Double Entry (Jane Gleeson-White, 2012) : Une exploration profonde et inachevée de la comptabilité

Double Entry, How the Merchants of Venice Created Modern Finance, Jane Gleeson-White, Allen and Unwin, 2012.

Le livre de Jane Gleeson-White, intitulé Double Entry (que l’on peut traduire par “partie double” en référence à la comptabilité en partie double), est un livre incontournable. Jane Gleeson-White est une chercheuse australienne originale, en poste à l’Université de Cambera dont les thèmes de prédilection sont à la fois la littérature anglophone et la comptabilité. Visiblement praticienne de celle-ci, elle s’est intéressée dans son ouvrage aux origines italiennes de cette pratique, et, comme le sous-titre de son ouvrage l’indique, aux liens que ces origines ont avec le développement du capitalisme.  Du fait de sa formation et de son expérience, de son ouverture d’esprit et de sa culture générale, et sans doute aussi d’un certain éloignement de la théorie économique dominante et de ses biais, elle a développé dans cet ouvrage une approche extrêmement pertinente, en mettant en évidence les liens profonds qui existent entre la comptabilité et la finance, de la fin du Moyen-Age à nos jours.

Certes, le livre a aussi ses défauts, qui sont la contrepartie de ses qualités. Certains thèmes passionnants ne sont pas poussés plus avant, certaines sources essentielles, en particulier les sources françaises, sont absentes, et enfin les conclusions tirées de l’analyse comptable, souvent justes et convaincantes, sont rarement confrontées à celles de la théorie économique elle-même, ce qui conduit à certaines impasses théoriques. Ces manques ont donc tendance à stériliser des réflexions qui sont pourtant fondamentales pour comprendre le capitalisme et l’évolution du monde actuelle. Et c’est d’ailleurs l’aspect fondamental de ces réflexions qui a conduit la presse anglo-saxonne à encenser – à raison – l’ouvrage, du Wall Street Journal à The Economist, en passant par le Diplomat et le New Yorker, ainsi que des revues plus académiques comme la Accounting History.

Preface : Bobby Kennedy and the Wealth of Nations and Corporations

Dans cette préface, Jane Gleeson-White rappelle que la mesure de la richesse des nations comme celle des entreprises pose aujourd’hui problème, que ce soit du fait des limites du concept de PIB ou des problèmes de mesure comptable des actifs des entreprises et des banques, comme le scandale Enron l’a montré au début des années 2000. Elle montre que la critique du PIB est ancienne, et que dès les années 70, un homme politique tel que Bobby Kennedy aux Etats-Unis ou même l’inventeur du PIB Simon Kuznets étaient très critiques sur l’utilisation aveugle du PIB. Bobby Kennedy montrait par exemple que la logique du PIB conduisait à des absurdités : « Cigarette advertising is worth more than the health of a child »[1].

Elle montre ensuite que la comptabilité privée elle-même a échoué à éviter des scandales comme celui d’Enron en 2001, ou les nombreuses faillites de la crise de 2008. L’exemple de la Royal Bank of Scotland (RBS) et de sa perte brutale de plus de 100 milliards de dollars en 2008, pertes qui ont dues ensuite être renflouées par les contribuables, s’est ainsi produite alors qu’un an auparavant, les comptables de la RBS et leurs contrôleurs assuraient que tout était normal. La même analyse s’applique, en 2008, aux pertes de Lehman Brothers, de la Lloyds, de HBOS, de AIG, de la Anglo-Irish Bank, de l’Icelandic Bank, etc…

C’est donc la question de la théorie comptable qui doit être posée, non seulement la mesure des indicateurs macroéconomiques, mais aussi des indicateurs de la richesse privée. Pour ce faire, Jane-Gleeson-White utilise la meilleure méthode possible en s’intéressant aux origines historiques de la comptabilité en partie double, qui pour elle remontent à Venise et au fameux traité de Luca Pacioli (Particularis de computis et scripturis), le moine franciscain de la Renaissance, mathématicien et ami de Léonard de Vinci. En effet comprendre l’histoire de la comptabilité en partie double est incontournable puisque : « This medieval artifact is still in daily use around the world.[2] »

Elle résume le projet de son ouvrage avec un certain style : « I’d like to celebrate the material origins of the Renaissance as we celebrate its fruits. »[3]

Chapter 1: Accounting: Our First Communication Technology

Dans ce chapitre Jane Gleeson-White revient sur les toutes premières origines de la comptabilité en Mésopotamie. S’appuyant sur les travaux de Denise Schmandt-Besserat, elle rappelle que les premiers jetons identifiables à des moyens de comptabilisation de communautés fermières datent de 7000 avant J.-C. Elle montre ensuite comment un premier système complexe de comptabilité émergea entre -3 500 et -3 000 dans cette même Mésopotamie, à partir d’un système de promesses de paiement contenues dans des enveloppes sphériques en argile sur lesquelles étaient notées des indications diverses sur les personnes concernées par la transaction. Ce sont ces enveloppes, sur lesquelles les comptables notaient de plus en plus d’informations, d’abord sous la forme de signes et dessins, puis progressivement avec des inscriptions plus élaborées, qui conduisirent non seulement aux origines de la monnaie et de la comptabilité (comme des auteurs comme David Graeber l’ont démontré), mais aussi de l’écriture elle-même.

Gleeson-White montre que l’écriture, tout comme la monnaie, demeurèrent longtemps utilisées exclusivement par les comptables, les juristes, les prêtres et les chroniqueurs. Elle rappelle que le célèbre code Hammourabi, datant de 1790 avant J.-C., est à l’origine extrait d’un document financier.

Elle montre ensuite que la comptabilité connut une certaine complexification dans l’Antiquité classique, en Grèce et surtout à Rome, où les textes de Cicéron ou de Pline l’Ancien attestent du grand prix que ceux-ci lui accordaient, même si elle surestime sans doute la proximité de la comptabilité romaine avec la partie double médiévale.

