The Reckoning (Jacob Soll, 2014) : une brillante histoire de la comptabilité en partie double et de l’Etat

The Reckoning, Financial Accountability and the Making and Breaking of Nations, Jacob Soll, Penguin Books, 2015.

The Reckoning, le titre de l’ouvrage de Jacob Soll, est un terme polysémique qui se traduit difficilement en français. Il signifie à la fois « compte », « estimation » mais exprime aussi l’idée du moment où les actions de quelqu’un sont jugées et éventuellement punies, et la meilleure traduction qu’on puisse en donner, bien qu’imparfaite, est probablement : « le décompte ». C’est en tout cas une superbe histoire de la comptabilité en partie double et de ses liens avec la construction de l’Etat moderne, et il marque clairement une prise de conscience au cœur de l’Université américaine de l’importance du rôle historique et économique de cette technique.

Jacob Soll, en effet, occupe une position de tout premier plan dans la recherche académique aux Etats-Unis. Diplômé de la University of Iowa, de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris et du Magdalen College de Cambridge au Royaume-Uni, passé par Princeton, l’Institut universitaire européen de Florence et la Rutgers University de Camden, il est depuis 2018 professeur d’histoire et de comptabilité à la University of Southern California à Los Angeles. Lauréat de nombreux prix et distinctions académiques, contributeur régulier du Boston Globe ou de la New Republic, il est aussi occasionnellement l’interlocuteur de Paul Krugman dans les colonnes du New York Times.

Signe de la pertinence de son propos et de la fertilité de son sujet d’étude, The Reckoning a connu une excellente réception dans la presse économique et financière aux Etats-Unis, James K. Galbraith, le Wall Street Journal et le Financial Times entre autres, louant tous ses grandes qualités.

The Reckoning, en effet, est une histoire brillante de la comptabilité en partie double, qui décrit en détail les moments clés du développement de cette technique, de la Florence des Médicis aux marchés financiers modernes, en passant par l’Espagne du XVIe siècle, les Provinces-Unies du XVIIe siècle, l’Angleterre et les Etats-Unis à partir du XVIIIe siècle, mais aussi la France à partir de Colbert, le ministre de Louis XIV, auquel Jacob Soll a consacré un précédent livre[1]. Un des grands intérêts de ce travail, en plus de l’excellente maîtrise de l’histoire comptable et bancaire du monde anglo-saxon, est de mobiliser en profondeur l’histoire européenne, et notamment les sources françaises puisque l’auteur parle le français et a suivi une partie de ses études en France. Cela donne une profondeur historique et une perspective comparative à ses travaux qu’on ne retrouve certes pas partout, et qui lui permettent d’apporter une caractérisation du capitalisme, de la comptabilité et de l’Etat d’une grande pertinence et d’une grande efficacité, en particulier pour ce qui concerne la rivalité franco-anglaise au XVIIIe siècle, qui débouchera sur ce qu’Éric Hobsbawm a appelé à raison la « révolution duelle » : Révolution française, Révolution industrielle.

Par ailleurs, le reproche classique qu’on peut adresser aux histoires de la comptabilité, celui de ne pas se préoccuper des conséquences monétaires de l’évolution de la comptabilité en partie double, est ici évité, au moins en partie, et c’est là également l’un des grands intérêts du livre. En effet, d’un bout à l’autre de l’ouvrage, les faits observés semblent être décrits avec une telle précision et une telle cohérence réflexive, que Jacob Soll en arrive presque naturellement à décrire les systèmes financiers et monétaires modernes qui se mettent en place dans les pays les plus avancés qui emploient et développent la comptabilité en partie double. Ce faisant, l’intérêt du lecteur se maintient et même s’accroît au fur et à mesure que les conséquences de ces faits sont poussées jusqu’au bout, puisqu’ils éclairent de façon convaincante et sous un jour nouveau des moments essentiels de l’histoire, notamment les causes de la Révolution française ou les raisons de l’effondrement de l’Empire espagnol au XVIIe siècle. Sans doute ces faits mériteraient une caractérisation plus explicite, plus développée encore, autrement dit une théorie comptable et monétaire. Mais cette observation ne change rien au fait que cette fresque historique de la comptabilité en partie double, par son ampleur culturelle, par la pertinence de sa période d’étude, par la quantité de faits fondamentaux utilement mis à jour et parfaitement décrits, est une œuvre incontournable, qui fera certainement date dans la pensée historique, comptable et économique.

Introduction

Jacob Soll introduit son livre en soulignant que la comptabilité en partie double, bien connue pour son importance dans l’économie privée, est également un outil essentiel de gouvernement depuis la fin du Moyen-Age. Le début des gouvernements modernes, c’est-à-dire les premières républiques marchandes italiennes de Gênes, Venise, Florence, où fut mise au point la comptabilité en partie double, étaient ainsi des sociétés où cette technique jouait un grand rôle et où la responsabilité financière et budgétaire (accountability en anglais), était une chose fondamentale. Soll souligne qu’au-delà du cas des Provinces-Unies, la comptabilité en partie double, comme outil de gestion des finances et du budget de l’Etat a profondément interrogé les grandes monarchies européennes à partir du XVIe siècle, même si elles ont inégalement réussi à l’utiliser à leur profit, ce qui a pu ensuite conduire à leur affaiblissement, voire à leur déclin ou à leur chute, comme dans le cas de l’Espagne au XVIIe siècle, ou de la monarchie française à la fin du XVIIIe siècle, abattue par la Révolution.

Cependant ces évènements, comme le souligne très justement l’auteur, n’ont pas conduit à résoudre définitivement les problèmes de comptabilité et de finances publiques au XIXe siècle, puisque ceux-ci ont continué à poser des problèmes récurrents à tous les grands pays industriels, que ce soit en France, en Angleterre ou aux Etats-Unis durant cette période. Ainsi note-t-il: « There has never been a perfect model of constantly accountable state. Financial accountability – both corporate and governmental – still remains elusive even in democratic societies. »[2]

Tous ces constats ne peuvent qu’interroger l’historien comme l’économiste, car ils indiquent que quelque chose de fondamental est en jeu, un problème scientifique est à résoudre. Pour faire cela, il est donc nécessaire d’examiner l’histoire de la comptabilité en partie double et de son rôle dans la formation de l’Etat moderne. En effet, comme Soll le note avec raison: « Oddly, few historians have elected to do so »[3]. Il ajoute: « It would seem natural to place double-entry accounting – a true Western invention – at the center of European and American economic history »[4]. Cette analyse introductive démontre d’emblée l’intelligence et l’aspect profondément scientifique de la démarche de Jacob Soll, qui identifie une incohérence centrale dans l’histoire économique du capitalisme, et cherche à en comprendre la raison en en suivant le fil dans l’histoire. Il cherche à savoir si cette incohérence récurrente dans les représentations de l’histoire que nous avons n’est pas le symptôme d’un problème théorique plus profond, autrement dit d’un impensé qui fausse notre lecture de l’histoire et du monde actuel.

Il souligne ensuite l’importance de la comptabilité en partie double dans l’émergence du capitalisme: « Without Double entry accounting, neither modern capitalism, nor the Modern State could exist, for it is the essential tool in calculating profit and loss, the basis of financial management »[5].

Il rappelle la grande valeur qu’accordaient des auteurs comme Smith, Marx, Sombart, Schumpeter ou Weber à la comptabilité en partie double.

Il montre ensuite que cette technique fut utilisée par de nombreux gouvernements, des républiques marchandes italiennes aux Etats-Unis contemporains, non seulement comme un outil de finances publiques, mais aussi comme un outil de formation des jeunes élites. Comme d’autres avant lui, il souligne l’impressionnante persistance de cet outil médiéval jusqu’à nos jours, ce qui doit en soi nous interroger.

Chapter 1: A Short History of Early Accounting, Politics and Accountability

Comme souvent dans les histoires de la comptabilité ou de la monnaie, Jacob Soll commence son ouvrage par un aperçu des origines et des premiers développements de cette technique, à partir de la Mésopotamie. Avec beaucoup de lucidité, il marque cependant une borne historique essentielle en distinguant les systèmes comptables des temps anciens de celui qui naît en Italie au Moyen-Age et qu’on nomme comptabilité en partie double. Il souligne avec justesse que ce dernier système marqua une évolution fondamentale et se distingua des système antiques, aussi élaborés et subtils fussent-ils. Cette distinction est bienvenue, et permet de baser son histoire de la comptabilité sur une périodisation et une conceptualisation correcte, à l’inverse d’auteurs comme David Graeber qui, tout en produisant des analyses profondes et justes de la dette, échoue à rendre compte de cette rupture historique. Ainsi Jacob Soll explique-t-il [6]:

Single-entry accounting existed in ancient Mesopotamia, Israel, Egypt, China, Greece and Rome. The Greeks, Ptolemaic Egyptians, and Arabs reached marvelous heights of civilization and mastered numbers for geometry and astronomy, but they did not manage to create double-entry accounting, so essential for the exact calculation of profit and loss.

C’est en effet l’invention du compte de profits et pertes qui marqua la profonde nouveauté du système de la partie double par rapport aux systèmes comptables anciens, et cette observation est excellente. Bien qu’il ignore les travaux de Jean Fourastié sur l’origine de la comptabilité en partie double (ce qui est vraiment dommage pour un chercheur dont une grande partie de la bibliographie est en français), il perçoit parfaitement cette caractéristique. Ce que Fourastié a montré dans son livre La comptabilité, c’est en effet que l’invention du compte de profits et pertes a résulté de l’unification des comptes de marchandises des marchands italiens avec le reste de la comptabilité de l’entreprise, comptes de marchandises dont la valeur était constamment soumise aux variations des prix. Mais tout en méconnaissant le détail de cette évolution, Jacob Soll a conscience de ses conséquences, et c’est là le plus important.

Il revient ensuite sur les premiers pas de la comptabilité en Mésopotamie en 3500 avant J.C., puis évoque la proximité de la comptabilité avec l’apparition de l’écriture. Il montre ensuite qu’à Athènes, la comptabilité gagna en importance et est de plus en plus liée à la crédibilité politique, et plus encore à Rome où elle devint une question centrale pour de nombreux hommes politiques au premier rang desquels figure Cicéron. Tenir une comptabilité correcte et juste apparaissait aux Romains comme une responsabilité essentielle du Pater familias. Les accusations de mauvaise tenue des comptes étaient régulièrement utilisées comme des arguments politiques, conduisant certains empereurs, comme Auguste, dans la lignée sans doute de César, à tenir personnellement les comptes du Trésor de l’Empire, gardé sous clefs au temple de Saturne, avec les tables de la loi romaine. Son Res Gestae montre ainsi comment il dépensait précisément les 500 millions de sesterces de revenus que produisait chaque année l’Empire, notamment en payant des constructions, des armées et des soldats. Ce document, peu connu, montre qu’Auguste utilisait la comptabilité comme un outil de gouvernement, tout comme plus tard Caligula. Le bureau de comptabilité et de finances publiques créé par Auguste continua à fonctionner, tout en se dégradant, jusqu’à Dioclétien en 311.

Cependant, aussi important et rationnel soit-il, et malgré la conscience de l’importance vitale des questions financières que possédaient les Romains, Jacob Soll montre que ce système ne possédait pas la rationalité et la puissance de la comptabilité en partie double inventée par les marchands médiévaux italiens : « The economic practices of the Roman Empire did not focus on profit and future earnings, the principal function of double entry bookkeeping »[7].

Après la chute de l’Empire en 476, les monastères continuèrent à tenir des comptabilités solides, jusqu’à ce qu’au tournant de l’an Mil, le commerce, tout comme les arts, la pensée et la comptabilité connussent un nouveau développement. Sans doute Jacob Soll passe-t-il alors un peu trop rapidement sur les évolutions importantes que connut à cette époque le monde arabe, et le monde musulman en général, où le commerce, la science et la banque suivirent un fort développement dont se nourrirent sans aucun doute les Républiques marchandes italiennes au moment de leur affirmation.

En tout cas, c’est à raison que Jacob Soll en arrive ensuite au cœur de son sujet, le moment de la mise au point progressive de la comptabilité en partie double en Italie, à compter du 12ème siècle. Il montre très justement que cette invention s’inscrivit dans un contexte général de développement du commerce, des arts et de la science, dans cette période de l’histoire que les historiens nomment la pré-Renaissance. Méconnaissant les travaux de Jean Fourastié, il décrit cependant parfaitement l’environnement stimulant dans lequel cette technique apparaît, puis s’enseigne, assez vite, dans les écoles où sont formés les fils des marchands, en même temps que les mathématiques abacus et que la philosophie et la littérature antiques.

Il rappelle alors que dès le XIVe siècle, l’Etat de la République de Gênes utilisa la comptabilité en partie double pour ses opérations financières et budgétaires, la Casa di San Giorgio jouant alors le rôle d’une banque développant et garantissant une forme nouvelle de crédit pour ses marchands. Il souligne que la comptabilité de l’Etat génois avait tout du système comptable d’un Etat moderne, avec des mécanismes de contrôle interne et d’audit.

Chapter 2: For God and Profit: The Books According to Saint Matthew

Jacob Soll revient ici sur une figure marquante des origines de la comptabilité en partie double : le marchand de Prato, Francesco Datini, qui fut l’un des inventeurs du concept de profit, et en tout cas l’un des premiers utilisateurs de la comptabilité en partie double, au XIVe siècle en Italie. Il décrit la trajectoire de ce marchand qui s’enrichit de plus en plus grâce à sa technique comptable, lui permettant de gérer une forme nouvelle de crédit dans des proportions telles qu’il se transforma progressivement en marchand-banquier possédant des succursales dans toute l’Europe. Soll montre que Datini basait son système de crédit sur le calcul du profit, non seulement pour lui-même mais pour tous ses clients qui pouvaient ainsi accéder à une forme de monnaie de crédit à proportion du profit qu’ils généraient sur la vente de marchandises dans les foires, même si Jacob Soll ne l’exprime pas aussi explicitement. Il montre aussi que Datini finança la cour du Pape grâce à son système, et s’étonnait lui-même de constater que ses concurrents, beaucoup moins prospères que lui, n’utilisaient pas la comptabilité en partie double.

Il insiste sur le fait que Datini, dont on connaît le détail des comptes et de la vie via sa correspondance et ses archives comptables, conservées intacts jusqu’à nos jours, était extrêmement pieux et catholique. Il notait ainsi au début de chaque compte la formule « au nom de Dieu et du Profit » qui résume parfaitement sa mentalité et celle des pionniers de la comptabilité en partie double.

En effet, et sur ce point Soll n’est pas aussi explicite qu’on pourrait l’espérer, la comptabilité en partie double fut largement le résultat des interdits de l’Eglise sur le prêt à intérêt, parce que cet interdit poussa les marchands à développer le crédit à partir des ventes à termes de marchandises, ne pouvant le faire à partir du prêt direct de monnaie. Ce faisant, ils précisèrent leur définition de la valeur, en basant leur technique sur la distinction fondamentale de la monnaie et des créances. C’est en faisant circuler ces dernières (matérialisées par les lettres de change), en les utilisant comme une monnaie parallèle, connectée au calcul du profit, qu’ils sont en fait parvenus à créer une monnaie de crédit nouvelle et efficace. Mais cette monnaie respectait scrupuleusement les interdits de l’Eglise sur le prêt à intérêt, et c’est pourquoi des hommes comme Datini ne voyaient nulle contradiction entre son utilisation et leur foi catholique, bien que dans les faits, ce système leur permettait de réintroduire un intérêt dans le prix auxquels ils vendaient l’émission de cette monnaie parallèle. Cela conduisit à de nombreux débats au sein de l’Eglise catholique sur la nature de l’intérêt et la nature de l’évolution des prix, débats dont la pensée scolastique porte la marque.

