André Maurois : la vie est un bal masqué

Un texte intéressant d’André Maurois, écrivain qui refusa , craignant pour sa mère, de devenir le porte-parole de la France libre en 1940, comme de Gaulle le lui proposait, mais qui conserva toujours l’estime de celui-ci, qui le considérait comme l’un de ses maîtres et louait à sa mort “sa haute distinction humaine, si délicate et si généreuse.” 

EXTRAIT DE LETTRE OUVERTE A UN JEUNE HOMME :

Cherchez et vous vous trouverez.  Eh oui ! Non seulement sur le plan littéraire, mais sur le plan humain, vous devrez vous trouver et ce n’est pas si facile. J’ai bien connu autrefois le grand Pirandello dont toutes les pièces avaient pour sujet les variations de la personnalité. « Dès l’école me disait-il, j’ai été obsédé par cette idée que l’unité de la personne n’est pas une peinture vraie de l’homme. Nous jouons un personnage pour certains êtres, un autre pour d’autres. C’est si vrai que nous souffrons parfois de nous trouver en même temps avec deux amis ; il nous faut renvoyer l’un des deux pour nous sentir à notre aise. Beaucoup de fugues conjugales s’expliquent par l’impossibilité de continuer à jouer un rôle qui, au début, avait été accepté de bonne foi. Un homme s’est drapé dans une fausse vertu. Il a pris une attitude qu’il ne peut soutenir. Il doit s’évader, c’est-à-dire recommencer la vie avec une autre femme, pour laquelle il jouera un autre rôle qui, à ce moment, lui conviendra mieux… Qu’il y ait, au-delà de tous ces personnages, un moi unique à rejoindre, illusion !… Vie c’est changement. Quand le mouvement cesse, l’être vieillit et meurt. »

Pirandello avait raison. Un seul homme a en lui cent hommes possibles. Est-il bon ? Est-il méchant ? Les deux. Vous pouvez être, et vous le savez, tendre et cruel, raisonnable et violent, capable de sagesse et de folie. Cela dépend des circonstances, des lectures, des conseillers, des partenaires. Pensez par exemple à Chateaubriand. Il y avait en sa composition un homme religieux, croyant,  très attaché au christianisme par ses souvenirs d’enfance et d’adolescence, mais aussi un homme prêt à succomber à toutes les tentations que condamne le christianisme, un orgueilleux, un libertin. Lequel de ces personnages était Chateaubriand ? Aucun, si vous le séparez des autres. Chateaubriand était une somme. Pensez encore à Napoléon ? Quel chef d’Etat eu jamais plus d’ambition ? Quel conquérant se montra plus insatiable ? Et pourtant, dès qu’il réfléchit sur lui-même et sur son destin, quelle modération ! A Sainte-Hélène il retrouve, son masque d’empereur soulevé, une âme de sous-lieutenant, d’étudiant dont le rêve eut été de vivre à Paris avec trente sols par jour et d’applaudir Talma dans Corneille.

Qui était le vrai Napoléon ? Mais tous. Et chacun d’eux avait été sincère, même à ses propres yeux. Nous jouons des rôles pour nous comme pour les autres. En passant sous les projecteurs des sentiments et des âges, nous en prenons les couleurs comme ces danseuses dont la robe est blanche, mais qui paraissent tour à tour jaunes, roses ou bleues. Votre moi jeune rit aujourd’hui des passions des vieillards qui seront les vôtres quand vous traverserez le faisceau du projecteur de la vieillesse. La fonction aussi transforme les êtres. Tel adolescent rebelle qui, prenant part au monôme du bac, brisa d’un coup de poing la mâchoire d’un Commissaire, finira Garde des Sceaux ou Premier président de la Cour d’appel. Tel jeune poète qui s’est cruellement moqué de l’Académie sera un jour enivré d’y entrer au roulement des tambours, et de lui faire son remerciement. Et non seulement vous avez en vous les dix, les cent hommes que feront apparaître, l’heure venue, les amours, les âges, les fonctions, mais d’autres encore qui resteront à jamais inconnus. Il y a des êtres qui, très tôt dans la vie, ont adopté une pose et ne la quitteront plus. Parfois cette pose est belle. C’est celle de l’homme sage, austère, fidèle qui se consacre entièrement au bonheur des autres et a renoncé aux plaisirs. Seulement l’acteur qui joue ce grand rôle entend parfois une voix intérieure lui dire : « Es-tu vraiment condamné pour vivre la vie entière à cet emploi ? Tu jouerais les Don Juan et les immoralistes aussi bien que les autres, si tu voulais… Et ce serait tellement plus amusant. Qui sait ? Peut-être même plus vrai. » Alors on pense confusément qu’on a raté sa vie, qu’on s’est privé des plus grandes joies. Et pourquoi ? Parce que l’on osait plus arracher de son visage le masque sous lequel tous avaient appris à vous connaître et qui d’ailleurs représentait l’un des aspects vrais de votre personne. Un seul aspect réalisé à côté de tant de possibles condamnés.

