Pour la création d’un Parti des Gilets Jaunes

 Le mouvement des gilets jaunes a donc atteint une ampleur inédite, et d’une simple contestation d’une mesure injuste de plus imposée par ce gouvernement, il s’est transformé en une énorme contestation sociale et politique soutenue par la majorité du peuple français. Il faut souligner que c’est le peuple français dans ses profondeurs qui s’est révolté, celui-là même que la grande majorité des élites accablaient de leur mépris de classe pendant des années, celui-là même qu’on pensait suffisamment endormi pour le charger de petites et grandes injustices au nom du confort et des illusions idéologiques de privilégiés auto satisfaits et arrogants. On ne compte plus toutes ces mesures qui depuis des années s’appliquaient avec une rigueur de fer aux plus faibles, aux plus défavorisés, toutes enveloppées d’un discours pseudo-scientifique, dont la théorie économique néolibérale a certainement été l’une des plus grandes pourvoyeuses. Beaucoup seront ainsi surpris de voir le gouvernement Macron s’entêter dans une politique économique absurde qui montre chaque jour sur le terrain ses effets désastreux. Certains pourront peut-être s’étonner de ce qui peut apparaître comme de l’autisme, et ils seront certainement surpris d’apprendre que Macron ne fait qu’appliquer avec entêtement des théories économiques qui ont pignon sur rue dans toutes les universités. Ce désastre intellectuel, dénoncé de longue date par quelques esprits scientifiques honnêtes, produit aujourd’hui ses effets dans la réalité, à la manière dont le marxisme, du moins une certaine conception de celui-ci, fit s’effondrer l’Union Soviétique à force de discours officiels contraires aux faits. Nous en sommes là aujourd’hui, à force d’aveuglement idéologique, de lâcheté et de déconnexion avec le terrain et le bon sens élémentaire.

Ce qui est frappant dans ce mouvement de révolte, c’est la maturité et l’extrême modération dont fait preuve le peuple français, ne tombant dans aucun des pièges qu’on lui tend, impressionnant par son calme, sa détermination et sa maturité, cela sonnant comme la meilleure des réponses à ceux qui le caricaturent depuis des années comme un peuple de beaufs dénués d’intelligence. Car l’intelligence, dans cette crise inouïe, est du côté des gilets jaunes, et la bêtise du côté du gouvernement, des médias à la solde du pouvoir et du CAC 40, et de tous leurs relais. Les gilets jaunes n’en finissent plus de surprendre. Tout ce qu’on croyait impossible, ils le réalisent pas à pas : ils ont fait se lever de façon massive la population que beaucoup disaient désintéressée par la politique, alors qu’elle s’en tenait éloignée par un juste mépris ; ils ont obtenu le soutien de la France entière avec des mots d’ordre et des symboles qui auraient été qualifiés de ringards par tous les communicants politiques de pacotille que comptent les grandes métropoles ; ils ont uni autour de leur révolte tout ce que le pays compte de colères et d’injustices et cela, à chaque fois, en conservant et en étendant le soutien de la majorité ; ils font trembler et feront reculer demain un gouvernement qui plastronnait partout en affirmant qu’il était invincible ; enfin ils sont parvenus à se structurer, alors qu’on prétendait que c’était impossible, et ils ont fait émerger des leaders et un programme économique et politique de valeur, qu’aucun parti, après tant d’années de réflexions et de conférences stériles n’a jamais été en mesure de sortir du cerveau des grands esprits qui sont censés y travailler. Sans doute, les gilets jaunes surprendront encore, mais ce qu’ils ont fait est déjà considérable.

Une liste de revendications à défendre

Beaucoup de discussions ont lieu autour des revendications, et il est clair que cela est nécessaire. Cependant, le programme qui a émergé des premières discussions sur les réseaux sociaux et qui a été envoyé à la presse et aux parlementaires est d’un grand intérêt, et me semble largement représenter les aspirations du mouvement (je n’ai encore croisé personne parmi les gilets jaunes qui le désapprouve). Rappelons-en les différents points :

ZÉRO SDF : URGENT.

IMPÔT SUR LE REVENU DAVANTAGE  PROGRESSIF (PLUS DE TRANCHES).

SMIC À 1300 EUROS NET.

FAVORISER LES PETITS COMMERCES DES VILLAGES ET CENTRES-VILLES. (CESSER LA CONSTRUCTION DES GROSSES ZONES COMMERCIALES AUTOUR DES GRANDES VILLES QUI TUENT LE PETIT COMMERCE) + DE PARKINGS GRATUITS DANS LES CENTRES-VILLES.

GRAND PLAN D’ISOLATION DES LOGEMENTS. (FAIRE DE L’ÉCOLOGIE EN FAISANT FAIRE DES ÉCONOMIE AUX MÉNAGES).

QUE LES GROS (MACDO, GOOGLE,AMAZON, CARREFOUR…) PAYENT GROS ET QUE LES PETITS (ARTISANS, TPE PME) PAYENT PETIT.

MÊME SYSTÈME DE SÉCURITÉ SOCIAL POUR TOUS (Y COMPRIS ARTISANS ET AUTOENTREPRENEURS). FIN DU RSI.

LE SYSTÈME DE RETRAITE DOIT DEMEURER SOLIDAIRE ET DONC SOCIALISÉ. (PAS DE RETRAITE À POINT).

FIN DE LA HAUSSE DES TAXES SUR LE  CARBURANT.

PAS DE RETRAITE EN DESSOUS DE 1 200 EUROS.

 TOUT REPRÉSENTANT ÉLU AURA LE DROIT AU SALAIRE MÉDIAN. SES FRAIS DE TRANSPORTS SERONT SURVEILLÉS ET REMBOURSÉS S’ILS SONT JUSTIFIÉS. DROIT AU TICKET RESTAURANT ET AU CHÈQUE VACANCES.

LES SALAIRES DE TOUS LES FRANÇAIS  AINSI QUE LES RETRAITES ET LES ALLOCATIONS DOIVENT ÊTRE INDEXÉS À L’INFLATION.

PROTÉGER L’INDUSTRIE FRANÇAISE :INTERDIRE LES DÉLOCALISATIONS. PROTÉGER NOTRE INDUSTRIE C’EST PROTÉGER NOTRE SAVOIR-FAIRE ET NOS EMPLOIS.

FIN DU TRAVAIL DÉTACHÉ. IL EST ANORMAL QU’UNE PERSONNE QUI TRAVAILLE SUR LE TERRITOIRE FRANÇAIS NE BÉNÉFICIE PAS DU MÊME SALAIRE ET DES MÊME DROITS. TOUTE PERSONNE ÉTANT AUTORISÉE À TRAVAILLER SUR LE TERRITOIRE FRANÇAIS DOIT ÊTRE À ÉGALITÉ AVEC UN CITOYEN FRANÇAIS ET SON EMPLOYEUR DOIT COTISER À LA MÊME HAUTEUR QU’UN EMPLOYEUR FRANÇAIS.

POUR LA SÉCURITÉ DE L’EMPLOI :LIMITER DAVANTAGE LE NOMBRE DE CDD POUR LES GROSSES ENTREPRISES. NOUS VOULONS PLUS DE CDI.

FIN DU CICE. UTILISATION DE CET ARGENT POUR LE LANCEMENT D’UNE INDUSTRIE FRANÇAISE DE LA VOITURE À HYDROGÈNE (QUI EST VÉRITABLEMENT ÉCOLOGIQUE, CONTRAIREMENT À LA VOITURE ÉLECTRIQUE.)

FIN DE LA POLITIQUE D’AUSTÉRITÉ.ON CESSE DE REMBOURSER LES INTÉRÊTS DE LA DETTE QUI SONT DÉCLARÉS ILLÉGITIMES ET ON COMMENCE À REMBOURSER LA DETTE SANS PRENDRE L’ARGENT DES PAUVRES ET DES MOINS PAUVRES MAIS EN ALLANT CHERCHER LES 80 MILLIARDS DE FRAUDE FISCALE.

QUE LES CAUSES DES MIGRATIONS FORCÉES SOIENT TRAITÉES.

QUE LES DEMANDEURS D’ASILES SOIENT BIEN TRAITÉS. NOUS LEUR DEVONS LE LOGEMENT, LA SÉCURITÉ, L’ALIMENTATION AINSI QUE L’ÉDUCATION POUR LES MINEURS. TRAVAILLEZ AVEC L’ONU POUR QUE DES CAMPS D’ACCUEIL SOIENT OUVERTS DANS DE NOMBREUX PAYS DU MONDE, DANS L’ATTENTE DU RÉSULTAT DE LA DEMANDE D’ASILE.

QUE LES DÉBOUTÉS DU DROIT D’ASILE SOIENT RECONDUITS DANS LEUR PAYS D’ORIGINE.

QU’UNE RÉELLE POLITIQUE D’INTÉGRATION SOIT MISE EN ŒUVRE. VIVRE EN FRANCE IMPLIQUE DE DEVENIR FRANÇAIS(COURS DE LANGUE FRANÇAISE, COURS D’HISTOIRE DE LA FRANCE ET COURS D’ÉDUCATION CIVIQUE AVEC UNE CERTIFICATION À LA FIN DU PARCOURS).

SALAIRE MAXIMUM FIXÉ À 15 000 EUROS.

QUE DES EMPLOIS SOIENT CRÉES POUR LES CHÔMEURS.

AUGMENTATION DES ALLOCATIONS HANDICAPÉS.

LIMITATION DES LOYERS. + DE LOGEMENT À LOYERS MODÉRÉS (NOTAMMENT POUR LES ÉTUDIANTS ET LES TRAVAILLEURS PRÉCAIRES).

INTERDICTION DE VENDRE LES BIENS APPARTENANT À LA FRANCE (BARRAGE AÉROPORT…)

MOYENS CONSÉQUENTS ACCORDÉES À LA JUSTICE, À LA POLICE, À LA GENDARMERIE ET À L’ARMÉE. QUE LES HEURES SUPPLÉMENTAIRES DES FORCES DE L’ORDRE SOIENT PAYÉES OU RÉCUPÉRÉES.

L’INTÉGRALITÉ DE L’ARGENT GAGNÉ PAR LES PÉAGES DES AUTOROUTES DEVRA SERVIR À L’ENTRETIEN DES AUTOROUTES ET ROUTES DE FRANCE AINSI QU’À LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE.

LE PRIX DU GAZ ET L’ÉLECTRICITÉ AYANT AUGMENTÉ DEPUIS QU’IL Y A EU PRIVATISATION, NOUS VOULONS QU’ILS REDEVIENNENT PUBLIQUES ET QUE LES PRIX BAISSENT DE MANIÈRE CONSÉQUENTE.

FIN IMMÉDIATE DE LA FERMETURE DES PETITES LIGNES, DES BUREAUX DE POSTE, DES ÉCOLES ET DES MATERNITÉS.

APPORTONS DU BIEN-ÊTRE À NOS PERSONNES ÂGÉES. INTERDICTION DE FAIRE DE L’ARGENT SUR LES PERSONNES ÂGÉES.L’OR GRIS, C’EST FINI. L’ÈRE DU BIEN-ÊTRE GRIS COMMENCE.

MAXIMUM 25 ÉLÈVES PAR CLASSE DE LA MATERNELLE À LA TERMINALE.

DES MOYENS CONSÉQUENTS APPORTÉS À LA PSYCHIATRIE.

LE RÉFÉRENDUM POPULAIRE DOIT ENTRER DANS LA CONSTITUTION. CRÉATION D’UN SITE LISIBLE ET EFFICACE, ENCADRÉ PAR UN ORGANISME INDÉPENDANT DE CONTRÔLE OÙ LES GENS POURRONT FAIRE UNE PROPOSITION DE LOI. SI CETTE PROPOSITION DE LOI OBTIENT 700 000 SIGNATURES ALORS CETTE PROPOSITION DE LOI DEVRA ÊTRE DISCUTÉE, COMPLÉTÉE, AMENDÉE PAR L’ASSEMBLÉE NATIONALE QUI AURA L’OBLIGATION, (UN AN JOUR POUR JOUR APRÈS L’OBTENTION DES 700 000 SIGNATURES) DE LA SOUMETTRE AU VOTE DE L’INTÉGRALITÉ DES FRANÇAIS.

RETOUR À UN MANDAT DE 7 ANS POUR LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE. ( L’ÉLECTION DES DÉPUTÉS DEUX ANS APRÈS L’ÉLECTION DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE PERMETTAIT D’ENVOYER UN SIGNAL POSITIF OU NÉGATIF AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE CONCERNANT SA POLITIQUE. CELA PARTICIPAIT DONC À FAIRE ENTENDRE LA VOIX DU PEUPLE.)

RETRAITE À 60 ANS ET POUR TOUTES LES PERSONNES AYANT TRAVAILLÉES DANS UN MÉTIER USANT LE CORPS (MAÇON OU DÉSOSSEUR PAR EXEMPLE) DROIT À LA RETRAITE À 55 ANS.

UN ENFANT DE 6 ANS NE SE GARDANT PAS SEUL, CONTINUATION DU SYSTÈME DES AIDES PAJEMPLOI JUSQU’À CE QUE L’ENFANTAIT 10 ANS.

FAVORISER LE TRANSPORT DE MARCHANDISES PAR LA VOIE FERRÉE.

PAS DE PRÉLÈVEMENT À LA SOURCE.

FIN DES INDEMNITÉS PRÉSIDENTIELLES À VIE.

INTERDICTION DE FAIRE PAYER AUX COMMERÇANTS UNE TAXE LORSQUE LEURS CLIENTS UTILISENT LA CARTE BLEUE. -TAXE SUR LE FUEL MARITIME ET LE KÉROSÈNE.

Ce programme, qui peut éventuellement être amendé sur des points de détail, mais n’a pas beaucoup intérêt à l’être, est une excellente base politique. La première priorité pour les citoyens qui désirent soutenir les gilets jaunes devrait être de se poser la question de la façon dont on pourrait l’appliquer. C’est cela la demande essentielle des gilets jaunes. Mais pourtant, aucun parti institutionnel ne le comprend.

La crise démocratique et la nécessité de créer le Parti des Gilets Jaunes

En effet, il est intéressant de constater que parmi les partis, même les partis d’opposition, aucun n’est d’accord avec ce programme. Le Rassemblement National trouve qu’il contient trop de mesures sociales et ne veut pas les appliquer. D’un autre côté la France Insoumise n’est pas d’accord avec le volet immigration, et voudrait que davantage de mesures sociétales figurent dans ce programme. Ce qui fait que personne, en fin de compte, ne défend le programme des gilets jaunes, et c’est la raison profonde de la crise démocratique que traverse le pays. D’un autre côté, si le mouvement parvient à se transformer en parti, et s’il ne se fait pas infiltrer par des éléments de la bourgeoisie, spécialistes de la politique et des mouvements sociaux coupés du peuple,  qui affaibliront immanquablement son programme, il peut renverser la situation en sa faveur. Car sur une telle ligne, il y a cher à parier qu’un parti des Gilets Jaunes obtiendrait la majorité des voix lors des élections, et dépasserait tous les vieux partis politiques qui refusent de se plier à son programme. Car ce que les différents militants de ces vieux partis oublient, quand ils mégotent sur le programme parce qu’il ne serait pas assez présentable sur tel ou tel point, c’est qu’ils ne sont pas en position de force dans cette négociation. Depuis le début, ce sont les gilets jaunes qui imposent leur ordre du jour, non seulement au gouvernement mais à tous les opposants politiques et syndicaux classique. Tous ces représentants classiques, en effet, s’illusionnent sur leur pouvoir réel et ont un très faible soutien populaire réel (il faut se souvenir du faible nombre de voix qu’ils ont tous fait aux dernières élections du fait de l’énorme taux d’abstention).

Autrement dit si le peuple parvient à fonder un Parti des Gilets Jaunes sur une base politique proche de ce programme, et en s’en éloignant le moins possible, il est tout à fait possible que ce parti prenne le pouvoir lors de prochaines élections. Nous vivons une époque de turbulence politique, où des mouvements sont apparus très rapidement dans d’autres pays européens et ont fait de très gros scores peu de temps après leur naissance. Cependant ces mouvements (comme le M5S en Italie) n’avaient pas une telle assise populaire, et l’abstention n’était pas si forte qu’elle l’est en France. On peut donc penser qu’une excellente moisson électorale est possible pour les Gilets Jaunes s’ils parviennent à fonder rapidement un parti politique reprenant ce programme.

La question des moyens et la nécessaire sortie de l’euro

En tout cas, si la création d’un parti des gilets jaunes serait la seule issue à la crise démocratique, il est nécessaire que ce mouvement adopte des statuts démocratiques et réfléchisse à la question des moyens par lesquels il pourra réaliser son programme. Des réponses qui seront apportées à ces questions dépendra la crédibilité d’un tel parti et sa capacité à répondre aux aspirations populaires profondes qui le porteraient au pouvoir. Un échec serait évidemment quelque chose de dramatique, et c’est pourquoi il est nécessaire d’aborder cette question des moyens avec la plus grande responsabilité et la plus grande rigueur intellectuelle. Or le point essentiel et incontournable que soulève nécessairement l’application d’un tel programme, c’est celui de la sortie de l’euro. Il faut le dire immédiatement et ne transiger d’aucune manière sur ce problème. Pour appliquer le programme des gilets jaunes il est indispensable de disposer de la souveraineté monétaire. Il est nécessaire de sortir de l’euro. Cela pour plusieurs raisons. Premièrement, pour relancer la production et l’emploi en dépréciant la monnaie, car actuellement l’euro empêche cet ajustement nécessaire à la nature de l’économie française, et c’est la raison principale qui l’étouffe et la bride. Deuxièmement, parce que pour mener les réformes sociales exigées par ce programme, il sera nécessaire de mener des réformes monétaires d’ampleur, en utilisant notamment la Banque de France pour réaliser des investissements productifs massifs basés sur des emprunts à taux zéro. Cela, il faut le souligner, ne provoquerait pas d’inflation si ces investissements sont intelligemment pensés, justement, à partir du terrain et à l’aide d’outils d’analyses adéquats. Troisièmement, pour pouvoir tenir en bride les marchés financiers et empêcher leurs effets perturbateurs de déstabiliser l’économie française. A ces trois niveaux, des actions sont de toute façon nécessaires si la France ne veut pas sombrer dans le désastre où sont en train de nous conduire tout droit l’alliance de théoriciens en apesanteur, d’une bourgeoisie avide et de politiciens d’aventure. Si les gilets jaunes permettent de remettre de l’ordre dans la pensée, dans l’organisation productive du pays, et dans son fonctionnement financier et monétaire, ce mouvement pourra être à bon droit qualifié par les historiens du futur de révolutionnaire.

La monnaie entre violence et confiance (Aglietta et Orléan, 2002) 

Paru en 2002, La monnaie entre violence et confiance est à l’origine une mise à jour de La violence de la monnaie. Mais le livre, qui reprend une partie de la structure de son prédécesseur, finit par le déborder largement, notamment par ses développements sur l’évolution des marchés financiers mondiaux dans les années 80 et 90.

Cependant il conserve, approfondit et clarifie la base théorique permettant de penser l’évolution des marchés financiers et de la monnaie, telle qu’elle avait été élaborée dès 1982 par les deux auteurs. En cela, on peut constater la validité de leur théorie au regard de sa capacité explicative des phénomènes financiers et monétaires, notamment grâce à sa distinction féconde entre système fractionné et système hiérarchique. Mais les failles théoriques de cette même théorie[1] néanmoins, n’ont pas été résolues et entraînent des angles morts dans leur analyse, notamment dans leur vision de l’histoire de la monnaie, comme nous allons le voir.

Chapitre 1

Dans ce chapitre, les auteurs reviennent sur la définition anthropologique de la monnaie telle qu’ils l’ont établie dans leur précédent ouvrage, mais en en précisant le sens, et en utilisant un style plus direct et plus clair. La distinction de Marx entre valeur d’échange et valeur d’usage est au cœur de leur analyse, mais ils cherchent à la moderniser en intégrant l’apport de Freud et de Girard et son désir mimétique. Ils montrent que les néoclassiques ont une conception étriquée du désir des individus, qu’ils réduisent à une chose stable et parfaitement maîtrisée par l’individu : « aucune envie ne traverse homo oeconomicus », « l’infini du désir lui est absolument étranger »[2], notent-ils ainsi avec pertinence. L’individu rationnel de la théorie de l’équilibre général possède un lien pacifié aux marchandises, « dépourvu de toute névrose »[3].  D’ailleurs, cette théorie fait l’impasse sur la monnaie elle-même, en la réintroduisant ex-post dans le raisonnement comme une marchandise de plus, et ce n’est pas là le moindre de ses paradoxes. Il est à noter que dans leur livre, bien plus que dans La violence de la monnaie, les auteurs situent leur théorie par rapport à la théorie néo-classique à laquelle on sent qu’ils ont été largement confrontés pendant vingt ans. Cela représente à la fois un avantage et un inconvénient car, si l’occasion leur est donnée de faire des critiques profondes et convaincantes à ce système de pensée dominant, en revanche cela freine  le développement de leur propre approche et empêche peut-être son perfectionnement.

En tout cas, les auteurs insistent sur l’importance de la distinction entre théorie de la valeur et théorie de la monnaie. Car contrairement à ce qu’affirment les néo-classiques et Marx, d’accords sur ce point, c’est la monnaie qui détermine les prix et non la valeur en elle-même. En revanche, pour comprendre les origines de la monnaie, il est nécessaire de repartir, comme Marx cette fois-ci, de la notion d’échange. Car à l’origine, toutes les marchandises s’échangeant, chacun cherche à ce que sa marchandise devienne l’équivalent général servant à mesurer toutes les autres, c’est-à-dire devienne la monnaie. Pour les néo-classiques l’équivalent général est déjà là, géré par un médiateur déjà présent, aussi ne le pensent-ils pas ; ils ne le voient pas. En cela les théories modernes qui affirment la neutralité de la monnaie, comme le monétarisme de Milton Friedman, s’accommodent bien de ce cadre théorique car pour elles, l’histoire de la monnaie n’est que l’histoire de l’avènement de cette neutralité et, à ce titre, n’a aucune importance pour le présent.

Au contraire, Aglietta et Orléan réaffirment une vérité incontournable pour la pensée économique : c’est que les règles monétaires se transforment en permanence, notamment sous l’action des marchés financiers, et qu’elles sont donc l’objet d’une lutte institutionnelle et politique, notamment au sein des banques centrales. Ces transformations atteignent leur intensité maximale lors des crises financières et monétaires, et pour comprendre celles-ci, il est indispensable d’adopter une pensée sur la nature de la monnaie et les formes qu’elle peut prendre : « Ce qui fait l’originalité de notre démarche, c’est qu’on ne doit jamais prendre l’objectivité des normes monétaires comme définitivement acquise. »[4]

Chapitre 2

En s’appuyant sur Polyiani, les auteurs montrent ici que la montée de la relation monétaire dans la vie sociale conduit à désencastrer l’individu de ses rapports sociaux anciens, ceux qui fondaient les sociétés traditionnelles. Ainsi Marcel Mauss pouvait parler de « fait social total » à propos des échanges marchands dans les sociétés archaïques, c’est-à-dire de faits profondément enchâssés dans toutes les institutions sociales. L’échange marchand, lui, est très différent, il suppose une indifférence entre les différents participants à l’échange, et une focalisation sur la seule utilité de l’objet échangé. Aussi le développement de la forme marchande conduit-il les sociétés à l’individualisme marchand, et ce mouvement est toujours à l’œuvre aujourd’hui, c’est ce que les auteurs nomment « la séparation»[5]. Fondamentalement, les auteurs montrent que c’est la monnaie qui permet l’instauration de cet ordre nouveau, et c’est l’une des raisons pour lesquelles il importe de l’analyser :  la monnaie « donne vie sociale à la séparation marchande »[6].

Cette séparation et cette individualisation entraîné par la société marchande conduit à une forte incertitude sur l’avenir. Pour Keynes, cette incertitude est radicale, alors que pour les théoriciens de l’équilibre général, dont le modèle de Arrow-Debreu est l’aboutissement ultime, l’incertain est probabilisable, ce que Aglietta et Orléan  contestent. Pour eux, c’est précisément en réponse à cette incertitude radicale de l’avenir que se constitue la monnaie, comme l’expression d’une souveraineté qui protège les individus. C’est alors à la pensée de René Girard qu’ils recourent pour fonder cette hypothèse. Ils montrent que chacun est tourné originellement vers la richesse mais personne ne sait vers quelle monnaie. Alors intervient le mimétisme qui fait se polariser le désir du groupe vers un objet à la fois exclu et élu dans l’unanimité : « Ce qui compte n’est pas le contenu intrinsèque de l’objet élu mais bien le fait d’être choisi unanimement par tous les sociétaires »[7]. C’est à ce moment-là que survient l’institutionnalisation de l’objet élu, autrement dit sa divinisation. Mais constamment, l’objet doit prouver sa légitimité. En tout cas, c’est bien la polarisation mimétique, et non l’Etat, qui entraîne l’élection de l’objet élu, c’est-à-dire de la monnaie.

Au-delà de l’intérêt de cette démonstration, et sans nier l’importance évidente du mimétisme dans les sociétés humaines, on pourrait objecter qu’il est excessif d’affirmer que ce mimétisme est la seule substance du désir, comme l’affirme Girard, et la littérature peut illustrer sans problème cette objection, même sans mobiliser la littérature romantique. De même, concernant la monnaie, il nous semble pouvoir faire la même objection. Il n’est pas si certain que l’objet élu soit choisi de façon contingente pour constituer la monnaie. Au contraire ce que l’on observe, en tout cas concernant l’apparition de la monnaie de crédit moderne à la fin du Moyen-Age, c’est que cette monnaie est le simple outil d’une organisation administrative, c’est-à-dire de marchands-banquiers disposant d’une technique supérieure de gestion des créances et des valeurs : la comptabilité en partie double. Cette technique, les place en situation d’organiser la circulation des valeurs, qu’il s’agisse des marchandises, de la monnaie ou des créances, et cette capacité pousse naturellement les agents vers leur monnaie de compte, le mimétisme jouant certainement son rôle à partir de ce moment-là. Mais initialement, c’est bien leur capacité administrative dans la gestion et l’organisation de la valeur qui a fait élire leur unité de compte, et non pas le mimétisme. Concernant les époques lointaines des origines de la monnaie, n’est-il pas possible de lire les travaux anthropologiques[8] sur l’origine de la monnaie, comme ceux de David Graeber[9], comme l’application de ce même principe ? En effet, en Mésopotamie, ce sont bien également des comptables, les fameux Maîtres des Nombres de l’Etat, qui gèrent la première unité de compte monétaire de l’histoire. N’est-ce pas là encore une certaine capacité à gérer et organiser la valeur, cette fois-ci directement réalisée, ou peut-être simplement récupérée à l’issue d’évolutions inconnues, par l’Etat, qui a permis à une monnaie de s’imposer dans l’économie ? L’hypothèse semble plausible, même si les sources sont très parcellaires pour ces époques les plus anciennes de l’histoire humaine.

Mais cette objection est importante, car cette tendance à faire de la monnaie et de son élection par polarisation mimétique l’institution première conduira les auteurs à donner une interprétation réductrice de certains faits de l’histoire monétaire récente, notamment la réapparition du troc ou la circulation des engagements de paiements interentreprises en Russie, parce qu’ils sous-estiment l’influence des institutions sur la formation de la monnaie elle-même. C’est ce que Jacques Sapir critique comme un « essentialisme monétaire »[10].

Chapitre 3

Ici les auteurs affirment leur proximité de point de vue avec Georg Simmel dans leur conception de la monnaie comme lien social. Ils affirment que ce n’est pas l’Etat qui est à la base de la monnaie et donne pour exemple la Révolution française où l’Etat se trouvait incapable de faire fonctionner les assignats. Mais on pourrait leur rétorquer que les crises hyper inflationnistes sont précisément celles où le pouvoir monétaire de l’Etat est remis en cause, ce qui constitue un cas exceptionnel et spécifique.