Jacob Soll, à l’inverse de nombreux historiens, constate donc ce fait a priori contre-intuitif de la naissance du capitalisme pendant l’une des périodes et à un des endroits les plus religieux du monde catholique. La thèse de Weber sur l’origine protestante du capitalisme est donc contestée à raison par l’auteur qui décrit bien cette réalité, ainsi que les contradictions morals évidentes qu’elle entraînait, notamment par rapport à l’utilisation froide de l’esclavage qu’elle provoquait souvent: « Datini shows that, in spite of his taste for slave girls, partridges, and fine clothes, the original capitalist work ethic of Western Europe grew from this disciplined, fearful, saint loving, Catholic, italian world of trade, with its connections to Byzantium and the Ottoman Empire. The Italian invented complex multi-partner firms, banking and double entry bookkeeping, which required an iron work ethic »[8].

Cet état d’esprit a donc paradoxalement été la conséquence de la doctrine rigoureuse de l’Eglise sur l’intérêt, confirmée et étendue par le Concile de Latran en 1179. Il est étonnant mais logique de constater que les scolastiques, comme Saint-Thomas d’Aquin lui-même, développèrent alors des conceptions sur l’analyse des prix qui débouchèrent sur des concepts comme celui de « juste prix », autrement dit le prix du marché, pour justifier les opérations bancaires des marchands. Raymond de Roover a d’ailleurs bien montré les liens qui existent entre les scolastiques et les économistes classiques[9] [10].

Jacob Soll montre ensuite comment les évolutions entraînées par cette réalité paradoxale d’un capitalisme en quelque sorte stimulée par la rigueur même des principes de l’Eglise contre l’usure a ensuite due être conciliée avec la morale catholique. Dans ce cadre, c’est la figure de Saint Matthieu, l’un des évangélistes du Nouveau Testament qui fut comptable avant sa révélation religieuse, qui joua un grand rôle, notamment à travers sa parabole des talents d’argent, qui tendait à montrer que le profit était légitime s’il était basé sur le travail.

Alors que c’est finalement la cohérence pointilleuse de l’Eglise au Moyen-Age qui conduisit à la mise au point de la partie double et au développement du capitalisme, état d’esprit dont Soll montre bien qu’il est exprimé par exemple dans l’œuvre de Dante, l’enrichissement provoqué par ce capitalisme naissant va au contraire conduire l’Eglise des siècles suivants à abuser sans vergogne des concepts « de dettes envers Dieu » ou de « remise des pêchers » initialement introduits pour justifier moralement cet enrichissement. Sans doute l’approfondissement de plus en plus hypocrite de ce paradoxe entre une doctrine de la pauvreté et une réalité économique de l’accumulation financière favoriserait-elle plus tard les contestations qui conduisirent à l’apparition de la Réforme, mais Jacob Soll ne pousse pas le raisonnement jusqu’à ce point.

Il montre en revanche que Datini, qui mourut en 1410, était torturé par la culpabilité à la fin de sa vie, et fit don de sa fortune aux pauvres et de ses archives comptables à la ville de Prato, certainement conscient de leur importance historique.

Chapter 3 : Medici Magnificience : A Cautionary Tale

Dans cet excellent chapitre, Jacob Soll, qui a étudié et connaît parfaitement l’histoire de Florence, et qui publia d’ailleurs dans le passé un livre sur Machiavel[11], décrit de façon brillante l’histoire de la banque des Médicis.

Comme il l’affirme avec clarté, l’histoire des Médicis joue un rôle essentiel dans la compréhension des origines de la banque, de la monnaie et de la comptabilité : « To understand the dual nature of accounting – a force for achievement and a possible trap – it is necessary to understand the Medici, their relationship to Florence, and their determining influence on the history of finance in Western culture »[12].

Il commence par décrire la figure centrale de cette dynastie bancaire : Cosme de Médicis (1389-1464), dit « il vecchio », marchand-banquier et comptable de haut niveau, maniant lui-même la partie double. C’est lui qui fit de la banque des Médicis une superpuissance financière à l’échelle de l’Europe, devenant l’homme le plus riche de son temps, c’est lui qui finança et impulsa la Renaissance à Florence durant sa vie. Formé dans cette ville qui était déjà le centre du monde littéraire, artistique, marchand et bancaire, Cosme reçut une formation humaniste, étudiant déjà les auteurs antiques et les mathématiques abacus. Car à Florence, même les simples artisans savaient déjà, au XIVe siècle, lire, écrire, compter et utiliser la comptabilité en partie double. Dans les académies réservées aux élites de la ville, des professeurs de grecs venus de Byzance faisaient lire à leurs élèves dans le texte original des livres inconnus d’Aristote, de Pythagore, de Platon.

Cette formation et cette lecture des auteurs antiques, combinées à la mentalité de marchand médiéval besogneux que Cosme avait hérité de son père, produisit une mentalité nouvelle chez les hommes comme lui. Non seulement une mentalité de marchand rigoureux disposant d’une technique comptable nouvelle et infiniment efficace, mais aussi un sens du pouvoir et des grandes affaires que la fréquentation des grands auteurs antiques assurait. Ainsi Soll dépeint-il la culture de Cosme : « It was a heady mix of money and ancient philosophy that, not surprisingly, gave elite Florentines a sense of empowerment »[13]. L’auteur insiste sur la différence culturelle fondamentale existant entre Cosme et Datini, homme possédant certes une certaine culture générale mais étant surtout voué au culte franciscain et à celui de la Vierge Marie. Un monde sépare les deux hommes, Cosme était pleinement conscient de sa puissance financière et n’en éprouvait pas de culpabilité. Bien au contraire, cette puissance nourrissait ses ambitions et soutenait la vision du monde que lui apportaient sa culture antique.

Soll décrit son caractère prudent et discret, fuyant toute ostentation, évitant les apparitions en public et toujours proche du peuple dont il défend les intérêts : « The Medici family was politically tied to the poorer factions of Florence but Cosimo – famously unostentatious, preffering a mule to a horse – was still a cultural elitist and one of the greatest patrons of culture and history »[14].  Machiavel le décrirait comme prudent et astucieux dans son ascension vers le pouvoir, mais également comme ayant amené la peur dans l’Etat. En effet, Cosme construisit peu à peu un réseau de pouvoir et d’information dans toute l’Europe, son bureau devenant le centre de la politique européenne. Il utilisa sa banque pour faire des prêts à Venise et s’allier avec elle, devenant ainsi le leader d’une coalition du nord de l’Italie basée sur sa puissance financière. Il fut également le principal financeur de l’Eglise et du Pape.

Jacob Soll détaille le système financier mis au point par Cosme, et il comprend parfaitement qu’il s’agit du même système de crédit que celui de Datini, mais à une échelle plus large [15]:

When a cardinal, a statesman, or another merchant wanted to borrow money, say, five hundred florins, he could approach a banker like Cosimo, who would write a bill of foreign currency exchange. The purchaser of the note promised to pay the sum back to the Medici. The Medici would then draw up a bill of exchange for the same sum and send it to London or Bruges and exchange it at a profit. Dealing in such exchanges, the Medici earned annual profits between 13 and 26 percent. The purchaser paid back the original sum, and the Medici kept the other profits – all legally in the eyes of the church. Along with exchange, the Medici lent money to states and its own city government, often collecting taxes in Florence and Tuscany as repayment. They also maintained deposit accounts for wealthy figures (popes and cardinals among them), invested in farms and cloth production, and traded in everything from almonds to unicorn tusk.

On peut donc ajouter que ce que la banque des Médicis mettait progressivement en place via sa banque, c’était une monnaie de crédit nouvelle au bénéfice de l’Etat florentin, mais qui était créée non à partir des prêts bancaires, comme dans nos systèmes modernes, mais à partir des ventes à terme de marchandises et d’opérations de change. Cela avait pour conséquence que cette monnaie de crédit ne pouvait se développer qu’à mesure que le profit lui-même se développait, et c’est ce qui garantissait son efficacité. On retrouvera ce système très longtemps dans l’histoire, en fait jusqu’au XIXe siècle, au moins de façon résiduelle, et c’est à Florence, ainsi sans doute qu’à Gênes, qu’il fonctionna pour la première fois grâce à la banque des Médicis.

Jacob Soll souligne ensuite que Cosme de Médicis développa largement les arts dans sa ville, que ce soit à travers la peinture et l’architecture. Les artistes et les humanistes, tout comme les citoyens de base, l’aimaient pour toutes ces raisons, ce qui renforçait sa légitimité à Florence et son prestige à l’extérieur. Cette puissance, Soll insiste sur ce point, résidait avant tout dans sa maîtrise de la comptabilité en partie double: « Double entry became a necessity of banking because no other practice could have guaranteed that so many complex transactions could be calculated for profit and recorded in real time »[16].

Mais Soll montre ensuite parfaitement que cette évolution de l’obscure et puissante comptabilité médiévale vers les raffinements de la civilisation de la Renaissance, évolution que Cosme synthétisait à la perfection, connut ensuite une crise. En effet, les hommes qui lui succédèrent, habitués à l’opulence, nourris de la culture la plus brillante qui soit, commencèrent à mépriser la comptabilité et le commerce, les considérant comme des activités laborieuses, ennuyeuses, voire méprisables et immorales. D’une certaine manière, si Cosme avait introduit et invité dans ses écoles les plus grands spécialistes de la pensée grecque antique, réintroduisant l’apprentissage du grec en occident, cela se retournait contre la base de sa puissance. L’équilibre acquis entre antiquité et foi médiévale, incarnée dans la pensée d’auteurs comme Ficino, ou de peintres comme Botticelli et Donatello, qui voyaient la science, l’art, le bonheur sur terre prônés par les antiques comme les moyens concrets de se rapprocher du Dieu biblique, cet équilibre fut rompu. Il semble qu’en même temps que les marchands gagnaient en puissance et en arrogance, et prétendaient désormais imposer leur logique économique à toute chose, les intellectuels pétris de culture antique commencèrent à les rejeter et à se distinguer d’eux, refusant d’avilir leur savoir à de simples objectifs commerciaux. Ainsi, des hommes comme Pic de la Mirandole illustrent ce mouvement au XVe siècle.

Jacob Soll souligne combien cette fracture nouvelle traversa en plein cœur la famille des Médicis. Les enfants de Cosme, en effet, en particulier Laurent qui lui succéda et resta dans l’histoire comme Laurent le Magnifique (1449-1492), avaient une faible formation comptable et, à l’inverse, un goût esthétique et sensuel extrêmement développé. Celui que Machiavel, qui fut son ennemi, désignait comme « une prostituée manquée », était en tout cas le grand protecteur des arts, l’ami de Léonard de Vinci, Michel-Ange ou Ghirlandaio, mais aussi un piètre comptable qui, contrairement à son père, abandonnait les commandes essentielles de la banque à ses collaborateurs et vidait les trésors accumulés en des dépenses somptueuses. Francesco Sassetti (1421-1490), devint le directeur de la banque, mais se dispersa lui-même dans la vie dissolue et artistique de la cour de Laurent, laissant les différentes succursales européennes de la banque se compromettre dans des opérations trop risquées et abandonnant la discipline de fer de Cosme.

Jacob Soll rappelle qu’à cette époque (la fin du 15e siècle), la banque des Médicis finançait les cours de toute l’Europe grâce à son système, ce qui la rendait puissante mais fragile, et soumise aux défauts de paiement d’Etats étranger. C’est ainsi qu’Edouard IV d’Angleterre, en 1469, ne paya pas la dette qu’il avait contracté à l’occasion de la guerre des Deux Roses. En 1479, c’est Charles le Bon, le puissant Duc de Bourgogne, qui fit à son tour défaut, sa dette représentant des sommes astronomiques, trois fois le capital total de la succursale des Médicis à Bruges. Enfin, c’est finalement la succursale de Lyon qui emporta la banque des Médicis, lorsque des crédits douteux ne furent pas remboursés, et alors que des taux d’intérêts de 105% auraient dû alerter Saccetti, alors occupé à ériger ses somptueux palais. Quand il revint d’un voyage à Lyon en 1488, Sassetti avait perdu sa fortune et sa place à Florence, et il en fut définitivement exclu par Machiavel. Certes Laurent le Magnifique revint ensuite au pouvoir, puisque ce pouvoir des Médicis n’était paradoxalement plus lié à la banque mais au peuple, et les Médicis devinrent alors une dynastie parmi d’autres en Europe, donnant par exemple deux reines à la France. Mais pour Soll, l’incurie et l’oubli de la rigueur comptable de Cosme conduisit à la destruction de cette banque mythique.

On peut cependant dire que les problèmes de gestion n’étaient pas l’unique raison de la faillite. En effet, ce qui s’est passé avec la banque des Médicis au XVe siècle, et qui se reproduira ailleurs en Italie, est peut-être davantage l’échec d’un des premiers systèmes de monnaie de crédit moderne, qui ne parvint pas à devenir un système de monnaie de crédit à l’échelle de l’Europe. En effet, si les cours européennes voulaient l’utiliser pour disposer de plus grands moyens financiers et puisqu’elles n’en maitrisaient pas la technique, il faut souligner que la ville de Florence, malgré sa puissance à cette époque, n’était probablement pas suffisamment solide pour garantir son fonctionnement à l’échelle où elle prétendait le faire. C’est la raison pour laquelle les défauts de paiement entraînèrent sa chute. En vérité, seule l’instauration d’un tel système à l’échelle de chaque pays, basé sur chaque Etat, était en mesure d’en assurer le bon fonctionnement, et c’est ce qui fut fait progressivement et difficilement, à l’issue de très nombreuses crises dont la suite de l’ouvrage rend très bien compte. Mais pour la première fois, à Florence, au moins à l’échelle d’une ville, un système de monnaie de crédit, émis à partir des ventes à terme des marchandises, utilisé par l’Etat et garanti par lui, se mit à circuler. Il faut mettre au crédit de Jacob Soll d’avoir souligné que c’est grâce à la maîtrise de la comptabilité en partie double que les Médicis et leur banque purent arriver à ce résultat historique, qui assura pour longtemps la prospérité et le prestige de Florence dans le monde.

Chapter 4: The Mathematician, The Courtier and the Emperor of the World

Dans cet autre passionnant chapitre, Jacob Soll commence par revenir sur la figure de Luca Pacioli, le grand diffuseur de la partie double, via son fameux traité publié en 1494. Après avoir décrit son parcours et sa vaste culture, il montre que Pacioli était convaincu que ce sont les marchands qui maintiennent les Républiques. Mais Soll s’intéresse surtout à la réception du traité de Pacioli au XVIe siècle, et il affirme que celui-ci mit du temps à être véritablement étudié à fond. On peut s’étonner de ce constat comme du relatif désintérêt que Jacob Soll semble montrer à l’étude des institutions de Venise, qui furent clairement les plus en avance au XVIe siècle avec celles de Gênes, et qui conduisirent la Sérénissime à connaître une trajectoire économique inconnue jusqu’alors, associant entreprises commerciales, banque publique, comptabilité en partie double et développement considérable de la productivité. C’est dans une large mesure à Venise que les Provinces-Unies trouveraient au siècle suivant les institutions qui leur permirent de se développer, comme Jacob Soll le détaillera dans le chapitre suivant. Il est dommage qu’il oublie l’histoire bancaire et économique de cette ville, où c’est là à l’évidence que les traités de Pacioli furent les plus lus et utilisés au XVIe siècle.