J’avais naguère connu, en Angleterre, une femme ravissante, d’une timidité presque morbide. Epouse d’un mari très intelligent, elle semblait tout à fait éteinte par lui. Des hommes, attirés par sa beauté, lui avaient fait une cour ardente ; son mutisme et son apparente indifférence les avaient découragés. Un soir une hôtesse londonienne donna un bal masqué. Le hasard m’assit un instant à côté d’une jeune femme très bien faite, qui ne dansait pas. J’engageai par politesse une conversation ; elle répondit avec tant d’esprit, tant de hardiesse que je restai près d’elle, conquis. Quand elle fut bien sûre de m’avoir enchanté par la grâce de son corps et celle de ses propos, elle rit et souleva son masque. Stupéfait, je reconnus ma belle muette. Le masque lui avait permis d’être une autre. Une autre qui était elle-même. Sans doute est-ce pour des raisons de ce genre que les bals masqués de l’Opéra eurent jadis tant de succès. Il est si agréable de s’oublier pour se retrouver différent.

La vie est un bal masqué. Faut-il toujours y porter le même masque ? Cela dépend du masque — et de vous. S’il ne vous va pas, s’il vous blesse, si vous avez le sentiment qu’il vous contraint à jouer un rôle pour lequel vous n’êtes pas fait, alors essayez-en d’autres. Ce rayon est bien approvisionné. A côté du masque grave du futur homme d’Etat, voici celui de l’artiste qui se porte avec une chemise ouverte à carreaux rouges et blancs ; voici celui du futur médecin, au regard aigu, derrière ses lunettes. Il est temps encore de changer. Mais attention ! Le masque fera pour vous le bal. Car les autres masques vous prendront pour ce que vous paraîtrez. Vous qui entrez au bal de la vie, choisissez bien votre masque.

André Maurois : foi et religions

Dans ce texte profond, et très inspiré de la pensée de son maître Alain, l’écrivain André Maurois aborde la question de la foi, qu’il distingue soigneusement des religions. Alors que la foi est une possibilité et une expérience individuelles, permettant à l’homme de se surpasser et donc d’exercer pleinement sa liberté, la religion est un rite social permettant à l’homme d’apaiser sa peine ou de sublimer sa joie, notamment dans des cérémonies collectives. De là l’idée qu’il est possible à l’homme de vivre avec ou sans religion, tant qu’il conserve la foi en son destin et pourvu qu’il continue à participer à des rites sociaux vivants et beaux.  

EXTRAIT DE LETTRE OUVERTE A UN JEUNE HOMME (1966)

Vous devez penser : “Que peut avoir à dire sur la foi un homme qui ne cherche guère l’Absolu?” Voyons un peu. D’abord vous constaterez que je ne ferai rien pour vous détourner de la foi si vous en avez une. Quand vous connaîtrez mieux ma vie, vous saurez que des femmes croyantes ont vécu près de moi, non seulement sans perdre leur foi, mais en la raffermissant. Quelques-uns de mes meilleurs amis ont été des catholiques fervents, d’autres des protestants, d’autres encore des israélites pratiquants. Jamais un conflit religieux n’a mis en danger ces affections. “Mais alors, direz-vous, comment définissez-vous la foi et que me conseillez-vous en cette matière?”