Une évolution conceptuelle importante apparaît dans ce chapitre concernant leur définition de la monnaie qui diffère de La violence de la monnaie. En effet ici, les auteurs commencent à nommer celle-ci « monnaie réelle »[11] et à la distinguer fonctionnellement des créances en cirulation qui constituent les marchés financiers. Cela signifie qu’ils mettent à jour cette distinction du point de vue fonctionnel, et cela est effectivement nécessaire. Mais au plan théorique, nous verrons dans le chapitre suivant qu’ils ne parviennent toujours pas à en donner une définition correcte, parce qu’ils assimilent encore à tort la monnaie officielle à une dette. Pourtant ici, leurs analyses des marchés financiers comme étant mus par la préférence pour ka liquidité, c’est-à-dire pour la monnaie réelle, implique une telle définition. De façon contradictoire ils affirment ainsi : « la monnaie ne peut avoir aucune valeur »[12] parce qu’ils la conçoivent à tort comme une dette ou une créance (cela revient au même). Comme dans La violence de la monnaie, on retrouve cette hésitation entre la définition de la monnaie réelle et des créances, parce qu’ils hésitent entre leur définition erronée de la monnaie et la réalité fonctionnelle qu’ils décrivent. Ils tendent alors à nommer cette hésitation « ambivalence », et ils l’attribuent à la monnaie plutôt qu’à leur propre définition. Ainsi affirment-ils : « Le problème que nous devons résoudre est toujours l’ambivalence de la monnaie. »[13]

Chapitre 4

Comme dans la Violence de la monnaie, les auteurs reprennent ici l’histoire de la monnaie depuis les origines pour essayer d’y appliquer leur théorie. Cependant, ils apportent de nouveaux éléments à cette histoire qui ont été mis à jour par les chercheurs dans les années 80 et 90. Ainsi, au contraire de ce qu’ils affirmaient, ils font état d’argent frappé à Ur au IIIe millénaire avant J.-C., avec la tête de la déesse-mère, avant donc que ce système ne s’étende massivement en Grèce autour du 6ème siècle avant J-C. Cependant, cela ne change pas le schéma général qu’ils avaient mis à jour, car il est clair que dans les grandes civilisations antiques, c’est l’unité de compte qui est prépondérante dans l’organisation économique, comme en témoignent largement l’histoire de la Mésopotamie ou de l’Egypte antique. Mais c’est finalement en Lydie, en -580 avant J-C. que le bond conceptuel a lieu, en raison de l’acceptabilité générale que revêtent désormais les pièces de monnaie. Ce système se développe alors dans toute la Grèce, notamment à travers la puissance d’Athènes, qui fait circuler sa nouvelle monnaie dans toute la mer Egée, puis est repris à plus grande échelle encore par l’Empire romain. Plus tard, c’est ensuite Charlemagne qui met en place, selon les auteurs, les unités de compte qui se diffuseront ensuite en Europe et seront à la base des monnaies des puissance médiévales : livre sterling en Angleterre, livre tournoi en France, etc… Mais on peut tout de même se demander s’il y eu véritablement rupture entre l’antiquité et le Moyen-Age sur cette question.

Ensuite, et cela marque une différence avec La violence de la monnaie, les auteurs insistent largement sur la « Révolution monétaire des 17e et 18e siècles »[14] que constitue à leurs yeux, comme à ceux des économistes néoclassiques, la création des banques centrales d’Amsterdam et d’Angleterre. Ces banques ont accompli, pour les auteurs, des « avancées supérieures de l’abstraction »[15], c’est-à-dire qu’elles ont mis en place notre système bancaire moderne. Ce système est d’ailleurs résumé de la façon suivante : « dans le capitalisme, la monnaie est créée de manière endogène en contreparties des dettes privés » puis « des reconnaissances de dettes purement privées doivent pouvoir circuler comme monnaie ».[16] Si la première phrase est juste techniquement, nous avons vu que la deuxième est fausse car la monnaie n’est pas une dette, ni même une reconnaissance de dette, elle est simplement de la monnaie réelle.[17] Cette contradiction dans la définition de la monnaie est la principale faille théorique que nous avons identifiée dans leur théorie de 1982, et nous voyons qu’elle n’a pas disparu ici. En effet, la monnaie ne peut pas être à la fois une dette et circuler en contrepartie d’une dette, cela est absurde. Nous avons vu que cette erreur vient du vocabulaire erroné de la comptabilité bancaire, mais en le reprenant sans examen critique, les auteurs hésitent en permanence pour définir la monnaie, parce qu’ils hésitent à la définir ou non comme une dette. Fonctionnellement, ils voient bien qu’elle ne l’est pas, mais comme leur définition établit qu’il s’agit d’une dette, cela jette le trouble dans toutes leurs conceptions et les empêche de séparer clairement la monnaie réelle des créances (ou dettes) en circulation, c’est-à-dire des titres des marchés financiers. De cette confusion découle les illusions sur le rôle que jouèrent les banques d’Amsterdam et d’Angleterre dans la mise en place du système bancaire moderne. Car, comme l’a montré de Roover[18], ces banques apportèrent peu de choses vraiment nouvelles par rapport aux nombreuses banques publiques qui les ont précédées au 16e siècle, et dont elles reprenaient le fonctionnement. Le véritable bon conceptuel, cette fois-ci, se situe davantage aux 13e et 14e siècles en Italie, avec l’invention de la comptabilité en partie double par les marchands-banquiers italiens. En reprenant cette vision, qu’ils n’avaient pas vraiment auparavant, Aglietta et Orléan semblent s’aligner sur la position des néoclassiques qui voient l’histoire de la monnaie comme l’avènement soudain, presque messianique, du système bancaire moderne à partir de la banque d’Amsterdam au début du 17e siècle[19]. Mais la création de cette banque, comme celle d’Angleterre, n’ont pas été l’introduction « d’avancées supérieures de l’abstraction », mais la simple répétition d’usages bancaires anciens par les marchands qui les ont mises en place au nom de l’Etat qui voulait les contrôler. Comme toutes les banques publiques du 16e siècle, il s’agissait en fait de la mise en place par l’Etat lui-même, et pour son propre compte, d’un système bancaire qui faisait ses preuves dans l’économie privée, et permettait de faire fonctionner une monnaie immatérielle moderne et non inflationniste. C’est la raison pour laquelle la création des banques d’Amsterdam et d’Angleterre, abusivement qualifiée de « révolution » par la pensée économique dominante, parce qu’elle y projette la résolution mythique de toutes ses incompréhensions de l’histoire monétaire, fut en fait perçue comme un non-évènement par tous les acteurs de l’époque.

De façon plus judicieuse, et aussi plus intéressante, les auteurs reviennent ensuite sur l’évolution que connut la monnaie avec le développement de la lettre de change au 13e siècle.  Avec raison ils affirment que ce qui caractérise cette époque est « l’essor des monnaies privées autonomes, et pas seulement des dettes privées »[20]. Certes, les auteurs voient l’importance des innovations de cette époque : « du XIIIe au XIVe siècle, toutes les techniques de la finance internationale ont été inventées »[21], mais, en n’identifiant pas nettement que ce sont des créances en circulation qui sont au fondement des lettres de change, les auteurs ne parviennent pas à saisir que c’est aussi les techniques monétaires modernes qui voient le jour à cette époque. Dès lors, leur analyse des principes théoriques du free banking et de la loi du reflux se laisse entraîner par les conceptions de cette dernière, qui ne voit pas que les mécanismes à l’œuvre dans le principe des réserves bancaires sont avant tout des principes issus de la logique de la comptabilité en partie double, et que c’est l’utilisation de celle-ci qui est l’élément fondamental à comprendre.

De façon paradoxale, les auteurs produisent ensuite une analyse détaillée et convaincante du fonctionnement du système bancaire américain au 19e siècle, évoluant sans banque centrale, à partir des règles établies par les chambres de compensation. La description de ce système monétaire est passionnante, car elle est, à peu de chose près (c’est-à-dire mis à part la possibilité de faire des prêts à intérêt), une application moderne du système médiéval des marchands-banquiers italiens. En effet, en se posant en garante de l’irrévocabilité des promesses de paiement réalisées dans leur comptabilité, les grandes chambres de compensation jouaient le même rôle qu’une banque centrale, en donnant une valeur monétaire à des créances en circulation pour empêcher la destruction de ces valeurs lors d’une crise financière.  C’est bien ce que faisaient les grands marchands-banquiers italiens avant que leur système ne soit pris en main par les Etats à partir du 16e siècle avec l’invention des banques publiques. De façon logique, c’est d’ailleurs la même chose qui s’est reproduite aux Etats-Unis à la fin du 19e siècle avec la création de la Fed, qui a été inventée pour faire sécuriser ce système monétaire par l’Etat.  Ce parallèle historique, en dépit de son grand intérêt, semble échapper complètement aux auteurs. Pourtant, il confirme le fait qu’un système monétaire moderne peut parfaitement fonctionner avec des banques privées, même si cela présente un grand risque en cas de crise financière. Il est vrai que cela affaiblit considérablement la théorie mythique d’un système bancaire et monétaire crée ex nihilo par la banque d’Amsterdam et la banque d’Angleterre au 17e siècle, mais comme nous l’avons vu, cette représentation des économistes néo-classiques n’est pas conforme à la réalité historique.

Chapitre 5

Dans ce chapitre, les auteurs reviennent sur leur définition de la monnaie telle qu’elle apparaissait déjà dans La violence de la monnaie. S’ils la précisent, c’est pour remarquer que la monnaie est bien une créance (ou une dette selon le sens dans lequel on se place) émise par l’institut d’émission X, à laquelle les agents attribuent la valeur d’une monnaie. Ainsi : « De par la légitimité que possède X, son évaluation se voit immédiatement validée socialement : la créance U(i) est transformée en monnaie »[22], du fait de la polarisation mimétique. Aussi la monnaie est-elle explicitement définie comme équivalente à une créance du type de celle qui circulent sur les marchés financiers, à la différence que cette

créance est émise par un institut central : « U(i) = V(i,X) »[23]. Il est dommage que les auteurs, pour approfondir leur définition aient abandonné dans cet ouvrage la présentation comptable de la monnaie, car c’est cela qui leur aurait permis de revenir sur l’erreur de définition présente dans La violence de la monnaie. Ici, ils reproduisent cette erreur de la même façon, parce qu’ils assimilent la monnaie à une pure créance, dont la seule distinction avec les titres des marchés financiers serait finalement une croyance collective contingente. Il est important de répéter que cela ne correspond pas à la réalité. La monnaie est substantiellement différente d’une créance, elle n’est pas une créance en comptabilité, elle est définie fonctionnellement comme de la monnaie réelle. Pour être précis, et pour reprendre leur vocabulaire (du moins celui qui était utilisé de façon plus précise dans La violence de la monnaie), il faudrait poser l’écriture comptable suivante :

Ici, on constate que la créance U(i) est bien émise à l’actif de l’institut d’émission, mais au passif, c’est-à-dire sur le compte en banque de i, c’est bien de la monnaie réelle A(i) qui est créée. Cela ne porte pas atteinte au principe de la partie double, car la comptabilité en partie double distingue les comptes par nature. Autrement dit, l’écriture d’émission monétaire d’une banque (qui peut être la banque centrale auprès des banques privées ou les banques privées auprès de leurs clients) correspond à l’émission d’une créance pour la banque (ou d’une dette pour le client), en contrepartie d’un don de monnaie réelle au client, spécialement créée pour l’occasion. Il est fondamental d’avoir cette écriture en tête pour bien distinguer la monnaie réelle des créances en circulation sur les marchés financiers. Malheureusement, dans ce livre comme dans la Violence de la monnaie, les auteurs n’arrivent pas à dégager cette définition et demeurent prisonniers d’une confusion entre monnaie réelle et dette qui leur vient du vocabulaire trompeur de la comptabilité bancaire. Comme on l’a dit, cette erreur entraîne une hésitation permanente pour définir et distinguer les deux systèmes monétaires qu’ils ont mis à jour avec raison : système homogène et système fractionné.

Comme dans leur livre de 1982, cette contradiction n’est jamais aussi évidente que quand ils sont au cœur du problème, c’est-à-dire quand ils n’arrivent pas à définir la monnaie réelle et à la distinguer des créances. Ils sentent pourtant la nécessité de le faire pour décrire la réalité, mais ils n’y parviennent pas par un raisonnement logique précis, parce qu’ils sont piégés dans la définition absurde de la monnaie comme dette. Ainsi affirment-ils par exemple : « le système homogène crée une mythologie de la stabilité », il offre « une forme éminemment liquide de l’épargne »[24], alors que ce qu’il offre est simplement de la monnaie réelle. Parfois cette contradiction entre monnaie et créance apparaît dans la même phrase lorsqu’ils évoquent par exemple : « des engagements créanciers absolument liquides, puisque sous forme monétaire » [25] ! Mais il faut choisir entre monnaie ou créance car il ne s’agit pas de la même chose. Finalement ils évoquent également « l’ambivalence des créances » ou encore « la liquidité absolue des créances »[26], mais il s’agit là d’artifices. Une créance en effet, n’a jamais de liquidité absolue, elle est tout simplement une promesse de paiement, qui peut ou non être réalisée. Quand bien même on est certain de la réalisation de cette promesse, cela ne la transforme pas en monnaie car elle demeure une promesse de paiement, et non une monnaie réelle, et cette distinction est toujours présente en comptabilité. Elle peut certes, circuler comme une monnaie, mais tant qu’une institution souveraine ne l’a pas garantie et qualifiée comme une monnaie, elle n’en est pas une. Les auteurs, qui affirment finalement que les banques privées émettent « un engagement exigible, à savoir le dépôt à vue, en contrepartie d’une créance »[27] au moment de la création monétaire, poursuivent la confusion de la Violence de la monnaie, puisque c’est de la monnaie réelle qui est en fait créée.

Chapitre 6

Les auteurs utilisent leur distinction féconde entre système fractionné et système homogène pour décrire l’évolution de la politique monétaire américaine depuis les années 60 jusqu’au début des années 2000. Comme ils l’avaient fait dans leur précédent ouvrage, ils retracent les différentes crises financières qui ont émaillées l’histoire américaine et ont poussées la Fed à intervenir de plus en plus pour sécuriser les titres financiers, comme lors de la faillite du Penn Central en 1970, ou de la ville de New York en 1974. La Fed a alors injecté de la monnaie pour garantir les créances financières, mais par ailleurs, elle a mené une politique qui a consisté à développer toujours davantage la titrisation et la financiarisation. Avec plus de recul par rapport au livre de 1982, les auteurs poursuivent néanmoins dans la même direction l’analyse de la financiarisation e l’économie américaine puis mondiale. Ils montrent que cette situation correspond à nouveau régime de croissance alimenté par la montée du prix des actifs financiers. Ce régime est alors renforcé par la nomination d’Alan Greenspan à la tête de la Fed en 1987. Ils montrent que la politique des banques centrales évolue de plus en plus dans deux directions : le ciblage de l’inflation et de l’emploi d’une part (avec une plus ou moins grande importance apportée à ces deux éléments selon les pays) et la surveillance des marchés financiers d’autre part. Greenspan a arbitré dans le sens d’une alimentation des marchés en liquidités.

On peut regretter qu’il n’y ait pas de volonté de comprendre la signification macroéconomique du développement des marchés financiers et que, par ailleurs, le principe du ciblage de l’inflation des Banques centrales, qui n’est rien d’autre que l’application du monétarisme de Friedman, soit désormais accepté sans contestation, alors qu’une large part du travail théorique qui avait été produit dans La violence de la monnaie consistait à apporter une critique fondamentale du monétarisme. On peut donc voir ici un recul théorique des auteurs, en raison de leur refus d’analyser le problème des prix à l’échelle macroéconomique, et de l’influence de la finance sur ces prix, et en se focalisant sur la seule conceptualisation de la monnaie.

Chapitre 7

Ce recul face au monétarisme vaut aussi pour ce chapitre, qui analyse les crises des marchés financiers des années 80 et 90. Certes la « dualité irréductible de la monnaie »[28] est réaffirmée à raison, mais les conséquences macroéconomiques de « l’essor extraordinaire des produits dérivés »[29] n’est pas étudié plus que cela. Seul semble être pris en considération le fait que cela vérifie la théorie des auteurs sur la dualité des monnaies, mais les conséquences ne sont pas poussées à bout. C’est ici qu’on sent le plus la focalisation abusive des auteurs sur la monnaie en tant qu’institution essentielle et absolue, sans s’interroger sur les autres institutions qui l’influencent, et notamment la production et les prix. Le reproche d’essentialisme monétaire que Jacques Sapir leur avait fait dans son livre Les trous noirs de la science économique est ici patent[30].

En raison de cette focalisation sur la monnaie, la longue description des crises financières qui rythmèrent les années 80 et 90 perd parfois en intérêt, parce que les auteurs donnent l’impression qu’ils ne cherchent plus à en donner une explication systémique. Aussi derrière l’accumulation de faits toujours précis, glisse-t-on parfois dans une impression de catalogue. Cependant, la théorie monétaire des auteurs, c’est-à-dire la distinction entre système homogène et fractionné, en sort à l’évidence renforcée, et cela d’autant plus qu’elle avait été élaborée vingt ans auparavant. De plus les auteurs, en rappelant que c’est la souveraineté qui permet aux banques centrales d’intervenir, critiquent fortement l’évolution vers l’indépendance de la plupart des banques centrales.

Chapitre 8

Ici les auteurs dressent un panorama de trois problèmes fondamentaux : le problème du support de la monnaie, la question de l’introduction de l’euro et ses conséquences, et le problème de l’organisation monétaire internationale.

Concernant la monnaie électronique, ils affirment que celle-ci est promise à un grand avenir, même si elle pose des problèmes de sécurisation au moment où ils écrivent qui conduiront nécessairement les Banques centrales à intervenir pour réguler ces évolutions. On peut constater plus de 15 ans après qu’ils ne s’étaient guère trompés sur ce point.

Ils font ensuite une description assez critique de l’euro qui vient d’être introduit, en soulignant que contrairement à toutes les monnaies solides du passé, celui-ci ne semble pas appuyé sur une souveraineté solide, c’est-à-dire clairement identifiable. Ils soulignent que la Banque Centrale Européenne, pour l’essentiel, a repris le fonctionnement institutionnel de la BundesBank allemande, ce qui pose un certain nombre de problèmes. En particulier, la BCE semble en retard sur la Fed car elle n’a pas de board unifié. Or « la banque centrale représente le pôle collectif face aux intérêts privées. »[31] Mais l’euro ne s’appuie pas sur une souveraineté clairement établie, ce qui pose un problème politique. De plus, il s’accompagne d’un « libéralisme rampant»[32], ce qui risque de le faire désapprouver par les citoyens. Là encore, ces critiques prendront tout leur sens dans les évolutions politiques et économiques jusqu’à nos jours.

Enfin, les auteurs dressent un tableau des apories de la gouvernance monétaire mondiale. Ils affirment que les flux de capitaux internationaux peuvent parfois avoir un impact négatif et perturbateur sur les pays qui les reçoivent, et qui sont conduits à s’en protéger et à constituer des réserves de change pour limiter les mouvements de spéculation sur leurs devises. Ils affirment que des accords bancaires et monétaires régionaux sont à prévoir, et insistent sur le fait que les crises financières sont inévitables, là encore de façon un peu pessimiste et dans la lignée de certaines remarques de La violence de la monnaie, où l’évolution duale de la monnaie était vue comme un chose incontrôlable par l’homme. En tout cas ils soulignent l’importance de la fonction de prêteur en dernier ressort dans l’action des banques centrales et là encore, on ne peut nier le caractère prédictif de cette affirmation, puisque c’est effectivement cette action essentielle qui permettra d’agir lors de la crise de 2008. Il soulignent également le rôle futur important que pourraient jouer les Droits de Tirages Spéciaux du FMI à l’avenir, même si cette hypothèse n’est pas vérifiée pour l’instant.

En conclusion, ils montrent que leur théorie des systèmes monétaires, soit homogènes soit fractionnés, permet une lecture pertinente de l’évolution des crises. Pour eux, la crise d’hyperfinflation est due à un excès de centralisation de la monnaie, alors que la pénurie de monnaie est due à un excès de fractionnement.

Comme on l’a vu, cette distinction a une puissance explicative et prédictive incontestable, depuis la Violence de la monnaie jusqu’à ce livre, et elle fonde en grande partie la force du travail des auteurs. Cependant, comme on l’a montré, cette théorie juste, qui s’appuie sur la description de la réalité du fonctionnement de la monnaie et des marchés financiers, est une fois encore, vingt ans après la Violence de la monnaie, marquée par une erreur de définition. En effet, les auteurs, en considérant la monnaie comme une dette, s’empêchent de la distinguer des créances en circulation sur les marchés financiers, et commettent de nombreuses confusions à cause de cela. Dans leur conclusion ils répètent d’ailleurs très nettement cette erreur en écrivant : « La confiance qu’inspire [l’euro] témoigne sans fard de ce que la monnaie est une dette ».[33]

Finalement, ce livre représente bien une mise à jour de leur ouvrage de 1982, en ce sens qu’il approfondit, précise, clarifie leur pensée, tout en montrant en quoi elle a prouvé sa valeur et a prévu la financiarisation des années 80-90, c’est-à-dire le fait économique majeur de notre temps. Mais les failles théoriques n’ont pas non plus été résolues, et l’ouvrage semble, au total, ne faire que reproduire un schéma de pensée efficace établi vingt ans avant. De là un certain manque d’outils intellectuels nouveaux pour comprendre toutes les conséquences économiques de la financiarisation massive que nos systèmes monétaires affrontent, et dont leurs livres ont certes annoncé dès le début l’avènement. Quel est l’impact de cette financiarisation massive sur l’organisation de la production, sur le système des prix ? A quels évènements conduiront cette financiarisation ? Telles sont les questions auxquelles ce livre ne répond pas.


[1] Voir mon analyse détaillée de l’ouvrage : https://monnaieprix.hypotheses.org/495?fbclid=IwAR2_2whgQHnUA9gKTZ91z16cDykrTqTeupKut_qBLg8lZzYLH8EV0gdy0G8

[2] La monnaie entre violence et confiance, Michel Aglietta et André Orléan, Odile Jacob, mars 2002, p. 22

[3] Op.cit., p.22

[4] Op.cit., p.32

[5] Op.cit., p.54

[6] Op.cit., p.59

[7] Op.cit., p.81

[8] Histoire et doctrine de la comptabilité, J.H. Vlaeminck, éditions Pragnos, 1979.

[9] Dette, les 5000 premières années, David Graeber, Melville House Publishing, 2011.

[10] Les trous noirs de la science économique, Essai sur l’impossibilité de penser le temps et l’argent, Jacques Sapir, édition augmentée d’une préface, Editions du Seuil, 2001.

[11] La monnaie entre violence et confiance, Michel Aglietta et André Orléan, Odile Jacob, mars 2002, p. 113

[12] Op.cit., p. 117

[13] Op.cit., p. 122

[14] Op.cit., p. 136

[15] Op.cit., p. 136

[16] Op.cit., p. 137

[17] Voir mon analyse détaillée de l’ouvrage : https://monnaieprix.hypotheses.org/495?fbclid=IwAR2_2whgQHnUA9gKTZ91z16cDykrTqTeupKut_qBLg8lZzYLH8EV0gdy0G8

[18] L’Evolution de la lettre de change, XIVè – XVIIIème siècle, Raymond de Roover, Editions Jean Touzot, 1953.

[19] William Roberds & Stephen Quinn, 2007. The Bank of Amsterdam and the Leap to Central Bank Money,  American Economic Review, American Economic Association, vol. 97(2), pages 262-265, May.

[20] La monnaie entre violence et confiance, Aglietta et Orléan, Editions Odile Jacob, 2002, p. 141.

[21] Op.cit., p. 144

[22] Op.cit., p. 181-182

[23] Op.cit., p. 181

[24] Op.cit., p. 183

[25] Op.cit., p. 193

[26] Op.cit., p. 194

[27] Op.cit., p. 203

[28] Op.cit., p. 245

[29] Op.cit., p. 252

[30] Les trous noirs de la science économique, Essai sur l’impossibilité de penser le temps et l’argent, Jacques Sapir, édition augmentée d’une préface, Editions du Seuil ,2001.

[31] La monnaie entre violence et confiance, Michel Aglietta et André Orléan, Odile Jacob, mars 2002, p.304

[32] Op.cit., p. 309

[33] Op.cit., p. 332

La violence de la monnaie (Aglietta-Orléan) : les failles théoriques d’un livre référence.

La violence de la monnaie, paru en 1982, écrit par Michel Aglietta et André Orléan, est un livre référence dans la pensée économique, pas seulement hétérodoxe. S’il constitue à l’origine une critique en profondeur du monétarisme, c’est avant tout parce que celui-ci, comme beaucoup de courants économiques, fait l’impasse sur l’analyse qualitative de la monnaie, trou noir que vient en quelque sorte brillamment combler l’ouvrage, qui demeure pour cela essentiel. Cependant, comme nous allons le voir, tout en reconnaissant ses qualités singulières, on peut faire de sérieuses critiques sur les failles théoriques du livre. Dans cet article, l’ouvrage sera d’abord présenté en suivant sa progression dans une première partie, puis la deuxième partie sera consacrée à sa critique, notamment à ses définitions erronées de la monnaie et de la finance, et enfin aux zones d’ombres dans lesquelles il laisse l’histoire de l’origine des Banques centrales.

Le livre, est préfacé par un Jacques Attali encore en guerre contre le néolibéralisme, et celui-ci rend hommage au travail des auteurs, n’hésitant pas à dénoncer « les dogmatiques politiques monétaires autonomes qui font aujourd’hui tant de mal aux nations qui les emploient »[1], et voyant (à raison) dans le livre un antidote à cette pensée ! On est loin du défenseur acharné de l’euro et de l’indépendance de la BCE qu’est aujourd’hui Jacques Attali.

Première partie de l’ouvrage

En introduction, Michel Aglietta et André Orléan reviennent sur le problème théorique que pose la définition de la monnaie, sur l’importance fondamentale de cette question pour la théorie économique, et sur l’aveuglement complet de la théorie néo-classique à ce sujet. D’emblée, ils posent que « la monnaie n’est pas une réalité homogène »[2] (et nous verrons plus loin la profondeur de cette affirmation), ce qui requiert pour la comprendre l’analyse théorique la plus précise. Pourtant, face à cette problématique centrale, la théorie classique demeure silencieuse. Pire, elle évacue la monnaie de son corpus théorique, et en fait une chose sans importance sur l’économie réelle, un voile pour reprendre le terme malheureux de Jean-Baptiste Say. D’autre part, les modèles économétriques, et les approches quantitatives en général, s’avèrent incapables « de saisir la nature des problèmes monétaires »[3], et notamment les rapports ambigus que celle-ci entretient tant avec l’Etat qu’avec l’économie privée. Ni Milton Friedman pour les monétaristes, ni Friedrich Hayek pour les néolibéraux institutionnalistes, ne parviennent à rendre compte correctement de ces questions monétaires, pas plus d’ailleurs que pour les désordres monétaires internationaux. En introduction, c’est donc à un constat d’échec quasi-général que se livrent les deux auteurs, constat qui s’adresse également aux approches hétérodoxes. Ainsi notent-ils avec pertinence : « la gravité et la récurrence des problèmes monétaires jettent un défi que l’économie politique a été incapable de relever. »[4]

Face à cette situation, les auteurs insistent sur le fait qu’il n’est pas possible de recourir à des approches purement quantitatives de la monnaie, du fait des limites de celles-ci. Il va de soi cependant, qu’ils n’ont pas une vision obtuse des méthodes quantitatives, en particulier des statistiques et de l’économétrie, et ils les utiliseront d’ailleurs à l’occasion dans leur ouvrage, notamment dans les chapitres 6 et 7. Les deux auteurs sont d’ailleurs tous deux des statisticiens de formation, ayant fait leurs classes à Polytechnique et à l’ENSAE, l’école nationale de la statistique en France. La critique qu’ils formulent contre les méthodes quantitatives appliquées à la théorisation de la monnaie n’est donc pas le fait d’une critique naïve, ou hostile à la formalisation mathématique, mais bien le résultat d’une nécessité théorique.

En fait, c’est clairement par le recours à la pluridisciplinarité que les auteurs cherchent à définir la monnaie en élaborant une nouvelle théorie de la valeur. Contre l’homo oeconomicus néo-classique, c’est donc à une « théorie structuraliste de la monnaie »[5] qu’en appellent les auteurs, qui combinerait les approches philosophique, psychanalytique, sociologique, historique pour comprendre la monnaie en en faisant d’abord la généalogie. Par cette méthode, c’est la violence qu’on trouve à la racine de la monnaie, et la volonté d’accaparement, et c’est la pensée de René Girard qui donne les clés de l’ordre marchand, parce qu’il indique ses fondements. D’où les deux parties du livre : d’abord une théorie générale du système monétaire, ensuite une confrontation du modèle ainsi construit aux faits historiques.