Jacob Soll en vient néanmoins ensuite à un sujet essentiel de son livre, celui de l’histoire comptable et bancaire de l’Empire mondiale de Charles Quint, sur lequel le soleil ne se couchait jamais. Pour gérer cet empire, il montre que l’empereur avait bien peu de culture comptable et qu’au lieu de s’enticher du traité à la mode de l’époque, qui décrivait avec vanité la façon d’être un bon courtier, c’est-à-dire un homme élégant en société, Charles Quint eut été mieux inspiré de lire le livre de Luca Pacioli sur la comptabilité en partie double. L’empire espagnol, en effet, connaissait de grandes faiblesses d’organisations administratives et financières dès le début du XVIe siècle. Les finances publiques de l’empire étaient certes gérées par la Casa de Contraccion où était présents certains marchands qui connaissaient la comptabilité en partie double, mais le système bancaire de l’empire était largement géré, pour sa part, par la République de Gênes et les banquiers d’Augsbourg, en Allemagne.

Jacob Soll ne fait pas une analyse monétaire de cette situation, mais il faut souligner que nous retrouvons ici exactement le schéma du chapitre précédent, avec une petite cité-Etat très efficace d’un point de vue du système bancaire et monétaire qui se retrouve en position d’assurer le financement de l’économie d’une immense zone géographique : l’empire espagnol. Gênes, en effet, comme Florence un siècle avant et comme Venise, faisait fonctionner et garantissait une monnaie de crédit émise à partir de la vente des marchandises, et ce système était garanti et utilisé par l’Etat, c’est-à-dire que la petite République disposait d’un système monétaire presque aussi moderne que ceux que nous connaissons aujourd’hui. Mais ce système monétaire allait se retrouver comme aspiré dans l’empire espagnol, qui avait besoin pour sa cohésion et sa défense de cette forme de monnaie de crédit nouvelle, tout en étant techniquement incapable de le mettre en place par lui-même. Cette contradiction, il n’est pas exagéré de le dire, et l’échec sur lequel il allait déboucher avec la banqueroute et la fin du système monétaire de crédit à la fin du XVIe siècle, allait conduire à l’étranglement de l’économie de l’empire par manque de monnaie de crédit et ensuite à sa défaite militaire. Cette évolution est d’ailleurs attestée par l’évolution des prix en Espagne, qui après une période d’expansion au XVIe siècle, se contractèrent au XVIIe siècle[17]. L’empire avait ainsi été vaincu à la fois par l’efficacité monétaire de ses ennemis internes, en particulier les Provinces-Unies, et par l’organisation militaire de ses ennemis extérieurs, en particulier la France.

Sans poser explicitement le diagnostic monétaire qui s’imposerait, Jacob Soll décrit cependant avec brio les problèmes budgétaires et comptables dans lesquels le gouvernement espagnol se débattit en permanence pendant un siècle et demi.

Ainsi, Charles Quint tenta de centraliser la collecte des impôts dans l’empire, et de les réunir dans un même compte. Avec la Pragmatique Sanction de 1552, il obligea tous les comptes des marchands à être tenus en partie double, ce qui démontrait bien la conscience de ce besoin. Un facteur général devait être responsable de la mise en place de ce système de partie double pour l’empire entier, mais Charles Quint ne put jamais mettre en place cette réforme, et il abdiqua en 1556, en laissant une énorme dette publique due aux étrangers à son successeur.

Mais Philippe II non plus ne mit pas en place le système de la partie double dans l’Empire. Vivant dans un monde virtuel au palais de l’Escorial, le « roi administratif », comme on l’appelait, passait des journées entières à essayer de traiter la quantité phénoménale de dépêches qu’il recevait des quatre coins de l’empire, sans parvenir à dégager une politique cohérente de cette activité. L’auteur rappelle que chaque année, 100 000 documents passaient sur son bureau, et que les réponses que le roi adressait à ses correspondants pouvaient parfois arriver 7 ans après la requête initiale. Le roi, hanté par les questions monétaires, passait beaucoup de temps à essayer d’étudier la pensée des scolastiques, notamment celle de Saint-Thomas d’Aquin et son concept de juste prix, mais ne comprenait ni la comptabilité ni les finances publiques. Soll montre qu’il éprouvait de la frustration et parfois du dédain envers ces disciplines, ce qui ne facilitait pas la mise en place d’un système rationnel.

Cependant, comme l’énorme dette publique s’accroissait sans cesse, faisant poindre le risque de banqueroute, il tenta de nommer des responsables pour remédier à ces problèmes financiers, comme Ovando, le membre de l’Inquisition (qui ne s’occupait pas seulement de répression religieuse). Ovando considérait que les trois principales institutions espagnoles échouaient à rendre compte des informations économiques et budgétaires essentielles à l’Etat, et il chercha à introduire des réformes. Il prévoyait notamment l’instauration d’un conseil unique des finances sur le modèle de la vice-royauté de Naples, en prenant soin d’en exclure les prêtres et les juristes, et tout en demandant l’implication directe du roi. Bien qu’il ne connût par la partie double, il tacha d’élaborer un compte central pour l’empire, et chercha à mettre en place une administration unifiée pour la comptabilité. Tout ceci était fait, dans l’esprit d’Ovando, afin de réduire la dette de l’Etat et de mener une politique plus équilibrée de dépenses et de recettes, politique contre laquelle s’opposèrent farouchement les militaires et les ministres, qu’Ovando tenait pour sa part pour des ignorants en matière financière.

Ici, de nouveau, une analyse monétaire s’impose, même si Jacob Soll ne s’y aventure pas complètement. Certes, la volonté d’Ovando d’améliorer la transparence et la rationalité des finances publiques était tout à fait logique, mais autre chose était en jeu, c’était la politique monétaire. Ce qu’indiquait le fort endettement de l’empire espagnol auprès de Gênes, c’était le besoin criant d’un système monétaire de crédit pour développer l’économie de l’Empire. Partout où une monnaie de crédit efficace était gérée à partir de la partie double, c’est-à-dire dans les cités Etats italiennes et plus tard en Hollande et en Angleterre, l’Etat l’utilisait pour financer ses dépenses militaires, et une banque publique garantissait la valeur de cette monnaie en cas de crise de la dette. Ce faisant, la dette publique était devenue une contrepartie essentielle de ces systèmes monétaires de crédit, et c’est ce qu’ont bien perçu les économistes chartalistes, bien qu’ils aient occulté l’importance de la part privée et commerciale de cette monnaie de crédit. Mais dans ce système, en cas d’envol de la dette publique, les Etats recouraient à une méthode qui fut réutilisée régulièrement jusqu’au XXe siècle par les Etats en guerre : la convertibilité de la monnaie de crédit était suspendue. Dans ce cas, cette monnaie devenait donc une monnaie purement immatérielle fonctionnant d’une part à partir des ventes à terme de marchandises des marchands et d’autre part en contrepartie des dépenses de l’Etat, dont la dette était ainsi gérée directement en interne. C’est ce système dont l’empire espagnol, comme de nombreux autres Etats par la suite, avait besoin pour son développement et c’est cela qu’il fut incapable de mettre en œuvre avec ses propres forces. Aussi la dette publique qu’il contractait à l’étranger, à Gênes et à Augsbourg, auprès de banquiers qui maitrisaient ce système mais pour de petits Etats, représentait un danger permanent. En effet, même si elle l’avait voulue, la République de Gênes était incapable de garantir une monnaie de crédit à l’échelle de l’empire espagnol. Aussi, quand la dette publique espagnole était menacée par la banqueroute, la monnaie de crédit génoise elle-même était menacée par la crise financière, c’est-à-dire l’ajustement brutal, autrement dit la disparition massive. C’est cela qui se produisit dès la fin du XVIe siècle, et cela conduisit à une forme de déflation durable à l’échelle de l’Espagne qui porta un coup mortel à son économie et à son armée. En effet, l’opposition des militaires espagnols à la politique d’Ovando doit aussi se comprendre dans ce sens qu’ils étaient sans doute conscients que sa politique d’équilibre budgétaire ne pouvait que conduire à la rétraction de l’expansion militaire de l’armée impériale, ce qui devait leur apparaître comme une préconisation financière intolérable. Il ne serait pas difficile de montrer que la nécessité des dépenses militaires, à toute époque, a joué un rôle essentiel dans la mise en place d’une monnaie de crédit moderne et rationnelle, et le cas de l’Espagne l’illustre aussi bien que de nombreux autres.

Les descriptions de Jacob Soll alimentent d’ailleurs tout à fait cette vision des choses, puisqu’il explique avec beaucoup d’acuité que des mémoriaux internes aux agents espagnols en charge de négocier la dette avec les Génois affirmaient qu’ils n’avaient aucun outil financier pour réaliser cette négociation dans les faits.

En tout cas, Ovando est si contesté qu’il finit par être évincé par le roi, qui cherche ensuite à recruter des comptables professionnels pour réaliser sa réforme des finances publiques, comme Pedro Luis Torregrossa (1522-1607). Celui-ci veut établir un système de comptabilité publique à partir de la comptabilité en partie double, qu’il cherche à mettre en place à l’aide de Bartolomé Salvador de Solorzano le premier espagnol à avoir publié un traité sur la partie double, très influencé par Pacioli, et qui travaillait comme marchand à Séville.

Torregrossa parvient en partie à établir son système de comptabilité publique en 1600, deux ans après la mort du roi, mais sa réforme échoue, notamment par manque de comptables compétents dans l’empire pour la mettre en œuvre sur le terrain. Le bureau central de Torregrossa, qui meurt en 1607, ne fonctionna jamais, et l’Espagne, après la banqueroute, continuera à s’endetter de façon anarchique, sans qu’un système monétaire rationnel, pourrait-on ajouter, n’ait jamais vu le jour. La Guerre de Trente Ans finira d’emporter l’empire dans le tourbillon et mettra à jour l’incurie du système comptable espagnol.

Avec beaucoup d’à-propos, Jacob Soll rappelle alors combien l’Espagne, ses élites comme son peuple, doutait d’elle-même et s’enfonçait dans les difficultés économiques bien avant la Guerre de Trente Ans. Pour nous en convaincre, il montre comment Cervantès, dans son célèbre Don Quichotte, décrivait la misère de la noblesse espagnole, mais aussi des soldats, des étudiants. L’absence de payes en temps et en heure, l’appauvrissement des masses, tout ceci conduisait à cette impression de comédie à la fois grandiose et fragile dont la monarchie espagnole donnait partout le spectacle.

On ne peut sous-estimer le rôle que joua l’archaïsme du système monétaire et l’incapacité à le réformer dans cette évolution. Cela est d’autant plus vrai qu’au cœur-même de l’empire, dans ces Flandres qui en représentaient le poumon économique, les Provinces-Unies s’étaient rebellées et avaient mis en place, dans le contexte de la lutte permanente pour leur survie, un système financier et monétaire moderne et efficace, inspiré des meilleures institutions des Cités-Etats d’Italie, et qui défiait la puissance militaire de l’Espagne. C’est à l’étude de ce système que Jacob Soll consacre la suite de son analyse.

Chapter 5 : The Dutch Audit

Au XVIe siècle, selon l’auteur, la Hollande commença à remplacer l’Italie comme centre du commerce international. Anvers était une des plus riches cités au monde, mais aussi le centre de la comptabilité en partie double, puisque le traité de Luca Pacioli avait été lu et répandu dans cette ville plus que partout ailleurs (même si encore une fois, l’auteur sous-estime sans doute quelque peu Venise, surtout à cette époque).

Le cas des Provinces-Unies illustre ainsi parfaitement combien l’implantation et le développement de la comptabilité en partie double par l’Etat n’est pas allé de soi, et a nécessité une lutte et une volonté de tous les instants. La Révolte des Gueux qui débouche sur la Guerre de Quatre-vingt Ans (1568-1648) a conduit à l’indépendance et à l’instauration de facto de la République aux Pays-Bas en 1581.

D’ailleurs la perte des impôts perçus par l’Espagne en Hollande a joué un grand rôle dans la banqueroute de l’empire, de même que la hausse permanente de cet impôt a poussé les Provinces-Unies à la révolte. Philippe II ne pouvait pas supporter l’idée que les Flandres abandonnent la foi catholique et il conduisit le siège d’Anvers avec son armée, entraînant la fuite massive de 60 000 habitants vers Amsterdam, depuis devenue la principale ville des Pays-Bas et qui devint alors progressivement le centre du monde capitaliste, ainsi que le centre mondial de l’expertise comptable.

De façon tout à fait significative, Jacob Soll rappelle qu’un poète du XVIIe siècle écrivit des vers dans lesquels il affirmait que la comptabilité en partie double était le secret de la richesse de Gênes, Venise et Florence et que c’est en l’adoptant qu’Amsterdam accéda elle-aussi à la puissance [18]:

This was the fam’d and quick invention, which

Made Genoa, Venice and Florence rich:

The Low-Countries (in all senses such)

By this Art now speaks high and mighty Dutch

Jacob Soll détaille alors les institutions d’Amsterdam, qui, à l’inverse de celles de l’Espagne et à l’instar de celles de Venise, étaient d’une modernité étonnante. Ainsi la banque de change d’Amsterdam, la Wisselbank souvent considérée comme l’ancêtre des banques centrales d’aujourd’hui est créée. Elle était fortement liée à la bourse des valeurs puisque les lettres de change étaient émises à partir de la vente à terme des marchandises, et que la bourse d’Amsterdam n’allait pas tarder à devenir la plus importante au monde. En fin de compte la Wisselbank garantissait les lettres de change des différentes banques et de l’Etat contre le risque des crises financières, mais Soll ne détaille pas son rôle. Il note en revanche: « Dutch banks offered loans that could be directly invested in merchandise futures ».[19] Et il ajoute: « There was a general consensus that double-entry accounting was necessary knowledge »[20].

Il montre ensuite qu’armées de ces institutions intelligentes, les Provinces-Unies s’enrichirent de façon considérable et exploitèrent même à leur profit les richesses de l’Empire espagnol mieux que l’Espagne elle-même : « Much of theses riches came from the Spannish Empire, which Holland exploited more profitably than the Spannish themselves »[21].

En vérité, on peut dire que les difficultés que l’Espagne rencontrait pour mettre en place un véritable système de monnaie de crédit sur son territoire conduisaient en quelque sorte les Néerlandais, qui y étaient parvenus, à jouer un rôle monétaire qui dépassait leurs simples frontières, ce qui, comme l’avait montré l’exemple de Florence, pouvait aussi présenter des dangers.

Jacob Soll montre comment les Provinces-Unies devinrent après la Révolte des Gueux un lieu d’émulation intellectuelle et culturelle, et d’innovation monétaire et financière. Ainsi la comptabilité en partie double devint un élément central de l’éducation des jeunes élites néerlandaises, dans ce qui était nommé les « écoles françaises » de façon assez paradoxale, puisque la France était loin d’être aussi avancée à cette époque dans le domaine de la pensée monétaire et comptable. Des figures centrales de l’histoire de la comptabilité, comme Jean Ympyn, Valentyn Meunher ou Claes Pietersz enseignaient alors dans ces écoles, formant les élites économiques les plus compétentes du monde, et dépassant sans doute Venise à ce moment-là en termes théoriques et pratiques.

C’est dans cet environnement plein d’intelligence et d’audace institutionnelle qu’est formé le Prince Maurice, Stathouder des Provinces-Unies à partir de 1584. Jacob Soll décrit la formation de ce grand chef d’Etat, qui connaissait aussi bien les grands auteurs classiques, les mathématiques, les sciences de l’ingénieur qui permettaient de faire la guerre à l’Espagne que la comptabilité en partie double qu’il utilisera personnellement plus tard.

Etudiant à l’Université de Leiden, le Prince Maurice y devint très proche ami avec un jeune étudiant de basse condition sociale : Simon Stevin, qui serait plus tard son Ministre des Finances, l’un des concepteurs de la Banque d’Amsterdam et des brillantes institutions monétaires des Provinces-Unies, et un fin spécialiste de la comptabilité en partie double, à laquelle il consacra plusieurs traités, et qu’il enseigna à Maurice. Jacob Soll décrit ainsi cette étonnante amitié basée sur la communion intellectuelle, possible seulement à cette époque dans une République distinguée comme l’étaient les Provinces-Unies [22]:

That a Prince and a lowborn (indeed bastards) engineer would meet at University and become friends was already a European anomaly. That Stevin would teach the Prince double-entry bookkeeping was another.