Ma définition de la foi serait celle d’Alain : “Volonté de croire sans preuves, et même contre les preuves, que l’homme peut faire son destin et que la morale n’est donc pas un vain mot. Le donjon de la foi, son dernier réduit, c’est la liberté même, et il faut y croire, car sans y croire on ne peut l’avoir.” Et comment la foi, ainsi définie s’accommode-t-elle du christianisme? Fort bien je crois, car ayant fait Dieu tout-puissant, le christianisme le décrit ensuite se dépouillant de son souverain pouvoir et rendant à l’homme son libre arbitre.

Pour rapprocher l’homme et Dieu, pour permettre à l’homme de mettre une réalité sous ce mot chargé de prestige, le christianisme a trouvé l’Homme-Dieu. Les Evangiles vous ont conté l’histoire d’un être parfaitement bon, juste et sage, modèle pour tous et Dieu vivant. A mi-chemin entre le fétichisme et la religion de l’Un, cette croyance se révèle adaptée aux besoins d’une partie de l’espèce humaine. Vous cherchez un guide moral : ce sera l’Imitation de Jésus-Christ. Vous souhaitez que soient rassurés les humiliés, et humiliés les puissants. Or l’Enfant-Dieu apparaît sur la terre nu, pauvre et faible.

C’est là ce qu’avaient compris les masses romaines, puis barbares, qui adoptèrent cette religion. Comment l’Eglise devint ensuite trop puissante, et trop riche, et trop intolérante, comment elle accepta de bénir les hommes de violence et de guerre, comment elle persécuta et tyrannisa, l’histoire du passé nous l’enseigne, mais que le mouvement n’était pas irréversible, le présent nous le montre. Nous aurons vu en notre temps de grands papes remonter aux sources de leur foi, servir la paix, prêcher le retour à la pauvreté évangélique et l’amour des frères séparés. “L’essence papale” n’est pas la hauteur autoritaire d’un PDG,”mais au contraire l’humilité de l’homme aux yeux baissés, celui qui n’a pas de pouvoir et qui ne veut pas de pouvoir.”

Vous avez le bonheur de vivre au temps où se répand cette bonne nouvelle. Sachez mesurer son importance. Vais-je alors vous conseiller de dire des chapelets, de faire des pèlerinages?

Pour mon compte je ne l’ai jamais fait ; cela ne veut pas dire que je blâme ceux qui le font. Un pèlerinage peut être une grande et noble expérience pour qui voit là l’occasion d’un sacrifice, d’une méditation. Si des hommes trouvent la paix de l’âme en des messes et cérémonies, soit par sentiment, soit par défiance de notre propre sagesse, je ne vois pas que notre fragile civilisation en puisse rien craindre , pourvu que le vrai des religions, la possibilité pour l’homme de se dépasser, soient entrevus par ceux qui se plaisent à ces pieuses pratiques. Bref et pour conclure sur ce point, je vous dirai : “Si vous êtes croyant (chrétien ou juif, musulman ou bouddhiste), restez-le et voyez dans la religion la création de soi par soi et la recherche de Dieu en soi. Si vous n’êtes pas croyant, ne mentez pas. Ne feignez pas de l’être, il y a d’autres issues.”

Mais votre vie (comme la mienne) en sera plus difficile. L’homme est ainsi fait qu’il ne peut se passer de rites et de cérémonies. Dans les moments d’extrême joie ou d’extrême douleur où les mouvements naturels le jetteraient dans une sorte de folie, le cérémonial lui impose des actions lentes et mesurées qui raniment son courage. Voyez celui (ou celle) qui vient d’assister à la mort d’un être aimé. Quelques-uns, dans cette épreuve, gardent leur sérénité. Ils sont rares. L’évènement est si douloureux ; il semble si incroyable que celle qui hier encore emplissait notre vie , recevait nos confidences, nous donnait toutes nos joies, soit soudain devenu un objet dur et froid, qui va se corrompre et pourrir. L’étrangeté, l’horreur nous jettent alors dans un refus convulsif, dans le désespoir, dans les cris. Alors intervient le cérémonial. L’objet pitoyable et scandaleux repose sur un catafalque élevé ; il est entouré de fleurs, offrandes qui le rapprochent de la vie. Une belle messe de Requiem contient encore des cris, mais disciplinés par la musique. Notre douleur se trouve comme enchâssée dans le sublime. Le silence de la foule ordonnée derrière le cercueil fait taire les sanglots. La douleur n’est pas vaincue ; elle a été surmontée.

