptable, pour que les professeurs puissent eux-mêmes se faire des idées claires, il puissent les communiquer à l’ensemble de leurs élèves ; ceux-ci enfin, ayant des professeurs qui s’entendent, arriveront peut-être eux-mêmes à s’entendre entre eux[19].

A cet état des lieux théorique et pédagogique, Fourastié ajoute le problème de l’harmonisation comptable des entreprises privées, tel qu’il a été entrepris dans les pays anglo-saxons libéraux.

Au congrès international de Barcelone, ont été jetées les bases d’une codification des règles comptables, d’un ouvrage de doctrine qui donnerait les principes généraux de comptabilité. Dans beaucoup de pays, de telles idées ont reçu un commencement d’exécution, notamment aux Etats-Unis, en Angleterre, pour ne parler que des pays à régime libéral. Aux Etats-Unis, ce mouvement est né d’associations d’entrepreneurs industriels. Les usagers eux-mêmes ont reconnu l’intérêt d’appliquer certaines normes que l’on appelle là-bas « standard », et c’est par conséquent les patrons qui se sont unis eux-mêmes pour adopter certaines règles générales de comptabilité. En Angleterre, au contraire, ce sont les experts-comptables qui ont peu à peu, dans leurs contacts quotidiens avec les sociétés, adopté et fait adopter certaines règles générales. Ce mouvement de « standardisation » est assez avancé, surtout en Amérique, de sorte que l’on ne trouve plus là-bas, au moins dans les entreprises importantes, l’anarchie comptable qui s’épanouit encore en France.

A l’aide de ces résultats standards des comptabilités individuelles, peuvent être dressées des statistiques nationales qui sont la source de renseignements précieux pour le gouvernement et pour tous les chefs d’entreprises.[20]

Enfin, Fourastié montre que c’est la planification, c’est-à-dire la montée de l’Etat dans l’organisation économique, qui représente le meilleur motif de clarification de la comptabilité et de mise en place du plan comptable général. Ici, tous les éléments de la pensée comptable de Fourastié se trouvent synthétisés et fonderont après-guerre les principes de la planification française, dont il sera le grand architecte (mais au moment du cours en 1944, on sent encore, même au second plan, le poids écrasant de la dictature hitlérienne dans son cours, ainsi qu’une passivité, drapée dans la neutralité hautaine et aveugle de l’enseignant et du haut fonctionnaire, qui saute aux yeux aujourd’hui. Ainsi, la Seconde guerre Mondiale, qui fait rage en France et ailleurs au moment où il parle, est-elle pudiquement qualifiée de « grandes luttes internationales » …) :

Mais depuis quelques années, un autre motif s’est encore ajouté à tous les précédents et milite impérieusement en faveur du plan comptable : c’est la pratique de l’économie dirigée.

L’économie dirigée est une méthode qui consiste à centraliser entre les mains de l’Etat tous les moyens propres à favoriser telle production et à diminuer ou même à arrêter complètement telle autre. Au nom de l’intérêt général, l’Etat oriente dictatorialement la production, la circulation et la répartition des biens.

Cette économie dirigée apparaît à certains comme un pis-aller, comme une méthode imposée par la rigueur des évènements.

Et en effet, l’économie dirigée dans toute sa rigueur et notamment le contrôle des prix, ne sont pratiquement concevables que dans des périodes de crise aigües, telles que celles des grandes luttes internationales. Mais il suffit de réfléchir à l’évolution économique du monde depuis 1914, et notamment à l’histoire de l’économie française, pour penser que l’on ne soit pas près à l’heure actuelle de revenir à une économie totalement libre.

Or, pour orienter une économie, si peu que ce soit, et ne serait-ce que par les droits de douane et les impôts, il faut en connaître au moins les éléments principaux ; voilà pourquoi le plan comptable est absolument nécessaire dans un état moderne ; il faut que partout, l’on adopte les mêmes règles générales, que partout les mêmes mots signifient les mêmes choses, que les méthodes comptables et statistiques soient les mêmes, pour que l’on arrive au final à ne pas additionner des autocars avec des machines à battre. Voilà pourquoi les grands pays qui ont tiré de l’économie dirigée des résultats que nous ne pouvons pas sous-estimer, comme l’Allemagne ou l’U.R.S.S., ont adopté depuis longtemps des plans comptables.