Jacob Soll rappelle que Simon Stevin était un comptable hautement qualifié : « His achievements far surpassed those of Pacioli »[23]. Maurice, qui connaissait et comprit la supériorité intellectuelle de son ami, l’utilisa au mieux dans tous les domaines une fois qu’il fut Stadhouder. Ainsi Stevin se vit nommé inspecteur des digues (poste ô combien stratégique dans les guerres que mènèrent les Provinces-Unies), et administrateur en chef des armées. Il publia en 1604 un Traité de comptabilité pour les Princes, qui rencontra un grand succès. Il y recommandait l’utilisation de la partie double pour la gestion budgétaire, et condamnait fermement ceux qui s’opposaient à cette technique dans les différentes administrations municipales des Provinces-Unies. Il concèdait que la partie double était difficile à assimiler mais il insistait sur le fait qu’il était nécessaire de le faire. Cette histoire financière et comptable des Provinces-Unies, cette amitié féconde entre un Prince connaisseur des questions économiques et un Ministre plein d’initiative et d’intelligence est impressionnante. La réussite des Provinces-Unies, c’est-à-dire l’indépendance acquise en 1648, fut à l’évidence basée sur leur ouverture culturelle et leur promotion de l’intelligence, et elle contraste cruellement avec l’échec de leur principal ennemi : l’immense empire espagnol. Jacob Soll peint parfaitement les ressorts de cette lutte à mort, et démontre comment la petite province vivant en dessous du niveau de la mer a réussi, comme Venise avant elle, à s’égaler et à vaincre une puissance territoriale aux dimensions mondiales. Les « Gueux » des Provinces-Unies, comme les nommaient avec condescendance les dirigeants espagnols, réussirent cet exploit avant tout par l’intelligence de leur politique comptable et, devrait-on ajouter, par l’intelligence et la modernité de leur politique monétaire. Jacob Soll résume bien cette trajectoire historique : « Holland had achieved what Spain never could. It was the first time a Prince – albeit a republican one – learned double-entry accounting  and used it for political administration »[24].

Jacob Soll rappelle ensuite combien la Compagnie des Indes Orientales jouait un rôle central dans les institutions des Provinces-Unies, en lien avec la Bourse, et combien la comptabilité avait un grand rôle dans le fonctionnement de cette compagnie. Il explique que la discipline et l’audit étaient des traits essentiels de la comptabilité de la compagnie.

Jacob Soll ne s’aventure sans doute pas suffisamment sur le terrain de l’analyse monétaire, mais il est clair que c’est bien un rôle monétaire que jouait la compagnie des Indes Orientales, puisqu’elle permettait, via le commerce de marchandises à la bourse et le profit qu’elle en retirait, d’émettre un grand nombre de lettres de change qui faisait en fait office de monnaie de crédit pour les Provinces-Unies. Ces lettres de change avaient l’obligation d’être payées à la Banque d’Amsterdam, et celle-ci faisait d’ailleurs des avances de cette monnaie de crédit nouvelle à l’Etat, comme à Venise[25], permettant ainsi de financer les dépenses militaires de celui-ci de façon efficace, ce qu’était incapable de faire l’Espagne. Il faut souligner que la Compagnie des Indes Orientales néerlandaises, qui représentait une innovation par rapport à la situation de Venise, jouait en quelque sorte le rôle d’un marchand-banquier national pour les Provinces-Unies, puisqu’elle permettait la circulation d’une monnaie de crédit à partir du commerce des marchandises. Et comme cela se produisit pour tous les marchands-banquiers depuis leur apparition au XIVe siècle, leur monnaie de crédit basée sur des créances qui circulaient furent soumises à des crises financières qu’il fallut affronter, et c’est ce que fit l’Etat néerlandais.

En 1607 et 1609, Jacob Soll explique ainsi que la compagnie affronta de violentes chutes de sa valeur, atteignant 50%. Ses taux d’emprunt s’envolèrent de 6,4% à 18%, provoquant une crise au sein du Heren Seventien (le conseil des 17 qui dirigeait la compagnie). Les rumeurs et les critiques s’abattirent sur le conseil, on l’accusa de corruption, d’enrichissement personnel, de manipulation des cours de bourse. Beaucoup réclamèrent un audit mais le Prince Maurice, conscient de l’importance vitale de la Compagnie pour le financement de la guerre contre l’Espagne, tint bon, soutint le Heren Seventien et trancha en faveur d’un audit interne, qui n’affaiblit pas la Compagnie. Il faut ajouter aux analyses de Soll que grâce à cette décision, le Prince Maurice de Nassau permit en fait de maintenir le système monétaire des Provinces-Unies, ce que ses connaissances économiques et financières lui permettaient de faire. Peu d’hommes politiques, en de telles circonstances, surent agir avec son intelligence et sa fermeté dans le sens d’un soutien aux opérations financières de la Compagnie, que peu de gens comprenaient. Cette décision se compare à celles que prirent en de telles occasions Cosme de Médicis au XVe siècle, le Doge de Venise à la fin du XVIe siècle, ou encore Robert Walpole au XVIIIe siècle en Angleterre. Elle permit au système monétaire des Provinces-Unies de poursuivre son expansion et de stimuler le développement de l’économie et de l’armée néerlandaise à une époque où l’Espagne suivait le chemin inverse.

Johannes Hudde (1628-1704), était à la tête du Heren Seventien, il tâcha de mener l’audit interne qui visait à améliorer la comptabilité de la Vereenigde Oost-Indische Compagnie (VOC). Ses réformes allèrent dans le sens d’une meilleure évaluation des actifs de la Compagnie et d’une meilleure anticipation des profits. Cependant, Jacob Soll souligne que la VOC n’utilisait pas la comptabilité en partie double et que Hudde échoua à l’implanter. Cela ne manque pas de surprendre pour une entreprise qui jouait le rôle de marchand-banquier étatique, pour les Provinces-Unies, mais la partie double était en tout cas utilisée à la Banque d’Amsterdam, où les entreprises avaient l’obligation de dénouer toutes leurs opérations basées sur des lettres de change.

Jacob Soll décrit ensuite l’âge d’or des Provinces-Unies, après l’indépendance, entre 1652 et 1672, sous le gouvernement du Grand Pensionnaire de Witt, quand la province devint le centre des arts, de la culture, de la philosophie et de la tolérance et fut alors l’ennemie de ses deux puissants adversaires : l’Angleterre et la France. Les Anglais en particulier combattirent à de nombreuses reprises les Hollandais entre 1650 et 1660. Dans le Nouveau Monde, ces guerres aboutirent à ce que la capitale des Nouveaux-Pays-Bas fut capturée par les Anglais en 1664 : Manhattan.

A leur tour, les Français envahirent les Pays-Bas en 1672, provoquant la chute et le lynchage des frères de Witt, sous la pression des princes d’Orange, désireux de reprendre le cours de leur pouvoir héréditaire. Malgré le soutien d’homme comme de la Court, qui pensait que le pouvoir des marchands devait être défendu contre celui des Princes et pensait que la responsabilité budgétaire des dirigeants était la meilleure réponse contre la tyrannie monarchique, les frères de Witt furent balayés par la conjonction d’intérêts contraires. Cependant, la leçon qu’avaient administré les Provinces-Unies au monde pendant un siècle, celle qu’avec une organisation financière adéquate on pouvait s’enrichir et tenir tête à d’immenses empires, cette leçon ne fut pas oubliée et conduisit au développement de la comptabilité en partie double. Ainsi Jacob Soll conclue ce chapitre en l’expliquant :

Accounting had come of age, but it had not imposed reason yet. Indeed, many saw just how powerful double entry could be, and like de la Court, they understood that it could threaten absolute power and entrenched interests. From now on, politics and accounting would be admired and emulated, but also feared. The bloody end of the de Witt brothers presaged a long struggle to bring mathematical clarity and accountability to politics.[26]

Chapter 6: The Accountant and the Sun King

Dans ce chapitre, Jacob Soll revient en détail sur l’histoire comptable et financière du règne du Roi Soleil : Louis XIV, et de son Ministre des Finances Jean-Baptiste Colbert. Il souligne la qualité de la formation que reçut Louis XIV, et sa grande diversité, y compris en termes comptables. Il montre que si le roi était convaincu du droit divin de son pouvoir, cela ne l’empêchait pas de favoriser les lettres et les arts et de promouvoir l’intelligence dans son gouvernement. Ainsi, son maître et ministre, le cardinal Mazarin, lui avait-t-il conseillé sur son lit de mort d’employer les services de son comptable personnel, Jean-Baptiste Colbert. Aussi comme le souligne très justement Jacob Soll, par ailleurs spécialiste de Colbert et auteur d’un ouvrage à son sujet : « The monarchy was managed by a top accountant, a man versed in the practices of double-entry »[27].

En effet, Colbert, très proche du jeune roi, lui enseigna la comptabilité en partie double, et il lui montra l’utilité qu’il pouvait retirer du système comptable centralisé qu’il avait instauré pour la France. Soll montre en effet que Colbert connaissait parfaitement la comptabilité en partie double, sa famille étant en fait une famille de marchands-banquiers installée à Reims, et disposant de nombreuses connections avec l’Italie, notamment le marchand Ponticelli. Il travailla à Lyon comme jeune comptable chez les Mascranni, y apprit la partie double, puis devint juriste financier à Paris avant de faire la rencontre de Mazarin et de devenir son comptable personnel. Bien que Mazarin le trouve initialement présomptueux et vulgaire, il comprit rapidement qu’il était un collaborateur indispensable. En effet, les deux hommes étaient complémentaires, Mazarin disposant d’une énorme richesse à gérer, et Colbert disposant d’une grande capacité technique à utiliser. En quelques années, la fortune personnelle de Mazarin passe de 8 millions de livres en cash à 35 millions sous l’effet de la gestion de Colbert.

C’est ainsi que Mazarin finit par le recommander au roi sur son lit de mort et que Colbert devint le comptable et le confident du roi.

Jacob Soll rappelle combien des hommes comme Adam Smith louèrent Colbert pour son action comptable et budgétaire, si ce n’est pour sa politique d’industrialisation et de mercantilisme.

Il montre aussi combien la chute de Fouquet a été suivie de près et instrumentalisée par Colbert, qui tenait à prouver par sa comptabilité que celui-ci s’était rendu coupable de trahison.

Soll montre ensuite comment Colbert apprit la comptabilité en partie double à Louis XIV, lui expliquant à quel point était fondamentale son utilisation pour avoir une gestion rationnelle des dépenses et recettes de l’Etat : « Colbert innovated, recasting double-entry as an art for king »[28]. Il montre qu’au début de son règne au moins, Louis XIV aimait écouter les leçons de son Ministre sur la comptabilité et les finances, et tâchait d’appliquer ses leçons. Même si Colbert ne fut pas capable d’appliquer la partie double à l’ensemble du Royaume, il fit progresser les finances publiques d’une façon tout à fait nouvelle, tout comme la formation du roi : « to exhort Louis to become an accountant king »[29].

Dans sa loi du commerce, en effet, Colbert obligea toutes les entreprises privées du royaume à utiliser la comptabilité en partie double. Il mit en place un livret de poche pour le roi où il notait toutes les données financières importantes du royaume, comme les différentes recettes que produisait chaque province, ou le montant des dépenses de l’Etat, en insistant sur la nécessité de les équilibrer. Mais dans ce projet, il n’est pas surprenant de voir que Colbert heurta violemment les intérêts du Ministre des armées du roi : Louvois. Comme en Espagne un siècle avant, même si Soll ne pousse pas la comparaison, les militaires s’opposèrent aux politiques d’équilibre budgétaire des financiers, parce qu’ils sentaient instinctivement que cette politique allait conduire à réduire l’investissement militaire du royaume et impliquer la défaite militaire face à concurrent qui n’agirait pas de même. La guerre, encore une fois, notamment, dans le cas de Louis XIV, la guerre face à la Hollande et l’Angleterre, allait conduire à abandonner la politique d’équilibre budgétaire de Colbert et à la demie-disgrâce du vieil ami du roi, qui mourut soudainement en 1683, apparemment très marqué par l’éloignement du roi.

Jacob Soll considère que cette disgrâce marque la dérive de plus en plus autoritaire de Louis XIV, et son abandon des principes rationnels de bonne gestion des comptes publics instaurée par Colbert. En effet le roi ne remplaça pas Colbert, abandonna les livrets de poche de Colbert se focalisant davantage sur son pouvoir militaire. C’est pourquoi Soll affirme : « By breaking Colbert’s system, Louis hobbled the French state in the long run »[30]. Il ajoute : « By Louis XIV death in 1715, France was bankrupt, with no effective accounting system. Seventy-five years of financial crisis and a great reckoning awaited the French »[31], faisant allusion à la Révolution française. Il conclut ainsi: « It helps explain why, with all its possibilities, genius and might, France stalled and began to scrumble »[32].

Certes cette analyse a quelque chose de vrai, et on sent bien que les problèmes financiers non résolus conduiront au discrédit de la monarchie et à sa chute, comme les chapitres suivants vont brillamment le démontrer. Mais on ne saurait, une fois de plus, sous-estimer la question monétaire dans cette analyse. Car c’est bien une fois de plus le problème du besoin de la monnaie moderne et de son expansion qui alimentait au fond la controverse entre Colbert et Louvois, c’est-à-dire entre les finances et l’armée, dirigés par deux ministres d’une égale compétence et d’une égale intelligence, choisis par un roi lui-même intelligent et compétent. La dette publique était alors un des moyens d’étendre le champ de circulation de cette monnaie de crédit moderne, et c’est pourquoi sa résorption aurait conduit à réduire l’expansion de cette monnaie de crédit, et l’investissement public massif qu’elle permettait. Réduire la dette, revenir à l’équilibre comme le souhaitait Colbert, c’était effectuer des coupes drastiques dans les investissements militaires, autrement dit s’affaiblir mortellement face à l’Angleterre. C’est d’ailleurs à ce moment précis, et sous cette même pression de la guerre, que l’Angleterre créa pour la première fois une banque centrale afin de faire des avances directes à l’Etat, comme cela s’était déjà passé à Amsterdam et à Venise dans le passé. Une telle banque centrale ne résolvait pas tous les problèmes monétaires, elle ne supprimait pas la dette publique, mais elle permettait de limiter le paiement des intérêts et d’assurer une certaine soutenabilité au système monétaire de crédit, du moins jusqu’à la prochaine crise financière qui, du moins, toucherait tout autant l’adversaire. La stabilisation de ce système de monnaie de crédit sera encore longue et progressive au XVIIIe siècle, et ne sera véritablement acquise, du moins en Angleterre, qu’avec les guerres napoléoniennes et la suspension de la convertibilité de cette monnaie de crédit qu’elles allaient entrainer. Mais à l’époque de Louis XIV, il était nécessaire de la développer, y compris via la dette publique, pour assurer un développement économique maximal au pays, et éviter la déflation et l’étranglement monétaire qu’avait connu l’Espagne après ses banqueroutes. C’est pourquoi, paradoxalement, les militaires étaient les meilleurs défenseurs de la monnaie de crédit moderne, bien qu’ils soient incapables de la conceptualiser et avaient moins d’outils intellectuels que les financiers pour la penser. Etaient-il pour autant responsables des crises économiques et budgétaires que connut la France au XVIIIe siècle ? N’ont-ils pas plutôt empêché que la France renonce au train de l’histoire, c’est-à-dire à l’expansion de la monnaie de crédit, entraînant alors l’Angleterre avec elle dans cette régression ? En vérité la France ne fut pas loin de développer les mêmes institutions que les Provinces-Unies et l’Angleterre, à l’époque du système de Law, et grâce aux réformes passées de Colbert. Comme Soll le démontrera avec brio par la suite, c’est bien davantage la crise financière de 1720, celle-là même qui balaya le système de Law et que les Britanniques parvinrent à conjurer cahin-caha, qui entrainera la France dans une grave crise économique et politique jusqu’à la Révolution française, parce qu’il fut alors clair pour tout le monde, y compris le peuple, que la monarchie française avait échoué. Mais cet échec fut bien davantage celui de la Régence et de Louis XV que celui de Louis XIV et Louvois, bien que ces derniers soient aussi responsables de ne pas avoir développé et pensé des institutions monétaires nouvelles.