La commémoration des morts illustres est une forme de foi. Elle nous oblige à les imiter. Nous voulons “place dans le temple — et nous mourrons comme ils sont morts”. L’humanité se trouve si souvent, par les titres sadiques des journaux, par l’attrait de l’horreur, conduite à contempler ce qu’elle a de pire qu’il devient nécessaire de lui rappeler,  de temps à autres, ce qu’elle a de meilleur. Savoir qu’un Marc-Aurèle, un Goethe, un Victor Hugo, ont vécu grandement, vous aidera vous-même à viser haut. Ils ont commis des fautes ? Ils étaient imparfaits ? Bien-sûr. Mais le beau des commémorations, c’est qu’on y rappelle seulement les légendes, donc le meilleur, legenda, les choses qui doivent être lues. La légende fait le héros ; en même temps elle vous fera. Je vous demande de participer à ces pèlerinages de l’esprit et d’aller, soit au hasard des anniversaires, soit par des retours délibérés aux grandes oeuvres, aux grands évènements, aux églises invisibles, afin d’y puiser des forces et la certitude que l’homme, infime insecte, peut beaucoup plus qu’il ne sait. Croyez et vous serez sauvé. Une croyance ferme fait passer dans les faits l’objet même de la croyance.

A propos de la conférence CRE du 10 mai

La conférence du 10 mai organisée par l’association d’étudiants de sciences po critique de la raison européenne avait tout pour passionner le public, et elle a d’ailleurs rempli à ras bord l’amphithéâtre dans lequel elle avait lieu.

Malheureusement je trouve que les interventions des invités ont été très décevantes. Pourtant, le cadre du débat avait été bien introduit, bien que brièvement, par Sarah Knafo, la représentante de l’association. Les clivages sur l’Europe sont-ils enfin clairs après cette élection présidentielle? C’est là, en effet, la question essentielle à se poser pour la suite, d’où le grand intérêt d’organiser une telle conférence. Mais les personnes éminentes qui composaient le plateau, Henri Guaino, Hubert Védrine et Jean-Pierre Chevènement n’ont pas été à la hauteur de leur réputation et de leur expérience, surtout ces deux derniers. Ils me sont apparus comme dépassés par les évènements ou ne semblant plus les comprendre sur de nombreux points. Il m’a semblé qu’ils se rassuraient sur les angles morts de leur analyse en s’approuvant mutuellement ou en recueillant l’accord facile d’un public très peu critique.

Les tensions sociales absentes des débats

D’où le sentiment étrange et désagréable que les questions et tensions sociales présentes dans le pays étaient absentes dans la salle. Les difficultés économiques des classes populaires, périurbaines ou banlieusardes,  le taux de chômage durable et élevé qu’elles affrontent, leur constante humiliation symbolique, ne semblent pas être réellement au coeur des débats, sans doute parce qu’ils ne sont pas vécus, même indirectement, par les différents intervenants. Conséquence de cette absence : la montée du Front National semble être une anomalie inexpliquée ou considérée comme facilement réductible. Or le vote FN, tout analyste politique doit bien l’avoir en tête, n’est pas réductible, car il exprime une colère et un sentiment de révolte qu’aucun autre parti ne peut remplacer pour ceux qui y ont recours. Aussi le réalisme commande de ne pas faire comme s’il n’existait pas ; il existe et il faut se positionner à partir de cette réalité, qu’elle nous plaise ou non.

