PIB, comptabilité, productivité

Comme je le disais dans un précédent article, un grand nombre d’erreurs de l’économie standard sont dues à des erreurs dans la conception de la productivité. Ce concept est fondamental car il est au coeur du développement d’une économie. Plus un pays est capable de produire, plus il possède de richesses, c’est donc la productivité qui détermine la richesse d’un pays. Mais qu’est-ce que la productivité et comment est-elle mesurée? En général, toutes les institutions internationales et nationales, et l’écrasante majorité des économistes définissent la productivité comme la quantité de PIB produit en un temps donné de travail. Cette définition apparaît logique au premier abord, mais il faut alors comprendre ce qu’est le PIB.

Le PIB, un concept issu de la comptabilité privée

Fondamentalement, le PIB est le cumul des valeurs ajoutées de tout le pays. Les lecteurs de ce blog savent que la comptabilité en partie double, à laquelle je m’intéresse beaucoup, et ses concepts fondamentaux, sont pratiqués par toutes les entreprises, toutes les banques, la plupart des associations et des administrations du monde, et cela depuis très longtemps.(1) Or, un des concepts essentiels de la partie double, c’est celui de résultat annuel. Le résultat d’une entreprise, c’est la valeur qu’a gagnée ou perdue l’entreprise sur une année au 31 décembre du fait de son activité. Du fait de la logique spécifique de la partie double, ce résultat est une information extrêmement fiable. Il fut une des raisons de l’expansion de la partie double, car il apportait une information synthétique et essentielle à l’entreprise. D’une certaine manière, le résultat a introduit dans le capitalisme le concept de valeur moderne à partir de la fin du Moyen-Âge en Italie.

Mais si les entrepreneurs privées bénéficiaient avec la partie double d’une information de grande qualité depuis longtemps, information qui était par exemple un des éléments d’analyse économique fondamentaux de Marx ou de Proudhon ; avec le XXème siècle, ses guerres et ses crises économiques ; avec l’invention de la macroéconomie et la victoire de la pensée de Keynes, allait s’imposer l’idée qu’il était nécessaire de bâtir une comptabilité à l’échelle des nations, une comptabilité nationale. Pour ceux des économistes de l’époque qui connaissaient le mieux la comptabilité privée, à commencer par le grand Jean Fourastié, il était évident qu’une telle comptabilité nationale devait nécessairement s’appuyer sur la comptabilité à parties doubles, et sa fiabilité inestimable, que Goethe avait justement qualifié en son temps d' »une des plus belles inventions de l’esprit humain ».(2)

Et en effet, cela fut fait. On fit le raisonnement suivant : puisque le résultat annuel est une information extrêmement fiable, reconnu par tous, de la valeur d’une entreprise, et puisque d’autre part, toutes les entreprises, utilisent la comptabilité en parties doubles, pourquoi ne pas cumuler l’ensemble des résultats annuels du pays et ainsi calculer le résultat du pays, avec toute la fiabilité requise? Et pourquoi d’ailleurs, ne pas le calculer pour chaque pays? Après réflexion, ceci fut fait, mais on choisit un indicateur comptable légèrement différent du résultat : la valeur ajoutée. Celle-ci n’est rien d’autre, pour une entreprise ou une administration, que le résultat auquel on enlève les salaires. Mais c’est une information produite dans toute comptabilité privée ou publique. En recueillant cette information auprès de toutes les entreprises et administrations et en l’agrégeant en un chiffre unique, on obtient donc la valeur ajoutée du pays (3): le PIB était né.

On voit donc que le PIB n’a pas été directement une invention de macroéconomistes et de statisticiens, qui auraient pondu ex-nihilo un concept permettant de piloter l’économie d’un pays. Certes, c’est pourtant bien cette représentation que s’en fait la masse des gens. Mais il a bien plutôt été un recueil complet des données de la comptabilité déjà existantes. En réalité le PIB tire sa force et son universalité des concepts et de la fiabilité de la comptabilité en parties doubles. Et c’est pourquoi, malgré les critiques trop souvent creuses qui lui sont adressées, il est si durable et si utilisé par tous, à commencer par ceux qui étudient la productivité.

PIB et productivité

Comme je le disais, la productivité est généralement exprimée en quantité de PIB produite par unité de temps de travail, car le PIB représente une information fiable au plan comptable, ce qui est extrêmement important pour un statisticien sérieux. Mais fiabilité comptable ne signifie pas fiabilité économique, et tout en l’utilisant, il est fondamental de comprendre que le PIB ne donne pas d’information directe sur la production réelle d’une entreprise. Il est une valeur monétaire, de ce point de vue très solide, mais uniquement monétaire. De même que le résultat d’une entreprise ne nous dit rien sur sa production physique et encore moins immatériel, ainsi le PIB ne nous dit rien sur la production réelle d’une nation.

Les économistes les plus intelligents sont bien entendu conscients de cette limite, mais ils considèrent comme impossible de s’en affranchir. Ils sont d’autant moins enclins à le faire qu’ils ont tendance à résoudre ce problème en estimant que la production réelle et le PIB sont de toute façon liées par le système des prix et du profit. Ainsi, une entreprise ayant une forte production en développement produira une forte quantité de PIB, et une entreprise ne produisant rien sera évincée et ne produira pas de PIB. D’ailleurs, pensent-ils, qui ne voit pas que ce système de prix est à la base du développement de la productivité, au moins depuis la Révolution Industrielle ? C’est donc bien la preuve du lien profond qui existe entre PIB et production réelle.