Chapter 7 : The First Bailout

Jacob Soll retrace ici la trajectoire des Anglais au XVIIe siècle, qui luttèrent, au milieu des Révolutions, pour établir eux-aussi une comptabilité rationnelle. La monarchie constitutionnelle qui émergeait de ces évènements était basée sur la responsabilité financière et budgétaire, mais pourtant Soll observe que cette responsabilité mit plus de 150 ans à être établie. Dès 1644, une commission des comptes vit le jour mais de 1649 à 1660, aucun système de comptes rationnels ne fut établi. En 1667, Charles II créa un bureau de comptabilité au sein du Trésor royal, et à partir de là la Monarchie comme le Parlement cherchèrent à utiliser à leur avantage la comptabilité. Après la proclamation du Bill of Rights en 1689, et la réussite de la Glorieuse Révolution, une nouvelle période s’ouvrit pour l’Angleterre avec l’ascension au pouvoir de Robert Walpole (1676-1745), Premier Lord du Trésor, Chancelier de l’Echiquier (c’est-à-dire Ministre des Finances) puis premier Premier Ministre de la Grande Bretagne.

Jacob Soll rappelle que Robert Walpole était un comptable brillant, formé à Cambridge, possédant une vaste culture comptable, et il allait effectivement jouer un rôle essentiel dans l’histoire économique et financière de la Grande Bretagne, mais aussi du monde.

En effet, dans les années de guerres contre la France, en raison de la nécessité de financer l’armée, la dette publique britannique allait exploser, franchissant la barre des 60% du revenu national.  Le public et le Parlement s’inquiètèrent, notamment les grands propriétaires terriens, qui s’opposaient aux grands marchands qui émergeaient de plus en plus en Grande-Bretagne. Walpole, représentant de la nouvelle classe marchande et qui accusait les grands propriétaires terriens de ne rien comprendre à la comptabilité en partie double, proposa une réforme comptable pour clarifier le budget britannique, un peu à l’image de ce qu’avait proposé Colbert en France. Un moment emprisonné à la Tour de Londres, il revint au pouvoir en 1715, avec en tête l’idée de réduire la dette publique.

Mais les évènements allaient en décider autrement, puisque survint en 1720 la grave crise financière qui menaça d’emporter la Compagnie des Mers du Sud, comme elle eut raison du système de Law et de la Compagnie du Mississipi en France. C’est ici que Walpole allait prendre les décisions historiques qui allaient sauver le système monétaire et financier britannique, au contraire de celui de la France.

After the Mississippi crash, with few financially literate government ministers and no national bank, France had to continue borrowing from the Swiss at unsustainable rates. The French monarchy and public lost faith in the idea of public credit, currency, tools like accounting, and financial markets as a whole. Without effective financial reform, France struggled for much of the eighteenth century without a modern taxation system, near bankruptcy, its industrial innovation and growth stymied.

Yet Britain bounced back from its crash. It did so with something that no other country at the time had: a vibrant and also innovative accounting culture that permeated politics to an extent beyond even what the Dutch had known. This culture allowed Walpole, in particular, to design a government bailout of the South Sea Company and of the British credit markets. Walpole’s bailout is a vivid story of the promise and failures of financial and government accounting and of how even those politicians well trained in the techniques of accounting can be tempted to break their rules.[33]

Comme on le voit, Jacob Soll se focalise davantage, dans cette description, sur le système de monnaie de crédit britannique (qu’il désigne comme « le marché du crédit britannique »). Certes, cela n’est pas dit, et peut-être pas pensé, explicitement, mais tous les éléments de compréhension de cette crise sont décrits et on peut donc les réutiliser pour en déduire l’histoire de la monnaie de crédit à cette époque.

Ainsi, la crise financière de 1720 fut une crise qui toucha les systèmes de monnaie de crédit émergeants en France et en Angleterre, et qui circulaient, rappelons-le, à partir des créances émises grâce aux ventes à terme de marchandises. Ce système de monnaie de crédit, qui était celui des marchands-banquiers depuis le XIVe siècle, ainsi que des grandes compagnies commerciales qui étaient la réplique de ces marchands-banquiers au niveau étatique, était un système fragile parce qu’incomplet. En effet, la monnaie de crédit parallèle qu’ils faisaient circuler était un système de créances, dont la substance était donc instable, puisqu’une série de défauts de paiements pouvait toujours entraîner leur disparition. C’est précisément ce qui se passait en cas de crise financière, et c’est ce qui se produisit en 1720, avec des crises financières qui représentèrent un test sur la solidité des systèmes monétaires français et britanniques. Le système français (le système de Law), s’effondra, sans doute parce qu’il fut combattu par une aristocratie française bornée mais politiquement trop puissante, inquiète de l’ascension du monde marchand qui remettait en cause son pouvoir, alors que le système britannique fut sauvé par Walpole, via le renflouement de la Compagnie des Mers du Sud, parce que Walpole comprit à temps que le système de la Compagnie permettait au pays entier de se développer, via la circulation d’une monnaie de crédit moderne. Ainsi à partir de 1720, la divergence entre la France et l’Angleterre fut-elle de plus en plus nette. La France allait suivre une politique conduisant à restreindre l’expansion de sa monnaie de crédit, et ainsi discréditer l’Etat et empêcher le développement économique du pays. Au contraire, l’Angleterre allait financer la Révolution industrielle par l’expansion de son système monétaire, quitte à voir sa dette augmenter, mais à des taux bien plus avantageux. Certes les deux systèmes demeureraient fragiles tant que la nécessaire coupure de la monnaie de crédit avec l’ancien système monétaire ne serait pas opérée, et cette coupure n’aurait lieu pour la première fois, et de façon provisoire, qu’en Angleterre durant les guerres de la Révolution et de l’Empire, avec le Bank Restriction Act de 1797. En effet, avant cela, la monnaie de crédit issue de la vente à terme de marchandises demeurerait un système instable, soumis en permanence au risque de la crise financière, c’est-à-dire à la crise de confiance entraînant l’ajustement sauvage, la disparition des créances faisant office de monnaie.

Jacob Soll ne s’aventure pas aussi loin dans ces analyses, mais ses descriptions y conduisent logiquement si on applique une théorie monétaire à son histoire de la comptabilité. Ainsi, il note le pragmatisme de Walpole qui, après s’être d’abord opposé à la Compagnie des Mers du Sud, comprit finalement qu’il fallait la sauver : « Walpole eventually embraced it »[34] . Soll montre aussi parfaitement combien il fut difficile à Walpole d’imposer son plan de renflouement de la Compagnie par la Banque d’Angleterre. L’opposition fut choquée et, comme ce fut le cas aux Pays-Bas avec la Compagnie des Indes néerlandaises au début du XVIIe siècle, elle réclama des audits, affirmant que Walpole profitait de la situation pour mener des opérations de corruption et d’enrichissement personnel. Mais Walpole comprit que la Compagnie des mers du sud était en quelque sorte « too big to fail »[35] et il l’écrivit dans son pamphlet intitulé Act to Restore Publick Credit. Avec l’aide de la Banque d’Angleterre nouvellement créée, Walpole renfloua la Compagnie des mers du sud en lui permettant de nouveaux emprunts à taux préférentiels. La Compagnie des mers du sud, la Compagnie des Inde Orientales, et la Banque d’Angleterre, furent ainsi toutes les trois sauvées, et l’on peut ajouter que c’est ainsi le système de monnaie de crédit anglais qui fut préservé, permettant à la Révolution industrielle de poursuivre sa course. Comme le souligne Jacob Soll : « His plan saved national credit market »[36].

L’auteur raconte ensuite comment cette opération de sauvetage, loin d’être effectuée dans le calme et la réflexion rationnelle à froid, a dû être menée avec rouerie par Walpole et le Roi lui-même. Ainsi, au moment des attaques de l’opposition contre son plan de sauvetage, Robert Knight, le chef comptable de la Compagnie des mers du sud, disparut avec tous les livres comptables de la Compagnie, grâce à la complaisance probable des autorités, le Roi et Walpole se trouvant bien contents de ne pas pouvoir retrouver ces comptes…

L’opposition attaqua alors plus violemment encore Walpole, en référant aux antiques vertus de bonnes tenues des comptes, accusant Walpole d’être un nouveau Périclès, dilapidant le trésor national pour se maintenir au pouvoir, tout en préparant la déroute future. Mais la lutte de Walpole fut en fait celle de la monnaie de crédit moderne face aux réflexes périmés du passé, qui empêchaient cette monnaie de crédit nouvelle de naître. Aussi Jacob Soll ajoute avec profondeur: « The problem was that Walpole was not Pericles. He was proud that his manipulations had kept Britain financially afloat and out of foreign wars. And his restructuring of public credit markets and the sinking fund, although opaque and the very opposite of so-called laissez-faire liberalism, on the whole had worked, at least at first »[37].

En effet après ce renflouement, la confiance revint et déboucha sur l’idée que la dette britannique était soutenable. Quand il quitta son poste en 1742, Walpole avait réduit la dette de 13 millions de livres.

Robert Walpole, dont la durée au poste de Premier Ministre fut la plus longue de l’histoire du Parlement Britannique, fut récompensé par le roi par le legs du 10 Downing Street, qu’il légua à son tour à ses successeurs, la transformant de fait en la résidence officielle des Premiers Ministres en Angleterre.

Egalement ami des arts, il fit décorer sa résidence de sublimes œuvres et fit construire une superbe résidence privée chez lui à Norfolk : Houghton Hall, un archétype du style palladien. Critiqué par tous ses contemporains, y compris les écrivains qui lui reprochèrent tous son manque de vertu, il fut incontestablement l’un des plus grands Premiers Ministres britanniques, et l’un des plus grands chefs d’Etat comptables de l’histoire mondiale. Jacob Soll conclue: « Like Cosimo de’ Medici and Jean-Baptiste Colbert, Walpole was a political financial manager and a great patron of arts »[38].

Chapter 8: “Fame and Profit”: Counting on the Wedgwood Vase

Après avoir suivi l’évolution du système monétaire et financier britannique, et le rôle éminent qu’y joua la partie double, Jacob Soll se concentre ici sur l’utilisation de cette dernière au sein des entreprises industrielles britanniques elles-mêmes au XVIIIe siècle. Il rappelle que cette période correspondit à la domination anglaise sur les mers du monde entier, et à la naissance de la Révolution industrielle dans ce pays. De ce fait, l’Angleterre de cette époque devint le centre mondial de la culture et de l’éducation comptable : « Echoing the old educational model of Italy and Holland, grammar schools prepared boys both for the univerisity and for commercial activity. In a virtouous circle, as industry expended, so did the demand for accounting expertise »[39].

Ainsi, à compter de la Glorieuse Révolution, les comptables publics britanniques commencèrent à utiliser systématiquement la comptabilité en partie double. Le traité comptable de John Mair (1736), le plus connu édité en langue anglaise, se répandit également en Amérique du Nord. La comptabilité en partie double était désormais enseignée à Cambridge et Oxford, et devint une chose commune dans la société anglaise de la seconde partie du XVIIIe siècle, du fait de l’explosion du nombre des écoles de comptabilité. Un grand nombre de ces académies étaient alors tenues par des dissidents de l’Eglise Anglicane, comme les Puritains eux-mêmes, dont l’idéal de discipline, de foi, de bonheur et de progrès scientifique faisait écho à celui des fondateurs de la partie double. Ils seraient par la suite idéalisés comme l’incarnation des valeurs protestantes elles-mêmes par Max Weber. Isaac Newton est l’un des membres de ces communautés, exclues de toute responsabilité publique et considérant le profit comme un moyen d’accéder au salut. Soll montre ensuite que des écrivains comme Daniel Defoe ou Jonathan Swift étaient des praticiens de la partie double ainsi que le grand industriel Josiah Wedgwood (1730-1795), qui en était un expert.

L’auteur se concentre alors sur cette figure singulière, parfaite incarnation de l’évolution économique et politique de l’Angleterre de ce temps. Wedgwood en effet, était à l’origine un protestant dissident, maintenu loin du pouvoir, mais dont l’étude attentive des coûts de production à travers la partie double le conduisit à bâtir un empire industriel à la puissance inégalée à l’étranger. Car l’application de la partie double à l’industrie fut sans conteste un des puissants moteurs de la Révolution industrielle, en Angleterre puis aux Etats-Unis : « Sophisticated forms of double-entry accounting were the foundation of the first Industrial Revolution (circa 1760-1840) »[40].

Wedgwood aimait la comptabilité en partie double, et il espérait intensément qu’elle le conduise « à la célébrité et aux profits », c’est ce dont atteste sa correspondance privée. Comme Soll le note justement, il pensait que: « accouting could solve the problem of industrial productivity and profitability »[41]. Cette foi dans la comptabilité se retrouve d’ailleurs dans les arts de cette époque comme l’auteur le souligne : « Whereas medieval and Renaissance painters had regularly underlined the risks of accounting, eighteenth-century British artists reflected the hubris of the young industrial nation’s golden age »[42].

Les grands capitaines d’industrie anglais, comme Wardhaugh Thompson, savaient que leur prospérité dépendait fortement de la qualité de leur comptabilité et du calcul précis des prix qu’elle permettait. James Watt, l’inventeur du moteur à explosion, la connaissait également et la respectait. Il essayait d’espionner ses concurrents pour savoir s’ils l’utilisaient. Son associé Matthew Boulton (1728-1809) la considérait comme une part essentielle de l’industrie des machines.

Jacob Soll montre ensuite que cette rationalisation du calcul des coûts à l’échelle de l’industrie conduisit Josiah Wedgwood à calculer les coûts représentés par la force de travail de façon de plus en plus précise et méthodique, d’une manière que l’on retrouve souvent dans l’histoire de la comptabilité, conduisant à réduire la vie humaine à une simple variable dans la formation du profit. Ainsi Soll explique que Wedgwood s’agaçait de plus en plus contre les travailleurs alcoolisés ou feignants qualifiés cyniquement de « worthless workmen »[43]. A bien des égards, la mentalité de Wedgwood épousa alors celle du capitalisme du XIXe siècle, celle-là même qui serait dénoncée et combattue par Marx : « The Dissenter had become a pillar of the establishement »[44]. Malgré les immenses problèmes financiers qui avaient de nouveau pourri la politique du Parlement en cette fin du XVIIIe siècle, Soll montre que Wedgwood, désormais au centre du système économique britannique, s’opposa à toute réforme comptable, malgré la défaite anglaise dans la Guerre d’Indépendance Américaine (1775-1783), et malgré les violentes inégalités sociales produites par la Révolution industrielle.

Une nouvelle crise financière couvait en effet suite à cette guerre et avait de nouveau mené à une explosion de la dette publique britannique, conduisant Pitt à convoquer la vieille Commission des Comptes du temps de Walpole. De plus, la crise sociale entraînait de nouvelles revendications, des hommes comme Richard Price en appelant à un gouvernement démocratique, dirigé contre la rapacité de l’oligarchie financière. Marqué par l’expérience de Walpole, Richard Price en appelait d’ailleurs à la création d’un fond de sauvetage pour renflouer l’Etat et résoudre la crise de la dette publique. Mais la combinaison des crises précipita les évènements en repoussant ce débat à plus tard, et c’est cette fois-ci sous la pression des guerres et des révolutions que le gouvernement anglais dû trouver de nouveaux moyens de gérer son système monétaire.