Chapitre 1

Dans le premier chapitre, les auteurs cherchent à établir cette nouvelle théorie de la monnaie. Très influencés par la distinction de Marx entre valeur d’échange et valeur d’usage, ils jugent néanmoins que celui-ci n’a pas décrit le désir qui était à l’origine de la valeur marchande et, dans une réflexion où l’influence de Freud n’est pas absente, ni sans doute celle de Sartre, c’est avant tout à René Girard qu’ils font constamment référence. Celui-ci ayant décrit, notamment à partir de la littérature française du 19e siècle, le jeu du désir et de la rivalité mimétiques comme étant le secret que le romantisme masque et que les meilleurs écrivains révèlent dans leur œuvres, Aglietta et Orléan appliquent cette théorie à la monnaie. Pour eux Girard apure l’œuvre de Marx et permet d’aller au plus profond de l’origine de l’institution monétaire. Car la monnaie est bien une institution, c’est-à-dire le résultat du choc de désirs contradictoires et rivaux, qui par son existence permet une médiation de la violence à travers l’existence d’une souveraineté. C’est pourquoi, pour eux, la monnaie est « le processus par excellence de socialisation des sociétés marchandes. »[6]  Chacun désire l’être, c’est-à-dire imite le désir de l’autre mais, quand cette réalité trompeuse du désir mimétique est découverte, puisque rien ne se trouve dans le désir d’autrui qu’un autre désir d’imiter, alors ce désir flotte et ne parvient pas à fixer son objet, il peut laisser place à une rivalité meurtrière, parce que chacun désire se venger sur l’autre de sa propre illusion. C’est ici qu’un objet s’interpose entre les rivalités mimétiques et, en détournant la violence de la rivalité meurtrière vers la simple volonté d’accaparement, permet en fait de gérer socialement cette violence. Cet objet est la monnaie. Pour Aglietta et Orléan, les deux concepts marxiens de la valeur d’usage et de la valeur d’échange sont en fait deux pôles du désir entre lesquels le rapport d’échange oscille jusqu’à se détruire. Seule l’apparition de la monnaie permet la transmutation de la violence originelle en une institution souveraine. Dès lors, la violence unanime se concentre sur l’objet exclu, qui devient aussi un équivalent général pour toutes les marchandises. La croyance de tous dans l’institution monétaire est alors instaurée, et l’occultation des origines du mythe apparaît.

A partir de ce schéma, Aglietta et Orléan montrent par quelle articulation cette institution nouvelle qu’est la monnaie fait retour sur la violence qui l’a fondée en décrivant en détail les trois fonctions de la monnaie : unité de compte, moyen de circulation, moyen de réserve. Ils montrent aussi que les théories monétaires classiques, quantitativistes ou mécanistes, sont incapables de saisir cette articulation des trois fonctions de la monnaie parce qu’elles occultent largement le désir à l’œuvre dans ce processus institutionnel, ou le considèrent comme stable, comme dans la théorie néo-classique. Finalement, ils insistent sur le fait que pour soutenir cette souveraineté monétaire, et malgré la concession d’une certaine autonomie aux monnaies de type privée, il faut une puissance politique.

Chapitre 2 

Dans le deuxième chapitre, certainement celui où la puissance de leur théorie est la plus évidente, Aglietta et Orléan introduisent une distinction fondamentale entre deux formes possibles de systèmes monétaires : le système homogène ou centralisé, et le système fractionné.

De manière générale, ils affirment que la forme d’organisation monétaire, contrairement à l’image mythique que s’en font les libéraux, n’est jamais fixe mais toujours soumise à des formes transitoires, précaires, et à des rapports de force qui cherchent à la transformer. Cette idée essentielle court d’ailleurs avec une grande pertinence tout au long de l’ouvrage et constitue la critique la plus incontestable contre le néo-monétarisme de Milton Friedman, en passe de s’imposer au moment de l’édition de l’ouvrage. Ils montrent en fait que la folie de la rivalité des désirs mimétiques d’accaparement et l’impossibilité de les réaliser conduisent à l’exclusion de l’objet monétaire du jeu social, et par suite à sa divinisation, c’est-à-dire à son institutionnalisation. La richesse devient le désirable absolu.

S’ensuit une définition du système homogène, qu’on peut qualifier de système monétaire classique organisé autour d’une banque centrale émettrice de monnaie, et du système fractionné qu’on peut considérer comme représentant les marchés financiers. Le système hiérarchisé est alors le système qui unifie et organise ces deux formes d’organisation de la monnaie, et correspond largement à ce qu’on trouve dans la réalité.

Le système homogène est défini comme le système où le financement de l’économie est assuré directement et exclusivement par la banque centrale. La monnaie est alors unique, sa définition est reconnue par tous les agents économiques, c’est un principe achevé. De façon tout à fait logique, les auteurs recourent à une définition de ce système à partir des cadres de la comptabilité en partie double, puisque ce sont ces cadres qui définissent seuls la monnaie. Ils décrivent ce système comme répondant aux écritures comptables suivantes [7]

Où U(t) représente les dettes du client vis-à-vis de l’institution d’émission centrale et A(t) la monnaie qu’il possède dans cet institut.

De façon plus détaillée, et plus intéressante, ils présentent ensuite une définition comptable de ce système monétaire de la façon suivante[8] :

Ici le système homogène est présenté comme permettant l’articulation monétaire entre deux agents i et j. Parce que j possède de la monnaie centrale A(j), i peut s’endetter grâce au titre U(i). La banque agit donc comme un intermédiaire qui empêche la violence directe de la relation de financement i/j telle qu’elle aurait lieu dans le système fractionné, c’est-à-dire sur un marché financier. Autant la première écriture est incontestable, autant celle-ci est beaucoup plus ambigüe et très critiquable au plan comptable, j’y reviendrai en détail dans l’analyse des failles théoriques du livre à la fin de ce texte.

Les auteurs définissent ensuite le système fractionné, autrement dit le système de financement des marchés financiers. Ce système est celui où débiteurs et créanciers sont directement mis face à face à travers l’existence d’une créance V(i,j). Ainsi comptablement, ils définissent le système fractionné comme l’écriture suivante[9] :

I, qui n’est pas explicitement défini, est en fait l’investissement, donc la dépense que doit réaliser i grâce à l’emprunt qu’il a obtenu de j. Là encore nous reviendrons dans la critique sur ce qu’a de contestable cette présentation. En tout cas ce système, s’il permet la communication directe entre les deux agents, peut présenter des problèmes de bouclage en cas de défaut de paiement.

Enfin, les auteurs présentent le troisième système monétaire, qui est en fait la synthèse entre les deux premiers : le système hiérarchisé. Il s’agit ici d’« un système de différences qui prend une forme pyramidale et stratifiée »[10]. Le système hiérarchisé inclut donc bien deux formes d’organisations monétaires et les articule en un tout qui constitue la réalité monétaire complète, réalité toujours placée sous tension entre ses deux composantes. En raison de failles théoriques dans la définition de la monnaie, comme nous allons le voir dans la critique, cette distinction entre les deux systèmes monétaires est en fait difficile. Les auteurs n’arrivent pas à en définir précisément les contours, et pourtant ils en sentent la nécessité théorique pour expliquer la réalité. Ainsi affirment-ils par exemple : « on ne saurait déterminer a priori la forme précise du système hiérarchisé, le poids respectif qu’y ont le fractionnement et la centralisation, ni les relations qui les expriment »[11] . En réalité, les auteurs hésitent pour définir la monnaie du système fractionné, c’est-à-dire la monnaie des marchés financiers, tantôt ils la décrivent telle qu’elle est : « une forme monétaire en devenir »[12], distincte donc de la monnaie du système homogène elle-même ; tantôt ils l’identifient complètement à cette monnaie officielle : « il n’y a qu’une différence quantitative »[13]. Cette hésitation, dont je montrerai qu’elle n’a rien d’anecdotique et révèle des failles théoriques profondes, se résume en quelque sorte dans l’utilisation récurrente du terme d’« ambivalence », pour qualifier la monnaie. On verra que si leur théorie est problématique, c’est parce qu’elle est une réponse inadaptée apportée à un problème central et parfaitement identifié par leur livre, au contraire de nombreux travaux économiques : le problème des dimensions de la monnaie.

Chapitre 3

Dans le chapitre 3, les auteurs reviennent alors, à l’aide de leur nouvelle théorie sur la définition des crises monétaires. Ils définissent celles-ci comme des moments de tension entre les deux pôles de l’organisation monétaire provoquées par le désir d’accaparement toujours latent des agents. Ainsi pour les auteurs : « la crise est ce moment où les règles monétaires sont défiées. »[14] Ainsi par exemple la crise de confiance sur les titres financiers conduit inexorablement à la destruction de ces titres, et par conséquent à la focalisation des agents sur la monnaie du système homogène, c’est-à-dire la monnaie officielle. Ce schéma correspond à la crise déflationniste. Inversement dans la crise inflationniste, la monnaie homogène elle-même est mise en question et éventuellement détruite (comme dans le cas de l’hyperinflation), tout autant que les titres financiers. A chaque fois le désir d’accaparement entraîne la déstabilisation de l’ordre monétaire et, en fonction de la réaction des autorités souveraines, et en particulier de la Banque centrale, l’issue de la crise peut être différente. Mais les auteurs soulignent, de façon extrêmement convaincante, que cette lutte pour l’ordre monétaire est l’aspect essentiel de ce que l’on appelle usuellement « la politique monétaire », et cette politique dépend des intérêts sociaux qui contrôlent la banque centrale. A cet égard, les auteurs soulignent « le carcan d’une effroyable étroitesse »[15] que constitue à leurs yeux les théories telles que la théorie quantitative de l’inflation, c’est-à-dire le monétarisme, car celles-ci sont enfermés dans une conception simpliste de la valeur. Si ces critiques sont parfaitement ajustées, et visent au cœur de l’absurdité des théories monétaires dominantes, on verra que cela ne suffit pas aux auteurs pour sortir tout à fait des confusions dans la définition des deux dimensions de la monnaie. Car dans ce chapitre, tout aussi passionnant que le précédent, si le problème fondamental de l’existence de deux formes de la monnaie est vu et pensé en face, de sorte que les théories économiques qui l’occultent, comme le monétarisme, sont justement remises à leur place, la théorie des deux auteurs ne parvient toujours pas cependant à isoler clairement les éléments de base de ce phénomène : la monnaie réelle et les créances. Tantôt ils les assimilent, tantôt ils les distinguent. Voyant bien qu’ils fonctionnent selon des règles différentes dans la réalité, mais s’étant privés des moyens de les isoler précisément parce qu’ils ont défini dès le départ la monnaie elle-même comme une pure créance, de façon erronée comme nous allons le voir. Et à chaque fois que cette difficulté est évidente dans leur raisonnement, ils recourent de façon excessive au raisonnement de type philosophique ou sociologique, là où le problème à traiter est de nature comptable. Aussi le raisonnement philosophique, pourtant nécessaire et utile dans l’analyse des problèmes économiques biens définis, semble parfois ici jouer un rôle d’occultationdu problème fondamental, pourtant approché au plus près par les auteurs.

Ainsi, quand les auteurs analysent la crise déflationniste qui détruit les créances sur les marchés financiers, et provoque à l’inverse une fixation sur la monnaie réelle puisque celle-ci ne peut pas disparaître comme une créance, les auteurs sont mis en face de la différence de natureentre monnaie et créances en circulation, entre ce qu’ils appellent la monnaie homogène et les monnaies privées issues du système fractionné. Ils voient bien que les deux suivent un processus divergent dans ce cas et ne sont donc pas identiques. Mais au lieu d’approfondir ce point qui devrait leur faire reconnaître qu’il faut distinguer la monnaie réelle des créances en circulation, comme le fait la comptabilité en partie double, les auteurs se réfugient dans des analyses générales de type philosophiques, sociologiques ou psychanalytiques : « Ce phénomène ne doit pas nous étonner. Il ne fait que résumer d’une manière particulièrement saisissante, parce que concentrée, ce qui est au cœur du processus déflationniste : le désir obsessionnel de pureté. C’est celui-ci que manifestent constamment les créanciers de la Banque centrale. Leur philosophie politique, qui sert à justifier leurs exigences particulières, est la morale puritaine : le respect scrupuleux des conventions, la haine des compromis qui ne peuvent qu’inciter les individus au relâchement corrupteur, « la théorie des devoirs » »[16].

Finalement, en employant certes, des moyens théoriques différents, cela ne revient-il pas une nouvelle fois à accuser les agents économiques d’irrationalité parce que leur comportement ne correspond pas à la théorie supposée, comme le font les néo-classiques depuis toujours ? On est en droit de se poser la question. Car dans les crises déflationnistes, ce n’est certes pas un désir de pureté qui est à l’origine du désir des agents pour la monnaie réelle, mais un désir de sécurité que ne leur offre plus les créances en circulation. Si celles-ci peuvent revêtir les fonctions de la monnaie en période de confiance, en période de crise déflationniste elles les perdent, et la monnaie réelle, elle, les conserve. Tel est le fait essentiel que les auteurs se refusent à voir dans ce chapitre pourtant extrêmement intéressant par le sujet dont il traite.

Deuxième partie de l’ouvrage

Armés de cette nouvelle théorie de la valeur, dont on a commencé à voir certaines limites mais dont on voit également la grande richesse, les auteurs vont ensuite la confronter à l’histoire, en étudiant successivement l’histoire de l’émergence de la monnaie et de la finance depuis les temps les plus anciens, puis l’hyperinflation allemande des années 20, et enfin la politique monétaire américaine de l’après-guerre jusqu’aux années 80, date d’édition de l’ouvrage.

Chapitre 4

Dans le chapitre 4, les auteurs reviennent donc sur l’histoire de la monnaie et de la finance depuis la Mésopotamie jusqu’à nos jours. En partant des données de l’archéologie ou des textes anciens, comme ceux d’Homère, ils affirment que la monnaie précède l’ordre marchand. De -2000 à -500, ils notent qu’aucune pièce de monnaie ne circule, ni en Orient, ni en Egypte, ni en Perse. C’est l’Etat qui contrôle la monnaie, exclusivement scripturale,  Juifs et Phéniciens se glissant seulement dans les interstices. Puis en Grèce, le monnayage apparaît au VIIe siècle avant J.-C. La puissance commerciale d’Athènes permet la circulation de sa monnaie partout dans la mer Egée. Comme à Rome, influence monétaire et puissance politique sont intimement liées. Les auteurs voient parfaitement bien qu’une rupture historique et conceptuelle se produit au 13e siècle en Europe occidentale dans le fonctionnement de la monnaie : « l’ordre marchand ne prit véritablement son essor qu’à partir du 13e siècle de notre ère »[17]. Ils voient parfaitement que l’utilisation intensive du transfert de dette et de la lettre de change par les marchands-banquiers italiens conduit au développement sans précédent des moyens de paiement internationaux. L’importance des délais de paiement dans ce système est également bien analysée : « on se met à vendre contre de l’argent futur, à acheter sans pouvoir payer immédiatement »[18]. Mais la comptabilité en partie double, cette technique nouvelle inventée par les marchands-banquiers italiens aux 13e-14e siècles, et qui permit en elle-même toutes ces transformations, n’est pas analysée. Tout juste est-elle évoquée à deux ou trois reprises dans le livre, et son apparition historique semble représenter une chose tout à fait secondaire pour les auteurs, ce qui ne laisse pas d’étonner, comme on le verra, puisque le cœur de leurs analyses théoriques s’appuie sur son cadre conceptuel.

En tout cas l’émergence de systèmes de paiement privées sur les foires et bourses européennes grâce aux lettres de change des marchands-banquiers est largement décrite par les auteurs, qui y voient une préfiguration de notre économie actuelle où la souveraineté se privatise et échappe au contrôle des Etats qui ne peuvent rien faire face à ce système fractionné nouveau. Au Moyen-Age et jusqu’au 17e siècle, c’est donc l’époque « du dynamisme spontané de l’activité privée »[19]. Les auteurs soulignent avec raison que c’est l’époque de la constitution d’un droit bourgeois qui règlemente la circulation de ces systèmes de paiement privés basés sur la lettre de change, et non un droit étatique. C’est le moment où naît le capital au sens moderne et l’on ne peut que souscrire à ce diagnostic. Mais on pourra regretter que la comptabilité en partie double, qui fixa le sens et introduisit le terme même de capital (au 15e siècle[20]), ne soit pas prise en compte dans cette histoire. Les auteurs insistent également sur l’importance que revêt alors la signature privée pour obtenir des financements dans un monde où l’Eglise interdit le prêt à intérêt direct. Ils décrivent également la pression que subissent les devises des Etats sur les marchés des changes et les nombreuses dévaluations que ceux-ci sont amenés à réaliser. Ils notent aussi que ce changement dans la structure de la monnaie va déboucher sur une transformation progressive de l’organisation du travail, jusqu’à nos jours.

Chapitre 5

Dans le chapitre 5, les auteurs reviennent en détail sur le problème de l’hyperinflation allemande dans les années 20, parce que cette crise, généralement considérée par la théorie quantitative de la monnaie comme une illustration de ses affirmations, démontre en fait tout autre chose, et illustre bien mieux la théorie de leur propre ouvrage. Aglietta et Orléan rappellent que les deux problèmes de l’Allemagne de Weimar étaient la dette publique et les réparations qu’ils devaient rembourser aux Alliés. Parce que les dettes de l’Etat deviennent douteuses, la légitimité de celui-ci est atteinte. Les auteurs rappellent alors que la gauche au pouvoir derrière Bauer cherchera à instaurer des taxations sur les riches pour régler ces problèmes. Mais cette politique rencontra bientôt l’opposition de la bourgeoisie qui poussa au pouvoir Cuneo qui eut davantage recours à la TVA et aux financements de la ReichBank. L’inflation leur permettait d’accepter à peu de frais les revendications ouvrières et c’est pourquoi ils ne la craignaient pas, même si on pourrait objecter que leur épargne devait en souffrir. En tout cas, il semble que si l’Etat laissa le déficit de l’Etat filer tout en le faisant financer par la ReichBank, c’est pour des raisons politiques, parce qu’il s’agissait de montrer que l’Allemagne était étranglée par les réparations. De 1920 à l’été 1922, la forte inflation, qui n’est pas encore l’hyperinflation, en faisant baisser le cours du mark, stimule la croissance et les exportations ainsi que l’investissement. En revanche les capitaux se tournent de plus en plus vers les titres boursiers et le dollar. Mais à partir de février 22, les cours des titres s’effondrent. La Reichbank accepte de racheter les titres aux banques pour éviter qu’elles ne fassent faillite mais cela s’ajoute à la prise en charge du déficit public et accélère encore l’inflation, qui bascule cette fois-ci dans l’hyperinflation. Les auteurs insistent sur le fait que ce processus auto validant est le résultat tant du déficit public que des déficits privés. En 23, au pire de cette crise, le mark a tellement perdu de sa valeur que dans les faits, il disparait de la circulation. Les dépôts en mark ont été entièrement lessivés, tout comme les actifs boursiers. Cependant, les actifs réels ont pris une importance démesurée et, à l’occasion de cette crise, certains ont pu profiter de leur accès privilégié au crédit pour spéculer sur la hausse du mark en rachetant ces actifs réels. C’est le cas de certains grands industriels qui concentrent à cette occasion une grande partie de l’industrie allemande, et aussi des banques de province.

A partir de 22, l’émission anarchique de monnaies particulières fut permise, sans qu’aucune ne put s’imposer. Les relations marchandes régressaient, les paysans commençaient à retenir leur production car les villes ne pouvaient pas les payer ! Mettant en évidence le lien entre monnaie et souveraineté, des mouvements séparatistes commencent à se développer en Rhénanie, en Bavière… ainsi que des insurrections sociales alors qu’à l’Est s’affermit la Révolution russe. Finalement, c’est l’introduction du rentenmark, en novembre 23, qui va rétablir brutalement la situation, à la surprise générale en quelque sorte, car aucune réforme économique de structure, aucune garantie sérieuse ne protégeait cette nouvelle monnaie nationale. Pourtant dès l’introduction, son cours se stabilise et sa circulation s’étend. Entretemps, le programme économique patronal a cependant été accepté et la nouvelle banque centrale, la RentenBank, a été totalement noyautée par la classe capitaliste. Le conseil d’administration de la banque est composé uniquement de capitalistes et le financement direct du Trésor est strictement interdit. La banque oblige même le gouvernement en 1923, à mener une politique d’austérité pour réduire son déficit budgétaire. De plus les anglo-américains interviennent davantage pour financer l’économie allemande aux dépens de la France, trouvant un arbitrage réduisant la charge des réparations. On sait que la combinaison de ces politiques étrangères et de cette politique monétaire conduira à des résultats politiques et économiques désastreux dans les années 30, aboutissant à l’arrivée au pouvoir de Hitler. Aussi ce chapitre est-il une analyse passionnante des sources de la crise des années 30, en même temps que du fonctionnement de la monnaie en temps de crise. La théorie des auteurs y trouve une application convaincante.

Chapitre 6

Dans le chapitre 6, Michel Aglietta et André Orléan cherchent cette fois-ci à appliquer leur théorie à la politique monétaire américaine depuis l’après-guerre jusqu’aux années 80, date de la parution de leur livre. Reprenant leur distinction fertile entre système homogène et système fractionné, c’est-à-dire entre monnaie officielle et marchés financiers, les auteurs montrent que la politique monétaire américaine est marquée par la difficulté d’articuler ces deux systèmes polaires au sein des Etats-Unis. Contrairement à l’affirmation simpliste des monétaristes, ou même des conceptions étatistes mécanistes, la politique monétaire ne se réduit certes pas à réguler la quantité de monnaie en circulation. Elle est en fait une lutte pour la définition du système monétaire, toujours soumise à des transformations du fait de « la dualité irréductible de la monnaie »[21]. Dans cette lutte, les intérêts privés se confrontent. Ainsi les auteurs affirment que : « les décisions centrales concernant la monnaie ne peuvent jamais se réduire à des règles de gestion. Ces décisions sont politiques au sens fort du terme » .[22] Il est clair que ce constat est d’une grande pertinence pour décrire la situation monétaire moderne, où la finance a pris un si grand poids et impacte de façon considérable l’action des banques centrales, alors que la politique monétaire officielle est censée se réduire à cibler l’inflation en régulant la masse monétaire. Il y a là un paradoxe que prévoient parfaitement les auteurs dès le début des années 80. En reprenant l’historique de l’émergence des marchés financiers aux Etats-Unis depuis les années 80, les auteurs réalisent alors de façon passionnante la généalogie de ces marchés financiers, en mettant en évidence le fait que dès les années 50, ils se développent de façon massive parmi la population américaine, notamment à travers les prêts hypothécaires. Dès lors, leur importance croît de façon massive jusqu’au années 70 et, au moment des chocs pétroliers, tend à déstabiliser le système homogène, c’est-à-dire la monnaie officielle elle-même. Cette histoire préfigure en large partie la situation de la finance mondiale actuelle, car elle en est l’origine. Dès les années 60, les auteurs montrent que la reconnaissance officielle des certificats de dépôts permet le développement de ce crédit à travers l’endettement des ménages. Sous de multiples formes, le crédit se développe alors de façon croissante grâce au système fractionné jusqu’au Monetary Control Act de 1980 qui, en autorisant et généralisant les certificats de dépôts et les prêts hypothécaires, démantèle largement le système issu du New Deal et ouvre la période de l’histoire qui est la nôtre. En effet, cette période, nous le savons aujourd’hui, près de 40 ans après la parution du livre, sera celle de la financiarisation débridée, c’est-à-dire de l’expansion du système que voient naître Aglietta et Orléan avec une grande lucidité dès 1982. Ainsi leurs analyses débouchent-elles sur un jugement qui nous semble prophétique : « La porte a été ouverte à une rivalité concurrentielle qui a généralisé et disséminé [les] risques, tout en les rendant plus imprévisibles »[23]. En effet, on sait ce qu’il adviendra du développement de ce système en 2008, lors de la crise des crédits hypothécaires américains, qui déclenchera une crise financière mondiale.

Chapitre 7

Dans le chapitre 7, qui est le dernier chapitre, les auteurs complètent cette analyse de la politique monétaire américaine. Ils affirment leur préférence pour des auteurs comme Minsky, Kindleberger, Wright, Kauffman ou Wojnilover pour définir ce qu’est la politique monétaire, c’est-à-dire « une action sur les structures, et une gestion par les limites »[24] de la monnaie, et pas une simple gestion quantitative. De façon extrêmement intéressante, ils montrent que la Fed, dès 1966, est intervenue sur les marchés financiers pour garantir la valeur des actifs, suite à une crise financière qui provoqua une vague de non-remboursement de ces derniers. De même en 69-70, lors de la crise de la Penn Central, qui se trouve brusquement dans l’impossibilité de refinancer ses titres, la Fed intervient pour garantir ces titres. Depuis les années 60, elle se positionne en fait de plus en plus comme prêteur en dernier ressort pour assurer le bon fonctionnement du système fractionné. Elle mène déjà une politique visant à la désintermédiation qui se développera ensuite partout dans le monde. En 74, le choc pétrolier provoque une grave crise financière, la ville de New York est en quasi défaut de paiement, ainsi que plusieurs grandes collectivités locales. La Fed, une fois encore intervient en tant que prêteur en dernier ressort. On voit donc que la politique menée en 2008, et qui consista essentiellement à empêcher la faillite des banques, a des antécédents lointains. Il semble que le système financier américain se soit développé à l’ensemble de la planète depuis les années 80. Car, et c’est ce qui ressort de l’analyse d’Aglietta et Orléan, il existait déjà aux Etats-Unis depuis les années 60, et s’est largement développé jusqu’au début des années 80, conduisant ensuite à modifier en profondeur l’architecture monétaire du New Deal. C’est ce mouvement que décrivent dans ce dernier chapitre les auteurs, nous donnant les clés de la compréhension de l’évolution de la finance moderne en scrutant de près le lieu de son apparition : Les Etats-Unis. Grâce à leur distinction du système homogène et du système fractionné qui, si elle souffre d’imprécisions théorique, n’en a pas moins l’avantage d’introduire une séparation essentielle, ils démontrent de façon incontestable que l’analyse de la politique monétaire ne peut pas se réduire à une pure conception quantitative, comme le prétend le monétarisme. En cela, leur livre constitue donc une très grande avancée théorique en économie qui, sans doute, n’a pas reçu tout l’intérêt qu’elle aurait mérité dans les années 80 aux Etats-Unis. Finalement, les auteurs montrent que ces conceptions fausses et la victoire du monétarisme de Milton Friedman conduit les forces conservatrices à faire passer une offensive générale contre les transferts sociaux en jouant sur la peur de l’inflation. Là encore, cette analyse, dès 1982, identifie parfaitement ce qui va se passer jusqu’à nos jours.

Les failles théoriques du livre

Malgré toutes ses qualités, et notamment celle d’avoir mis à jour l’existence d’une dualité dans la monnaie, partagée entre le système homogène et le système fractionné, la violence de la monnaie laisse apparaître d’importantes failles théoriques dans la définition qu’il donne de la monnaie et de la finance, ainsi que dans l’histoire des banques centrales qu’il décrit. Nous allons analyser ces trois points successivement.

  • Une erreur dans la définition de la monnaie

Comme on l’a dit, Aglietta et Orléan définissent ainsi la monnaie du système homogène[25] , c’est-à-dire ce qu’on peut appeler la monnaie officielle, qui circule à partir des banques privées disposant d’une habilitation, et étant liées à la banque centrale :

Il est indifférent que X soit une banque centrale ou une banque privée, même si dans leur démonstration, il s’agit d’une banque centrale. La partie importante de cette écriture est celle qui concerne la banque X, l’agent i et le titre U(i), c’est-à-dire la partie gauche. Là est définie l’émission monétaire et par conséquent ce qu’est la monnaie, pour les auteurs.