Elle passe ensuite assez vite sur la période du haut Moyen-Age, où elle note cependant l’existence d’un texte fondamental : le capitulaire de Villis, datant de 800 après J.-C., avant de se concentrer à raison sur l’Italie médiévale au moment de l’expansion commerciale accompagnant les Croisades à partir de l’an Mil. C’est à ce moment-là que l’expansion du Nord de l’Italie se produit, incontestablement préparée par l’expansion commerciale du monde islamique en méditerranée.

Elle rappelle qu’à cette époque le Pape accorde l’indépendance à des villes comme Pise, Venise, Florence et Gênes, qui seront le berceau de la comptabilité en partie double, autrement dit la comptabilité moderne. C’est alors l’époque des célèbres marchands et intellectuels italiens, qui seront les inventeurs de cette technique et les premiers à sortir du Moyen-Age, et dont les figures les plus illustres sont restés dans l’imaginaire collectif tels Marco Polo (1254-1324) ou Fibonacci (1170-1240), qui importa les chiffres indo-arabes en Occident et fut l’un des premiers modernisateurs des mathématiques dans ce même occident.

Ici le livre de Jane Gleeson-White, bien que suivant une progression tout à fait pertinente, souffre d’un manque handicapant : la méconnaissance des travaux de Jean Fourastié sur la comptabilité et notamment son livre de 1943[4] sur les origines de celle-ci. Cela n’a rien d’étonnant, puisque les découvertes fondamentales de Fourastié, bien qu’ayant été traduites dans plusieurs langues et diffusées largement dans plusieurs pays, ne l’ont jamais été dans le monde anglo-saxon. La pensée comptable anglophone, on ne saurait que trop le souligner, a toujours accusé de ce fait un certain retard sur la pensée comptable allemande, française et même italienne, comme l’attestent par exemple les travaux de Littleton, abondamment cités par Gleeson-White.

Cela conduit l’auteure à manquer les contraintes commerciales et religieuses simples et précises qui ont conduit les marchands italiens à perfectionner et étendre cette technique. En particulier, elle ne voit pas que c’est le besoin de crédit non rempli par la monnaie classique qui a poussé les marchands à développer leur méthode de gestion de ces crédits, et ainsi à mettre au point la comptabilité en partie double, c’est-à-dire une technique de gestion qui articule la circulation des créances avec la monnaie et une définition précise et nouvelle du profit. Ces éléments demeurent trop flous pour Gleeson-White et la conduiront à des confusions dans la suite de son ouvrage. Ils la conduisent également à surestimer le rôle de Luca Pacioli et des mathématiques dans l’invention de la partie double. Luca Pacioli, en effet, est bien davantage le grand diffuseur de cette technique, via son traité massivement édité grâce à l’imprimerie au XVIe siècle, que son inventeur.

Chapter 2 : Merchants and Mathematics

Dans ce chapitre, Gleeson-White rend compte des nombreux liens qui existaient entre Luca Pacioli, qui écrivit donc en 1494 le premier traité sur la comptabilité en partie double, et les mathématiques. Il est clair que si elle avait connaissance des origines réelles de la comptabilité, telles que décrites par Jean Fourastié, cette enquête perdrait son intérêt pour elle, car les mathématiques ne jouèrent aucun rôle dans l’invention de la partie double. Mais cependant ces développements sont intéressants, ne serait-ce que parce qu’ils nous peignent parfaitement le Zeitgeist de l’époque de l’enfance de la comptabilité en partie double moderne.

Ainsi Gleeson-White rappelle que Luca Pacioli était avant tout un mathématicien, dont le maître Piero della Fransesca (1412-1492), était à la fois un mathématicien et un peintre, qui fut l’un de ceux qui introduisirent la perspective en peinture et prépara l’apparition des grands maîtres de la Renaissance, tels Michel-Ange. Elle rappelle que cette époque fut une époque de profonde transformation des mathématiques en Italie, qui se nourrirent tout à la fois des mathématiques grecques et arabes. Le monde arabe en particulier, était très en avance sur le reste du monde dans ce domaine au Moyen-Age, et Fransesca fut l’un de ceux, dans le sillage de Fibonacci, qui permirent de mettre à jour la pensée italienne dans ce domaine, participant à la diffusion de ce que les penseurs de ce temps appelèrent les mathématiques abaco, dont plusieurs écoles ouvrirent à Florence pour les fils de marchands au 14e siècle.

Elle montre que Pacioli participa à cette révolution des mathématiques en Italie, puisqu’en 1464, il partit pour Venise afin de devenir professeur de mathématiques abaco, en digne successeur de Piero della Fransesca à qui il reconnaissait sa dette. Gleeson-White poursuit alors sa description du parcours de Luca Pacioli dans cette nouvelle ville : « The New York of fifteen-century Europe ».[5]

Chapter 3 : Luca Pacioli : from Sansepolcro to Celebrity

L’auteure rappelle que le quartier du Rialto, à Venise, où au 16e siècle serait créée la première banque publique préfigurant le système des banques centrales modernes, était le Wall Street du temps de Pacioli. La République de Venise était ainsi la première puissance européenne et sa monnaie, le ducat, supplanta le florin de Florence comme le standard monétaire du commerce international dès la fin du 13e siècle. Elle rappelle que le commerce à Venise atteignit, au XVe siècle, des proportions incroyables, et que toutes sortes de biens étaient échangés dans la ville. La lettre de change et le transfert bancaire, ainsi que le calcul du profit, étaient alors les instruments de la puissance financière de la ville. Les taux de change des devises du monde entier étaient cotés au Rialto. Tous les marchands du monde se rendaient dans la Sérénissime pour apprendre et rapporter ses pratiques et ses institutions commerciales et financières. La Scuola di Rialto, fondée en 1408, pourvoyait à la formation des banquiers et marchands de l’Europe entière. Les professeurs qui y enseignaient étaient fortement rémunérés par l’Etat vénitien, dont on sait que la stratégie de développement inspira l’évolution mondiale du capitalisme pour des siècles. C’est dans cette école que Pacioli enseigna les mathématiques. C’est là qu’il apprit, surtout, la comptabilité en partie double, puisque cette technique était en réalité la base de la puissance de Venise. Malheureusement, Jane Gleeson-White, qui a mal définit les origines de cette dernière, ne semble pas pleinement capable de prendre la mesure de cette réalité, et elle se focalise à nouveau sur les mathématiques et leur évolution à cette époque, manquant ainsi le cœur du sujet qu’elle approche pourtant au plus près. Elle semble même éprouver une certaine fascination pour les mathématiques, et leur attribue sans doute un rôle excessif dans l’évolution financière du monde, à Venise comme sur les marchés financiers d’aujourd’hui.