En Allemagne, le plan comptable date de 1937 ; en U.R.S.S., le plan comptable date de 1935. En U.R.S.S., le plan comptable est lié de manière intime aux plans quinquennaux qui, en dix ans, ont transformé la Russie, plus que la France ne l’a été depuis cent ans.[21]

Certes, cette vision historique repose en particulier sur des illusions historiques, puisque l’Allemagne nazie, bien qu’ayant adopté le plan Schmalenbach, n’a pas été capable d’en tirer une utilisation réellement rationnelle. En URSS, la période d’industrialisation à marche forcée des années 30 n’a pas été aussi efficace pour l’économie soviétique que ce que l’on a longtemps cru, et de ce point de vue la NEP, appliquée dans les années 20, a peut-être même eu de meilleurs résultats.[22] Mais ce qui importe ici, c’est de comprendre que l’atmosphère de tension extrême, de mobilisation totale, de montée de la planification, qu’a entraînés dans tous les pays la Seconde guerre Mondiale, a été le terreau dans lequel Fourastié a pu élucider définitivement le mystère de la comptabilité en partie double, et en fournir une explication rationnelle. Il a alors développé l’enseignement de cette technique, il a souhaité harmoniser son application dans toute la France, sous Vichy mais surtout après-guerre avec la planification. Il a eu la volonté de connecter cette technique avec la macroéconomie naissante et la statistique, ce qu’il n’a pas complètement réussi à faire.

4°) La comptabilité et la macroéconomie

En effet, avec le prestige de la victoire, ce sont les Etats-Unis qui imposèrent peu à peu, après-guerre, leur organisation institutionnelle et leurs débats théoriques partout dans le monde. Or, on a vu que la comptabilité elle-même joua peu de rôle aux Etats-Unis pendant la guerre. Dans ce pays, c’est bien davantage les statistiques qui permirent de mettre en place une comptabilité nationale, sous l’influence d’économistes comme Simon Kuznets. Aussi, la pensée internationale suivit-elle progressivement ce mouvement, et les comptabilités nationales de tous les pays, y compris en France, se bâtirent sur l’usage exclusif des statistiques, et non pas de la comptabilité, considérée dès lors, comme aux Etats-Unis, comme une pure discipline de gestion privée des entreprises, indépendante de la macroéconomie. Cette situation théorique, comme nous allons le voir, ne va pas sans de graves failles dans l’analyse économique moderne, notamment dans les concepts définissant la productivité, comme nous le verrons dans la deuxième partie de cette thèse. Mais il faut noter que Fourastié lui-même en était conscient, et regrettait à la fin de sa vie de ne pas avoir suffisamment porté son effort sur la construction des concepts de la comptabilité nationale, qui est improprement appelée ainsi, puisqu’il s’agit bien davantage d’une statistique nationale. Dans ses mémoires il fait un bilan de cette période :

J’ai enseigné longtemps à Sciences Po : au début, en 1945, j’ai enseigné la comptabilité des entreprises, à cause de mes idées sur l’histoire de cette comptabilité. Je la présentais comme moyen d’observation de la vie économique.

Cela aurait pu me conduire à créer la comptabilité nationale, qui n’était pas encore née. J’y travaillai au Commissariat au Plan avec Dumontier, Froment et Gavanier, à un moment où le Ministère des Finances ne s’en préoccupait pas encore. Je n’ai pas pu continuer dans cette voie car je ne pouvais pas tout faire ! Je le regrette. En effet, la comptabilité nationale telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui et dans toutes les Nations évoluées, est source d’obscurités sur le réel.