Commençons par noter qu’à ce moment clé de leur raisonnement, les auteurs utilisent la présentation donnée par la comptabilité en partie double, ce qui est parfaitement logique et louable. En effet, en dernière instance, quel meilleur moyen possédons-nous de représenter la monnaie puisque c’est par ce biais qu’elle circule ? Mais ils le font de façon imprécise, en ne détaillant pas les écritures en jeu lors de la création monétaire, et en ne spécifiant pas la nature des comptes utilisés dans leur écriture, ce qui pose en soi un problème. Il est cependant possible de déduire ces informations essentielles de leurs commentaires, qui ne laissent pas de doute à ce sujet. Ainsi si A(i), au passif de X représente « les masses monétaires détenues par (i) », U(i) représente « ses dettes vis-à-vis de l’institution centrale X » à l’actif[26]. Logiquement, on peut en déduire que dans le schéma au-dessus (qui apparaît p. 66 dans leur ouvrage), il en va de même pour A(j), qui doit constituer les masses monétaires détenues par j. Le fait que cela ne soit pas posé explicitement est cependant déjà significatif d’un certain flou dans l’analyse, mais cela n’est pas l’essentiel. L’essentiel est ce qui se passe entre X et i, puisque c’est là que la monnaie est émise. Or U(i) constitue donc pour les auteurs une dette pour i, ce qui est cohérent avec tous leurs raisonnements. U(i) est d’ailleurs explicitement qualifié de « titre » pour la Banque centrale[27], puis de « créance »[28]. Autrement dit U(i) est une créance à l’actif de la Banque, ou si l’on préfère un titre, et c’est une dette pour l’agent i à son passif. Dans ce schéma la monnaie est donc considérée comme une dette de l’agent i envers la banque. Les auteurs n’affirment jamais explicitement que cette dette est en fait la monnaie elle-même. Implicitement, on peut le déduire de leurs développements sur la monnaie homogène dans tout le livre, et sans doute de la phrase suivante[29] : « Aussi est-ce une autre procédure de destruction monétaire qui y est mise en œuvre, celle qui s’obtient par le reflux des masses monétaires vers i, grâce à la vente de ses marchandises, ce que nous nommerons í U-M ý ». Si le reflux de monnaie vers i conduit à de la destruction monétaire, c’est donc bien que de la monnaie avait été créé via i. En soi, le malaise dans le fait de nommer précisément la monnaie dans ce schéma est significatif. Il traduit une hésitation entre la monnaie et la dette qui est au cœur de la confusion du livre, et de nombreux économistes, comme nous allons le voir maintenant.

En effet, en considérant la monnaie comme une dette, même au prix de nombreuses contorsions, Aglietta et Orléan ouvrent une vision de la monnaie qui a encore largement cours aujourd’hui parmi les économistes, notamment hétérodoxes, mais aussi parmi les comptables bancaires d’où vient cette définition. Pour prendre un exemple récent, on peut lire dans un ouvrage de synthèse du groupe des  économistes atterrés  sur la monnaie paru en 2018 la définition suivante : « Aujourd’hui, la monnaie de crédit est une dette, une reconnaissance de dette de la banque émettrice de la monnaie et de l’emprunteur qui reçoit le crédit »[30], ou encore : « la monnaie est une dette de la banque sous forme d’un dépôt à vue (DAV) »[31]. Bien que la définition des économistes atterrés soit également ambivalente, puisqu’ils ont du mal à déterminer si la monnaie est une dette de la banque ou du client, il semble qu’ils penchent pour la dette de la banque. Aglietta et Orléan, pour leur part, supposent une dette du client, et cela traduit bien là encore des hésitations dans cette définition, qui ressortent également chez des auteurs comme David Graeber[32], dans son ouvrage anthropologique sur la dette.

Il est à noter que si de nombreux économistes hésitent sur cette définition de la monnaie de crédit, c’est en grande partie parce qu’ils tirent leurs analyses des données de la comptabilité bancaire. Il nous faut donc revenir à ce que celle-ci affirme.

Dans la comptabilité de la banque (que ce soit la banque centrale vis-à-vis des banques privées ou les banques privées vis-à-vis des clients), la création monétaire se produit dans des comptes spécifiques, qui portent le nom de comptes « d’opérations avec la clientèle »[33]. On peut résumer ainsi cette écriture au bilan de la banque[34] :

Telle est la nomenclature officielle qui apparaît dans le bilan de toutes les banques et c’est à partir de la lecture de ces bilans que les économistes, au premier rang desquels Aglietta et Orléan, qualifient la monnaie de dette, et, pour être précis, de dette de la banque envers la clientèle, pour reprendre l’expression qui figure dans la terminologie bancaire.

A ce point du raisonnement, il faut l’affirmer immédiatement : ici se situe le piège de la définition de la monnaie. Car le vocabulaire utilisé par la comptabilité bancaire, et repris sans examen critique par les économistes, est absolument absurde. En effet, si l’on accepte cette terminologie, cela consiste à dire que la banque possède à la fois une créance et une dette vis-à-vis du client pour la même opération, et cela est strictement impossible. On pourrait penser que c’est une simple erreur de sens, et qu’il s’agit en fait d’une dette du client vis-à-vis de la banque, comme il ressort du livre d’Aglietta et Orléan, mais cela serait également absurde, car cette dette n’aurait aucun caractère d’une dette. En effet, elle est admise officiellement comme une monnaie (sous la forme des dépôts à vue), elle est prise en charge comme une monnaie par n’importe quel comptable, elle a le statut de monnaie, et non pas de dette. De plus, une dette ne naît jamais à partir de rien, pour qu’elle apparaisse, il faut nécessairement qu’existe une contrepartie, c’est-à-dire un échange de valeur entre les deux agents qui la reconnaissent : marchandise, ou monnaie réelle. Dans le cas de la création monétaire, il n’y a rien de tel, parce que ce qui apparait au passif de la banque n’est en fait pas une dette, mais de la monnaie réelle. La terminologie bancaire, qui consiste à nommer « dette envers la clientèle » cette monnaie, est une aporie. Elle porte incontestablement atteinte à la logique fonctionnelle interne des comptes et des écritures utilisées, ou du moins elle n’en rend pas compte correctement, et pour définir correctement la monnaie, il est nécessaire de la désigner comme fausse et de l’écarter du raisonnement. Voyons à présent pourquoi.

La comptabilité en partie double, que j’ai définie par ailleurs et qu’utilisent les banques, est fondamentalement un système de définition et d’articulation des trois formes de la valeur. Ces trois formes sont le patrimoine, les créances (et dettes), et la monnaie réelle. Toute valeur peut être intégrée dans l’une de ces trois formes. L’inversion du signe des comptes de trésorerie et des comptes de patrimoine, ainsi que l’existence du compte de résultat, sont les moyens par lesquels la comptabilité en partie double articule ces trois formes de la valeur en un tout cohérent, facile d’utilisation et vérifiable. Ces caractéristiques fondent l’extrême efficacité de cette technique, et explique son succès total depuis son invention, au 13e et 14e siècles en Italie, jusqu’à nos jours[35]. Un des traits essentiels de sa logique est la distinction des comptes par nature qu’elle opère, qui correspond aux trois formes irréductibles de la valeur. Ces comptes par nature peuvent se réduire au minimum à quatre types, qui constituent la base des plans comptables et du bilan d’une entreprise ou d’une banque : comptes de tiers (créances et dettes), comptes de patrimoine (immobilier, marchandises, etc…), comptes de trésorerie (monnaie réelle) et comptes de résultats (comptes d’enregistrement des variations de la valeur des trois autres types de comptes). Nous retrouvons ces quatre types de comptes dans toute comptabilité qui utilise la comptabilité en partie double. Comprendre la comptabilité en partie double, fondamentalement, consiste à comprendre la logique fonctionnelle qui unit ces quatre types de comptes, en se méfiant de la terminologie juridique qui l’habille et, bien souvent, la dissimule. Tel est l’apport fondamental de la méthode d’analyse de Jean Fourastié, le découvreur des origines de la comptabilité pendant la seconde guerre mondiale.

Si l’on applique cette méthode à la comptabilité bancaire que constate-t-on ? En fait, on retrouve logiquement les quatre natures de comptes répartis comme suit dans le Plan Comptable des Etablissements de Crédits[36] (en prenant soin d’exclure les comptes de hors bilan en classe 9, qui ont un rôle particulier, et de plus en plus important, dans le « shadow banking » et qui mériteraient une analyse séparée) :

  • Comptes de résultat : classes 6 et 7 (produits et charges), classe 5 (capital et réserves, c’est-à-dire cumul des résultats des années antérieures)
  • Comptes de patrimoine : classe 4 « valeurs immobilisés »
  • Comptes de tiers (créances et dettes) : classe 3 « opérations sur titres et opérations diverses »
  • Comptes de trésorerie : classe 1 « Opérations de trésorerie et interbancaires »

Ainsi, nous retrouvons nos quatre types de comptes, permettant d’organiser les trois formes de la valeur. Mais il existe pourtant une catégorie supplémentaire en comptabilité bancaire (qu’on ne retrouve pas en comptabilité générale), qui sont les comptes de classe 2 intitulés « opérations avec la clientèle ». Or ces comptes sont précisément ceux qui sont utilisés pour la création monétaire. S’ils sont comptabilisés à part, c’est justement parce qu’ils sont par nature différents des autres types de compte, et cela ne peut se comprendre que si on a à l’esprit qu’ils mettent en jeu à l’actif de la banque une créance, et à son passif de la monnaie réelle, créée directement sur le compte en banque du client selon le schéma classique suivant :

Ces comptes ne peuvent être classés comme des compte de tiers car ils mettent en jeu de la monnaie réelle. D’un autre côté, ils ne peuvent être classés parmi les comptes de trésorerie parce qu’ils mettent en jeu une créance. Autrement dit, ce sont des comptes hybrides, fonctionnant entre le compte de tiers et le compte de trésorerie, et cette réalité fonctionnelle explique leur classement à part. Ils n’existent pas d’ailleurs en comptabilité générale, puisque les entreprises classiques ne sont absolument pas habilitées à créer de la monnaie.

On a donc déjà vu que la monnaie crée sur les comptes à vue n’avait aucun caractère d’une dette pour le client, quand il l’utilisait dans la vie économique, mais on voit ici que la comptabilité de la banque elle-même se garde bien, d’un point de vue fonctionnel, logique, de la classer comme une simple dette. Et dans la comptabilité en partie double, c’est très souvent la logique fonctionnelle qui l’emporte sur la terminologie pour désigner le sens d’une chose. Pour prendre quelques exemples significatifs, ainsi en va-t-il par exemple pour les mots crédit et débit, comme l’a montré Fourastié. Un débit représente un déficit pour l’entreprise ou la banque s’il apparait au compte de résultat, mais il représente un gain s’il apparaît dans un compte de trésorerie, ou dans un compte de tiers, au mépris complet du sens usuel des mots. Le capital d’une entreprise ou d’une banque ne représente pas l’argent qu’elle possède, mais bien la contrepartie d’une valeur, autrement dit un compte d’enregistrement de valeurs en fait composées de monnaie, de patrimoine ou de créances. Dans le langage courant, le capital est pourtant considéré comme de la monnaie pure et simple, etc… Comprendre la comptabilité en partie double, c’est avant tout comprendre son infrastructure logique, et se méfier du vocabulaire qu’elle emploie. De nombreux auteurs, notamment en France, en Allemagne et en Italie ont mené un long travail de démêlage de cette technique tout au long du 19e siècle et surtout du 20e siècle. Ils sont parvenus à des avancées considérables en montrant comment la comptabilité en partie double s’était constituée historiquement, en la démythifiant, et en montrant qu’il était nécessaire d’en rendre compte d’un point de vue logique, et de se méfier au plus haut point des approches juridiques la concernant, approches qui se sont si souvent révélées trompeuses et vaines pour mettre à jour sa logique profonde, et en même temps sa puissance organisatrice. Parmi ces auteurs, on peut citer notamment Werner Sombart, Eugen Schmalenbach en Allemagne, Charles Panglaou, René Delporte, Jean Fourastié en France. Une grande partie des difficultés que les économistes rencontrent aujourd’hui dans la définition de la monnaie et de la finance réside dans l’oubli des leçons de ces auteurs sur le fonctionnement de la comptabilité en partie double. Car les termes de la comptabilité bancaire ou financière ont de nouveau aujourd’hui de plus en plus une fonction mystificatrice, en jouant un rôle de fascination qui dissimulent des écritures comptables simples et dont on peut rendre compte aisément d’un point de vue logique.

De cette nécessaire digression par l’histoire de la pensée comptable, il ressort nettement que la terminologie employée aujourd’hui par les banques, qui consiste à nommer « dette » la monnaie crée sur les comptes à vue des clients à son passif, est totalement fausse et contradictoire avec la logique comptable utilisée. La monnaie, en fin de compte, n’est pas une dette. Comptablement, fonctionnellement, elle a la qualité d’une monnaie en soi, indépendante, dotée d’une valeur substantielle reconnue par la société et ses institutions financières. C’est une telle monnaie réelle qui est créé sur le compte en banque du client au moment de l’émission monétaire, et il est nécessaire de garder cette vérité à l’esprit quand on analyse le système monétaire. En revanche, si la monnaie n’est pas une dette, mais une monnaie réelle, en soi, il est vrai qu’elle est émise, dans notre système bancaire actuel, en contrepartie d’une dette du client envers la banque, ou ce qui revient strictement au même, d’une créance de la banque envers le client. C’est le sens de l’écriture présente à l’actif de la banque. Notons que dans les comptes de tiers classiques, une dette est généralement inscrite en contrepartie d’une créance pour le client, mais cela n’est pas le cas dans ces comptes dérogatoires, spécifiques et hybrides que sont les comptes d’opérations avec la clientèle. Une créance de la banque est inscrite à l’actif de la banque, de la monnaie réelle est émise à son passif. Certes, cette monnaie émise est vouée à disparaître à mesure que la dette du client envers la banque est remboursée. Mais une des preuves du fait qu’elle a une valeur en soi, c’est que si le client fait défaut sur sa dette, cette monnaie réelle continue à exister, ne disparaît pas et ne peut pas disparaitre, car elle circule désormais dans le circuit économique auprès d’agents qui ne savent pas d’où elle vient. Cela serait impossible si elle était une dette ou une créance, dans ce cas elle disparaitrait.

Mais revenons à La violence de la monnaie, et à sa définition du chapitre 2. Il ressort des développements précédents que la monnaie n’est pas une dette, que ce soit une dette du client ou une dette de la banque. La monnaie est une valeur en soi, substantielle, qui est créé en échange d’une dette, mais qui en est séparée conceptuellement. Aglietta et Orléan, en la définissant comme une dette, introduisent donc une erreur dans la définition de la monnaie que l’on retrouve chez de très nombreux auteurs, mais qui ne correspond pas à la réalité comptable. De cette erreur, vient le fait qu’ils peinent grandement à distinguer la monnaie des créances en circulation, et par conséquent à définir précisément ce qui différencie le système homogène du système fractionné. D’un côté, ils sentent que la distinction qu’ils ont introduit est profondément vraie et pertinente, mais d’un autre, tombant sans doute dans les pièges de la terminologie comptable, ils ne parviennent pas à fixer la définition de ces deux systèmes.

  • Une définition incomplète de la finance

Comme pour le système homogène, le système fractionné est défini dans le chapitre 2 à partir des cadres de la comptabilité en partie double. Mais si, pour la monnaie, les auteurs commettent une erreur, ici, ils pêchent par omission, comme nous allons le voir. Le système fractionné, autrement dit les marchés financiers, se définissent donc ainsi selon eux [37]:

Ici, V(i,j) est un titre financier émis par j sur i, autrement dit c’est une créance pour j et une dette pour i, ou encore une promesse de paiement de i à j. En soi, cette écriture est tout à fait valable, elle correspond au cas classique où on inscrit une dette sur un compte en contrepartie d’une créance sur un autre. C’est le cas classique des comptes de tiers, et en effet c’est bien comme cela que sont émis les titres financiers sur les marchés boursiers, cette opération comptable étant gérée par le dépositaire central, c’est-à-dire le comptable de la bourse. Sur ce point il n’y a pas de contestation possible. Mais si cette définition comptable est juste (encore que l’erreur dans la définition de la monnaie, comme on l’a vu, ne permette pas aux auteurs de différencier celle-ci des titres financiers en circulation), en revanche elle est incomplète. Ainsi, il n’est pas possible d’émettre une dette et une créance à partir de rien. Cette dette et cette créance sont nécessairement la contrepartie d’un transfert de valeur, monétaire ou patrimoniale. C’est ce transfert de valeur (délai de paiement accordé sur la fourniture d’une marchandise ou prêt d’argent), qui donne naissance à cette créance et à cette dette. Et cela, bien entendu, a des conséquences fondamentales dans l’analyse de la finance.

Pour décrire l’émission d’un titre financier au plan comptable il faudrait donc écrire :

Ici, on voit que d’une part un titre a été émis sur des comptes de tiers, conduisant à inscrire une créance pour j et une dette pour i. D’autre part, dans des comptes de trésorerie, de l’argent a été transféré de j vers i, ce qui correspond par exemple à un prêt dans le cas d’une obligation (nous avons repris la lettre A qui est utilisée par les auteurs pour désigner la monnaie réelle). Une remarque s’impose, il y a une incohérence dans le sens des comptes, car si nous voulions prendre en compte dans une même comptabilité l’ensemble de ces mouvements, il faudrait inverser le sens des comptes de trésorerie. C’est pourquoi les deux opérations ne sont pas prises en charge par la même entité. Les opérations de titres sont passées dans la comptabilité de la bourse, c’est-à-dire du dépositaire central, et les virements en espèces sont réalisés à la Banque de France ou chez un agent de règlement.

De la même façon, on aurait une écriture ressemblante s’il s’agissait d’un délai de paiement sur la vente d’une marchandise, autrement dit une vente à terme de marchandise :

Ici, on voit que l’émission du titre est la conséquence du fait que j a transféré une marchandise à i.

La grande force de la comptabilité en partie double est en fait d’articuler les différentes formes de la valeur à l’œuvre dans ces schémas entre elles. C’est l’articulation des créances avec les deux autres formes de la valeur : monnaie réelle et patrimoine (ou marchandises), qui caractérise les marchés financiers, et c’est la comptabilité en partie double qui règlemente et organise cette circulation. On voit donc bien qu’à chaque fois, que ce soit dans le fonctionnement de la monnaie réelle ou des titres financiers, les trois formes de la valeur demeurent systématiquement et très clairement distinguées par la comptabilité en partie double. Du moment qu’on définit complètement celle-ci, il n’y a pas d’ « ambivalence » de la monnaie. Il y a, en revanche, une potentialité toujours en suspens, c’est que les créances elles-mêmes, en circulant entre les agents, en période de confiance et de hausse des prix, soient peu à peu considérées comme de la monnaie. C’est ce qui s’est passé en Europe à compter du 13e siècle, quand les marchands inventèrent puis utilisèrent la comptabilité en partie double pour faire circuler des créances de façon massive, créances qui étaient matérialisées par les fameuses lettres de change et qui préfiguraient en fait la monnaie des banques centrales. C’est également ce qui est à l’œuvre aujourd’hui sur les marchés financiers, notamment via la circulation massive des contrats de dérivés émis par les chambres de compensation. A chaque fois, des créances acquièrent les propriétés d’une monnaie en période de confiance, mais cela ne doit pas nous conduire à les identifier à la monnaie réelle car, comptablement, elles demeurent toujours distinctes, et cela apparaît nettement lors d’une crise financière, crise pendant laquelle les créances se volatilisent tandis que la monnaie réelle se maintient dans sa valeur et est alors unanimement désirée. La cause profonde de cela est que, par nature, elles sont deux choses différentes, définies comme telle par le cadre logique de la comptabilité en partie double.

On pourrait s’étonner de cet échec à définir correctement et précisément les deux systèmes monétaires pourtant brillamment mis à jour par les deux auteurs. Mais il est clair que cette incapacité est la conséquence du peu d’estime dans laquelle ils tiennent la comptabilité en partie double. Ainsi, alors qu’ils utilisent son cadre conceptuel au cœur-même de leur théorie, dans ce chapitre 2 qui met à jour la distinction essentielle entre système homogène et système fractionné, Michel Aglietta et André Orléan n’hésitent pourtant pas à balayer d’un revers de la main la comptabilité en partie double dès l’introduction de leur ouvrage, qualifiant ses pratiques de « représentation superficielle et mystificatrice »[38]. Or, si l’on peut dire une telle chose du vocabulaire de la comptabilité, on commet une grave erreur en rejetant sa logique, dont l’importance économique et financière ne devrait plus être à démontrer depuis le 13e siècle. Ils payent cette négligence de l’incapacité à définir précisément les termes de leur théorie des systèmes monétaires différenciés, dont ils sentent pourtant à raison l’énorme puissance explicative potentielle.

De là cette hésitation permanente, ce va-et-vient plus ou moins inconscient entre monnaie et créance qui marque malheureusement leurs descriptions des deux systèmes tout au long de leur ouvrage.  Ils croient voir une indécision dans la monnaie elle-même, là où c’est bien leur position qui alterne en permanence d’une conception à une autre. Cela est attesté par de nombreux commentaires dans leur texte où ils semblent ne pas trouver la solution d’un problème qu’ils approchent pourtant au plus près : « la règle monétaire reste contradictoire », « son contenu reste dans l’ombre, indéterminé »[39], « l’ordre monétaire obéit à une logique véritablement fantastique »[40]. De plus, cette difficulté semble parfois conduire à une forme de renoncement ou d’immobilisme face à la politique monétaire qui ne laisse pas de surprendre, venant de fervents critiques du monétarisme : « notre théorie nie que la politique économique puisse s’analyser comme la réponse logique à la question : « quelle gestion dois-je adopter pour atteindre certains objectifs spécifiques ? » »[41]. Enfin l’absence de solution précise pour définir le système des monnaies différenciées aboutit à l’utilisation récurrente du terme d’« ambivalence » pour la désigner.  Ils finissent d’ailleurs par admettre que cette ambivalence de la monnaie est : « l’idée majeure de leur ouvrage »[42]. Mais cette solution théorique ne me semble pas satisfaisante. Si l’on s’en tient à la définition du Larousse, l’ambivalence est « le caractère de ce qui peut avoir deux sens, recevoir deux interprétations ». Mais la monnaie n’a qu’un seul sens, et qu’une seule interprétation qu’il est possible de fixer précisément. Ce sont les créances elles-mêmes qui ont un potentiel d’évolution vers une forme monétaire et c’est en ce sens qu’on peut dire qu’il y a différentes dimensions de la monnaie, mais dans le cadre d’un processus temporel. De plus si les créances peuvent acquérir une fonction monétaire, elles en demeurent distinctes tant qu’une instance souveraine ne les transforme pas en monnaie réelle. En ce sens, la monnaie n’est jamais ambivalente, ce sont les créances qui le sont. L’utilisation de ce terme accuse donc une ambivalence dans la pensée des auteurs davantage que dans la monnaie.

  • Une zone d’ombre dans l’histoire des Banques centrales

Un dernier point est en quelque sorte la conséquence de l’imprécision des définitions comptables : il s’agit des zones d’ombre qui entourent l’histoire des banques centrales. En effet, notamment dans le chapitre 4, les Banques centrales semblent être vues comme étant apparues subitement au 17e siècle, comme une institution mise en place à partir de rien par les Anglais et les Hollandais pour moderniser la monnaie. Cette vision, qui est largement celle des économistes néo-classiques n’est pas acceptable. D’autant plus que les auteurs ont bien décrit le système financier international mis en place par les marchands-banquiers italiens dès le 13e siècle, même s’ils n’ont pas vu le rôle éminent qu’y joua la comptabilité en partie double. Ils ont même affirmé la puissance des souverainetés privés qui bousculent les autorités étatiques et leurs vieux systèmes de monnayage à cette époque, n’hésitant pas à affirmer qu’il était devenu impossible pour les Etats de contrecarrer ce pouvoir financier privé. Ainsi ils affirment : « Toute transcendance disparaît et cet effacement du sacré et du principe de souveraineté politique fait le lit d’une économie-monde, une logique où ce qui est privé s’universalise et où toute souveraineté devient relative. »[43] Dès lors, comment admettre qu’un pays prenne l’initiative soudaine d’instaurer une banque centrale avec un système monétaire nouveau et moderne sans rencontrer aucune adversité ? Cela ne correspond pas à la réalité historique. En vérité, dès le 16e siècle, le système de monnaie de crédit inventé par les marchands-banquiers italiens fut récupéré par les Etats à leur bénéfice, parce qu’ils voulaient à la fois le rendre plus solide et l’utiliser à leur profit. Raymond De Roover a bien décrit l’historique de ce processus de création des banques publiques : 1552 : Palerme, 1586 : Gênes, 1587 : Venise, 1597 : Milan, 1605 : Rome, 1609 : Amsterdam, 1616 : Middlebourg, 1619 : Hambourg, 1621 : Nüremberg, etc…[44]. De Roover ajoute : « les banques publiques étaient toutes des banques de virement et de dépôt chez lesquelles les paiements s’opéraient par jeu d’écriture en vertu d’ordres écrits ou verbaux. Elles remplissaient les mêmes fonctions que les changeurs médiévaux dont elles suivaient les traditions ; et c’est à juste titre que la plus célèbre d’entre elles s’appelle la Wisselbank van Amsterdam (La Banque de Change d’Amsterdam) »[45], « Dans la plupart des cas, elles furent contraintes à faire des avances au gouvernement, non moins dangereuses que des investissements dans des entreprises commerciales. »[46].

On voit donc que la Banque d’Angleterre s’inscrivit dans cette longue liste, et ses seules nouveautés (il est vrai que ce sont des innovations importantes), furent d’introduire le billet de banque pour généraliser dans la population la circulation de la nouvelle monnaie de crédit, ainsi que le retour du prêt à intérêt direct. Mais les banques centrales n’inventèrent pas grand-chose, elles se positionnèrent dans la continuité des banques privées qui faisaient circuler cette monnaie sur les marchés financiers, et qui permettait, c’est là le point important, de développer le crédit et de pallier à la pénurie de monnaie officielle. Il était fatal que les Etats cherchent à récupérer ce système à leur profit, car il permettait d’émettre de la monnaie en plus grande quantité qu’auparavant, tout en la basant sur l’augmentation du profit. Aussi l’action de ces banques publiques fut-elle simplement de se positionner en prêteur en dernier ressort sur les marchés, exactement comme le fit progressivement la Fed au 20e siècle à partir des années 60, et comme les auteurs le décrivent dans leurs deux derniers chapitres. Essentiellement, elles cherchaient à garantir les créances en circulation qui permettaient de faire croitre dans des proportions inédites le crédit, et en fait, ce qui allait devenir la monnaie moderne quand ces mêmes banques publiques la reconnurent officiellement comme telle. Fondamentalement, une innovation technique privée, la comptabilité en partie double, qui avait permis l’émergence d’un système de paiement, en fait d’une monnaie nouvelle, fut en quelque sorte récupérée par les souverainetés étatiques qui en avaient besoin au 16e siècle. Cela est si vrai qu’au 15e siècle, au moment où les Etats étaient en retard sur les marchands-banquiers, une famille de ces marchands-banquiers, les Médicis, parvint à accéder elle-même à la tête de l’Etat de l’une des plus puissante cité du monde : Florence. Mais ce fut là un cas exceptionnel, qui montrait l’importance qu’avait pour tout souverain le contrôle d’une telle manne monétaire nouvelle. Dès le 16e siècle, et cela Aglietta et Orléan ne semblent pas le voir en raison de leur définition erronée de la monnaie, les souverainetés étatiques s’emparèrent largement du système de la finance privée et l’orientèrent en direction de leur propre intérêt, et ce mouvement ne fit que se renforcer jusqu’à la Révolution française et à l’Empire, dont l’aboutissement ultime fut la création de la Banque de France. Dans cette évolution, la création de la Banque d’Angleterre ne marqua qu’une étape parmi d’autres, même si cette étape fut essentielle. Telle est la véritable origine des Banques centrales, et telle pourrait bien être, demain, l’histoire des marchés financiers modernes.

Si la violence de la monnaie marqua donc d’une pierre blanche la pensée économique, ce n’est pas seulement pour avoir identifié brillamment l’existence de systèmes monétaires différenciés, mêmes si les auteurs ne purent définir correctement ces systèmes, ni pour avoir montré l’inanité du monétarisme. L’autre apport fondamental du livre, dans le sillage de Marx, est d’avoir montré que c’est la violence, et in fine la souveraineté, qui détermine l’évolution institutionnelle des systèmes monétaires. Mais au-delà des approximations théoriques, un fait historique semble avoir échappé à cette grande œuvre d’économie, c’est qu’en dernière instance la souveraineté déterminante est bien souvent, pour la monnaie comme pour les marchés financiers, celle des Etats.


[1] La violence de la monnaie, Michel Aglietta, André Orléan, préface de Jacques Attali, économie en liberté, Presses Universitaires de France, 1982, p. 8.