L’aveuglement à propos de la sortie de l’euro

Et se positionner par rapport à cette réalité, est-ce se contenter de mépriser ce vote et ce qu’il représente, ou est-ce aider le peuple français à s’émanciper des oppressions dont il se plaint? Quand Monsieur Jean-Pierre Chevènement plaisante sur le comportement de Marine Le Pen lors du débat du second tour, qu’il associe à celui d’une commerçante de mauvais goût, y-a-t-il vraiment matière à rire et est-ce le meilleur sujet pour montrer son esprit, s’agissant d’une catastrophe aussi notoire que celle qui a consistée à décrédibiliser la sortie de l’euro auprès de la masse de ceux à qui elle profiterait? La question est posée.

Quand Monsieur Hubert Védrine balaye d’un revers de la main cette même question de la sortie de l’euro, sans avancer le début d’un argument scientifique pour répondre à tous les  économistes qui la préconisent partout dans le monde, n’est-ce pas là un aveuglement bien plus grand que celui du programme brouillon des dirigeants du FN? Là encore la question est posée, et l’on ne sait que trop bien y répondre. Si ces deux hommes politiques se permettent ces légèretés sur cette question, c’est qu’ils ne sentent absolument pas l’urgence sociale et économique qui l’impose à l’ordre du jour. Bien mieux, ils s’accommodent très bien de la situation actuelle, et ils préfèrent de loin une petite contestation de salon, comme celle que préconise Monsieur Védrine aux étudiants de sciences po avec sa chimérique opposition “euro-critique constructive”, à une véritable remise en cause du système qui tue la France à petit feu.

Monsieur Henri Guaino, de ce point de vue, a semblé élever le débat, comme il nous y avait habitué durant sa campagne présidentielle pugnace, en avançant des arguments rationnels pour s’opposer à la sortie de l’euro, tout en critiquant sa mise en place. Le principal est celui-ci : nul ne peut prévoir les conséquences exactes d’une sortie de l’euro, ce qui est vrai. Mais il faut répondre à cela qu’il en va de même pour toute action, qu’elle soit militaire, économique ou politique. Et c’est justement l’objet de la politique d’agir, c’est-à-dire de prendre des décisions impliquant de l’incertitude. Il est légitime de mesurer les risques avant d’agir, mais cette étude préalable ne peut pas paralyser l’action. La France n’a-t-elle par réalisé dans son passé des actions bien plus incertaines encore, quand son avenir était en cause, comme c’est aujourd’hui le cas avec l’euro? Sa confiance en elle-même est-elle tombée si bas, qu’elle ne puisse plus entreprendre une politique consistant à retrouver un des éléments essentiels de sa souveraineté? Est-ce là toute la considération que nous inspirent les capacités de notre vieux pays et de ses élites? Il faut cesser d’avoir peur et agir maintenant pour l’avenir.

Les trois conférenciers citent beaucoup de Gaulle et semblent attendre de grands hommes d’Etat comme s’ils devaient apparaître par décision divine, mais les personnes en situation de responsabilité feraient bien mieux de le lire de façon approfondie, et quitte à le citer, de méditer cet extrait :

“Dominer les évènements, y imprimer une marque, en assumer les conséquences, c’est bien là ce qu’avant tout on attend du chef. L’élévation d’un homme au-dessus des autres ne se justifie que s’il apporte à la tâche commune l’impulsion et la garantie du caractère. Car enfin, le privilège de la domination, le droit d’ordonner, l’orgueil d’être obéi, les mille égards, hommages et facilités qui entourent la puissance, l’honneur et la gloire dont le chef reçoit la  plus large part, pourquoi lui seraient-ils gratuits? Et comment les payer, sinon par le risque qu’il prend à son compte? L’obéissance ne serait point tolérable, si celui qui l’exige n’en devait rien tirer d’effectif. Et qu’en tirera-t-il, s’il n’ose, ne décide et n’entreprend? (…)