Comme dans le chapitre précédent, elle approfondit cependant cet aspect de façon très intéressante, montrant que les professeurs de mathématiques vénitiens étaient très influencés par Ibn al-Haytham. Elle poursuit ensuite sa description de la vie de Pacioli, montrant qu’il était un ami de Botticelli et Léonard de Vinci, avec lequel il eût des relations vraisemblablement plus qu’amicales.

Elle montre que les livres imprimés qui circulaient de plus en plus à Venise, entre les marchands avant même de circuler entre universitaires, conduisaient à forger une mentalité nouvelle, où le savoir était largement partagé et diffusé, et où l’ancienne volonté de secret commercial des guildes s’affaiblissait. C’est cet état d’esprit qui conduisit à la diffusion des mathématiques et de la comptabilité en partie double, et de manière générale à l’éclosion de la Renaissance.

C’est dans ce contexte que le traité de Pacioli fut publié en 1494. Elle montre qu’il s’agit avant tout d’un traité de mathématique mais dont une partie assez courte traite de la comptabilité en partie double et va connaître un succès phénoménal. L’édition originale de ce traité, conservé jusqu’à aujourd’hui à la bibliothèque de Sansepolcro, la ville d’origine de Pacioli, est l’une des plus belles éditions imprimées dans l’imprimerie de Gutenberg en personne ! Si Pacioli meurt donc en 1517, son traité comptable lui survécut jusqu’à aujourd’hui, où il continue à être réédité.

Elle raconte ensuite la fin de sa vie, où il se rend à Milan, en est chassé par l’invasion française, puis se réfugie à Mantoue avant de vivre dans la maison de Léonard de Vinci à Florence et de travailler dans l’Université de cette ville-berceau de la Renaissance.

Il retourne enseigner les mathématiques euclidiennes dans une église près du pont du Rialto à Venise en 1508, puis rédige un traité sur les échecs, qui eut vraisemblablement une influence sur l’évolution de ce jeu.

En 1508, il retourne à Sansepolcro où il est durement attaqué par les moines locaux, probablement jaloux de son rayonnement, et qui cherchent à l’exclure de l’Eglise et à le faire condamner pour des motifs spécieux, lui reprochant de ne pas vivre dans la pauvreté et estimant qu’il doit être corrigé. Tout cela le conduit à une nouvelle et ultime nomination à l’Université de Rome en 1515. Il meurt en 1517.

Son contemporain, Daniele Caetani, le jugeait d’une très grande intelligence, d’une connaissance encyclopédique, et capable de synthétiser des problèmes complexes de telle manière qu’ils soient compréhensibles par tous [6]:

 The science of mathematics, after being hidden in speculation and conjecture, what was not practical because so many of the bodies had been reduced to various and complex figures, Lucas alone of many rendered simple by explanation, so that even the very ignorant could understand just as if he had set it forth under their very eyes. And who in former times ever dared to make this very notable beginning? Surely no one, not even the most learned mathematician before Lucas Paciolus, who was in this respect a man of the rarest pattern and almost unique.

Jane Gleeson-White exprime cela avec son propre style, notant : “his exceptional gift for collecting, organising, simplifying, and making available the mathematical knowledge of the Renaissance.[7]

Chapter 4 : Pacioli’s landmark bookkeeping treatise of 1494.

Dans ce chapitre, Jane Gleeson-White revient en détail sur le traité de comptabilité écrit par Luca Pacioli et montre son actualité, la méthode qu’il décrit pas à pas étant essentiellement celle que nous utilisons encore aujourd’hui. Elle montre qu’il recommande explicitement la méthode vénitienne comme étant supérieure à toutes les autres, et qu’elle s’en distingue par l’importance qu’elle accorde à la notion de profit, que les autres types de comptabilité jusqu’à son invention en Italie à la fin du Moyen-Age n’étaient pas capables de calculer. Elle insiste sur le fait que cette notion de profit ayant eu un tel succès aujourd’hui, nous ne sommes plus vraiment capables d’imaginer que dans le monde où vivait Pacioli, rares étaient ceux qui le calculaient rationnellement, y compris de grandes civilisation marchandes passées et contemporaines de Venise.

Pacioli mentionne dans ce traité l’importance des foires européennes et mondiales. Ce traité montre aussi son état d’esprit profondément religieux, conseillant aux marchands d’agir pour réaliser un profit raisonnable et légal. Il liste les banques et institutions de Venise où le marchand peut déposer ses fonds et opérer des opérations financières, notamment des virements et des ventes à terme à l’aide de lettres de change sur les foires européennes.

Les grandes caractéristiques de la partie double, toujours appliquées aujourd’hui, sont ensuite posées. Ainsi trois documents sont requis, le brouillard, le journal et les comptes individuels. En fin d’année, tous les comptes doivent être équilibrés en débit et crédit, sinon une erreur a été commise. Le solde général de cette balance figure dans un compte spécifique, le compte de profits et pertes, dont Pacioli souligne l’importance fondamentale pour gérer correctement ses affaires. C’est la véritable boussole du marchand, et ce qui donne sa supériorité à Venise.

Enfin une savoureuse peinture des clercs des institutions publiques de Venise est apportée, dans laquelle Jane Gleeson-White, comme sans doute de nombreux comptables, reconnaît une description toujours opérante de nos jours [8]:

Nothing much has changed in five hundred years : clerks come and go, and each one regards their own method as the best and their predecessor as the source of all confusion or error.

Chapter 5 : Venetian Double Entry goes viral

Après avoir rappelé l’importance de l’imprimerie dans l’émergence de la civilisation occidentale, Jane Gleeson-White montre ici que cette invention permit au traité de Luca Pacioli de s’étendre partout en Europe avec une grande vitesse. Ainsi sa méthode, autrement dit la comptabilité en partie double pratiquée à Venise, devint « virale ».