[2] op.cit., p. 12

[3] op cit., p. 14

[4] op.cit., p. 14

[5] op.cit., p. 16

[6] op. cit., p. 32

[7] op.cit., p. 60-61

[8] op.cit., p. 66

[9] op.cit., p.75

[10] op.cit., p.81

[11] op.cit., p.81

[12] op.cit., p.82

[13] op.cit., p.82

[14] op.cit., p.93

[15] op.cit., p.95

[16] op.cit., p.122

[17] op.cit., p. 162

[18] op.cit., p.163

[19] op.cit., p.164

[20] Comme l’a montré Werner Sombart dans son ouvrage non traduit : Der Moderne Kapitalismus, historisch-systematische Darstellung des gesamteuropäischen Wirtschaftslebens von seinen Anfängen bis zur Gegenwart, Duncker & Humblot , 1969.

[21] La violence de la monnaie, Michel Aglietta, André Orléan, préface de Jacques Attali, économie en liberté, Presses Universitaires de France, 1982, p. 225.

[22] op.cit., p. 226.

[23] op.cit., p. 284.

[24] op.cit., p. 290.

[25] op.cit., p. 66.

[26] op.cit., p. 61.

[27] op.cit., p. 66.

[28] op.cit., p. 67.

[29] op.cit., p. 68.

[30] La monnaie, un enjeu politique, manuel critique d’économie monétaire, les économistes atterrés, J.-M. Harribey, E. Jeffers, J. Marie, D. Plihon, J.-F. Ponsot, Editions du seuil, janvier 2018, p. 21

[31] op.cit., p. 54.

[32] Dans son ouvrage Dette, 5000 ans d’histoire, Les liens qui libèrent, 2013, Graeber affirme qu’à compter du XIIe siècle, les dettes des Etats constituent la monnaie, puis la situation se retournerait avec la Banque d’Angleterre qui considèrerait comme monnaie les dettes dues par le roi, et non plus les dettes due au roi (p.413). Cette vision historique me semble très contestable, comme je le montrerai dans la critique détaillée de l’ouvrage de Graeber. Elle traduit une même hésitation sur la notion de monnaie de crédit que celle des économistes.

[33] Introduction à la comptabilité bancaire, Michèle Formagne, 2e édition, RB Editions, 2015, p. 41

[34] op.cit., p. 22-23.

[35] Comme l’a brillamment démontré Jean Fourastié dans plusieurs ouvrages, et notamment La comptabilité, Que-sais-je, PUF, 1943.

[36] Introduction à la comptabilité bancaire, Michèle Formagne, 2e édition, RB Editions, 2015, p. 42, 43, 44.

[37] La violence de la monnaie, Michel Aglietta, André Orléan, préface de Jacques Attali, économie en liberté, Presses Universitaires de France, 1982, p. 65.

[38] op.cit., p.12

[39] op.cit., p. 86.

[40] op.cit., p. 93.

[41] op.cit., p. 131.

[42] op.cit., p. 308.

[43] op.cit., p. 165

[44] L’évolution de la lettre de change, XIVème – XVIIIème siècle, Raymond de Roover, 1956, Affaires et gens d’affaires, éditions Armand Collin, p. 136

[45] op.cit., p. 136

[46] op.cit., p. 137

Troc et monnaie en Russie pendant la transition : à propos d’un article de Jacques Sapir

Dans son article intitulé « Troc, inflation, monnaie en Russie, tentative d’élucidation d’un paradoxe »[1], écrit en 2002, Jacques Sapir revient sur un des phénomènes les plus intéressants de l’histoire économique récente : le développement du troc en Russie dans les années 90 en pleine période de transition et alors que l’inflation diminue. Cet article intéresse mes propres recherches de thèse sur l’existence de différentes dimensions de la monnaie.

Jacques Sapir insiste sur le fait que ces évolutions économiques, qu’il a pu observer directement en Russie à l’époque, représentent un défi pour la pensée économique et monétaire. En effet, le développement du troc n’est pas a priori attendu par la théorie économique en période de diminution de l’inflation, ce qui démontre bien entendu les failles de cette théorie, tout du moins d’une certaine théorie économique. Dans le sillage de Say et Ricardo, il rappelle que la pensée néo-classique a toujours tendu à nier l’importance et la spécificité de la monnaie, de même que les monétaristes, et jusqu’à des auteurs plus institutionnalistes et plus pertinents comme Hayek, qui a aussi pensé le troc comme la conséquence de désordres monétaires. Les auteurs hétérodoxes eux-mêmes, Marx et Keynes au premier chef, ont eu pour leur part tendance à considérer l’économie monétaire comme l’affirmation de la modernité économique, dans une perspective évolutionniste, voire, parfois, téléologique. Mais Jacques Sapir souligne que cette vision est à son tour porteuse d’incohérences et ne permet pas d’expliquer la permanence, ou la résurgence, de formes d’organisations économique non monétaires, comme le troc en est l’exemple, et qui existent non seulement en Russie mais aussi dans les pays occidentaux. Il ajoute : « Cette double polarité, fondamentalement insatisfaisante, traduit une difficulté intrinsèque de l’économie à penser la monnaie »[2]. On ne saurait mieux traduire l’état actuel de la pensée économique.

Il définit alors le troc tel qu’il s’est développé en Russie dans les années 90 : « Outre des transactions en nature, ou par l’intermédiaire d’instruments financiers, (les weksels) non compensables en monnaie, on a vu se développer l’usage d’instruments monétaires alternatifs à la monnaie nationale : usage du dollar, mais aussi de weksels émis cette fois par des banques régionales et circulant comme une véritable monnaie alternative ».[3] De plus, ce développement du troc, et c’est là le point fondamental, se développe en période de diminution de l’inflation : « Le phénomène incontestablement le plus paradoxal, réside dans le développement du troc au sein des échanges interentreprises et ce, alors que le rythme de l’inflation allait diminuant ».[4]

Après avoir souligné que le troc interentreprises existait déjà dans la période soviétique, au moins depuis les années 30, et de façon massive juste avant la fin de l’URSS, il montre que le troc a fortement baissé au moment de la libéralisation des prix en 1992, puis s’est mis à remonter progressivement à partir de 1993, quand l’inflation a baissé. Cette baisse de l’inflation, il faut le rappeler, a correspondu à l’application des principes les plus extrêmes de l’austérité budgétaire et de la restriction monétaire à la Russie sous la direction des économistes internationaux chargés de la transition. Il faut se souvenir que cette politique conduisit à l’époque à un désastre économique et social qui était aussi un désastre politique, car les structures mêmes de l’Etat étaient mises en question. Les objectifs de cette politique « de stabilisation » visaient en fait à stabiliser, exclusivement, l’inflation, quitte à déstabiliser les autres variables économiques et institutions du pays. Elle conduira en 1998 au krach russe, au défaut sur la dette et à la dévaluation menés par Evgueni Primakov, au redressement de l’économie russe puis à l’élection de Vladimir Poutine, dès lors considéré par la population comme un antidote aux potions néolibérales occidentales. Mais en tout cas, Jacques Sapir explique que c’est bien pendant cette période de diminution de l’inflation que le troc s’est de nouveau développé en Russie, et il cherche à tirer toutes les conséquences théoriques de ce paradoxe, ce qui n’est généralement pas fait par les économistes.

Il établit dans plusieurs tableaux que la part du troc dans le commerce interentreprises total est de 50% en 1998, à quoi il faut ajouter les billets à ordre non remboursables en monnaie, les weksels, qui représentent environ 10% de ce commerce en 1998.

Après avoir démontré la faiblesse des arguments des théories dominantes, pour expliquer ce phénomène, il insiste sur l’étonnante propension que les défenseurs de ces théories ont à accuser les directeurs d’entreprise russes de ne pas jouer le jeu de l’économie libérale, d’être figés dans des réflexes de la période soviétique, de « saboter » la politique libérale : « Pour qui connaît l’usage et les tréfonds du mythe de saboteur dans le système soviétique, cela ne manque pas de sel. »[5] Cette attitude traduit en réalité une incapacité à expliquer correctement la réalité.

Il montre ensuite que les explications alternatives, comme celle basées sur le problème de la confiance des transactions et du risque de défection, avancées par Dalia Marin[6], sont déjà plus convaincantes. Puis, surtout, il montre que c’est l’impact des politiques économiques, par la contrainte budgétaire et la contrainte de liquidités excessives qu’elles induisent, qui conduisent à cette situation. Ces politiques provoquent de véritables pénuries monétaires dans certaines régions, faisant monter les risques de défection contractuelle et poussant les agents à s’organiser hors du circuit monétaire classique. Il conclue logiquement : « Une politique monétaire fortement restrictive est strictement incompatible avec la création d’un système bancaire efficace. »[7] En revenant à Simmel, pour qui la monnaie permet de réduire les coûts de transaction et de s’adresser à un inconnu parfait, il montre qu’au contraire, dans le cas russe, le troc a pu avoir des avantages en ce qui concerne l’instauration d’un espace de confiance que n’assuraient plus les autorités.

Ces observations de la réalité économique russe l’amènent ensuite à interroger la théorie monétaire et ses failles, en opposant deux auteurs : Von Mises et Weber. L’un, Von Mises, considère les prix comme le résultat du calcul d’agents rationnels. L’autre, Weber, met à jour l’existence de deux formes de rationalité, la formelle et la substantielle, contredisant concrètement par l’observation sociologique la théorie de Von Mises. Weber insiste sur la combinaison dans la réalité des prix de type « calcul de marché » et des prix dépendants de la distribution des pouvoirs et de l’enchâssement des institutions.

En utilisant ces théories, Jacques Sapir montre alors qu’il est nécessaire de penser la monnaie dans sa relation aux institutions, car c’est finalement cette relation qui définit le fonctionnement de l’économie. D’ailleurs, si l’analyse wébérienne ne suffisait pas, il insiste sur le fait que les cadres du calcul rationnel des prix cher à Von Mises ont explosé avec les résultats récents de chercheurs en psychologie expérimentale, qui montrent que la structure des préférences des agents sont fondamentalement instables, et qu’ils usent par ailleurs d’une rationalité limitée dans leur action quotidienne, comme l’a montré Herbert Simon, et non d’une rationalité omnisciente. Citant Shackle, il montre que les phénomènes de thésaurisation ou de fuite vers la liquidité que celui-ci a décrit échappent en fait aux théories de Say et de ses continuateurs. Pourtant, ajoute-t-il, « la compréhension de ces phénomènes permet de comprendre la crise d’une économie capitaliste non comme le produit d’un déséquilibre, mais comme celui d’une rupture fondamentale de cohérence, point sur lequel il y a bien convergence entre Marx et Keynes »[8]. On ne saurait sous-estimer l’importance de cette remarque pour la théorie économique. Appliquée au problème du troc en Russie, cela amène à formuler le problème de la façon suivante : « il devient clair que certaines dynamiques du passage au troc sont initiées pour des raisons similaires à celles conduisant aux monnaies de substitution » [9]. De même : « la présence et du troc et des monnaies de substitution, renvoie au degré de cohérence qui peut exister entre les rapports de force tels qu’ils sont exprimés dans les prix monétaires et la configuration réelle du pouvoir des acteurs »[10]. Il me semble qu’on retrouve dans ce mode de réflexion l’héritage de la théorie de la régulation, qui voit dans les prix la synthèse des rapports de force et des configurations institutionnelles d’une économie donnée. Cependant, Jacques Sapir va plus loin que la plupart des régulationnistes car il montre que l’institution monétaire, y compris dans des économies modernes, peut-être elle-même soumise à des transformations conceptuelles résultant de rapports de force politiques, là où la plupart des autres auteurs voient dans la monnaie un instrument définitif et achevé qui impose sa logique à toute la société. Le livre théorique de Jacques Sapir, en grande partie issu de son expérience de la transition russe « les trous noirs de la science économique », paru en 2000, porte d’ailleurs la trace de cette divergence à travers la critique acérée et efficace qu’il fait de « l’essentialisme monétaire » porté par exemple par Aglietta et Orléan[11].

Pour conclure, il montre que le défaut sur la dette russe et la dévaluation du rouble, menée à partir de 1998 par Primakov, qui a permis à la Russie de sortir de la crise et de renouer avec la croissance, a conduit à une diminution spectaculaire du troc : « Les instruments monétaires régionaux ont pratiquement disparu dans les trois mois qui ont suivi la crise et, fait encore plus intéressant, la part du troc dans les échanges a commencé à décroître de manière significative »[12]. Cette évolution confirme donc bien que c’est la politique économique générale qui était le principal générateur du troc. Le desserrement de la contrainte monétaire, permis par la dévaluation du rouble, a diminué le recours à celui-ci tout comme aux monnaies de substitution. La profitabilité des entreprises s’est reconstituée, le gouvernement de Vladimir Poutine a œuvré pour une meilleure discipline de paiements des agents, et cela a eu un impact global sur l’économie russe : « Cette politique a eu une forte crédibilité car elle s’est appuyée sur un basculement des représentations politiques mettant au premier rang la reconstruction de l’Etat. [13]» L’amélioration de la balance commerciale, l’accroissement de la liquidité, ont donc joué un rôle positif par la suite qui ont conduit à la forte diminution du troc et au retour à la croissance et à l’investissement. En conclusion, Jacques Sapir insiste sur l’importance centrale, au plan méthodologique, d’une théorie monétaire qui tienne compte des institutions et inversement, comme le prouve l’analyse de la transition russe, qui est pourtant généralement occultée par la pensée économique.

Cet article me semble essentiel à plus d’un titre. D’abord, parce que comme les travaux les plus intéressants en économie, il est le produit d’une confrontation entre une très grande connaissance  théorique et une observation détaillée de la réalité. Cette confrontation produit une interrogation permanente entre théorie et réalité qui entraîne un progrès évident de l’analyse. Cette remarque peut sembler d’une banalité évidente, mais il faut pourtant rappeler que beaucoup de recherches ne répondent pas à ce critère. Il existe beaucoup de travaux purement théoriques ne se confrontant jamais à la réalité, et cherchent au besoin à tordre les faits pour les faire correspondre, et la théorie de l’équilibre générale est une telle théorie. Il existe d’autre part des observations des acteurs de terrain qui ne tirent jamais les conséquences théoriques de leurs observations, soit parcequ’ils n’en connaissent pas les enjeux, soit parce qu’ils ne le veulent pas. Ici au contraire, Jacques Sapir relève un paradoxe, le paradoxe du développement du troc en période de diminution de l’inflation, et plutôt que d’oublier ce fait ou d’en donner une explication superficielle pour préserver la structure théorique, il pose au contraire la question des conséquences théoriques de ce paradoxe. L’histoire de la science nous montre que ce sont souvent les faits divergents, ceux qui ne collent pas à une théorie, qui permettent de faire progresser celle-ci.

Jacques Sapir questionne donc dans cet article la théorie monétaire elle-même, y compris la meilleure théorie monétaire hétérodoxe, telle qu’elle a pu être développée par son ancien directeur de thèse Michel Aglietta, en montrant que l’expérience russe représente un défi pour cette théorie puisqu’elle a prouvé que les institutions étaient en mesure de transformer la nature de la monnaie lors d’une crise, sans que nous comprenions vraiment comment. Cela prouve que la monnaie ne peut pas être pensée seule, comme une institution dominant les autres sans que les autres institutions ne puissent influer sur elle. Au contraire, ce que nous observons, c’est qu’en cas d’application d’une politique monétaire incohérente avec  les autres institutions, ce ne sont pas les institutions qui se transforment, mais le concept de la monnaie lui-même qui se fissure. Telle est l’observation fondamentale de cet article, en forme de critique adressée tant à l’économie néo-classique qu’à tous les économistes parfois hétérodoxes et profonds que Jacques Sapir nomme les essentialistes monétaires.

Ces analyses ont été développées plus largement encore dans les trous noirs de la science économique et introduisent une méthodologie nouvelle pour les économistes :

« La gestion de la monnaie ne doit donc pas viser sa neutralisation, mais la cohérence entre la norme monétaire et les autres normes qui l’entourent et lui donnent sens, comme la structure de répartition des revenus que l’on considère souhaitable, ou le niveau et le rythme des dépenses publiques. Comme toute action économique, la politique monétaire ne saurait être entièrement prévisible. Mais parce qu’elle s’inscrit dans un ensemble qui la dépasse et sans lequel elle n’a pas de sens, ses conséquences ne sauraient être évaluées sur des critères monétaires, voire simplement économiques. »[14]

C’est le programme de recherche qu’ouvre ces observations dans lequel mes travaux sur la monnaie s’inscrivent. Un de mes résultats de recherche essentiel, pour comprendre et définir correctement ce qu’est la monnaie, est de bien voir qu’elle n’est pas une institution stable et définitive conceptuellement. D’une part, la théorie monétaire d’aujourd’hui ne parvient pas à expliquer correctement le fonctionnement actuel de la monnaie, notamment son rapport à la finance, et l’histoire de la monnaie elle-même demeure incohérente. Mais d’autre part, la monnaie actuelle se transforme encore aujourd’hui, notamment sous la pression de la finance, et ces transformations sont le résultat de rapports de force institutionnels et sociaux que la pensée économique, qui ne veut pas voir ces incohérences, laisse dans l’ombre.

A ce titre, le paradoxe identifié par Jacques Sapir dans cet article me semble particulièrement intéressant, parce qu’il met en évidence cette transformation conceptuelle possible de la monnaie sous l’emprise de contraintes macroéconomiques. La montée du troc en Russie est certes édifiante à cet égard, mais plus intéressante encore pour ma thèse est la montée des weksels, ces bons à payer non remboursables en monnaie, qui représentaient environ 10% du commerce inter-entreprises en Russie en 1998. Car ces bons à payer sont selon moi une illustration parfaite de l’émergence d’une nouvelle monnaie à partir d’une autre, en période de restriction monétaire, et à partir de la comptabilité des entreprises privées. Ces weksels, fondamentalement, m’apparaissent comme des promesses de paiement qui, en circulant, commencent à acquérir la fonction d’une monnaie nouvelle, se substituant à la monnaie officielle en raison de la pénurie de celle-ci. Ce schéma est le schéma typique de l’émergence d’une nouvelle monnaie, circulant dans une nouvelle dimension, à partir de promesses de paiement[15]. C’est exactement le mouvement à l’œuvre dans l’apparition de la monnaie moderne à partir du 14e siècle en Italie dans la comptabilité des marchands-banquiers. A l’époque, c’est la pénurie de monnaie induite par l’interdiction du prêt à intérêt par l’Eglise qui provoqua cette émergence, et c’est bien encore une pénurie monétaire due à l’application excessive d’une politique monétariste qui le provoqua en Russie dans les années 90. Quand la restriction monétaire est trop forte pour un système productif donné, une monnaie nouvelle peut se reconstituer à partir des promesses de paiement des entreprises privées, car ces promesses sont en réalité l’origine de la monnaie.

Au Moyen-Age, cette contrainte a été si constante et si durable qu’elle a débouchée en Italie sur l’invention d’un système de gestion très efficace de ces promesses de paiement : la comptabilité en partie double. C’est à partir d’elle que l’énorme masse des lettres de change, puis les billets de banque et enfin la monnaie de crédit moderne elle-même, ont émergé au long des siècles.

J’essaierai aussi de démontrer que la politique monétariste de lutte contre l’inflation dans les années 1980 dans les pays occidentaux (qui s’est poursuivie alors que les pics inflationnistes des années 70 étaient dus essentiellement aux chocs pétroliers) a également conduit à une pénurie monétaire relative, et cette pénurie a entraîné le développement et la circulation des promesses de paiement sur les marchés financiers comme un substitut à cette restriction monétaire excessive. C’est là généralement un angle mort de l’analyse économique, mais cette conception permet d’expliquer le développement des marchés par une « rupture de cohérence » dans les institutions économiques due au monétarisme, qui a produit une modification du fonctionnement de la monnaie elle-même. Il peut paraître surprenant d’avancer que dans les pays les plus développés, la monnaie soit en train de se transformer conceptuellement par la faute du monétarisme, mais c’est pourtant bien la réalité concrète devant laquelle nous place l’évolution des marchés financiers. Car les marchés, comme les lettres de change du Moyen-Age ou les weksels des entreprises russes, sont largement une nouvelle monnaie en gestation, émergeant à partir de créances en circulation dans la comptabilité des chambres de compensation : une shadow money, comme la définissent avec justesse les économistes de l’Institute for New Economic Thinking.[16]

Mais dans le cas russe, cette contrainte monétaire ne s’est exercée que sur quelques années, raison pour laquelle l’émergence a été embryonnaire et a disparu quand une politique monétaire plus raisonnable a été menée. J’ignore d’ailleurs si les entreprises russes se servaient de la comptabilité en partie double pour gérer au quotidien la bonne compensation des weksels, c’est là une possibilité très vraisemblable, mais elle demanderait confirmation. Il me semble voir dans l’expérience russe une parfaite illustration du cas historique que je décris dans ma thèse, et qui me conduit également à la nécessité de redéfinir la monnaie au plan conceptuel. C’est pourquoi les conclusions méthodologiques de l’article ainsi que des Trous noirs de la science économique me semblent marquer un progrès essentiel dans la théorie économique.

La pensée monétaire n’a pas atteint un développement définitif, et cela explique les nombreuses difficultés théoriques que les économistes rencontrent pour décrire la réalité monétaire et financière présente. Seule une compréhension de l’enchâssement de la monnaie dans les autres institutions sociales et économiques peut permettre de progresser dans sa définition, telle est la leçon précieuse et fondamentale que Jacques Sapir déduit de son observation profonde de l’économie russe.

[1] Paru dans l’ouvrage La transition monétaire russe. Avatars de la monnaie, crise de la finance (1990-2000). Sous la direction de Sophie Brana, Mathilde Mesnard et Yves Zlotowski, L’Harmattan, collection « Pays de l’Est », 2002.

[2] Troc, inflation et monnaie en Russie : tentative d’élucidation d’un paradoxe. Jacques Sapir, in La transition monétaire russe. Avatars de la monnaie, crise de la finance (1990-2000). Sous la direction de Sophie Brana, Mathilde Mesnard et Yves Zlotowski, L’Harmattan, collection « Pays de l’Est », 2002, p. 50.

[3] op.cit. ; p. 50

[4] op.cit. ; p.51

[5] op.cit. ; p. 60

[6] Trust vs Illusion : What is Driving Demonetization In Russia ? D. Marin (2000), Discussion papers Series, n°2570, CEPR, Londres, septembre.

[7] Troc, inflation et monnaie en Russie : tentative d’élucidation d’un paradoxe. Jacques Sapir,  in La transition monétaire russe. Avatars de la monnaie, crise de la finance (1990-2000). Sous la direction de Sophie Brana, Mathilde Mesnard et Yves Zlotowski, L’Harmattan, collection « Pays de l’Est », 2002, p. 64.

[8] op.cit. ; p. 74

[9] op.cit. ; p. 74

[10] op.cit. ; p. 75

[11] Les trous noirs de la science économique, Essai sur l’impossibilité de penser le temps et l’argent, Jacques Sapir, édition augmentée d’une préface, Editions du Seuil, p. 245-260.

[12] Troc, inflation et monnaie en Russie : tentative d’élucidation d’un paradoxe. Jacques Sapir,  in La transition monétaire russe. Avatars de la monnaie, crise de la finance (1990-2000). Sous la direction de Sophie Brana, Mathilde Mesnard et Yves Zlotowski, L’Harmattan, collection « Pays de l’Est », 2002, p. 76.

[13] op.cit. ; p. 77.

[14] Les trous noirs de la science économique, Essai sur l’impossibilité de penser le temps et l’argent, Jacques Sapir, édition augmentée d’une préface, Editions du Seuil, p. 279-280.

[15] Voir l’article que je consacre à cette question sur mon carnet hypothèses : https://monnaieprix.hypotheses.org/245

[16] Voir leur site internet, largement consacré à cette question : https://www.ineteconomics.org/perspectives/blog/towards-a-theory-of-shadow-money

Quel plan de sortie de l’euro pour l’Italie?

L’actualité remet sur le devant de la scène le problème de la sortie de l’euro de l’Italie. SI les bienfaits d’une telle sortie, notamment en termes de possibilité de faire baisser le taux de change de la nouvelle monnaie et ainsi de stimuler la croissance, sont clairement identifiés[1][2], il faut se poser la question de la mise en place concrète de ce projet.

Les mini BOTS en question

Des économistes proches du nouveau gouvernement italien ont parlé de mettre en circulation comme une monnaie les bons du trésor italien.[3] Ainsi une nouvelle monnaie existerait en parallèle de l’euro et serait directement placée sous le contrôle du Trésor italien, ce qui pourrait éventuellement servir à remplacer l’euro si la BCE décide de couper l’alimentation en euro des banques italiennes.

Cependant, comme l’a montré Jacques Sapir[4], l’existence de cette monnaie parallèle, quand bien même elle serait reconnue par l’Etat, ne garantirait pas qu’elle puisse se substituer à l’euro, car pour cela il faudrait qu’elle circule dans l’économie italienne, ce qui est la caractéristique et la fonction d’une monnaie. Les mini BOTS, s’ils étaient mis en place, fonctionneraient en effet comme une nouvelle monnaie, mais sur un plan différent de l’euro, car ils ne seraient rien d’autre que des promesses d’euros, sur le modèle des actifs financiers qui sont tous des promesses de paiement. Mais tout comme les actifs financiers ne circulent bien qu’en période de confiance, et tendent à disparaître en période de turbulence et de crise, ces mini BOTS auraient certainement du mal à s’imposer par eux-mêmes comme une monnaie utilisée par tous. De plus dans leur essence, ils ne se substitueraient pas à l’euro puisqu’ils seraient en fait des promesses d’euro. Paradoxalement, Ils auraient donc en fait besoin de l’euro pour fonctionner, et c’est là une faiblesse en cas de coupure brutale de l’alimentation en euros par la BCE. Ils fonctionneraient un peu à l’image des billets au temps de l’étalon-or, au long du 18e et du 19e siècle, quand les billets étaient en fait la matérialisation de promesses de paiement en monnaie métallique réellement existante dans les banques. Ces billets étaient en fait des promesses de paiement en monnaie métallique, leur solidité dépendait donc de la monnaie métallique elle-même, même si des siècles d’utilisation et de confiance ont fini par les faire considérer comme une monnaie eux-mêmes, ce qu’ils n’étaient pas à l’origine. Mais cette mutation s’est produite dans le temps long et dans une période de confiance, et l’on peut donc dire que les mini-BOTS seraient une bonne idée pour le moyen et long terme, mais ne seraient peut-être pas suffisamment solides pour se substituer à l’euro à court terme.

Les deux sources d’alimentation de la monnaie : le crédit bancaire et les dépenses du Trésor public

A court terme en effet, les deux fonctions que doit impérativement remplir une monnaie si elle veut circuler immédiatement, sont celles de satisfaire le crédit et les dépenses de fonctionnement de l’Etat. La monnaie, on ne le dira jamais assez, est créée avant tout par les banques privées lorsqu’elles accordent des crédits, aux particuliers et aux entreprises. Lorsqu’elle accorde un crédit, une banque émet une créance à son actif et crée de la monnaie ex nihilo sur le compte en banque de son client au passif. La différence entre la masse des crédits anciens remboursés et la masse des crédits nouveaux accordés constitue donc la masse monétaire en circulation dans une économie donnée, à l’image d’un bain qui contient une quantité d’eau donnée en fonction d’une arrivée d’eau et d’une évacuation d’eau. L’arrivée d’eau, ce sont les crédits nouveaux, l’évacuation d’eau, ce sont les crédits anciens remboursés, la quantité d’eau, c’est la masse monétaire. C’est donc le besoin de crédit de l’économie qui est à l’origine de la circulation de la monnaie. Or, ce qui va se passer si l’Italie subit la même attaque qu’a subie la Grèce en 2015, c’est justement que la BCE va couper cette alimentation en crédit des banques en les empêchant de se refinancer elles-mêmes auprès de la BCE. La BCE coupe l’arrivée d’eau du bain, et fait immédiatement se vider l’eau du bain. Voilà ce qui est arrivé à la Grèce en 2015. Dans ces conditions, il est impossible à une économie de fonctionner et tout s’arrête de façon dramatique. Les banques ferment, la monnaie cesse de circuler, l’économie s’asphyxie littéralement.