Jacob Soll ne revient malheureusement pas sur l’analyse de ce système monétaire anglais durant les guerres napoléoniennes, sujet qui, il est vrai, est souvent la chasse gardée des économistes purs. C’est pourtant à ce moment-là que se produisit le basculement radical, bien que provisoire, vers le système monétaire moderne. En effet, face à la guerre, le gouvernement ne pouvant réduire sa dette publique, il fut décidé de suspendre la convertibilité de la monnaie de crédit anglaise en monnaie classique avec le Bank Restriction Act de 1797, exactement comme un siècle plus tard pendant la Première guerre Mondiale. C’est alors seulement que la monnaie de crédit anglaise devint une pure monnaie de crédit, autoréférentielle et déconnectée des ventes à termes de marchandises, circulant simplement en contrepartie des dettes privées contractées auprès du système bancaire, et de la dette publique contractée auprès de la banque centrale, mais déplaçant alors les inquiétudes des gouvernants en direction du niveau général des prix. Après la chute de Napoléon, le rétablissement de la convertibilité conduisit à une nouvelle crise de la dette publique, et les restrictions budgétaires qui suivirent conduisirent largement le XIXe siècle à être un siècle de restriction monétaire excessive, mais c’est là un sujet qui déborde, il est vrai, le cadre de l’ouvrage.

Car à la fin du XVIIIe siècle, si le système monétaire anglais était le plus moderne et le plus efficace, malgré les nombreuses turbulences qu’il avait à affronter, Jacob Soll démontre avec brio que c’est en France que la crise de la dette produisit ses effets les plus violents.

Chapter 9: Big Debts, Big Numbers, and the French Revolution

Dans ce chapitre, non moins passionnant que les précédents, Jacob Soll revient donc sur les origines de la Révolution Française, en fin connaisseur de la langue et de l’histoire françaises, et tout en ayant précisément détaillé l’histoire de la comptabilité en partie double dans le monde anglo-saxon. Cette approche donne toute son originalité et toute son efficacité à ses démonstrations.

Il commence par rappeler que la France de la fin du XVIIIe siècle faisait face à de très violentes inégalités, 3% de la population se partageant 90% de la richesse nationale. De plus, les institutions monarchiques, depuis la crise financière de 1720 et la chute de Law étaient devenus dysfonctionnelles et en retard sur les explorations du système monétaire britannique, tenu par la bourgeoisie marchande innovante, depuis la Glorieuse Révolution. En France, il n’y avait ni Parlement politique, ni Banque publique, ni gouvernement constitutionnel, et les privilèges démesurés de la noblesse, hérités de l’époque glorieuse du Roi Soleil, ne débouchaient ni sur l’hégémonie militaire, ni sur la nécessaire mise en place d’un système monétaire moderne. Autrement dit, la noblesse française et la monarchie elle-même étaient de plus en plus discréditées sur la scène internationale, tout en accaparant avec arrogance toutes les richesses du pays, et en prétendant maintenir fermement sous sa coupe une population qui croyait de moins en moins à son prestige et à son pouvoir. En somme, la monarchie devenait de plus en plus un obstacle à l’entrée de la France dans les temps modernes, et c’est pourquoi la sourde colère du peuple s’abattit brutalement sur elle, lors d’une crise inouïe. Jacob Soll résume parfaitement cet archaïsme financier et monétaire: « For more than hundred years, French elites had resisted attempts to make them pay tax above 5 per cents and all reforms that might lead to such a thing, especially national accounting audits, which they saw as the first step to measuring their wealth, all the better to tax it »[45].

Soll rappelle que dès 1716, les frères Pâris cherchèrent à établir un système de comptabilité en partie double à l’échelle du royaume, entraînant de nombreuses résistances. A partir de 1716, l’écossais John Law chercha à mettre en place un système de monnaie de crédit moderne en France, en créant tout à la fois une Banque Générale et un système de monnaie de crédit basé sur le commerce de marchandises de la Compagnie du Mississippi. C’est ce système, imité du fonctionnement de celui de l’Angleterre, qui ne résisterait pas à la crise financière de 1720, non pas en raison de sa mauvaise conception, mais à cause de l’incompétence et du désintérêt des dirigeants français pour les questions financières. Ainsi comme les frères Pâris le rapportèrent, les livres qu’ils écrivirent sur la réforme comptable du royaume ne furent pas sérieusement étudiés par le Régent : « The Regent never saw more than the covers of the Books »[46].

Comme le montre parfaitement Jacob Soll, dans une description qui rappelle irrésistiblement la situation de la France et de l’Angleterre d’aujourd’hui, alors que Walpole étudiait à fond la comptabilité et se battait contre vents et marées pour mettre en œuvre un plan de renflouement des Compagnies d’Etat pour développer la monnaie de crédit en Angleterre, les débats économiques en France tournaient autour des controverses théoriques des physiocrates, confortables mais vaines, illusoires et favorables aux positions acquises des rentiers [47]:

The most famous idea that emerged from the works of the French-economic philosophers François Quesnay, Vincent de Gournay and Anne-Robert-Jacques Turgot is what they famously called “laissez-faire”, a theory of commerce based on the natural law of freedom. Before Adam Smith, it was their hope that by lifting government subsidies, price controls, and guild monopolies, an “invisible hand” would spur agricultural production and national wealth. Large-scale, state financial management was not necessary in a market regulated by the balance of nature itself. Although Quesnay used mathematics to study economic theory and de Gournay and Turgot were skilled acountants, their published works rarely contained analysis of complex numbers, accounts or budgets.

While the English argued about state tax receipts, lending rates, and sinking funds, the French lived in a financial information blackout, imposed by their secretive, absolutist monarchy.

Obnubilées par la dette publique qu’elles pensaient comme une menace apocalyptique pour l’Etat et la Nation, alors qu’elle n’était que le symptôme d’une nouvelle phase du développement capitaliste que la politique monétaire se devait d’accompagner, comme en Angleterre, les élites françaises enchaînèrent les erreurs de jugement. Avec une ironie mordante et ciselée, Jacob Soll note ce qui résulta de leurs inquiétudes quasi mystiques, quelques années après : « Indeed, when the deluge of the Revolution came in 1789, it wiped away the old order. Yet the state remained, and, so, too, did public credit. The question was how to manage it »[48].

Jacob Soll décrit parfaitement la montée de la contestation publique à propos de la gestion financière et budgétaire de la monarchie, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, comme si par des voies souterraines, les forces vives de la Nation, la bourgeoisie marchande mûrissante puis le peuple lui-même, prenait lentement conscience de l’incompétence profonde de son élite dirigeante, jouissant de privilèges politiques médiévaux, d’une richesse incroyable accumulée par la rente, mais incapable d’assurer un système financier moderne et efficace pour le royaume. Certes, la Guerre d’Indépendance Américaine, remportée aux dépens des Anglais, redora pour un temps le blason de la monarchie, mais ce fut au bénéfice d’une bourgeoisie républicaine outre-Atlantique, et d’un accroissement considérable de la dette publique, ce talon d’Achille que ne parvenait ni à conceptualiser correctement ni à combattre l’aristocratie française, et qui prouvait à chaque instant son incapacité. C’est donc à l’aune de cette situation qu’il faut comprendre l’engouement vraiment incroyable du peuple pour un comptable et banquier suisse et protestant, comme s’il représentait le négatif de ce qu’était devenu la monarchie française à cette époque dans le regard des Français. Jacques Necker, en effet, comme le rapporte avec raison Jacob Soll, connut une trajectoire singulière mais essentielle à étudier pour comprendre la Révolution française.

Il rappelle qu’il fit sa fortune à Genève et à Paris, comme administrateur de la Compagnie des Indes Orientales française. Sa femme, personnage brillant, tenait un salon que fréquentèrent les philosophes des Lumières, de Diderot à d’Alembert en passant par Grimm et Mably.

C’est donc le problème de la dette publique qui remettait en cause le pouvoir de la monarchie. Jacob Soll le souligne et compare la situation de la France à celle de l’Angleterre, qui, bien que connaissant également une crise de la dette publique, s’en sortait mieux depuis les réformes du ministère Walpole : « Servicying this debt cost more than 300 millions livres annually, at an average of 5.5 to 6 percent interest… A country one-third France’s size, England, by contrast, successfully serviced a comparable debt, in part with 3 percent interest  loans from its independant national bank »[49].

C’est pourquoi Necker, nommé par le roi Ministre des finances,  voulut rationnaliser le budget de l’Etat, en établissant une comptabilité publique rationnelle et efficace alimentant une caisse centrale. Mais dans ce travail, il allait affronter l’ensemble des intérêts financiers et politiques de l’Ancien Régime : « And, of course, any time any privilege was threatened, the nobles smelled blood. Having resisted reform for more than a century, they were not about to stop now »[50]. C’est à ce moment-là que le peuple s’invita dans ce débat financier et monétaire, soutenant d’instinct, massivement, le ministre Necker contre tous les intérêts constitués à la tête de l’Etat. La « nécromania » fut désormais qualifiée de « maladie du peuple » par la noblesse, crispée sur sa rente et son pouvoir politique, et sentant qu’elle perdait la main. Des agents gouvernementaux accusèrent Necker d’être « an other John Law, printing speculative paper-money »[51], traduisant parfaitement l’origine de la blessure d’orgueil et du complexe d’infériorité éprouvé par l’élite française depuis la disgrâce de John Law en 1720, qui ne chercha qu’à appliquer l’efficacité et le dynamisme du système monétaire britannique en France. Ainsi Augéard écrivit-il dans un pamphlet : « The example of 1720 is still in sight »[52]. En 1781, Necker jetta un pavé dans la marre en publiant son Compte-rendu au roi, où il détaillait les finances du royaume, jusqu’ici gardées secrètes par la monarchie. Il en appela à des publications annuelles des comptes comme en Angleterre, sous-estimant certes, la dureté du débat sur la dette publique qui avait lieu en même temps dans ce pays, mais montrant bien la conscience du retard de la France dans ce domaine. En tout cas, son compte-rendu fut révolutionnaire en ce qu’il dévoila le secret de la monarchie et remit en cause publiquement sa capacité à gouverner. Son pamphlet obtint un succès phénoménal : « The compte-rendu became one of the most succeessful works of all time and a media phenomenon »[53].

Ce pamphlet acclamé par le peuple et la bourgeoisie, fut immédiatement perçu comme une menace par les conseillers du roi comme Vergennes qui écrivit à Louis XVI : « All is lost in France, Sire, if Your Majesty allows his Ministers to cite English Administration for which your predecessors have shown a just adversion »[54]. La cour, la Reine, les Financiers royaux, le Parlement de Paris, tout le monde attaqua Necker, et Louis XVI leur donna raison en le démettant de ses fonctions le 19 mai 1781. C’est là que Necker écrivit son Traité sur l’Administration des Finances, qui serait aussi un succès de ventes.

Jacob Soll insiste sur le fait que Necker, en diffusant les revenus de tous les personnages du royaume, fit prendre conscience au peuple pour la première fois de l’ampleur des inégalités qu’il subissait. Le revenu moyen d’un paysan était par exemple d’une livre par jour, alors que le collier de la Reine valait deux millions de livres…

La pression populaire finit finalement par forcer le roi à reprendre Necker au pouvoir en 1788, acclamé par la foule quand il revint à Versailles. C’est ensuite une rumeur sur le fait que la Reine voulait le démettre une seconde fois qui poussa la foule à se réunir à nouveau, Necker protestant contre la réunion des soldats dans la ville voulue par le roi. Le 11 juillet 1789, il fut à nouveau démis de ses fonctions, pronostiquant en partant la famine et la banqueroute pour le pays. Trois jours après le peuple s’empara de la Bastille et déclencha la Révolution Française. Necker fut une nouvelle fois rappelé à Versailles sous les cris de joie de la foule, avant de tomber progressivement dans l’oubli à mesure que la Révolution suivit son cours : « Necker was a reformer, not a revolutionary, and there would be no  reforming the old order »[55]. Finalement, il semble que les Français se soient servis de Necker pour contester le pouvoir de la monarchie, mais une fois celle-ci mise à terre, Necker ne fut pas en mesure lui-même de prendre la tête de la Révolution. L’eût-il fait, aurait-il pu réellement résoudre les problèmes monétaires de la France ? Il est permis d’en douter, car aussi conscient fut-il de la supériorité du système britannique, il n’avait sans doute ni la capacité théorique de mettre en place une monnaie de crédit, comme John Law, ni l’indomptable volonté d’agir de Robert Walpole, qui permit de faire durer un tel système dans les faits.

Si Jacob Soll souligne que, malgré tout, la Révolution française conduisit à des réformes comptables d’ampleur qui furent reprises dans de nombreux pays, au premier rang desquels figurent les Etats-Unis, il est clair que c’est bien en Angleterre que les réformes et la réflexion théorique sur la monnaie de crédit et ses liens avec la dette publique suivirent les développements les plus importants au XIXe siècle. C’est directement mais aussi indirectement, par la pression qu’ils mirent sur l’Etat anglais, que la Révolution française puis l’Empire conduisirent malgré tout à une modernisation de la monnaie et de la théorie monétaire, même si Jacob Soll ne se pose pas la question en ces termes.

Chapter 10: « The Price of Liberty »

Dans ce chapitre Jacob Soll analyse l’histoire de la partie double et de ses développements aux Etats-Unis. Il rappelle que le compte-rendu de Necker inspira les Pères Fondateurs des Etats-Unis, dont la constitution est basée sur les principes de la responsabilité politique. Soll qualifie ainsi les Etats-Unis de « land of account book »[56] et rappelle leurs origines : « the noble entreprise, as many saw it to be, began as a commercial venture »[57].

Ainsi, à l’image du Mayflower lui-même, les nombreux bateaux d’émigrants qui peuplèrent les Etats-Unis étaient fondés sur des entreprises commerciales dont la comptabilité était un élément essentiel, en Europe comme dans les colonies qui s’installaient. Le problème de la gestion de la dette dans les colonies, anglaises comme néerlandaises, était d’ailleurs récurrent. On peut ajouter que, comme les Compagnies commerciales jouaient le rôle de marchands-banquiers à l’échelle étatique en Europe, à partir du XVIIe siècle, utilisant la croissance du profit pour financer des monnaies de crédit, les Etats-Unis se trouvèrent dès le départ être une nation dotée de structures comptables efficaces construites par la recherche du profit, à la fois grâce à l’exploitation des ressources naturelles et humaines et via l’augmentation de la productivité. Aussi Soll note-t-il avec pertinence: « The founders of the United States were not just religious idealists, merchants, smugglers, philosophers, and slavers; they were also accountants interested in accounting for profit, God, and ultimately for the People of the United States »[58].

Même si avant l’indépendance, les Etats-Unis demeuraient un lieu rural et périphérique, l’arrivée progressive de marchands de toute l’Europe allait transformer le visage du pays: « However, the American and urban elites did come from the world of the British financial Revolution, and whether land owners or merchants, English, Scottish, French, German, Dutch, Swedish, Swiss and even some Jewish colonists brought with them traditions of merchant accounting »[59]. Dès le début du XVIIIe siècle, la comptabilité britannique avait envahie les colonies américaines, qui comptaient deux millions d’habitants en 1750.

Jacob Soll rappelle l’aspect massif de cette présence de la comptabilité en partie double aux Etats-Unis qui, comme en Angleterre, serait l’instrument efficace de la Révolution industrielle aux Etats-Unis : « From Bostonian booksellers and Philadelphia traders to the plantation owners of the south, British-century bookkeeping was almost universally known »[60].