Au XVIe siècle, Manzoni écrit un traité de comptabilité qui reprend l’essentiel de celui de Pacioli. Le traité de Pacioli est imprimé en 1537 en allemand, en 1543 en français, en 1547 en anglais. Le belge Jean Ympyn, qui travailla pendant 20 ans à Venise, diffuse également sa méthode, alors connue comme la méthode « à l’italienne ». C’est ensuite le grand homme d’état hollandais Simon Stevin (1548-1620), qui diffuse la technique dans les Provinces-Unies, récemment indépendantes de la couronne d’Espagne. Comme Ministre des Finances, ingénieur en chef et l’un des responsables de la nouvelle Banque d’Amsterdam, Stevin fut un des plus grands diffuseurs des institutions de Venise en Hollande. Il écrivit d’ailleurs un traité de comptabilité gouvernementale, et les Provinces-Unies, au XVIIe siècle, supplantèrent dans une large mesure Venise comme tête de pont du capitalisme mondial, avant que l’Angleterre elle-même ne reproduise ce mouvement à plus grande échelle au XVIIIème siècle, débouchant sur la Révolution industrielle.

C’est d’ailleurs un ami de Simon Stevin, Richard Dafforne, qui diffusa au XVIIe siècle les méthodes bancaires et comptables des Provinces-Unies en Angleterre.

Il faut souligner que Jane Gleeson-White ne rend compte qu’imparfaitement de ce mouvement, en raison même des limites de son analyse des origines de la comptabilité, qui ignore les travaux de Jean Fourastié. Ainsi, rendant sans doute compte d’une certaine réalité dans la pensée comptable anglo-saxonne, elle explique que les ouvrages de Dafforne sont encore la base de l’enseignement de la méthode aujourd’hui, par l’explication qu’ils donnent de son fonctionnement logique. Mais l’explication de Dafforne, pas plus d’ailleurs que celle de Pacioli lui-même, ne rend pas compte de la logique de cette méthode, parce qu’elle en ignore la véritable origine logique, et Gleeson-White aussi.

Pour elle, le véritable intérêt de la partie double réside dans le fait qu’elle empêche les erreurs de saisie, ce qui est certes l’un de ses avantages, mais pas le seul. Elle voit bien l’importance du compte de profit et perte pour l’entreprise et le fait que cela permet l’action rationnelle de l’entreprise, citant sur ce point l’analyse de Wandhaugh Thompson en 1777. Mais à aucun moment elle ne semble capable de percevoir que la véritable importance de la comptabilité en partie double, de la fin du Moyen-Age au XIXe siècle, réside dans le fait qu’elle a permis la construction de notre système monétaire moderne, c’est-à-dire l’émission et la circulation d’une monnaie de crédit à partir du calcul rationnel du profit. Cette monnaie, émise par des banques privées, puis garantie par des banques publiques à partir de Venise au XVIe siècle, est une monnaie de crédit comme celle que nous utilisons aujourd’hui, et c’est la comptabilité en partie double qui a permis son émergence, mais Gleeson-White, comme tant d’auteurs avant et après elle, n’en est pas consciente.

Cela ne l’empêche pas de relever le succès et l’influence du traité de Pacioli à travers les siècles, ce qu’elle fait avec talent, grâce à la large culture qu’elle possède. Ainsi, elle souligne que, dans Robinson Crusoe, le célèbre roman de Daniel Defoe datant de 1719, Robinson utilise la comptabilité en partie double. Elle rappelle que Goethe, dans une nouvelle de 1796, définit avec une grande perspicacité la comptabilité en partie double : « one of the finest inventions’ of the human mind.[9]»

Ainsi résume-t-elle finalement avec justesse le succès du livre du frère Luca de Sansepolcro [10] :

Each and every bookkeeping treatise published on the printing presses of Europe from 1500 to 1800 can be traced back to Pacioli’s 1494 Particularis de computis et scripturis, and thus Pacioli’s 27 pages treatise spread Venetian double entry across Europe and hence to America.

Chapter 6: Double Entry Morphs : the Industrial Revolution and the Birth of a Profession

Jane Gleeson-White rappelle ici un évènement significatif de l’histoire de la pensée comptable : la tentative avortée de dépasser la comptabilité en partie double par Edward Thomas Jones en 1796, alors que cette technique se développait de plus en plus dans son pays : l’Angleterre.  Son traité, parce qu’il répondait certainement à une attente et à un désir dans le monde capitaliste mûrissant, obtint rapidement un succès international et rendit son auteur célèbre. Mais son système, qui visait à rationaliser la comptabilité en partie double, ne parvint pas à s’imposer et fut rapidement abandonné, y compris par lui-même, comme il le reconnut dans un écrit ultérieur. Ainsi par cet échec retentissant, il conduisit indirectement à diffuser encore plus la comptabilité en partie double, et la pensée comptable de nombreux pays européen s’orienta alors au XIXè siècle dans une direction plus féconde : la tentative de définir sa nature et son fonctionnement.

Elle montre que le XIXe siècle est le siècle de l’expansion de la comptabilité en partie double à de très nombreuses entreprises, conduisant à une vaste rationalisation de la production qui n’est pas étrangère au développement de la révolution industrielle durant cette période. Payen en France dès 1817, Cronhelm au Royaume-Uni en 1818, publient alors des traités pour adapter la méthode de la comptabilité en partie double à l’entreprise industrielle, sans modifier sa nature mais en appliquant notamment des modes de calcul de l’amortissement pour le patrimoine de l’entreprise. Progressivement, un besoin de reconnaissance et de normalisation de la fonction comptable se fait sentir, conduisant à l’apparition des grands cabinets comptables qui domineront la profession jusqu’à nos jours, à l’image de Deloitte qui débute ses activités en 1845.