Point de prestige, par conséquent, pour les figurants de la hiérarchie : parasites qui absorbent tout et ne rendent rien, timorés grelottant sous leurs couvertures, Maîtres-Jacques qui changent de casaques sans délai ni scrupule. Ceux-là peuvent sauvegarder, souvent, leur carrière de fonctionnaires, leur avancement de militaire ou leur portefeuille de ministres. Ils obtiennent même, au besoin, la déférence convenue que leur accordent l’usage et les règlements. Mais la foi des esprits, la sympathie des ardeurs se refusent à leur astuce glacée. Elle n’appartiennent qu’aux chefs qui s’incorporent avec l’action, ont leur affaire des difficultés, mettent au feu tout ce qu’ils possèdent. Il se dégage de tels personnages un magnétisme de confiance et même d’illusion. Pour ceux qui les suivent, ils personnifient le but, incarnent l’espérance. Le dévouement des petits, concentré sur leur personne, confond le succès de l’entreprise avec l’heur de les satisfaire.” (1)

L’aveuglement à propos de la personnalité du Président Macron

Mais il y a un autre problème, et c’est l’aveuglement sur la personnalité d’Emmanuel Macron, le nouveau président de la République. Hubert Védrine et Jean-Pierre Chevènement, notamment, semblent être victimes de cette illusion.

Le Président Macron est certes un haut fonctionnaire intelligent, ce que Marine Le Pen a eu la naïveté invraisemblable d’oublier, mais il n’est que cela. Il n’est ni un créateur, ni un chef, il est un imitateur. Capter l’ère du temps, repérer les personnes qui plaisent à l’époque, même si elles n’en ont pas l’air, les observer par tous les moyens, reproduire leur façon d’être, quitte à la vider de sa substance, tel est son sinistre génie ; mais c’est son seul génie. Le Président Macron est un acteur de théâtre depuis toujours, c’est la scène qui lui plaît, c’est sa raison d’être, le ressort de son action, il chérit la forme et l’imitation plus que tout. Quant au fond, qui l’intéresse bien moins, il est important de comprendre qu’il s’en tiendra toujours au plus grand conformisme, c’est-à-dire à l’idéologie dominante, car cela lui permet de se concentrer sur ce qui l’intéresse : sa comédie. Cette idéologie dominante, il la présente bien entendu avec maîtrise si nécessaire, mais il n’est pas capable d’en sortir par lui-même, ni surtout d’en défendre les failles au plan théorique, encore moins de participer à son élaboration. Il en est ainsi car cela ne l’intéresse pas, il voit bien qu’au delà d’un certain point, la connaissance n’apporte rien à sa carrière et à son image, aussi se garde-t-il de perdre son temps à étudier trop à fond les thématiques qu’il porte. Ce qui prime pour le nouveau Président, répétons-le, c’est la forme, et c’est la raison pour laquelle il est vain de lui prêter une pensée ou des intentions politiques autres que celles du consensus libéral.

Primauté de la forme et conformisme au fond, connaissances théoriques moyennes, cette définition du marcronisme devrait suffire à comprendre comment le combattre, en particulier dans un débat. Premièrement, il faut oublier la forme, le laisser s’y empêtrer seul, se contenter d’être soi-même. Deuxièmement, il faut beaucoup travailler le fond, et mettre en lumière les failles béantes de la pensée dominante qu’il utilise, critique face à laquelle il est absolument démuni. Ce travail est d’autant plus nécessaire qu’il peut être mené sur le long terme, la position d’ Emmanuel Macron étant très prévisible, puisqu’elle est simplement l’expression du mainstream, et rien d’autre.

On voit à quel point Marine le Pen s’est trompée dans cette campagne de second tour. Lors du débat, elle a fait l’inverse de ce qu’il fallait faire. Mise en échec sur des points élémentaires et prévisibles de l’argumentation économique d’Emmanuel Macron, elle s’est par ailleurs laissée déstabiliser sur la forme, semblant parfois participer elle-même à la fascination mal placée que les Français entretiennent pour ce Président-comédien.

Mais les seules leçons qu’en aient tirées les intervenants de la conférence CRE, excepté peut-être Henri Guaino, c’est qu’Emmanuel Macron est intelligent et rassurant… La suite de leurs raisonnements, j’en ai peur, n’est qu’une vaine spéculation, en particulier sur la question de la renégociation avec l’Allemagne, car Emmanuel Macron n’a ni l’envie ni le caractère pour renégocier quoi que ce soit de substantiel. Il est à prévoir que de belles célébrations d’apparences viennent enrober, dans ce domaine comme dans les autres, l’inaction générale qui caractérisera son mandat.