Elle est artificielle, compliquée et technique. Quand je l’enseignais, tous les deux ans, j’étais obligé de la réapprendre – difficilement. Elle renseigne insuffisamment les journalistes, le public, et même les hauts fonctionnaires, les chefs d’entreprise, les syndicalistes… Il y a un langage interne. On n’en retient guère que le Produit National ; on distingue le « brut » du « net », « le produit national » de « la production nationale »…, dans des conditions peu claires et surtout peu fécondes.

La comptabilité nationale n’a pas été élaborée par des hommes d’action, ni des économistes, ni même des comptables professionnels. Ce sont des inspecteurs des finances, fonctionnaires, qui l’ont mise en place. Le courant a été le même dans les autres pays, Etats-Unis, Grande Bretagne ; finalement a été adopté un système de comptabilité nationale quasi-mondial, qui a le défaut de donner la priorité à la finance sur l’économie et la gestion. On aurait dû prendre davantage de références dans la comptabilité des entreprises, dans les notions de bilan et de comptes de profits et pertes, et surtout, employer un langage plus concret, accorder au moins autant d’importance aux flux de marchandises qu’aux flux de monnaie ou de crédit.[23]

Ces observations, qui sont logiques au vu de la pensée de Fourastié, sont capitales pour ce qui concerne l’analyse du capitalisme mondial actuel, comme je le montrerai dans la deuxième partie de cette thèse. En effet, une grande partie des failles de la pensée économique actuelle résident dans l’analyse purement monétaire que les systèmes de comptabilité nationales font de la productivité, et c’est bien à cela que Fourastié fait allusion ici.

Mais au-delà de cet aspect sur lequel nous reviendrons dans la deuxième partie, il faut faire un point sur l’influence qu’a eu la pensée de Fourastié au strict point de vue de la théorie comptable. Car dans ce domaine, si sa pensée a été féconde et a irrigué l’enseignement en France, il faut bien faire le constat que l’état du débat aux Etats-Unis a peu à peu envahi la recherche mondiale, conduisant à un incontestable affaiblissement de la théorie, notamment pour ce qui concerne l’analyse de la finance moderne.

5°) La portée théorique de la découverte de Fourastié

Finalement, la découverte de Fourastié, qu’il faut dater au moins de 1943, et qui a permis d’élucider définitivement le mystère de l’origine et de la logique de la partie double, ne semble pas avoir été vraiment assimilée par la théorie comptable. On a vu le triple mouvement qui a permis de déboucher sur cette découverte : d’une part l’évolution de la pensée comptable, au début du 20ème siècle, qui stimule le travail d’élucidation, notamment des chercheurs allemands et français pour comprendre de façon scientifique ce qu’est la comptabilité en partie double, dont l’utilisation est mondiale. Deuxièmement, le travail de fouilles dans les archives comptables médiévales mené par les historiens de la banque, et notamment les historiens italiens, qui culmine dans les travaux de Raymond de Roover et surtout Werner Sombart, permet de mettre en évidence les grandes étapes historiques de l’invention de la comptabilité en partie double à la fin du Moyen-Age en Italie. Troisièmement enfin, la montée de la planification, l’étatisation et la mobilisation de l’économie avant et pendant la Seconde guerre Mondiale, que ce soit en France, en Allemagne, en Suisse ou en U.R.S.S., conduit à une pression extrêmement forte pour rationaliser la pensée comptable et n’en garder que le strict nécessaire, en se débarrassant de toutes les théories fumeuses et obscures qui l’entourent. C’est ce triple mouvement qui déboucha sur la découverte de Jean Fourastié, dont il faut répéter qu’elle est la seule logique et conduisant à une compréhension pratique de la comptabilité en partie double.