Progressivement les comptables acquièrent la même respectabilité que les médecins ou les avocats, et la profession est règlementée par les Etats des pays avancés. Des associations de comptables professionnels apparaissent après 1900 en Allemagne, en Italie, en Hollande, en Suède, en Belgique, en plus des pays anglo-saxons et de la France. Ainsi la célèbre American Association of Public Accountants (AAPA) est créée en 1887 pour l’ensemble des Etats-Unis. Dans ce pays le traité de Pacioli est édité dans une édition nationale en 1914 par le professeur John B. Geisbeek qui donne ses lettres de noblesse universitaires à cette discipline. Dans son sillage Gleeson-White insiste sur le fait que Littleton, le plus grand professeur américain de comptabilité dans les années 30-40, va faire franchir un nouveau cap à la comptabilité en retraçant son histoire. On peut dire qu’elle s’appuie elle-même largement sur les travaux de Littleton. Mais elle semble encore une fois, à l’image sans doute de la pensée comptable anglo-saxonne, ignorer les avancées fondamentales que la théorie comptable connut pendant la même période en Allemagne et en France, et qui débouchèrent sur des réformes administratives plus poussées que les Etats-Unis ne connurent jamais, notamment dans le domaine de la planification, grâce aux œuvres de Eugen Schmalenbach et de Jean Fourastié. Car après la Seconde guerre Mondiale, et du fait de la victoire des Etats-Unis et de leur supériorité économique, les avancées et l’expérience acquise par les comptables français et allemands ne furent guère pris en compte dans le monde anglo-saxon, qui imposa pourtant son ordre du jour à la théorie comptable internationale jusqu’à aujourd’hui.

Chapter 7: Double Entry and Capitalism : Chicken and Egg ?

Dans ce très intéressant chapitre, Gleeson-White revient sur les liens qu’entretient le capitalisme avec la comptabilité en partie double, en interrogeant l’intuition très profonde de Werner Sombart, le grand économiste allemand (1863-1941). Elle rappelle sa célèbre affirmation, qui eut sans doute une influence essentielle sur les découvertes de Jean Fourastié : « It is simply impossible to imagine capitalism without double-entry bookkeeping ; they are like form and content. »[11] Elle explique que la pensée de Werner Sombart, ainsi que ses recherches sur l’histoire des origines de la comptabilité en partie double, dérivent de sa lecture de l’œuvre de Karl Marx. Elle cite à ce propos Friedrich Engels qui commentait ainsi les écrits de Sombart : « the first time a german professor succeeds on the whole in seeing in Marx’s writings what Marx really says. »[12] Certes, Sombart, dont l’ouvrage monumental, Der Moderne Kapitalismus, n’a été traduit ni en anglais ni en français, était un conservateur, mais il inscrivait néanmoins sa pensée directement dans le sillage de Marx. Car, comme sa correspondance privée l’atteste, ce dernier s’intéressa beaucoup à la comptabilité en partie double pour réaliser son œuvre, bien qu’il écrive très peu sur elle directement. Gleeson-White rapporte néanmoins la façon dont il la considérait : « He considered bookkeeping to be ‘the control and ideal synthesis’ of the production process ».[13] De son côté Sombart, dans ses travaux historiques inestimables sur la comptabilité, considère qu’elle a suivi cinq stades successifs de développement qui l’ont conduit à devenir ce qu’elle est. Il la considérait comme une innovation aussi fondamentale pour l’humanité que celles de Galilée ou de Newton. Il estimait qu’elle introduisit le concept fondamental du capital qui permit l’existence du processus capitaliste lui-même, que Sombart fut d’ailleurs le premier à nommer. Gleeson-White le cite: « Without looking too closely, one might already glimpse in double-entry bookkeeping the ideas of gravitation, the circulation of blood and energy conservation. »[14]

Elle montre alors avec raison que l’invention de la partie double fut ce qui rendit possible l’apparition de la Renaissance dans le nord de l’Italie. Elle cite ensuite Weber (1864-1920) et montre qu’il attribue également une grande importance à la partie double, du fait qu’elle permettait le calcul rationnel du profit. Elle rappelle la lucidité quasi-prophétique de ce dernier sur ce point : « Weber also believed that the formal rationality of double-entry made the world a cold and disenchanted place – and, ominously predicted that double-entry would continue its rule ‘perhaps until the last ton of fossilized coal is burnt’ ».[15]

Elle montre ensuite que Schumpeter, lui aussi était convaincu que la comptabilité en partie double marquait le démarrage du capitalisme, qualifiant cette technique de « towering monument »[16].

Marx, Sombart, Weber, Schumpeter, tous ces grands noms disent assez combien la pensée allemande fut la plus avancée du monde entre la fin du 19e siècle et le début du 20e siècle à propos de la réflexion économique et comptable. Il faudrait aussi ajouter à cette liste Eugen Schmalenbach, et ainsi on comprend mieux comment et pourquoi Jean Fourastié lui-même, qui s’intéressa de près à la pensée comptable allemande dans les années 20 et 30, put découvrir les origines logiques et historiques de la comptabilité dans les années 30. Mais comme on l’a dit, cette analyse ne figure pas dans le livre de Gleeson-White.

En revanche, en citant les théories plus récentes de la comptabilité qui émergent notamment aux Etats-Unis, on peut mesurer le recul qu’a connue la pensée comptable dans la seconde moitié du XXe siècle. En effet, les théories de Carruthers et Espeland (1991) évoquées par exemple par l’auteure, affirmant que la comptabilité en partie double n’est qu’un procédé rhétorique sans fondement logique permettant de disposer du pouvoir financier, marquent une véritable régression intellectuelle par rapport aux analyses très fécondes des grands auteurs allemands, qui avaient commencé à mettre à jour le rôle fondamental de la comptabilité en partie double dans la naissance et l’évolution du capitalisme.

Chapter 8 : John Maynard Keynes, Double Entry and the Wealth of Nations

Jane Gleeson-White, qui se définit elle-même comme keynésienne, retrace dans ce chapitre les liens existant entre la comptabilité en partie double et l’œuvre de Keynes. Elle cite son biographe Skidelski qui résume ainsi la pensée de l’économiste anglais : « The first to visualize the economy as an aggregate quantity of output resulting from an aggregate stream of expenditure. »[17]

Comme Roosevelt, elle montre que Keynes travailla ardemment pour établir un système de comptabilité nationale qui permettait de rendre compte de ce nouveau mode de réflexion macroéconomique. Gleeson-White montre alors que pour ce faire, Keynes eut recours aux principes de la comptabilité en partie double. Elle montre que ces réflexions débouchèrent sur la mise au point du concept de PIB par Simon Kuznets dans les années 30.