Ce que je reproche aux intervenants, c’est de ne pas rendre compte, peut-être de ne pas se rendre compte eux-mêmes, de cette primauté de la forme chez Emmanuel Macron, et de lui prêter, par un mécanisme typique de l’illusion, des pensées qu’il n’a jamais eues sur le fond. Dès lors, ils entretiennent et nourrissent cette illusion aussi sûrement que Marine le Pen dont ils dénoncent avec trop de hauteur les insuffisances. Sur ce point au moins, on peut reconnaître une certaine lucidité à Henri Guaino.

Il est d’ailleurs édifiant d’observer, au delà de cette conférence, à quel point ceux qui se rallient à Macron se couvrent de déshonneur et d’incohérence dans tous les camps, ne reculant devant aucun ridicule pour obtenir une place ou un morceau d’os. Voir les discours pompeux de tous ces anciens poids lourds politiques réduits à l’état d’insignifiance, voir toutes leurs querelles ridiculisées et empaquetées dans un grand fourre-tout uniquement ficelé par les belles images que tourne Emmanuel Macron devant les médias, voir le mépris innocent, presque inconscient, avec lequel le nouveau Président traite tous ses soutiens à l’ego pourtant démesuré ; voilà l’un des meilleurs plaisirs qu’offre  encore le chef de l’Etat à son peuple endormi. C’est l’une des seules bonnes raisons de sa popularité relative.

La destinée inévitable de tous ceux qui manqueront du courage nécessaire pour s’opposer à ce mouvement macronien, c’est de voir leur pensée utilisée comme un vulgaire faire-valoir, tout juste égale en importance à la dernière cravate du Président. Peu importe que vous soyez un homme de droite ou de gauche, un intellectuel, un représentant du medef ou de la CGT, un nationaliste corse ou un danseur de cordes, votre importance idéologique sera la même, c’est-à-dire qu’elle sera nulle. Les différences entre eux auxquelles semblent encore croire les nouveaux soutiens d’En marche n’ont en fait pas plus d’importance que les différences entre les légumes d’un panier destinés à être broyés dans la même soupe. Et disons-le, cela est juste, car c’est le prix de la lâcheté et de la bêtise. Au reste, personne n’échappera à ce choix, car ne pas se soumettre reviendra bientôt à disparaître politiquement, ou à entrer dans l’opposition réelle, malgré tous ses défauts et ses difficultés.

C’est face au vide macronien qu’il faut reconstruire quelque chose, et la tâche, si elle est immense et difficile, est aussi une formidable opportunité d’exercer son intelligence et son courage. Mais cela, encore faut-il le vouloir.

Une atmosphère empesée

Dans ce concert de renoncements et d’aveuglements, faut-il s’étonner si l’atmosphère générale de la conférence ne parvint pas à être autre chose que triste et empesée? Alors qu’on pouvait s’attendre à une ambiance dynamique et combative, à des intervenants cherchant à rebondir et à tirer les leçons des élections, pour se revigorer ensemble et pour commencer la construction de quelque chose de neuf, il semble à la place qu’on reste bloqué en arrière, avec des représentations dépassées et mortifères empêchant de comprendre le monde qui nous entoure et le monde qui vient.

Quel saisissant et malheureux contraste avec les débuts de cette association pleine de possibilités qu’est critique de la raison européenne! Alors qu’en 2015, la conférence avec Jacques Sapir et Jacques Myard faisait jaillir chez les intervenants la vitalité, les émotions, les espoirs, la complicité, le désir d’agir, du terreau de la haute exigence intellectuelle et du courage, ici toutes ces caractéristiques fertiles semblent s’être éteintes. Derrière la toile pesante des conventions et des convenances, derrière la mise en scène impeccable et l’apparence parfaite, le plaisir a disparu. Espérons que les évènements à venir fassent retrouver le goût et le chemin de la liberté à tous.

 

(1) Le fil de l’épée,1932, in Le Fil de l’épée et autres écrits, C. de Gaulle, Plon, p.183-184