Tout cela est vrai, mais pas complètement. Le point clé de ma thèse est d’établir pourquoi.     Mais je résumerais ici mes arguments en disant que tous les prix ne fonctionnent pas de la même manière. Certains certes, ont un lien puissant avec la production réelle, ce sont les prix du secteur productif, et le PIB des entreprises de ce secteur correspond avec la croissance de la production réelle. Mais d’autres prix, et surtout d’autres salaires, sont versés sans lien avec la production réelle, et représentent bien davantage des activités parasitaires visant à capter une partie de la monnaie en circulation. Ces activités, dont il me faudrait faire une cartographie mais dans laquelle on peut inclure la finance, produisent du PIB, mais ne produisent rien de réel, même indirectement. On pourrait penser que leur existence est marginale ou précaire, mais je ne le pense pas. Je pense bien plutôt que leur existence est structurelle ; elles permettent de nourrir le système productif en évitant la déflation qu’induirait celui-ci si on l’abandonnait à sa propre logique. Et elles se glissent dans un angle mort de l’analyse économique.

Redéfinir la productivité en volume

Voilà pourquoi pour combattre les méfaits du capitalisme moderne, il est nécessaire de revenir à une analyse de la production réelle hors du PIB, en recourant à une définition de la productivité en volume. Bien entendu cette analyse est plus difficile, elle freine les comparaisons, géographiques ou historiques, et limite l’agrégation des statistiques, par exemple à l’échelle nationale. Mais elle n’est pas impossible et elle est à mon avis nécessaire. De plus elle est plus intéressante et plus précise et de nombreux travaux ont prouvé sa supériorité dans l’histoire économique ( notamment ceux de L.A. Vincent sur la France. Il recourt aux indices chaînés (4)). C’est d’ailleurs bien là la définition qui avait été choisie à l’origine par les institutions internationales chargées de réfléchir à cette question après guerre, sous l’impulsion de Jean Fourastié, comptable et économiste, qui était très conscient de ce problème de la productivité définie en valeur. Dans son livre sur la productivité datant de 1968, il nous prévenait des impasses auxquelles conduiraient l’adoption d’une définition de la productivité basée sur le PIB :

 » Il faut retenir que la productivité, au sens moderne du terme, s’entend toujours d’une production physique et jamais d’une évaluation en valeur de la production. Cela entraîne que l’on ne peut jamais comparer la productivité dans une profession, la fonderie d’acier par exemple, avec la productivité dans un autre profession qui fabrique un produit différent, des chaussures par exemple. En effet, la productivité des deux professions (par exemple fonderie et fabrique de chaussures) s’exprimera par deux chiffres tels que les suivants : 6 kg de fonte par heure de travail ; 0,2 paires de chaussures par heure de travail. Or ces deux chiffres sont évidemment impossibles à comparer. 

Cette remarque est d’autant plus importante que certains auteurs très estimables, par exemple M. Collin Clark, et plus récemment M. Dayre dans la brochure Productivité, mesure du progrès, ont employé le mot productivité pour désigner des expressions dont le numérateur est non pas un volume physique de production, mais une évaluation en monnaie de la valeur de cette production.

Le groupe de travail des statisticiens et à sa suite le Comité Nationale de Productivité, puis le Comité des Questions scientifiques et techniques de l’OECE ont rejeté cette extension du mot productivité, d’une part parceque la notion de productivité est déjà suffisamment riche, d’autre part parceque la notion de productivité en valeur conduit à des confusions souvent graves qui sont apparues notamment dans The Conditions of Economic Progress.

Ce qui précède ne signifie nullement que les mesures qui prennent en considération la valeur monétaire de la production soient inutiles. Cela signifie seulement qu’il est dangereux de donner à ces mesures le nom de productivité. »(5)

On voit à quel point la suite des évènements a été contraire à la pensée de Jean Fourastié, toutes les institutions internationales et nationales, ainsi que les économistes, basculant dans la définition de la productivité en valeur monétaire qu’il combattait. Que l’ignorance de la signification comptable du PIB ait joué un rôle dans ce retournement est probable, car les critiques de Fourastié étaient d’autant plus lucides qu’il était un des plus grands, si ce n’est le plus grand, spécialiste de la comptabilité en partie double. Mais ce qui importe, c’est de comprendre que nos économies modernes pourraient bien être en train de payer cette erreur conceptuelle en ne comprenant pas la maladie dont elles sont atteintes et qui est moins la déflation que la croissance de certains secteurs parasitaires, comme la finance.

1 Article sur mon ancien blog : https://ecostatshistoire.wordpress.com/2016/11/26/aux-origines-de-la-comptabilite/

2 Double Entry, How the Merchants of Venice Created Modern Finance, Jane Gleeson-White, Allen and Unwin, 2013

3 La comptabilité nationale, Jean-Paul Piriou, Jacques Bournay, Editions La découverte, 2012

4 Population active, production et productivité dans 21 branches de l’économie française (1896-1962), L. A. Vincent, INSEE, 1964

5 La Productivité, Jean Fourastié, PUF, 1968


1 réflexion sur « PIB, comptabilité, productivité »

  1. Bonjour je serais heureux de pouvoir m entretenir avec vous sur tous ces sujets. Je lance une cryptomonnaie et les questions liées à la comptabilité sont centrales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.