Elle ajoute que la Seconde guerre Mondiale renforça ce mouvement et conduisit d’ailleurs Keynes à écrire son pamphlet : How to pay the war, où il développa sa conception d’un système de comptabilité nationale basé sur la comptabilité privée. Elle rappelle que pour Keynes, les sociétés modernes se doivent de lutter contre le chômage et l’inflation de façon active, sans laisser le marcher autoréguler ces variables de façon anarchique.

Elle raconte les témoignages de ses camarades qui travaillèrent à ses côtés pendant la guerre, James Mead et Richard Stone, qui appliquèrent effectivement ses idées sur la comptabilité nationale. Elle montre que ce système connut un large succès après la guerre, notamment via des institutions comme l’OCDE. Enfin elle explique que ce concept de PIB fut dès le départ critiqué par Kuznets et Keynes comme étant trop exclusivement tourné vers la forme monétaire de la valeur.

On peut regretter que dans ce chapitre, l’auteure généralise un peu vite en qualifiant la comptabilité nationale de simple application de la comptabilité en partie double privée. En effet, comme le montra Fourastié qui travailla lui-aussi à l’OCDE après la guerre, cela n’est qu’imparfaitement le cas, ce qu’il regrettait d’ailleurs à la fin de sa vie. A de nombreux égards, la comptabilité nationale est davantage une statistique nationale.

Chapter 9 : The Rise and Scandalous Rise of a Profession

Gleeson-white revient ensuite sur le rôle qu’a joué la profession comptable depuis les années 2000, autrement dit dans le cadre du déroulement de la crise financière. De façon tout à fait convaincante, elle lie des affaires comme le scandale d’Enron, aux Etats-Unis, à des faillites ou pertes massives davantage identifiées comme liées à la crise financière, comme pour la RBS, en montrant que dans les deux cas, les instruments comptables se sont révélés incapables d’empêcher les abus ou simplement de les prévoir.

D’une petite compagnie gazière régionale dans les années 90, Enron est devenue l’une des plus puissantes entreprises des Etats-Unis en 2000 avant de faire banqueroute en 2001. De la même façon, RBS était la plus grande entreprise du monde en termes de taille de l’actif, et quand elle annonça une perte de 24 milliards de dollars en 2009, la plus grande perte dans l’histoire des entreprises britanniques, cela se fit sans qu’aucune alerte comptable ne fut donné ni lors de la publication des comptes, ni par les auditeurs chargés de contrôler la comptabilité des entreprises. D’un point de vue comptable, l’auteur affirme même que les comptes de la RBS étaient «a model of clarity and transparency »[18].

Elle montre que pour la RBS comme pour Enron, cette évolution est largement dépendante de la financiarisation de ces entreprises, et notamment de leur utilisation croissante des marchés de dérivés. Elle montre avec pertinence que les opérations financières démesurées auxquelles se sont livrées ces entreprises sont parfaitement régulières d’un point de vue comptable, ce qui pour elle pose le problème de ces normes comptables. Mais au-delà de ces normes, on peut dire que ces scandales posent surtout le problème de la théorie comptable, ce dont ne rend compte qu’imparfaitement le livre de Gleeson-White. En effet, tous ces scandales peuvent se résumer au problème de la définition de la valeur, et notamment à la définition de la valeur des créances, qui sont au cœur de la comptabilisation des dérivés. Ce problème est consubstantiel de toute comptabilité, et pour le traiter correctement, il est nécessaire de s’interroger sur la nature de la comptabilité et sur la définition de la valeur qu’elle apporte, ainsi que l’avait commencé Jean Fourastié.

Gleeson-white énumère ensuite les scandales et banqueroutes successives qui émaillèrent les années 2000 : WorldCom en 2002, Bond cop/Bel resources en Australie en 2000, HIH, OneTell, ABCLearning, etc…

Pour chacun de ces scandales, elle montre que les auditeurs chargés de vérifier la comptabilité avant ou après coup se sont montrés incapables de le faire de façon logique et rationnelle. En particulier, elle montre l’inefficacité et l’incohérence totale des grands cabinets comptables dans cette mission, en prenant l’exemple de l’analyse contradictoire des comptes de ASIC qui fut réalisée successivement par KPMG, Pitcher Partners, et Ernst and Young. Elle montre de façon très convaincante que ces cabinets, malgré le prestige artificiel qui les entoure, sont tout aussi incapables de décrire ou solutionner les problèmes comptables de ces scandales que les institutions publiques. A cet égard, la critique de ces cabinets comptables, le fameux « Big Four » (KPMG, Ernst and Young, Deloitte, Pricewater HouseCoopers) qui vend cher aux entreprises ses certifications comptables très contestables, subit de la part de Gleeson-White une critique extrêmement bien ajustée. Comme on s’en doute, en effet, ces entreprises sont loin de vivre en dehors ou de solutionner les problèmes graves que la théorie comptable moderne connaît. Bien au contraire, leur prestige se nourrit de cette crise moderne de la pensée comptable, et des nombreux flous théoriques qu’elle produit. Ces flous permettent en réalité aux entreprises financières les plus puissantes d’agir à leur guise, en dissimulant la nature de leurs opérations derrière la faiblesse théorique des comptables, comme cela s’est déjà produit dans le passé, et le Big Four profite de ce système bien davantage qu’il ne le contrôle. Gleeson-White rappelle à ce sujet quelques exemples significatifs qu’il faut toujours garder à l’esprit : ainsi Ernst and Young contrôla, certifia, et ne vit absolument rien de problématique dans les comptes de la banque Lehman Brothers, juste avant que celle-ci ne disparaisse dans la crise financière de 2008. S’appuyant sur les travaux de Prem Sikka, elle montre alors le fonctionnement artificiel et complètement illusoire des audits comptables des grandes entreprises. Celles-ci, en effet, confient généralement la gestion de leur comptabilité extrêmement lourde aux mêmes cabinets comptables qui les contrôlent. Dans les bureaux du « Big Four », on a ainsi sur un étage des services chargés de produire la comptabilité, et sur un autre étage des services chargés de la contrôler… Cette description est un des points forts incontestables du livre, parce qu’il montre bien la gestion du processus capitaliste moderne d’une manière que bien peu d’économistes imaginent. Ainsi, à rebours du mythe de « l’économie de marché » et de la « libre concurrence », souvent décrits par les économistes comme une sorte d’Eden dans lequel le monde libre vivrait, on voit bien ici que l’essentiel du processus de gestion comptable des grandes entreprises mondiales est en fait géré par quatre grandes entreprises. C’est dans leurs nombreux bureaux et via leurs très nombreux employés (Gleeson-White rappelle qu’ils comptent plus d’employés que Coca-Cola), que l’essentiel de la gestion financière du capitalisme (entendons par là le capitalisme purement privé), est effectuée quotidiennement. C’est là que le calcul du profit se réalise, et c’est à partir de ces données comptables que tous les acteurs économiques se positionnent. Une autre force du  livre de Gleeson-White est de décrire le désarroi que produit cette situation sur les grands managers et administrateurs des grandes entreprises, qui souvent ne maîtrisent pas la comptabilité de leur entreprise, trop lourde et complexe, et soumise aux interprétations parfois divergentes qui en sont données par les grands cabinets.