 

Mais cette situation de crise, qui, on le voit, est une action politique scandaleuse et illégale de la BCE, est paradoxalement une opportunité pour un gouvernement préparé et déterminé. Car alors l’euro cesse de remplir son rôle, il ne répond plus au besoin de crédit courant, il laisse la place vacante pour une autre monnaie. Mais pour fonctionner, c’est-à-dire pour circuler, cette monnaie doit répondre au besoin de crédit courant, et c’est pourquoi Jacques Sapir insiste sur la nécessité de la faire passer par le système bancaire[5]. L’institution-clé est alors toute trouvée, elle a un nom, une adresse, et une organisation administrative bien huilée : c’est la Banque d’Italie, située à Rome au Palais Koch, et dirigée par son gouverneur Ignazio Visco[6]. Il est à noter que ce gouverneur est nommé par le Parlement et qu’Ignazio Visco devrait justement arriver à la fin de son mandat, ce point risque d’avoir une grande importance. La Banque d’Italie, pour l’heure, fait certes partie de l’euro-système, mais il est clair qu’en cas d’agression de la BCE visant à le briser politiquement, le gouvernement italien serait tout à fait fondé à réaffirmer son autorité sur la Banque d’Italie pour assurer le fonctionnement normal du système bancaire, et notamment le refinancement des banques privées, c’est-à-dire la réouverture du robinet monétaire. Du moment que cette décision est prise et que son bon déroulement est assuré en termes administratifs, une monnaie circulerait de nouveau dans le système bancaire et dans l’économie italienne, mais de façon indépendante par rapport à la BCE. Qu’on appelle une telle monnaie euro, lire ou n’importe quel autre nom, que les pays la reconnaissent ou non, et que son statut juridique soit fixé ou non, toutes ces choses n’auront plus grande importance au plan économique, car de ce point de vue elle sera de facto, la monnaie souveraine de l’Italie.

 

Mais il y a un deuxième canal par lequel une monnaie est indispensable et peut circuler rapidement entre les acteurs, ce sont les dépenses de fonctionnement courant de l’Etat, et notamment la paye des fonctionnaires. Ces dépenses courantes relèvent du Trésor public italien, institution qui a également une adresse et une organisation administrative bien établie. A l’heure actuelle, depuis le traité de Maastricht justement et l’introduction de l’euro, le Trésor est obligé de financer sa dette en ayant recours aux marchés financiers obligataires, ce qui lui oblige à payer de forts taux d’intérêts, matérialisés par les fameux spreads qui semblent gouverner l’Italie. Mais il est à noter qu’il n’en a pas toujours été ainsi. Avant le traité de Maastricht, le Trésor avait la possibilité, tout comme une banque privée, de se refinancer auprès de la banque centrale à un taux proche de zéro, même si cette possibilité n’était pas toujours activée. Aussi les taux d’intérêts payés sur la dette publique pouvaient-ils être plus faibles et payés directement à la banque centrale, ce qui limitait le pouvoir des marchés sur la vie économique du pays. De ce point de vue les dépenses du Trésor pouvaient en fait être une forme de création monétaire, et la collecte des impôts par ce même Trésor était une forme de destruction monétaire. C’est d’ailleurs pourquoi on considérait le Trésor comme étant en partie une banque.

 

Dans le cas d’une agression de la BCE, le Trésor Public italien peut donc être un important levier de circulation d’une nouvelle monnaie si on l’autorise de nouveau à se refinancer auprès de la Banque d’Italie. Concrètement, si la BCE coupe l’alimentation du pays en euro, il faut autoriser le Trésor à assurer ses dépenses courantes, ce qui introduira naturellement de façon assez massive une circulation monétaire dans le pays à travers les salaires des fonctionnaires et les subventions de fonctionnement des administrations publiques. Comme pour le crédit des banques privées, si une telle monnaie circule dans les administrations publiques et dans les comptes des fonctionnaires, elle comblera un vide et deviendra la monnaie souveraine de l’Italie de facto. Cependant, si seul le Trésor assure cette circulation sans l’appui du crédit des banques privées, un biais important favorisera à l’excès les fonctionnaires et les administrations publiques, ce qui pourrait créer des distorsions dramatiques entre les Italiens.

 

En cas d’agression de la BCE, la question stratégique pour le gouvernement italien sera donc en priorité le contrôle et la bonne gestion de la Banque d’Italie, puis du Trésor Public comme force d’appoint essentielle, afin de faire circuler une monnaie efficacement et souverainement, et ainsi la substituer à l’euro dont la place aura été laissée vacante par la politique antidémocratique de la BCE.

 

Le bras de fer à venir peut donc être celui de tous les dangers, mais aussi celui de toutes les opportunités pour le nouveau gouvernement italien.

[1] Voir l’étude de Philippe Murer, Jacques Sapir et Cédric Durand : Les scenarii de dissolution de l’euro, https://www.fondation-res-publica.org/etude-euro/#.WxqyD2VMf-Y

[2] Voir l’article d’Alberto Bagnai sur son blog : http://goofynomics.blogspot.com/2015/06/nominal-devaluation-and-real-wages.html

[3] https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/0301706243001-italie-la-tentation-des-mini-bots-2177702.php

[4] Voir sa dernière note sur son carnet : https://www.les-crises.fr/russeurope-en-exil-litalie-et-la-question-des-monnaies-paralleles-une-voie-de-sortie-de-leuro-par-jacques-sapir/

[5] Voir sa dernière note sur son carnet : https://www.les-crises.fr/russeurope-en-exil-litalie-et-la-question-des-monnaies-paralleles-une-voie-de-sortie-de-leuro-par-jacques-sapir/

[6] https://fr.wikipedia.org/wiki/Banque_d%27Italie

Italie : l’union par la souveraineté

L’Italie s’est donc finalement dotée du gouvernement de coalition qu’on prétendait lui interdire. Ce gouvernement s’est finalement formé avec Paolo Savona, l’économiste anti-euro qui fut refusé par le Président Mattarella au poste de Ministre des Finances, qui a été nommé aux affaires européennes. Aux finances, c’est finalement Giovanni Tria, un économiste à l’origine assez libéral mais devenu euro-critique et favorable à une relance des investissements publics par le financement de la création monétaire, qui a été nommé. Tria, c’est vraiment le plus important, est tout à fait conscient du dysfonctionnement de l’euro, il a compris que l’euro désindustrialisait les pays qui l’ont adoptés au bénéfice de l’Allemagne, parce que ces pays ne peuvent plus ajuster leur compétitivité par le taux de change, comme il le faisaient avant le traité de Maastricht.

Or l’Italie et la France, pour ne parler que de ces deux pays, ont un fonctionnement social très différent de l’Allemagne, et ont notamment une organisation plus favorable aux salariés. Cela ne les a pas empêché, jusque dans les années 90, de se développer aussi bien et même plus rapidement que l’Allemagne au plan industriel, parce que leur productivité était meilleure, et que, grâce à une monnaie un peu plus faible, leurs produits étaient plus compétitifs à l’étranger. Il faut souligner que le niveau d’une monnaie, son taux de change donc, n’a pas une cause unique. Il y a des avantages et des inconvénients à avoir une monnaie plus ou moins forte. Dans le cas de la France et de l’Italie, cela produisait un peu plus d’inflation qu’en Allemagne, avec des conditions sociales plus favorables aux salariés,  et une meilleure compétitivité prix des produits. Fondamentalement, le niveau du taux de change était plus favorable à l’investissement et au développement industriel et moins favorable aux épargnants. Inversement, l’Allemagne menait et mène encore une politique moins favorable aux salariés, ce qui lui permet d’avoir moins d’inflation tout en restant compétitif au niveau des prix. C’est une politique plus favorable aux possesseurs de capital, et qui permet l’investissement seulement dans la mesure où elle gagne des parts de marché sur ses voisins. Avec l’euro qui empêche la régulation entre les pays par le taux de change, l’Allemagne l’emporte systématiquement sur ses voisins et défait donc l’équilibre économique et social européen qui prévalait jusque dans les années 90.

Cela Tria l’a compris, aussi ne sera-t-il pas surpris que l’Allemagne défende bec et ongle l’euro, quitte à utiliser la BCE pour cela. On peut donc penser que Tria saurait répondre à une telle attaque, comme elle a eu lieu en Grèce en 2015, qui consiste, rappelons-le, à couper l’alimentation en euro d’un pays. Il est d’ailleurs possible que l’administration italienne ait déjà commencé à s’organiser pour répondre à une telle attaque en se préparant faire circuler les bons du trésor, c’est-à-dire la dette italienne, comme une monnaie nouvelle. C’est la philosophie des mini-BOTS, dont on a parlé en Italie pendant la campagne. Si cette méthode était mise en oeuvre de façon massive, elle permettrait de faire circuler une monnaie parallèle à l’euro à partir du Trésor public italien, qui se transformerait alors en banque, comme il l’a souvent été dans l’histoire des différents pays du monde. De plus dans ce cas, les investissements publics pourraient être naturellement financés à taux zéro, cela permettrait donc de déconnecter la dette italienne nouvellement émise des marchés financiers. Mais cette question ne se posera qu’au moment où les Italiens décideront de mettre en place une politique d’investissement contra-cyclique, ce qui est dans  leur accord de gouvernement. Alors la crise de l’euro commencera, car ils devront défendre leur souveraineté face à l’Allemagne. Ce sera l’heure de vérité.

Pour l’heure, c’est plutôt sur la politique migratoire que Matteo Salvini, le nouveau Ministre de l’Intérieur, ouvre un premier front en  désirant remettre en cause l’accord de Dublin sur la politique migratoire de l’UE. Il affirme que pour sauver les vies en Méditerranée, il faut empêcher les départs de bateaux depuis le Maghreb, et augmenter le nombre de rapatriements d’illégaux, sauf pour les migrants venant de pays en guerre. Il veut réduire les fonds d’aide européens dédiés à l’accueil des migrants, et s’attaque aux ONG qu’il accuse d’être complices des passeurs. Sur ce dossier, il risque dores et déjà d’y avoir une première confrontation avec l’Allemagne, mais un compromis sera certainement trouvé, contrairement au problème de l’euro.

Mais de façon intéressante, il faut noter l’excellent accueil qui est réservé à Salvini, l’ancien sécessionniste du Nord de l’Italie, en Sicile, en plein coeur de ce Mezzogiorno qu’il voulait « larguer » dans sa jeunesse, et qui a voté massivement pour le M5S. A Catane, Salvini a été accueilli par des foules compactes  qui ont applaudi avec enthousiasme à ses discours. Cela n’est pas un fait anodin. A un moment où les régionalismes semblent plus puissants que jamais en Europe, que ce soit en Ecosse, en Catalogne ou en Corse, on constate que les deux Italie (pour ne pas parler de la troisième Italie entre Gênes et Rome) sont plus unies que jamais elles ne l’ont été depuis la fin de la guerre civile, depuis « la victoire mutilée » lors de la Première guerre Mondiale ou le Risorgimento et l’unification au 19ème siècle par Garibaldi et Cavour. Elle sont unies derrière ce gouvernement de coalition, à contre-courant de ce qui se passe en Europe, parceque ce gouvernement défend la souveraineté de l’Italie toute entière, face aux forces qui la remettent en question. Voilà une autre leçon, et pas la moindre, que nous adresse l’actualité en Italie : c’est la lutte pour la souveraineté et la justice sociale qui peuvent seules venir à bout des divisions politiques et culturelles du peuple.

Italie : un blocage institutionnel pré-révolutionnaire ?

Décidément, les événements politiques en Italie sont riches de leçons, et nous voyons chaque jour à quel point il est fou de ne pas y prêter attention pour comprendre le fonctionnement du capitalisme moderne, et en particulier de la zone euro. Comme je le disais hier, en effet, la formation du gouvernement achoppe sur la nomination du Ministre des Finances, personnage stratégique du gouvernement puisqu’il sera en première ligne si la BCE décide de briser le gouvernement en asséchant l’Italie en monnaie, comme elle l’a fait en Grèce en 2015. Voilà pourquoi la ligne de front entre les partisans de l’austérité et ceux qui s’y opposent se situe très exactement sur cette question de la nomination du Ministre des Finances italien à l’heure actuelle. Par aveuglement ou par confort, les gauches européennes, à commencer par la gauche française, refusent toujours obstinément de voir cette vérité en face, et laissent passer de ce fait de très précieuses leçons pour le jour où elles accéderont au pouvoir. En effet, si tel était le cas un jour, il faut comprendre qu’elles affronteraient exactement les mêmes problèmes que l’alliance m5s-ligue aujourd’hui, et cela devrait alerter ses forces intellectuelles plutôt que de se complaire dans la condamnation du fascisme. Au demeurant, le nouveau gouvernement italien, à l’opposé du fascisme historique réel, se fait actuellement le défenseur de la démocratie face aux partisans de l’euro qui, en Italie comme partout ailleurs, n’ont qu’une idée en tête : vider cette démocratie de toute substance. La menace contre la démocratie ne provient pas de l’alliance populiste qui s’est mise en place, mais bien au contraire des forces qui cherchent à la mettre en échec au nom de l’euro. Telle est à la situation désormais : l’euro provoque une crise institutionnelle ouverte et inédite de la Deuxième République italienne.

En effet, tout ce qui soutient l’Union européenne : le Parlement européen, les gouvernements allemands et français, les médias allemands et français, etc… ainsi que les médias américains et les marchés financiers, s’inquiète de la nomination de Paolo Savona, l’économiste anti-euro, au Ministère des Finances et souhaite imposer à l’Italie un autre nom, plus conforme à ses intérêts, une sorte de directeur technique du gouvernement s’assurant que la politique de celui-ci est inoffensive au plan économique. Leur homme, leur homme de paille pourrait-on dire si on voulait polémiquer un peu, est Sergio Mattarella, le Président de la République italienne, nommé en 2013 par le Parlement, et indéboulonnable jusqu’en 2021. C’est lui qui tente de mettre son veto à la nomination de Savona au gouvernement, contre la volonté de Guiseppe Conte, le nouveau Président du conseil, qui dirige l’alliance de la ligue et du m5s, et derrière lequel on retrouve les deux leaders : Luigi di Maio et Matteo Salvini. Mais ce veto pose clairement un problème constitutionnel, car il est le résultat d’une interprétation large de la Constitution italienne qui dispose que le Président de la République nomme les membres du gouvernement sur proposition du Président du Conseil. Il s’oppose à la volonté d’un Président du Conseil légitimement élu par la coalition et donc majoritaire au Parlement, c’est-à-dire majoritaire parmi les électeurs italiens. Il s’y oppose au nom d’une interprétation étroitement juridique du texte constitutionnel, dont l’esprit est pourtant indéniablement marqué par l’esprit démocratique et la volonté de faire respecter la volonté du peuple, résultat du contexte dans lequel il a été rédigé qui fut, précisément, celui de la fin du fascisme réel. Car la Constitution ne dit rien sur la suite à donner à un éventuel veto du Président de la République, pour la bonne raison que la situation lui semble absurde et contraire à l’esprit de cette constitution. Le Président doit garantir les traités internationaux, mais que doit-il se passer si le peuple met au pouvoir un gouvernement voulant sortir de ces traités ? Qu’est-ce qui doit l’emporter, la volonté démocratique ou la volonté seule du Président ? D’autre part que doit-il se passer si un tel désaccord entraîne l’impossibilité de former un gouvernement ? Le Président dans ce cas-là, n’est-il pas seul responsable de l’impossibilité de former un gouvernement majoritaire démocratiquement ? Telles sont les questions que pose la situation politique actuelle en Italie. Car au nom de la défense de l’euro et de l’influence des institutions étrangères, Mattarella est prêt à mettre en sourdine l’expression démocratique du pays. Cela, bien évidemment, pose un grave problème institutionnel qui remet en cause le régime politique italien lui-même. Nous passons d’une crise politique à une crise institutionnelle ouverte, et cette crise, il faut insister encore là-dessus, est le résultat de cette folle construction qu’est l’euro. Car c’est l’euro qui pousse à remettre en cause la légitimité démocratique d’un peuple au nom d’un juridisme étroit qui fait fi de la politique, de la légitimité, de la souveraineté et de l’histoire. Voilà ce que nous observons actuellement en Italie, et là encore, nous devrions observer de près cette crise, si nous ne voulons pas être surpris un jour, de nous réveiller en constatant que la démocratie a disparu, comme le découvrent actuellement les Italiens.

Rien d’étonnant, dans ces conditions, à ce que la ligue et le M5S commencent à hausser la voix contre le Président Mattarella, qui s’oppose à la volonté des Italiens, qui est précisément censée être garantie par la Constitution, et à en appeller à la mobilisation des Italiens. Salvini se dit « vraiment en colère » sur facebook et son commentaire est liké par Di Maio, qui affirme par ailleurs devant des journalistes qui lui demandent de commenter que lui aussi est en colère. Le député m5s di Battista, de son côté, considère le veto de Mattarella comme « inacceptable » . Même le parti Fratelli d’Italia, pourtant opposé au nouveau gouvernement, considère également comme inacceptables « les interférences de Mattarella ». La « colline » comme on désigne la résidence du Président de la République en Italie, au Palais Quirinale, sur la plus haute colline de Rome, pourra-t-elle éternellement tenir sa position ? Salvini se réunit aujourd’hui à Milan avec son équipe stratégique réduite pour décider de la marche à suivre, mais il menace à nouveau de mettre fin au gouvernement si Savona n’est pas nommé, quitte à refaire des élections puisque son parti ne cesse de monter dans les sondages. Il pourrait ressortir renforcé d’un tel processus, mais le problème démocratique se reposera alors de la même façon à l’automne. Combien de temps cependant, l’interprétation étroite et orientée d’une Constitution démocratique pourra-t-elle servir à priver un peuple de sa volonté démocratique majoritaire, de sa souveraineté, sans mener à des blocages de nature révolutionnaire ? Voilà la nouvelle question que pose la crise italienne, et de nouveau nous voyons à quel point son évolution devrait intéresser la gauche européenne, puisque bien loin du fascisme fantasmé qu’elle projette pour ne pas faire l’effort de comprendre, c’est bien plutôt à une situation réellement révolutionnaire que pourrait désormais mener la confiscation de la volonté populaire des Italiens au nom de la construction de l’euro.

Paolo Savona : Le bras de fer

Comme on pouvait s’y attendre, c’est donc autour de la nomination du Ministre des Finances que la formation du nouveau gouvernement italien semble bloquée. En effet, d’accord sur le programme de gouvernement et sur une liste de noms entrant au gouvernement, les deux partis ont chargé Giuseppe Conte, le nouveau Président du conseil de nommer Paolo Savona à ce poste stratégique. Or, Paolo Savona est un économiste euro-critique, c’est le moins que l’on puisse dire. Agé de 81 ans, ayant déjà été membre d’un gouvernement dans les années 90 comme Ministre de l’industrie, et ayant dirigé la cofindustria, le Medef italien, Paolo Savona est un homme d’expérience, très lié aux milieux d’affaire internationaux, et au commerce, disposant d’une expérience politique. La ritournelle qu’on entend monter dans la presse européenne sur l’inexpérience et l’impréparation du gouvernement, avec un tel homme, serait difficile à défendre, et c’est sans doute pour cela que les deux partis ont pensé à lui. Mais pas seulement. En effet, Paolo Savona est un économiste qui a compris, comme beaucoup d’économistes, l’inanité profonde de l’euro pour son pays. Dans une vidéo, il n’a pas hésité à dire que l’euro est la continuité du plan allemand nazi de 1936 de Funk, visant à développer l’industrie en Allemagne et à faire des autres pays des producteurs uniquement agricoles, Italie comprise. On voit donc à qu’il n’est pas homme à se laisser emberlificoter par la symbolique euro, qui emprisonne tant de militants, en particulier à gauche, dans l’impuissance politique. Certes, ces mêmes militants de gauche ne manqueront pas de souligner que Savona est un pur représentant de la bourgeoisie et pour le coup, ils auront raison. Mais un représentant de la bourgeoisie qui n’hésite pas à citer Marx et qui est prêt à combattre le principal verrou néolibéral de notre temps : l’euro. Aussi son soutien est-il bon à prendre. En vérité, des hommes comme Savona représentent un mouvement plus avancé en Italie qu’en France, et ce mouvement est la compréhension que l’euro dessert les intérêts de cette bourgeoisie nationale en détruisant la base de sa puissance à moyen terme. Certes, pour en arriver à cette analyse, il faut avoir un peu d’intelligence, pas trop d’idéologie et pas de volonté d’écraser le mouvement social à court terme, contrairement à de nombreux membres de cette bourgeoisie. Mais pour ceux qui répondent à ces conditions, la prise de conscience est possible et en fait évidente : l’euro tue l’économie italienne comme il tue l’économie française, et personne n’a intérêt à cela.

Dans ce contexte, Paolo Savona, par son intelligence et sa lucidité sur l’euro, représente une grande force pour le gouvernement, parce qu’il le crédibiliserait, en même temps qu’il assurerait sa défense rationnelle en cas de crise, évitant ainsi la panique qui s’était emparée du gouvernemnt grec pendant l’agression de la BCE en 2015. Rappelons que pour tordre le bras au gouvernement grec, et en outrepassant de façon flagrante son mandat et sa pseudo indépendance, la BCE n’avait pas hésité à couper le robinet monétaire à la Grèce en 2015, provoquant immédiatement une panique bancaire qui avait conduit à la capitulation politique de Syriza. Face à une telle attaque, un gouvernement de combat doit nécessairement disposer d’un Ministre compétent et solide pour répondre en faisant circuler une monnaie, quelle qu’elle soit, et ainsi maintenir l’activité économique et sa liberté d’action politique. C’est pourquoi il est fondamental que le Ministre des Finances ait réfléchi à la question de l’euro et au moyen d’en sortir, comme Paolo Savona l’a vraisemblablement fait. C’est pourquoi également, l’Union européenne, par la voix de Sergio Mattarella, le Président italien, s’oppose vigoureusement à la nomination d’un tel Ministre des Finances. Voilà la raison profonde du temps que met à se constituer le gouvernement italien. En utilisant tous les moyens les moins légitimes qu’offre la légalité constitutionnelle formelle, Sergio Mattarella fait tout pour s’opposer à la seule chose qui l’intéresse : la nomination d’un économiste anti-euro au Ministère des Finances. Il est à noter que l’UE est parfaitement consciente, au contraire de nombreux militants de gauche sincères, ici en France, que la seule question qui importe est celle de l’euro, parceque c’est d’elle que procèderont toutes les autres. Sans sortir de l’euro, il est impossible d’apppliquer n’importe quel programme social, et les gens qui continuent en France, à tourner pudiquement la tête devant ce fait devraient observer attentivement l’attitude de l’Union Européenne sur ces questions. Pour elle, comme pour ses serviteurs, les choses sont claires, tout est du vent à part le problème de l’euro, parce que toute politique, aussi originale et progressiste semble-t-elle,  peut être défaite par un simple assèchement des liquidités par la BCE, comme en Grèce en 2015, afin de briser un gouvernement politiquement. Ce point stratégique est indispensable à comprendre.

En Italie, cependant, il est bien possible que la situation politique soit trop avancée pour que le Président de la République, isolé face à une majorité parlementaire baroque mais semblant se souder de plus en plus face à l’adversité, soit en mesure de s’opposer à la nomination de Paolo Savona. Le bras de fer du Ministère des Finances, qui retarde la nomination définitive du nouveau gouvernement italien, pourrait bien être remporté par l’alliance populiste. Si c’est le cas, bien d’autres difficultés de bien plus grandes ampleurs attendront cette nouvelle équipe, mais au moins disposeront ils d’une formation armée techniquement et idéologiquement pour affronter l’union européenne et l’eurogroupe, bien plus que ne l’était la Grèce en 2015.

La bataille d’Italie

Après avoir enflammé la Grèce en 2015, avec l’élection de Syriza, c’est donc en Italie que se poursuit la longue crise de l’euro, comme on pouvait s’y attendre. En effet, cela faisait bien longtemps que l’opposition était devenue une force combattant l’euro en Italie, que ce soit le Mouvement cinq étoiles avec les prises de position de son chef historique, Beppe Grillo, qui souhaite un référendum sur l’euro, ou avec la montée fulgurante de la Ligue de Matteo Salvini, qui adopte désormais un discours non sécessionniste, social et fermement opposé à l’euro, ou même avec Silvio Berlusconi et àson parti Forzza Italia, qui a pris des positions très critiques sur la monnaie unique.

Longtemps les différentes forces de cette opposition se sont fermement repoussées, affirmant être absolument incompatibles, mais la crise économique et la révolte sourde du peuple italien a fini par emporter ces barrières apparentes et à unir dans une même alliance des partis qui ont en commun de vouloir changer de politique, et agir réellement contre la crise. Ces tendances de fond ont donc conduit à l’union de la ligue et du Mouvement 5 étoiles, à la conclusion d’un contrat de gouvernement et à la nomination hier de Guiseppe Conte à la tête du gouvernement. Certes, les courants politiques sont différents, ainsi que l’histoire et la sociologie des partis, pour ne pas parler de leur géographie électorale, puisque le M5S domine au sud et la ligue au Nord, dans un pays où cette distinction Nord-Sud est très sensible. Mais comme nous l’avions déjà observé en Grèce avec l’union de Syriza et des Grecs indépendants, parti qui était volontiers présenté à l’époque comme d’extrême droite, la révolte populaire a eu raison de ces obstacles, et la nécessité pratique de l’action, enfin, l’a emporté.

Or la leçon qu’il faut retenir de ces deux élections, avant même d’aborder la suite des évènements en Italie, est que la possibilité de la révolte, la prise en main du peuple par lui-même pour changer une politique économique, n’est possible qu’à l’échelle des nations. Puissent ces expériences le prouver aux nombreux partis de gauche qui refusent toujours de l’admettre, et puissent-elles également prouver aux partis de droite qui croient défendre ces nations, qu’il n’est plus possible de le faire, aujourd’hui, sans agir contre les graves dégâts que provoque l’évolution actuelle du capitalisme et de la mondialisation. Vouloir défendre le peuple et combattre le capitalisme sans comprendre que le monde et l’Europe sont organisées en Nations, et que ces nations ne disparaitront pas parce que des idéologues l’ont décrété, c’est une chose indispensable à comprendre pour quiconque est sincèrement préoccupé par la situation sociale de tous les citoyens. Mais d’autre part, feindre de défendre la Nation, à l’image d’Emmanuel Macron, tout en niant les graves désordres du capitalisme actuel, et même en voulant les accroître pour servir les intérêts des classes possédantes, c’est une autre erreur dramatique qui ne peut conduire qu’à défaire la Nation.

 

Car au-delà de leurs trajectoires historiques et politiques, il faut comprendre ce qui unit la ligue et le M5S. Ce qui les unit est la volonté de reprendre en main leur souveraineté, avant même de discuter de la suite, et ils sont prêts à faire des concessions à leur allié tant qu’ils obtiennent cela, ce qui devrait faire réfléchir. En effet, c’est précisément cette souveraineté à laquelle les autres partis, comme le PD de Matteo Renzi, ont renoncé, et dont les prive l’euro, et les Italiens ont fini par s’en rendre compte, en dépit des flots de mensonge dont ils sont abreuvés sur le sujet par leurs médias, comme chez nous. Que des scientifiques, partout à travers le monde, aient montré l’inanité de cette monnaie unique, à quel point elle pénalise le commerce extérieur et la croissance de l’Italie, tout en la privant des moyens d’agir, voilà un fait qui a été soigneusement minoré, pour ne pas dire ignoré par la classe politique italienne, comme il l’est, plus encore, malheureusement, en France. Pourquoi ce fait scientifique a-t-il été ignoré ? C’est une question difficile, mais essentiellement pour servir les intérêts de la bourgeoisie, puisque l’euro a servi d’outil de discipline sociale, permettant de faire avancer un agenda néolibéral, et de promouvoir le « changement de mentalité » cher aux leaders politiques des années 90. Cependant ce refoulement conduit aujourd’hui à une prise de conscience soudaine, comme si l’Italie prenait d’un coup conscience de la maladie dont elle était atteinte, et qu’elle décidait de s’en débarrasser en choisissant enfin le bon remède. Et face à elle, elle trouve les éternelles indignations de commande, les intérêts coalisés, et les peurs puériles de ceux qui ne voudraient jamais rien faire, et s’enliser toujours plus dans les tendances morbides du capitalisme moderne : chômage de masse, appauvrissement matériel, explosion des inégalités, appauvrissement civilisationnel.