Il rappelle également combien la comptabilité en partie double jouait un rôle de premier plan dans la vie de la plupart des pères fondateurs des Républiques américaines, les marchands allant souvent se former à Londres pour apprendre la comptabilité marchande.

Benjamin Franklin était un fin connaisseur de la partie double, dont les livres comptables montrent l’organisation et le niveau de maîtrise qu’il en avait. La grande profondeur de ses citations célèbres « time is money », « credit is money », doivent se comprendre à cette aune, car ne résument-elles pas en quelques mots fulgurants le problème des différentes dimensions de la monnaie ? Soll rappelle que pour Franklin, la connaissance de la partie double était une grande vertu et qu’il admirait ceux qui la maîtrisaient. Quand il fut nommé à la tête de la Poste Royale des colonies en 1753, il mit en place un système comptable décentralisé basé sur la partie double, éditant à cette occasion un manuel pour la faire comprendre aux employés. Comme le note avec humour Jacob Soll à l’encontre de la thèse wébérienne de l’éthique protestante du capitalisme et de son processus de gratification différée : « His enthusiasm for teaching women accounting had an outcome not necessarily in line with the ethic of delayed gratification »[61].

En effet, nommé par la suite ambassadeur à Paris, Benjamin Franklin, malgré sa compétence comptable savait jouir des plaisirs de la vie parisienne : « Franklin certainly felt no need to delay any gratification. It was not Paris that corrupted the great man. It was that good ledgers did not always reflect a moral Protestant life »[62]. L’auteur rappelle que Franklin fut en contact rapproché avec Necker au moment de la publication du Compte-rendu, et qu’il éprouva des difficultés à négocier la dette américaine avec Beaumarchais, l’agent de Louis XV, alors que celui-ci n’entendait rien à la comptabilité.

Jacob Soll revient ensuite avec raison sur les liens entre la partie double et le développement de l’esclavage, de façon beaucoup plus pertinente et précise que des auteurs comme David Graeber, qui a tenté pour sa part de penser l’esclavage à partir de la dette mais de façon trop imprécise et avec trop d’a priori idéologiques. Ainsi Soll note-t-il parfaitement que le processus de calcul rationnel du profit, c’est-à-dire de transformation de toute chose en monnaie, peut malheureusement très bien s’appliquer à la vie humaine elle-même, comme on le retrouve tout le long de l’histoire de la partie double : « Slavery and accounting fit well together, for as Josiah Wedgwood showed, accounts made it easier to turn the labor of a child or a slave into a number in a column. Just as slaves were brought to America chained in rows in boats, so they were accounted for a merchandise and sold the same way, in neat columns »[63]. Il ajoute: « The slave-trading Royal African Company kept double entry ledgers »[64].

Il montre ensuite que Thomas Jefferson était un propriétaire terrien dont l’idéal était la noblesse française et qui tenait personnellement sa comptabilité.

Georges Washington connaissait bien également la partie double et possédait des esclaves. Il publiait ses comptes personnels et écrivit un traité sur les comptes de dépenses du Trésor américain pendant la guerre d’indépendance.

Comme la France et l’Angleterre, en effet, les Etats-Unis avaient une énorme dette publique dans les années 1780, contractée en grande partie auprès de la France, de façon paradoxale. Les Etats-Unis craignaient alors que s’ils ne payaient pas les Français, cela conduirait à l’invasion de leur pays par les armées françaises. Robert Morris, s’inspirant de Necker, tâcha alors de mettre en place des réformes des comptes publiques de la jeune nation américaine.

Jacob Soll montre alors l’importance qu’eut pour la formation des Etats-Unis la figure d’Alexander Hamilton. Jeune apprenti comptable frustré de ne pouvoir exprimer ses talents, forcé par la mort de son père à travailler depuis l’âge de 15 ans, Alexander Hamilton attendait la guerre pour pouvoir y exprimer son courage et son intelligence ou y mourir. Il parvint cependant à s’introduire à l’Université ancêtre de Princeton et à la Columbia University à New York et à y suivre un cursus : « Hamilton was a keen reader of the classics and such Enlightement philosophers as Hobbes, Locke, Montesquieu, Blackstone, and Hume. His mix of accounting and international trade expertise and philosophical interest would, after the Revolution War, drive Hamilton to run the Treasury and formulate the federal plan of finance that transformed America from a series of colonies into a nation with a national bank, mint, and a healthily funded public debt »[65].

Son héroïsme à la bataille de Princeton le fit intégrer à l’équipe personnelle de Georges Washington. Hamilton eut alors l’ambition de bâtir le système financier et monétaire américain, et il voulait pour cela un fédéralisme construit autour de ces institutions. Il admirait la France et ses institutions centralisées, ainsi que la politique de Colbert. Cette centralisation des institutions financières était pour lui nécessaire pour financer la guerre, la diplomatie et la défense nationale et donner au congrès une complète souveraineté.

Georges Washington, sensible à ses arguments, le nomma en 1789 à la tête du Trésor, poste grâce auquel Hamilton pensa le système financier et monétaire des Etats-Unis. Sentant intuitivement le fait que la dette publique était une contrepartie de la monnaie de crédit en circulation aux Etats-Unis, il soutint qu’il était nécessaire d’augmenter cette dette publique si cela permettait à l’Etat fédéral de se développer. C’est pourquoi il affirma au congrès que la dette publique était « the price of liberty »[66]. Madison et Jefferson s’opposèrent à lui sur ce point mais Hamilton permit en tout cas la naissance des Etats-Unis modernes: « Yet seventeen years after his arrival in America as peniless accountant clerk, Hamilton had helped design and implement the American financial system, not only on the idea of private property but also on effective taxation and the concept of a central state account ledger »[67].

Chapter 11: Railroaded

Jacob Soll montre ici qu’au début du XIXe siècle, beaucoup de pays disposaient d’un système de comptabilité publique moderne et efficace : l’Angleterre, la France et les Etats-Unis donc, mais aussi la Prusse, l’Autriche, la Toscane…

Il montre que cette centralisation se poursuivit, l’Angleterre donnant par exemple des responsabilités étendues à la Banque d’Angleterre entre 1848 et 1862. Comme de nombreuses fois dans l’ouvrage, et c’est sans doute le reproche principal qu’on peut lui faire, le lien n’est pas exploré à fond entre l’utilisation et le développement de la comptabilité en partie double et le système monétaire.

Soll note en revanche que le XIXe siècle fut l’âge du fer, du métal et du capital, mais aussi celui de la pauvreté décrite par Dickens, des crimes coloniaux de masse, et des crises financières. Il ajoute avec raison: « Ever-present and Zedig-like, accounting was there at the scene of triumph and of crime »[68].

Il rappelle alors que des grèves se produisirent en 1819 à Manchester contre l’augmentation du prix de l’alimentation et le « charcutage électoral » conduisant à priver le peuple de son expression démocratique. Tout ceci conduisit à une charge de cavalerie faisant quinze morts parmi les grévistes. Le Premier ministre Earl Grey tacha de réformer le système électoral britannique ainsi que son système comptable, qui posait encore et toujours problème.

Ici Jacob Soll souligne à quel point ce constat d’un dysfonctionnement comptable persistant est effarant: « After hundreds of years of reform and advances in accounting, the house to the Industrial Revolution, Britain, still could not balance its books »[69].

Ce problème constituait un tel problème que John Bowring (1792-1872) eut pour mission d’observer la façon dont les Français tenaient leurs livres publics à cette époque, marquant bien le manque de confiance en leur système qui habitait les britanniques. Ce dernier admirait en effet la transparence et l’organisation centrale de la Banque de France créée par Napoléon et dirigée par Jacques Laffitte. Des dirigeants comme Chabrol se félicitaient de dégager des excédents pour le Trésor et Bowring trouvait que la Banque de France était admirablement tenue.

Mais il faut ajouter aux réflexions de Jacob Soll que dans cette affaire, les plus satisfaits d’eux-mêmes n’étaient peut-être pas les plus perspicaces. En effet, si Soll a parfaitement raison d’être intrigué par la persistance des problèmes budgétaires et comptables à cette époque, il faut souligner que c’est encore et toujours le problème de la théorie monétaire qui induisait ces hésitations et ces doutes. Les guerres révolutionnaires et napoléoniennes avaient marqué à cet égard une grande évolution, d’une part avec la suspension de la convertibilité de la monnaie de crédit en Angleterre, ayant entraîné le fonctionnement autonome de cette monnaie de crédit en contrepartie de la dette publique et de la dette privée, d’autre part avec la création de la Banque de France, moins évoluée dans son système monétaire, mais plus transparente et moderne dans son organisation. Ainsi la Banque de France bénéficiait du privilège d’émission de la monnaie de crédit, même si ce privilège était bien trop restrictif pour assurer le développement de l’économie de la France. Ainsi, les institutions de la monnaie de crédit étaient plus claires en France, ce qui fut sans doute utile dans la suite de l’histoire, mais en revanche son utilisation était bien plus efficace en Angleterre, où la suspension de la convertibilité avait permis le fonctionnement d’une monnaie moderne pendant la guerre. Cependant, tout cela avait conduit à une explosion de la dette publique anglaise, et à l’émergence de l’inflation. C’est donc par crainte de ces deux maux que la convertibilité de la monnaie de crédit fut rétablie après la guerre, et la dette publique drastiquement réduite. Cette politique, il faut le souligner, aboutit à une politique monétaire restrictive, du fait du bridage d’un des deux moteurs de la création monétaire, qui affaiblit certainement le potentiel de développement de l’Angleterre au XIXe siècle et conduisit au développement des marchés financiers comme système de financement de substitution à la monnaie. Il semble que les Anglais n’osèrent pas s’aventurer plus avant dans le système monétaire moderne qu’ils avaient été obligés de mettre en œuvre pendant la guerre, et il fallut attendre un siècle pour que ce système revînt au premier plan avec la Première guerre Mondiale. Pourtant, cette expérimentation temporaire avait considérablement fait avancer le débat théorique, notamment pendant la controverse bullioniste qui avait eu lieu aux Communes au début du XIXe siècle. En effet, le passage à une monnaie de crédit autonome avait naturellement conduit les économistes à déplacer leur intérêt vers le problème de l’inflation, puisque le paiement de la dette publique elle-même était momentanément suspendue. La réflexion à propos des taux d’intérêts et de l’inflation commença alors à émerger dans la pensée économique britannique, et prépara la naissance de la macroéconomie au XXe siècle, dont Keynes serait le véritable inventeur.

En France, la réflexion monétaire fut loin d’aller aussi loin, et la politique monétaire de la Banque de France fut tout aussi restrictive, voire davantage qu’en Angleterre. Il est vrai que le système monétaire français, même au temps de l’Empire où il ne connut qu’une clarification institutionnelle, fut toujours inférieur à celui des Britanniques, comme il l’avait été au XVIIIe siècle, et cela fut l’un des grands points faibles de Napoléon. Le XIXe siècle, qui comme en Angleterre marqua une reprise en main de la monnaie par la bourgeoisie, fut donc marqué par une politique monétaire extrêmement timide et restrictive, qui brida l’économie française, favorisa la rente, ainsi que le développement des marchés financiers, comme substitut à la monnaie. En France aussi, il fallut attendre la Première Guerre Mondiale pour qu’une monnaie de crédit moderne et rationnelle se mette à fonctionner avec ses deux moteurs, dette publique et dette privée, sous la pression des évènements.

Jacob Soll ne rentre pas dans ces considérations, qui relèvent davantage de la théorie monétaire, mais le grand intérêt de son ouvrage est donc qu’il souligne la présence d’un problème récurrent et qui ne semble jamais être réglé : celui du système comptable et budgétaire des Etats. On voit que c’est bien le problème théorique de la dette publique et de la gestion d’une monnaie de crédit nouvelle qui déstabilise en fait ces systèmes comptables en permanence.

Jacob Soll revient ensuite sur l’importance du rail dans le développement de la Révolution Industrielle, en particulier aux Etats-Unis. En 1840, les Etats-Unis possédaient autant de voies ferrées que l’Europe, hors Grande Bretagne, qui en possédait autant. En 1870, ils en possèdaient  autant que la Grande Bretagne et l’Europe réunies.

Il souligne que l’industrie du rail a nécessité au départ l’arrivée de capitaux étrangers, et a provoqué l’apparition de grandes fortunes comme Morgan, Rockfeller, Gould, Drew, Fisk…

Il souligne que cette industrie n’a pu prospérer que grâce à la comptabilité : « Then as now, where there was industry and complex trade, there was, by necessity, modern accounting »[70].

Il décrit alors le développement des systèmes comptables qui accompagnèrent dans tous les pays du monde le développement du capitalisme, en France, en Allemagne, en Italie, en Hollande, en Suède…

Partout émergèrent des manuels, des revues professionnelles, des normes comptables permettant à la partie double de fonctionner et d’installer sa logique. Cependant Jacob Soll souligne bien les limites théoriques qui se posèrent à la pensée comptable dès cette époque : « This was not the positivistic science for which some had hoped »[71].

A partir de 1840, le  Big Four  émergea, tout comme les cabinets d’audit qui allaient devenir les fameuses agences de notation d’aujourd’hui comme Moody’s. En effet, les Etats-Unis manquaient d’une structure comptable : « Founded on principles of accounting, America still did not have an adequately developed accounting profession to handle its industrial expansion »[72]. Dès le milieu du XIXe siècle, la question du calcul du profit et le problème de la variation des prix questionna les théoriciens, qui aboutirent à l’établissement d’une « juste valeur » quelque peu évanescente, à l’image du « juste prix » des scolastiques.

Jacob Soll insiste sur l’importance de la comptabilité pour les grands capitaines d’industrie du XIXe siècle, notant par exemple que Rockefeller commença sa carrière comme comptable. De façon peut-être un peu métaphorique, il note aussi que JP Morgan était le propriétaire du Titanic.

Chapter 12 : The Dickens Dilemma

Dans ce chapitre, Soll revient sur l’image de plus en plus paradoxale de la comptabilité dans le public et parmi les écrivains au XIXe siècle. Ainsi: « Great writers of the nineteenth century would struggle with the dilemma of whether accounting was an instrument of good or corruption »[73].

Il montre comment Balzac, dans son roman L’interdiction fit utiliser la comptabilité comme un outil de police par le juge Popinot.

Mais c’est surtout l’œuvre de Dickens qui retient son attention : « of all the authors of the nineteenth century, Charles Dickens had the most vivid view of accountants and accountability »[74]. Dans sa nouvelle Little Dorrit (1857), où il réemploya l’histoire de son père, qui fut emprisonné pour dettes, Dickens montre l’absurdité et la violence de la dette, de la finance et du système bureaucratique du Trésor anglais, de style proto-orwéllien. Ainsi: « Those charged with the accounts of the nation made sure all accounts were turned into incomprehensible bundles »[75]. Jacob Soll ajoute: « The willfully opaque accounting and management of the Victorian treasury pointlessly ruined honest men like Dorrit and opened the door for swindlers like Sadleir…»[76].

Jacob Soll montre ensuite comment Henri David Thoreau utilisa la comptabilité pour critiquer l’industrie et la finance. Le philosophe français Auguste Comte, quant à lui, voulut réguler tous les aspects de la vie sociale par les nombres. Malthus concevait le décompte des populations comme une opération d’équilibre des comptes.

Enfin Darwin, qui était le petit-fils de Josiah Wedgwood, était lui aussi très marqué par la comptabilité en partie double, comme Jacob Soll le rappelle. Ainsi Darwin tenait un livre des comptes quotidien en partie double où il notait scrupuleusement toutes ses recettes et dépenses. Il tenait également à jour un livre journal dans lequel il notait tous les évènements de sa vie. Darwin était convaincu que la prospérité apporterait le progrès scientifique, industriel et artistique.