Ainsi, comme elle le note avec raison, la puissance des grands cabinets comptables mondiaux va de pair avec leur échec, largement en cause dans les crises financières récentes. Cet échec traduit sans aucun doute un échec plus large de la théorie comptable moderne elle-même, qui connaît une certaine régression depuis les années de l’immédiat après-guerre. Cela conduit à un processus de plus en plus anarchique de financiarisation des entreprises et des banques que personne ne semble réellement maîtriser, pour la bonne raison que personne ne comprend réellement sa signification comptable. Certes, la poursuite du profit demeure la boussole mouvant toutes les entreprises dans cette réalité économique, mais le manque de maîtrise de la réalité comptable et des instruments de cette poursuite du profit peut conduire à ce qu’il faut bien appeler une sorte de folie, de comportements irrationnels au cœur de l’entreprise dont les années 2000 ont été riches en exemples. Ainsi, Gleeson-White rappelle que lors du procès Enron, des enregistrements ont montré que l’entreprise n’hésitait pas à cesser sa production d’électricité pour faire monter les prix, quelques mois après la privatisation en 2000, provoquant plusieurs blackout en Californie. Lors des incendies qui ravageaient la Californie en 2000, les enregistrements décrivent ainsi des cadres de l’entreprise attendant avec excitation que le feu détruise les pylônes électriques de l’entreprise et criant : « Burn, baby, burn ! » [19] devant leurs écrans de télévision…

La réalité et les limites de l’évolution du capitalisme sont donc parfaitement expliquées dans cet excellent chapitre. Le rôle primordial de la comptabilité en partie double dans la croissance du capitalisme, bien davantage que les fables de « l’économie de marché », est ainsi parfaitement décrite, ainsi que la réalité de la gestion bureaucratique du calcul du profit qui détermine en réalité ce processus. L’aspect irrationnel et autodestructeur de la recherche du profit, si aucune force de rappel ne permet de la canaliser, est également parfaitement perçu. Enfin la crise moderne de la pensée comptable, et la faiblesse théorique des quatre grands cabinets comptables qui gèrent une grande part du processus capitaliste, sont également très bien démontrés.

Chapter 10, Gross Domestic Product and How Accounting could Make or Break the Planet

Dans ce chapitre, Gleeson-White cherche à remettre en cause le concept de PIB, en montrant qu’il faudrait l’adapter au XXIème siècle pour empêcher la destruction de la planète, à laquelle la recherche aveugle du profit conduira. Bien qu’intéressante et incontestablement justifiée quant à ses diagnostics, cette partie nous semble moins convaincante parce que le manque de connaissance des débats de théorie économique générale qui eurent lieu notamment au XXème siècle y est patent. Sans doute est-ce là la limite d’un mode de réflexion trop exclusivement comptable, qui élude en particulier le problème de la monnaie, travers dans lequel Jean Fourastié lui-même est incontestablement tombé par le passé, y compris dans ses travaux de théorie économique. Peut-être la grande force explicative de la comptabilité en partie double, en particulier dans la compréhension du fonctionnement des entreprises privées, est-elle paradoxalement un handicap pour s’ouvrir à la théorie économique elle-même, et notamment à la théorie monétaire. C’est pourtant dans le domaine du fonctionnement de la monnaie que la comptabilité en partie double a sans doute le plus à nous apprendre, et même s’ils n’ont jamais exploré cette terra incognita, il est clair que Marx, Fourastié, Schumpeter, et peut-être Keynes, chacun à leur manière, en sentirent la possible étendue.

Gleeson-White, pour sa part, part de l’observation que le PIB ne mesure qu’imparfaitement la richesse réelle. Elle affirme même que les choses qui ont le plus de valeur, comme par exemple la nature elle-même, n’ont aucune valeur monétaire et comptable, ce qui conduit le processus capitaliste, dont on a vu qu’il est mû par la recherche du profit monétaire, à les détruire si besoin est. Partant du principe que seul le calcul comptable conduit à l’action économique réelle, Gleeson-White voudrait modifier le calcul du PIB afin d’attribuer un coût différent à toute chose, en particulier en donnant son coût réel à la nature, en faisant une sorte de capital comptable nouveau, afin que sa destruction provoque une chute du PIB, et non plus une augmentation. C’est dans cette direction qu’elle a d’ailleurs orienté ses dernières recherches.

Mais le PIB, en tant que tel, n’est que le reflet, imparfait certes, du profit privé et des salaires, autrement dit de la richesse monétaire créée. Le modifier conduirait certes à donner une image différente de l’économie à l’Etat, mais il remettrait gravement en cause un indicateur essentiel au fonctionnement du capitalisme, puisque les entreprises privées tout comme les salariés sont guidés dans leur action quotidienne par leur recherche de cette richesse nouvelle. Le fait de dissimuler cette réalité dans les statistiques conduirait donc ou à masquer une réalité fondamentale du processus économique, ou à la faire disparaître, mais on retomberait alors sur les problèmes de planification et d’information du système-prix qu’ont eu à affronter les Etats socialistes.