L’Italie, comme souvent dans sa si longue histoire, semble résumer à elle seule l’évolution mondiale de façon archétypale. Car en Italie, les victimes de la mondialisation et du capitalisme se sont unies face à la bourgeoise, aux partis et aux médias qui servent cette bourgeoisie, et l’ont fait dans le seul cadre historique où quelque chose peut se passer : le cadre national. Les divisions factices qui empêchaient cette union et cette clairvoyance, savamment entretenues par les relais médiatiques de cette bourgeoisie, sont en train de sauter un par un, et laissent apparaître l’essentiel : les Italiens veulent décider de leur avenir, donc affronter ce qui les empêche de le faire : l’euro. Au-delà des critiques que l’on peut faire concernant les prises de position de la ligue et du M5S, peut-on leur donner tort ? Bien-sûr que non. Car dans la situation actuelle, toute politique sociale, tout combat sérieux contre l’évolution du capitalisme financiarisé et mondialisé, doit passer par la lutte contre l’euro, afin de faire renaître la démocratie et le pouvoir de l’Etat. C’est à partir de là seulement que des politiques nouvelles pourront être menées, et il est clair qu’il y peut y avoir un débat sur ces mesures. Mais pour l’essentiel, les solutions sont claires, et concernent la nécessité de l’investissement public productif (qui peut être consacré à l’écologie) grâce au financement de la banque centrale, afin de réduire le chômage, de soutenir les salaires et d’orienter la production de façon stratégique, tout en réduisant la dette. C’est bien dans cette direction que s’engage le contrat de gouvernement de l’alliance, et c’est pourquoi des forces de gauche, comme le parti de Stefano Fassina (Sinistra Italia), le soutiennent. Le simple fait de récupérer sa monnaie nationale stimule la production grâce au taux de change, qui est surévalué avec l’euro pour des pays comme l’Italie, comme le démontrent abondamment les études économétriques. Comme l’indiquent des économistes comme Ambrose Evans-Pritchard ou Yanis Varoufakis, la sortie de l’euro entraînerait nécessairement un contrôle des capitaux.[1] Elle conduirait également à lutter contre la prééminence de la finance moderne sur la politique, ne serait-ce qu’en déconnectant la dette publique de ces marchés.

D’ailleurs, les équipes d’économistes proches du gouvernement, parmi lesquels il faut espérer que soit choisi le Ministre des Finances, sont tout à fait conscientes du problème de l’euro et de la façon d’en sortir et ont tiré les leçons de la crise grecque. Parmi eux, Claudio Borghi, Alberto Bagnai (qui me fait l’honneur d’être mon codirecteur de thèse), ou Paolo Savona, sauront conseiller et agir dans un sens rationnel le gouvernement si celui-ci maintient sa détermination à défendre son peuple et sa souveraineté. Voilà pourquoi la bataille d’Italie s’annonce fondamentale sur la route de la lutte contre le système-euro et les méfaits de la mondialisation moderne.

[1] https://www.soverain.fr/les-instruments-de-torture-de-juncker-sont-inutiles-contre-linsurrection-bien-preparee-de-litalie-trad/?cn-reloaded=1

Jean Giono vu par Philippe Muray

Un grand écrivain parlant de l’oeuvre d’un grand écrivain. Angelo et Le Hussard sur le toit, deux des chefs-d’oeuvre de Jean Giono écrits juste après la guerre, sont analysés par Muray, qui en montre la profondeur et l’actualité. L’action, la liberté, le courage, la crise de la civilisation et la possibilité fragile de l’amour, sont explorés par le lyrisme de Jean Giono avec plus de précision et de vérité que dans beaucoup de systèmes de pensée analytiques. C’est aussi une oeuvre très critique et réaliste sur la société, qui ne détourne pas le regard devant ses méfaits, et pourtant pleine d’espoir et d’humanité, qui montre à chaque instant où réside le mal et son puissant pouvoir d’attraction, et où réside le bonheur et la dignité, supérieurs malgré tout, même au milieu de l’expansion du choléra dans une Provence brûlée par le soleil.

Au commencement, il y a le récit qui jubile. il y a ces entrées, ces sorties, ces changements de décor à vue, ces apartés, ces dialogues rapides, ces soliloques, ces rencontres, toute cette bousculade de figures comme une foule en marche à travers des collines lumineuses.

Le roman va de l’avant. Il faut qu’il aille de l’avant. « Il faut faire marcher le livre », dit Giono dans ses notes. Il marchera.

Au commencement, il y a le train d’enfer d’un récit euphorisé de longue date par la découverte d’Angelo, ce personnage éblouissant comme un reflet de soleil dans un éclat de verre, comme un rayon réfracté du plus lointain de l’horizon. Au commencement, il y a même un commencement d’avant le commencement. Avant le Hussard sur le toit, il y a Angelo, c’est-à-dire la première esquisse de l’individu prénommé Angelo. Dans Angelo, il y a la première vision d’Angelo dans l’œil de Giono : celle d’un cavalier franchissant la frontière. Un hussard du roi de Sardaigne étincelant dans son uniforme comme un épi d’or sur son cheval noir.

Il y a ce jeune homme qui part de chez lui. Qui franchit une frontière. Et, par ce geste de franchissement, devient un étranger pour devenir un personnage.

Au commencement, il y a un jeune homme épris de liberté, et surtout de liberté de mouvement, qui gagne la France où il va trouver le romanesque qu’il cherche pour transformer sa vie en expérience perpétuelle de la désinvolture. Bien des personnages des « Chroniques » sont en quête de romanesque comme d’autres en quête d’auteur. En quête d’action et d’invention de l’action. En quête de rebondissements et de diversité. Toutes les aventures sont bonnes à prendre, puisqu’elles sont autant de tombeaux pour la pesanteur, autant d’annulations de la Conscience unique et des Valeurs universelles. Toutes les finitudes sont désirables. Toutes les occasions particulières, tous les particularismes sont des conspirations de la singularité contre l’esprit de sérieux, la bonne pensée moralisante, la rigidité cadavérique de la tragédie. Angelo rêve à une femme :  » « Si elle existe, je suis perdu », se dit-il avec des frissons de joie ». L’un de ses interlocuteurs, qui porte en lui-même « une âme un peu plus grande que sa taille », profite « fort habilement de toutes les occasions pour contenter son besoin de romanesque ». L’immobilité c’est le malheur. C’est l’unité dans laquelle sont conviées à s’abolir, comme dans une transcendance quelconque, les expériences individuelles. C’est cette transcendance redoutable que disloquent sans cesse les chimères de l’action. Et, dans les brèches qu’elles ouvrent, fusent des lueurs de bonheur. « Voilà de nouveau les transes romanesques, se dit Angelo. Qu’il est heureux ! » On attrape le romanesque, dans ces Chroniques, comme on attraperait une maladie. Un virus radieux. L’anti-choléra. Un bonheur que Giono avait attrapé jusqu’à la folie (voir ses tentatives de s’expliquer sur son projet, dans ces essais de Postfaces à Angelo par exemple, où le discours réflexif se trouve à chaque fois submergé, au bout de quelques paragraphes, par de nouvelles histoires, par des anecdotes supplémentaires, des redémarrages, des prolongements inédits du récit) et dont il communiqua la frénésie à ses créatures.

Il y a donc ce jeune homme qui traverse une barrière de douane, une barrière douanière. Qui la saute d’un bond fantastique de son grand cheval noir, d’une détente stupéfiante au nez et à la barbe du douanier français qui le mettait en joue. Il y a cet individu fait bond. Et qui fait faux bond. Il y a ce très jeune héros, sur son cheval de parade, qui entre au galop dans le roman comme dans une forêt. Nous sommes dans les années 30 et 40 du XIXème siècle en même temps que dans les années 45-50 du XXème durant lesquelles Giono imagine son personnage. Le bond d’Angelo par dessus la barrière de douane, c’est aussi celui de son créateur dans l’inconnu de son roman par-delà les fureurs de l’Histoire récente (où il s’est retroucé accusé et incarcéré), et le boueux labeur de la société en train de se remettre en place à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ce que pense alors Giono du monde qui l’environne ce qu’il pense de ce temps sans avenir contre lequel il fomente son anachronique héros, on peut le découvrir entre les lignes dans le Cycle du Hussard, à travers l’optique rétrospective qu’il procure. On peut y lire au passé le monde présent (ainsi que la possibilité d’y survivre quand même).

On peut aussi se souvenir de ce paragraphe plus frontal du Voyage en Italie (1954) qui n’a pas pris une ride :

« Nous sommes cependant moins libres qu’aux siècles passés. Les factions se sont perfectionnées et il y en a de toutes les sortes. Voltaire ne pourrait plus écrire de nos jours. Les Voltaire que nous avons sont inféodés et truquent. Nous ne pouvons même pas être Madame de Staël. A chaque instant il faut se dire : j’ai parlé des gens qui portent des chemises bleues mais les gens qui portent des chemises bleues ont des journaux, des banques, des menteurs à gages et même des tueurs. Attention. Tu parles pour le plaisir de dire ce que tu penses et ils vont te renfoncer ce que tu penses dans la gorge. Or c’est ce qu’on écrit avec plaisir qui fait avancer l’esprit. »

Au commencement, donc, il y a Angelo, commencé par Giono en 1945, trois mois exactement après sa sortie de la prison de Saint-Vincent-les-Forts. Il y a ce jeune homme transformé en saut d’obstacles. Il y a cette acrobatie qui programme toutes les autres et qui anime, d’un seul coup, pour des centaines de pages, une vaste entreprise romanesque où sont déclinées toutes les façons de sauter : d’un sujet à l’autre, d’une idée à une autre, d’un paysage, d’une rencontre, d’un dialogue à l’autre. Et d’un fléau (le choléra) à l’amour de Pauline. Et à ce bonheur fou qui est à l’aliénation ce que le jour est à la nuit.

Il y a Angelo, mais il y surtout Le Hussard sur le toit. Si la première ébauche peut être lue comme un roman d’aventures, dans le Hussard l’aventure est au cœur de chaque phrase. La fin et les moyens s’y confondent. Le mouvement endiablé est le sens même du récit. L’aisance de la composition est inséparable de la désinvolture du contenu. L’aisance, la désinvolture, ou, mieux encore, la souveraineté, forment le personnage d’Angelo plus qu’il ne les incarne. Elles le constituent et s’expérimentent à travers ses expériences. Je dis souveraineté, en rassemblant dans ce terme toutes les attitudes humaines qui tentent d’échapper aussi bien au désir d’intégration, à la volonté d’adaptation, aux stratégies de conquête de l’appareil social, qu’au souci de satisfactions utilitaires, à la volonté de révolte ou de domination. A l’ensemble des soumissions aux mots d’ordre de l’Opinion.

La souveraineté d’Angelo se montre sans drapé, sans théâtralité. S’il se dévoue à la cause des carbonaros, il st aussi sans illusions sur ceux qui font profession de révolution, ces « cagots de la liberté ». Libéral, il est aussi farouchement inégalitaire et non démocrate. Ses contradictions ne lui pèsent guère. Ses faiblesses non plus. « Il avait, écrit Giono, un orgueil qui provenait du sentiment très vif de son insuffisance. » Son esthétique relativiste est une preuve de son individualité. La cause du patriotisme piémontais n’est intéressante que pour l’occasion qu’elle donne. S’il conspire en faveur de la libération de son pays, ce n’est pas par foi progressiste mais par générosité d’imagination. Par virtuosité aristocratique, dans la mesureoù ce mot définirait tout ce qui s’éloigne de l’égoïsme, de l’avidité, de la jalousie, de l’envie, du désir d’occuper des « places ». Et surtout de se comparer. Par noblesse, au sens spirituel de ce terme. Sa souveraineté est spontanée, inconsciente d’elle-même (toute « prise de conscience », si fugitive soit-elle, la détruirait en la vouant à la comparaison, donc à l’abjection de la vanité). C’est une souveraineté par approximations. Par tâtonnements. Si Angelo est un maître, c’est un maître sans esclave. Sa maîtrise n’a rien d’une position stable. C’est un équilibre fragile, fragmentaire, une conquête précaire, remise à l’épreuve quotidiennement, susceptible d’être contredite. Elle se révèle aussi divisionniste ou impressionniste que le processus narratif utilisé par Giono pour la déployer.

Au goût d’Angelo pour la liberté correspond point par point la liberté de composition de son créateur. Plus l’action avance, plus les explications se multiplient en même temps que les interrogations et les mystères. Les phrases de Giono sont aussi imprévisibles que les aventures qu’elles font naître. On dirait qu’elles se développent comme des ombres. Qu’elles poussent devant elles, à travers le réel, comme des bouts de possible. On les sent chargées de prolongements multiples, d’innombrables « suites » entre lesquelles l’auteur a fait son choix, bien sûr, mais qui toutes rôdent encore, même celles qui ont été écartées, comme des éventualités en suspension. La chronologie est incertaine. La topographie romanesque prend des libertés avec la géographie. Les personnages ne peuvent jamais tout dire, et surtout ils ne veulent pas, même Angelo qui monologue sans cesse. Des choses nous échappent. Les motifs manquent. Certains gestes sont bizarres. Les informations ne viennent qu’au compte-gouttes. et parfois jamais (on ne saura pas pourquoi Angelo devait se rendre au chateau de Ser). La panique suscitée par le choléra fait naître des hallucinations extraordinaires, de monstrueuses superstitions, des phénomènes sans précédent : le soleil qui se lève d’un bond, les forêts qui fondent comme des blocs de lard, les nuées de papillons fous sur les cadavres, les torrents d’oiseaux mangeurs d’hommes. La Nature elle aussi a son autonomie. Et la mort son indépendance, intolérable aux hommes pour qui rien n’arrive sans causes ni responsables.

Comme l’esprit, l’aventure souffle où elle veut. Les actions ne s’enchaînent si bien que parce que ce sont des associations d’idées libres. On avance à tâtons dans la découverte des comportements. On pressent, davantage qu’on ne comprend, pourquoi les personnages passent de tel geste à tel autre, de telle à telle réplique. Dans Angelo, Giono s’époumonait à suivre le train de sa propre imagination. Même si le rythme du Hussard est moins précipité, les ellipses y sont aussi fréquentes. L’action progresse par raccourcis, par abréviations au milieu des grandes nappes de l’épidémie. Le récit avale les évènements. La fièvre narrative bouscule hommes et épisodes. Les omissions de lieux, d’actions essentielles, d’indications cruciales sont innombrables (et quasi invisibles). Parvenu à Banon, Angelo est installé dans la salle communed’un hôtel avant même que celui-ci ne soit évoqué. On le devine entouré de gens qui ne sont pas décrits. Puis il grimpe vers la chambre sans en avoir demandé une. On constatera que chaque information se retrouve en retard par rapport à l’action. (…)

La route s’improvise. Le récit avance, mais il ne fait que des détours. Les phrases des personnages de Giono, leurs actes, leurs pensées sont des digressions. Aller à l’essentiel, c’est mentir. C’est accepter d’être assujetti. A la satisfaction des besoins. A la peur. A l’interprétation unique des choses. Aux mots d’ordre de l’Opinion. Au surmoi du choléra. Il s’agit de tromper la réalité, comme on dit tromper l’ennui ou tromper la faim. Les narrateurs du Décaméron trompent la peste par des histoires. Giono trompe la réalité qui lui est contemporaine par l’histoire d’Angelo. Angelo lui-même trompe l’ennui par le romanesque et le choléra par la désinvolture. A chaque fois, c’est cette tromperie qui est source de bonheur. Et même de comble du bonheur, comme Giono l’écrit à trois reprises dans le Hussard, toujours en des occasions où Angelo s’apprête à sauter dans l’action comme dans une fiction qui animerait enfin le monde réel. Un homme le tient en joue avec son fusil de chasse : « il était au comble du bonheur. » Menaçants, des villageois le cernent : » Ces paysans voyaient bien qu’en réalité il était au comble du bonheur. » A la dernière page du roman, l’Italie s’annonce derrière une chaîne de montagne roses : « Il était au comble du bonheur ».

Souverain, Angelo l’est par son irréflexion, par son absence de calculs, par ses réactions soudaines dont le seul motif est le prestige ou la rivalité. Dans le chaos de l’indifférencié et du programmé, (le choléra c’est le Programme parce que c’est le collectif, comme tous les fléaux, toutes les épidémies, toutes les catastrophes, tous les « universels », y compris les « valeurs » du même nom), l’inattendu est bonheur. L’imprévisibilité de l’imprévu sans cesse à renouveler. Il n’y a qu’un seul assujettissement acceptable, celui de l’improvisation. Ce qu’Angelo prend au sérieux, ce n’est pas lui ni les autres, ni même sa propre mort, mais la possibilité de courir des aventures (donc de faire rebondir le roman). D’ailleurs, tous les êtres auxquels Giono accorde sa sympathie, dans le cycle du Hussard, réagissent de la même façon. Il ya d’un côté les stratèges, les calculateurs, et de l’autre les personnages flottant aux limites de la société. Le stratège, c’est Guiseppe, frère de lait d’Angelo, incarnation du politique, héros calculant qui dresse des plans, recherche, combine, vise des buts, organise, escompte des résultats, met la fin avant les moyens et sacrifie tout à ses objectifs, comme il sacrifie les individualités aux abstractions lyriques de la liberté (c’est lui qui fait courir des rumeurs sur les « ennemis du peuple » empoisonneurs de fontaines,  provoquant ainsi le lynchage de tas de gens qui étaient effectivement, se vante-t-il, des ennemis du peuple). Le personnage souverain, en revanche, n’essaie pas de subordonner le possible à des objectifs. C’est Angelo bien-sûr. Ou c’est le marquis de Theus : « Ce qui me donne, dit le marquis, un grand avantage sur beaucoup de gens, et notamment sur ceux qui calculent, vous entendez bien ce que je veux dire ? sur ceux qui prévoient, organisent, s’entourent des sécurités de leur intelligence comme d’une fortification, c’est que je suis un homme de grand chemin. J’ai reconnu en vous cette même volonté d’explosion. » Le grand chemin s’oppose à l’appareil social comme la souveraineté de l’individu au monde souverain. « Il y a le bandit de grand chemin, pourquoi ne serions-nous pas l’honnête homme de grand chemin ? » dit encore le marquis. Sur ce grand chemin, Guiseppe, lui, ne voit que des masses. La liberté, à ses yeux, concerne les hommes pris globalement, pas chaque personne particulière. Ainsi est-il au diapason du choléra globalisateur. Comme tout homme de pouvoir, il met quelque chose au dessus de l’individu. « L’important n’est pas ce dont tu as besoin mais ce dont a besoin la cause de la liberté », explique-t-il à Angelo. La stratégie, c’est toujours la fidélité la plus veule qu’on attend de vous. Au gré des époques, un Guiseppe sera courtisan, laquais, militant, nomenklaturiste, apparatchik. De nos jours, il serait menteur à gages, grand communicateur, intellectuel engagé dans les causes de choc, subversif professionnel, ponte culturel, médiateur sans frontières. Giuseppe sur ses collines, au milieu de ses partisans, en armes, a aussi tous les charmes du guerillero avant la prise de pouvoir. Il se tient en face du choléra comme une sorte d’équivalent de celui-ci. (…)

A l’extrême limite, malgré son apparence de carnaval funèbre, le choléra est ce qu’il y a de plus banal au monde. C’est un lieu commun, dans tous les sens de ce terme, à commencer par le sens littéral. C’est le point où se rencontre la communauté. Où chacun retrouve les autres et communie avec eux. C’est le on heideggerien poussé à l’incandescence, et il ne veut rien dire de plus que ce on. Il n’a pas plus de signification que les autres grandes catastrophes naturelles (et pas davantage que les cataclysmes technologiques d’aujourd’hui, même et surtout quand on leur cherche des responsables). Une épidémie n’est fascinante que parce qu’elle agglomère les foules. Elle les ameute. Elle les crée et elle les affole. Dans l’angoisse, la haine, l’excitation funèbre, la rage destructrice, la fuite, le sentiment de persécution, elle révèle en l’homme cette potentialité secrète : la meute. La généralité.

L’épidémie est unanimisante. C’est ce qui en fait la sœur jumelle de la fête, et ce n’est peut-être pas un hasard si Pauline, l’autre grande héroïne du Cycle, la merveilleuse Pauline de Théus, avec son visage en fer de lance entouré de lourds cheveux bruns, a surgi toute vivante, un jour, dans l’esprit de Giono, comme un trouble-fête. D’après ce su’il raconte (et peu importe, en l’occurence, que cette scène n’ait finalement pas été écrite), il l’a vue chez elle, un soir, alors que se donnait dans les salons du rez-de-chaussée un bal qui ne lui plaisait pas. Il l’a imaginé capable de descendre vers minuit, pieds nus, et, agacée par la musique, dire tranquillement aux invités :  » Vous me dérangez « , avant de souffler toutes les chandelles. Ainsi Giono est-il tombé amoureux d’elle. Je le comprends. Quelqu’un qui interrompt une fête, c’est-à-dire une communauté, une unanimité, du bruit, ne peut qu’être intensément désirable.

La désinvolture interrompant la fête, c’est Pauline. La désinvolture passant à côté du choléra, s’efforçant de vivre comme s’il n’existait pas, c’est Angelo. Ces deux-là étaient faits pour se rencontrer. La collectivité, l’humanité, les mots d’ordre, la fête, le choléra, les malheurs de la société, la culture dominante, les Valeurs universelles, tous ces synonymes ne posent qu’une seule question à l’esprit souverain : comment les transformer en diverstissement, c’est-à-dire se retrouver au-delà de la représentation préfabriquée qu’ils entendent imposer ? Giono projette Angelo dans l’épidémie comme sur une scène pour l’expérimenter. Pour tester ses croyances et sa solidité. Le choléra est le banc d’essai de la noblesse du hussard. Giono l’enfonce dans l’été provençal pourri de maladie comme dans une énorme pustule enflammée. Au commencement, il y a cette chaleur sans couleurs, ce vent de craie et de poussières d’os, ces mourants qui vomissent du riz au lait, cet été démesuré. Cette exagération de la canicule qui est une manière technique de faire découvrir au lecteur n’importe quelle canicule. (« Apprendre sur l’été les choses nouvelles », se propose Giono dans ses notes préparatoires). Au commencement, il y a surtout l’envie de voir ce qu’Angelo va faire avec tout cela. Ce qu’il va faire avec la maladie, avec la mort, avec les morts et avec la menace de sa propre mort.

Ce que fait Angelo, c’est tout simplement : rien. Dans la mesure de ses moyens, il est comme si l’épidémie n’était pas. Dès le début, quand le garçon d’écurie de l’hôtel lui parle de l’hécatombe commencée, il hausse les épaules : »Au bureau de tabac, on dit que ça a encore pris à quelqu’un qui serait entre la vie et la mort. – Ne vous occupez pas de la mort des autres, dit Angelo, il ne meurt jamais que les plus malades. » Peu après, nouveau dialogue : « Celui dont je vous parlais est mort, dit le garçon. – Ne vous occupez pas de la mort des autres, dit Angelo. – Trois le même jour, c’est beaucoup dit l’homme. – Ca n’est rien tant que ça n’est pas vous, dit Angelo. » On pourrait croire à de l’insensibilité de sa part, si on ne le voyait sans cesse, au fil du voyage, risquer sa vie pour tenter de sauver des malades qu’il trouve sur sa route. Mais il le fait sans passion. Sans militantisme. Sans acharnement caritatif (« Y aurait-il un dévouement sans envie de se faire plaisir à soi-même ? Et envie irrésistible ? ») . Un militant cultiverait ces opérations de sauvetage comme un engagement. Un militant ne s’estimerait pas innocent de ce qui se passe sous ses fenêtres, à l’inverse d’Angelo sous les toits de Manosque, quand il assiste à un abominable lynchage. Un engagé, c’est-à-dire un être de ressentiment, se sentirait coupable, ou au moins responsable, des drames qu’il côtoie. Il faudrait qu’il milite, et plus encore, qu’il engage les autres dans ce militantisme. Il faudrait qu’il se mobilise et qu’il mobilise. Qu’il intervienne. Le militant a la maladie de l’intervention. Et tant qu’il resterait des individus capables de se regarder comme innocents du réel, comme non solidaires de la catastrophe, ceux-ci lui apparaîtraient comme des ennemis du peuple. Et tant qu’il n’aurait pas réussi à leur graver dans la conscience le sentiment de la honte vis-à-vis de leur propre bonheur, il ne trouverait aucune paix. Au besoin, il rassemblerait des troupes afin de les pourchasser. Éventuellement, il les lyncherait ou les ferait lyncher. Pour le bien de l’humanité. (…)

Le choléra et Angelo ne sont pas en harmonie ; ni même en symétrie. Il n’y a aucun accord préétabli entre eux. Le fléau et le héros ne coïncident jamais. Angelo n’est pas un être-pour-le-choléra. La maladie et lui se croisent sans cesse et se ratent. C’est tout le roman, ce ratage à répétition. C’est ce qui fait aussi que le Hussard ne peut pas devenir un film catastrophe. Ni un film tout court, même sous l’autorité de Bunuel comme cela a failli se faire (mais  Bunuel voulait Gerard Philipe comme tête d’affiche et Giono le détestait : selon lui, Gérard Philipe aurait sûrement attrapé le choléra si on l’avait placé « dans l’épidémie »). Jamais les faiblesses du jeune Italien, ni ses défis, ni ses moments de sacrifice, ni son courage ne sont en relation directe avec le Mal. Savoir que la mort est « indépendante », c’est surtout se donner les moyens d’être indépendant par rapport à elle. Angelo, dans tout le roman, fait l’épidémie buissonière. Il n’y a aucune communication entre la puissance totalitaire du choléra et la fragilité du hussard. Aucun combat entre la machine géante, immortelle, invincible, et le personnage minuscule qui n’a que son incrédulité comme force. Accepter la lutte, céder à l’appel de la maladie, tendre l’oreille à sa musique vertigineuse, croire même qu’elle existe, ce serait déjà le début de la perdition.

La Mal est séducteur. La maladie n’est que séduction. La Provence qu’ Angelo traverse pue la mort, mais c’est une mort qui a des charmes : comment ferait-elle tant d’adeptes, sinon ? Dès le début du Hussard, la mort a une odeur. Les cadavres se parfument au jasmin pourrissant. Toute la monstruosité vicieuse de l’épidémie est là, dans ce fumet capiteux et pestilentiel. Le Mal a une saveur. Le choléra a un goût. Et des milliers d’oiseaux dénaturés ont appris à chanter ses prestiges faisandés. Leur musique d’envoûtement fait désirer la mort parce qu’elle est sirupeuse. Ils arrivent même, vers le milieu du livre, à enrôler Pauline durant quelques secondes. Dans toute la littérature on a peut-être rien écrit de plus malsain que cette séquence de mort aussi tentatrice et sucrée que la démagogie même. On n’a peut-être rien inventé de plus « contemporain », par la même occasion, que cette thématique du sucré mortifère. Les corbeaux que la jeune femme entend roucouler, une nuit, comme des pigeons tendres ou des chats en chaleur, finissent par l’attirer invinciblement. Ce sont les prosélytes de la pandémie. Ils ont « une patience d’ange ». On peut leur jeter des pierres, ils ne s’en vont pas. « Ecoutez-les, dit Pauline : est-ce qu’on ne dirait pas qu’ils nous font la cour ? » Restée seule un instant, elle est tentée de céder, de succomber à leurs roulades, de donner raison au Mal. Fugitivement, elle laisse se démasquer en elle une sorte d’attirance pour cette abomination amoureuse. Elle accepte d’entrer dans le jeu. Dans le halo d’hypnose. D’y croire. C’est-à-dire de ne plus voir. De s’offrir au sacrifice. A l’érotisme du choléra. A sa bienveillance. A sa complaisance. A sa gentillesse. A ses propositions philanthropiques et harmoniques. C’est-à-dire qu’elle s’assoupit. Aussitôt, l’un de ces oiseaux de malheur se précipite sur elle. De son bec infecté, il la blesse au visage. « Je n’ai jamais rien entendu de plus horrible que cette chanson endormeuse qu’il m’adressait sans arrêt. Je me sentais sucrée de la tête aux pieds « , explique-t-elle ensuite à Angelo. Et elle ajoute : « C’était répugnant mais séduisant à un point que vous n’imaginez pas. Je comprenais tout et je me rendais compte que j’acceptais, que j’étais d’accord. » C’est là le cœur du cœur des révélations du roman. La philosophie, qui parle du Mal à longueur de pages, a toujours été incapable de le découvrir sous cet aspect irrésistible. De l’évoquer en pleine action d’envoûtement charmant. En pleine négociation avec des personnages sur le point de lui manifester leur accord suicidaire. On a discuté, autrefois, des rapports du roman avec le sacré. Giono fait mieux : il s’intéresse aux relations de ses héros avec le sucré. C’est ce qui donne au Hussard une actualité de plus.

 

Extrait de Exorcismes spirituels II – Les Mutins de Panurge, article paru en 1996.