Essentiellement, sa démonstration est de nature logique, historique, et économique. Elle explique la partie double par les nécessités du commerce et de l’entreprise et permet de comprendre sa logique interne. C’est ce qui fait sa supériorité sur les autres explications qui la précédaient, et qui échouaient systématiquement à donner une explication complète de sa logique. En particulier, le grand contraire de cette forme d’explication est ce que nous pouvons appeler le juridisme. Celui-ci cherche dans les innombrables termes juridiques qui inondent bien souvent la comptabilité à définir une structure juridique précise. Ce type d’explication pose le postulat que la comptabilité est une construction juridique complexe. Or ce que montre Fourastié de façon incontestable grâce à l’histoire, c’est que les termes juridiques ne sont jamais premiers. Bien souvent, ils ne servent qu’à habiller des écritures comptables dont l’origine est purement logique, purement numérique ou économique. Bien plus, ces termes juridiques font souvent double emploi, ou ont une signification instable. Bref, ils sont un piège pour l’analyse, qui marquent seulement l’absence de maitrise logique de ceux qui les utilisent. Il est parfaitement illusoire de vouloir déduire une logique de leurs définitions fragiles, changeantes, ils sont souvent un écran de fumée visant à donner une légitimité apparente au comptable ou au chercheur qui les utilise. La démonstration de Fourastié nous indique une chose essentielle, c’est que toute comptabilité, qu’elle soit celle d’une entreprise, d’une banque, d’un Etat, ou d’une bourse, peut être, et donc doit être, analysée d’un point de vue logique et numérique. Et cette logique, ramenée à quelques écritures schématiques fondamentales pouvant être décrites, simplifie considérablement la compréhension de la comptabilité.

C’est malheureusement cette avancée théorique essentielle qui semble avoir été oubliée de nos jours, au moins depuis les années 90 en France sous l’influence du débat théorique américain, qui ne l’avait jamais vraiment assimilée, comme nous l’avons vu. Et ce recul, cet affaiblissement de la pensée comptable n’est nulle part plus criant que dans l’analyse de la finance moderne. En effet, et c’est ce que nous cherchons à faire dans cette thèse, toute opération financière devrait être décrite d’un point de vue logique et numérique. Car toutes, aussi emmêlées que semblent leurs définitions juridiques, peuvent en fait être décrites de façon simple, à partir de leur comptabilité. Mais précisément, ce que nous voyons à l’œuvre dans les manuels de comptabilité bancaire et financière, c’est un juridisme inextricable. Partout les produits financiers sont décrits à partir de leur nom juridique, et il apparaît toujours difficile de donner un sens stable et universel à certains de ces concepts. D’ailleurs, toutes les entreprises, tous les marchés, ne donnent pas le même sens à certains concepts, ce qui conduit, au final, à un obscurcissement invraisemblable des marchés financiers et de leur fonctionnement. Pourtant toute opération financière se traduit par une écriture comptable simple, et en fait, cette écriture comptable est la seule chose qui la définit réellement.

Ceci d’ailleurs est compréhensible à la fois d’un point de vue historique et conceptuel. Du point de vue historique, nous avons vu que la pensée comptable américaine, qui inonde le monde de ses concepts, est toujours restée en retard, par rapport à la pensée européenne, notamment allemande, française, et italienne, parce qu’au fond, elle ne ressentait pas la nécessité de combler ce retard, au vu de l’énorme avance économique et industrielle que possédaient les Etats-Unis sur l’Europe au sortir de la guerre. D’un point de vue conceptuel d’autre part, on a vu qu’en période de paix et de développement des intérêt privées, comme de nos jours, aucune pression véritable n’existe pour clarifier sa théorie pour une raison simple : ce flou arrange considérablement les intérêts privés de ceux qui tirent profit de ces opérations financières. Au contraire, on a vu que la clarification de la pensée comptable était le résultat de la pression des intérêts de la collectivité et de la montée de l’Etat dans l’économie, qui souhaite éclaircir les opérations qui se déroulent hors de son contrôle.

Voilà pourquoi la pensée comptable moderne tend à s’affaiblir, aux dépens des intérêts de tous. Voilà également pourquoi pour éclaircir les zones d’ombre de la banque et de la finance modernes, pour mettre fin à ce qui peut être perçu à tort comme une forme de fonctionnement occulte, il faut rénover la pensée comptable et en refaire cet outil de compréhension très efficace qu’en avait fait Jean Fourastié pendant la guerre. Il faut décrire de façon logique, numérique, toutes les opérations financières, étudier la comptabilité des banques, des OPCVM et des chambres de compensation dans laquelle sont définis, plus simplement qu’on ne le croit, l’ensemble des opérations financières modernes.