En effet, en raison peut-être de son ignorance des travaux de Fourastié, Gleeson-White semble méconnaître le lien fondamental qui existe entre le calcul du profit (que permet la comptabilité en partie double), et le système-prix. En effet, l’information vitale que transmet le système-prix aux acteurs économiques (ainsi que l’a brillamment démontré Hayek au XXème siècle) ne peut être correctement prise en compte par les agents que via le calcul du profit, car le calcul du profit n’est rien d’autre que l’enregistrement des variations de prix entre l’entrée et la sortie des valeurs dans l’entreprise. C’est la raison pour laquelle le système-prix et la comptabilité en partie double sont intimement liés. Pour être exact, la comptabilité en partie double, qui a donc émergé au 13ème siècle en Italie, est une méthode d’une efficacité redoutable car elle est construite autour de la variation des prix. Le rôle qu’elle a joué dans l’émergence du capitalisme est précisément dû au fait qu’elle est la première technique qui prit en compte sérieusement et de façon cohérente le problème de la variation des prix, et c’est de cette prise en compte qu’est née le concept de profit, autour duquel tout le capitalisme est comme placé en orbite, de même que le système monétaire. Il est certes surprenant que si peu de défenseurs du capitalisme en aient même eu conscience, mais il n’en est pas moins vrai que la force principale de la partie double est le calcul du profit, parce que ce calcul permet la transmission correcte de l’information du système-prix.

On ne peut méconnaître cette réalité sans porter atteinte gravement à ce qui fait la puissance du capitalisme, et c’est là une erreur qui fut commise dans les pays socialistes au XXème siècle. On peut d’ailleurs penser qu’au vu de la faiblesse de la théorie néo-classique, des erreurs semblables seront un jour à nouveau commises dans des pays se concevant comme des “économies de marché”, et éprouvant même une foi dans ce concept inconsistant. Gleeson-White ne se définit pas comme socialiste, mais elle semble ne pas voir que les réformes du PIB et de la comptabilité privée qu’elle souhaiterait introduire pourraient conduire à un affaiblissement du calcul du profit, c’est-à-dire à un brouillage de la transmission de l’information délivrée par le système-prix. On ne peut que souligner le danger contenu dans cette conception, danger d’autant plus important que Gleeson-White comprend bien mieux le fonctionnement réel du capitalisme que beaucoup de ses thuriféraires étroits, qui s’en croient les défenseurs alors qu’ils en ignorent les mécanismes essentiels et s’en tiennent aux mythes englobants du « marché ».

En effet, empêcher les dérives du capitalisme moderne ne doit pas conduire à abolir les mécanismes qui ont permis de nombreux progrès techniques et sociaux jusqu’à nos jours, c’est là une conclusion qui ressort de l’étude attentive du débat économique théorique au XXème siècle. Ce débat se situe moins dans les évolutions stériles de la théorie néo-classique, que dans les écrits d’auteurs comme Marx, Keynes, Fourastié, Hayek ou Kornai, et qui doit nécessairement inclure la compréhension de l’histoire économique des systèmes socialistes, ne serait-ce que pour mieux comprendre la nature du capitalisme lui-même.

Il ressort de cette étude que la supériorité pratique du capitalisme repose sur quelques éléments fondamentaux, que tout gouvernement raisonnable se doit de défendre. Ces éléments sont la recherche privée du profit, la liberté du système-prix et un système monétaire mixte connecté d’une part au profit privé, d’autre part au budget de l’Etat. C’est ce dispositif qui permet de stimuler au mieux le progrès technique et d’en répartir les fruits par le salaire et l’investissement public, et c’est cet attelage qui doit être à la base de toute réforme du capitalisme. Ainsi, c’est à l’Etat, dans ce dispositif, armé d’une institution étudiant les nécessités d’investissements de long terme, d’une banque centrale permettant son financement, et d’un organisme statistique suivant les évolutions individuelles et l’évolution globale des prix, tout comme la productivité réelle de chaque branche de l’économie, qui doit conduire le changement. C’est avec cet outil que les problèmes écologiques doivent être résolus, car lui-seul permet l’efficacité sans laquelle toute action écologique ou sociale serait rapidement déconsidérée et abandonnée.

Epilogue

En conclusion, Jane Gleeson-White souligne l’importance très souvent sous-estimée de la comptabilité dans nos économies modernes. Elle rappelle à ce titre la solidité impressionnante de la comptabilité en partie double depuis son invention : « Our modern urge to measure everything dates back to the late Middle Ages. »[20]

Au final, on ne peut que souligner la grande puissance explicative de ce livre qui a fait son succès mérité dans le monde financier anglo-saxon. Incontestablement, c’est son interrogation sur la nature et la dynamique historique de la comptabilité qui lui donne cette puissance. Et même si on peut regretter son absence de prise en compte des travaux de Fourastié, tout comme sa relative méconnaissance des débats économiques théoriques du XXème siècle, on ne peut que faire l’éloge de ce travail original, intelligent, soutenu par une grande culture générale, qui conduit à décrire de façon très précise et réaliste les origines et le fonctionnement contemporain du capitalisme.


[1] Double Entry, How The Merchants of Venice Created Modern Finance, Jane Gleeson-White, Allen and Unwin, 2012, p.3.

[2] Ibid., p.8.

[3] Ibid., p.6.

[4] La comptabilité, Jean Fourastié, PUF, Collection Que sais-je ? 1943.

[5] Ibid., p.48.

[6] Ibid., p.89.

[7] Ibid., p.89.

[8] Ibid., p.108.

[9] Ibid., p.129.

[10] Ibid., p.131.

[11] Ibid., p.161.

[12] Ibid., p.162.

[13] Ibid., p.164.

[14] Ibid., p.167.

[15] Ibid., p.169.

[16] Ibid., p.170.

[17] Ibid., p.178.

[18] Ibid., p.198.

[19] Ibid., p.224.

[20] Ibid., p.251.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.