Muray : La haine du génie français est une longue patience

Un texte qui résume bien la réalité dans laquelle nous vivons même si peu de gens veulent la voir, et qui n’a pas fini de produire ses conséquences pour l’humanité d’aujourd’hui et de demain. Muray fait preuve de lucidité et de courage, et n’est-ce pas là ce qu’on attend d’un écrivain, au sens historique du terme, c’est-à-dire celui qui est au sommet de la hiérarchie intellectuelle d’une société, et qui pour cette raison se doit de comprendre et faire comprendre ce qu’il se passe ? En même temps qu’il en fait le deuil, Muray nous donne ici une brillante définition de ce qu’était le génie spécifique des écrivains français, génie dont il clos le cycle en quelque sorte avec sa propre oeuvre, la dernière qui puisse encore se nommer ainsi parmi les « écrivains » de la planète, si l’on comprend par le mot oeuvre la définition qu’en donnait Hannah Arendt.

S’il y a jamais eu quelque chose ressemblant à « un génie français » spécifique, cette chose, tout simplement, n’existe plus parce qu’elle ne peut pas exister dans les conditions actuelles. Les termes mêmes qui composent une telle expression portent en eux tout ce dont plus personne ne veut : la France, quand être encore Français consiste à se faire le plus petit et le plus docile possible au sein de l’Europe unie ; le génie, lorsque celui-ci devient un affront à notre idéal de reconnaissance de tous par tous, une insulte au sacro-saint rituel de la pride globalisée, abstraite et réciproque.

L’idée même de génie appartient à l’Histoire passée, ce boulet dont tout le monde souhaite se défaire dans les meilleurs délais. On a récemment appris qu’en Angleterre une « commission indépendante » (indépendante de quoi ?) recommandait l’abandon du terme britannique du fait de ses « connotations racistes » qui ne correspondraient plus à un pays décentralisé et multiethnique ». De la même façon, est-il aisé de prévoir que dans un temps proche s’élèvera un vif débat concernant l’effacement des vocables France et Français du fait de leur lien avec l’histoire des Francs, elle aussi fort peu multiethnique. Il est vrai que la vice-présidente de cette « commission » anglaise admettait que la Grande-Bretagne devait néanmoins « conserver certains souvenirs de son passé impérial » et remarquait de manière ingénue : « si vous vous débarrassez de tout ce qui est associé à quelque chose de mauvais, vous n’avez plus rien du tout. » Mais elle ne parlait que dans l’intérêt du tourisme universel, lequel exige que la mémoire de certaines singularités de jadis, devenues aujourd’hui des barbaries aux yeux des imbéciles pérégrinants, soient maintenues à condition que ce soit sous vide et en tant qu’attractions. Le « génie français », dans cette optique, est assuré lui aussi d’une sorte de survie, mais seulement comme bibelot, curiosité, folklore. Quand les bons apôtres nous pressent chaque jour de ne plus être la lanterne rouge de l’Europe et de nous rallier sur tous les plans (comité d’éthique, place des femmes dans la vie publique, mouvements liberticides agissant sous le masque de la liberté et au nom de la liberté et de la tolérance, etc.) aux plus teigneuses inventions nordiques anglo-saxonnes, il n’est pas difficile de comprendre que le génie, dans ses deux acceptions principales, en tant qu’ensemble de caractères distinctifs formant la nature propre d’une chose ou d’un groupe, et en tant qu’aptitude de l’esprit élevant un individu au dessus de la commune mesure, n’a aucun avenir.

A moins de se contenter de touchantes performances sportives, de victoires à la Coupe d’Europe des nations, de médailles d’or aux Jeux olympiques ou de records plus ou moins burlesques mais toujours héroïquement modernes (la France capitale du multiculturalisme et des séances de repentance, de l’art étatiquement assisté et des trottinettes, la France championne en projets culturels, en brigades d’intervention poétique, en consommation d’anxiolytiques, en invention de logiciels, en achats de Noël), le génie français n’est plus qu’un vieux souvenir. S’il y en a jamais eu un, il s’est appelé, dans le domaine qui m’intéresse, Proust, Rabelais, Balzac, Diderot, Bloy, Céline, Flaubert, Saint-Simon, Aymé, Stendhal, Colette, Péguy, Labiche, Allais, Molière, Aragon, Montaigne, Bossuet, Marivaux, Pascal, Baudelaire, Racine, Chateaubriand, Villon, quelques autres encore. A tant de noms qui évoquent des oeuvres si contradictoires, il est aisé de découvrir un dénominateur commun : la contradiction précisément, ou la division. Rien n’est moins fédérateur que le génie. Rien n’est moins unificateur non plus. Le « vivre ensemble » n’est pas son fort. « Je fais partie de l’opposition qui s’appelle la vie », écrivait Balzac. De manière pour ainsi dire spontanée, le génie se retrouve en divergence avec à peu près tout ce qui est respecté ou désiré au moment où il apparaît. Et, par dessus le marché, ce qu’il dit ou fait dépasse généralement les facultés de perception de ses contemporains, dont il ne vient satisfaire aucun des besoins élémentaires. C’est une incongruité supérieure, un évènement inopiné, une sorte de catastrophe météorologique imprévisible. Quel sens pourrait encore avoir cet accident au pays du principe de précaution ? Quelle place pourrait-on laisser à cette opposition dans le temps même où les dissidents sont salariés, où la mutinerie est un avantage acquis et où les rebelles jouent leur rôle de rebelles à la manière dont les bureaucrates staliniens jouaient le rôle du prolétariat ?

Le génie, pour paraphraser Malraux, est un anti-destin. C’est une protestation extrême contre l’inéluctable. On se demande donc comment cette protestation pourrait se faire entendre dans un monde où ne se trouve plus d’énergie que pour approuver ce qui vient et pour le présenter comme irréversible. L’Inéluctable, sous des noms variés (Europe transfrontalière, mondialisation rayonnante, nanotechnologie fétichisée, égalité parfaite des sexes et disparition des genres, réduction perpétuelle des discriminations par la multiplication de lois persécutrices, apparition d’une nouvelle âme unanime du monde via internet), est devenu le coeur même de la religion de notre temps. L’avenir tel qu’il est imposé doit être regardé par tous comme sans alternative. Et il convient de s’enthousiasmer de ces lendemains qui chantent les charmes du Fatal. Toute autre attitude est d’ores et déjà désignée comme atrocement ringarde, et rien n’inspire davantage de terreur à l’individu moderne que la perspective d’être taxé de ringard, quand il devrait considérer cette prétendue injure comme le seul titre honorifique qui puisse encore émaner de ce champ d’épandage effarant qu’on appelle le temps présent.

Le génie, pour finir, a toujours été rare ; aussi rare, somme toute, que le sens du comique. Les deux ont d’ailleurs partie liée. Presque toutes les oeuvres géniales, sous un angle ou un autre, et dans la mesure où elles révèlent toujours l’humanité comme un théâtre de marionnettes, sont source de rire parce qu’elles amplifient jusqu’à l’outrance ce dont elles traitent. Le génie n’est jamais sérieux. C’est pour cela qu’il est humain ; qu’il aura même été, pendant des siècles, ce que l’on pouvait imaginer de plus humain. C’est pour cela aussi que l’homme de l’avenir, le post-humain greffé de partout, régénéré, conditionné, parfaitement flexible, sans le moindre humour et soumis sans condition aux merveilles de la modernité, ne peut avoir pour lui que la plus grande haine. Ce n’est plus le génie qui est une longue patience, c’est le travail du monde actuel pour interdire jusqu’à son éventualité. Ce travail touche à son terme.

 

Paru dans Marianne en 2001.

Muray : on a marché sur le oui

Le deuxième volet de l’analyse de cette grotesque campagne de 2005, où les Français, pour la dernière fois à ce jour, envoyèrent balader souverainement tous les mensonges  que leurs servait une élite morbide. Il était justice que quelques jours avant ses soixante ans et quelques mois avant sa mort, le plus intelligent d’entre eux, mais certes pas le plus honoré, rende compte comme il se doit de cette révolte historique.

Ce qui crevait les yeux depuis le début, dans cette affaire de oui ou de non au référendum,  c’était que le non était plus amusant que le oui ; ne serait-ce que parce que le oui se présentait, du temps de sa splendeur, comme un chef d’oeuvre de complétude, un ensemble pour lequel il ne manquait rien pour être oui à lui tout seul, et surtout pas l’ombre d’un non, et que rien ne serait plus rigolo que de flanquer un coup de relativisation  à ce prétendu absolu.

Le non fait rire. Il fait rire d’abord de l’épais sérieux des partisans du oui qui ne rient jamais même lorsqu’ils triomphent, et qui rient encore moins dans la déconfiture. Ce qu’il y avait encore de plus détestable dans le oui, c’était le oui. Le oui comme tout : être et néant, présent et avenir, existence et essence. Le oui comme chantage au désastre si le non, par malheur, l’emportait. Le oui comme oui. Le oui comme synonyme de l’Europe. Le oui comme autre nom d’un continent flou qui se confond avec le oui au point que c’est ainsi qu’il faudrait l’appeler : Ouiland. Même quand le non l’emporte.

Qui, dans de telles conditions, aurait pu résister à l’envie de marcher sur Ouiland comme on marche sur une plate-bande ? Lorsque Raffarin exhortait les Français à ne pas être « frigides », il fallait être naïf pour ne pas savoir que cette frigidité, du moment qu’on la pousserait à bout, se révèlerait le comble de l’érotisme. Et quand d’autres suppliaient ces mêmes Français de ne pas devenir des « moutons noirs » de l’Europe, c’était de la candeur de croire qu’ils n’allaient pas désappointer encore davantage les arrogants bergers qui leur faisaient de telles leçons. Sans compter les gardiens de brebis des autres pays européens dont les appels à obéir constituaient autant de tortueuses incitations à faire tout le contraire. D’autant qu’ils n’arrêtaient pas aussi de répéter que cette Constitution était un « projet français », ce qui était réduire la France et les Français aux technocrates allumés qui, après avoir construits cette maquette étouffante, tentèrent de la vendre au peuple français comme de la poésie pure.

De quelque manière qu’on le prenne, le non était plus drôle que le oui. Certes pas le non défendu par les représentants officiels du non, mais le non offert comme une tentation aux électeurs d’en bas aussi bien que d’en haut et même du fond du couloir. Le non comme occasion de rire un bon coup en voyant s’écrouler le château de carte des notabilités du Juste Milieu, se dégonfler des représentants qui ne représentent plus personne, se fracturer des médiatiques à têtes de logiciel, se lézarder les idoles du cercle vertueux. Le non comme plaisanterie radicale par rapport à un oui tellement sûr de gagner qu’il avait même condescendu une dernière fois au jeu du oui-ou-non comme on joue avec le feu.

En fin de compte, le non avait été proposé aux Français un peu à la manière dont le Dieu de la Bible laisse à la portée du premier homme, dans le Jardin d’Eden, la possibilité de pécher : en escomptant bien qu’il n’usera pas de cette possibilité. On connaît la suite; et comment Adam et Eve, dans le dos de Dieu, abusèrent de cette liberté qui leur avait été octroyée. Des milliers et des milliers de pages de théologie découlent de cet épisode originel fracassant qui vit l’usage de la liberté se transformer en péché, et l’exercice de celui-ci devenir tout bonnement l’histoire humaine. C’est ce qu’on appelle le problème du Mal et on n’a toujours pas fini de l’interroger.

Mais les infortunés pèlerins du oui européen sont de bien trop petits démiurges pour qu’on les assimile si peu que ce soit au Créateur (qui dispose d’ailleurs toujours de la grâce pour effacer ce péché). N’empêche que c’est bien un Paradis, si dérisoire soit-il, qu’ils ont voulu fourguer aux électeurs, c’est-à-dire un monde sans dualité structurante, sans conflit, un monde sans non. A quoi les électeurs ont préféré, par leur non, recréer de l’extériorité, de la relativisation, du « désordre » par rapport à un ordre idéal et imposé. Ce désordre ne vaut guère mieux que l’ordre sans alternative qui s’offrait aux suffrages, et il n’est certes pas le recommencement de l’Histoire (ni la renaissance de la France), mais il procède de quelque chose qui a partie liée avec la farce, ce dont ne relevait certes pas le oui macéré dans la pompe et dans l’angélisme, (et tourné maintenant à l’aigre, à la haine et au mépris pour ceux qui ont osé voter non). Décidément, quel que soit l’angle sous lequel on le regarde, le non est plus drôle que le oui. Ce n’est pas grand chose. C’est déjà mieux que rien. C’est en tout cas bien mieux que oui.

 

Paru en juin 2005 dans La Montagne.

 

Muray : Oui-Oui au pays du oui

L’analyse de Muray pendant la campagne de 2005 pour le référendum sur la Constitution européenne. Quelques mois avant sa mort, l’écrivain ne manque pas sa cible et relèvera après le vote que cet évènement est un des rares dont on puisse vraiment se réjouir. Dans ce texte, on voit combien la révolte historique des électeurs français émergea dans un contexte difficile de terreur intellectuelle, qui n’a fait que s’empirer depuis. Cette terreur s’appuie essentiellement sur l’infantilisation profonde de la pensée politique de notre époque. C’est ce que Muray démontre dans un texte qui réunit beaucoup de ses thèmes de pensée.

 

Ce qui épouvante les partisans du oui au référendum sur la Constitution européenne, ce n’est pas que le non puisse gagner, c’est que ce non soit seulement possible. Envisageable même en riant, même en rêve ou en cauchemar. Que l’on puisse, même de façon très vague, en concevoir l’éventualité.  Et cela s’explique : sur un continent qui s’élabore en chassant tout ce qui pourrait ressembler à du négatif, seul le oui a droit de cité. Cet adverbe d’acquiescement est la seule réponse admise à une question d’ailleurs posée sous forme affirmative. Il ne se connaît plus d’antagoniste.

C’est ce qui fait aussi que lorsque des sondages donnent le non gagnant, on plaint le oui : « un vent mauvais souffle sur le oui », écrit-on par exemple. Jamais l’idée ne viendrait à personne de dire qu’un vent mauvais souffle sur le non quand les sondages donnent le oui victorieux. Quels qu’ils soient, les partisans du non sont des malfaisants dont les états d’âmes n’ont pas à être pris en compte, à l’inverse de ceux du oui dont on évoque déjà « la tristesse » si le non par malheur l’emportait. Ont-ils d’ailleurs seulement une âme ?

Ce non est également défini comme un « vote sanction ». Est-ce qu’on parle, quand il s’agit du oui, de « tentation du vote onction » ? Bien sûr que non. De même ces derniers mois, a-t-on pu entendre des commentateurs évoquer tout naturellement le « référendum pour la ratification de la constitution » : l’idée que, dans cette consultation électorale, pourrait se glisser du contre autant que du pour n’effleure presque personne. Et il est plus que probable qu’un médiatique évoquant par égarement le prochain « référendum contre la ratification de la Constitution » serait viré sur-le-champ. Il ne ferait pourtant que se tromper sur l’autre versant puisqu’un référendum, en principe, c’est oui ou non et pas oui ou oui ; ni d’ailleurs non ou non.

En principe, car tout a changé puisque le oui à l’Europe est un oui au oui, c’est-à-dire un oui sans objet même si on passe son temps à raconter le contraire, un oui pur et qui entend le rester, un oui angélique, un oui sans sexe, un oui qui tourne perpétuellement dans la cage du oui et ne s’excite de la menace du non que pour se faire peur parce que c’est bon parfois, quand on est sur la planète du oui, c’est-à-dire sur l’Ile aux enfants, d’avoir un peu peur. Le non fait peur. C’est tout ce qui lui reste comme utilité. On se le donne en spectacle par sondages interposés, comme on regarde un film d’épouvante, les soirs où on est fatigué, en sachant bien que ce n’est pas vrai, que ça n’a jamais existé ces histoires de morts-vivants, de vampires, de tueurs à la tronçonneuse, que c’est juste pour jouir avant de dormir.

Le non n’existe pas et d’ailleurs il est impossible. En Europe, il n’est pas seulement absurde ou ridicule, il n’est simplement plus prévu. Au pire, dispose-t-on de moyens excellents pour faire revoter les gens, c’est-à-dire leur faire remanger quelque chose qu’ils n’ont même pas vomi (en revanche, on ne songe apparement jamais à faire revoter les pays qui ont dit oui jusqu’à ce qu’ils disent non, pourquoi ?). L’alternative au oui, en Europe, c’est oui. L’europhile dominant, c’est Oui-Oui au Pays des merveilles du oui. Par là aussi se vérifie que nous entrons dans un autre monde où les choses, pour exister, n’ont même plus besoin de leur contraire.  La lumière n’a plus besoin de l’ombre. Le féminin du masculin. L’innocence auto-promotionnée ne veut plus rien savoir des coupables. Le Bien ne veut plus que le Mal chemine à ses côtés comme par le passé. Oui-Oui n’a plus besoin de Non-Non, il s’en passe très bien.

Des Oui-Oui magnifiques, dorés sur tranche, on vient d’en voir toute une meute rassemblée par Jack Lang dans un superbe comité de soutien comique du oui au oui. « Femmes et hommes de culture, se science, de recherche et de sport attachés depuis toujours à la construction européenne » comme ils se présentent eux-même avec cette modestie qui les caractérise. Tous ces écrivains audiovisuels, ces acteurs mûris en studio et ces penseurs de synthèse, toutes ces vedettes cuites au micro-ondes, toutes ces élites pour Soleil vert ne nous dissuadent pas seulement d’être tentés par le non ; ils nous avertissent d’arrêter de faire joujou avec l’idée grotesque qu’on pourrait dire oui ou dire non. Chez Oui-Oui, on ne peut voter que oui ou oui. Pour Oui-Oui, le non est au mieux une « énigme », ainsi que vient de l’exprimer Sylviane Agacinski, épouse Jospin, au pire « un poison », comme l’a fait savoir Jack Lang. De toute façon c’est un scandale. Le non n’est même pas une opinion, c’est une cochonnerie révoltante, c’est quelque chose d’innommable.

Dans ces conditions, pourquoi perdre son temps à imprimer des bulletins non ? Le jour du référendum, l’électeur ne devrait avoir à se décider qu’entre deux piles de oui : ainsi ne saurait-il faire d’autre choix que le seul. Ainsi saura-t-il également ce qu’à l’avenir, en Europe, signifiera le mot choix. Cette idée est excellente, il reste à peine deux mois pour la mettre en oeuvre.

 

Paru en avril 2005 dans le journal La Montagne (principal journal clermontois qui fit lui même une campagne unilatérale et sans finesse pour le oui mais qui accueillit les dernières tribunes de Muray dans ses chroniques du temps présent, ce qui est tout à son honneur.)

Muray : faire rire, un noble et difficile objectif

Le rire est très exactement ce que l’époque ne peut plus du tout tolérer, encore moins produire, et qu’elle est même en passe de prohiber. « Rire de façon inapproprié », comme on a commencé à dire il y a une dizaine d’années sur les campus américains, est maintenant presque un délit, en tout cas le sera demain. L’ironie, la dérision, la caricature, la moquerie, l’outrance, la farce, la guignolade, toute la gamme du rire, sont à mes yeux des procédés de description que l’âge de l’industrie de l’éloge ne peut évidemment pas supporter. J’essaie, pour mon compte, de m’en servir comme on se sert des couleurs sur une palette. Parvenir à faire rire une page est plus difficile encore que de faire jouir pleinement une femme, mais c’est à peu près du même ordre, de l’ordre des travaux d’Hercule. Lorsque j’y arrive, je sais que je touche à une vérité sur le monde concret. En cela d’ailleurs, je me sépare de beaucoup de ceux avec qui on me range généralement. C’est pourquoi je trouve un peu fort de café que l’on me classe parmi les pleureurs « réactionnaires », les mélancoliques à états d’âme, les déploreurs du passé et tous les déplumés à remords. J’aimerais, en tout cas, que ceux qui m’attaquent et me qualifient de cette manière me montrent une ligne, je ne dis même pas une page, une ligne, une seule ligne, dans toutes leurs oeuvres sinistres, où ils sont parvenus à faire rire quelqu’un…

Le rire est déréalisant : il est donc extrêmement efficace pour décrire un monde humain qui accepte en tant que concret des concepts (voir la burlesque opération d’intoxication néo-balnéaire appelée Paris-Plage, l’été dernier, qui était aussi un test pour mesurer le degré d’hébétude des populations), et lui renvoyer dans la figure ce faux concret déréalisé par sa caricature même. Mais ce rire n’aurait aucune efficacité s’il n’était pas engendré par une pensée précise concernant ce monde humain. Avant de rire, et peut-être de faire rire le lecteur, il me faut concevoir ce monde, et le voir, et l’entendre, tandis qu’il commet ses méfaits et ses crimes en parlant sa langue festive. C’est seulement à partir de cette considération globale que peut naître la démesure du rire, qui est aussi le plus exact compte-rendu de ce qui se passe. Cette époque, pour employer un euphémisme, exagère. L’exagération comique me paraît être la meilleure réponse que l’on puisse apporter à cette exagération.

 

Extrait de Exorcismes spirituels IV, paru initialement dans parutions.com, 2002.

Jean Fourastié à Sciences Po : la comptabilité, fondement de la science économique

Dans cette introduction à son cours de comptabilité adressé aux étudiants de Sciences Po en 1946, Jean Fourastié, le découvreur des origines de la comptabilité moderne, explique avec brio pourquoi la science économique est entrée en coma pendant un siècle, en s’écartant des faits et en se perdant dans des discours métaphysiques fumeux. C’est seulement en se reconnectant aux faits qu’elle peut progresser dans la compréhension du monde qui l’entoure, et pour cela elle doit nécessairement faire appel à son meilleur instrument d’observation : la comptabilité. En formant intelligement pendant plus de trente ans les jeunes élites françaises à cette technique, en élaborant et en imposant le Plan Comptable Général, qui s’applique toujours jusqu’à nos jours, à l’ensemble des acteurs économiques de la France, Jean Fourastié permit la mise en place efficace de la planification en France. C’est à lui que nous devons essentiellement l’originalité et l’efficacité de cette institution dans notre pays, et c’est tout à la fois dans sa pensée économique et dans sa pensée comptable, l’une et l’autre tellement supérieures à la moyenne des comptables et des économistes, que nous trouvons les fondements de ce que fut le Plan en France, qui encadra l’exceptionnelle croissance que connu notre pays après-guerre. Comme il en était conscient, une telle organisation était due principalement à la montée de l’Etat dans l’organisation de l’économie, et cela principalement du fait des deux guerres mondiales. C’est cette affirmation de l’Etat qui a conduit à des clarifications théoriques et pratiques, et c’est aujourd’hui son recul progressif, sous l’effet de la financiarisation et surtout de la lâcheté et de l’esprit d’abandon généraux, qui nous conduit tout droit à la situation antérieure. D’où l’actualité brûlante de ce texte.

 

Je considère la comptabilité comme indispensable à la compréhension du monde contemporain. Je veux insister là-dessus parce qu’il s’agit d’une chose importante moins connue que ce que je viens de vous dire jusqu’à présent. On discute beaucoup à l’heure actuelle de la valeur de la science économique contemporaine. Je vous l’exprimerai en termes crus pour vous marquer que je ne prétends pas du tout vous imposer une aussi brutale opinion. Je considère que la science économique est pratiquement inexistante. Je considère que depuis 150 ans que les gens s’efforcent de créer une science économique, ils n’y sont pas parvenus, alors que, chose extraordinaire, le départ était excellent. Je considère que vers 1830 il y avait une science économique et que brusquement cette science s’est évanouie, et qu’il n’est plus resté que poussière, description pure ou théorie sans contact avec les faits, donc plus de science. Une telle pensée peut surprendre. Comment une science existante a-t-elle pu s’évanouir ? Cela me paraît tout à fait naturel qu’une science qui existe cesse d’exister parce que la science ne sert qu’à décrire la nature ambiante. La science est un mécanisme de pensée, un mécanisme d’enseignement, c’est-à-dire de communication de la pensée qui a pour objet de connaître davantage le monde matériel qui nous entoure. Quand ce monde change, il faut changer de science. En 1830, on avait une science économique qui décrivait l’économie de ce moment-là. Les théories économiques comme celles de Ricardo sur la rente dominaient le monde économique de l’époque, elles expliquaient les faits fondamentaux qui dominaient la vie économique réelle. Et puis un beau matin, elles ont cessé de représenter les faits. L’affolement s’est emparé des gens. Cet affolement a duré 100 ans. On n’a pas voulu renoncer aux théories de Ricardo, on tenait plus aux théories qu’aux réalités. On n’a pas voulu renoncer à la science 1830; on voyait à tout moment des phénomènes perturbateurs, mais les économistes ou bien niaient ces faits nouveaux, ou bien les ignoraient, ou bien les négligeaient. Puis ils se sont peu à peu bornés soit à décrire, soit à tergiverser, soit à argumenter. Aujourd’hui personne n’y comprend plus rien, on ne sait plus où on est, le Ministre de l’économie nationale, quoi qu’étant lui-même un économiste de profession, ne peut tirer de cette science économique aucune utilité substantielle. La science économique ne sert pas au Ministre de l’économie nationale. C’est pourquoi je dis qu’il n’y a pas de science économique. La science doit servir à quelque chose. Si elle ne sert à rien, c’est un jeu d’échec, de bridge. Je vois des édifices de pensée charpentée, logiques, solides mais qui ne sont pas utilisables dans le monde contemporain. Je dis cela n’est pas de la science. La science pour moi doit être utile, parce qu’elle doit correspondre aux faits. Il ne suffit pas de construire la théorie d’un monde qui n’est pas nôtre, c’est du jeu. Il s’agit de construire la théorie du monde qui est le nôtre.

La science économique s’est dissociée des faits et de la réalité en grande partie parce que nos économistes n’ont pas de connaissance convenable des technologies et ne s’appuient qu’exceptionnellement sur des résultats comptables. En effet nous parlons de comptabilité depuis 40 minutes, et nous ne l’avons pas encore définie. Mais nous savons bien qu’il s’agit de mesurer des mouvements de valeur. Or la science économique n’a pas d’autres objets que d’étudier les lois de ces mouvements de valeur. Il doit donc y avoir entre science économique et enregistrements comptables une interpénétration extrêmement nette, précise, la même qu’entre l’art de l’arpenteur et la géométrie élémentaire, de même qu’entre les mesures astronomiques et la géométrie. Il y a pour les économistes une nécessité qui me paraît a priori évidente, élémentaire, une nécessité de connaître de manière concrète les mouvements de valeur dont ils prétendent découvrir les lois. Ces mouvements de valeur comment voulez-vous les mesurer, où voulez-vous trouver l’expression de leur mesure, sinon par la comptabilité et dans les documents comptables. Il me paraît aussi évident que l’économiste doive avoir pour arme élémentaire la comptabilité qu’il l’est de voir le physicien faire des mesures qui portent sur les longueurs d’onde de la lumière, la vitesse de la chute des corps, etc…

Voyez comme des savants tels que Pascal ou Galilée ont fondé la physique contemporaine. Ils l’ont fondé en mesurant les faits de la vie concrète. Ils ont mesuré, avec les moyens de leur époque, avec des règles grossières, avec des décimètres, à 1% ou 5% près. Mais ils ne partaient pas d’idées a priori desquelles ils auraient déduits savamment toute une série de conséquences. Parfois, toute une partie de sa philosophie le montre, Descartes est tombé dans ce défaut de se dissocier de l’expérience; mais toute cette partie de son oeuvre est tombée et n’existe plus.

Ce qui fait la valeur de toute science humaine, c’est de correspondre constamment avec l’expérience. La construction cérébrale est accessoire à côté de l’expérimentation. Il faut d’abord connaître les faits, les suivre, par conséquent les mesurer. Vous pourrez aussi dans d’autres sciences les photographier, les décrire. En matière économique, nous ne pouvons pas photographier les mouvements de valeur, expérimenter sur eux. Il nous reste une seule chose : c’est leur enregistrement. Une seule méthode d’observation économique : la comptabilité. Tout ce que je vous dis sera éclairé quand je vous parlerai des relations entre la comptabilité et la statistique, parce que vous pensez que la statistique est aussi une arme de l’économiste. La comptabilité est une statistique beaucoup plus sûre, plus solide que la statistique au sens classique du terme.

Par conséquent il semble certain logiquement que la science économique a besoin d’une science annexe qui s’appelle la comptabilité. Il paraît absurde logiquement que l’on pense à former des économistes sans leur avoir demandé de passer quelques quinzaines d’heures dans leur vie à étudier une fois pour toute cette petite chose simple qui s’appelle la comptabilité.