Ainsi, on comprendra bien mieux quelle est la signification de la finance moderne, ce qu’elle signifie au plan monétaire et économique, et donc quel est son impact sur l’économie réelle. Du même coup, on concevra bien mieux les remèdes qui peuvent lui être appliqués pour l’empêcher de nuire à la collectivité et pour la faire fonctionner dans un sens conforme à l’intérêt général. C’est à cela que peut servir la pensée comptable de Jean Fourastié, et c’est pourquoi il est important de se rappeler de la portée de sa découverte, comme des conditions historiques exceptionnelles et tragiques qui l’ont permise. On verra alors que cette pensée est une arme efficace pour penser la finance moderne.

Mais avant de s’atteler à cette tâche, il nous faut revenir à l’analyse du fonctionnement de la comptabilité en partie double des marchands banquiers italiens médiévaux, et voir en quoi elle permit la croissance de la monnaie moderne. Cela nous donnera une vision complète du mouvement historique dans lequel le capitalisme, la monnaie moderne et les marchés financiers se développèrent jusqu’à aujourd’hui.


[1] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, 1994, Beauchesne Editeur.

[2] L’œuvre de Raymond de Roover, Henri Lapeyre, Revue d’histoire économique et sociale, vol. 53 N° 2/3, pp 413-424.

[3] La formation et l’expansion de la comptabilité à parties doubles, Raymond de Roover, Annales d’histoire économique et sociale, mai 1939.

[4] Histoire et doctrine de la comptabilité, J.H. Vlaeminck, éditions Pragnos, 1979, p.61.

[5] La théorie positive de la comptabilité, J. Dumarchey, 1914,1933.

[6] Histoire et doctrine de la comptabilité, J.H. Vlaeminck, éditions Pragnos, 1979, p.205-206.

[7] Histoire et doctrine de la comptabilité, J.H. Vlaeminck, éditions Pragnos, 1979, p.203-204.

[8] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, 1994, Beauchesne Editeur.

[9] Les grands auteurs en comptabilité, Bernard Colasse, Editions EMS, 2005.

[10] Les grands auteurs en comptabilité, Bernard Colasse, Editions EMS, 2005.

[11] L’œuvre de Raymond de Roover, Henri Lapeyre, Revue d’histoire économique et sociale, vol. 53 N° 2/3, pp 413-424.

[12] La formation et l’expansion de la comptabilité à parties doubles, Raymond de Roover, Annales d’histoire économique et sociale, mai 1939.

[13] Le contrôle de l’Etat sur les compagnies d’assurance, Jean Fourastié, Dalloz, 1939.

[14] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, p. 64-65, éditions Beauchesne, 1994, Paris.

[15] Fourastié, comptabilité générale conforme au plan comptable général, 1944

[16] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, p. 66-67, éditions Beauchesne, 1994, Paris.

[17] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, p. 68, éditions Beauchesne, 1994, Paris.

[18] Le plan comptable de 1942 : un plan « de » ou « sous » l’Occupation ? Oussama Ouriemmi, Journées d’Histoire de la Comptabilité et du Management, 2010, France. halshs-00465968v2

[19] Comptabilité générale conforme au plan comptable général, Jean Fourastié, librairie générale de droit et de jurisprudence, Paris, 1944.

[20] Comptabilité générale conforme au plan comptable général, Jean Fourastié, librairie générale de droit et de jurisprudence, Paris, 1944.

[21] Comptabilité générale conforme au plan comptable général, Jean Fourastié, librairie générale de droit et de jurisprudence, Paris, 1944.

[22] Comptabilité générale conforme au plan comptable général, Jean Fourastié, librairie générale de droit et de jurisprudence, Paris, 1944.

[23] Jean Fourastié entre deux mondes, Mémoires en forme de dialogues avec sa fille Jacqueline, 1994, Beauchesne Editeur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.