Jacob Soll montre ensuite comment le cousin de Darwin, Francis Galton, fut en revanche un pionnier de l’eugénisme et du racisme, lançant des études sinistres sur certains groupes humains supposés être supérieurs du fait de la sélection génétique. Ainsi: « Galton believed his family members long tradition of achievement showed them to be of a superior, industrious race »[77].

Jacob Soll revient ensuite sur le roman de l’écrivain anglais Joseph Conrad : Heart of Darkness (1899), où les atrocités des crimes coloniaux sont admirablement décrites et où, dans une image tellement édifiante de la logique du capitalisme colonial, au milieu des innombrables meurtres commis dans la jungle par les colons, seul le comptable semble conserver sa joie de vivre et sa satisfaction, du fait que ses livres de comptes sont justes. Ainsi Joseph Conrad écrit-il, d’une façon terriblement lucide : « the accountant was able to turn decrepitude and death into neat and tidy numbers to be sent back to the main office »[78]. Rarement les écrivains arrivèrent à une telle compréhension des dérives démentielles du capitalisme, et c’est avec une grande pertinence que Jacob Soll cite ce passage.

Il montre ensuite comment la comptabilité fut également utilisée par Winslow Taylor, le père du taylorisme, qui était hanté par la volonté de réduire les coûts de production. Toute son analyse dérivait en fait de la comptabilité, et il considérait les travailleurs comme a priori faignants et cherchant à éviter la souffrance que représentait inévitablement le travail. La méthode de Taylor conduisait donc à accroître le profit en réduisant au maximum les coûts de production. Des auteurs comme Fourastié montrèrent par la suite la mauvaise compréhension de la productivité réelle qui conduisait à ces raisonnements, mais il n’en demeure pas moins que Taylor devint un consultant réputé, dont les travaux conduisirent à la création de Harvard, et qui inspirèrent le Président Hoover, qui affirmait que le travail devait être fait aussi vite que possible.

Ford s’en inspira, mais plus intelligemment, en prenant en compte les nombreuses plaintes des salariés et les grèves qu’elles entrainaient du fait des conditions inhumaines de travail. Soll montre que la méthode de Taylor intéressa pourtant Lénine, et inspira Staline et Hitler, ce dernier admirant Taylor, de façon tout à fait significative.

Soll souligne en tout cas que le XXe siècle marqua un renouvellement de l’image du comptable désormais : « silent arbitrers of the modern economy »[79]. Mais la deuxième partie du XXe siècle marqua une nouvelle étape dans l’histoire de la comptabilité en partie double.

Chapter 13 : Judgment Day

Dans ce chapitre final, Jacob Soll revient sur l’histoire récente de la comptabilité en partie double. Il affirme qu’avec le développement des crises financières au XXe siècle, et notamment dans les années 30, la pratique de l’audit comptable est devenue de plus en plus difficile.

Il montre qu’au cours des années 20, le New York Stock Exchange est devenu une entité majeure dans le monde financier. De 1922 à janvier 1929, le Dow Jones est passé de 95,51 à 340, perdant ensuite 30% de sa valeur en 1933.

En 1933, le Glass-Steagall Act fut voté pour séparer les banques d’investissement des banques commerciales. Jacob Soll montre que c’est à cette époque que les grandes normes comptables internationales commencèrent à être élaborées. En 1957, l’International Accounting Standards Commitee est créé, remplacé en 2001 par l’International Accounting Standards Board (IASB). Pour Jacob Soll, la période de 1946 à 1961 fut un âge d’or pour la comptabilité, qui gagna une confiance croissante dans le public. Mais à compter de cette date, la comptabilité devint selon lui de plus en plus complexe et de plus en plus difficile à gérer : « it now was a subject only for the expertly informed, inscrutable even to the best educated citizens »[80].

Il retrace ensuite la trajectoire de l’entreprise d’audit comptable Andersen, largement en cause dans le scandale Enron dans les années 2000. Il montre qu’à l’origine cette entreprise a été créée par Arthur Andersen, qui importa aux Etats-Unis une culture comptable inspirée des principes de sa mère : « think straight, talk straight »[81]. Créant sa propre Université à côté de Chicago, Andersen forma des comptables à son images parfois qualifiés d’ « androïdes » tant leur discipline et leur technique était cadrée par leur chef. Formé à PriceWater and Cooper, Andersen fit croître la réputation de sa maison avec sa méthode.

Mais l’auteur montre ensuite que les années 70 mirent à l’épreuve les comptables du fait de l’inflation, qui entraîna une remise en cause de la valeur du profit qu’ils calculaient. L’auteur montre que les comptables tachèrent d’améliorer la mesure de la valeur des entreprises à travers la méthode « mark-to-market » qui consistait à actualiser la valeur des biens possédés par l’entreprises en temps réel, en suivant le prix du marché, c’est-à-dire la juste valeur. Il faut souligner que cette évolution, qui correspondait à une actualisation en temps réel du calcul du profit, est tout à fait logique, même si, du fait de la financiarisation croissante des entreprises, elle rendait la valeur de ces entreprises et de leur profit de plus en plus instable et volatile. Jacob Soll exprime cette réalité nouvelle quand il affirme : « With the idea of value now uncertain, accounting had become more speculative, and account books, harder to accurately audit »[82].

C’est dans ce contexte que la série des scandales comptables contemporains a émergé. L’auteur a donc parfaitement raison de souligner que c’est un problème de théorie comptable, et même de théorie économique, qui a conduit à cette situation, qui dépasse donc largement le cadre de la simple fraude, bien que celle-ci soit aussi très présente.

Jacob Soll relate ensuite la manière dont les agences de notation ont accru progressivement leurs pouvoirs à mesure que la financiarisation progressait. Il souligne pourtant avec raison la grande superficialité de leurs audits et rapports: « The ratings agencies and their critics recognized that assessing sovereign debt (government bonds issued by a government to sell to foreign investors ) to determine a country’s credit rating was highly speculative. Nonetheless, ratings companies maintained a sacrosanct status »[83].

Après avoir retrace l’historique de l’émergence du Big Four, il montre ensuite comment la règlementation mise en place dans les années 30 a été démantelée avec le Gramm-Leach-Bliley Act en 1999, comme Bill Clinton lui-même le reconnut.

Il montre ensuite comment le cabinet Andersen, qui diversifia ses activités entre la comptabilité et le conseil, cette dernière activité représentant une part croissante de ses activités, tripla ses profits dans les années 90. Soll montre bien comment ces activités de conseils, qui consistaient en fait largement à expliquer aux entreprises comment surestimer leur valeur en faisant croître artificiellement la valeur de leur actif (cette dernière étant de toute façon de plus en plus difficile à évaluer correctement), prirent de plus en plus d’importance dans les activités de la vénérable entreprise, qui avait bâti sa respectabilité sur la rigueur et la sincérité de sa comptabilité.

Les scandales Enron, WordCom, WasteManagement eurent raison du cabinet Andersen qui disparut dans la banqueroute. Soll rappelle que de nombreux cabinets comptables et entreprises furent alors emportés dans les banqueroutes. Georges Bush édicta à cette époque le Sarbanes-Oxley Act pour garantir l’indépendance des auditeurs comptables, et les grands pays européens firent alors de même. Mais ces législations renforcèrent les grands groupes comptables, désormais seuls à maîtriser la complexe législation existante.

Jacob Soll montre ensuite combien les grands groupes comptables ont été peu nombreux à prévoir la crise financière de 2008, puisqu’ils validèrent tous sans problème les comptes de la Bear Stearns, ou de Lehman Brothers, même si certains prévinrent que les CDO étaient un investissement risqué.

Jacob Soll montre avec pertinence qu’aucune solution idéale n’existe dans le contexte de la financiarisation. En effet, les grands groupes comptables ont été critiqués par les banques d’investissement en 2007-2008 pour avoir trop insisté sur le risque que présentaient les CDO et ainsi avoir cassé la confiance existant dans ces dérivés. Les grands groupes comptables se sont défendus de leur côté en affirmant qu’une position inverse aurait conduit à des scandales du type de ceux d’Enron.

Toutes ces descriptions ont donc le grand intérêt de montrer que ce qui est en jeu, derrière les débats sur la nature et l’origine des crises financières, c’est tout autre chose qu’un problème de règlementation, mais bien plus un problème de théorie économique et monétaire. En effet, mais Soll ne s’aventure pas jusque-là, c’est l’instabilité de la finance elle-même, comme forme quasi-monétaire, se substituant à la monnaie, qui est ici en jeu. L’instabilité de la finance, due à l’instabilité de la créance elle-même, comme forme de financement alternative à la monnaie officielle, conduit ainsi à paralyser tous les acteurs par crainte de la crise financière. Ainsi Soll rapporte-t-il le propos du Procureur Général des Etats-Unis, Eric Holder : « He has expressed fears that sustained legal actions against financial institutions – beyond fines – could destabilize the financial system »[84].

Ainsi, la financiarisation conduit-elle à la peur généralisée et à la paralysie, et ce problème dépasse largement les capacités de contrôle des comptables.

Conclusion

En conclusion, Jacob Soll revient encore une fois sur notre incapacité chronique à définir et stabiliser le système financier et monétaire: « Considering that there have been centuries of struggles over financial accountability, our own recent inability to effectively audit and hold companies and governments accountable seems incomprehensible »[85]. On ne peut que souligner encore une fois l’aspect profondément scientifique de sa démarche, qui cherche à explorer et comprendre un problème récurrent de l’histoire monétaire et financière. A notre avis, ce symptôme indique un problème théorique majeur, celui de la distinction précise entre monnaie et créances, distinction que la partie double opère de façon très solide, ce qui est une des explications de sa puissance et de sa durée de vie, tout comme du rôle essentiel qu’elle joua dans l’émergence de nos systèmes monétaires.

Jacob Soll ajoute: « Why, one may ask, don’t democratic governments do more to stabilize the world of finance, from the most sophisticated leveraging of Wall Street to the dine-a-dozen mortgages of Main Street? »[86]. En effet cette question se pose de façon d’autant plus impérieuse que la Chine, qui est désormais la première économie mondiale et dont le PIB dépasse désormais celui des Etats-Unis, ne connaît aucun problème d’instabilité financière, et dispose d’une monnaie qui circule à la fois en contrepartie de la dette publique et de la dette privée, à l’image de ce système qu’utilisèrent les Britanniques pendant les Guerres napoléoniennes, la République de Venise dès le XVIe siècle quand elle combattait l’Empire Ottoman, ou les puissances alliées lors des deux guerres mondiales et dans la deuxième partie du XXe siècle. La Chine en effet, tout en ayant importé la comptabilité en partie double, a su maintenir des institutions monétaires et bancaires inspirées de la période communiste, et contrôle son système monétaire de façon désormais plus rationnelle et efficace que les pays occidentaux, qui ont pour leur part tendance, depuis les années 80, à suivre des politiques monétaires trop restrictives, ou en haussant les taux directeurs, ou en interdisant le financement direct de la dette publique par la Banque centrale, c’est-à-dire le deuxième moteur de l’émission de monnaie de crédit.

Encore une fois Jacob Soll n’aborde pas directement ces questions de théorie monétaire, mais il semble parfaitement conscient des défis que pose le modèle chinois à l’Occident : « And more of these proposals addresses the challenges posed by the rise of China »[87].

Il semble également conscient des problèmes de méthodologie de la science économique que posent ces problématiques : « Economics was born as not just a mathematical field of inquiry but as historical study of culture »[88].

Un des traits saillants de ce livre extrêmement important pour l’histoire mais aussi la théorie comptable et monétaire, c’est bien de s’orienter systématiquement en direction des problématiques les plus captivantes pour l’évolution de la recherche. Ce livre pose autant de questions nouvelles qu’il en résout, d’une manière qui puise au meilleur de la tradition scientifique issue de l’Antiquité et de la Renaissance dont on sent bien que Jacob Soll est passionné.


[1] The Information Master. Jacob Soll, University of Michigan Press. 2009.

[2] The Reckoning, Financial Accountability and the Making and Breaking of Nations, Jacob Soll, Penguin Books, 2015, p. XIV.

[3] Ibid., p. XIV.

[4] Ibid., p. XIV.

[5] Ibid., p. XIV.

[6] Ibid., p. 2.

[7] Ibid., p. 6.

[8] Ibid., p. 19.

[9] La Pensée Économique des Scolastiques : Doctrines et Méthodes. Raymond de Roover, DMontréal : Institut d’Études Médiévales, 1971.

[10] The Concept of the Just Price: Theory and Economic Policy, Raymond de Roover, The Journal of Economic History 18 (4), 418-434.

[11] Publishing “The Prince”. Jacob Soll, University of Michigan Press. 2005.

[12] The Reckoning, Financial Accountability and the Making and Breaking of Nations, Jacob Soll, Penguin Books, 2015, p. 30.

[13] Ibid., p. 32.

[14] Ibid., p. 32.

[15] Ibid., p. 33.

[16] Ibid., p. 36.

[17] Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVè – XVIIIè siècle, tome 3 Le temps du monde, Fernand Braudel, Armand Collin, Paris, 1979.

[18] The Reckoning, Financial Accountability and the Making and Breaking of Nations, Jacob Soll, Penguin Books, 2015, p. 72.

[19] Ibid., p. 73.

[20] Ibid., p. 73.

[21] Ibid., p. 73.

[22] Ibid., p. 77.

[23] Ibid., p. 77.

[24] Ibid., p. 78.

[25] La Banque d’Amsterdam. J. G. Van Dillen,  In: Revue d’histoire moderne, tome 3 N°15,1928. pp. 161-187.

[26] The Reckoning, Financial Accountability and the Making and Breaking of Nations, Jacob Soll, Penguin Books, 2015, p. 86.

[27] Ibid., p.88.

[28] Ibid., p.94.

[29] Ibid., p.96.

[30] Ibid., p.99.

[31] Ibid., p.100.

[32] Ibid., p.100.

[33] Ibid., p. 108.

[34] Ibid., p.108.

[35] Ibid., p.111.

[36] Ibid., p.112.

[37] Ibid., p.113.

[38] Ibid., p.116.

[39] Ibid., p.113.

[40] Ibid., p.122.

[41] Ibid., p.122.

[42] Ibid., p.123.

[43] Ibid., p.126.

[44] Ibid., p.127.

[45] Ibid., p.133.

[46] Ibid., p.134.

[47] Ibid., p.135.

[48] Ibid., p.135.

[49] Ibid., p.136.

[50] Ibid., p.137.

[51] Ibid., p.137.

[52] Ibid., p.137.

[53] Ibid., p.141.

[54] Ibid., p.141.

[55] Ibid., p.145.

[56] Ibid., p.147.

[57] Ibid., p.147.

[58] Ibid., p.149.

[59] Ibid., p.149.

[60] Ibid., p.150.

[61] Ibid., p.153.

[62] Ibid., p.154.

[63] Ibid., p.155.

[64] Ibid., p.155.

[65] Ibid., p.162.

[66] Ibid., p.163.

[67] Ibid., p.163.

[68] Ibid., p.166.

[69] Ibid., p.166.

[70] Ibid., p.172.

[71] Ibid., p.172.

[72] Ibid., p.173.

[73] Ibid., p.178.

[74] Ibid., p.179.

[75] Ibid., p.180.

[76] Ibid., p.181.

[77] Ibid., p.185.

[78] Ibid., p.185.

[79] Ibid., p.188.

[80] Ibid., p.194.

[81] Ibid., p.195.

[82] Ibid., p.197.

[83] Ibid., p.198.

[84] Ibid., p. 204.

[85] Ibid., p. 206.

[86] Ibid., p. 206.

[87] Ibid., p. 207.

[88] Ibid., p. 208.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.